En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF3 de la Bergerie

La Clusaz (La Clusaz-Manigod)

Poma

T3 ES
Description rapide :
Un télésiège bien particulier, figurant parmi les derniers triplaces construits en France et desservant de nombreuses pistes dans la combe de Balme et permettant l'accès à la combe de Torchère.

Année de construction : 1988

Suivre la discussion sur le forum
  • Sommaire des parties



  •  
    Auteur de ce reportage : GPS-74
    Section écrite le 06/12/2010 et mise à jour le 25/05/2014
    (Mise en cache le 29/05/2014)

    Je vous présente un reportage sur le télésiège de la Bergerie à la Clusaz dans le massif des Aravis.


    La Clusaz est une station de sport d’hiver située en Haute-Savoie. Avec les stations du Grand-Bornand, de Manigod et de Saint-Jean-de-Sixt, elle forme le massif des Aravis.

    La commune se compose de trois grandes zones habitables :

    • le centre du village de la Clusaz : situé à l’entrée de la commune, il est le centre administratif de la commune.
    • la vallée des Confins : cette vallée suit la chaîne des Aravis, du massif de l’Aiguille à la Tête Pelouse (2537m).
    • les Aravis/Etale : cette vallée part du centre de la station et monte vers les cols des Aravis, de la Croix-Fry et de Merdassier.

    L’équipement du domaine skiable démarra vers 1935 mais ce n’est qu’en 1955 avec la construction du téléphérique de Beauregard que la station prit de l’ampleur.

    Actuellement, le domaine skiable s’étend de 1100m à 2600m et comporte une trentaine de remontées mécaniques pour 130 kilomètres de pistes réparties sur quatre secteurs : le massif de Beauregard, le massif de l’Etale, le massif de l’Aiguille et le massif de Balme.



    Image


    Au sommaire :

    • La Bergerie : vers la conquête de la Combe de Torchère
    • L'un des derniers télésièges "Delta" construit par Pomagalski
    • La gare aval
    • La ligne
    • La gare amont
    • Conclusion



    La Bergerie : vers la conquête de la combe de Torchère

    La combe de Balme, de part son orientation et sa géographie l'ayant dotée d'une altitude élevé, d'une grande largeur et d'une double communication avec sa voisine la Combe de Torchère était la plus propice au développement d'un nouveau domaine skiable projeté dès le milieu des années 1950. Ce ne fut qu'en 1962, sous l'impulsion d'une nouvelle société privée de remontées mécaniques dénommée "Société de la Haute Vallée des Confins" (SHVC), que virent le jour en haut des combes deux téléskis exploités à l'origine de fin janvier jusqu'à la mi-juin destinés au ski "de printemps", mais surtout la télécabine biplace de Balme du constructeur suisse Mueller qui permettait d'y accéder.
    Les deux téléskis furent construits par Montaz-Mautino qui a fourni bon nombre de téléskis à cette station. L'un deux, le téléski de Torchère, équipa la combe du même nom, créant de bonnes pistes sur ce secteur. Le second était le court téléski de la Bergerie qui eut comme rôle principal l'accès skieur vers la Combe de Torchère. Toutefois, il permit également la desserte de piste à l'intermédiaire de la Combe de Balme. Ce téléski était situé au pied d'un gros rocher nommé à juste titre "la Petite Torchère".

    Image
    La Combe de Balme, rapidement prisée des skieurs pour sa difficulté des pistes et son cadre paysager toujours émerveillant, comme avec ici la "Petite Torchère" (en haut à droite), imposant rocher au-dessus de la Bergerie...

    Un second tronçon de la télécabine existante vers le col de Balme était également prévu. Ce ne fut qu'en 1979 sous la forme du télésiège biplace du Col de Balme que ce tronçon fut achevé, ce qui augmenta encore l'attractivité du secteur mais satura de façon permanente la vieille télécabine pourtant optimisée au maximum de ses capacités qui ne put donc plus assurer correctement la montée des skieurs vers le Col de Balme et la Bergerie. Toutefois, en 1983 suite à de nombreuses avalanches sur le téléski de Torchère, celui-ci fut remplacé par un nouveau téléski à enrouleur. De plus, la télécabine douze places de Balme vint ainsi remplacer durant l'été 1986 la première télécabine, permettant d'améliorer considérablement l'accès au secteur grâce à son fort débit, ce qui put ainsi permettre de nouveaux investissements sur le haut de la combe. Car la fin des années 80 fut marqué par les "hivers sans neige". Or, seule la combe de Balme située suffisamment haute en altitude put ouvrir. Ainsi, la SATELC remplaça en 1988 le téléski de la Bergerie par un télésiège trois places et en 1993 le télésiège deux places du col de Balme disparut au profit du télésiège quatre places, ces deux appareils apportant confort et débit sur ce secteur très enneigé.



    Situation du télésiège sur le plan des pistes :

    Image

    Le télésiège de la Bergerie permet de monter les skieurs jusqu'au niveau du passage permettant l'accès à la Combe de Torchère. De cet endroit part trois pistes. Celle de la Bergerie, seul piste bleue sur la partie supérieure du massif, est un vaste chemin traversant la largeur de la combe pour revenir au départ de l'installation. La piste des Choucas redescend quant à elle au départ de l'installation qu'elle longe. On notera que cette courte piste noire est très régulièrement damée, un moyen pour les skieurs de commencer par une piste noire facile avant de se lancer dans d'autres, beaucoup plus complexe... Le télésiège dessert également la piste du Lachat, située quant à elle dans la combe de Torchère où il est d'ailleurs possible de rejoindre le téléski du même nom. Cette piste descend dans la partie basse de la Combe pour rejoindre plus bas la piste de la Balme.



    L'un des derniers télésièges à gare "Delta" construit par Pomagalski

    Le télésiège de la Bergerie fut donc réalisé durant l'été 1988. C'est l'entreprise Pomagalski qui a été retenu pour réaliser cette installation qui possède des particularités. Tout d'abord, il possède l'une des dernières gares "Delta", remplacé progressivement depuis 1982 par les gares "Alpha". De plus, le premier pylône de sortie de gare habituellement en portique et sur cet appareil un simple pylône monofût. La gare amont est quant à elle surmontée d'une plate-forme en bois de type "piste d'atterrissage", plus classique. Ceci dit, à cette époque, la quasi-totalité des télésièges avaient des débarquements naturels...

    Le télésiège de la Bergerie possède un débit suffisant sur l'ensemble de la saison. Ajouté au fait qu'il n'est pas très vieux, ce télésiège a encore de très longues années devant lui.

    Le panneau d'information du télésiège :
    Image


    Les caractéristiques actuelles du télésiège de la Bergerie :

    Caractéristiques administratives :

    • Nom de l'installation : la Bergerie
    • Type d'appareil : télésiège à pinces fixes
    • Secteur : Combe de Balme
    • Commune : la Clusaz
    • Exploitant : Société d'Aménagements Touristiques et d'Exploitation de La Clusaz (SATELC)
    • Ouverture : 9H05
    • Fermeture : 16H25
    • Saison d'exploitation : hiver
    • Constructeur : Pomagalski
    • Année de construction : 1988

    Caractéristiques géométriques :

    • Altitude de la gare aval : 1867 m
    • Altitude de la gare amont : 2104 m
    • Longueur : 514 m
    • Dénivelé : 237 m
    • Pente moyenne : 52%
    • Pente maximale : 73%

    Caractéristiques techniques :

    • Emplacement de la station motrice : aval
    • Type de gare motrice : gare Delta à 7 vitres
    • Emplacement de la station de tension : aval
    • Type de tension : hydraulique
    • Nombre de vérins : 2
    • Aide à l'embarquement : aucun
    • Capacité des sièges : 3 personnes
    • Nombre de sièges : 63
    • Type de sièges : sièges "Arceau"
    • Dispositif d'accouplement : pince fixe

    Caractéristiques de la ligne et d'exploitation :

    • Nombre de pylônes : 7
    • Nombre de virages : 0
    • Sens de montée : gauche
    • Vitesse en ligne : 2.3 m/s
    • Temps de montée : 3mn 43s
    • Débit : 1500 p/h



    La gare aval

    La gare aval est située à l'intermédiaire de la Combe de Balme, à 1867 mètres d'altitude près de la gare amont de la télécabine de Balme et de la gare aval du télésiège du Col de Balme. C'est ici que ce trouve la partie motrice-tension de l'appareil. Elle se compose d'une structure métallique avec des traverses formant deux triangles sur la longueur. Un chariot mobile, supportant l'ensemble moteurs, est positionné sur cette structure et permet d'effectuer la tension du câble par le biais de deux vérins hydraulique placé de chaque côté de la gare. Les skieurs se présentent sous la structure à l'arrière de la gare, et se placent à l'embarquement à l'ouverture des portillons. Le poste de conduite principal se trouve ici, accolé à la gare.

    Situation de la gare aval au sommet de la télécabine de Balme :
    Image

    La gare et le premier pylône :
    Image

    Image

    Vues sur la gare :
    Image

    Image

    Image

    Image

    L'embarquement du télésiège :
    Image



    La ligne

    Au départ, la compression en sortie de gare et le pylône 1 accentuent considérablement la pente qui atteint son maximum. Toutefois, la ligne ne s'adoucie que très peu après le passage des pylônes suivant : elle reste soutenue jusqu'aux pylônes 6 et 7 qui rétablissent la ligne au niveau de la gare amont.

    La ligne compte 7 pylônes numérotés de 1 à 7. Dans l'ordre de la montée, cela donne :

    • Gare aval : 16C/16C
    • P1 : 12C/16C
    • P2 : 6S/4S
    • P3 : 6S/6S
    • P4 : 6S/6S
    • P5 : 4S/4S
    • P6 : 8S/8S
    • P7 : 8S/8S


    Vues sur la ligne :

    Vue aérienne de la ligne avec l'emplacement des pylônes :
    Image

    "La Petite Torchère" où une croix trône en son sommet avec la ligne du télésiège de la Bergerie au premier plan :
    Image

    La totalité de la ligne vue du départ de l'installation :
    Image

    Image

    Le début de la ligne :
    Image

    La ligne avec le Danay, montagne entouré par les communes de la Clusaz, du Grand-Bornand et de Saint-Jean-de-Sixt, au second plan :
    Image

    Le haut de la ligne :
    Image

    La ligne vue de la piste des Choucas :
    Image

    La ligne vue du sommet :
    Image

    La ligne au niveau de l'arrivée :
    Image

    Pylône 1, le fameux pylône monofût en sortie de gare :
    Image

    Pylône 2 :
    Image

    Portée entre les pylônes 2 et 3 sous "la Petite Torchère" :
    Image

    L'un des 63 sièges du type "Arceau" avec assises rembourrées présents sur l'installation :
    Image

    Pylône 3, avec la piste des Choucas à gauche :
    Image

    Pylône 4 :
    Image

    Portée entre les pylônes 4 et 5 :
    Image

    Pylône 5 :
    Image

    Pylônes 6 et 7 d'arrivée :
    Image



    La gare amont

    La gare amont est située à 2104 mètres d'altitude au niveau d'un petit passage permettant la liaison entre les parties hautes des combes de Balme et de Torchère. Elle est constituée d'une poulie de retour fixe montée sur un gabarit de débarquement du type "piste d'atterrissage".

    Le débarquement :
    Image

    Vues sur la gare :
    Image

    Image

    Image

    Image

    Vue sur la zone de débarquement où l'on peut soit allé vers la Combe de Torchère (à gauche) ou rester sur celle de Balme (à droite) :
    Image



    Conclusion

    Le télésiège de la Bergerie est un appareil indispensable au secteur. Permettant la desserte en continu de deux pistes de niveaux totalement différent, situées à l'endroit du domaine le plus enneigé ce qui permet une glisse accessible au plus grand nombre. Construit d'abord pour améliorer l'accès à la Combe de Torchère, il permet également d'être une alternative au long et saturé télésiège du Col de Balme. Le débit du télésiège de la Bergerie est suffisant et convient parfaitement pour son rôle.

     
    Partie 2
    Auteur de ce reportage : l'alexois
    Section écrite le 21/04/2017 et mise à jour le 15/01/2018
    (Mise en cache le 15/01/2018)

    Bonjour !

    Voici une mise à jour technique de ce télésiège.

    Commençons par monter dans la gare Delta. Vue générale :
    Image

    Image

    En nous retournant, nous aperçevons une armoire électrique avec un coin maintenance :
    Image

    L'installation est entrainée par un moteur à courant continu BBC de 171.1 kW :
    Image

    Image

    La plaque signalétique du moteur :
    Image

    La liaison entre le moteur et le réducteur se fait par courroies :
    Image

    Le réducteur :
    Image

    Image

    L'arbre rapide avec le volant de freinage :
    Image

    La plaque signalétique du réducteur :
    Image

    On retrouve un frein de service électromagnétique agissant à l'entrée du réducteur :
    Image

    Il y a deux freins d'urgence agissant directement sur la poulie motrice contrôlés par une seule centrale :
    Image

    Image

    Le sommet des freins d'urgence :
    Image

    En cas d'avarie sur le moteur principal, un moteur thermique de secours peut prendre le relais :
    Image

    Image

    Le moteur :
    Image

    Le pupitre de commande du moteur :
    Image

    La plaque signalétique :
    Image

    La sortie du moteur avec le coupleur et l'arbre de transmission :
    Image

    Avant le réducteur, on retrouve un sélecteur qui permet de sélectionner le sens de marche désiré. A noter que la marche arrière n'est disponible qu’avec le moteur thermique.
    Image

    Image

    Derrière le moteur thermique, on retrouve le dispositif de déplacement des pinces :
    Image

    La tension du câble est gérée par une centrale hydraulique alimentant deux vérins disposés de part et d'autre de la structure.

    La centrale :
    Image

    Un des deux vérins :
    Image

    La structure motrice se déplace sur les montants de la gare Delta à l'aide de quatre galets comme celui ci :
    Image

    Vue sur la poulie motrice. On aperçoit les freins d'urgence ainsi que la dynamo tachymétrique du câble :
    Image

    De l'autre coté de la gare, il y a une plateforme de maintenance, surtout utilisée pour le tirage des pinces :
    Image

    Un siège au niveau de l'embarquement :
    Image

    Les portillons de cadencements :
    Image

    Au dessus de la poulie motrice, on retrouve les capteurs déclenchant l'ouverture des portillons :
    Image

    Passons maintenant à la cabane. C'est ici que l'on retrouve le pupitre de commande général ainsi que les armoires de puissance. Vue générale :
    Image

    Vue générale du pupitre :
    Image

    Sur ce pupitre, on retrouve différents compteurs,
    Image

    Le groupe de sécurité, un afficheur de défaut, les différents états de la machine,
    Image

    Et des boutons et commutateurs pour la marche normale :
    Image

    A noter que le télésiège dispose de de quatre vitesses en exploitation normale. La V3 roule à 2.30 m/s ; la V2 roule à 1.90 m/s ; la V1 roule à 1.30 m/s et la TPV roule à 0.40 m/s

    Les armoires de puissances sont situées derrière le pupitre. Vue générale :
    Image

    Sur le coté des armoires, on retrouve les sectionneurs ainsi qu'un synoptique de la machinerie :
    Image

    Le synoptique en détail :
    Image

    Les armoires de puissance sont composées de trois parties. Dans la première partie, on retrouve tout ce qui est alimentation :
    Image

    Dans la deuxième partie, on retrouve le variateur de vitesse :
    Image

    Et dans la troisième partie, on retrouve toute la commande :
    Image

    Détails sur la platine de pontages et de tests :
    Image

    Au dessus de l'armoire, on retrouve une baie informatique pour la gestion des bornes de contrôle ainsi que le boitier de réception de la télécommande Freeman :
    Image

    Pour en revenir à la question de pourquoi une gare Delta, il semblerait que ce soit une question d’ordre financier. Pour un 3 places à débit égal, la gare Delta aurait été moins chère que l'Alpha.

    Mes remerciements à la SATELC pour l'autorisation de prendre et de publications des photos.



    Suivre la discussion sur le forum


    Appareils en relation :