En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF2 des Sétives

Aussois

Weber

T3 HS
Mise en service en : 1970
Fin de service en : 2016

Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : alspace
Section écrite le 03/01/2017 et mise à jour le 09/06/2017
(Mise en cache le 09/06/2017)

Image



Au sommaire de ce reportage :

  1. Aussois
  2. L’aménagement du plateau des Sétives
  3. Sétives, desserte de la partie intermédiaire du domaine
  4. Ligne et infrastructures du télésiège des Sétives
  5. Sétives, un appareil hors d’âge


Aussois

Aussois est une station village située à 1500 mètres d’altitude sur un plateau exposé au sud. Elle propose un domaine skiable de taille moyenne composé de 8 remontées mécaniques, dont 2 télésièges débrayables, 2 télésièges fixes ainsi que 4 téléskis desservant un total de 55 km de pistes entre 1500 et 2750 mètres d'altitude.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


L’aménagement du plateau des Sétives

En 1969, la régie des remontées mécaniques d’Aussois voyait le jour. La même année, le télésiège fixe des Côtes fut construit par Weber sur un tracé donnant accès au plateau des Sétives, dans l'optique de la création d'un domaine skiable en altitude. Il proposait dès lors de véritables pistes en forêt, sur plus de 400 mètres de dénivelé.

Image
Le pylône 1 du télésiège des Côtes et la suite de la ligne derrière. En arrière-plan, on devine la ligne du téléski de la Pyramide installé au début
des années 1960 (D.R).

Image
Le télésiège des Côtes au sortir du front de neige (D.R).

Image
La gare aval du télésiège des Côtes en 2015 (cliquez sur l’image pour afficher le reportage dédié à cet appareil).


L’année suivante, le télésiège des Sétives fut construit en continuité du téléporté des Côtes et permettait d'élever les skieurs en haut du plateau du Jeu. Il ouvrait alors un nouvel espace de ski sur de larges pentes herbeuses depuis l'altitude de 2250 mètres. En 1971, le téléski du Plan Sec fut installé à l'arrivée du télésiège des Sétives. Avec ce nouveau téléski de 1560 mètres de longueur développée, le sommet du domaine skiable était désormais situé à 2664 mètres d’altitude.

Image
Vue sur le départ du télésiège des Sétives (D.R).

Image
Carte multivue présentant le départ et l'arrivée du télésiège des Sétives (les deux images en haut), ainsi que le télésiège des Côtes (les deux images en bas).
Notons la présence sur la photo en bas à gauche du téléski de la Charrière construit dans les années 1970 (D.R).

Image
Le plan des pistes d'Aussois en 1980 (collection Aussois).


En 1982, afin de doubler l’axe Côtes-Sétives par un unique appareil, l’exploitant décide d’installer un très long télésiège fixe donnant directement accès au plateau du Grand Jeu. La montée devient alors plus rapide et moins pénible. En 1989, le télésiège du Gran Jeu est transformé en télésiège débrayable quatre places afin de rendre la montée encore plus rapide et plus confortable.

Image
La gare amont du télésiège débrayable du Gran Jeu vue depuis le téléporté des Sétives (cliquez sur l’image pour afficher le reportage
dédié à cet appareil).


Enfin, en 2015, le télésiège du Gran Jeu est remplacé par un téléporté 6 places fourni par Doppelmayr, reprenant un tracé identique à l’ancien appareil, à l’exception du départ qui a été rabaissé pour faciliter l’accès pour les skieurs. Par la même occasion, le télésiège des Côtes est démonté sans remplacement.


Sétives, desserte de la partie intermédiaire du domaine

Le télésiège des Sétives avait pour rôle de permettre l’ascension des clients vers le sommet du domaine skiable, en évitant le télésiège débrayable du Gran Jeu. Ainsi, les skieurs arrivant du front de neige de la station via le télésiège fixe des Côtes pouvaient accéder à la partie intermédiaire du domaine skiable et basculer sur le télésiège de la Fournache depuis celui de l’Armoise. Il permettait aussi de desservir une offre de ski propre intéressante en plein centre du domaine skiable.
En effet, depuis la construction du télésiège débrayable du Gran Jeu, Sétives était plutôt utilisé pour faire des rotations sur des pistes très agréables et toujours bien ensoleillées. De plus, le téléski du Plan Sec était accessible depuis son sommet, permettant ainsi d'allonger la descente jusqu’au départ du télésiège des Sétives par l’enchaînement de la fin de la piste bleue de l’Armoise puis du Paerot.


Le télésiège des Sétives desservait les pistes suivantes :

  • La piste verte de l’Eterlou, rejoignant le départ du télésiège éponyme.
  • La piste bleue de Paerot qui descendait tout d’abord en direction de l’arrivée du télésiège du Gran Jeu avant de traverser la ligne des Sétives pour finir son tracé sur la droite de cet appareil.
  • La partie basse de la piste bleue de l’Armoise, permettant d’accéder au télésiège éponyme pour gagner le secteur d’altitude d’Aussois.
  • La piste rouge Accès Plan Sec, qui permettait de rallier le départ du téléski du même nom.
  • La piste rouge des Sétives, qui était accessible depuis la piste bleue de Paerot.
  • La piste rouge de la Cochette.

Image
Situation du télésiège des Sétives sur le plan des pistes d’Aussois.


On avait donc ici affaire à un télésiège fixe 2 places Weber classique de la fin des années 1960 et début des années 1970. La gare motrice-tension était située en aval, juste à côté de la station sommitale du télésiège des Côtes, jusqu'au démontage de ce dernier en 2015.
La gare amont était quant à elle retour fixe, réduite à sa plus simple expression.


Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : SÉTIVES
Maître d’œuvre : CETARM 73
Maître d’ouvrage : SPL PARRACHÉE VANOISE
Exploitant : COMMUNE D’AUSSOIS
Constructeur : WEBER
Année de construction : 1970
Année de démontage : 2016

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 2 personnes
Débit à la montée : 760 personnes/heure
Débit à la descente : 190 personnes/heure (* 760 personnes/heure)
Vitesse d'exploitation maximale : 2,13 m/s
Vitesse d’exploitation maximale à la descente : 1,15 m/s
Sens de la montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1930 m
Altitude amont : 2250 m
Dénivelée : 320 m
Longueur développée : 1170 m
Longueur horizontale : 1116 m
Portée la plus longue : 170 m
Hauteur de survol maximale : 14 m
Pente moyenne : 28,7 %
Pente maximale : 63 %
Temps de trajet à la montée : 9 minutes 09 secondes
Temps de trajet à la descente : 16 minutes 57 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Weber motrice-tension
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 90 kW
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Contrepoids
Pression nominale : 13 100 kg
Tension nominale : 6650 daN
Type de gare amont : Retour-fixe
Nombre de pylônes : 10
Largeur de la voie : 3,2 m

Caractéristiques des véhicules

Type de véhicules : Véhicule à suspente centrale Gimar
Nombre de véhicules : 100 (99 depuis 2012)
Masse à vide : 32 kg
Espacement : 9,4 secondes
Type de pinces : Pince fixe Mueller (pose en 1987)

Caractéristiques du câble (1998)

Fabricant : TREFILEUROPE
Diamètre : 29 mm
Type de câblage : Lang à droite
Type d'âme : Textile
Pas de câblage : 230 mm
Pas de toronage : 94 mm
Section du câble : 321 mm²
Section du toron : 53 mm²
Résistance à la rupture : 54 000 daN

*Valeur à terme.


Ligne et infrastructures du télésiège des Sétives

La gare aval

La gare aval du télésiège des Sétives était située à 1930 mètres d’altitude, en plein cœur du plateau du même nom et sur la droite de l’ancienne arrivée du télésiège des Côtes.
On retrouvait ici une gare motrice-tension imaginée par Weber. Nous reviendrons plus en détails sur les deux rôles de cette gare dans la partie "Au cœur du télésiège des Sétives".

Image
Vue en plongée sur la gare aval.

Image
Vue sur la gare aval depuis la fin de la piste rouge de la Cochette.

Image
Vue de profil depuis l’arrivée de l’ancien télésiège des Côtes.

Image
Vue de trois quarts arrière.



La ligne

La ligne du télésiège fixe des Sétives était longue de 1200 mètres. Dès le pylône 1, une forte pente y était imprimée, puis affaiblie par le deuxième ouvrage. Le pylône 4 réimprimait une forte pente, ensuite réduite par le septième ouvrage de soutien. On survolait alors l’arrivée du télésiège du Gran Jeu. Ensuite la pente restait plutôt régulière jusqu’au dernier pylône qui remettait le câble dans le plan horizontal pour l’entrée en gare amont.

Weber a ainsi équipé la ligne de 10 pylônes, dont 1 compression,2 supports-compressions et 7 supports :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 4S/4S
  • P4 : 6S+2C/6S+2C
  • P5 : 6S+2C/6S+2C
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 6S/6S
  • P8 : 8S/8S
  • P9 : 6S/6S
  • P10 : 8S/8S

Image
P1.

Image
Retour sur la gare aval et le pylône 1.

Image
Portée vers le pylône 2.

Image
Vue arrière de la tête du pylône 2.

Image
P3.

Image
Le même pylône vu depuis les pistes.

Image
Portée vers le pylône 5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P7.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
Portée vers le pylône 9. Sur la gauche, l'arrivée du télésiège de l'Éterlou.

Image
Le pylône 10 vu depuis les environs de l'arrivée du télésiège.



La gare amont

La gare amont était située à 2250 mètres d’altitude, toute proche de l’arrivée du télésiège de l’Éterlou. En descendant, on pouvait rejoindre les départs du télésiège de l’Armoise et du téléski de Plan Sec.
Au niveau technique, on retrouvait une classique station retour fixe du câble.

→ Vues hivernales

Image
Vue de profil.

Image
La gare amont vue de plus loin.


→ Vues estivales

Image
La gare amont dans son environnement estival.

Image
La gare amont vue de côté. Juste derrière, on remarque la gare d’arrivée du télésiège de l’Éterlou.

Image
La poulie retour vue en contre-plongée.



Véhicules et pinces

Le télésiège des Sétives était équipé à l'origine de sièges 2 places Weber, remplacés en 1981 par des véhicules Gimar. Les sièges Gimar étaient depuis 1987 reliés au câble par des pinces fixes Mueller.

Image
Un siège Gimar en ligne.

Image
Une pince Mueller.

Image
Le véhicule de service de l’appareil, toujours équipé de sa pince fixe Weber d’origine.



Au cœur du télésiège des Sétives

La tension du câble

La gare aval assurait la tension du câble grâce à un contrepoids en béton. La gare était installée sur des rails qui permettaient de la faire coulisser d'avant en arrière pour tendre le câble. Juste derrière la station motrice, nous retrouvions un poussard qui permettait de dévier les deux câbles de tension reliant à la fois la gare et le contrepoids.

Image
Le poussard.

Image
Le contrepoids.

Image
Les attaches des câbles de tension sur le contrepoids.


La mise en mouvement du câble

Le télésiège des Sétives était entraîné par deux moteurs asynchrones : l'un gérant la petite vitesse (à 1,5 m/s), l'autre la grande vitesse (à 2,3 m/s).
La marche de secours était assurée par un moteur thermique Chrysler.

Image
Le moteur Grande Vitesse (GV).

Image
Le moteur Petite Vitesse (PV).

Image
Le moteur thermique de secours.



Équipements de ligne

Le télésiège des Sétives était équipé de 10 pylônes, pouvant être compressions, supports ou les deux à la fois.

Image
Les balanciers compressions du pylône 1.

Image
Le balancier support du pylône 8. On remarque en jaune les capteurs de déraillement de type barrettes clipsables.

Image
Le balancier support-compression du pylône 5.



Autres vues…

→ Vues hivernales

Image
La ligne vue depuis l'arrivée.

Image
Vue sur les pylônes 6 et 7 depuis le télésiège du Gran Jeu. Juste derrière, le départ du télésiège débrayable de l’Armoise.

Image
Vue en plongée sur le pylône 5 depuis le même endroit.

Image
Les Sétives, des pylônes 5 à 7.

Image
Vue vers l’aval jusqu’au pylône 5.

Image
Vue en contre-plongée vers le pylône 4.

Image
Le début de la ligne jusqu’au pylône 3.

Image
Le pylône 2 vu depuis la piste rouge des Sétives.


→ Vues estivales

Image
La fin de la ligne vue depuis l'aire d'arrivée de l'appareil.

Image
Vue sur la ligne au niveau de l'arrivée du télésiège du Gran Jeu.

Image
Vue arrière du plyône 7.

Image
Les pylônes 6 et 7.

Image
La ligne, vue jusqu'au pylône 6. Photo prise depuis le départ du télésiège de l'Armoise.



Sétives, un appareil hors d’âge

Le télésiège des Sétives était un appareil secondaire mais indispensable sur le domaine skiable d’Aussois jusqu’au démontage des télésièges des Côtes et du Gran Jeu. En effet, en plus de desservir du ski propre, il permettait de seconder avec le télésiège fixe des Côtes le télésiège débrayable du Gran Jeu lorsque ce dernier était en panne ou saturé. Cependant, le télésiège du Gran Jeu permettait d’accéder plus rapidement aux remontées mécaniques d’altitude, c’est pourquoi le télésiège des Sétives n’était pas très fréquenté, si ce n’est pour effectuer des rotations sur les pistes desservies.
Néanmoins, son grand âge a joué en sa défaveur. En effet, avec la construction du nouveau télésiège du Grand Jeu et le démontage définitif du téléporté des Côtes durant l’été 2015, Sétives ne servait quasiment plus. De plus, avec l'augmentation de débit sur le Grand Jeu et sur l'Amoise, les skieurs délaissaient l'antique télésiège des Sétives, peu confortable et un peu long.
Un an plus tard, la Société Publique Locale Parrachée-Vanoise (nouvel exploitant du domaine depuis 2015) a démonté le télésiège des Sétives sans remplacement. Le domaine skiable a perdu alors son dernier télésiège historique...

Image
Sétives, l’un des derniers appareils Weber démonté en 2016 après 46 ans de bons et loyaux services…


Je tiens à remercier rider aussois, Aussois et remontees pour les photos.

Bannière: Alspace
Texte et mise en page : Alspace
Photos : rider aussois, Aussois et remontees.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :