Localisation(s)
Photo

 TSF2 de la Traversée

La Plagne (Paradiski)

Poma

T2 HS
Description rapide :
Télésiège qui desservait un très vaste espace de ski propre sur le glacier de Bellecôte.

Année de construction : 1978
Fin de service en : 2012

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : j'ib
Section écrite le 22/09/2021 et mise à jour le 07/10/2021
(Mise en cache le 07/10/2021)

Télésiège de la Traversée
La Plagne (73)


Image


Bienvenue à La Plagne

La Plagne est une station savoyarde de Tarentaise située au-dessus de la commune d’Aime, ville située à mi-chemin entre Moutiers et Bourg Saint Maurice. La Plagne est une station olympique puisque durant les Jeux Olympiques, elle a accueilli les épreuves de bobsleigh grâce à la construction d’une piste pour cette discipline. La station d’aujourd’hui n’a plus rien à voir telle qu’elle était à ses débuts. En effet de nos jours, La Plagne a fortement grandi et avec ses stations satellites, elle forme un ensemble ayant la plus grosse capacité en hébergements touristiques de nos montagnes avec un peu moins de 50 000 lits. On trouve deux types de stations dans cet ensemble formant la Grande Plagne : des stations-villages et des stations d’altitude.
Chaque station possède sa propre ambiance et son propre style architectural formant un ensemble quelque peu disparate. Les stations-villages ont su garder charme et authenticité alors que dans les stations d’altitude, c’est un univers un peu plus animé (concerts, bars branchés…) et une architecture plus typique des grandes stations que les clients trouveront. Au total, la Grande Plagne se compose de dix stations : Montalbert, Aime La Plagne, Plagne 1800, Plagne Centre, Plagne Villages, Plagne Soleil, Plagne Bellecôte, Belle Plagne, Montchavin – Les Coches et Champagny en Vanoise.

Chaque station fait donc partie d’un grand domaine skiable comprenant 225 kilomètres de pistes desservis par 106 remontées mécaniques. Ceci fait du domaine de la Plagne, l’un des plus grands de France. Ce domaine s’étend de 1250 mètres à 3175 mètres d’altitude au sommet du télésiège du Glacier. Tout comme le style des stations, le domaine est assez disparate. Des pentes austères et raides du glacier aux larges boulevards peu pentus tout en passant par les descentes en forêt, petits et grands trouveront leur compte sur ce vaste espace de glisse. Depuis 2003, le domaine de la Plagne est relié depuis Montchavin au domaine voisin de Peisey Vallandry par le téléphérique Vanoise Express. Cette liaison à permis de donner naissance à un nouveau grand espace de ski baptisé Paradiski qui offre au total 425 kilomètres de pistes.

    Le domaine skiable au-dessus de Plagne Centre
    Image


L'aménagement du glacier de Bellecôte

L'ouverture de la station de la Plagne remonte officiellement au 22 décembre 1961 avec deux téléskis sur Plagne Centre : celui de la Lovatière qui desservait une zone pour débutants sur le front de neige, et celui du Biolley permettant de skier sur des pentes plus importantes en face nord-est. C'est Montaz-Mautino qui avait livré ces deux appareils à l'époque. La deuxième saison a été marquée par l'ouverture du téléski du Z et du Télé-Ecole permettant de skier sur les pentes de la Grande Rochette alors que celui de la Lovatière a été supprimé. Le Z grimpe jusqu'au départ du télésiège des Verdons Nord et en 1962 la piste de la Marie-Chantal est créée. Le téléski du Cabri est quant à lui venu doubler le Z en 1964 pour créer une zone débutants sur Plagne Centre. Puis, la SAP décide ensuite de s'étendre avec le téléski des Aollets sous la Grande Rochette. L'accès à Plagne Bellecôte, alors en construction, est facilité.

La Société d'Aménagement de la Plagne imagine très vite, malgré la petite taille de son domaine skiable, la création d'un axe reliant Plagne Centre au sommet de la Grande Rochette. 8 millions d'anciens francs ont donc été investis pour installer un 2S. L'ouverture en 1963 du téléski des Aollets permettait de basculer sur le vallon de l'Ours grâce à une piste bleue. En 1971, la SAP construit le téléski des Colosses pour faciliter le retour de ce vallon à Plagne Centre. En 1973, le télésiège fixe deux places de l'Arpette est construit pour desservir des pentes douces et créer une liaison sur Montchavin-les Coches. Le développement de Plagne bellecôte se poursuit avec l'accès à la Roche de Mio par une télécabine longue de 3 kilomètres en 1975. Les glaciers entourant le sommet de Bellecôte sont désormais tout proche pour un éventuel aménagement de la part de la SAP.

Il est donc décidé après dix années d'études de glaciologie réalisées par le CNRS d'attaquer les travaux d'aménagement des deuxième et troisième tronçons d'accès au glacier de la Chiaupe à plus de 3000 mètres d'altitude, sous l'égide d'André Martzolf, alors directeur du service des pistes de la Plagne. Le temps de montée entre Plagne Bellecôte à 1900 mètres d'altitude et le glacier de la Chiaupe à 3030 mètres d'altitude est alors de 40 minutes.

Très excentré du reste de la station, ce secteur se situe à près de trois kilomètres de la Roche de Mio, point le plus proche du domaine principal. De plus, l'accès au secteur du glacier est verrouillé à l'aller comme au retour par l'obligation d'emprunter la télécabine de Bellecôte entre le col de la Chiaupe et la Roche de Mio. La réalisation de cette télécabine doit alors être complétée par trois autres téléskis Mécalift ainsi que deux télésièges fixes Poma afin de desservir un espace de six pistes et de nombreux accès à des itinéraires hors-pistes allant sur Champagny-en-Vanoise via le glacier du Cul du Nant ou sur Montchavin-les Coches via le Friolin ou encore sur Peisey grâce à la face Nord de Bellecôte.

    Le massif de Bellecôte en 1972 avec le secteur du Chalet de Bellecôte sur la gauche (Perso-laplagne.fr)
    Image

    Le glacier de la Chiaupe vu en 1972 (Perso-laplagne.fr)
    Image


Au sommet de la télécabine de Bellecôte, le glacier de la Chiaupe est rapidement équipé de trois téléskis. Celui de la Chiaupe desservait les pentes juste au-dessus de l'arrivée de la télécabine et permettait d'accéder aux téléskis doubles du Col. De même, il fut prévu un temps soit-il de construire un télésiège fixe derrière ces deux derniers appareils avec le nom de l'Arête, mais cet appareil n'a jamais été réalisé.

    Le glacier de Bellecôte en 1978 avec la G2 de la télécabine de Bellecôte à gauche (Perso-laplagne.fr)
    Image

    La ligne des téléskis du Col et du télésiège de la Traversée avec la fin de la ligne de la télécabine de Bellecôte
    Image

    Vue d'ensemble de la télécabine de Bellecôte depuis la Roche de Mio
    Image


Le glacier devint aménagé en 1978 avec la construction du télésiège de la Traversée. Le téléski du Glacier de Bellecôte y est aussi construit perpendiculairement à ce télésiège.

    Le télésiège de la Traversée et les téléskis de la Chiaupe et du Col 1
    Image

    Le front de neige du glacier en 2002
    Image


La glacier de la Chiaupe a néanmoins été très fortement impacté par le réchauffement climatique. Le téléski de la Chiaupe fut donc démonté en laissant au télésiège du Glacier le rôle de desserte de l'ensemble des pistes du secteur. Le ski d'été fut ensuite rapidement abandonné, à partir de 2005 sur le glacier de la Chiaupe et 1996 sur celui de Bellecôte.

    Le glacier en 2003 (Perso-laplagne.fr)
    Image


Traversée : Du beau ski sur le glacier de Bellecôte

Le télésiège de la Traversée était situé sur le front de neige du secteur du glacier à proximité directe de l'arrivée de la télécabine de Bellecôte. Construit en 1978 par Poma, l'embarquement s'effectuait sous les premier pylônes compressions et non sous l'infrastructure motrice.
Ce télésiège permettait d'accéder au glacier de Bellecôte et de desservir un magnifique espace de ski propre sans retour possible en gare aval de ce télésiège. En effet, toutes les pistes desservies, de niveau plutôt difficile, rejoignaient le col de la Chiaupe ou le départ du télésiège du Chalet de Bellecôte.

Côté ski, le télésiège de la Traversée desservait 3 pistes à son sommet :
  • La piste noire du Rochu, très longue piste composée de plusieurs murs rejoignant le télésiège du Chalet de Bellecôte.
  • La piste noire de Bellecôte qui s'engageait dans de très fortes pentes et rejoignait elle aussi le télésiège du Chalet de Bellecôte.
  • La piste rouge de la Combe, magnifique descente permettant de rejoindre la gare intermédiaire de la télécabine de Bellecôte au col de la Chiaupe.

Voici sa situation sur le plan des pistes de Paradiski :

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pince fixe : TRAVERSÉE
Maître d'ouvrage : Société d'Aménagement de la Plagne (CDA)
Exploitant : Société d'Aménagement de la Plagne (CDA)
Constructeur : Poma
Année de construction : 1978
Année de démontage : 2012

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver (anciennement été également)
Capacité : 2 personnes
Débit : 1200 p/h
Vitesse d'exploitation : 2,4 m/s
Temps de trajet : 3 min 33 sec

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2989 mètres
Altitude amont : 3102 mètres
Dénivelée : 113 mètres
Longueur développée : 511 mètres
Pente maximale : 50 %
Pente moyenne : 22 %

Caractéristiques techniques

Gare motrice : Aval
Gare tension : Aval
Gare retour : Amont
Nombre de pylônes : 7
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 95 kW
Type de tension : Hydraulique
Sens de montée : Droite
Type de G1 : Junior
Type de G2 : Poulie retour fixe
Type de sièges : Goutte d'eau 2 places

Ligne et infrastructures du télésiège de la Traversée

Gare aval :

La gare aval était la station motrice-tension de l'installation. Elle était placée à 2989 mètres d'altitude juste à côte de la gare amont de la télécabine de Bellecôte. On retrouvait une infrastructure de type Junior qui été surélevée. Elle s'occupait à la fois de la mise en mouvement du câble grâce à une motorisation asynchrone de 95 kW et de la mise en tension du câble grâce à un vérin hydraulique.

    La gare aval vue depuis la sortie de la télécabine de Bellecôte
    Image

    La gare aval vue de face
    Image

    La gare aval vue de trois quarts avec l'accès à la file d'attente
    Image

    Détail sur la gare motrice et sa couverture Delta
    Image

    Détail de la gare aval avec sa poulie motrice et son réglage sur l'axe longitudinal
    Image

    La gare aval vue de profil avec à gauche la gare amont de la télécabine de Bellecôte
    Image

    Vue éloignée de la gare aval en se dirigeant vers le télésiège du Glacier
    Image

    Vue arrière de la gare aval depuis les environs de la file d'attente
    Image

    Vue légèrement décalée
    Image


La ligne :

La ligne était longue de 511 mètres et se composait de 7 pylônes. Le pylône 3, dès la sortie de la zone d'embarquement, lançait la plus longue portée de la ligne. Le pylône suivant permettait ensuite d'accentuer la montée jusqu'au P5. De là, la pente s'amenuisait petit à petit et traversait un grand dévers jusqu'en gare amont malgré une inclinaison du câble quasi horizontale.

Caractéristiques de la ligne :
  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 16C/16C
  • P3 : 12S/12S
  • P4 : 2S6C2S/2S6C2S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 8S/8S
  • P7 : 12S/12S

    Vue sur la ligne depuis l'aval
    Image

    P1 et P2 avec la file d'attente
    Image

    P2 avec son système de réglage en hauteur
    Image

    P3
    Image

    Portée P3 - P4
    Image

    P4
    Image

    Détail de la tête du pylône support du P5
    Image

    Retour en arrière sur le P5
    Image

    Portée P5 - P6
    Image

    Retour en arrière sur le P6
    Image

    Portée P6 - P7
    Image

    Détail de la tête du pylône support du P7
    Image

    P7 vu depuis la gare amont
    Image


Gare amont :

La gare amont était la station retour de l'installation. Elle était placée à 3102 mètres d'altitude au pied du glacier de Bellecôte sur une estacade en bois permettant de limiter les terrassements sur la montagne. Techniquement, on retrouvait une poulie retour fixe qui était équipée d'une génératrice de tension récupérant le mouvement de la poulie pour créer de l'électricité servant à alimenter le local de l'agent d'exploitation.

    La gare amont vue de face
    Image

    La gare amont vue de trois quarts avec la zone de débarquement
    Image

    La gare amont vue en s'éloignant sur le chemin
    Image

    L'estacade de débarquement de la gare amont vue en contre plongée
    Image


Sièges et pinces

Le télésiège de la Traversée était équipé de sièges de type Goutte d'eau provenant de chez Poma et pouvant accueillir jusqu'à deux passagers. Le dossier était fait de lattes en acier et les assises étaient rembourrées.

    Image


Les sièges étaient reliés au câble par des monopinces fixes de type AR2100.

    Image


Le télésiège de la Traversée vu depuis les environs

    Le P7
    Image

    Zoom sur les P4, P5 et P6 depuis le front de neige du glacier
    Image

    La gare aval et l'intégralité de la ligne
    Image


Traversée, un télésiège dépassé

Le télésiège de la Traversée permettait donc de desservir un très grand espace de ski propre sur le glacier de Bellecôte à la Plagne. Avec la fin du ski d'été sur le glacier éponyme dans les années 1990, ce télésiège a perdu en attractivité. En 2012, il a donc été décidé de remplacer ce télésiège, alors très vétuste, par un télésiège fixe quatre places récupéré sur l'emplacement du Biolley dans la même station.

    Le télésiège de la Traversée : un appareil hors-d'âge
    Image


Avant de terminer ce reportage, je tiens à remercier Pomaman, Ingélo, Laplagne78 et Kaldini pour leurs photos de l'installation.

J'ib, octobre 2021

Photos : Kaldini, Pomaman, Laplagne78, Ingélo & J'ib
Texte, bannière et mise en page : J'ib
Date des photos : 16 mars et 31 décembre 2007, 1er janvier 2008, 21 avril et 04 août 2009, 21 avril 2010 & 11 juillet 2011



Suivre la discussion sur le forum


Appareil en relation :