En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF2 de la Cote 2000

La Clusaz (La Clusaz-Manigod)

Poma

T3 ES
Description rapide :
Un long télésiège très peu fréquenté sur le sommet de l’Aiguille qui permet entre autres aux skieurs ayant descendu la Combe de Borderan de remonter sur le domaine en cas d’absence d’enneigement sur la piste de la Combe des Juments.

Année de construction : 1977

Suivre la discussion sur le forum



 
Partie 1
Auteur de ce reportage : GPS-74
Section écrite le 11/06/2009 et mise à jour le 18/03/2019
(Mise en cache le 03/04/2019)

Je vous présente un reportage sur le télésiège biplace fixe de Côte 2000 à la Clusaz dans le massif des Aravis.


La Clusaz est une station de sport d’hiver située en Haute-Savoie. Avec les stations du Grand-Bornand, de Manigod et de Saint-Jean-de-Sixt, elle forme le massif des Aravis.

La commune se compose de trois grandes zones habitables :


  • le centre du village de la Clusaz : situé à l’entrée de la commune, il est le centre administratif de la commune.
  • la vallée des Confins : cette vallée suit la chaîne des Aravis, du massif de l’Aiguille à la Tête Pelouse (2537m).
  • les Aravis/Etale : cette vallée part du centre de la station et monte vers les cols des Aravis, de la Croix-Fry et de Merdassier.

L’équipement du domaine skiable démarra vers 1935 mais ce n’est qu’en 1955 avec la construction du téléphérique de Beauregard que la station prit de l’ampleur.

Actuellement, le domaine skiable s’étend de 1100m à 2460m et comporte une trentaine de remontées mécaniques pour 130 kilomètres de pistes réparties sur quatre secteurs : le massif de Beauregard, le massif de l’Etale, le massif de l’Aiguille et le massif de Balme.

N'hésitez pas à consulter avec ce reportage la description de la station de la Clusaz et le dossier complet réalisé par Guillaume sur "l’histoire du développement du tourisme, du ski et du domaine skiable de La Clusaz".



Image


Au sommaire :

  • Côte 2000 : un télésiège permettant de desservir les divers recoins du sommet de l'Aiguille
  • Présentation du télésiège de Côte 2000
  • La gare aval
  • La ligne
  • La gare amont
  • Clôture


Côte 2000 : un télésiège permettant de desservir les divers recoins du sommet de l'Aiguille

Le début du ski à la Clusaz débuta en 1934 lorsque le premier télétraineau entra en service. Partant du village, cet étrange appareil qui était une sorte de luge remorquée par un câble montait sur le Crêt du Merle. Il fut bien vite remplacé par un second appareil du même type mais quelque peu différent. L'existence du télétraineau s’acheva prématurément lorsqu'en 1945 un accident coûta la vie à 5 personnes. Pendant ce temps, en 1938, le Crêt du Loup fut également équipé d'un premier téléski. Il reste peu d'infos sur cet appareil primitif qui ne fonctionna que quelques années !

En 1950, le Crêt du Merle vit apparaître son premier vrai téléski, entièrement métallique et permettant de hisser les skieurs vers le nouveau téléski du Crêt du Loup construit en 1949 en remplacement du premier téléski de 1938. Ce nouvel appareil permis notamment l'accès dès 1957 au téléski de l'Aiguille, desservant le point culminant du massif à près de 2200 mètres d'altitude.

A la fin des années 1950, la station de la Clusaz ne possédait donc pas moins de 6 téléskis sur le massif et le téléski de l'Aiguille était le dernier maillon d'une chaîne de 3 téléskis partant du village. Or, cette chaîne posa un sérieux inconvénient : lorsque l'un des deux téléskis (Crêt du Merle ou Crêt du Loup) était à l'arrêt pour cause de manque de neige par exemple, il fallait monter à pied pour rejoindre le téléski de l'Aiguille...

Ainsi, un certain Jacques Rachel projeta la construction d'un télébenne sur la Combe des Juments, qui permettrait d'atteindre sans difficulté le téléski de l'Aiguille. De plus, les skieurs pourraient également skier sur la piste de la Combe des Juments, d'exposition idéale pour ceux qui veulent bronzer... mais pas forcément pratique pour l'enneigement qui faisait rapidement défaut !

En 1960, la société du télébenne de la Combe des Juments fut créée puis dirigée par Jacques Rachel. Elle installa durant cette même année le premier appareil sur la Combe des Juments. Cette installation n'était pas un télébenne comme il était prévu mais... un télésiège deux places fixe ! En effet, l'entreprise Pomagalski venait d'en lancer un à Squaw Valley, ce qui a attiré l’œil de Jacques Rachel qui a alors décidé pour des raisons pratiques d'en installer un sur la Combe des Juments. Dans les années qui suivirent, la société de Jacques Rachel créa son petit domaine vers le sommet du Crêt du Loup avec notamment le téléski des Cloches (1961) et celui de Juments 2000 (1967).

Image
Le haut du massif de l'Aiguille, un espace de glisse technique aux terrains variés et pleins de sensations.


L'année 1977 provoqua un bouleversement du haut de l'Aiguille avec la construction du télésiège biplace de Côte 2000 qui permit de seconder les téléskis de l'Aiguille et de Juments 2000 à la desserte des pistes et hors-pistes du secteur. Ce nouveau télésiège, de part son arrivée au sommet du Fernuy, permit d'accéder directement depuis son sommet au hors-piste du Fernuy (l'actuelle piste noire des Lapiaz) et sa gare aval positionnée au milieu de la piste de la Combe des Juments permit aux skieurs dévalant la Combe de Borderan de remonter directement sur le domaine sans avoir à descendre jusqu'au départ du télésiège de la Combe des Juments situé dans un secteur manquant cruellement de neige du fait de son exposition.
Dans ces années-là, le téléski de l'Aiguille fut une première fois remplacé par un nouveau téléski plus moderne, du constructeur Montagner. Ce nouveau téléski reprenait toujours le même tracé, et possédait une grande particularité : celle d'avoir le brin descendant ne suivant pas le brin montant, malgré le faible écart entre les deux sur la majeure partie de la ligne. Le télésiège de Côte 2000 et le téléski de l'Aiguille se croisait au même endroit qu'actuellement avec les deux télésièges et possédaient déjà par ailleurs un pylône commun.

En 1979, la SEM "du télébenne de la Combe des Juments" se lança dans de gros travaux d'équipement du domaine skiable : la construction de trois télésièges. Les télésièges du Crêt du Loup et du Mini-Loup ont été installés sur le secteur du même nom, doublant les téléskis existants et le télésiège débrayable deux places de la Combe des Juments fut installé pour remplacer l'ancien télésiège fixe. Ce dernier ne fut mis en service qu'en 1980. Ce remplacement permit d'améliorer la desserte des pistes du secteur et notamment son rôle d'ascenseur dans les deux sens lorsque la neige manquait sur le bas.

Un nouveau bouleversement du secteur arriva à la fin des années 1990. La construction de la télécabine du Fernuy en 1999 s'accompagna de la création de deux pistes sur le Fernuy. L'année suivante, le téléski de l'Aiguille fut remplacé par le télésiège quadriplace de l'Aiguille mettant définitivement un terme aux attentes du téléski de l'Aiguille depuis la construction du Fernuy mais qui, pour le coup, porta atteinte à la clientèle du télésiège de Côte 2000 qui n'allait cesser de régresser ! Le nouveau télésiège repris le tracé de l'ancien appareil et il partage également un pylône avec le télésiège de Côte 2000. Son arrivée sur le sommet de l'Aiguille lui permet d'accéder aussi bien à la Combe de Borderan qu'à la piste de l'Aiguille, cette dernière permettant de se diriger vers le Fernuy.

Le téléski de Juments 2000 quand à lui se sortit grandi de ce réaménagement puisqu'il demeure un accès facile, rapide et permanent vers le Fernuy et donc Balme contrairement au télésiège de l'Aiguille qui est contraint de fermer de temps en temps en plein milieu de la journée du fait de son exposition au vent latéral violent.


Situation du télésiège sur le plan des pistes :

Image

Ce télésiège dessert plusieurs pistes sur deux secteurs différents. Du côté du Fernuy, il dessert la piste noire Lapiaz, qui est la plus physique du domaine skiable de part sa longueur et son dénivelé et la piste rouge de la Combe de Fernuy. La première reprend le haut de l'ancien hors-piste de la Combe de Fernuy et la seconde en reprend le bas.
Du côté de l'Aiguille, cet appareil dessert le bas de la piste de l'Aiguille, à partir de laquelle on a le choix entre prendre la piste de la Combe des Juments, redescendant entre autre au départ de l'installation, et les pistes du le Dahu, du Loup et du Mur Edgar qui permettent quant à eux de skier sur le Crêt du Loup.



Présentation du télésiège de Côte 2000

Le télésiège de Côte 2000 fit donc partie des travaux réalisés durant l'été 1977. C'est l'entreprise Pomagalski qui avait été retenu pour réaliser les travaux de construction des télésièges de Côte 2000 et de l'Etale, ce dernier ayant servi à doubler le téléphérique de l'Etale sur le massif voisin jusqu'en 2007, année où il fut démantelé. Les deux télésièges étaient en tous points identiques et ne possédaient pas de particularités. Le télésiège de Côte 2000 était équipé d'une gare "Delta" et de sièges "Goutte d'eau" biplace qui étaient la mode de l'époque chez ce constructeur. Suite aux défauts de soudure qui affecte ces sièges, les arceaux d'origine ont été remplacés en 2013. La gare amont est surmontée d'une plate-forme en bois de type "piste d'atterrissage". Ce type de gare, qui ne se fait plus de nos jours, était assez courante à cette époque pour éviter d'imposants terrassements en gare amont.

Le réaménagement progressif du massif et notamment le remplacement du téléski de l'Aiguille ont fait baissés la popularité de ce télésiège. Devenu très peu utile au fil du temps, son avenir est très incertain mais pour autant, son démantèlement n'est pas encore envisagé tant que la piste de la Combe des Juments ne sera pas intégralement équipée d'enneigeurs, ce qui devrait se faire en même temps que le remplacement du télésiège de la Combe des Juments. Au cours de ces dernières années, Côte 2000 n'a fonctionné que durant les vacances de février et de Noël lorsque l'enneigement était suffisant.


Les caractéristiques actuelles du télésiège de Côte 2000 :

Caractéristiques administratives :

  • Nom de l'appareil : la Côte 2000
  • Type d'appareil : télésiège à pinces fixes
  • Secteur : Aiguille
  • Commune : la Clusaz
  • Exploitant : Société d'Aménagements Touristiques et d'Exploitation de La Clusaz (SATELC)
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Constructeur : Pomagalski
  • Année de construction : 1977

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude de la gare aval : 1536 m
  • Altitude de la gare amont : 2023 m
  • Longueur : 1620 m
  • Dénivelé : 487 m
  • Pente moyenne : 31%
  • Pente maximale : 55%

Caractéristiques techniques :

  • Emplacement de la station motrice : aval
  • Type de gare motrice : gare Delta à 7 vitres
  • Emplacement de la station de tension : aval
  • Type de tension : hydraulique
  • Nombre de vérins : 2
  • Installation électrique : Aéria Automatismes
  • Aide à l'embarquement : non
  • Capacité des sièges : 2 personnes
  • Nombre de sièges : 183
  • Type de sièges : sièges de rénovation issus des "Goutte d'eau"
  • Dispositif d'accouplement : pince fixe

Caractéristiques de la ligne et d'exploitation :

  • Nombre de pylônes : 16
  • Nombre de virages : 0
  • Sens de montée : droite
  • Sens d'exploitation : montée
  • Vitesse en ligne : 2.5 m/s
  • Temps de montée : 10mn 48s
  • Débit : 1200 p/h



La gare aval

La gare aval est située au bord de la piste de la Combe des Juments, à 1536 mètres d'altitude à l'endroit où un chemin permet de ramener directement les skieurs ayant descendu la Combe de Borderan. C'est ici que ce trouve la partie motrice-tension de l'appareil. Elle se compose d'une structure métallique avec des traverses formant deux triangles sur la longueur. Un chariot mobile, supportant l'ensemble moteurs, est positionné sur cette structure et permet d'effectuer la tension du câble par le biais de deux vérins hydraulique placé de chaque côté de la gare.

Les skieurs se présentent sous la structure à l'arrière de la gare, et se placent à l'embarquement à l'ouverture des portillons. Le poste de conduite principal se trouve ici, accolé à la gare.

La gare et les deux premiers pylônes :
Image

Vues sur la gare et le pylône 1 en portique :
Image

La gare vue depuis la piste de la Combe des Juments :
Image

Vues sur la gare :
Image

Image

Image

Image

Image

Vue sur la poulie motrice et l'un des deux vérins assurant la tension de l'installation :
Image

L'embarquement :
Image



La ligne

La ligne de ce télésiège est plutôt longue et irrégulière. Au départ, on longe un bois et la piste de la Combe des Juments en montant tranquillement jusqu'au pylône 5 où la pente devient nulle. Elle devient même légèrement descendante entre les pylônes 7 et 8 après lequel on remonte de nouveau. On passe alors à une centaine de mètres du départ du téléski de Juments 2000. La ligne fait une bosse au niveau du pylône 12 car celui-ci est commun au pylône 3 du télésiège de l'Aiguille que l'on survole. Après un court replat entre ce pylône 12 et le pylône 13, la ligne remonte assez fortement jusqu'à l'arrivée situé à proximité de celle de la télécabine du Fernuy.

La ligne comporte 16 pylônes numérotés de 1 à 16. Dans l'ordre de la montée, cela donne :

  • Gare aval : 16C/16C
  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 6S/4S
  • P3 : 4S/2S
  • P4 : 4S/2S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 4S/4S
  • P7 : 6S/6S
  • P8 : 2S6C2S/2S6C2S
  • P9 : 6S/4S
  • P10 : 4S/2S
  • P11 : 2C4S2C/2C4S2C
  • P12 : 8S/6S
  • P13 : 2C4S2C/2S6C2S
  • P14 : 4S/2S
  • P15 : 8S/6S
  • P16 : 8S/8S


Vues sur la ligne :

Vue aérienne de la ligne avec l'emplacement des pylônes :
Image

La fin de la ligne dans la combe de l'Aiguille avec le survol du télésiège de l'Aiguille :
Image

Vues sur le début de la ligne depuis la piste de la Combe des Juments :
Image

Le début de la montée :
Image

Image

La ligne au niveau des pylônes 5 et 6, avec le sommet du massif de l'Etale juste derrière :
Image

La ligne avec le départ du téléski de Jument 2000 au fond à droite :
Image

Le passage de la ligne sous le départ du téléski de Jument 2000 :
Image

Le milieu de la ligne :
Image

Au niveau du pylône 9 :
Image

La ligne vue depuis la piste du Dahu :
Image

Vue vers le bas de la ligne depuis le bord de la piste de Jument 2000, avec le plateau de Beauregard au fond :
Image

Le croisement avec le télésiège de l'Aiguille :
Image

Image

Le pylône 11, à proximité du départ du télésiège de l'Aiguille :
Image

Le croisement et la fin de la ligne du télésiège de Côte 2000, avec le sommet du massif de l'Aiguille droit devant :
Image

Le pylône de croisement :
Image

Le télésiège de Côte 2000 qui survole la piste de l'Aiguille :
Image

Image

La dernière montée :
Image

La dernière partie de la ligne avec une vue imprenable sur la vallée de Thônes :
Image

L'arrivée...
Image

... au sommet de la télécabine du Fernuy :
Image

Pylône 1, seule compression de l'immense ligne :
Image

Pylône 2 :
Image

Pylône 3, avec la piste de la Combe des Juments à gauche :
Image

Pylône 4 :
Image

Portée entre les pylônes 4 et 5, on continu de monter tranquillement :
Image

Pylône 5 :
Image

Pylône 6 :
Image

Pylône 7, la pente devient nulle :
Image

Portée entre les pylônes 7 et 8. Vue globale sur le haut du massif de l'Aiguille avec le télésiège de l'Aiguille au centre et le téléski de Jument 2000 à droite :
Image

Pylône 8 :
Image

Pylône 9 :
Image

Portée entre les pylônes 9 et 10, on passe au-dessus de la piste qui permet de rejoindre le départ du téléski de Jument 2000 :
Image

Pylône 10 :
Image

Pylône 11 :
Image

Portée entre les pylônes 11 et 12 :
Image

Pylône 12, commun avec le pylône 3 du télésiège de l'Aiguille que l'on survole :
Image

Portée entre les pylônes 12 et 13, avec la piste de l'Aiguille au-dessous :
Image

Pylône 13 :
Image

Pylône 14, avec la gare amont de la télécabine du Fernuy à gauche :
Image

Portée entre les pylônes 14 et 15 :
Image

Pylônes 15 et 16 d'arrivée :
Image

Image

Image


A gauche les sièges "Goutte d'eau" qui était présent jusqu'en 2013, année où ils ont été mis en conformité par le remplacement des arceaux (photo de droite) :
Image



La gare amont

La gare amont est située sur la crête de Côte 2000, à 2023 mètres d'altitude à proximité immédiate de l’arrivée de la télécabine du Fernuy venant de la direction opposée. Elle est constituée d'une poulie de retour fixe montée sur un gabarit de débarquement du type "piste d'atterrissage".

L'arrivée vue depuis le sommet du Crêt du Loup :
Image

Et vue depuis la ligne du télésiège de l'Aiguille :
Image

Vues sur la gare :
Image

Image

Image

Image

Image



Clôture

Le télésiège de Côte 2000 a un rôle très secondaire par rapport aux télésièges de la Combe des Juments et de l'Aiguille. En effet, sa lenteur et son inconfort sont souvent délaissé pour ces deux voisins qui a eux deux desservent les mêmes pistes que le télésiège de Côte 2000. Toutefois, le manque de neige récurrent sur le bas de la piste de la Combe des Juments empêche l'ouverture continue de cette piste tout au long de la saison. A ce moment-là, le télésiège de Côte 2000 devient indispensable pour remonter les skieurs qui se sont aventurés dans le mythique hors-piste de la Combe de Borderan. C'est cette raison qui fait que ce télésiège est encore en service de nos jours.

Toutefois, d'ici une dizaine d'années le télésiège de la Combe des Juments devrait être remplacé. A cette occasion, des enneigeurs seront mis en place sur la piste qui permet d'accéder à son départ, lui garantissant ainsi une ouverte continue. Ce chantier devrait alors signer la fin du télésiège de Côte 2000, qui sera alors démonté si cela n'a pas été fait auparavant.

 
Partie 2
Auteur de ce reportage : l'alexois
Section écrite le 02/09/2018 et mise à jour le 03/04/2019
(Mise en cache le 03/04/2019)

Bonjour !

Voici une mise à jour technique de cette installation.

Commençons par monter dans la gare. Vue générale :
Image

Image

Ce télésiège est entrainé par un moteur asynchrone de 220 Kw :
Image

Vues de plus près :
Image

Image

Vue sur la plaque signalétique du moteur :
Image

A la sortie du moteur, on retrouve les freins de service agissant sur un volant :
Image

Image

La transmission entre le moteur et le réducteur se fait par courroies :
Image

Vue sur l'entrée du réducteur. On peut deviner les cliquets anti retour :
Image

Vues sur le réducteur :
Image

Image

En cas d'avarie sur la chaine cinématique principale, un moteur thermique peut prendre le relais pour évacuer la ligne :
Image

Image

Image

Vue sur la plaque signalétique du moteur :
Image

Vue sur la commande du moteur :
Image

La sortie du moteur thermique est relié à un réducteur auxiliaire :
Image

Celui ci amène sur le dispositif d'accouplement qui est situé à l'entré du réducteur :
Image

La tension de la ligne est effectuée dans cette gare. Pour cela, on retrouve une centrale hydraulique mettant en pression deux vérins hydrauliques situés de part et d'autre du bloc moteur. Vues sur la centrale :
Image

Image

Vue sur la poulie motrice. On retrouve sur celle-ci les deux freins d'urgence :
Image

Ceux-ci sont alimentés par une centrale hydraulique située au dessus du réducteur :
Image

Vue sur les portillons de cadencement. Ceux-ci sont particuliers dans le sens où c'est un vérin hydraulique qui les fait fonctionner. Nous pouvons noter que ceux-ci ont été récupérés de l'ancien télésiège deux places du Col de Balme, dans la même station.
Image

Vue sur le vérin :
Image

Image

Celui-ci est actionné par une centrale hydraulique située dans la gare, derrière les armoires de puissance :
Image

Le télésiège a son armoire de commande dans le pupitre :
Image

On y retrouve une supervision ainsi que différents compteurs et voyants indiquant l'état du télésiège :
Image

En dessous, on retrouve la commande du télésiège :
Image

A noter qu'un boitier déporté se situe au niveau des portillons de cadencement :
Image

Les armoires de puissance se trouvent dans la gare, juste à l'entrée :
Image

Derrière celles-ci, on retrouve les résistances de démarrage :
Image

Mes remerciements à la SATELC pour l'autorisation de prise et de publication des photos



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :