En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD6 du Lièvre Blanc

Ax 3 Domaines

Poma

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège du Lièvre Blanc est l'un des deux ascenseurs du front de neige au reste du domaine skiable. D'une longueur de plus de 2,6 kilomètres, c'est le quatrième télésiège le plus long de France, ainsi que le premier du pays à avoir été exploité à la vitesse de 6 m/s.

Année de construction : 2006

Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : collonges74
Section écrite le 09/08/2017 et mise à jour le 31/10/2017
(Mise en cache le 31/10/2017)

LE TELESIEGE DU LIEVRE BLANC
Ax 3 Domaines
Poma – 2006


Image


Ax 3 Domaines : le ski à 1h30 de Toulouse

La station d'Ax 3 Domaines se trouve en Ariège, à environ 1h30 de voiture de Toulouse, la quatrième ville de France. Le domaine skiable s'étend au-dessus de la ville d'Ax les Thermes, forte d'un millier et demi d'habitants, nichée dans la vallée de l'Ariège à 700 mètres d'altitude. C'est au fond de cette vallée que se trouve le seul accès vers l'Andorre depuis la France.
Le domaine skiable d'Ax 3 Domaines s'étend de 1400 à 2300 mètres d'altitude, au-dessus de la station de Bonascre, qui surplombe la ville d'Ax les Thermes. La ville et la station sont reliées par une télécabine, construite en 2002. On y skie sur une quarantaine de pistes de tous niveaux, desservies par une grosse quinzaine de remontées mécaniques.

Cliquez sur le logo de la station pour une description plus détaillée du domaine :
Image


L'axe Bonascre-Saquet : un axe historique

S'il est possible d'atteindre le plateau du Saquet depuis la vallée de l'Ariège dès 1955, le plateau de Bonascre reste vierge de toute construction jusqu'à la décision du conseil municipal d'y bâtir une station de ski, en 1963. Deux ans plus tard, alors que la route reliant Ax-les-Thermes à Bonascre est goudronnée et que les premiers immeubles sortent de terre, la première remontée mécanique apparaît à Bonascre en 1965. Il s'agit de la télécabine de Bonascre, longue de plus de 2,5 kilomètres : elle permet aux skieurs de directement rallier le plateau du Saquet, où le domaine skiable se développe progressivement.

Une cabine de la télécabine de Bonascre en ligne (DR):
Image

Vers le milieu de la ligne (DR):
Image

Arrivée en gare amont (DR):
Image


Le succès ne se fait pas attendre, et très vite, la télécabine de Bonascre est saturée. C'est pourquoi la SAVASEM, exploitant le domaine skiable, décide en 1972 de la doubler par une chaîne de deux remontées. La première sera le télésiège biplace de la Crémade, partant d'à côté de la gare aval de la télécabine et montant vers la droite jusqu'à un gros replat dans la forêt. De là partait la deuxième remontée : il s'agissait du téléski de Manseille, long de plus d'1,6 km, et gagnant le sommet de la télécabine de Bonascre, à l'extrémité nord du plateau du Saquet.

La gare aval du télésiège de la Crémade (DR):
Image

Quelques vues de la ligne du télésiège de la Crémade (DR):
Image


Mais ces investissements, même s'ils sont bienvenus, ne parviennent pas à totalement panser les manquements de la télécabine de Bonascre. Aussi est-il décidé, en 1975, de la remplacer par une télécabine quadriplace de Poma, en réutilisant certains pylônes en treillis, sur exactement le même tracé. Cette transformation s'avère être une réussite : les files d'attente disparaissent, du moins provisoirement.

Le début de la ligne de la télécabine quadriplaces de Bonascre (DR):
Image

En passant au-dessus de la piste "Bonascre" (DR):
Image

Plusieurs vues de la télécabine (DR):
Image


Mais la question des files d'attentes revient encore et toujours à l'ordre du jour. C'est pourquoi, en 1986, la télécabine de Bonascre, équipée de cabines 4 places depuis 1975, est transformée en télécabine à six places, tout en conservant certaines infrastructures de la télécabine de 1965, comme des pylônes en treillis par exemple.

La télécabine de Bonascre version 1986, peu de temps après sa construction (DR):
Image


L'axe Bonascre-Saquet reste par la suite inchangé jusqu'au XXIème siècle. Au début des années 2000, la fréquentation de la station ne cesse d'augmenter, et la télécabine de Bonascre, le télésiège de la Crémade et le téléski de Manseille ne suffisent plus à absorber tous les skieurs. En 2006, il est donc décidé de remplacer ces deux derniers par un très long télésiège débrayable six places, appelé Lièvre Blanc, doublant la télécabine de Bonascre sur un tracé parallèle.

Le télésiège du Lièvre Blanc : un axe vital pour la station

Le télésiège du Lièvre Blanc a donc été construit par Poma en 2006 en remplacement du télésiège de la Crémade et du téléski de Manseille.
C’est un appareil très important sur le domaine, puisque seuls lui et la télécabine du Saquet permettent de rejoindre le plateau du Saquet, et ainsi d’accéder aux autres secteurs du domaine skiable (le Saquet et les Campels). A ce rôle de liaison crucial s’ajoute le ski propre très intéressant que propose ce télésiège, puisqu’il dessert la quasi-totalité des pistes du secteur Bonascre, composé de très longues pistes en forêt très agréables.
Ces deux rôles de liaison et de desserte de ski propre de qualité font du télésiège du Lièvre Blanc un appareil très chargé à toute heure de la journée le week-end et pendant les vacances scolaires. Il est très courant, notamment lorsque les Toulousains sont en vacances ou que les conditions sont bonnes le week-end, d’y faire la queue pendant plus de vingt minutes le matin.
Ce télésiège est toutefois remarquable à plus d’un titre : avec une ligne longue de plus de 2,6 kilomètres, c'est en 2017 le quatrième télésiège le plus long de France, derrière les télésièges du Sairon à Morillon, du Pré Saint Esprit aux Arcs et de la Casse du Bœuf à Serre Chevalier Vallée. Il reste néanmoins le plus long télésiège des Pyrénées. Devant la longueur de la ligne, l’exploitant a même décidé de pousser la vitesse maximale de l’appareil à 6 mètres par secondes, une première pour l'époque. Il fait donc non seulement partie des télésièges les plus longs de France, mais aussi des télésièges les plus rapides de France, puisque les télésièges exploités à cette vitesse ne sont pas encore très nombreux !
Côté technique, on retrouve un télésiège de la gamme Multix, commercialisée par Poma à partir de 2005, avec une configuration classique : motrice en amont et tension en aval.

Côté ski, le télésiège du Lièvre Blanc dessert de très nombreuses pistes :
- La verte « Boulevard de la Griole », très longue piste verte serpentant en forêt jusqu’au front de neige de Bonascre. Elle peut se scinder en deux parties, ces dernières se séparant au moment où la piste passe au même endroit que la piste « Bonascre », à l’endroit où se termine la piste « Manseille » et commence la piste « Sapins ».
- La partie inférieure de la piste « Ronde des Marmottes », piste enneigée artificiellement et très importante puisqu’elle permet à tous les skieurs arrivant du télésiège et souhaitant skier sur les domaines du Saquet ou des Campels de rejoindre les remontées s’y trouvant. On peut donc, depuis cette piste, rejoindre les téléskis du Col, des Chalets et du Casse, ainsi que les télésièges de la Tute et de l’Ours.
- La verte « Gentianes », assez courte piste verte plus ou moins parallèle à la partie inférieure de la piste « Ronde des Marmottes ».
- La bleue « Bonascre » : c’est la piste principale de la station, qui descend sur près de 4 kilomètres du sommet du télésiège jusqu’au front de neige de Bonascre. Elle est entièrement équipée de canons à neige pour pallier à une éventuelle faiblesse de l'enneigement naturel. On peut également, depuis cette piste, bifurquer sur la bleue « Font-Frède », très belle piste d’un gros kilomètre qui arrive au départ du télésiège de Mansèdre.
- La bleue « Manseille », sorte de variante de la première partie de la piste « Bonascre », et qui reprend exactement le même tracé que celui qu’empruntait le téléski de Manseille. Elle rejoint la piste Bonascre au niveau de l’arrivée de l’ancien télésiège de la Crémade.
- La bleue « Sapins », prolongement de la piste « Manseille » et rejoignant les gares aval du télésiège du Lièvre Blanc et de la télécabine de Bonascre. Sur sa partie inférieure, on skie entre les lignes de ces deux remontées.
- La rouge « Pylônes », sorte de variante de la piste « Bonascre » sur sa partie intermédiaire, longeant intégralement la ligne de la télécabine de Bonscre entre ses pylônes 11 et 17.


Situation sur le plan des pistes d'Ax 3 Domaines (© Plan Atelier Pierre Novat):
Image

Situation sur la carte IGN au 1/25000e d'Ax (Géoportail – Droits réservés) :
Image


Caractéristiques de l’appareil :

Caractéristiques administratives :

  • Type de remontée : TSD – Télésiège à attache débrayable
  • Nom de la remontée : LIEVRE BLANC
  • Exploitant : SAVASEM (Ski Alpin Vallées d'Ax Société d'Economie Mixte)
  • Constructeur : POMAGALSKI
  • Maître d'oeuvre : MDP
  • Maître d'ouvrage : SAVASEM
  • Année de construction : 2006

Caractéristiques d’exploitation :

  • Saison d’exploitation : Hiver et été
  • Capacité : 6 personnes
  • Débit à la montée : 2160 p/h
  • Débit à la descente : 900 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 6 m/s

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude aval : 1393 m
  • Altitude amont : 2007 m
  • Dénivelé : 614 m
  • Longueur développée : 2635 m
  • Longueur horizontale : 2541 m
  • Pente moyenne : 24,16 %
  • Pente maximale : 55,00 %

Caractéristiques techniques :

  • Tension : Aval
  • Type de tension : Hydraulique
  • Motrice : Amont
  • Puissance développée : 1032 kW
  • Sens de montée : Droite
  • Nombre de pylônes : 24
  • Dispositif d'accouplement : Pinces LPA
  • Type de véhicules : Sièges LPA-6-OC
  • Espacement entre deux sièges : 10 secondes
  • Nombre de sièges : 92
  • Diamètre de la poulie motrice : 4900 mm
  • Diamètre de la poulie retour : 4900 mm

Caractéristiques du câble :

  • Fabricant du câble : TREFILEUROPE
  • Année de pose : 2006
  • Type de câblage : Lang à droite
  • Diamètre : 50 mm
  • Composition : 6*31 fils
  • Âme : Compacte

Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 4S/6S
  • P3 : 4S/6S
  • P4 : 10S/10S
  • P5 : 6S/8S
  • P6 : 6S/8S
  • P7 : 4SC/4SC
  • P8 : 4S/6S
  • P9 : 4S/6S
  • P10 : 4S/8S
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 4S/4S
  • P13 : 10S/12S
  • P14 : 10S/12S
  • P15 : 4SC/4SC
  • P16 : 6S/6S
  • P17 : 4SC/4SC
  • P18 : 8S/8S
  • P19 : 6S/6S
  • P20 : 4SC/4SC
  • P21 : 4S/4S
  • P22 : 4S/4S
  • P23 : 6S/8S
  • P24 : 6S/6S


Ligne et infrastructures du télésiège du Lièvre Blanc :


La gare aval :

La gare aval du télésiège du Lièvre Blanc se trouve à 1393 mètres d'altitude, à quelques mètres au nord-ouest de la gare aval de la télécabine de Bonascre. Le peu de place autour de la gare a contraint l'exploitant à aménager un embarquement perpendiculaire à la ligne, plus difficile à négocier pour les skieurs peu assurés que ne l'est un embarquement dans l'axe de la ligne. C'est dans cette gare qu'est assurée la tension du câble, par le biais de deux vérins hydrauliques.

Situation de la gare aval (à gauche) sur le front de neige de Bonascre :
Image

A droite, la gare aval de la télécabine de Bonascre :
Image

Vue de trois quarts avant :
Image

Depuis la file d'attente :
Image

Le panneau d'informations du télésiège :
Image

Vue sur le ralentisseur :
Image

L'embarquement dans le contour :
Image

C'est parti :
Image


La ligne :

La ligne du télésiège du Lièvre Blanc est très longue (2635 mètres, rappelons-le), assez irrégulière, et parallèle à celle de la télécabine de Bonascre du début jusqu'à la fin. Après une petite montée en sortie de la gare aval, s'ensuit une assez longue partie quasiment à plat jusqu'au pylône 7. A partir de ce dernier, la ligne se raidit quelque peu, et gardera une pente plus forte jusqu'au pylône 13, qui permet le franchissement d'une petite ligne de crête sur laquelle passe la piste "Pylônes", avec l'aide du pylône 14. Ce dernier imprime par ailleurs à la ligne une portion légèrement descendante, jusqu'au quinzième pylône, à la suite duquel la ligne se redresse progressivement jusqu'au P18. Celui-ci marque le début d'une assez courte portion peu inclinée pendant laquelle la ligne survole les pistes "Bonascre" et "Manseille" et rejoint la gare amont sans trop de difficultés malgré une petite compression imprimée par le pylône 20.

Vue sur le début de la ligne depuis la file d'attente :
Image

En avant sur la ligne avec le P2 :
Image

Portée P2-P3 :
Image

P3 :
Image

Portée P3-P4 :
Image

P4 :
Image

Portée P4-P5 :
Image

P5 :
Image

Portée P5-P6 :
Image

P6 :
Image

Portée P6-P7 :
Image

P7, la pente commence à augmenter :
Image

Portée P7-P8, et passage au-dessus de la piste "Sapins" :
Image

P8 :
Image

Portée P8-P9 :
Image

P9 :
Image

Assez longue portée P9-P10 :
Image

P10 :
Image

Portée P10-P11 :
Image

P11 :
Image

Portée P11-P12 :
Image

P12 :
Image

Portée P12-P13, la crête approche :
Image

P13. La première montée touche à sa fin :
Image

Portée P13-P14 et passage au-dessus de la piste "Pylônes" :
Image

Le P14 amorce une petite descente :
Image

Très longue portée P14-P15 :
Image

P15, début de la deuxième montée :
Image

Portée P15-P16, la pente est encore assez douce :
Image

P16 :
Image

Portée P16-P17 :
Image

P17, avec à gauche la piste "Font Frède", qui descend jusqu'au télésiège de Mansèdre :
Image

Portée P17-P18 :
Image

Bref coup d'oeil en arrière :
Image

P18, annonçant la fin de cette deuxième phase montante :
Image

Portée P18-P19 et passage au-dessus de la piste "Bonascre", très fréquentée :
Image

P19 :
Image

Portée P19-P20 :
Image

Le P20 imprime à la ligne sa troisième et dernière phase de montée :
Image

Portée P20-P21 et passage au-dessus de la piste "Manseille" :
Image

P21 :
Image

P22 :
Image

Portée P22-P23. A gauche, la gare amont de la télécabine de Bonascre :
Image

P23 :
Image

Portée P23-P24, dernière portée avant la gare amont. En toile de fond, la Tute de l'Ours à gauche :
Image

Les trains de galets des derniers pylônes, en raison des conditions météo difficiles qui peuvent parfois régner dans les environs, sont dotés de flasques anti-givre de couleur noire :
Image


La gare amont :

La gare amont du télésiège du Lièvre Blanc se trouve à 2007 mètres d'altitude, un peu en contrebas de celle de la télécabine de Bonascre. C'est la station motrice de l'appareil et, contrairement à la gare aval, les skieurs débarquent ici dans l'axe de la ligne. On remarquera qu'il manque à la gare certaines vitres : elle a en effet été fortement endommagée, comme beaucoup d'autres appareils des Pyrénées, par la tempête Klaus du 24 janvier 2009 : des vents de plus de 200 km/h avaient en effet été mesurés dans les stations environnantes (jusqu'à 216 km/h au Port d'Envalira !).

Entrée en gare amont :
Image

Débarquement :
Image

Vue arrière avec la zone de débarquement :
Image

Vue de trois quarts arrière :
Image

Vue de profil :
Image

De trois quarts avant avec le P24 à droite :
Image

Vue plus rapprochée :
Image

Vue plus éloignée en arrivant depuis la télécabine de Bonascre :
Image



Véhicules et pinces :

Poma a équipé le télésiège du Lièvre Blanc de 92 sièges LPA-6-OC, à petits dossiers. Ils sont suspendus au câble par des pinces LPA. On remarquera que certains sièges, en raison de l'exploitation estivale de l'appareil, disposent sur la droite de la suspente, de crochets permettant d'y accrocher des VTT.

Une pince et sa suspente :
Image

Un siège en ligne :
Image




Lièvre Blanc : une solution suffisante ?

L'effort déployé par la station pour résoudre la question des interminables files d'attente à la télécabine de Bonascre et au télésiège de la Crémade est tout à fait louable : performance et confort sont au rendez-vous sur ce téléporté, ainsi que la rapidité grâce à la vitesse maximale de 6 mètres par seconde. Néanmoins, en période de pointe et lors des week-ends et des vacances scolaires, un manque de débit parfois cruel se fait toujours sentir : 2160 personnes par heure n'est clairement pas un débit suffisant pour absorber les flux de skieurs importants, d'autant plus que les arrêts sont relativement fréquents lorsque le télésiège tourne à plein régime, du fait de la rapidité de l'embarquement et de la foule qui s'y amasse. Autant de défis que l'exploitant va devoir relever dans un futur plus ou moins proche...

Le télésiège du Lièvre Blanc, un axe ô combien important pour la station, ici au-dessus de la piste "Bonascre" :
Image


------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage.
Merci de l’avoir lu et à bientôt !

(c) – Août 2017 – collonges74 - Tous droits réservés – Modification interdite sans l’accord des auteurs.

Photos : collonges74
Photos prises le 25 février 2017 et le 11 mars 2017
Textes, bannière et mise en page : collonges74



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :