En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD6 du Stade

Val Thorens (Les Trois Vallées)

Doppelmayr

T1 ES
Description rapide :
Télésiège permettant de desservir l'intégralité des stades de slalom de Val Thorens.

Année de construction : 2016

Remplace les appareils suivants : Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 04/05/2017 et mise à jour le 21/05/2017
(Mise en cache le 22/05/2017)

Télésiège du Stade
Val Thorens (73)


Image


Bienvenue à Val Thorens

La station de ski de Val Thorens est située dans le département de la Savoie dans la vallée de la Tarentaise. Avec ses 2300 mètres d'altitude, elle est la station la plus haute d'Europe. Val Thorens a la réputation de recevoir tous les ans un enneigement exceptionnel. La station ouvre habituellement de mi-novembre à début mai.

La station de Val Thorens fut créée en 1972. Le début de l'aménagement, commencé un an plus tôt par la commune de Saint Martin de Belleville, se concentre sur le bas de la future station, sur le secteur de Péclet avec la réalisation de la télécabine de Péclet et le versant sud avec la réalisation du télésiège Mont de Péclet. Après ces aménagements, le secteur de la Moraine et du Fond seront équipés. Par la suite, le glacier de Chavière sera aménagé. Au début des années 1980 la SETAM, société crée en 1972, commence à équiper le secteur du virage de Caron avec la réalisation d'une télécabine en deux tronçons et la construction en 1982 du plus gros téléphérique du monde pour l'époque. Ce sera durant l'été 1984 que sera construit le premier télésiège de la Moutière. Réalisé par le constructeur français Skirail, cet appareil est avec le télésiège des 3 Vallées 1 construit la même année, le premier télésiège fixe quadriplace de la station. Cet appareil partait en contrebas des télécabines de Caron-Cairn et permettait de revenir sur Val Thorens sans avoir à déchausser pour prendre une télécabine. Il permettait également de rejoindre directement les téléskis du Plateau. Cet appareil avait la particularité d'avoir un pylône commun avec la télécabine de Caron.

Le domaine skiable actuel de Val Thorens est relié à Orelle. Cet ensemble regroupe 29 remontées mécaniques qui sont, dans la majorité récentes, et performantes. Ils possèdent le premier appareil à avoir été équipé d'un dispositif de double embarquement (DLS), le premier funitel du monde et le premier funitel BMF à avoir été construit au monde. Ces remontées mécaniques desservent un total de 150 kilomètres de pistes pour 70 pistes qui partent de 1500 mètres d'altitude jusqu'au sommet des 3 Vallées à 3230 mètres d'altitude sur le versant d'Orelle.

De plus, la station dispose de la plus longue piste de luge de France. Le départ est au sommet du funitel de Péclet et l'arrivée à Val Thorens pour un dénivelé de presque 700 mètres ! Elle possède aussi un snow-park de 70 000 m² avec boarder-cross, air bag, half pipes, tables, handrails … A découvrir aux téléskis du Plateau.

    La station de Val Thorens
    Image


L'aménagement du secteur de Péclet

L'aménagement du secteur de Péclet remonte au tout début de la station de Val Thorens, c'est-à-dire en 1971. Cette dernière fut impulsée durant sa première année grâce à la construction de quatre téléskis : celui de la Montée-du-Fond, dans le secteur de Thorens, du Retour, côté Sud, ou encore ceux du Lac et du Golf dans le secteur de Péclet. Lac, installé par Montaz-Mautino, permettait l'accès à la Montée-du-Fond ou desservait un espace débutants tout comme le téléski du Golf. Cependant, il était souvent exposé au vent puisqu'il passait sur une crête et se retrouvait rapidement enseveli sous la neige. Ces installations avaient été financées par la commune de Saint-Martin-de-Belleville, car à cette date, la SETAM, société exploitant le domaine skiable de Val Thorens, n'était toujours pas constituée. Il faudra attendre 1972 pour qu'elle rembourse l'emprunt contracté à la commune et récupère également l'exploitation de ces téléskis. Cette même année, le premier téléporté de la station fut construit : la télécabine de Péclet par PHB (Pohlig Heckel Bleichert). Elle avait pour but de donner accès au glacier de Péclet qui fut équipé la même année en téléskis et télésiège pour l'exploitation estivale du ski. Par ailleurs, cette installation devait également desservir des pistes de grands dénivelés. 1973 est marqué par la construction du téléski du Roc. En 1976, Montaz-Mautino installe le télésiège du Stade, desservant premièrement comme son nom l'indique le stade et permettant également la desserte d'un espace de ski proche de la station et susceptible d'être ouvert lors des jours de mauvais temps. Il sera renommé les « Cascades » en 1981 avec la construction par Poma du téléski du Stade occasionnant également le déplacement de celui-ci dans les contreforts des pentes exposées sud de la station. Cette même année est également mis en service le télésiège du Sentier dans les environs de ce dernier.

    Le télésiège des Cascades, autrefois appelé « le Stade » avec l'ancienne télécabine de Péclet à gauche
    Image


En 1990 est construit le premier funitel du monde par Réel, une entreprise réputée pour ses ponts roulants et machines spéciales dans l'industrie nucléaire, ainsi que par Creissels. Il s'agit de celui de Péclet venu remplacer la vieillissante télécabine de 1972. Cependant cette dernière ne fut supprimée qu'en 1993. Poma installe en 1991 le télésiège débrayable des 2 Lacs en remplacement du téléski du Lac. 1995 est marquée par le remplacement des télésièges du Sentier et des Cascades ainsi que du téléski du Golf par un téléporté six places débrayable mettant en œuvre pour la première fois au monde le système de double embarquement. En 2013 le télésiège des 2 Lacs est déplacé sur le versant sud de Val Thorens et remplacé par un autre téléporté débrayable quatre places Poma. Enfin, en 2016 a été complètement réaménagée la partie Stade avec le démantèlement du téléski éponyme et de celui du Roc, remplacés par un seul et même télésiège débrayable six places Doppelmayr. Ceci a également engendré la construction d'un nouveau petit téléski, « le Club », réservé au club des sports et à l'ESF sur la partie basse du stade de slalom.

Les téléskis du Roc et du Stade

Construits respectivement en 1973 et 1981, les téléskis du Roc et du Stade étaient situés sur la gauche du funitel de Péclet, dans les contreforts de la Pointe du Borgne (3078 mètres d'altitude). Ces deux appareils, ne possédant pas pour autant la même utilité, s'enchaînaient. Le Roc partait du front de neige principal de la station juste à côté de la gare aval du télésiège des Pionniers et gravissait un dénivelé de 45 mètres jusqu'aux environs du téléski du Stade. Ainsi, celui-ci partait à proximité de la gare d'arrivée du téléski du Roc aux pieds des derniers bâtiments de Val Thorens, en direction du sommet du stade de slalom à environ 2750 mètres d'altitude.

    Situation sur le plan des pistes 2014/2015 de Val Thorens du téléski du Roc (en rouge) et du téléski du Stade (en vert)
    Image


Le téléski du Roc permettait de desservir un espace débutants facilement accessible depuis les différents immeubles de la station. Celui ci venait compléter l'offre débutante des tapis Castor et Pollux (placés sur le versant sud) ainsi que des Campagnols et de la Musaraigne (placés sous le funitel de Péclet). Tout comme les tapis, le téléski du Roc était également gratuit pour les skieurs. Cette installation permettait aussi l'accès aux stades et aux immeubles environnants.

Historiquement on peut préciser que ce téléski a été fortement amputé des trois quarts de sa ligne en 2008 lors du premier réaménagement du stade de slalom. Ainsi un ancien virage qu'il possédait a été supprimé, et la ligne a été améliorée pour les débutants.
Techniquement, la gare aval était la station motrice de l'installation. Construite par Montaz-Mautino, on retrouvait une infrastructure de type D10. Elle mettait en mouvement le câble grâce à un moteur électrique de 18 kW. La ligne, longue d'environ 320 mètres, se composait de 4 pylônes. Enfin la gare amont était un Lâcher Sous Poulie (LSP) récent, tout à fait typique de Gimar Montaz-Mautino (GMM). Il est à noter qu'en mai 2008, cet appareil comptait déjà plus de 13 millions de passages.

    La gare aval et le début de la ligne de l'ancien téléski du Roc
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au reportage de l'ancienne installation dans la BDD)

→ Vidéo de l'appareil durant sa dernière saison d'exploitation (skifan) : https://www.youtube.com/watch?v=HASdvn3qUkk


Le téléski Poma du Stade permettait quant à lui, comme l'indique son nom, seulement la desserte du stade de slalom. Rarement ouvert au public, c'était un téléski à enrouleurs qui avait été choisi pour le bien-être des compétiteurs. En effet l'exploitant, en collaboration avec le club des sports, désirait un lâcher intermédiaire au niveau du septième pylône afin de desservir la partie basse du stade. Ainsi les enrouleurs permettaient d'organiser cela en accord avec les règlements relatifs aux remontées mécaniques en France sans pour autant détériorer les aménagements en place (piste, véhicules...). En 2008 l'exploitant a signé un accord entre la commune, le club des sports et la Fédération Française de Ski (FFS) afin que ce stade soit agrandi et mis à disposition des équipes de France en avant-saison, mais aussi ouvert à des compétitions de renommée internationale pour toutes catégories. En 2011 il a été allongé d'une centaine de mètres vers l'amont afin de créer un nouveau stade en parallèle à celui d'origine : celui des Trolles permettant d'accueillir des épreuves de vitesse (notamment du Super Géant). Cette rénovation a été effectuée par Altim.

Techniquement le téléski du Stade était équipé en aval d'une station retour. Une banale poulie retour fixe était installée sur un monofût équipé d'un balancier compression pour le brin descendant. L'embarquement s'effectuait une dizaine de mètre plus loin sous le premier pylône, réglable en hauteur, compression pour le seul brin montant. La particularité de cette ligne était d'avoir ses deux brins séparés délimitant ainsi la partie stade. La partie montante était située à gauche du stade et totalisait 13 pylônes inclinés dont deux virages. La partie descendante placée en majorité sur un dévers entre les deux stades totalisait quant à elle 12 pylônes dont un virage. Enfin on retrouvait en gare amont une station motrice – tension montée sur deux fûts en hauteur. Le câble était mis en mouvement par un moteur électrique de 110 kW, montrant bien l'envergure de l'appareil, et la tension dynamique du câble se faisait via un vérin hydraulique.

    La gare aval et la zone d'embarquement
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au reportage de l'ancienne installation dans la BDD)


    Vue sur une grande majorité de la ligne avec à gauche le brin montant et à droite le brin descendant ; au centre et juste à côté les deux stades de slalom
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au reportage de l'ancienne installation dans la BDD)


    La gare amont et la zone de débarquement juste devant
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au reportage de l'ancienne installation dans la BDD)

→ Vidéo de l'appareil durant sa dernière saison d'exploitation (skifan) : https://www.youtube.com/watch?v=1_Zl-Uk8Mjs


2016 : On change tout

Avec un débit horaire de 750 personnes par heure, le téléski du Stade ne répondait plus, ni aux attentes de la clientèle sportive et compétitrice, ni à celles de la SETAM. Le téléski du Roc devenait lui par contre simplement obsolète. Ainsi il fut décidé de supprimer ces deux appareils et de les remplacer par un seul et même télésiège débrayable six places Doppelmayr, ce qui a permis d'une part d'augmenter le débit horaire (2400 p/h théorique et 3000 p/h définitif) mais aussi de donner accès aux clients non compétiteurs aux environs du stade puisqu'une nouvelle piste a également été aménagée, celle du Croissant, en partie sur l'ancienne ligne du téléski du Stade. Le tracé du téléporté a donc été modifié, avec un départ en lieu et place de l'ancien téléski du Roc, et une arrivée une centaine de mètres au-dessus de l'ancien débarquement du téléski du Stade, le tout offrant un appareil long de 1987 mètres et gravissant plus de 500 mètres de dénivelé le long du funitel de Péclet. Cette restructuration intervient la même année que la construction du téléski du Club, également par Doppelmayr, et du télésiège de Boismint par BMF-Bartholet dans la même station. Cette restructuration intégrale du stade de slalom s'est aussi accompagnée de la mise en service, comme dit juste ci-dessus, du téléski du Club desservant quant à lui la partie basse du stade sur environ 80 mètres dénivelé, le tout afin d'éviter aux compétiteurs ne skiant que sur le bas de la piste de devoir faire un énorme détour. L'exploitation de cet appareil a été remise au club des sports de Val Thorens. Plusieurs entreprises sont intervenues dans les travaux : Doppelmayr France pour la construction des deux appareils, DCSA en tant que maître d’œuvre, MBTM pour la génie civil et le montage, Mesur'Alpes pour les études topographiques ainsi que TPLP et Flo TP pour les terrassements. En dehors des remontées mécaniques, la SETAM a installé huit canons à neige en plus sur ce secteur et a raccordé par un nouveau bout de piste la gare amont à la piste rouge du Lac Blanc, partant du sommet du funitel de Péclet.

Le télésiège du Stade a pu être livré en temps et heure pour la saison de ski 2016-2017. Les anciens téléskis ont effectué leurs derniers tours de poulies début mai afin d'être détruits proprement au cours de l'été pour le Stade afin d'être réutilisé dans la station iséroise de Corrençon-en-Vercors. Les massifs en béton ont été coulés courant juillet pour être finalisés en août. Durant ces périodes la gare aval a commencé à être montée. La gare amont a elle été installée légèrement plus tard. La ligne a été montée début septembre grâce à un héliportage au tout début du mois. Le câble a été tendu à la mi-octobre et les sièges ont également été posés par la suite. Au cours de ce mois la couverture bois et métallique de l'infrastructure aval a également été terminée. La SETAM a pu ensuite effectuer les tests de rodage pour une ouverture au public le 26 novembre 2016 sous un soleil radieux.

    Début des travaux mi-juillet avec les fouilles de la G1 ; le téléski du Roc n'est pas encore démonté
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au sujet de la construction sur le forum)


    Montage de la G1 et fondations de la couverture fin août
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au sujet de la construction sur le forum)


    La ligne héliportée courant septembre
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au sujet de la construction sur le forum)


    Livraison des sièges et finalisation de la couverture en G1 fin octobre
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au sujet de la construction sur le forum)


    Télésiège quasiment terminé début novembre
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder au sujet de la construction sur le forum)


Stade : Un nouveau secteur ouvert au public

Le télésiège du Stade est situé sur le lieu-dit de la « Grenouillère » à proximité immédiate des tapis Castor & Pollux et du télésiège des Pionniers et directement accessible depuis la fin de la piste verte du Flocon arrivant des télésièges de la Portette et de la Moraine. Construit en 2016 par Doppelmayr, celui-ci ne présente aucune grosse particularité technique, on ne peut plus commun chez ce constructeur.

    Situation du télésiège du Stade directement en arrivant depuis la piste verte du Flocon avec en face le télésiège des Pionniers et les deux tapis « Retour »
    Image


Cette installation a pour but principal de desservir efficacement l'intégralité des stades de slalom de Val Thorens. En collaboration directe avec les fédérations, l'exploitant se devait d'installer un appareil performant en ce lieu. En plus de cela le télésiège du Stade a attiré une nouvelle clientèle depuis son ouverture : la clientèle touristique qui désormais peut effectuer des rotations sur des pistes de niveaux difficiles. En effet cet appareil est venu doubler le télésiège des Cascades et même plus venu tripler le long funitel de Péclet. N'arrivant pas à son sommet pour des raisons foncières, cette remontée est cependant venue alléger en terme de fréquentation ce dernier gros porteur à haut débit. De même, celle-ci a pour fonction de permettre un accès à certaines pistes en cas de vent fort et de mauvaise météo sur le haut du domaine skiable à plus de 3000 mètres d'altitude. Au sommet du nouveau télésiège, pas de choix, il faut revenir sur le front de neige principal de Val Thorens.

Côté ski, le télésiège du Stade dessert quatre pistes :

  • La piste noire du stade « Yannick Richard », longeant la ligne de l'ancien téléski et homologuée FIS (Fédération Internationale de Ski) elle peut accueillir des courses de type technique (géant et slalom).
  • La piste rouge du stade des « Trolles », elle est également homologuée FIS et peut accueillir des compétitions de vitesse (super géant en majorité).
  • La piste rouge du Lac Blanc, longue piste partant du sommet du funitel de Péclet.
  • La piste rouge du Croissant, construite au cours de l'été 2016, elle reprend la ligne de l'ancien téléski.
A noter que les pistes Yannick Richard et Lac Blanc sont équipées d'un dispositif d'enneigement artificiel permettant d'améliorer la qualité de la neige d'une part pour les compétitions et les compétiteurs, et d'autre part pour les autres skieurs.

Voici sa situation sur le plan des pistes des 3 Vallées et de Val Thorens :

    Image

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques Administratives

TSD-Télésiège à attache débrayable : STADE
Maître d'Ouvrage : SETAM
Maître d’Œuvre : DCSA
Études Topographiques : Mesur'Alpes
Montage / Génie Civil : SOMERM
Terrassements : TPLP / Flo TP
Installation Électrique : SEIREL / EGIR
Exploitant : SETAM
Constructeur : Doppelmayr
Année de construction : 2016
Montant de l’investissement : 6 240 000 €

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personnes
Débit : 2400 (3000*) p/h
Vitesse d'exploitation : 5,25 m/s
Temps de trajet : 6 min 18 sec

Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 2287 mètres
Altitude amont : 2770 mètres
Dénivelée : 483 mètres
Longueur développée : 1987 mètres
Longueur horizontale : 1906 mètres
Pente maximale : 57 %
Pente moyenne : 25 %

Caractéristiques Techniques

Gare motrice : Amont
Gare tension : Aval
Nombre de pylônes : 20
Nombre de sièges : 89 (111*)
Sens de montée : Gauche
Puissance du moteur électrique : 840 kW
Type de motorisation : Courant continu
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 32 300 daN
Type d'embarquement : Sens de la ligne
Type de gares : Uni-G
Type de pinces : A108-C
Type de sièges : 6E98
Diamètre de la poulie motrice : 6100 mm
Diamètre de la poulie retour : 6100 mm
Espacement des véhicules : 7,2 secondes

Caractéristiques du Câble

Fabriquant du câble : FATZER
Date de pose : 2016
Type de câblage : Lang
Sens de câblage : Droite
Diamètre du câble : 47 mm
Composition du câble : 6×36 Fils
Âme : Compacte
Pas de câblage : 328 mm
Pas de toronage : 148 mm
Section du câble : 916 mm²
Section du toron : 153 mm²

* Chiffres en débit définitif

Ligne et infrastructures du télésiège du Stade

Gare aval :

La gare aval est la station tension de l'installation. Elle est située à 2287 mètres d'altitude à la toute fin de la piste verte du Flocon, juste à côté des gares aval du télésiège des Pionniers et des tapis Castor et Pollux.
On retrouve une infrastructure Uni-G qui a été habillée de bois sur sa partie inférieure et recouverte d'un bâtiment alliant vitres, bois et piliers en métal, le tout donnant un aspect plutôt sympa à la station. L'accès à l'intérieur de celui-ci s'effectue par la face arrière permettant de donner un embarquement dans le sens de la ligne. La tension dynamique du câble y est quant à elle effectuée par deux vérins hydrauliques.

    La gare aval avec en arrière-plan le télésiège des Cascades en arrivant depuis les stades
    Image

    Vue rapprochée de la gare aval avec le premier pylône
    Image

    La gare aval vue de trois quarts
    Image

    La gare aval vue de profil
    Image

    La gare aval vue de trois quarts de l'autre côté
    Image

    La gare aval et l'accès à l'installation
    Image

    La gare aval vue en arrivant depuis la piste verte du Flocon avec la Pointe du Borgne (3078 m) à droite
    Image

    La gare aval avec le funitel de Péclet et une partie du village de Val Thorens en arrière plan
    Image

    La gare aval vue de trois quarts
    Image

    La gare aval vue de face
    Image

    L'accès à l'installation
    Image

    Vue sur le contour et le dessous de la gare en bois
    Image

    Un siège dans le contour
    Image

    L'embarquement
    Image

    C'est parti !
    Image


La ligne :

La ligne, longue de 1986 mètres, est composée de 20 pylônes de couleur blanche. Celle-ci, construite sur un tracé totalement inédit au départ de l'ancien téléski du Roc, entame sur un relief plutôt plat sur le début. C'est à partir du cinquième pylône, au niveau de la fin des stades, que la pente commence à croître petit à petit. Au niveau du P8, le télésiège du Stade passe sur une partie en dévers placée entre les stades Yannick Richard et des Trolles, et qui se termine au onzième ouvrage. On repasse ensuite sur une courte portée plane suivie d'une nouvelle montée finissant au niveau de l'ancienne gare amont du téléski du Stade sur une crête au passage des P15 et P16. De là, la ligne attaque une descente coupée ensuite par un 8SC au pylône suivant. Enfin, l'ouvrage 18 amorce la dernière montée de l'appareil.

Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : 14C/14C
  • P2 : 8S/6S
  • P3 : 6S/6S
  • P4 : 4S/4S
  • P5 : 4SC/4SC
  • P6 : 4SC/4SC
  • P7 : 10S/8S
  • P8 : 4SC/4SC
  • P9 : 6S/6S
  • P10 : 8S/6S
  • P11 : 10S/8S
  • P12 : 4SC/4SC
  • P13 : 6S/6S
  • P14 : 6S/4S
  • P15 : 12S/10S
  • P16 : 12S/10S
  • P17 : 8SC/8SC
  • P18 : 16C/16C
  • P19 : 10S/8S
  • P20 : 8S/8S

    La ligne vue depuis l'aval
    Image

    P1 en sortie de gare
    Image

    Retour en arrière sur le P1 et la G1
    Image

    P2
    Image

    P3
    Image

    P4, on remarque bien à gauche l'ancienne ligne du téléski du Stade, aujourd'hui la piste rouge du Croissant
    Image

    P5 avec à droite le téléski Club
    Image

    Détail de la tête de pylône de type support/compression
    Image

    P6
    Image

    P7
    Image

    Portée P7 - P8 avec à gauche le stade Yannick Richard et à droite le stade des Trolles
    Image

    P8
    Image

    Détail de la tête de pylône de type support/compression
    Image

    Portée P8 - P9
    Image

    P9
    Image

    P10
    Image

    P11
    Image

    Portée P11 - P12
    Image

    P12
    Image

    Portée P12 - P13 au dessus du stade Yannick Richard
    Image

    P13
    Image

    P14
    Image

    P15 et P16 sur le passage d'une crête
    Image

    Retour en arrière sur le P16 et le P15 avec à gauche la Cime Caron (3195 m)
    Image

    Portée P16 - P17 au dessus de la liaison rejoignant les stades avec au fond à droite le télésiège du Glacier et l'ex glacier de Péclet
    Image

    P17
    Image

    Image

    Détail de la tête de pylône de type support/compression
    Image

    Portée P17 - P18
    Image

    P18
    Image

    Détail de la tête de pylône de type compression
    Image

    Portée P18 - P19
    Image

    P19
    Image

    P20
    Image


Gare amont :

La gare amont est la station motrice de l'installation. Elle est située à 2770 mètres d'altitude sur les pentes de la Pointe de Borgne (3078 m), non loin du glacier de Péclet.
On retrouve une infrastructure typique de chez Doppelmayr, c'est-à-dire une Uni-G avec une couverture blanche totalement vierge d'écriture et de logo, lui donnant un aspect assez dircret. C'est ici qu'est mis en mouvement le câble grâce à un moteur électrique à courant continu développant une puissance mécanique de 840 kW. En cas d'avarie sur l'appareil, il est possible de mettre l'installation en marche via un moteur thermique de secours.

    Arrivée en gare
    Image

    La gare amont vue de face
    Image

    La gare amont et le poste de vigie
    Image

    La gare amont vue en s'éloignant
    Image

    La gare amont vue depuis le début du chemin reliant les stades de slalom
    Image

    La gare amont vue en contre-plongée
    Image

    La gare amont et le dernier pylône
    Image

    La gare amont vue d'un peu plus loin sur le chemin de liaison avec les stades de slalom
    Image

    Zoom sur la gare amont depuis la piste rouge du Lac Blanc
    Image


Sièges et pinces

Le télésiège du Stade est équipé de 89 sièges de type 6E98 provenant du constructeur autrichien Doppelmayr, et pouvant accueillir jusqu'à six personnes. Ils arborent tous une couleur blanche à l'image de l'intégralité de l'installation. L'assise est faite d'une sorte de cuir bleu et le dossier - ajouré pour diminuer la prise au vent - de mousse, le tout donnant un aspect pas très confortable pour l'utilisateur. A noter qu'une augmentation de débit est possible si la fréquentation de l'appareil s'avère être supérieure aux attentes de l'exploitant, grâce à l'ajout de 22 sièges faisant augmenter le débit définitif de l'appareil à 3000 skieurs par heure. De même, chaque place la plus à gauche est équipée d'une barre en caoutchouc permettant d'éviter aux jeunes skieurs de glisser sous le garde-corps.

    Image


Les sièges sont reliés au câble par des pinces de type A108-C dont le débrayage et l'embrayage sur le câble s'effectuent grâce à deux ressorts bleus s'actionnant en entrée et en sortie de gare au passage d'une came. À noter aussi que ces pinces peuvent être considérées auto-dégivrantes puisque le simple fait de comprimer les ressorts suffit à casser le givre.

    Image

    Image


Le télésiège du Stade vu depuis les pistes

    La fin de la ligne avec le P19
    Image

    Retour sur la gare amont et le dernier pylône
    Image

    Du P18 au P15 depuis le chemin de liaison aux stades de slalom
    Image

    La partie descendante de l'appareil
    Image

    Les P15 et P16 vus en contre-plongée
    Image

    Zoom du P8 au P15 depuis le téléski Club
    Image

    Depuis le bas des stades, vue sur le P6
    Image

    Croisement du télésiège du Stade et du funitel de Péclet
    Image

    Le P4
    Image


Stade, un télésiège au bilan mitigé

Le télésiège du Stade permet donc l'accès aux différents stades de slalom de la station de Val Thorens, mais aussi à un espace de ski propre, le tout afin de désengorger le funitel de Péclet ainsi que le télésiège des Cascades. Cependant, cette installation n'a pas pu être allongée jusqu'au télésiège du Glacier pour des raisons foncières, ce qui aurait certainement pu lui donner une plus grande fréquentation et fortement désengorger le funitel voisin. Par cela, ce télésiège se retrouve très utilisé par les compétiteurs lors des compétitions et entraînements et un peu moins par les autres skieurs ne pouvant accéder qu'aux pistes du Croissant et du Lac Blanc. Si le nouvel emplacement du téléporté du Stade est plus que logique, on peut regretter la suppression du téléski du Roc qui permettait la desserte d'un petit espace débutants et aussi l'accès aux résidences environnantes. Pour conclure, un télésiège bien utile permettant d'effectuer des rotations rapides sur des pistes sympathiques sans trop d'affluence et qui a aussi permis d'améliorer l'image de Val Thorens au niveau des fédérations ainsi qu'au niveau mondial, la station ayant une fois de plus rénové son parc de remontées mécaniques en remplaçant ses vieux appareils par des téléportés performants.

    Le télésiège du Stade : un télésiège à fréquentation moyenne mais qui est tout de même bien utile...
    Image


Avant de terminer ce reportage, je tenais à remercier Guigui74 et Marieva pour leurs photos du chantier.

J'ib, Mai 2017

Photos : J'ib
Texte, bannière et mise en page : J'ib
Date des photos : 7 avril 2017



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :