En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo



 
Auteur de ce reportage : alspace
Section écrite le 11/09/2016 et mise à jour le 13/11/2016
(Mise en cache le 17/11/2016)

Image



Au sommaire de ce reportage :
  1. Méribel-Mottaret
  2. Historique : du télésiège des Combes à celui du Châtelet
  3. Châtelet : entre ski propre et liaison
  4. Ligne et infrastructures du télésiège du Châtelet
  5. Châtelet, un doublon peu efficace


Méribel-Mottaret

Méribel-Mottaret est la station satellite de Méribel située dans la vallée des Allues et reliée au village de Brides-les-Bains en vallée de Bozel par la télécabine de l'Olympe. Elle est reliée à Courchevel (via la Saulire), aux Menuires et à Saint Martin de Belleville (via le Col de la Chambre, le Roc des 3 Marches, ainsi que le Mont de la Challe), et à Val Thorens (par le Mont de la Chambre), en plein cœur des Trois Vallées.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


Historique : du télésiège des Combes à celui du Châtelet

En 1973, face au manque de place à Méribel pour construire de nouveaux logements, la décision est prise de créer une nouvelle station au fond de la vallée de Méribel : c’est ainsi que voit le jour la station satellite de Méribel-Mottaret, à 1700 mètres d’altitude, au pied du Mont de la Challe, en aval du lac de Tuéda.
La création de la station s’accompagne de la réalisation de quatre remontées mécaniques : les téléskis du Doron et du Laitelet, qui desservent des pistes débutantes sur le versant Mont de la Challe.

En 1974 est construit le télésiège des Combes. Il double le téléski du Laitelet sur un tracé plus long, donnant ainsi accès à des pentes plus engagées. La même année est construit le téléski du Roc de Tougne. Directement accessible depuis le télésiège des Combes, le téléski permet d’atteindre le sommet du Mont de la Challe, et de basculer de ce fait vers la vallée des Bellevilles et les stations des Menuires et de Saint Martin. Devant le succès que rencontre ce téléski, la station décide de le doubler par un autre téléski l'année suivante.

Image
Vue aérienne du versant Mont de la Challe du front de neige de Méribel-Mottaret à ses débuts. Nous avons de gauche à droite : le télésiège des Combes,
et les téléskis du Laitelet et du Doron (D.R).

Image
La gare aval du télésiège des Combes, de type Trialp (D.R).

Image
Le front de neige de Méribel-Mottaret en été. On remarque la gare aval et le début de la ligne du télésiège des Combes (D.R).

Image
Le front de neige de Méribel-Mottaret. On remarque à gauche les gares aval du télésiège des Combes, du téléski du Laitelet ainsi qu'à droite le
départ de la télécabine 4 places du Pas du Lac (D.R).


C’est en 1983 et 1984 que le plus gros chantier de la station est entrepris, avec la construction de la très impressionnante télécabine des Plattières, qui rejoint le sommet du Roc des Trois Marches en trois tronçons. Elle apparaît rapidement comme une véritable colonne vertébrale du domaine skiable puisqu’elle permet un accès rapide et direct aux Menuires et à Val Thorens depuis le front de neige de Méribel-Mottaret.

Image
Le début de la ligne et la gare aval de la télécabine des Plattières partant de Méribel-Mottaret vus depuis la fin de la piste bleue de l'Ours (D.R).
Cliquez sur l'image pour afficher le reportage dédié aux télécabines des Plattières.

Image
La gare aval de la télécabine des Plattières 3 de nos jours (cliquez sur l'image pour afficher le reportage dédié à cette installation).


Le secteur du Mont Vallon ouvre l’année suivante avec l’installation du télésiège fixe du Plan des Mains en desservant deux nouvelles pistes rouges. Ce secteur est complété en 1988 par la construction de l’impressionnante télécabine 12 places du Mont Vallon qui est à son ouverture la télécabine débrayable la plus rapide du monde. Elle dessert dès lors deux pistes rouges, dont celle de la Combe du Vallon, classée comme le joyau de Mériblel-Mottaret.

Image
Le plan des pistes de la vallée de Méribel de la saison 1989/1990.


En 1994, face à la saturation du télésiège des Combes, celui-ci est déposé et remplacé par un télésiège débrayable 4 places fourni par Études de Transports, la filiale française du groupe autrichien Doppelmayr.
L’année suivante, l’ancien télésiège fixe des Combes est réimplanté en parallèle du second tronçon des télécabines des Plattières afin de faciliter les rotations sur les pistes bleues du secteur en évitant de déchausser. Le télésiège du Châtelet permet aussi la création d'un axe doublant les deux premiers tronçons des Plattières avec le télésiège des Combes pour rejoindre le secteur du Mont Vallon ainsi que le départ du télésiège de Côte Brune depuis le front de neige de Méribel-Mottaret.

Image
La gare amont du télésiège débrayable des Combes (cliquez sur l'image pour afficher le reportage dédié à cette installation).



Châtelet : entre ski propre et liaison

Le télésiège du Châtelet était situé sur le secteur des Plattières, quasiment en parallèle de la télécabine des Plattières 2. Ainsi, cet appareil était utilisé pour skier sur les deux pistes bleues revenant à son départ ainsi que sur un snowpark longeant le second tronçon des télécabines des Plattières. De plus, il était la maille centrale de la chaîne de 3 télésièges permettant de rejoindre Les Menuires et Val Thorens depuis la station de Méribel-Mottaret (TSD4 Combes -> TSF3 Châtelet -> TSD4 Côte Brune). Notons que cette liaison était assurée au sommet du Mont de la Chambre.
Le télésiège du Châtelet était aussi accessible depuis la télécabine des Plattières 1 et du restaurant d'altitude de la Sittelle par le téléski éponyme à l'établissement. Cette installation desservait aussi une piste dédiée à l'apprentissage du ski.

Depuis son sommet, le télésiège du Châtelet desservait les pistes suivantes :
  • La piste bleue de la Sittelle.
  • La piste bleue du Rossiniol.
  • La piste bleue du Bouvreuil, qui rejoint le départ du télésiège de Côte Brune avant de revenir sur le front de neige du Plan des Mains.
  • La piste rouge du Bouvreuil, qui était une sorte de variante plus courte à la précédente.
  • Le snowpark des Plattières, qui était situé sous la partie intermédiaire du tracé de la télécabine des Plattières 2.

Image
Situation du télésiège du Châtelet sur le plan des pistes de Méribel-Mottaret (© Plan Atelier Pierre Novat).

Image
Situation plus générale sur le plan des pistes des Trois Vallées (© Plan Atelier Pierre Novat).


Ce télésiège est issu de la récupération de l'ancien télésiège des Combes. La réimplantation s'est accompagnée de la récupération des sièges Arceaux et des gares ainsi que du remplacement de certains pylônes. Les véhicules ont été changés en 1998/1999 pour des sièges triplaces GMM.


Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : CHÂTELET
Maître d’œuvre : DCSA
Maître d'ouvrage : SPTV
Exploitant : S3V Mottaret
Constructeur d’origine : MONTAZ-MAUTINO
Constructeur ayant assuré la reconstruction : GMM
Année d’origine : 1974
Année de construction : 1995
Année de démontage : 2006

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 3 personnes
Débit à la montée : 1380 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 2,3 m/s
Sens de la montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2109 m
Altitude amont : 2482 m
Dénivelée : 373 m
Longueur développée : 1303 m
Portée la plus longue : 200 m
Pente maximale : 35 %
Temps de trajet : 9 minutes 40 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare motrice : Tri-Alp
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Électrique
Puissance développée : 220 kW
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Type de gare amont : Retour-fixe
Nombre de pylônes : 11

Caractéristiques des véhicules

Type de véhicules : Sièges à suspentes centrales 3 places GMM
Nombre de véhicules : 135
Masse à vide : 91 kg
Charge utile : 240 kg
Type de pinces : Pinces fixes
Espacement : 7 secondes


Ligne et infrastructures du télésiège du Châtelet

La gare aval

La gare aval du télésiège du Châtelet était située à 2109 mètres d’altitude, sous la ligne de la télécabine des Plattières 2 ainsi qu’à proximité de l’arrivée du téléski de la Sittelle.
Au niveau technique, on retrouvait ici une station motrice-tension de type Trialp fournie par Montaz-Mautino.

Image
La gare Trialp de profil.

Image
Vue arrière.



La ligne

Montaz-Mautino et GMM avaient équipé la ligne de 11 pylônes, dont 9 supports, 1 support-compression et 1 compression.

Image
Le pylône 1.

Image
Vue aérienne du début de la ligne jusqu'au pylône 6.

Image
La ligne à partir du pylône 6.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
P9.

Image
P11. Sur la gauche de l'image, on remarque la gare sommitale du télésiège de Côte Brune.



La gare amont

La gare amont était située à 2482 mètres d’altitude, à 200 mètres en amont de la station intermédiaire des télécabines des Plattières 2 et 3. Depuis ce point, on pouvait accéder à la gare aval de la télécabine des Plattières 3 pour rejoindre Les Menuires, ou alors basculer sur le secteur du Mont Vallon par la piste bleue du Bouvreuil.
En raison du peu de place disponible, nous retrouvions une classique poulie de retour-fixe assurant une emprise minimale au sol.

Image
La gare amont et sa vigie.

Image
Zoom sur la poulie retour.



Véhicules et pinces

Le télésiège du Châtelet était équipé de sièges 3 places fournis par GMM. Ils étaient reliés au câble par une pince fixe.

Image
Un siège 3 places à suspente centrale GMM en ligne.



Châtelet, un doublon peu efficace

Châtelet était un appareil bien pratique à la suite du télésiège débrayable des Combes pour éviter les télécabines des Plattières, très souvent saturées car donnant rapidement accès aux Menuires, à Saint Martin de Belleville ainsi qu'à Val Thorens. De plus, il permettait de faire des rotations plus faciles sur le snowpark de Méribel-Mottaret en évitant aux clients de déchausser aux télécabines.
Néanmoins, le télésiège du Châtelet était un appareil peu confortable et trop long pour une desserte efficace du secteur des Plattières et pour doubler les télécabines homonymes. C'est ainsi qu'en 2006, la S3V Mottaret a procédé au remplacement du télésiège du Châtelet par un téléporté débrayable 6 places construit par Poma. Ce nouvel appareil a aussi permis de réduire les files d'attente aux télécabines des Plattières grâce à son débit très élevé de 2700 personnes/heure.


Je tiens à remercier kaldini, l'alexois et collonges74 pour les photos de l’appareil, collonges74 pour son aide ainsi que Bovinant pour la bannière.

Bannière : Bovinant
Texte : remontees (présentation de Méribel-Mottaret), Collonges74 et Alspace
Mise en page : Alspace
Photos : kaldini, l'alexois et collonges74.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :