En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo



Auteur de ce reportage : valcelouis
Section écrite le 03/04/2014 et mise à jour le 13/01/2018
(Mise en cache le 14/01/2018)

TSF2 du Plan Cardinal – Val Cenis
Montaz-Mautino & Skirail – 1984 /2000


Image


Au sommaire de ce reportage :

1 → Bienvenue à Val Cenis !
2 → Historique
3 → Situation sur le domaine skiable
4 → Infrastructures et ligne
5 → Conclusion


1 → Bienvenue à Val Cenis !

Val Cenis est une station de ski alpin située dans la vallée de Haute-Maurienne en Savoie (73). Ce domaine est constitué à la base de deux villages : Lanslebourg qui est le chef-lieu du canton et Lanslevillard. Ils sont distants d’à peu près 2 kilomètres et au milieu se trouve un hameau qui s’agrandit d’années en années et qui s’appelle Val Cenis les Champs. Depuis 2008, un troisième village, toujours dans la vallée de la Haute-Maurienne mais en dessous de Lanslebourg, s’est attaché au domaine de Val Cenis grâce à une chaîne de remontées mécaniques et de pistes : il s’agit de Termignon-la-Vanoise. Le point Culminant du domaine est la Met à 2800 mètres d’altitude et à 2100 mètres se trouve le col du Mont Cenis et son lac, très fréquentés en été grâce à une route, la D1006, qui y monte depuis Lanslebourg.
Côté remontées mécaniques, le domaine dispose de 28 remontées mécaniques desservant 125 kilomètres de pistes.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^

2 → Historique

Le secteur du Plan Cardinal est resté vierge de toute installation en piste ou remontées mécaniques jusque vers l’an 2000. Pourtant, dès les années 1970, ce secteur avait fait l’objet de projets d’installation de pas moins de trois remontées mécaniques type télésièges, dont celui présenté dans ce reportage.
Pour évoquer le télésiège du Plan Cardinal tel que nous le connaissons aujourd’hui, il faut remonter à 1984, lorsque l’exploitant du domaine skiable décide de seconder les téléskis alors très chargés du Solert et de la Tomba par un télésiège fixe biplace sur un tracé central.
Ce télésiège a été rapidement très prisé par les skieurs sortant de la télécabine du Vieux Moulin, puisqu’il s’est révélé bien plus confortable que ses voisins téléskis malgré qu’il soit plus lent. A l’époque, ce télésiège était l’un des rares en France à atteindre le débit maximal pour un télésiège fixe biplace : 1200 personnes par heure ! Actuellement, c’est comme s’il reprenait en grosse partie le rôle actuel du télésiège du Solert.

Image
Au premier plan, la télécabine du Vieux Moulin et, au second plan, le télésiège des Perdrix Blanches (© www.ski-valcenis.net).

Depuis la construction de cet appareil en 1984, aucun projet de remontées mécaniques n’est envisagé avant les années 2000, année de lancement d’un grand projet de modernisation, d’extension et de renouvellent du domaine skiable. Et c’est dès la première année de lancement de ce grand plan d’investissement que sont réalisés deux projets majeurs : le remplacement du télésiège des Perdrix Blanches par un appareil débrayable permettant de doubler le débit et le confort, et l’extension du domaine skiable sur le côté gauche avec la réalisation de la première partie du secteur du Plan Cardinal.
Si, sur le papier, deux remontées mécaniques doivent être construites, l’exploitant du domaine va procéder au déplacement du télésiège biplace des Perdrix Blanches sur le secteur du Plan Cardinal. Malgré une utilisation intensive qu’a reçu cet appareil pendant 16 années, le télésiège des Perdrix Blanches était le dernier appareil construit sur le domaine skiable. Cet investissement stratégique a permis de réutiliser un appareil parfaitement dimensionné au rôle prévu au Plan Cardinal, tout en économisant de l’argent qui aurait alors été investi dans un télésiège fixe 4 places neuf et surdimensionné.
Cet ainsi qu’est né en 2000 le télésiège fixe 2 places du Plan Cardinal, complètement récupéré du télésiège des Perdrix Blanches. Le déplacement de l’appareil a été confié à la société Skirail qui a, au passage, contrôlé tout l’appareil et remplacé les éléments défectueux. L’équipement électrique a été intégralement refait, et c’est à l’hiver 2000/2001 que les skieurs ont pu utiliser une toute nouvelle partie du domaine skiable avec un appareil remis à neuf.
Lors des premières années d’exploitation, le télésiège ne desservait qu’une unique piste bleue. Quelques années plus tard, en 2004, une nouvelle piste noire fait son apparition pour compléter l’offre de ski. Depuis, le secteur est inchangé et reste à l’écart de la grande fréquentation des axes forts malgré la construction en 2007 du télésiège débrayable 6 places de l’Arcelle, venant tout droit de Lanslevillard.
Aujourd’hui, le secteur du Plan Cardinal est resté calme et permis de desservir des pistes très agréables.
Avec le temps, les vitres protégeant la partie technique de la gare ont été endommagées et cassées. Ainsi, celle-ci a subi un petit lifting avec le remplacement des vitres en plexiglass transparentes par des tôles blanches plus solides et robustes. Son design est ainsi grandement amélioré.

Image
La gare aval avant son lifting de 2016.

3 → Situation sur le domaine skiable

Le télésiège du Plan Cardinal permet de skier sur une zone d’altitude qui dessert des pistes pour plutôt bons skieurs :
- la piste bleue « Nunda » qui rejoint la piste de l’Arcelle.
- la piste noire « Moraine » qui est la plus difficile piste du domaine skiable, et qui rejoint la gare amont du télésiège de l’Arcelle. Cette piste est régulièrement fermée lorsque les avalanches menacent.
Ces pistes rejoignent le reste du domaine skiable. Il est cependant à noter que l’utilisation de la piste de la Nunda ne permet pas de rejoindre directement le secteur central du domaine skiable (télésiège du Solert).
Et voici la représentation du plan des pistes :

Image
Plan Atelier Pierre Novat.

4 → Infrastructures et ligne

Caractéristiques techniques

Caractéristiques administratives

TSF - Télésiège à pinces fixes : PLAN CARDINAL
Maître d’œuvre : DCSA
Maître d’ouvrage : SIVOM de Val Cenis
Exploitant : SEM du Mont Cenis (SE2MC)
Installation électrique : SEMER
Constructeur : Montaz-Mautino / Skirail
Année de construction : 1984
Année de déplacement : 2000
Mise en service : 23 décembre 2000

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 2 personnes
Débit à la montée : 1200 personnes/heure
Débit à la descente : 120 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 2,5 m/s
Tapis de positionnement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 2100 m
Altitude gare amont : 2520 m
Dénivelé : 420 m
Longueur développée : 1096 m
Longueur horizontale : 1012 m
Pente moyenne : 41,38 %
Pente maximale : 66 %
Temps de trajet : 7 min 18 sec

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Bipode
Emplacement gare motrice : Aval
Type de motorisation : Électrique
Puissance développée : 110 kW
Emplacement gare de tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérin : 1
Tension nominale : 20 000 daN
Pression nominale : 145 bars
Diamètre de poulie motrice-tension : 3400 mm

Type de gare amont : Retour-fixe
Diamètre de poulie retour : 3900 mm

Sens de montée : Gauche
Type d'embarquement : Axe de la ligne
Nombre de pylônes : 12
Type de véhicules : Sièges arrondis
Dispositif d'accouplement : Pinces fixes MONO
Nombre de véhicules : 147

Caractéristiques du câble

Date de pose : 2000
Diamètre du câble : 33,5 mm
Type de câblage : Lang
Composition : 6×17 fils
Résistance à la rupture : 77 047 daN

La gare aval

La gare aval est située dans un petit encaissement créé à l’occasion de la construction de l’appareil, à proximité immédiate de la piste rouge de l’Arcelle. Deux accès permettent d’accéder au télésiège depuis cette piste.
La gare aval a été entièrement récupérée du télésiège des Perdrix Blanches. Pour une meilleure intégration paysagère, l’exploitant a procédé à un changement des panneaux d’habillages de la gare suite des vitres cassées par des tôles blanches.
Pour l’embarquement, Skirail a procédé à l’installation de deux portillons similaires à ceux installés par Poma.
Le treuil de l’installation est organisé mécaniquement de manière classique : un moteur électrique pour la marche principale, accouplé à un réducteur, et un moteur thermique de secours. Là où c’est moins classique, c’est la position du moteur électrique : le moteur électrique est placé verticalement au-dessus du réducteur. La chaîne d'entraînement principale est donc coaxiale, comme c'était le cas sur d'autres appareils Montaz-Mautino de l'époque (il suffit de se déplacer un peu sur le domaine pour en trouver un autre exemple : la télécabine du Vieux Moulin, dont le treuil a été changé depuis).
La tension de la ligne est réalisée par un vérin hydraulique situé à l’arrière de la gare qui fait bouger l’ensemble de la partie motrice et la poulie montés sur un lorry.
L’embarquement est assez sportif puisqu’il est réalisé à la vitesse de croisière du télésiège. Régulièrement, le télésiège est ralenti par le personnel d’exploitation pour éviter que les sièges ne balancent trop en sortie de gare.
Les armoires électriques ainsi que la cabane de l’opérateur ont été remplacées en janvier 2018 suite à une avalanche les ayant endommagés.

Image
La gare aval vue depuis la piste de l'Arcelle.

Image
Descente vers la gare aval.

Image
Accès à la file d’embarquement.

Image
Le premier pylône et la gare aval.

Image
La gare aval vue de près.

Image
Accès à l’embarquement.

Image
La poulie motrice.

Image
Les portillons livrés par Skirail.

La ligne

La ligne du télésiège évolue principalement en dehors de la forêt, et est ainsi exposée au givre et aux vents. La longueur développée dépasse légèrement le kilomètre pour un dénivelé total de 420 mètres, ce qui est important. Malgré cela, la montée est très régulière dès la sortie de l’encaissement ou est situé la gare aval.
Très rapidement après le pylône 3, on croise la piste rouge de l’Arcelle que tous les skieurs viennent d’emprunter avant d’embarquer à bord du télésiège. Le reste de la montée permet d’admirer ce qu’il reste du glacier de l’Arcelle ainsi que quelques maisons abandonnées. On croise la piste de la Nunda vers le milieu de la ligne, et la piste de la Moraine juste avant l’arrivée en gare amont.
Les pylônes ont tous été récupérés lors du déplacement du télésiège en 2000, excepté quelques fûts (que l’on peut remarquer puisqu’ils n’ont pas été regalvanisés comme les anciens) et les têtes des pylônes 2 et 8 qui adoptent visiblement le design Skirail.
A noter que des galets de compressions sont situés en sortie de gare aval et sont attachés à la structure de la gare : ils forment ainsi le P0.
Les portées entre chaque pylône sont assez longues : cela permet de réduire le nombre de pylônes pour améliorer l’intégration paysagère, mais le balancement des sièges est assez important lors des arrêts d’urgence.

Montaz-Mautino et Skirail ont équipé la ligne de 12 pylônes, dont 11 supports et 1 compression comme ceci :
P1 : Compression
P2 : Support
P3 : Support
P4 : Support
P5 : Support
P6 : Support
P7 : Support
P8 : Support
P9 : Support
P10 : Support
P11 : Support

Image
Sortie de gare.

Image
La gare aval vue du début de la ligne.

Image
P3 : Support.

Image
Portée P3-P4.

Image
P4 : Support.

Image
Portée P4-P5.

Image
En regardant derrière...

Image
P5 : Support.

Image
Tête du P5.

Image
Détail sur le balancier du brin montant du P5.

Image
Portée P5-P6.

Image
P6 : Support.

Image
Portée P6-P7.

Image
P7 : Support.

Image
Tête du P7.

Image
Portée P7-P8.

Image
P8 : Support.

Image
Tête du P8, ajoutée neuve en 2000 par Skirail.

Image
Portée P8-P9.

Image
P9 : Support.

Image
Portée P9-P10.

Image
P10 : Support.

Image
Portée P10-P11.

Image
P11 : Support.

Image
P12 : Support.

Image
Arrivée en gare amont.

Image
La fin de la ligne vue depuis la zone de débarquement.

Image
La fin de la ligne vue du début de la piste de la Moraine.

La gare amont

La gare amont est une simple poulie de retour fixe à la largeur de la voie montée sur sa structure en métal. Le débarquement s’effectue naturellement dans le sens de la ligne, et est assez sportif à cause de la vitesse du télésiège.
Une échelle peu pentue ainsi que des barrières permettent au personnel d’effectuer la maintenance et les contrôles dans des conditions sécuritaires.
La cabane d’exploitation est située dans l’axe du débarquement. Elle est protégée par un grand monticule de terre afin d’être protégée des avalanches.
L’aire d’arrivée offre une très jolie vue sur la vallée en direction de Bessans et de Bonneval-sur-Arc.

Image
La gare amont et la zone de débarquement.

Image
La gare amont vue de face.

Image
La gare amont dans son environnement.

Image
La gare amont vue de côté.

Image
La gare amont sur le fond du Signal du Grand Mont-Cenis.

Image
Le dernier pylône et la gare amont.

Les véhicules et pinces

Les sièges sont classiques des années 1980 pour Montaz-Mautino, avec un arceau rond. Les assises et dossiers sont faits de lattes en plastiques. Cependant, les lattes des assises sont recouvertes de mousse permettant de rendre l’assise plus confortable.
Les pinces sont des pinces fixes classiques.
Les sièges et pinces ont été récupérés du télésiège des Perdrix Blanches lors du déplacement de l’appareil. Aucun changement n’a été effectué sur les véhicules, en dehors du marquage des numéros pour une bien meilleure lisibilité de ceux-ci.

Image
Un siège vu de face.

Image
Un siège vu de derrière.

Image
Une pince sur le brin descendant.

Image
Une pince sur le brin montant.

Image
Une pince vue de dessous.

Vues depuis les abords du télésiège…

Quelques photos de ce télésiège vu depuis les pistes qu’il dessert.

Image
La dernière longue portée vue depuis la piste de la Moraine.

Image
La partie centrale du domaine skiable vue depuis le télésiège.

Image
La piste de la Nunda desservie par le télésiège.

Image
Le P3 proche de la piste de l'Arcelle.

Image
Vue sur le début de la ligne depuis la piste de l'Arcelle.

5 → Conclusion

Le télésiège de Plan Cardinal, dernier appareil mis en service qui a permis d’agrandir le domaine skiable du côté de Lanslevillard, permet d’enchaîner des rotations sur un petit bout de secteur peu fréquenté. Depuis 2000, cet appareil dessert un versant à l’écart de la fréquentation plus importante du reste du domaine skiable, en donnant accès à une piste bleue dans un cadre idyllique, rejointe quelques années plus tard par la piste noire la plus difficile de tout le domaine skiable.
Avec son débit maximal pour un télésiège fixe 2 places, ses petites rénovations subites lors du déplacement de l’appareil en 2000, et ses améliorations apportées lors des différentes grandes visites qu’il a subies, le télésiège de Plan Cardinal est parfaitement adapté à la tâche qui lui est confiée.
Il est extrêmement rare d’attendre au pied de ce télésiège, ce qui lui confère l’avantage d’être l’appareil le plus tranquille de tous le domaine skiable. Sans aucun doute, Plan Cardinal est un appareil qui a de beaux jours devant lui, en attendant la réalisation de l’équipement complet de ce secteur un jour peut-être ?

Image
Plan Cardinal, un appareil excentré mais adapté.

Je tiens à remercier le personnel d’exploitation du télésiège pour son accueil et sa gentillesse.

Bannière : Jacky Carlingue
Photos : valcelouis
Texte et mise en page : valcelouis
Date des photos : 15 février 2017

© valcelouis – Tous droits réservés



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :