Localisation(s)
Photo

 TSF2 Hoadl 1

Axamer Lizum

Girak

T2 HS
Description rapide :
Ancien télésiège desservant les pentes olympiques de 1964 et 1976

Année de construction : 1963
Année de fin de service en : 2022

Remplacé par l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : monchu
Section écrite le 26/10/2022 et mise à jour le 26/10/2022
(Mise en cache le 26/10/2022)

Image


En 1964, les skieuses Christine et Marielle Goitschel entraient dans la légende du ski français en gagnant chacune une médaille d’or et une médaille d’argent aux Jeux Olympiques d’Innsbruck. Elles remportèrent le premier doublé en slalom sur les pentes du Birgitzköpfl le 1er février, et 2 jours plus tard en géant sur les pentes du Hoadl. La piste olympique de géant était desservie par un télésiège 2 places Girak, le TSF2 Hoadl 1, démonté récemment. En plus de sa valeur symbolique, cette installation était en 2022 le plus vieux télésiège d’Autriche encore en activité, témoin des choix technologiques des années 60 : architecture des gares, embarquement et débarquement sous pylône, tension par contrepoids, pylônes métalliques caissonnés implantés droit… Autant de raisons de garder la mémoire de cette installation.

Sommaire :

1. Axamer Lizum et le massif du Hoadl
2. Le Hoadl et les Jeux de 1964 et 1976
3. Caractéristiques techniques
4. La gare aval
5. La ligne
6. La gare amont
7. Les sièges
8. Vues supplémentaires



1. Axamer Lizum et le massif du Hoadl


Axamer Lizum

À une trentaine de kilomètres au sud-ouest d'Innsbruck, Axamer Lizum est un des rares exemples de stations artificielles construites en Autriche. Elle a été créée à l'occasion des Jeux Olympiques de 1964, pour lesquels le site vierge des alpages (Lizum en dialecte) au-dessus du village d’Axams a été équipé pour accueillir la plupart des épreuves alpines. Cette station nouvelle dispose d'un nombre limité d'hébergements, issus de la transformation du village olympique. La plupart des clients y montent à la journée ou séjournent dans le village d’Axams, relié par un service de navettes fréquentes ainsi que par un itinéraire à skis balisé mais non surveillé.

La station propose aujourd'hui un ensemble de 8 remontées mécaniques, avec une télécabine en 2 tronçons, 1 funiculaire, 3 télésièges à pinces fixes et 3 téléskis. Les pistes sont réparties sur 2 versants : le secteur principal se trouve sur les pentes du Hoadl, tandis que le versant du Birgitzköpfl propose une piste technique et une longue descente vers la station voisine de Götzens, reliée uniquement par un service de navettes pour le retour.

Image
La vallée d’Axamer Lizum au sud-ouest d'Innsbruck.


Image
Le front de neige avec l'ancien hôtel olympique à gauche.


Image
Le domaine skiable dans le massif du Hoadl, et le versant Birgitzköpfl en face, avec Innsbruck tout au fond.



Le Hoadl

Sur le versant ouest d’Axamer Lizum, le sommet du Hoadl culmine à 2340 m. Sur ses pentes sont tracées la majorité des pistes de la station, à une altitude élevée au-dessus des sapins. Ce versant a accueilli les descentes dames et les géants dames des Jeux Olympiques de 1964 et 1976, ainsi que le géant hommes de 1976.

Le sommet du Hoadl était desservi jusqu’en 2022 par un funiculaire direct ou par une chaîne de deux télésièges biplaces, les TSF2 Hoadl 1 et 2. Ces derniers ont été remplacés par une télécabine 10 places en deux tronçons.

Le télésiège Hoadl 1 arrivait aux deux tiers de la pente du Hoadl et desservait les pistes suivantes :
- la piste bleue 2a qui servait de liaison avec le TSF2 Hoadl 2
- la piste rouge 2 « Hoadl 1 »
- les pistes rouges 3 et 4 « slalom géant hommes » et « slalom géant dames » reprenant approximativement le tracé des épreuves de 1976
- l’itinéraire 16 « Mittelstation Steilhang », littéralement « pente de l’intermédiaire ».

Image
Le TSF2 Hoadl 1 dans le massif du même nom.


Image
Les rouges 2, 3 et 4 et l’itinéraire 16.



2. Le Hoadl olympique


La naissance d’Axamer Lizum

En mai 1959, Innsbruck se vit confier l'organisation des IXèmes Jeux Olympiques d'hiver, prévus du 29 janvier au 9 février 1964. Le dossier de candidature prévoyait d’organiser toutes les épreuves alpines, sauf la descente hommes, dans un site vierge au-dessus du village d’Axams. Depuis le fond de vallée encaissée entre deux versants, le comité d’organisation avait choisi de disputer la plupart des épreuves techniques sur les fortes pentes du Birgitzköpfl, et les épreuves de vitesse sur le massif du Hoadl qui bénéficiait d'une plus grande dénivelée.

En 1961 la route d'accès au futur site olympique a été construite à travers la forêt. Elle a permis de lancer les chantiers de construction du village olympique et de 3 télésièges desservant les principaux sites : un télésiège monoplace Felix Wopfner vers le Birgitzköpfl, et une chaîne constituée d'un télésiège biplace Girak suivi d'un télésiège monoplace Felix Wopfner, vers le Hoadl. Au pied des pistes d’Axamer Lizum, les gares de départ des 2 télésièges desservant chaque versant ont été logées dans un bâtiment unique. Les appareils sont entrés en service en décembre 1962 pour le Birgitzköpfl et au début de l’année 1963 pour le Hoadl. Ils ont permis l'organisation des épreuves préolympiques en 1963 destinées à tester l'organisation.

Image
Le projet de route vers Axamer Lizum, et les deux versants Birgitzköpfl et Hoadl prévus dans le plan d'équipement olympique.


Image
Schéma du comité d'organisation des Jeux Olympiques, précisant l'implantation des remontées mécaniques, avec un télésiège vers Birgitzköpfl, un autre vers Hoadl en 2 tronçons et un téléski vers le sommet du Pleissen.


Image
Plan des pistes olympiques. À droite, avec le numéro 1a, le télésiège Hoadl 1 et le tracé du slalom géant dames (RSLD), les tracés des descentes dames (ALD) et réserve hommes (ALHR).


Image
Pose symbolique de la première pierre du village olympique. À l'arrière la gare du télésiège Birgitzköpfl/Hoadl 1 en fin de chantier.


Image
Plan des installations en 1964, avec les télésièges Hoadl 1 & 2 à droite.


La desserte du Hoadl s’effectuait par une chaîne de 2 télésièges : un premier tronçon constitué par le télésiège biplace Girak Hoadl 1, et un second tronçon par le télésiège monoplace Hoadl 2. Les deux installations disposaient d’une gare commune qui formait un angle léger. Le bâtiment recouvrait les motrices des deux appareils.

Image
Au cours de l'hiver 1962/63, la gare de départ commune des télésièges Hoadl 1 à gauche et Birgitzköpfl à droite.


Image
La ligne du TSF2 Hoadl 1 et le téléphérique de chantier.


Image
La gare intermédiaire.


Image
Les sièges biplaces d’origine.


Image
La fin de ligne du TSF2 Hoadl 1, la gare intermédiaire et le début de la ligne du TSF1 Hoadl 2.


Image
A gauche, l’arrivée du premier tronçon, à droite le départ du second.


Image
Le début de la ligne du TSF1 Hoadl 2.



La quinzaine olympique de 1964

Après les succès des épreuves de Squaw Valley en 1960, premiers jeux d’hiver télévisés, les Jeux d’Axamer Lizum ont été marqués par des succès d'audience ainsi qu'une grande affluence du public autrichien, venu en nombre soutenir ses champions Karl Schranz, Josef Stiegler, Egon et Edith Zimmermann, Christl Haas et Traudl Hecher. Les organisateurs ont été dépassés par la fréquentation, qui excédait parfois 100 000 spectateurs. Cette marée humaine a apporté une bonne ambiance lors des épreuves mais provoqué l'engorgement du service de navettes obligatoires qui ramenait le public dans la vallée après les épreuves.

Image
Sur le panorama officiel des Jeux Olympiques dessiné par Berann, le site d'Axamer Lizum est en première ligne en bas au centre.


Image
Les télésièges Hoadl 1 et 2, et le tracé des pistes olympiques de 1964 : descente dames (11, à gauche des télésièges), géant dames (12) et piste de réserve de la descente hommes (13)


C’est à Axamer Lizum, que le ski français a écrit l'une des plus belles pages de son histoire. Au cours de 3 journées, du 1er au 3 février 1964, les skieurs tricolores ont emporté 5 médailles sur 9 au grand dam des coureurs autrichiens. Le 1er février, Christine Goitschel, jeune skieuse de 18 ans de Val d’Isère, remporta le slalom devant sa sœur aînée Marielle Goitschel sur les pentes du Birgitzköpfl. C’était la première fois que deux sœurs ont réalisé un doublé aux Jeux d’hiver. Le 2 février, François Bonlieu, le skieur des Contamines surnommé le petit prince des neiges, a remporté le slalom géant, devenant le premier champion olympique français de cette discipline. Le 3 février enfin, c’était un nouveau coup de tonnerre avec la victoire de Marielle Goitschel dans le slalom géant devant sa sœur Christine, sur les pentes du Hoadl. Jamais deux sœurs n'avaient réalisé un pareil exploit.

Image
Les tracés de la descente dames à gauche, du géant dames à droite (depuis l’intermédiaire des télésièges), et de la piste de réserve pour la descente hommes en pointillés.


Image
Le télésiège Hoadl 1 et la piste du géant dames.


Image
La gare commune aux télésièges Birgitzköpfl et Hoadl 1 pendant les jeux.


Image
Marielle Goitschel dans le géant, sous le TSF2 Hoadl 1.


Image
Les sœurs Goitschel portées en triomphe après les deux doublés en slalom et slalom géant, avec le télésiège Birgitzköpfl à l’arrière.


L’olympiade de 1976 et la modernisation du versant Hoadl

En mai 1970, le Comité International Olympique attribua les Jeux Olympiques d’hiver de 1976 à Denver. L’organisation coûteuse de l’événement rencontra une opposition parmi la population du Colorado, qui rejeta par un référendum en novembre 1972 l’attribution d’une subvention pour financer l'événement. Denver abandonna l'organisation des Jeux, qui fut réattribuée par le CIO en février 1973 à Innsbruck, qui disposait encore des infrastructures de 1964.

Comme en 1964, le site d’Axamer Lizum fut choisi pour les épreuves alpines, sauf la descente hommes. La localisation des courses fut modifiée par rapport à 1964. La descente dames et les slaloms géants furent organisés sur le versant Hoadl. Seuls les slaloms restaient organisés sur le versant Birgitzköpfl.

Dans le court laps de temps avant les Jeux, la station a concentré ses efforts de modernisation sur le versant Hoadl, qui a été doté dès 1975 d’un funiculaire doublant les télésièges existants et reliant directement le sommet du domaine. Un débarquement intermédiaire fut aménagé près de la gare intermédiaire des télésièges, pour desservir le départ des slaloms géants. Le télésiège Hoadl 1 ne fut probablement pas utilisé pendant ces jeux.

Image
Le funiculaire et le télésiège Hoadl 1.


Image
L’arrivée du TSF2 Hoadl 1 et le funiculaire.


En 1991, le télésiège Hoadl 2 fut démonté et remplacé par un TSF2 Doppelmayr sur un tracé différent. La gare intermédiaire resta en place et abrita la motrice de l’ancien télésiège monoplace qui ne fut pas démontée. A l’occasion de la construction du nouveau TSF2 Hoadl 2, les sièges du TSF2 Hoadl 1 furent remplacés par des arceaux Doppelmayr du même modèle que sur le second tronçon.

En 2022, le secteur fut complètement restructuré. Les deux télésièges Hoadl 1 et 2 furent remplacés par une télécabine 10 places Leitner avec gare intermédiaire, doublant le funiculaire sur toute la longueur.


3. Caractéristiques techniques


    Caractéristiques administratives

    Télésiège à pinces fixes Hoadlbahn 1
    Exploitant : Axamer Lizum GmbH & Co KG
    Constructeur : Girak
    Année de construction : 1963
    Année de démontage : 2022

    Caractéristiques d’exploitation

    Saison d'exploitation : de fin novembre à mi-avril
    Capacité : 2 personnes
    Débit maximum théorique : 875 personnes/heure
    Vitesse d'exploitation maximale : 2,3 m/s
    Temps de trajet minimum : environ 10 minutes
    Sens de fonctionnement : gauche

    Caractéristiques géométriques

    Altitude aval : 1579 m
    Altitude amont : 2060 m
    Dénivelée : 481 m
    Longueur développée : 1356 m
    Pente moyenne : 37,7 %
    Pente maximale : 64,8 %

    Caractéristiques techniques

    Emplacement motrice : amont
    Type de motorisation : moteur à courant continu
    Emplacement tension : aval
    Type de tension : contrepoids
    Nombre de pylônes : 14
    Diamètre du câble : 31 mm
    Charge de rupture : 65 312 daN



4. La gare aval


Situation

La gare était située dans le fond du vallon d’Axamer Lizum. Elle était placée dans un long bâtiment qui abritait aussi le départ du télésiège Birgitzköpfl. Ce bâtiment tout en longueur séparait l'arrivée des pistes d'un côté, et le parking de l'autre côté. Un passage central permettait aux clients d'accéder aux caisses et aux embarquements depuis le parking, tandis que les skieurs pouvaient contourner le bâtiment sur le côté Hoadl. Du côté du front de neige, plusieurs constructions entouraient la gare aval : l'hôtel Lizumerhof qui faisait aussi office de restaurant d'altitude, une école de ski, un magasin de sports, le départ du funiculaire dont la gare a été semi-enterrée à côté du télésiège Hoadl, ainsi que les motrices des téléskis Kaserwald pour débutants.

Voici la gare aval depuis le parking au nord :

Image
Le site d’Axamer Lizum depuis le parking.


Image
Derrière l’hôtel Olympia, le bâtiment du télésiège Hoadl 1.


Image
Le départ du télésiège et la gare du funiculaire à l’arrière.


Image
La gare historique mentionnant encore les deux directions Birgitzköpfl à gauche et Hoadl à droite


Image
Le premier pylône était implanté sur une dalle construite au-dessus de locaux techniques.


Image
La gare du funiculaire et le bas de la ligne du télésiège.


Image
Le P1 et les locaux d’exploitation construits ultérieurement sous la dalle.


Depuis le versant Birgitzköpfl à l’est, la gare apparaît au centre du complexe d’Axamer Lizum qui s’est étendu au fil des années.

Image
Depuis le TSF2 Birgitzköpfl, la gare au centre, entourée à gauche par l’hôtel Lizumerhof et le funiculaire, et à droite par l’hôtel Olympia.


Image
De gauche à droite, la gare du funiculaire, la gare du TSF2 Hoadl 1 et le TSF2 Birgitzköpfl.


Depuis les pentes du Hoadl à l’ouest, le bâtiment du TSF2 Hoadl 1 apparaît coincé contre la gare du funiculaire construite ultérieurement.

Image
De gauche à droite, l’hôtel Olympia, la gare du TSF2 Hoadl 1 et le départ du funiculaire.


Image
Le départ du TSF2 sur une dalle, et la gare du funiculaire semi-enterrée à droite.


Depuis l’arrivée des pistes au sud, le bâtiment du TSF2 fermait la grenouillère d’arrivée, séparant les pistes des parkings.

Image
La gare aval au fond du vallon.


Image
Le départ du funiculaire à gauche et la gare du TSF2 Hoadl 1 à l’arrière avec les anneaux olympiques..


Equipement

La gare aval du TSF2 Hoadl 1 était retour tension. La poulie était montée sur un lorry coulissant sur 2 rails fixés sur les murs du bâtiment. Deux câbles de tension relaient cette poulie à un contrepoids placé à l’arrière.

L’intérieur du bâtiment n’était pas accessible aux clients. L’embarquement s’effectuait devant la gare, latéralement, juste avant le premier pylône.

Image
De gauche à droite, l’embarquement extérieur, la caisse des forfaits, le magasin de souvenirs et un passage couvert menant aux parkings.


Image
A gauche l’accès au funiculaire.


Image
Les bornes de contrôle.


Image
L’inscription historique en ferronnerie.


Image
L’accès à l’embarquement devant la gare.


Image
L’embarquement juste avant le premier pylône.


Image
A gauche le débarquement après la descente, qui n’était plus utilisé depuis la construction du funiculaire.


Image
A l’avant de l’embarquement, un filet retenait les chutes d’objets au survol de la route.


Image
L’intérieur de la gare et le local opérateur à gauche.


Image
Deux galets compression étaient placés à la sortie du bâtiment. L’embarquement ne s’effectuait pas à l’horizontale.


Image
Le lorry monté sur 2 rails muraux.


Image
La poulie retour et les câbles de tension à l’arrière.


Image
Un rail stabilisait les sièges après le demi-tour.


Image
Un échantillon de câble tracteur d’origine fabriqué par Felten & Guilleaume.


Image
Le P1 juste après l’embarquement.


Image
Balancier 4C et capteur de déraillement dans le rattrape-câble.


Image
La plaque des Frères Girak, usine spécialisée dans les transports à câble, Korneuburg près de Vienne.


Image
Après le P1, le filet au dessus de la route.


5. La ligne


Généralités

La ligne comprenait une première partie pentue en forêt, en grande partie parallèle à la ligne du funiculaire. A la sortie de la forêt, la pente s’adoucissait jusqu’au sommet de la ligne.

La ligne était équipée de pylônes métalliques caissonnés, installés verticalement et tous équipés de balanciers support à 4 galets.

En ligne

Image
Portée entre P1 et P2 le long du funiculaire.


Image
P2.


Image
Tête du P2.


Image
P3.


Image
Tête du P3


Image
Le télésiège et le funiculaire dans la forêt.


Image
La ligne du funiculaire s’éloignant du télésiège.


Image
P4.


Image
Tête du P4.


Image
P5 immédiatement après.


Image
Passage au dessus de la piste rouge n°2.


Image
P6.


Image
La ligne sortant de la forêt.


Image
P7.


Image
Tête du P7.


Image
P8.


Image
Tête du P8.


Image
La ligne du funiculaire réapparaît.


Image
P9.


Image
P10.


Image
Tête du P10.


Image
Détail du balancier avec le capteur de déraillement.


Image
A gauche, le funiculaire et le départ de l’itinéraire 16.


Image
L’arrivée en vue et le TSF2 Hoadl 2 à droite.


Image
P11.


Image
P12.


Image
Tête du P12.


Image
A droite, le départ du géant dames de 1964.


Image
P13.


Image
Tête du P13.


Image
Détail du balancier.


Image
Zoom sur le balancier et la barrette éjectable entre les deux premiers galets.


Image
La pente du slalom géant.


Image
Le double P14.


6. La gare amont


Situation

La gare amont du TSF2 Hoadl 1, ancienne gare intermédiaire de la chaîne de télésièges menant au sommet, était implantée en pleine pente, environ 300 m sous le sommet du Hoadl. Cet emplacement au milieu de nulle part avait été choisi pour permettre la desserte du départ du slalom géant de 1964, tandis que les descendeuses devaient emprunter le second tronçon jusqu'au sommet où était donné le départ de la descente dames.

Pour le grand public, cet emplacement marquait aussi une rupture de pente. A l’origine, le premier tronçon desservait des pistes légèrement plus faciles que celles du second tronçon, réservé aux skieurs plus expérimentés.

Image
La gare amont du télésiège en bas à droite, et le funiculaire menant au sommet du Hoadl.


Image
La gare amont du TSF2 Hoadl 1 à gauche, et la gare aval du TSF2 Hoadl 2 à droite.


Image
Contre la gare, la ligne du funiculaire et le débarquement intermédiaire utilisé pour l’accès au départ des géants hommes et dames pendant les jeux olympiques de 1976.


Image
Depuis le funiculaire, la gare amont du TSF2.


Image
La gare amont en bas à gauche, et le sommet du Birgitzköpfl à l’arrière.


Image
A droite, le débarquement intermédiaire du funiculaire.


Image
L’arrivée du télésiège à gauche.


Image
A gauche, le départ de la piste bleue 2a vers le télésiège Hoadl 2.


Image
L’arrivée à gauche.


Image
La gare amont et la chaîne des Kalkkögel.


Image
La gare depuis le départ des slaloms géants.


Image
L’arrivée du TSF2 Hoadl 1 en haut et le départ du TSF2 Hoadl 2 en bas.


Station

La gare amont était un large chalet qui abritait les motrices des télésièges Hoadl 1 et 2, placées à l’étage de part et d’autre du bâtiment. Au centre, un porche faisait communiquer l’arrivée du premier tronçon et le départ du second.

L’entraînement du TSF2 Hoadl 1 était de type motrice fixe. Le débarquement se faisait juste après le dernier pylône, à l’extérieur du bâtiment. A l’origine, le télésiège était ouvert à la descente pour les piétons, notamment en été, et une zone d’embarquement avait été aménagée. Mais après la construction du funiculaire, le télésiège n’a plus été accessible aux piétons.

Image
L’arrivée du TSF2 Hoadl 1 à gauche, le passage couvert et l’ancien départ du TSF2 Hoadl 2 à droite.


Image
La plate forme à l’arrivée et le départ de l’ancien TSF1 Hoadl 2 à droite.


Image
Comparaison entre la gare actuelle et celle d’origine, avec le TSF1 Hoadl 2.


Image
Le débarquement à gauche.


Image
Depuis l’aval, la gare et l’étage vitré abritant la motrice.


Image
Sur le mur de la gare, les anneaux olympiques et la mention « station intermédiaire » qui a été conservée.


Image
Les pylônes P14 et le débarquement.


Image
L’ancienne gare du TSF1 Hoadl 2.


Image
Le débarquement juste après le P14.


Image
Les têtes de pylônes P14 solidarisées mécaniquement.


Image
Les skieurs dégagent l’arrivée par la gauche, avant la poulie.


Image
L’entrainement a été placé à l’étage.


Image
La poulie motrice.


Image
Détail du frein de poulie hydraulique.


Image
Le levier permettant le relevage du frein de poulie.


Image
La zone d’embarquement, qui permettait aux clients de descendre, n’est plus utilisée depuis la construction du funiculaire.


Image
Le début de la descente.


Le deuxième tronçon constitué par le télésiège monoplace Hoadl 2 a été démonté en 1991. Mais la station motrice tension intégrée dans le bâtiment de la gare intermédiaire est restée en place. En particulier les équipements mécaniques et électriques étaient parfaitement visibles, près de 60 ans après la construction.

Image
Après débarquement, les clients passaient sous la gare.


Image
Ce passage donnait accès aux pistes, et jusqu’en 1991, à l’embarquement du TSF1 Hoadl 2, à droite.


Image
L’ancienne gare motrice-tension du TSF1 Hoadl 2 avait été conservée.


Image
Le moteur et le réducteur.




7. Les sièges


Le télésiège est équipé de 104 sièges de rénovation, fournis par Doppelmayr en 1991. Le modèle E à arceau disposait de banquettes rabattables en Icolan.

Image
Les sièges après rénovation de 1991.


Image
Sièges Doppelmayr


Image
Assises rabattables.


Image
Arceau Doppelmayr.



8. Vues supplémentaires


Pour terminer, voici de nombreuses photos présentant le télésiège et le paysage environnant, en commençant par des vues globales depuis le versant opposé.

Image
L’ensemble de la ligne du TSF2 et le funiculaire en parallèle.


Image
Le haut de la ligne.


Image
Le haut de la ligne du TSF2 et le début du second tronçon.


Image
Le milieu de ligne et la piste rouge no 2.


Image
Le bas de la ligne dans la forêt, en parallèle du funiculaire.


Enfin voici une série de photos présentant le télésiège depuis le sol, de l’amont vers l’aval.

Image
P14 double.


Image
P12.


Image
P11 et le croisement des cabines du funiculaire


Image
Le haut de la ligne et l’ancien TSD4B Schönboden


Image
Les P10 et P11 et le sommet du Hoadl.


Image
P9.


Image
Le haut de la forêt de mélèzes.


Image
Au croisement avec la piste 2a.


Image
Le P4 et la voie du funiculaire.


Image
Le bas de la ligne en parallèle du funiculaire.


Image
Le P2 et le funiculaire.


Image
Le début de la ligne.


Image
La longue portée après le départ.



Place à la télécabine…

Le télésiège Hoadl 1 a perdu de son importance lors de la construction du funiculaire Olympia en 1975 puis du télésiège débrayable Schönboden en 1991. Il ne servait plus qu'à délester les autres installations en cas d’affluence. En 2022, le versant Hoadl a été complètement restructuré avec le démontage des TSF2 Hoadl 1 et 2 et du TSD4B Schönboden. Ces trois appareils ont été remplacés par une télécabine 10 places à deux tronçons, qui relie le parking d’Axamer Lizum au sommet du domaine en 6 minutes.

Image
Les sièges du TSF2 lors du démontage. Ils ont tous été vendus à des locaux ou de clients du domaine. (crédit : Axamer Lizum)


Image
Les essais du premier tronçon de la TCD10 Hoadl, qui remplace le TSF2 sur un tracé légèrement différent. (crédit : Axamer Lizum)


Image
Le télésiège disparaît mais la mémoire de sœurs Goitschel demeure.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :