En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF3 de Kammerkör

Waidring (Steinplatte - Winklmoosalm)

Swoboda

T2 HS
Description rapide :
Ancien télésiège d'accès au domaine skiable.

Année de construction : 1980
Fin de service en : 2014

Remplacé par l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 09/04/2019 et mise à jour le 12/04/2019
(Mise en cache le 12/04/2019)

Image



Les domaines skiables autrichiens sont aujourd'hui réputés pour la qualité de leur parc de remontées mécaniques. De nombreux exploitants ont lourdement investi dans des installations récentes, à grand débit, équipées d’options de confort. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Dans les années 70 et 80, alors que la France réalisait ses plans neige, les exploitants autrichiens peinaient parfois à équiper leurs domaines.

Le domaine skiable de la Steinplatte, au-dessus de Waidring, au Tyrol, est un exemple de cette gestation difficile. Son exploitant dispose aujourd'hui d’un domaine presque entièrement équipé en débrayables, mais les débuts ont été laborieux. A la place de la télécabine reliant le village aux champs de neige, les clients empruntaient autrefois des navettes, puis un téléski. Quand le succès fut enfin au rendez-vous, le téléski fut doublé par un télésiège biplace, transformé ensuite en triplace pour absorber la fréquentation croissante.

Voici l'histoire des premières années du domaine de la Steinplatte.




1. L’ancienne porte d’accès à la Steinplatte


Waidring et la Steinplatte

La Steinplatte est un massif calcaire culminant à 1869 mètres, à cheval sur le Tyrol et Salzbourg. Au sud, elle présente un paysage de falaises abruptes surplombant la station tyrolienne de Waidring. Au nord, le paysage est complètement différent : la Steinplatte descend en pente douce jusqu'à la frontière allemande et au plateau de la Winklmoosalm, au-dessus de la station bavaroise de Reit im Winkl.

Les deux secteurs sont équipés pour le ski alpin et le ski de fond. Un ensemble de 13 remontées dont 8 sur le versant autrichien desservent 44 kilomètres de pistes, de difficulté moyenne, destinées à une clientèle familiale. Depuis Waidring ou Reit im Winkl, l'accès au domaine skiable s'effectue par une télécabine ou une route d'accès, sans aucune piste de retour station.

Image
Le plateau de la Steinplatte, avec la télécabine montant de Waidring à droite.



La route d'accès et le télésiège de Kammerkör

A sa construction en 1980, le télésiège Kammerkör était le principal moyen d'accès au domaine skiable de la Steinplatte. Depuis Waidring, les clients empruntaient une route d'accès à péage ou des navettes, jusqu'à un grand parking aménagé au pied des barres rocheuses. L’ascension se poursuivait ensuite jusqu'au plateau de Kammerkör par le télésiège, appelé un temps « télésiège du parking ». Il était utilisable par les piétons à la montée comme à la descente.

Avec la mise en service en 1998 d'une télécabine reliant directement Waidring et le plateau de Kammerkör, le télésiège Kammerkör a perdu son rôle d'ascenseur. Il continuait à desservir 2 pistes : la bleue n°1 et la rouge n°2.

Image
Le télésiège partait à proximité du parking à droite, pour gagner le centre du plateau.


Image
Le télésiège arrivait à côté de la télécabine montant de Waidring.



2. L'évolution des moyens d'accès au domaine


La route de la Steinplatte et le téléski de Schwarzlofer

Le plateau de Kammerkör était fréquenté depuis les années 50 par les skieurs de randonnée montant depuis le versant bavarois, en pente douce. Pressentant le potentiel touristique du site, un propriétaire de scierie à Waidring, Andrä Brandtner, qui s'était lancé dans l'exploitation d’un hôtel, élabora au début des années 70 un projet d'équipement de la Steinplatte depuis le versant tyrolien.

Les difficultés d'aménagement étaient financières mais aussi techniques. En raison du relief accidenté du côté tyrolien, aucune piste de retour station n'était réalisable. Dans ces conditions, la construction d’un téléphérique d'accès au plateau, utilisable à la montée comme à la descente, n'était pas été rentable en l'absence de ski propre.

Andrä Brandtner s’est donc rabattu sur un accès routier. Un chemin forestier a été élargi au printemps 1972 et asphalté jusqu'à l’Alpengasthaus, point de départ des pistes. Les clients étaient acheminés par des navettes privées, ou pouvaient gagner eux mêmes le parking aménagé au terminus de la route d'accès moyennant un péage.

Image
Plan des pistes durant les premières saisons d'exploitation, avec l'emplacement du parking en vert, le TKE2 Schwarzlofer (14), les TKE2 Kammerkör (15) et le TKE2 Plattenkogel (16). Les autres remontées sont situées sur le domaine bavarois de la Winklmoosalm.


Image
Les navettes depuis la station jusqu'au parking à proximité du TKE2 Schwarzlofer.


À l’hiver 1972, trois téléskis à enrouleurs Swoboda sont entrés en service. Aucune remontée ne partait du parking proprement dit. Au début de leur journée de ski, les clients devaient se laisser glisser dans le vallon jusqu’au point de départ du téléski Schwarzlofer. Celui-ci donnait accès au plateau central desservi par le téléski Kammerkör. Depuis le sommet de cet appareil, les skieurs les plus expérimentés pouvaient accéder au sommet du domaine skiable avec le téléski du Plattenkogel. En l’absence de raccordement au réseau électrique, ces téléskis fonctionnaient au diesel les premières années.

L’aménagement des pistes a demandé une énergie considérable. D’abord en raison de la géologie, le sol karstique qui rendait difficile les terrassements. Ensuite, le plateau n’avait presque pas été aménagé en alpages, et il a fallu défricher la végétation de pins et de buissons pour créer 40% de surface skiable supplémentaire.

L’ensemble de ces opérations, création de la route d'accès, construction de 3 téléskis et aménagement des pistes, représentait en décembre 1972 un investissement de 18 millions de schillings, ce qui correspondrait à 5,7 millions d’euros actuels.


Le télésiège biplace de Kammerkör

Pour éviter le détour par le téléski de Schwarzlofer et de Kammerkör, un accès direct entre le parking et le plateau de Kammerkör a été mis en place en 1980, sous forme d’un télésiège biplace Swoboda.

Ce premier téléporté permettait aussi aux piétons d'accéder au plateau. Il assurait aussi la descente des skieurs en cas d’enneigement insuffisant, lorsque le retour skis aux pieds jusqu’au parking n’était plus possible.

Image
Le TSF2 Kammerkör reliant directement le parking, en bas à droite, au refuge Kammerkör au cœur du domaine skiable. Il permettait d'éviter le détour par le TKE2 Schwarzlofer (A) et les TKE2 Kammerkör (C et D) pour gagner le centre névralgique du domaine. Le nouveau télésiège permettait aussi la desserte d'une nouvelle piste rouge (10).


Image
Arrivée du TSF2.


Image
Le télésiège en configuration biplace.



La transformation en télésiège triplace

Pour faire face à l’affluence, notamment en début de journée, le télésiège biplace a été transformé en triplace par SSG, constructeur qui avait pris le relais de Swoboda. Les pylônes en béton étaient jugés suffisamment robustes pour supporter le poids supplémentaire. De nouvelles têtes de pylônes plus larges ont été posées sur le sommet des poteaux.

Plusieurs constructeurs autrichiens utilisaient la technique du poteau béton pour leurs télésièges à pinces fixes. Les pylônes étaient en général plantés droits. Leur résistance était suffisante pour supporter des charges plus lourdes que prévues initialement, ce qui a permis plusieurs dizaines transformations dans tout le pays. Certaines installations ont même été transformées en télécabines débrayables 4 places.

Le télésiège transformé est entré en service le 25 décembre 1989.

Image
Nouvelle liaison entre la tête du pylône en métal et le corps du pylône en béton


Image
Exemple de transformation de télésiège biplace à poteaux béton en télécabine débrayable, à Tux (Tyrol).


Image
Tracé identique du TSF3 et apparition de l'enneigement artificiel.



La télécabine depuis Waidring

Avec l’augmentation de la fréquentation et l’amélioration des ressources financières de l’exploitant, une télécabine a été créée en 1998 pour relier directement le village et le plateau. Le nombre de clients empruntant la route d’accès a fortement chuté. Le télésiège de Kammerkör s’est replié sur le ski propre. Au cours de la saison 2001/2002, il n’a plus enregistré que 192 000 passages à la montée en 131 jours d'exploitation, et seulement un millier de passages à la descente.

Le domaine skiable a continué sa modernisation, avec le remplacement progressif de tous les appareils d’origine par des télésièges, sur des tracés favorisant le ski propre.

Image
A l'ouverture du domaine, il fallait emprunter 3 téléskis pour gagner le sommet du domaine depuis le parking (en rouge), désormais il suffit de 2 télésièges (en jaune). Les nouveaux tracés favorisent le ski propre.




3. Caractéristiques techniques


    Caractéristiques administratives

    Télésiège triplace à pinces fixes Kammerkörbahn
    Exploitant : Steinplatte Aufschliessungsgesellschaft
    Constructeur d’origine : Swoboda
    Constructeur de la rénovation : SSG
    Année de construction : 1980
    Année de rénovation : 1989

    Caractéristiques d’exploitation

    Saison d'exploitation : été
    Capacité : 3 personnes
    Débit maximum théorique : 1794 personnes/heure
    Vitesse d'exploitation maximale : 2,5 m/s
    Temps de trajet minimum : 7 min 25 s
    Sens de fonctionnement : droite

    Caractéristiques géométriques

    Altitude aval : 1371 m
    Altitude amont : 1659 m
    Dénivelée : 288 m
    Longueur horizontale : 1075 m
    Longueur développée : 1140 m
    Pente moyenne : 26,7 %
    Pente maximum : 98,0 %

    Caractéristiques techniques

    Emplacement motrice : aval
    Type de motorisation : moteur à courant continu
    Emplacement tension : aval
    Nombre de véhicules : 154
    Nombre de pylônes : 17



4. Gare aval


Emplacement

La gare était située juste en extrémité du parking au terminus de la route d’accès. Elle avait été implantée au début de la piste n°14 serpentant dans le vallon jusqu’au départ du télésiège de Schwarzlofer. Pour que la file d’attente du télésiège ne gêne pas les flux de skieurs qui continuaient en aval jusqu’au télésiège de Schwarzlofer, une déviation de la piste avait été créée sous la plateforme d'embarquement, le long du torrent.

Image
Gare dans la pente.


Image
A gauche, l'accès au télésiège. A droite, sous la passerelle, la piste continuant vers le TSF4 Schwarzlofer.



Equipement

La gare était motrice tension. L’entraînement était placé en hauteur, monté sur un lorry se déplaçant sur deux rails solidaires de la charpente métallique du chalet.

La gare était prolongée par 2 plateformes en caillebotis, l’une pour l’embarquement et l'autre pour le débarquement des piétons descendant du plateau vers le parking.

Image
Du côté du local opérateur.


Image
Après les bornes de contrôle, accès à l'embarquement sous le chalet.


Image
Les portillons Swoboda (puis SSG) sont à commande pneumatique.


Image
Le tapis d'embarquement a été installé lors de la transformation en TSF3.


Image
Sous la partie droite du chalet, la charpente métallique supportant à la gare motrice tension. A l'avant, la longue passerelle permet le débarquement des piétons à la descente avant le chalet.


Image
La passerelle du brin descente est plus avancée que coté montée, elle va jusqu'au P1.




5. Ligne


Généralités

La ligne comptait 17 pylônes de ligne en béton. Contrairement à la pratique habituelle en Autriche, la ligne de sécurité n’avait pas été enterrée. Elle était soutenue par une cordeline fortement tendue.

Voici le détail de l’équipement des pylônes :
P1 : 10C/10C
P2 : 6C/6C
P3 : 8S/8S
P4 : 8S/8S
P5 : 8S/8S
P6 : 8S/8S
P7 : 6S/6S
P8 : 8C/8C
P9 : 6C/6C
P10 : 6S/6S
P11 : 8C/8C
P12 : 8S/8S
P13 : 8S/8S
P14 : 8S/8S
P15 : 8S/8S
P16 : 8S/8S
P17 : 6S/6S

En ligne

Image
P2 compression, le plus haut pylône de la ligne


Image
P3 P4.


Image
P5 avec une faible hauteur de survol.


Image
Passage près de la Stallenalm.


Image
Croisement avec la piste rouge 10.


Image
Début de l'ascension en dévers.


Image
P10.


Image
P11 compression.


Image
La pente atteint 98%.


Image
Triple pylône P13 à P15 pour l'arrivée sur le plateau.


Image
P15.


Image
Au fond, le Plattenkogel, sommet du domaine skiable.


Image
P17.




6. Gare amont


La gare était située sur le plateau de Kammerkör, en aval du principal restaurant d’altitude et de l’arrivée du TSD8 de la Steinplatte. À l’origine, le sommet du plateau était occupé par les aires de lâcher et de rembobinage des enrouleurs pour les 3 téléskis parallèles qui avaient précédé le TSD8. Ce manque de place explique l’emplacement plutôt excentré de l’arrivée du télésiège de Kammerkör.

La gare était constituée d’une simple poulie retour fixe. Elle avait la particularité de disposer de deux aires de débarquement devant la vigie : d’abord une estacade en bois pour les piétons, puis une pente en neige pour les skieurs. Sur l’autre brin, une zone permettait l’embarquement des piétons à la descente pour regagner le parking.

Image
Panneau règlementaire demandant de garder le garde-corps fermé jusqu'à la dernière limite.


Image
La plate-forme devant la vigie permet le débarquement des piétons.


Image
Un peu plus loin, les skieurs débarquent avant la poulie.


Image
La poulie retour sans dispositif de non-débarquement.


Image
A la hauteur de la zone de débarquement des skieurs, un espace dans les barrières à neige permet aux piétons de gagner la zone d'embarquement pour la descente.


Image
Le haut de la ligne.




Les 3 vies du télésiège


Le télésiège de Kammerkör a connu deux vies. A partir de 1980, il était le principal ascenseur vers le plateau de la Steinplatte à partir du parking, fréquenté principalement à la pointe du matin. Puis, avec la construction de la télécabine d’accès depuis le village en 1998, il a été utilisé exclusivement pour le ski propre. Remplacé en 2014 par une installation plus performante sur un tracé différent, il va connaître une troisième vie dans une station étrangère après un démontage soigneux.


Image
Vue aérienne sur la fin de la ligne.




Informations complémentaires

Les photos de l’appareil ont été pris par Autriche.

Remerciements chaleureux au personnel.

Remerciements particuliers à l’exploitant pour les photos anciennes.


Informations pratiques

Sites Internet :

Site officiel de l’exploitant :
www.steinplatte.tirol

Office de Tourisme :
https://www.kitzbueheler-alpen.com

Tarifs :

Forfait journalier Steinplatte + Winklmoosalm : 46 euros (2018)
Alliances tarifaires :
- 3 Länder Freizeit Arena, avec les domaines non reliés de Erpfendorf, Buchensteinwand, Kirchdorf, St. Johann in Tirol, Lofer et Unken : 233 euros pour 6 jours (2018)
- Kitzbühler Alpen et Salzburg Superski Card, avec en plus le SkiWelt, Alpbachtal-Wildschönau, Zillertalarena, Kitzbühel, Schneewinkel, Skicircus, Wildkogel-Arena, Zell am See-Kaprun, Piesendorf, Uttendorf, Rauris, Mölltal, Mallnitz, Lungau, Obertauern, Ski Amadé, Schladming, Werfenweng, Dachstein West : 925 remontées, 283 euros (6 jours)

Vidéo :

Vidéo amateur de 2014 quelques jours avant le démontage :
https://www.youtube.com/watch?v=NQfagT7ofR8



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :