Localisation(s)
Photo

 TSD6B Bernkogel

Saalbach (Skicircus)

Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Télésiège 6 places équipé des nouvelles suspentes Doppelmayr.

Options techniques :
  • Bulles
  • Sièges chauffants
  • Garde-corps automatiques
  • Tapis d'embarquement ou de positionnement
  • Garage
Année de construction : 2015

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 23/04/2016 et mise à jour le 30/04/2016
(Mise en cache le 30/04/2016)

Image



Les grandes stations autrichiennes se livrent depuis le début de la décennie à une course aux équipements présentant deux caractéristiques notables : d’une part des gros porteurs viennent ouvrir de nouvelles liaisons entre stations pour créer de grands ensembles de taille internationale, d’autre part au cœur du domaine existant, la plupart des téléskis à enrouleurs et des télésièges à pinces fixes sont remplacés par des télécabines ou des télésièges débrayables munis de nombreuses options. Ce choix d’une montée en gamme s’explique par le souci d’uniformiser le parc d’appareils et de faciliter la maintenance, par le dynamisme du marché de l’occasion, et aussi par le désir de renvoyer à la clientèle une image de confort et de modernité.

Ainsi, au cœur du domaine Skicircus qui réunit la vallée de la Glemm et Leogang, la société des remontées de Saalbach a investi en 2015 à la fois dans une télécabine permettant la liaison avec la station voisine de Fieberbrunn, mais aussi dans le remplacement des téléskis du Bernkogel par un télésiège débrayable, équipé de bulles, de sièges chauffants, d’un garde-corps automatique, d’un tapis d’embarquement et d’un garage enterré. Ces options sont désormais le standard dans le Skicircus comme ailleurs en Autriche, où la clientèle allemande et hollandaise à fort pouvoir d’achat doit être fidélisée à tout prix.



Sommaire :
1. De Saalbach à Hinterglemm et Fieberbrunn
2. Historique
3. Caractéristiques techniques
4. G1 « Bärnalm »
5. En ligne
6. G2 « Bernkogel »
7. Véhicules
8. Points d’intérêt à proximité de la ligne




1. De Saalbach à Hinterglemm et Fieberbrunn


Saalbach et Hinterglemm

Dans le large bassin des sources de la Saalach, les derniers alpages du Pinzgau prennent fin au pied des sévères contreforts des Alpes de Kitzbühel. Au-dessus des villages voisins de Saalbach et de Hinterglemm, les pentes modérées et ensoleillées de cette haute vallée sont devenues depuis les années 1910 des champs de neige réputés pour les sports d’hiver. Depuis 1945, leur équipement mécanique les a progressivement transformés en un domaine skiable d’envergure, relié à la vallée de Leogang, devenue une porte d’accès privilégiée pour les skieurs à la journée, ainsi qu’à Fieberbrunn sur le versant tyrolien. L’ensemble Skicircus qui unit ces quatre stations offre désormais 270 km de pistes reliées, dont 90% sont dotées d’enneigement artificiel.

Image
Le petit village de Saalbach s’est mué au fil des ans en une grande station internationale.


Au centre de ce réseau de remontées, le village de Saalbach et son annexe de Hinterglemm est devenu en quelques décennies un lieu de villégiature très apprécié, doté de 19 000 lits touristiques. Une patinoire, une piste de curling, des stands de tir à l’arc, une piste de luge de plus de 3 kilomètres, deux snowparks dont un fonctionnant quotidiennement en nocturne et surtout un ensemble de 55 remontées récentes et majoritairement débrayables confèrent à Saalbach tous les attributs d’une grande station de sports d’hiver de rang international, consacrée par l’organisation des Championnats du Monde de ski alpin de 1991.

Image
Championnats du Monde de 1991.



Le Bernkogel et la liaison vers Hinterglemm et Fieberbrunn

Les domaines skiables de Saalbach et de Hinterglemm sont reliés par deux belvédères situés sur chaque versant de la vallée. Sur la rive droite, la chaîne du Schattberg permet de basculer d’une station à l’autre en empruntant des pistes sportives exposées au nord.

La clientèle familiale préfère toutefois transiter par les pentes plus douces du Bernkogel et du Reiterkogel sur le versant opposé, qui bénéficient d’un plus large ensoleillement. Ces deux sommets arrondis, belvédères respectifs de Saalbach et de Hinterglemm, sont distants de quelques centaines de mètres à vol d’oiseau, séparés par une cuvette où se rencontrent les deux flux de skieurs. C’est aussi au Reiterkogel qu’aboutit depuis 2015 la télécabine de liaison avec Fieberbrunn : ce secteur est ainsi devenu le centre de gravité du nouveau Skicircus.

Le télésiège Bernkogel est le second maillon de la chaîne d’appareils permettant de gagner le belvédère depuis Saalbach, à la suite de la télécabine du même nom. Il dessert une piste bleue, mais il reste avant tout un appareil de liaison vers Hinterglemm et Fieberbrunn.

Image
L’appareil assure principalement la liaison vers Hinterglemm et Fieberbrunn depuis Saalbach via le Reiterkogel.


Image
L’appareil dessert aussi une piste bleue.




2. Historique succinct


L’équipement du massif du Bernkogel

Les premiers équipements de Saalbach remontent à 1945, avec la construction d’un téléski sur les pentes du Kohlmais au-dessus du village. La mécanisation atteignit ensuite les massifs du Schattberg et du Bernkogel. Ce dernier massif fut d’abord équipé d’un TSF1 livré par Hans Trojer, qui conduisait les skieurs jusqu’à mi-pente du Bernkogel. Cet appareil fut rapidement doublé un TSF2 partant lui aussi du centre du village, mais déposant les skieurs quelques centaines de mètres en amont, sur la Bernkogelalm.

Image
A l’arrière-plan, tracé du premier télésiège du Bernkogel.


Image
Premier télésiège du Bernkogel.


Après la construction des télésièges Bernkogel I et II, l’exploitant envisageait de poursuivre l’équipement en direction du sommet, avec deux tronçons supplémentaires de téléskis. A l’origine, ces appareils dénommés Bernkogel III et IV se suivaient, mais ils furent remplacés dans les années 80 par deux téléskis parallèles, sur la totalité du 3ème et du 4ème tronçon. La dénomination Bernkogel III et IV fut réutilisée pour désigner ces deux appareils parallèles du haut du domaine.

Image
Construction des téléskis du Bernkogel III et IV.


Alors que Saalbach avait achevé l’équipement du Bernkogel, la voisine Hinterglemm s’était étendue jusqu’au sommet du Reiterkogel desservi par un téléski à enrouleur. Quelques centaines de mètres et deux exploitants différents séparaient les deux domaines. La liaison pouvait s’effectuer de Hinterglemm vers Saalbach par gravité, à condition de redescendre jusque dans la vallée, mais il était impossible de revenir sur Hinterglemm par le haut du domaine. Une liaison haute vit le jour au début des années 80, avec la construction d’un TSF2 remontant le flanc est du Reiterkogel pour rejoindre Hinterglemm, et un téléski à enrouleurs pour regagner le Bernkogel en direction de Saalbach : le Wetterkreuz. Ainsi, le sommet du Bernkogel devint le point de passage obligé du grand domaine Skicircus.

Image
Future liaison haute entre Saalbach et Hinterglemm.



Les téléskis Bernkogel III et IV

Les téléskis Bernkogel III et IV constituaient le second maillon de la chaîne d’accès au Bernkogel. Ils avaient été construits simultanément par Doppelmayr sous forme d’une ligne avec des portiques communs. Cependant, la montée des clients se faisait à l’extérieur des portiques et la descente des pioches à l’intérieur. L’emprise au sol des deux lignes était importante et créait une large coupure dans le massif. Un unique passage souterrain en milieu de ligne permettait aux skieurs empruntant la piste bleue de croiser le tracé des appareils, infranchissables ailleurs.

Image
Départs des téléskis doubles du Bernkogel.


Image
Début de ligne.


Image
Les lignes créaient une longue balafre.


Image
Au milieu du parcours, l’étroit passage souterrain de la piste bleue sous la ligne formait un goulot d’étranglement.


Image
Fin de la ligne et sommet du Bernkogel.



Le plan de modernisation du massif du Bernkogel

Dans 2003, les exploitants réunifiés se lancèrent dans un grand programme d’enneigement artificiel et de modernisation des appareils structurants du domaine, qui furent tous remplacés par des télécabines ou des télésièges débrayables, pour un montant moyen de 24 millions d’euros par an. Le Skicircus se targue ainsi de posséder l’un des parcs de remontées les plus modernes d’Autriche. Cette vague de rénovations fut d’abord dictée par le souci d’améliorer le débit des appareils principaux, mais dans une deuxième phase, les investissements se sont concentrés sur la qualité de service offerte aux clients, grâce à l’installation d’appareils munis d’options comme les bulles ou les sièges chauffants. Tiré par la concurrence de domaines similaires comme le groupement tyrolien de Serfaus, Fiss et Ladis, la station de Saalbach n’hésite désormais plus à passer en débrayable des appareils d’un kilomètre de long.

Les derniers investissements du domaine ont concerné les secteurs du Bernkogel et du Reiterkogel, qui ont fait l’objet d’un plan massif de modernisation destiné à préparer l’arrivée de la télécabine de liaison vers Fieberbrunn. En 2011, la nouvelle télécabine Bernkogel I est venue remplacer le TSD3 au départ du village de Saalbach, tandis que plus haut, l’ancien TSF2 Reiterkogel Ost a cédé la place à un TSD6 la même année. En 2012, l’ancien téléski du Wetterkreuz, seul maillon dépourvu de téléporté sur la liaison de Hinterglemm vers Saalbach, a fait lui aussi l’objet d’un remplacement par un télésiège 6 places équipé de bulles, de sièges chauffants et de garde-corps automatiques, le plus court d’Autriche. Dans le même temps, la gigantesque retenue collinaire du Wetterkreuz était mise en service pour alimenter tout le secteur. Avec une capacité de 173 000 mètres cubes, c’est l’une des plus grandes du pays.

Image
Gare aval de la télécabine de Bernkogel I.


Image
La nouvelle cabine rafraîchit l’image de Saalbach.


Image
Pistes du Bernkogel.


Image
La gare amont est conforme à la nouvelle charte architecturale de l’exploitant : formes épurées, couverture totale, couleurs sombres.


Les derniers appareils restant à moderniser étaient les téléskis doubles reliant la télécabine au sommet du Bernkogel. Dans tout le Skicircus, les autres téléskis assurant une liaison entre secteurs avaient déjà été remplacés par des télésièges. En 2015, le chantier du nouveau télésiège débrayable du Bernkogel a ainsi permis d’achever le plan de modernisation du massif et de supprimer les derniers téléskis de liaison. Le nouvel appareil fut choisi avec de nombreuses options de confort et de sécurité, comme les bulles bleues, les sièges chauffants, les garde-corps automatiques ou encore le tapis d’embarquement. Ainsi la clientèle se vit offrir un confort accru et un temps de montée réduit de moitié.

Image
La dernière grosse rupture de charge du domaine : entre 2011 et 2015, les skieurs devaient passer d’une télécabine 8 places à des téléskis à enrouleurs.


Image
La clientèle enchaînait des sièges chauffants en cuir de la télécabines aux arbalètes des téléskis bien moins confortables.


Le projet confié au bureau d’études Melzer & Hopfner de Bregenz a représenté un investissement de 10 millions d'euros, répartis entre 7,5 millions d’euros pour l’appareil et 2,5 millions d’euros pour le reprofilage de la piste bleue, la déconstruction du passage souterrain sous la piste de montée des téléskis doubles, et surtout la rénovation et l’extension du réseau de neige de culture desservant la piste. Ce chantier est venu clore un chapitre de 5 ans d’investissements sur le massif du Bernkogel d’un volume total de 50 millions d'euros, qui a permis de doter le secteur de pistes intégralement équipées d’enneigeurs, et d’appareils performants débitant tous entre 2500 et 3000 skieurs par heure.

Image
Chantier de la gare aval en septembre 2015.


Image
Chantier de la gare amont et du garage souterrain.






3. Caractéristiques techniques



  • Constructeur : Doppelmayr
  • Année de construction : 2015
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Capacité : 6 personnes
  • Altitude Aval : 1 550 m
  • Altitude Amont : 1 728 m
  • Dénivelée : 178 m
  • Longueur développée : 1 341 m
  • Débit maximum : 3 000 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 5 m/s
  • Emplacement motrice : amont
  • Emplacement tension : aval
  • Temps de trajet minimum : env. 4 min 30 sec
  • Nombre de véhicules : 84 + 1




4. Station inférieure "Bärnalm" (G1)


Situation

La station inférieure est située en léger contrebas de l'arrivée de la télécabine de Bernkogel, au même endroit que le départ des anciens téléskis. Elle en réutilise la plate-forme de départ, ce qui a permis de limiter les terrassements.

Image
Gare de départ du télésiège, avec la fin de la ligne de la télécabine et le village de Saalbach au fond.



Equipements

La station est retour tension et dispose d’une couverture de type UNI-G vision grise, tout comme les appareils Doppelmayr récents du domaine, notamment la télécabine voisine. En raison de la configuration de la pente naturelle, l’embarquement s’effectue dans le contour. Le local opérateur est placé dans l'axe de la ligne.

Image
La gare est restée en lisière de forêt sans défrichement supplémentaire grâce à l’embarquement tangentiel.


Image
Il y a jusqu’à 5 sièges en gare.


Image
La file d'attente est placée perpendiculairement à la pente.


Image
La came d’ouverture des bulles, côté extérieur de la suspente, est décalée par rapport à celle manœuvrant le garde-corps, afin que la bulle s’ouvre en premier et plus rapidement.


Image
L’appareil n’est pas exploité à la descente, mais le caillebottis permet au personnel de débarquer facilement.


Image
Tapis de positionnement.


Image
Lanceur et début de la ligne.






5. En ligne


Généralités

La ligne reprend exactement le tracé des anciens appareils. La plate-forme de montée des téléskis était suffisamment large pour éviter les déboisements ou les terrassements. Comme presque partout en Autriche, la ligne de sécurité est enterrée, et les têtes de pylônes disposent de haut-parleurs afin de diffuser les informations et consignes du personnel en cas d'arrêt de l'appareil. La ligne dispose aussi d’un système de surveillance de la position du câble sur les balanciers par des capteurs inductifs RPD.

Contrairement au télésiège de Wetterkreuz construit trois ans auparavant sur le même massif, l'autorité environnementale du Land de Salzbourg a imposé que les fûts de l'appareil soient peints en vert oxyde chromique, selon la réglementation régionale de 2003, afin de faciliter l’intégration de l’appareil dans le paysage.


Détail de l’équipement des pylônes :
P1 : 12C/12C (+ galets RPD)
P2 : 8S/8S
P3 : 6S/6S
P4 : 8S/8S
P5 : 8S/6S
P6 : 8S/8S
P7 : 8S/8S
P8 : 10S/8S
P9 : 8SC/4SC
P10 : 8SC/4SC
P11 : 12S/10S



Vues depuis la ligne

Suivant l’ancien tracé, la ligne remonte le long de la piste bleue avec une faible hauteur de survol, puis passe au-dessus de la bleue avec des hauteurs et des portées plus importantes.

Image
Double pylône compression en sortie de gare aval.


Image
Sur la droite, la gare amont de la télécabine.


Image
Passage sous le restaurant d’altitude Bärnalm.


Image
P4.


Image
P5.


Image
P6.


Image
D’importants travaux de pistes ont permis la suppression du tunnel par lequel les skieurs passaient sous le tracé des téléskis doubles. C’est une piste bleue deux fois plus large qu’auparavant qui s’offre désormais aux clients.


Image
P7.


Image
Le sommet du Reiterkogel apparaît à gauche.


Image
P8.


Image
La plate-forme des pistes de montée des anciens téléskis est encore bien visible sous la ligne.


Image
P9, premier de deux pylônes support-compression.


Image
P10.


Image
P11 et fin de ligne.



Vues diverses depuis les pistes

La piste bleue élargie offre quelques points de vue intéressants sur l’appareil.

Image
Partie supérieure du tracé avec les pistes du Kohlmais au fond.


Image
Emplacement de l’ancien tunnel en milieu de ligne.


Image
A cet endroit, la piste a été fortement élargie.


Image
Ces travaux de pistes et d’extension du réseau d’enneigeurs doivent redynamiser le ski propre.


Image
Passage sur la crête.


Image
Arrivée sur la Bärnalm.


Image
Début de ligne et P2.





6. Station supérieure "Bernkogel"


Situation et bâtiments

La G2 est implantée sur le sommet arrondi du Bernkogel, à quelques mètres de l’arrivée du télésiège de Wetterkreuz, au sommet des alpages sur lesquels est tracée la large piste bleue retournant à Saalbach. Le secteur étant sensible du point de vue de l’environnement, le garage de l’installation a fait l’objet d’un enfouissement pour limiter l’impact visuel et les terrassements.

L’ensemble de la structure reprend les codes architecturaux des appareils récents de Saalbach : gare UNI-G Vision grise, local opérateur et garage aux couleurs sombres, couverture de l’espace de débarquement.

Image
Entrée du garage, gare Vision et local opérateur couvrant la zone de débarquement.


Image
Les couleurs sombres dominent.


Image
Le poste électrique est implanté sous le local opérateur.



Equipements

La station amont est une classique UNI-G motrice fixe bénéficiant d’une couverture Vision. Elle est équipée d’un entraînement classique à moteur synchrone et d’un réducteur à renvoi d’angle. Le débarquement s’effectue face à la ligne, dans un zone où une came empêche la refermeture accidentelle de la bulle en cas de foehn violent. Un petit garage souterrain a été construit à l’arrière de la gare, sous la plate-forme d’arrivée. Son accès se fait par une rampe du côté du brin descendant, accessible par un aiguillage disposé à la fin du contour, après la zone de débarquement, permettant le décyclage quotidien des véhicules en marche avant.

Image
Tympan aval de la gare UNI-G Vision.


Image
Local opérateur construit sur le poste de transformation et les locaux électriques.


Image
Zone de débarquement.


Image
Débarquement et local opérateur.


Image
A droite, un rail maintient les bulles ouvertes dans toute la zone de débarquement.


Image
A gauche, accès au garage et cames de manœuvre des bulles et des garde-corps. Au centre, détection de non-débarquement.


Image
Lanceur et cames de fermeture des bulles et des garde-corps.


Image
Rampe d’accès au garage enterré, du côté du brin descendant, avec la crémaillère de transfert.




7. Sièges


L’installation fonctionne avec 84 sièges à bulles équipés des classiques pinces DT-108 à barres de torsion, munies de capteurs pour l’alimentation des sièges chauffants dans le contour aval. Après les sièges 8 places en 2014, c’est au tour du modèle 6 places de subir une modification en 2015 au niveau des suspentes. La liaison avec l’arceau s'effectue désormais au moyen de deux ressorts, au lieu des tampons en caoutchouc utilisés jusque-là. Les clients ressentent une réelle amélioration de confort au passage des pylônes, notamment les compressions.

Image
Vue d’ensemble d’un des 84 sièges.


Image
L’arrière des dossiers arbore le logo de l’appareil.


Image
Pince DT-108 et suspente équipée de deux galets permettant l’ouverture du garde-corps (à gauche) et de la bulle (à droite). La liaison avec l’arceau est mieux amortie désormais.


L'appareil est équipé de sièges munis de bulles bleues censées procurer une impression de ciel dégagé par jour blanc. Ils sont aussi équipés d'assises chauffantes dont les couleurs alternées et les séparateurs individuels de places doivent favoriser le positionnement des clients. Les garde-corps s'abaissent et se relèvent automatiquement, et disposent de repose-pieds individuels passant entre les jambes, ce qui augmente la sécurité pour les enfants et assouplit les règles d'accompagnement par un adulte.

Image
Bulle bleue.


Image
Contraste élevé sous la bulle bleue par jour blanc.


Image
En cas de chutes de neige comme ici, les clients préfèrent parfois laisser les bulles ouvertes pour une meilleure visibilité. L’exploitant coupe en général le système de chauffage des sièges : il ferait fondre la neige dès la sortie de gare aval, mais la puissance dissipée deviendrait rapidement insuffisante pour empêcher le regel avant que le siège ait achevé une rotation complète. La couche de glace qui se formerait endommagerait le revêtement en cuir.


Image
Les couleurs alternées facilitent le positionnement des clients à l’embarquement.


Image
Les gares disposent du nouveau logo de la station, mais les sièges affichent encore l’ancien.


Image
Le garde-corps automatique est muni de repose-pieds individuels.









Le Skicircus dans une nouvelle ère…


Lorsque les villages de Saalbach et Hinterglemm ont créé et relié leurs domaines skiables dans les années 60, ils ont baptisé le nouvel ensemble « Skicircus » ou cirque du ski, car il était possible d’en faire un tour circulaire, les principaux sommets reliés formant un cirque de part et d’autre de la vallée. Son symbole, à l’origine une tente foraine, est resté pendant plusieurs décennies un clown skieur, dont l’apparence a été plusieurs fois rajeunie. En 2015, la liaison avec Fieberbrunn a transformé le Skicircus en un gigantesque domaine qui n’a plus rien de circulaire. La marque « Skicircus » elle-même tend à disparaître au profit de « Saalbach » dont le nouveau logo rouge a été apposé sur toutes les installations du domaine, même à Fieberbrunn. Le clown y apparaît toujours mais sous forme d’une petite silhouette… Il prend doucement le chemin de la sortie, même si son ancien logo reste présent sur les assises de ce télésiège, fabriquées avant le changement de design. Ultime pied de nez à la tradition pour un domaine qui prend la voie de la modernité en s’étendant et en s’ouvrant encore plus à l’international…


Image
.






Photos

Les photos de ce nouvel appareil ont été prises par Autriche.


Informations pratiques

Exploitant :
Saalbacher Bergbahnen
Eberhartweg 308
A-5753 Saalbach

Sites Internet :
Exploitant : Saalbacher Bergbahnen Gesellschaft m.b.H
Station : www.saalbach.com

Accès :
Par la route : A 90 km de Salzburg et 200 km de Munich, via Lofer.
Par le rail : Gare de Zell am See à 19 km puis car postal pour Saalbach cadencé à l’heure.
Par les airs : Aéroports de Salzburg à 80 kilomètres et de Munich à 230 km.

Ouverture :
Saison d’hiver : de fin novembre à mi-avril selon enneigement.

Tarification :
Forfait journée adulte hiver : 51 euros (2015)
Alliances tarifaires :
SkiAlpinCard, forfait saison commun avec Zell am See et Kaprun ;
AllStarCard, abonnement 10 jours ou saison, valable sur le domaine SkiAlpinCard et les régions SkiWelt (Ellmau, Brixen im Thale,…), SkiJuwel (Wildschönau, Alpbachtal), Kitzbühel et la région Schneewinkel de St Johann à Fieberbrunn ;
Salzburg SuperSkiCard, abonnement 10 jours ou saison, valable dans tout le Pays de Salzburg.


Remerciements

Remerciements chaleureux au personnel.



Image
.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :