En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF2 des Bruyères

Col de l'Arzelier

Poma

T3 HS
Année de construction : 1967
Fin de service en : 2018

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 29/10/2018 et mise à jour le 18/11/2018
(Mise en cache le 18/11/2018)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. Le col de l'Arzelier
  2. Bruyères, le télésiège polyvalent du col de l'Arzelier
  3. Ligne et infrastructures du télésiège des Bruyères
  4. Bruyères : l'axe principal du col de l'Arzelier



Le col de l'Arzelier

Le col de l'Arzelier est situé au sud de Grenoble et à l'est du massif du Vercors, à 1154 mètres d'altitude. Il relie les villages du Gua et de Château-Bernard, aux portes du Trièves. Il permet également de rejoindre facilement par la suite les villages de Saint-Andéol, Saint-Guillaume puis Gresse-en-Vercors où se situe une autre station de ski.
Située sur la commune de Château-Bernard, la station de ski du col de l'Arzelier est équipée d'un télésiège et de trois téléskis, tous situés sous les falaises du Vercors et dominés par les sommets des Deux Sœurs et des Moucherolles. On accède aux pistes depuis le front de neige principal ou le parking de Mauret, d'où un téléski permet de monter en haut des pistes.
En été et en automne, le télésiège de la station est ouvert aux randonneurs et aux VTT, offrant de nombreuses possibilités de descentes et autres escapades montagnardes. La station est accessible facilement en voiture et en transports en commun depuis la métropole grenobloise.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^



Bruyères, le télésiège polyvalent du col de l'Arzelier

Le télésiège des Bruyères est l'axe principal de la station de ski du col de l'Arzelier. Il permet d'accéder au sommet de la station depuis le front de neige et dessert ainsi l'ensemble du domaine skiable, assurant par là-même la liaison avec le secteur de Mauret où se situe le stade de slalom. En été, il dessert un domaine de VTT de descente composé d'une piste verte, d'une piste bleue, de deux pistes rouges, d'une piste noire et d'une piste de compétition (double noire) ainsi que de nombreux sentiers de randonnée en balcon sous les falaises du Vercors ou permettant de basculer sur le plateau du Vercors (via le Pas de la Balme pour Corrençon-en-Vercors et via le col des Deux Sœurs et le Pas de l'Œille pour Villard-de-Lans).

Au sommet du télésiège, l'ensemble des pistes de la station est accessible par gravité. Bruyères dessert donc les pistes suivantes :

  • La piste bleue des Bruyères, évoluant en forêt et permettant de redescendre assez facilement jusqu'au front de neige principal.
  • Les pistes rouges des Bordeaux et du Grand Bois, tracées assez proches de la ligne du télésiège et offrant de jolies descentes en forêt.
  • La piste rouge de Mauret et le stade de slalom associé, permettant d'accéder au téléski homonyme.
  • La piste noire de la Bretelle noire, variante de la partie médiane des pistes rouges des Bordeaux et du Grand Bois.


Image
Situation du télésiège des Bruyères sur le plan des pistes du col de l'Arzelier.

Le télésiège des Bruyères a été initialement construit par Poma. Il était équipé de sièges carrés et d'une ligne sans potences de décâblage. Le reste de l'installation était globalement similaire au télésiège actuel.

Image
La gare aval et la ligne (D.R.).

Image
La fin de la ligne et l'estacade de débarquement (D.R.).

Le télésiège a été modernisé en 1985 avec le remplacement du réducteur et de la poulie motrice. Il est probable que les têtes de pylônes aient été changées dans le même temps. Ensuite, en 2003, les sièges et les pinces ont été changés par Poma et la poulie motrice a été encagée.
En 2006, le groupe de sécurité, l'armoire de puissance et le câble ont été remplacés. Enfin, en 2015, Altim a remplacé l'ensemble des axes et balanciers de la ligne.


Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :


Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : BRUYÈRES
Maître d'œuvre : Pomagalski
Exploitant : Régie du Col de l'Arzelier
Installation électrique : SEMER
Constructeur : Pomagalski
Année de construction : 1967

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Toutes saisons
Capacité : 2 personnes
Débit à la montée : 720 personnes/heure (100 %)
Débit à la descente : 360 personnes/heure (50 %)
Vitesse d'exploitation maximale : 2,4 m/s (2,5 m/s *)
Équipement d’aide à l’embarquement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1140 m
Altitude amont : 1477 m
Dénivelée : 337 m
Longueur développée : 1050 m
Longueur horizontale : 952 m
Pente maximale : 53 %
Pente moyenne : 35,4 %
Temps de trajet : 7 minutes 18 secondes (7 minutes *)

Caractéristiques techniques

Sens de montée : Par la gauche
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 88 kW
Emplacement tension : Amont
Type de tension : Contrepoids
Tension nominale : 7600 daN
Masse du contrepoids : 15 200 kg
Nombre de pylônes : 11
Nombre de véhicules : 78
Dispositif d'accouplement : Pince fixe Mono2800
Type de véhicules : Arceau coudé
Espacement : 10 s

Caractéristiques du câble (2006)

Fabricant du câble : TREFILEUROPE
Type de câblage : Lang
Âme : Textile
Diamètre : 26 mm
Pas de câblage : 182 mm
Pas de toronage : 76 mm
Section du câble : 263,9 mm²
Section du toron : 43,9 mm²
Résistance à la rupture : 40 700 daN

* Valeurs théoriques.



Ligne et infrastructures du télésiège des Bruyères


La gare aval

Présentation générale

La gare aval du télésiège des Bruyères est située sur le front de neige de la station du col de l'Arzelier, à 1140 mètres d'altitude, en surplomb du parking de la station situé au col éponyme.
Elle reste très discrète de par sa taille et sa peinture verte s'intégrant bien aux prairies du col en été. Elle est surmontée d'un toit afin de protéger en partie la mécanique des chutes de neige, ce qui créé un certain ensemble architectural avec l'imposant chalet de vigie attenant tout en bois.

Image
La gare aval vue dans son environnement en arrivant depuis le col.

Image
Zoom sur la gare aval.

Image
Vue en contre-plongée de la gare aval avec les Deux Sœurs en arrière-plan.

Image
Vue arrière de la gare aval avec le chalet de vigie.

Image
Vue arrière.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois quarts de la gare aval depuis les abords de la zone de débarquement à la descente.

Image
Vue zoomée de la gare aval.

Image
Vue plus large avec le pylône 0.

Image
Vue zoomée dans un axe plus proche de celui de la ligne.

Image
Vue de trois quarts de l'autre côté.

Image
Vue rapprochée.

Image
Zoom sur la gare aval.

Image
Vue rapprochée de la gare aval.

Image
La zone d'embarquement.


Aspects techniques

La gare aval du télésiège des Bruyères est une gare motrice-fixe issue de la gamme commercialisée par Poma à partir des années 1950. Elle est constituée de deux moteurs asynchrones, dont le plus proche du réducteur est celui de la grande vitesse (GV = 2,5 m/s) et celui à l'arrière est celui de la petite vitesse (PV = 1,25 m/s), situés au-dessus d'un moteur de secours thermique qui s'accouple à l'arbre rapide via un jeu de chaînes. On retrouve sous le moteur grande vitesse deux câbles équipés de poignées permettant un démarrage rotorique de ce moteur.

Image
Vue d'ensemble de la chaîne cinématique.

Image
Vue opposée.

Image
Vue d'ensemble des deux moteurs électriques du télésiège.

Image
Moteur assurant la marche en petite vitesse.

Image
Vue opposée.

Image
Axe de liaison entre les deux moteurs électriques.

Image
Moteur assurant la marche en grande vitesse.

Image
Arbre de transmission entre le moteur de secours et la chaîne de transmission vers l'arbre entrant ensuite dans le réducteur.

Image
Vue d'ensemble de la chaîne de transmission du mouvement depuis la motorisation de secours.

Image
Extrémité supérieure de la chaîne de transmission avec l'arbre entrant dans le réducteur sur la gauche.

Image
La poulie motrice avec le capteur de passage des sièges pour l'ouverture des portillons de cadencement.

Image
La poulie motrice et son réducteur dessous.

Image
Galet relié à une dynamo-tachymétrique permettant la mesure de la vitesse instantanée du câble.

Image
Même dispositif sur le galet côté descente.

Un frein de service à disque est situé à l'arrière du moteur grande vitesse. Il joue le rôle de frein de parking lors de l'arrêt complet de l'installation.

Image
Frein à disque entre deux moteurs.

Image
Centrale des freins.

Dans le chalet de vigie attenant à la gare aval, on retrouve l'armoire électrique livrée par SEMER et l'armoire de contrôle du télésiège.

Image
L'armoire de commande.

Image
Armoire électrique SEMER.


La ligne

La ligne du télésiège des Bruyères mesure un peu plus d'un kilomètre. Dès la sortie de gare aval, un pylône compression en portique augmente fortement la pente pour prendre de la hauteur par rapport au front de neige. La ligne entre ensuite en forêt après le pylône 1 alors que la pente faiblit déjà. Après le pylône 3, le layon s'élargit pour longer une piste. Il faut attendre le pylône 4 puis le pylône 5 pour entamer la montée la plus significative. La montée évolue alors de nouveau en forêt jusqu'au pylône 9 qui radoucit la pente avant d'arriver tranquillement en gare amont.

Pomagalski a ainsi équipé la ligne de 11 pylônes dont un compression, un support-compression et 9 supports :

  • P0 : 12C/12C
  • P1 : 4S/4S
  • P2 : 4S/4S
  • P3 : 4S/4S
  • P4 : 2C+4S+2S/2C+4S+2C
  • P5 : 4S/4S
  • P6 : 4S/4S
  • P7 : 4S/4S
  • P8 : 4S/4S
  • P9 : 8S/8S
  • P10 : 4S/4S


Image
Le pylône 0.

Image
Portée vers le pylône 1.

Image
P1.

Image
Portée vers le pylône 2.

Image
P2.

Image
Portée vers le pylône 3.

Image
P3.

Image
Début de la longue portée vers le pylône 4.

Image
Fin de la portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
Début d'une autre longue portée.

Image
Milieu de la portée vers le pylône 5.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Début d'une nouvelle longue portée en direction du pylône 7.

Image
Fin de la portée vers le pylône 7.

Image
Demi-tour sur tout le début de la ligne.

Image
P7.

Image
Début de la portée vers le pylône 8.

Image
Fin de la portée vers le pylône 8.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 9.

Image
P9.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
P10.



La gare amont

Présentation générale

La gare amont est située à 1477 mètres d'altitude au niveau d'un promontoire sous les pentes du sommet de la Grande Sœur Agathe, à côté du refuge de la Soldanelle. À quelques dizaines de mètres se situe la gare amont du téléski de Mauret, deuxième remontée mécanique importante du domaine skiable.
Le débarquement et l'embarquement à la descente s'effectuent juste après le pylône 11 et avant la poulie retour de la gare amont.

Image
Aires d'embarquement pour la descente (au premier plan) et de débarquement à la montée (au second plan).

Image
Vue de la gare amont avec le pylône 10.

Image
Vue en contre-plongée de la gare amont avec le pylône 10. Le col des Deux Sœurs est caché dans l'ombre entre la Petite Sœur Sophie à droite et la Grande Sœur Agathe à gauche.

Image
Vue de trois quarts de la gare amont depuis la zone de débarquement.

Image
Vue en contre-plongée.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue arrière de la gare amont.

Image
Vue de trois quarts côté descente.

Image
Vue de trois quarts depuis l'accès à la zone d'embarquement à la descente.

Image
Vue d'ensemble de l'arrivée du télésiège en empruntant un chemin permettant d'accéder à un magnifique sentier en balcon sous les falaises du Vercors et à d'autres sentiers plus escarpés permettant d'atteindre entre autres le Pas de l'Œille, le col des Deux Sœurs (vers Villard-de-Lans) ou le Pas de la Balme (vers Corrençon-en-Vercors).

Image
D'un peu plus loin.

Image
Zoom sur la gare amont.

Image
Vue zoomée de la gare amont.

Image
Accès à l'embarquement pour la descente.


Aspects techniques

La gare amont joue ici le rôle de retour-tension. Un contrepoids est relié via deux câbles aux deux extrémités latérales de la poulie retour, dite « flottante » car uniquement retenue par le câble du télésiège et les câbles de tension. Deux poussards assurent la redirection des câbles de tension vers le contrepoids.

Image
La poulie retour-tension flottante.

Image
Le poussard avec les poulies de redirection vers le contrepoids.



Véhicules et pinces

Le télésiège fixe des Bruyères est équipé de sièges 2 places Poma de type arceau coudé remplaçant des sièges « carrés » Poma d'origine. Ces sièges 2 places sont confortables grâce à une assise en mousse et sont équipés pour l'exploitation estivale et automnale de porte-vélos.
Ces véhicules sont reliés au câble par des pinces fixes Mono2800 datant également de 2003.

Image
Un siège 2 places Poma.

Image
Un siège 2 places Poma.

Image
Siège chargé d'un VTT.

Image
Vue arrière d'un siège chargé d'un VTT.

Image
Croisement de sièges.

Image
Vue détaillée du système d'accroche des vélos sur les sièges.

Image
Zoom sur une pince.

Image
Vue de dessous d'une pince.


Autres vues…


Image
Vue en plongée de la ligne depuis le sentier menant au col des Deux Sœurs.

Image
La fin de la ligne vue depuis les abords de la gare amont.

Image
La fin de la ligne avec la Grande Sœur Agathe en arrière-plan.

Image
La ligne au niveau du pylône 9.

Image
Zoom sur la montée finale depuis le front de neige de la station.

Image
Vue en contre-plongée de la ligne depuis le pied du pylône 4.

Image
Zoom sur la ligne entre les pylônes 5 et 9.

Image
Vue en contre-plongée du pylône 4.

Image
Au niveau du pylône 3.

Image
La ligne au pied du pylône 3.

Image
Le pylône 2.

Image
Le bas de la ligne vu depuis les abords directs de la gare aval.

Quelques autres vues du paysage depuis le télésiège et les abords de la gare amont :

Image
Vue en direction du bassin grenoblois et du plateau de Champagnier.

Image
Vue en direction de la Petite Sœur Sophie et du Pas de l'Œille.

Image
Vue plus large en direction du bassin grenoblois. On aperçoit bien le Grésivaudan encadré à gauche par le massif de la Chartreuse et à droite par le massif de Belledonne.

Image
Vue en direction de Château-Bernard et de Gresse-en-Vercors. Au milieu de la photo, on voit très bien le Mont Aiguille (2087 m) et le Grand Veymont (2341 m).

Image
Défilé des falaises bordant le plateau du Vercors.


Bruyères : l'axe principal du col de l'Arzelier

Le télésiège des Bruyères est l'axe central du col de l'Arzelier en toutes saisons. Il dessert des pistes diversifiées de ski, de VTT de descente ainsi que des chemins de randonnée et offre de sublimes points de vue au cœur d'un cadre naturel splendide aux portes du Trièves. Très bien entretenu au fil du temps, cet appareil reste aujourd'hui confortable et adapté pour le transport de skieurs, piétons et VTTistes.
Malgré tout, la station fait face à des difficultés financières et a lancé à l'automne 2018 un appel aux dons pour effectuer des travaux de mise aux normes et doit trouver d'ici fin 2019 la somme de 100 000 € pour effectuer l'ensemble des travaux qui permettraient de pérenniser l'exploitation du télésiège, et donc de la station.

Image
Bruyères, le télésiège principal de la petite station iséroise du Col de l'Arzelier.


Bannière : Bovinant
Photos : remontees
Texte et mise en page : remontees
Date des photos : 14 octobre 2017.



Suivre la discussion sur le forum