Localisation(s)
Photo

 TSD8B Jochbahn

Brixen im Thale (SkiWelt)

Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Premier télésiège d'Autriche exploité à 6 m/s.

Options techniques :
  • Bulles
  • Sièges chauffants
  • Garde-corps automatiques
  • Garage
Année de construction : 2015
PDF Ce reportage possède 1 document PDF




 
Partie 1
Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 04/01/2017 et mise à jour le 04/01/2017
(Mise en cache le 04/01/2017)

Image




Depuis quelques années, le « Skiwelt », un domaine skiable familial de moyenne montagne, a engagé une montée en gamme dans ses investissements. Les stations-villages du groupement s’étaient longtemps contenté de remontées performantes en termes de débit, mais basiques au niveau du confort. Désormais, les nouveaux appareils font la part belle aux options destinées à bichonner la clientèle, comme en témoignent les principaux investissements de la saison 2015/16 : le remplacement d’un funiculaire par une télécabine 10 places assises offrant le Wifi et les sièges chauffants, l’installation de bulles sur un télésiège à Söll, et enfin le remplacement à Hopfgarten et Brixen de 2 télésièges à pinces fixes par des installations débrayables munies de bulles, de sièges chauffants et d’options de sécurité.

Voici un voyage sur le nouveau télésiège Jochbahn à Brixen im Thale, nouveauté 2015 exploitable à 6 m/s, ce qui constitue une première en Autriche, conjointement avec le TSD8B Brunn à Kitzbühel.







Sommaire :

1. Au pied de la Hohe Salve
2. Le projet de nouvel appareil
3. Caractéristiques techniques
4. G1 « Naiding »
5. Ligne
6. G2 « Zinsberg »
7. Véhicules





1. Au pied de la Hohe Salve


Brixen et le SkiWelt

Dans un des sites les plus ouverts des Alpes de Kitzbühel, le village de Hopfgarten est un lieu de villégiature apprécié en été pour ses randonnées et son belvédère, la Hohe Salve, qui offre un panorama très étendu sur la vallée de l’Inn, les Alpes de Kitzbühel et près de 70 sommets de plus de 3000 mètres de la chaîne centrale des Tauern.

Le village a donné son nom à la vallée de Brixental, largement ouverte, et trait d’union entre la vallée de l’Inn et le bassin de Kitzbühel, situé à 10 km. Il bénéficie d’une situation avantageuse à proximité de l’autoroute et sur une ligne de chemin de fer bien desservie, pour drainer un nombre important de skieurs à la journée venus profiter du domaine relié « SkiWelt », c’est-à-dire le « monde du ski », regroupant 91 remontées et environ 280 kilomètres de pistes, que Brixen im Thale a constitué depuis une quarantaine d’années avec les autres stations de la vallée, Hopfgarten et Westendorf, ainsi qu’avec celles de la région du Wilder Kaiser : Going, Ellmau, Scheffau et Söll. Au sein de ce domaine relié, Brixen jouit d’une position de pivot entre le massif cœur du Skiwelt et le secteur plus isolé de Westendorf et Kirchberg situé sur l’autre versant de la station.

Une présentation des remontées de la station est disponible à cette adresse :

Image
Brixen et le domaine skiable de la Hohe Salve
^^^ Cliquez sur l'image pour accéder à la présentation de la station. ^^^



Ski propre et liaison

Le télésiège Jochbahn dessert un ensemble de pistes bleues (numéros 5, 6 et 6b) et une rouge (numéro 6) tracées sur les alpages. C’est aussi un des maillons de la liaison vers Scheffau, Ellmau et Going depuis le village, que l’on peut atteindre soit par cet appareil, soit par le TSD6 Filzboden.

Image
Situation du télésiège dans le domaine Skiwelt.


Image
Situation du télésiège, au-dessus de Brixen, en direction de Scheffau.




2. Le projet de nouvel appareil


L’ancien télésiège

Le premier équipement de ce secteur remonte à 1975 avec un téléski à enrouleurs biplace. En 1995, la société des remontées de Brixen, lourdement endettée, fut reprise à 76% par l’exploitant de la station voisine de Scheffau, qui injecta immédiatement dans le domaine 35 millions de schillings supplémentaires, soit 3,4 millions d’euros actuels. Cette bouffée d’oxygène permit le remplacement la même année du TKE2 Jochbahn par un TSF4. Rare exemple de construction Poma en Autriche, l’appareil possédait la particularité de pouvoir évoluer en débrayable, grâce à une station aval munie d’un massif apte à recevoir une gare Oméga et à un profil de ligne adapté sans support-compression. Prévue ultérieurement quand la situation financière du domaine serait consolidée, la transformation en TSD4 ne fut cependant jamais réalisée.

Image
^^^ Cliquez sur l'image pour accéder au reportage (Rodo_Af) ^^^



Le projet de remplacement

La station de Brixen engagea en 2014 un plan d'investissements sur le secteur du Zinsberg, réalisé en deux étapes. En 2014, le téléski à enrouleurs Holzalm, qui desservait le haut du secteur, fut démonté sans remplacement afin de supprimer les croisements de piste et libérer de l’espace skiable, tandis qu’une nouvelle piste de retour station fut terrassée et équipée de canons à neige. L’année suivante, le TSF4 Jochbahn fut remplacé par un télésiège débrayable, afin d’améliorer le confort offert à la clientèle et réduire les temps d’attente lors des journées de forte fréquentation.

Pour favoriser le ski propre, ce nouveau débrayable emprunte un tracé fortement rallongé en aval : la nouvelle gare inférieure a été implantée à la hauteur de l'auberge Naiding, point de convergence entre l’ancienne et la nouvelle piste de retour station. Le projet de remplacement du télésiège comprenait d'importants terrassements dans ce secteur, avec la création d'un tunnel routier permettant d'éviter aux skieurs de traverser la route d'accès desservant le hameau de Naiding.

Avec ce nouvel emplacement de la gare aval, la longueur du tracé a doublé, passant de 977 à 2002 m. C’est une des raisons qui ont poussé l’exploitant à choisir une vitesse d’exploitation maximale de 6 m/s au lieu de 5 m/s, ce qui permet de gagner une minute sur le temps de trajet, réduit à environ 5 minutes 40. Mais surtout, cette vitesse élevée, qui n’est utilisée que lors des pics de fréquentation, permet d’atteindre le même débit maximal avec un nombre de véhicules réduit d’un sixième, soit 17%. Le coût de construction du garage étant particulièrement élevé dans le terrain en forte pente autour de la gare aval, l'exploitant a pu réduire légèrement la facture totale de son appareil.

Il peut aussi mettre aussi en avant un argument auquel sa clientèle est particulièrement sensible : la réduction de l'impact environnemental, avec des coûts de terrassement moindres grâce à un garage plus compact, et une consommation d'énergie plus faible à débit égal, même si cet argument est invérifiable. Dans le même domaine, l’exploitant met en avant la production annuelle de 20 MWh d’électricité verte grâce à une surface de 180 m² de panneaux photovoltaïques posés sur le mur sud du garage, même si ce chiffre représente moins de 10% de la consommation annuelle du télésiège et des canons enneigeant la nouvelle piste exposée plein sud à basse altitude.

Grâce à une évolution récente de la réglementation autrichienne, le TSD8B Jochbahn est devenu le premier télésiège d'Autriche à être exploité à la vitesse maximale de 6 m/s, avec le TSD8B Brunn de Kitzbühel construit la même année. Traditionnellement les lignes des télésièges débrayables autrichiens sont plutôt courtes : sur 319 télésièges exploités au Tyrol en 2015, seuls 18 ont une longueur supérieure à 2 km. Le gain de temps de trajet procuré par l’augmentation de vitesse n’est donc pas significatif dans la majorité des cas. Il ne justifie pas les coûts d’achat et de maintenance supplémentaires engendrés par la construction de gares plus longues et par l'usure plus rapide du matériel.

Avec les travaux de la nouvelle piste et son enneigement, l’investissement atteint 12 millions d’euros.

Image
Projet de gare aval sur deux niveaux, dans la pente.


Image
Projet de gare amont.



Le chantier

Le chantier s’est déroulé d’avril à octobre 2015 sous la maîtrise d’œuvre du bureau AB Aschaber Baumeister, de Brixen im Thale, déjà chargé l’année précédente de la construction du TSD8B Aualm, à Scheffau, dont la gare d’arrivée est implantée à une dizaine de mètres de celle du TSD8B Jochbahn.

Image
Terrassements en aval dans une forte pente.


Image
La place est comptée en aval, où il faut intégrer des locaux techniques, le garage à sièges et la gare, mais aussi construire un pont skieurs sur la route.


Image
Génie civil en aval.


Image
La ligne a été héliportée le 30 juin.


Image
Héliportage des balanciers.


Image
Terrassement et installation des supports d’enneigeurs sur la piste 6.


Image
Dalle du garage au 30 juin.


Image
Les derniers pylônes sont levés à la grue.


Image
Montage du garage fin juillet.


Image
Une fois le génie civil achevé, les surfaces terrassées sont engazonnées et recouvertes de paille pour préserver l’humidité du sol.


Image
Montage en amont le 17 août.






3. Caractéristiques techniques


    Caractéristiques administratives

    Télésiège débrayable à bulles, garde-corps automatiques et sièges chauffants TSD8BCA Jochbahn
    Exploitant : Bergbahnen Brixen im Thale AG
    Constructeur : Doppelmayr
    Année de construction : 2015

    Caractéristiques d’exploitation

    Saison d'exploitation : hiver
    Capacité : 8 personnes
    Débit à la montée : 3 000 personnes/heure
    Vitesse d'exploitation maximale : 6 m/s

    Caractéristiques géométriques

    Altitude aval : 1 138 m
    Altitude amont : 1 676 m
    Dénivelée : 538 m
    Longueur développée : 2 002 m
    Temps de trajet : environ 5 min 40 s

    Caractéristiques techniques

    Emplacement tension : aval
    Type de tension : hydraulique
    Emplacement motrice : amont
    Sens de montée : gauche
    Nombre de pylônes : 19
    Dispositif d’accouplement : pince A 108 C
    Nombre de véhicules : 75 + 1





4. Station inférieure "Naiding" (G1)


Situation

La gare aval est située à la jonction des deux pistes de retour station, 120 mètres à l’ouest de l’auberge et du hameau de Naiding, qui bénéficie avec le télésiège d’un apport de clientèle inespéré. Le terrain est en pente marquée, ce qui a compliqué l’implantation de la gare du télésiège.

Image
Gare aval et piste de retour à Brixen à droite.



Equipements

La gare aval comprend une station retour tension à couverture Vision. En raison du manque de place, la zone d'embarquement a été placée dans le contour, le local opérateur a été installé dans l'axe de la ligne sur une dalle en surplomb au-dessus de la pente, et le garage placé contre la gare, avec une emprise au sol réduite au minimum par l'utilisation d’un seul rail de liaison au contour et le rehaussement de la vitesse de ligne à 6 m/s afin d'utiliser moins de sièges pour un même débit maximal.

Image
Couverture Vision de longueur standard malgré l'augmentation de vitesse à 6 m/s.


Image
En aval, le local opérateur et le garage exposés sud ont été recouverts de panneaux photovoltaïques.


Image
Portiques Skidata.


Image
Local opérateur et borne Wifi.


Image
Poste de commande dans l'axe de la ligne.


Image
Portique standard juste avant l'embarquement dans le contour.


Image
Ralentisseur.


Image
Came d'ouverture des bulles et des garde-corps.


Image
Détail des 3 cames dans le ralentisseur, avec de droite à gauche le déverrouillage des garde-corps, à l'entrée du ralentisseur, la came d'ouverture des bulles et des garde-corps, et le réarmement du verrouillage des garde-corps juste avant le contour.


Image
Portillons.


Image
Embarquement.


Image
Lanceur et came de fermeture des bulles, ici repliée car le siège est occupé.


Le garage de l’installation est implanté dans la pente le long du départ, contre la gare. Il est relié à la station par un aiguillage simple au milieu du contour. L'installation est décyclée en marche avant et cyclée en marche arrière. En raison du manque de place, l’exploitant a choisi un garage en peigne, à 3 branches, plutôt qu’une disposition en boucle.

Image
Entrée du garage avec un simple rail, et came d'ouverture des bulles.


Image
Les sièges sont rangés dans le garage sur 3 rangées parallèles.






5. Ligne


Généralités

La ligne ne reprend pas le tracé de l’ancien appareil, mis emprunte un axe nouveau plus à l’ouest. La largeur de voie est de 7,30 mètres.

De manière classique pour l’Autriche, Le multipaire est enterré et les pylônes disposent de haut-parleurs en cas d’évacuation pour diffuser les consignes du personnel. Cette ligne est aussi équipée du système de détection de position de câble inductif RPD.

Détail de l’équipement des pylônes :
P1A : 12C/12C + 2 paires de galets RPD par brin
P1B : 12C/12C + 2 paires de galets RPD par brin
P2 : 10S/10S
P3 : 6S/6S
P4 : 8SC/8SC
P5 : 12S/10S
P6 : 6S/4S
P7 : 6S/6S
P8 : 6S/4S
P9 : 8S/6S
P10 : 10S/8S
P11 : 10S/8S
P12 : 8S/6S
P13 : 14C/14C + 2 paires de galets RPD par brin
P14 : 10S/8S
P15 : 8S/6S
P16A : 10S/10S
P16B : 10S/10S
P16C : 10S/10S


Image
Sur les pylônes compression, au passage des pinces, la distance entre le câble et les balanciers varie sans que ce ne soit un déraillement avéré. Pour éviter des fausses alarmes, les capteurs RPD des pylônes compression sont placés sur un petit balancier support maintenu par un ressort à distance constante du câble.


Image
Partie inférieure du tracé en forêt.


Image
Partie supérieure sur les alpages.




En ligne

Dans le bas du parcours, la ligne est tracée en forêt, dans le même layon que la piste de retour vallée qu’elle survole.

Image
Double pylône compression en sortie de gare aval.


Image
Passage au-dessus de la route modifiée en tranchée enterrée pour supprimer le croisement avec la piste de retour station.


Image
P3.


Image
P4.


Image
P5.


Image
P6.


Image
P7.


Image
Tracé commun avec la nouvelle piste créée en 2014.


Image
P8.


Image
La sortie de la forêt marque le début de la nouvelle piste..


Image
P9.


Image
P10.


Image
P11.


Image
Passage à la hauteur de l'ancien TKE2 Holzalm dont il ne subsiste que le local électrique.


Image
P12.


Image
P13.


Image
P14.


Image
P15.


Image
Dernière et longue portée.


Image
Triple pylône d’arrivée P16 A B C.




Vues de la ligne depuis les pistes

Image
Passage au-dessus de la tranchée de la route.


Image
Nouveau croisement de piste.


Image
Sur la nouvelle piste.


Image
Bas de la ligne et vallée de Brixen.


Image
Dans le haut du tracé, autrefois desservi par le TSF4.


Image
Haut de la ligne et vallée de Brixen.


Image
P16 A, B et C et chaussettes thermiques.





6. Station supérieure "Zinsberg" (G2)


La gare amont est située exactement au même emplacement que celle de l’ancien télésiège, au sommet du Zinsberg, près de l’arrivée du TSD8B Aualmbahn et du TSF4 Muldenbahn qui assurent la liaison depuis Scheffau, Ellmau et Going.

Image
La gare amont est placée à proximité des télésièges Aualmbahn et Muldenbahn, à droite.


Image
Situation en crête.


La station est construite sur 2 niveaux, avec en surface le local opérateur et la gare motrice UNI-G munie d’une couverture Vision, comme le TSD8B Aualm. Elle héberge un entraînement classique à moteur asychrone. Au sous-sol, l'architecte a prévu des locaux de stockage, le poste de transformation et les locaux électriques avec les convertisseurs de fréquence.

Image
Lanceur ralentisseur dans la pente.


Image
Couverture Vision.


Image
Gare sur 2 niveaux avec remblai en terre pour l’intégration paysagère.


Image
Au premier plan, la courte came de déverrouillage du garde-corps. Au fond, les cames d'ouverture des bulles et des garde-corps juste avant le débarquement.


Image
Débarquement.


Image
Le haut du local opérateur dispose d’une marquise qui vient toucher la couverture de gare.


Image
Came d’ouverture du garde-corps automatique, juste au niveau du débarquement.


Image
Corde reliée à l’interrupteur de non-débarquement sur le pilier.


Image
Cames de fermeture des sièges et des hulles.


Image
Zone d’arrivée.





7. Véhicules


L’installation est équipée de 75 sièges de 8 places et d'un panier de service. De manière classique pour l'Autriche, les sièges de l'installation offrent aux clients un haut niveau de confort et de sécurité : bulles, garde-corps automatiques, repose-pieds individuels, assises en cuir munies de résistances chauffantes. Ce modèle de sièges CS10 procure certes un surcroît de sécurité pour les jeunes clients, mais sa masse trop élevée empêche l'utilisation des pinces à barres de torsion DT 108 : Doppelmayr a utilisé ici les pinces A 108 C monostables à ressorts issues de la lignée Agamatic.

Doppelmayr a modifié en 2014 les suspentes de télésièges 8 places, avec un modèle dérivé des télécabines. La liaison avec le siège s'effectue au moyen de deux ressorts, en livrée rouge ici, au lieu des tampons en caoutchouc utilisés jusque-là. Les clients ressentent une réelle amélioration de confort au passage des pylônes, notamment les compressions. De plus, l'extrémité de la suspente et le centre de la pièce de liaison au siège sont reliées par un amortisseur censé atténuer les oscillations latérales en entrée et en sortie de gare.

L'exploitant a apporté un soin particulier à la livrée des sièges. Reprenant la charte graphique du SkiWelt, ils rappellent certaines installations récentes d'Ischgl avec des suspentes et des dossiers noirs, des repose-tête et des ressorts rouges.

Image
Vue d'ensemble d'un siège, avec de haut en bas, les pinces A 108 C, l'alimentation des assises chauffantes sur l'axe du galet de stabilisation, les galets et flexibles de verrouillage du garde-corps (côté intérieur) et d'ouverture de la bulle et du garde-corps (côté extérieur).


Image
Le câble d'alimentation des assises chauffantes passe de la suspente à l'arceau, de même que les câblettes de mise à la terre.


Image
Bulle fermée.


Image
Le slogan du SkiWelt « Irrsinnig gross », c’est-à-dire « follement grand », a été adapté sur l’arrière des banquettes en « Irrsinnig schnell », c’est-à-dire « follement rapide » en référence à la vitesse de 6 m/s, une première autrichienne pour un TSD.


Image
Détail d'une pince A108 avec tampons à l'avant et à l'arrière pour respecter l'espacement entre 2 sièges dans le garage et ne pas endommager les bulles (partiellement masqués par le câble), du capteur d'alimentation pour le chauffage de l'assise, et des leviers de manœuvre de la bulles et du garde-corps (côté extérieur) et de verrouillage du garde-corps (côté intérieur).


Image
Pince A108, avec tampons pour le garage, capteur pour l'alimentation du chauffage près du galet de stabilisation, et méflex de manœuvre de la bulle et du garde-corps contre la suspente.



Image
Détail des rails et capteurs alimentant en 48 V les résistances chauffantes lors du passage en gare aval.


Image
Nouvelle liaison suspente – siège. Les principales nouveautés sont les deux ressorts de part et d'autre de la pièce de liaison, et l'amortisseur au centre, derrière le numéro du siège.


Image
Siège 8 places avec délimitation d'assises.


Image
Assises et dossiers en cuir.


Image
Dossiers hauts et sérigraphie.


Image
Bulle et garde-corps manoeuvrant simultanément.


Image
Bulle et délimitation d’assises.


Image
Garde-corps automatique avec repose-skis individuels.







8. Vues des les pistes


Le télésiège donne accès à une zone de pistes faciles dans la partie supérieure du tracé, autrefois desservie par le TSF4 Poma. Dans le bas du parcours, ces pistes convergent en forêt sur la nouvelle piste de retour station.

Image
Dans le haut du parcours, les pistes faciles et l’emplacement de la gare aval de l’ancien télésiège.


Image
Dans le bas du parcours, la nouvelle piste créée en 2014 et la gare aval du nouveau télésiège.




Une belle vitrine


Avec cet investissement dans un télésiège toutes options avec ses bulles, ses assises chauffantes, ses garde-corps automatiques, l’exploitant de Brixen s’inscrit dans la nouvelle politique du Skiwelt. Alors que pour le remplacement des premières générations d'appareils, les exploitants du domaine avaient choisi massivement des télésièges simples sans options, désormais ils montent clairement en gamme, avec des appareils mieux équipés mais aussi la construction de parkings couverts, restaurants d'altitude de grande capacité, parcs à thème pour enfants...

Les stations du Skiwelt continuent cette politique de montée en gamme, avec la construction à Söll en 2016 de la télécabine Salvenmoos, remplaçant un TSF2, mais aussi des améliorations sur des appareils existants, comme l’installation d’un système de chauffage de sièges sur le TSD6B Hexen 6er, tandis qu’en 2017, le TSD4B de Zinsberg, voisin du télésiège Jochbahn, sera remplacé par un TSD8B a priori aussi bien équipé que cet appareil…




Image





Informations pratiques

Exploitant :
Bergbahnen Brixen im Thale AG
Site : http://www.skiwelt.at/de/skiwelt-brixen-im-thale.html

Webcam :
Au sommet de l‘appareil : http://www.feratel.com

Ouverture :
Saison d’hiver de début décembre à fin mars

Tarification :
Forfait journalier : 47 euros (2015)
Forfait 6 jours Kitzbüheler Alpen (avec Kitzbühel, Alpbach et Wildschönau, Saalbach Hinterglemm Leogang et Fieberbrunn, Zell am See et Kaprun) : 256 euros (2015)

Accès :
Par la route :
A 10 km de la sortie d’autoroute Wörgl sur l’axe Innsbruck – Munich (A12)
Par le rail :
gare ÖBB Brixen im Thale puis navette.
Par les airs :
aéroport d’Innsbruck à 80 km


Remerciements

Les photos de cette installation ont été prises par Autriche et Rodo_Af
Remerciements appuyés aux membres du personnel pour l’accueil chaleureux.
Remerciements particuliers à l’exploitant pour les photos de chantier.

 
Partie 2
Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 04/01/2017 et mise à jour le 04/01/2017
(Mise en cache le 04/01/2017)

Complément photographique au reportage initial :


Les photos suivantes présentent la ligne en tout début de saison, peu après l’inauguration de l’appareil :

Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Image


Photos : Rodo_Af





Appareils en relation :