Localisation(s)
Photo

 TSD8 des Crêtes

Les Deux Alpes

Ingélo - Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Télésiège construit en 2019 par Ingélo avec des composants Doppelmayr.

Année de construction : 2019

Remplace l'appareil suivant : Réimplantation de : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : Tony le savoyard
Section écrite le 07/09/2021 et mise à jour le 10/09/2021
(Mise en cache le 10/09/2021)

Image


La station des Deux Alpes

Les Deux Alpes est une commune située dans le massif de l’Oisans, en Isère, issue de la fusion de deux autres : Venosc, dans la vallée du Vénéon, et Mont-de-Lans dans celle de la Romanche.
L'aménagement mécanique du domaine skiable des Deux Alpes commença dès 1938 sur l'Alpe de Mont-de-Lans par la construction d'un premier téléski dit de « La Morte ».
En 1946, la commune voisine de Venosc qui partage cette véritable vallée suspendue, installe à son tour sur l'Alpe éponyme un téléski.
Le toponyme de « Deux Alpes » résulte de l'unification de ces domaines dans les années 1950, décennie durant laquelle le domaine skiable connut des extensions notables d’abord sur les contreforts du plateau des Crêtes, Pied Moutet et Le Diable avant de s’élever jusqu’à atteindre dans les années 1970 La Toura puis le glacier de Mont-de-Lans qui à plus de 3100 mètres d'altitude marqua le début de l'exploitation du ski d'été perdurant encore de nos jours.
L’équipement du glacier assura par la suite au domaine des Deux Alpes une renommée internationale, avec en 1985, la construction des DMC du Jandri Express 1 et 2 qui dès lors assurèrent un meilleur accès au secteur d'altitude.
Ce domaine skiable continua par la suite à se moderniser plus ou moins vite, le mouvement s’étant notablement accéléré dans les années 2000 puis 2010.
Il s’étend entre 1280 et 3515 mètres d'altitude, du village de Mont-de-Lans sur lequel descend la piste la plus basse jusqu’au sommet de la crête de Puy Salié, située sous le dôme de la Lauze en bordure du glacier de la Girose.
Les 89 pistes de ce grand domaine desservi par un parc de remontées mécaniques à l’avenant totalisent environ 140 km, sans compter les innombrables itinéraires hors-pistes qui participent largement à son intérêt!
En saison estivale Les Deux Alpes proposent de nombreuses activités comme le VTT de descente sur des pistes dédiées, de la randonnée ainsi qu'un encore assez important domaine de ski d'été sur le glacier de Mont-de-Lans (aussi dit « de Mantel »).

Le secteur des Crêtes, un premier palier vers les hauts sommets

L'ouverture en 1955 de la « télévoiture » (en réalité une télécabine biplace) du « Diable » première du nom (génération I) offrit au plateau des Crêtes son premier accès côté Vénosc avant qu’en 1960, un second soit créé côté Mont-de-Lans avec la construction du téléski de la « Belle Étoile » réputé long et raide.
Un an plus tard, le téléski des « Crêtes » (génération I, donc) permit de relier les arrivées du téléski de la Belle Étoile et de la télévoiture du Diable I : il fut le premier appareil d’une longue série à desservir l'ensemble du plateau des Crêtes en ski propre.
Le téléski de la Belle Étoile fut doublé en 1966 par le télésiège « Lutins-Crêtes » suivant un tracé identique à celui de l'actuelle télécabine des « Œufs Blancs ».
Le télésiège « de la Séa », construit en 1968, vint parachever l’aménagement du plateau des Crêtes en prolongation du télésiège Lutins-Crêtes en direction du sommet de la télévoiture du Diable, doublant ainsi un téléski des Crêtes I très sollicité de façon à proposer une desserte plus efficace des pistes du plateau.

    Le téléski des Crêtes (D.R., collection monchu):
    Image

    La ligne de son doublon, le télésiège de la Séa (D.R., collection monchu):
    Image

    La ligne du télésiège de la Séa vue vers l’aval, on peut voir l'arrivée du télésiège Lutins-Crêtes et au loin la poulie flottante du téléski de la Belle Étoile (D.R., collection monchu):
    Image


La fréquentation de skieurs de niveau moyen, trouvant sur le plateau des Crêtes des pistes idéales mieux enneigées et plus faciles que celles du front de neige de la station, fut dopée en 1973 par la construction simultanée des télécabines quadriplaces du Jandri 1 et du Diable II, à telle enseigne que les remontées du secteur saturaient de plus en plus!
Une première solution intervint en 1977 par l’installation du télésiège des « Petites Crêtes » (ou de la Petite Crête sur certains plans des pistes des années 1970/1980) par Montaz Mautino : démarrant au niveau du replat entre l’arrivée de Belle-Etoile et le départ de Séa, il s'arrêtait avant la pente maximale de la piste des Crêtes de façon à viser une clientèle débutante.
En 1977, le constructeur installa également le télésiège du « Grand Diable » dans le prolongement de la télécabine du Diable afin d'atteindre le sommet de Tête Moute, offrant une seconde liaison vers le récent secteur de la Toura permettant d’éviter le peu performant téléphérique du Jandri 2 et sa redoutable file d’attente.

Avec l’arrivée de la chaîne des Jandri Express en 1985, plusieurs téléskis et télésièges reliant le front de neige au plateau des Crêtes furent démantelés ou remplacés par des installations plus performantes comme les télésièges débrayables du « Village » ou de la Belle-Etoile remplaçant le téléski éponyme.
Enfin vinrent le tour des appareils du plateau des Crêtes, à leur tour remplacés durant l'été 1993 par un unique télésiège débrayable 4 places des Crêtes, second du nom (génération II).

    La gare aval de l'ex-télésiège débrayable Poma gamme « Oméga » des Crêtes:
    Image

    La ligne:
    Image

    La gare amont:
    Image


Alors que le télésiège quadriplace du Super Diable II vint en 1998 prendre le relai du biplace éponyme, augmentant largement la capacité de transport vers les secteurs très prisés de La Toura, du glacier et de La Fée créé deux ans auparavant, le plateau resta quant à lui inchangé.

    En 2001, notons la livraison des TSD8 Glacier 1 & 2, destinés à doubler le DMC Jandri Express 2 vers le glacier du Mantel:
    Image


En 2006 le TSD6 Bellecombe II succéda au long et lent TSF3 Bellecombe I.
Le télésiège des Petites Crêtes, qui faisait une certaine résistance, ne fut remplacé par un tapis roulant sur un tracé plus court qu’en 2012 à l’occasion du remplacement fort attendu de la télécabine 4 places du Diable II par le télésiège débrayable 6 places Diable III.
Pour faciliter le retour station vers les Deux Alpes, une nouvelle piste bleue de type chemin baptisée Jandri 1 vint également couper la pente du plateau des Crêtes, en alternative à l'étroite piste verte du « chemin des Demoiselles » et des redoutables et verglacées pistes noires du Diable et de la « Valentin ».
Le téléphérique du Jandri 2, obsolète depuis des années, finit enfin par être démonté sans remplacement en 2018 : dès lors le télésiège débrayable des Crêtes, enchaîné avec le TSF4 Super Diable II ou le TSD6 Bellecombes II, devint le moyen privilégié pour rejoindre les secteurs d'altitude avec pour conséquence une complète saturation durant une grande partie de la journée au grand mécontentement de la clientèle.
L’exploitant, qui avait eu tout le temps de constater que ses télésièges 8 places « Glacier 1 » et « Glacier 2 » construits en 2001 peinaient à trouver leur public, décida alors de déplacer Glaciers 1 en remplacement du TSD4 des Crêtes II dépassé par sa propre fréquentation : cette opération de recyclage allait drastiquement augmenter le débit et le confort sur cet axe stratégique.

    Le télésiège des Glaciers 1, qui allait être déplacé afin de remplacer le télésiège des Crêtes:
    Image


Le chantier du télésiège débrayable des Crêtes :

Le démontage de la gare aval du télésiège débrayable des Glaciers 1 et le décâblage du TSD4 des Crêtes afin de mettre à terre quelques pylônes démarrèrent en juin 2019.
La gare amont tomba rapidement pour permettre la destruction du gros massif en béton la portant et à la fin de la semaine suivante, tous les pylônes de ligne avaient disparu ainsi que le massif en béton de la gare amont G2, la gare aval commençant à être attaquée à partir en parallèle.
Le mois d'août fut consacré à couler les massifs en béton des gares et des différents pylônes, parfois grâce à l'aide d'un hélicoptère puis l’assemblage de la gare aval démarra dès la fin août, avant la gare amont : enfin, la ligne fut héliportée le 12 septembre 2019.
Fin septembre, les pylônes de ligne étaient montés, la gare aval presque achevée tandis que les voies de la gare amont étaient mises en place.
À la fin du mois d'octobre, le montage des gares était achevé et le câble porteur/tracteur déroulé.
L'installation des sièges eut lieu par héliportage autour du 19 novembre 2019 pour pouvoir ouvrir à temps au public le 30 novembre, l'appareil ayant fort classiquement connu plusieurs pannes de rodage lors de ses premières semaines d'exploitation.

→ Revivez le chantier de ce télésiège sur le forum : https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=32109&st=0

Les Crêtes, un appareil central aux multiples rôles

Traversant l'ensemble du plateau des Crêtes, il est l'axe structurant du secteur éponyme dont il dessert l'ensemble des pistes, mais arrivant au même niveau que les télésièges du Diable III et du Thuit, il joue donc un rôle pivot de liaison directe.
Le long télésiège fixe du Thuit, accessible depuis l'arrivée du télésiège du Village 1800 et de la télécabine du Jandri 1 par la piste bleue Accès Thuit-Crêtes ou par la piste noire Thuit 4, a d’ailleurs un rôle similaire donc en constitue un agréable itinéraire bis de par un ski propre plus intéressant.
Depuis le sommet du télésiège des Crêtes les skieurs peuvent soit rallier en descendant la piste bleue Bellecombe 1 le télésiège éponyme, soit glisser vers le télésiège fixe du Super Diable, les deux arrivant en un même point à partir duquel les skieurs ont en plus du ski propre intéressant accès à des itinéraires de liaison vers les secteurs de la Toura et de la Fée d'où il est ensuite possible de poursuivre vers le secteur du Glacier.
Indispensable et difficilement contournable pour une certaine catégorie d’usagers, il reste souvent très chargé du fait de ce double rôle de pivot dans diverses liaisons et de ski propre à destination des skieurs de niveau moyen, qui y trouvent des pistes très adaptées.
Le télésiège des Crêtes permet à cette clientèle, après qu’elle se soit entraînée sur le tapis roulant des Petites Crêtes et le téléski des Ancontres, de se frotter à un télésiège à l’embarquement un peu engagé avant effectuer des rotations plus ambitieuses sur la piste verte chemin des Petites Crêtes ainsi que la piste bleue des Crêtes, offrant un mur le long duquel est implanté un stade de slalom faisant que les écoles de ski l’empruntent également régulièrement.
Ces mêmes skieurs peuvent avec ce télésiège s’aventurer hors du plateau dans la combe du Thuit, en allant chercher successivement les pistes vertes Bellecombe 1 puis la fin de Jandri 2, mais cette dernière est souvent très fréquentée et son long plat force à pousser sur les bâtons.
Il est aussi possible de relier ces deux pistes via la partie haute de la piste bleue Thuit 2.

    Le plateau des Crêtes vu depuis la très large piste bleue éponyme:
    Image


Du sommet, les skieurs plus aguerris trouveront des descentes assez engagées dans la combe du Thuit avec les pistes bleue Thuit 2 et rouge Thuit 3, du fond de laquelle ils remonteront soit par le télésiège fixe du Thuit les ramenant directement à leur point de départ, soit par le télésiège fixe du Thuit-Crêtes qui revient sur le bas du plateau.
Le TSD8 des Crêtes donne accès aux plus débrouillés à toutes les pistes ardues du secteur du Diable, les Vallons du Diable et les deux pistes noires Diable 1 et Diable 2 qui particulièrement raides et bosselées, ont historiquement (et encore de nos jours) largement contribué largement à l'image sportive de la station sans bien sûr faire l’impasse sur le ski propre tout aussi engagé du TSF4 du Super Diable.

Ce télésiège dessert donc directement les pistes suivantes :
  • "Les Petites Crêtes", piste chemin facile rejoignant le télésiège du Super Diable avec son ski propre de qualité et sa liaison secondaire si pratique vers les secteurs d'altitude de la Toura puis du Glacier, retournant aux abords du tapis roulant des Petites Crêtes pour donner accès soit à la piste du Jandri 1, soit aux pistes Valentin et Demoiselles, qui toutes trois offrent des retours station pour tous niveaux.
  • "Les Crêtes" démarre tranquillement avant de plonger sur son « mur » plus raide mais très large, puis rejoint ensuite la piste des Petites Crêtes pour donner accès aux mêmes pistes de retour vers les Deux Alpes ou par gravité au téléski débutant des Ancontres ainsi qu’à la télécabine du Jandri 1 pour revenir aux Deux Alpes ou encore à la combe du Thuit.

Il dessert aussi indirectement :
  • "Bellecombe 1", piste de liaison stratégique vers le télésiège débrayable éponyme qui permet ensuite de rejoindre au mieux les secteurs dits d’altitude donnant aussi accès aux belles descentes à travers la combe du Thuit via les pistes Thuit 2 et Thuit 3, ainsi qu’à la partie basse de la piste Jandri 2 pour le retour vers le plateau des Crêtes.
  • "Les Vallons du Diable", jolie piste rouge à l'écart du domaine skiable permettant le retour vers le front de neige des Deux Alpes côté Venosc.
  • les pistes noires "Diable 1" évoluant sous la ligne du télésiège éponyme mais aussi sa variante la "Diable 2" moins fréquentée, qui depuis 1955 font la réputation des 2 Alpes en permettant de revenir au télésiège du Diable sur front de neige de Venosc au terme de leurs éprouvantes descentes.

    Le TSD8 des Crêtes sur le plan des pistes des Deux Alpes (plan Kaliblue)
    Image

    Vue plus zoomée
    Image


La gare amont du TSD8 des Glaciers 1 était équipée d’un transfert sur ses deux voies vers le TSD8 des Glaciers 2 : elle fut réutilisée telle quelle comme gare aval du télésiège des Crêtes III, l'une des deux voies du transfert ayant été reprise comme voie de service dotée d'un court rail de maintenance.

Caractéristiques administratives

TSD–Télésiège à pinces débrayables : CRÊTES
Maître d'œuvre : ERIC
Maître d'œuvre : DAL (Deux Alpes Loisirs)
Exploitant : SATA 2 Alpes
Constructeur : INGELO (avec matériel Doppelmayr)
Installation électrique : SEIREL
Année de construction : 2019
Montant de l'investissement : 3 300 000 €

Caractéristiques d’exploitation

Saison d’exploitation : hiver
Capacité : 8 personnes
Vitesse : 5 m/s
Débit à la montée : 3213 personnes/heure (100 %)
Débit à la descente : 0 personne/heure (0 %)
Sens de montée : à gauche

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 2144 m
Altitude gare amont : 2406 m
Dénivelé : 262 m
Longueur développée : 1468,72 m
Longueur horizontale : 1440,15 m
Portée maximale : 179 m
Survol maximal : 9,6 m
Largeur de voie : 7,30 m
Pente moyenne : 18,19 %
Pente maximale : 56 %
Temps de montée : 4 minutes et 54 secondes

Caractéristiques techniques

Station tension : aval
Type de tension : hydraulique
Tension nominale : 38400 daN
Pression nominale : 166 bars
Station motrice : amont
Type de motorisation : asynchrone
Puissance développée au démarrage : 626 kW
Puissance développée en régime permanent : 541 kW
Nombre de pylônes : 15
Type de véhicules : Sièges 8E98-F "Confort"
Nombre de véhicules : 71 en service (79)
Dispositif d'accouplement : pince débrayable A108-C
Espacement des véhicules : 44,82 m

Caractéristiques du câble (2019)

Fabricant du câble : ARCELOR MITTAL
Diamètre : 48 mm
Âme : compacte
Type de câblage : Lang à droite
Description : 48 6×36WS-SPC 1960 B zZ (6×36 fils)
Résistance à la rupture : 176 000 daN
Section du câble : 946,42 mm²
Section du toron : 157,74 mm²
Pas de câblage : 326 mm
Pas de toronage : 125 mm

Ligne et infrastructures du télésiège des Crêtes

La gare aval :

Implantée à 2144 mètres d'altitude en contrebas des arrivées des télésièges de la Belle Étoile, du Village 1800 et de la télécabine du Jandri 1 mais aussi du départ du téléski des Ancontres, elle est de ce fait accessible par simple gravité depuis tous ces appareils.
Il s'agit d'une gare UNI-G Doppelmayr à couverture complète assurant par un dispositif hydraulique la tension dynamique du câble, avec cette structure d’angle particulière liée à l’historique de l’appareil.
Sa voie de service prolongée par un rail permet de garder à des fins de maintenance hors-ligne plusieurs sièges ainsi que le véhicule de service.
L'embarquement se fait dans le sens de la ligne, le passage des skieurs vers la zone d'embarquement étant régulé via des portillons de cadencement.

    La gare aval vues de trois quarts depuis la piste bleue éponyme:
    Image

    Image

    L'accès à l'installation:
    Image

    Les bornes de contrôle des forfaits:
    Image

    Les quelques sièges sont rangés dans le rail de maintenance:
    Image

    Les portillons de cadencement:
    Image

    C'est parti:
    Image


La ligne :

Mesurant 1468,72 mètres de long et traversant la quasi-totalité du plateau homonyme elle est relativement régulière, le pylône 1 amorce la sortie de la trémie puis on survole le départ de la piste bleue du Jandri 1 et de l'espace débutants.
Une première importante montée s’amorce au P4 puis la déclivité augmente jusqu'au pylône n°7 où elle croise la piste verte des Petites Crêtes avant que le pylône n°8 n’amorce un replat pour permettre à la ligne de passer sous celle du DMC Jandri Express 1.
Une nouvelle pente démarre au P9 avant de s’atténuer dès le P10, suivi d’une longue portée au-dessus de la piste des Petites Crêtes.
Au niveau des pylônes n°11 et n°12, la ligne atteint la crête du plateau, dégageant sur la droite la vue vers la station des Deux-Alpes puis évolue sans grande pente jusqu'au P14 lançant une courte montée finale qui n’est qu’à peine plus raide.
Ingélo a monté 15 pylônes dont 2 compressions, 2 supports-compressions et 11 supports dont voici les formules :

  • P1 : 16C/16C
  • P2 : 10S/10S
  • P3 : 8S/8S
  • P4 : 4SC/4SC
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 8S/8S
  • P7 : 8S/8S
  • P8 : 8S/8S
  • P9 : 12C/12C
  • P10 : 10S/10S
  • P11 : 8S/8S
  • P12 : 12S/12S
  • P13 : 8S/8S
  • P14 : 4SC/4SC
  • P15 : 12S/12S

    Le P1 en sortie de gare:
    Image

    La première partie de la ligne:
    Image

    P2:
    Image

    La tête du P2:
    Image

    P3:
    Image

    Portée P3 - P4:
    Image

    P4, passage sous la télécabine des Œufs Blancs:
    Image

    Portée P4 - P5:
    Image

    P5:
    Image

    Portée P5 - P6:
    Image

    P6:
    Image

    Portée P6 - P7:
    Image

    P7:
    Image

    Portée P7 - P8:
    Image

    P8:
    Image

    Portée P8 - P9:
    Image

    P9, passage en dessous du DMC de Jandri Express 1:
    Image

    P10:
    Image

    Portée P10 - P11:
    Image

    P11:
    Image

    P12:
    Image

    Portée P12 - P13:
    Image

    Les pylônes 11 & 12 vue de l'arrière:
    Image

    P13:
    Image

    Portée P13 - P14 avec l'arrivée du télésiège du Diable à droite:
    Image

    P14:
    Image

    Portée P14 - P15:
    Image

    Vue arrière vers la dernière partie de la ligne:
    Image

    P15:
    Image


La gare amont :

Située à 2406 mètres d'altitude au sommet du secteur des Crêtes, elle se trouve à proximité immédiate de l'arrivée du télésiège débrayable du Diable, du restaurant du Diable au Cœur et de la gare amont du télésiège du Thuit, situation lui permettant tant de desservir les pistes du plateau des Crêtes que celles du secteur du Diable tout en donnant accès aux télésièges du Super Diable et de Bellecombe vers le haut du domaine ou même aux pistes si favorablement orientées de la combe du Thuit.
C’est techniquement une gare motrice UNI-G, issue cette fois de la gare aval du premier tronçon du télésiège débrayable des Glaciers.

    Entrée en gare:
    Image

    La plateforme de débarquement et le poste de commande:
    Image

    La gare amont vue de trois quarts arrière:
    Image

    Vues de l'autre coté:
    Image

    Image

    Vue de profil d'un coté:
    Image

    Et du côté opposé:
    Image

    Vue avant:
    Image

    La gare amont vue de trois quarts:
    Image

    De l'autre coté:
    Image

    Image



Véhicules et pinces

Le télésiège débrayable des Crêtes est équipé de 79 sièges 8E98-F "Confort" récupérés des anciens télésièges débrayables des Glaciers 1 & 2, mais seuls 71/79 circulent simultanément en service commercial.
D’une capacité de 8 places, chacun est relié au câble via sa suspente au moyen d'une unique pince débrayable à ressorts Doppelmayr A108-C.
Le véhicule de maintenance a une masse à vide de 587 kg en configuration « transport » mais de 732 kg en configuration « maintenance » du fait des équipements et éléments embarqués.

    Gros plan sur un siège de huit places 8E98-F depuis les pistes:
    Image

    Zoom sur un siège de huit places en ligne:
    Image

    L'assise en simili cuir, très confortable:
    Image

    La pince débrayable A108-C vue de dessous:
    Image

    Mêmes vues plus zoomée:
    Image

    Image


Le télésiège des Crêtes vu des pistes

    Les pylônes n°14 & n°15 depuis la piste bleue éponyme:
    Image

    Même vue depuis la piste verte des Petites Crêtes:
    Image

    Le P13 depuis la même piste:
    Image

    Les P11 & P12:
    Image

    Les P9 & P10 vus d'un coté:
    Image

    Et de l'autre côté:
    Image

    Vue de profil avec le DMC de Jandri Express 1 & 2:
    Image

    Le P8 depuis la large piste bleue éponyme:
    Image

    Même vue de profil:
    Image

    Vue arrière:
    Image

    La gare aval au P7 depuis la deuxième partie de la large piste verte des Petites Crêtes:
    Image

    Le P7 avec le vaste complexe accueillant la gare amont des Œufs Blancs:
    Image

    Le début de la ligne avec la télécabine des Œufs Blancs:
    Image

    Le milieu de la ligne depuis l'arrivée du Tapis des Petites Crêtes:
    Image

    Le P6 d'un coté:
    Image

    Les trois premiers ouvrages de la ligne, avec le nouveau pylône du Jandri installé en même temps que les Crêtes:
    Image


Crêtes, un appareil à la juste mesure de son rôle au sein du domaine skiable

Succédant au téléski Crêtes I (1956) puis au TSD4 Crêtes II (1993), la version III de cet appareil desservant dans sa globalité le plateau des Crêtes change enfin la donne sur ce secteur central chroniquement saturé du fait de son ensoleillement et de son enneigement tout au long de la saison générant une forte fréquentation de ses pistes !
Crêtes III, véritable pivot de liaison entre divers secteurs très différents, est en toute logique particulièrement fréquenté et sollicité : alors que l'ancien télésiège débrayable 4 places Crêtes II saturait de façon permanente depuis le démontage du téléphérique du Jandri 2 en 2018, ce TSD8 alors sous-utilisé est venu donner de l'air à ce secteur tout en améliorant significativement le confort durant la montée.
On peut d’ores et déjà dire que télésiège des Crêtes III est une réimplantation très réussie puisqu’il permet de prolonger la carrière d'un appareil disposant encore d'une durée de vie estimable à une trentaine d’année le tout en se montrant complètement adapté à cette zone pivot, donc de ce fait incontournable, de la station !

    Crêtes, ou l’heureuse réimplantation d’un appareil sur un secteur central du domaine skiable:
    Image


Merci à monchu pour le partage de certains clichés historiques et Bovinant pour la bannière.

Bannière : Bovinant
Texte & mise en page : Guigui74 et Tony le savoyard
Photos : Bovinant et monchu (archives)



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :