Localisation(s)
Photo

 TSF3 du Lac des Vaux II

Verbier (Les 4 Vallées)

WSO Städeli-Lift

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège du Lac des Vaux 2, témoin de l'époque Städeli à Verbier ainsi que du développement du secteur des Lacs, remplace depuis 1988 et sur un tracé similaire un TSF2 Müller de 1962.

Options techniques :
  • Tapis d'embarquement ou de positionnement
Année de construction : 1988

Suivre la discussion sur le forum

 

Vidéos de l'appareil










 
Auteur de ce reportage : Nico05
Section écrite le 22/12/2020 et mise à jour le 11/02/2021
(Mise en cache le 11/02/2021)

En collaboration avec Jubiproduction et les photos de J'ib, je vous présente un reportage sur le :

Image


Sommaire :

  • Verbier: Coeur des 4 Vallées

  • Le Lac des Vaux : premier passage entre Verbier et Nendaz

  • Caractéristiques

  • Situation sur les pistes

  • Infrastructures du télésiège du Lac des Vaux II

  • La remontée en images

  • Conclusion


Verbier : Coeur des 4 Vallées
Image
Cliquez sur la bannière pour visualiser la présentation de la station.



Le Lac des Vaux : premier passage entre Verbier et Nendaz

Nous sommes en mai 1959. Le téléphérique des Attelas, acheminant sportifs l’hiver et promeneurs l’été depuis deux saisons, a ouvert l’horizon à d’autres projets toujours plus ambitieux. On pense alors à s’étendre en direction de Sion, chef-lieu et ville la plus peuplée du Valais, pour devenir la station de ski de cette même ville, tout en accédant parallèlement aux monts prestigieux du Mont Gelé et du Mont Fort au-delà des 3000 mètres. La concrétisation de ces idées passe par la fusion des sociétés anonymes du Téléférique des Attelas et du Télésiège de Médran pour devenir la S.A. des Téléfériques de Verbier.

Immédiatement après la création de celle-ci peu avant l’été, les actionnaires votent une augmentation de 600’000 francs du capital social afin de réaliser dans les deux ans à venir quatre nouvelles remontées mécaniques: un téléphérique reliant les Attelas au Mont Gelé, un téléski dans la combe de Médran, un télésiège ou téléski reliant le lac des Vaux aux Attelas et un téléporté ou téléski pour remonter au Col de Chassoure depuis Tortin. La télécabine de Médran,qui connaît une énorme affluence, sera parallèlement doublée jusqu’au pied du téléski des Ruinettes par un nouveau téléski.

1959-1962 : Les premiers télésièges du Lac des Vaux

La principale piste du Mont Gelé devant aboutir d'abord au lac des Vaux, une installation remontant aux Attelas est nécessaire. Très rentable pour son coût assez peu élevé et plus pratique qu’un téléski, un télésiège sera finalement aménagé du lac des Vaux à la crête des Attelas et permettra également de remonter les touristes d’été. Aussi skieurs avancés, moyens et débutants, trouveront sur ces pentes ouvertes jusqu'à mi-juin de la neige se maintenant en poudreuse tard dans l’année.
Cette installation devrait entrer en service à la fin 1960 en même temps que le futur téléphérique du Mont Gelé.

Image
La station d’arrivée du téléphérique bâtie sur la Crête des Attelas devant le Lac des Vaux très probablement en 1958.
(Collection François Luisier)

La décision porte sur un télésiège système Müller, au débit de 375 personnes à l'heure en été et de 500 en hiver. Le choix de ce constructeur est étonnant pour un domaine ayant mis en place moins de quatre années auparavant un télésiège Giovanola. Il s’explique probablement par la prix avantageux du constructeur zurichois et par l’utilisation de sièges à deux places. Aussi, il était courant pour le constructeur montheysan d’afficher plusieurs années d’attente pour la réalisation d’installations, la société Müller avec ses délais bien plus courts fut choisie.

Le télésiège est finalement fonctionnel pour le début de saison d’hiver 59-60, tout comme les deux téléskis Müller doublant à l’ouest la télécabine de Médran et arrivant au Col de Médran.

Image
Le Lac des Vaux donnant sur la Vallée du Rhône en 1960. On remarque très légèrement le télésiège du Lac des Vaux à l’ouest du lac.
(Collection François Luisier)

Image
Le nouveau télésiège du Lac des Vaux durant sa première saison d’exploitation.
(Collection François Luisier)

Image
L’arrivée du télésiège depuis les Attelas. Les pylônes Müller très caractéristiques se reconnaissent par leur têtes pentagonales aux multiples croisillons
supportant de longs balanciers aux innombrables galets. Un galet compression était ajouté au début de chaque balancier. Il n’était pas en contact avec le câble en
fonctionnement normal et empêchait un décollage de ce dernier lors du démarrage de l'installation, la ligne était alors beaucoup moins tendue qu’aujourd’hui.
(Téléverbier)

Image
La station amont du télésiège à gauche est tout autant caractéristique avec sa structure de pierre et son toit à deux pans en bois. Toute la mécanique motrice
était tenue au plafond. L’emplacement de la station d’arrivée est proche de celle du téléphérique et permet de reprendre la ligne électrique disposée le long de
ce même téléphérique. Cette gare logera le réémetteur TV qui sera mis en service en février 1963.
(Téléverbier)

L'inauguration le samedi 17 décembre 1960 du téléphérique du Mont Gelé et de la télécabine de Tortin est une première étape dans la réalisation de la Grande Journée, grand projet de Rodolphe Tissières. Ces deux installations autorisent désormais la réalisation d’un large circuit débutant aux Attelas, montant au Mont Gelé à plus de 3000 mètres et descendant à Tortin pour remonter par la nouvelle télécabine. Une piste permet de continuer en direction de Sion au bas de Tortin.

Image
Illustration de la Grande Journée, élaborée par Rodolphe Tissières. Quatre téléphériques relient les Ruinettes au Mont fort par les Attelas, le Mont Gelé et
le Mont de Cion. Le retour sur Verbier se fait par la télécabine Tortin-Chassoure et le télésiège du Lac des Vaux.
(Téléverbier)

Image
L’arrivée de la télécabine de Tortin au Col de Chassoure.
(Téléverbier)

Image
Affiche commerciale illustrant le Val de Nendaz encore vierge de toute exploitation humaine,
aujourd’hui la station de Siviez.
(Téléverbier)

Rapidement, l'ouverture de ces nouvelles installations offre un attrait fort pour les skieurs. Dans le but de mettre davantage en valeur les pistes du lac des Vaux et de faciliter l’accès à Tortin sans devoir prendre le difficile téléphérique du Mont Gelé, un second télésiège Müller est installé au Lac des Vaux début 1962. Les examens techniques ont lieu début mars pour une ouverture dans le mois. En quelques années, la technique a évolué et la gare motrice amont abandonne une construction chalet en bois pour un bâtiment rectangulaire en béton.

Le point de départ de ce télésiège se trouve au même point que le premier téléporté. Son axe est à angle droit par rapport à celui montant au téléphérique, le Col de Chassoure étant à l’est tandis que les Attelas sont au sud.

Image
Cette photo prise du Col de Chassoure, à proximité immédiate de la gare supérieure de
la télécabine de Tortin, situe le télésiège dans toute sa longueur. On distingue, au fond
des belles pistes, l'impressionnante file de skieurs attendant de pouvoir prendre le télésiège
des Attelas visible dans l’ombre, montant vers la gauche, jusque sur l'arête, à l'extrême bord
de la photo. En effet, le télésiège Lac 2 n’est pas encore fonctionnel sur cette illustration.
(Téléverbier)

Image
Le Lac des Vaux depuis le même lieu en fond des Alpes. Lorsque le lac est gelé, la surface plate qui en résulte est propice à la réalisation de dessins,
contrastant avec le décor de roche environnant. Remarquons les sièges munis de barettes tournantes en guise de protection.
(Téléverbier)

Image
L’avant-dernier pylône et la Pierre-à-Voir dans l'axe des Dents-du-Midi, émergeant à peine de la magnifique mer de brouillard qui s'étale à 2400 mètres d'altitude.
(Téléverbier)

Image
Techniciens observant le bon fonctionnement de l’installation en vue de le mettre en service au public.
Le télésiège de Chassoure ou télésiège du Lac des Vaux 2 ouvrira la semaine suivant l’illustration ci-dessus.
(Téléverbier)

Les deux télésièges ont leur gare commune, construite dans un premier temps sans bâtiment. Comme classiquement pour les installations Müller, la poulie tension est fixée à une construction de métal et cette dernière se déplace intégralement à l’aide de rails au sol afin d’effectuer la tension. Un jeu de différents brins de câble lie la partie avant de la poulie à un poids encagé dans une structure en treillis séparée à l’arrière de la gare.

Image
Les deux gares se trouvent à proximité du lac. La cabine du TAM se démarque dans le ciel.
(Téléverbier)

Image
Cadre rapproché. On observe la mécanique si particulière du système Müller avec la structure arrière retenant le contrepoids.
(Téléverbier)

Peu avant 1964, les gares sont incorporées dans un bâtiment de béton rectangulaire. Une salle logeant le personnel est aménagée devant l’angle formé par les deux axes des télésièges. Aussi, le pylône n°1 compression du télésiège du Lac 1 est remplacé par un portique compression afin d’accroître la place disponible pour l’embarquement des sièges.

Image
Vue générale du Lac des Vaux dans une poudreuse abondante au milieu des années 1960.
(Téléverbier)

Image
Vue d'ensemble de la nouvelle gare commune.
(Téléverbier)

Image
Intérieur du bâtiment de départ du Lac 1 avec la structure mobile sur rail soutenant la poulie de renvoi.
(Téléverbier)

Image
Des passagers viennent d’embarquer et traversent le portique compression. À droite
se présente un siège avec son système particulier de garde-corps à barrette tournante.
(Téléverbier)

Image
Première partie de la ligne du Lac 1. Les pylônes sont très distants et la ligne est relativement
peu tendue, comme couramment à l’époque.
(Téléverbier)

Image
Départ du Lac des Vaux 2 avec la large distance entre la gare et le portique compression. Le télésiège ayant un sens de rotation horaire,
son accès se fait par l’avant de la portique.
(Téléverbier)

Image
L’intégralité de la ligne du Lac 2 depuis le toit de la gare.
(Téléverbier)

Image
Arrivée à Chassoure. Les skieurs revenant depuis la télécabine de Tortin et désirant descendre au Lac des Vaux peuvent
dépasser le télésiège du Lac 2 à l’aide d’un chemin creusé entre l’avant-dernier et dernier pylône.
(Téléverbier)

1966-1971 : Deux nouveaux télésièges Giovanola

Les années 1960 annoncent le doublement de l’axe Verbier-Attelas avec la mise en place de nouvelles télécabines similaires à celle de Tortin. En outre, la télécabine des Attelas 2, capable de monter 600 skieurs à l’heure, doublera dès décembre 1964 le téléphérique du même nom et son débit de 360 personnes par heure. Ces nouvelles installations augmentant la fréquentation dans le secteur des Vaux, un projet de troisième télésiège au Lac des Vaux est mis sur pied en février de cette même année.

Dès 1965, les 4 Vallées commencent lentement mais sûrement à se mettre en place avec l’aménagement de multiples téléskis à Siviez, alors nommé Super Nendaz. Moyennant une dizaine de minutes de route, les skieurs de Nendaz peuvent accéder à la télécabine de Tortin à la suite de deux téléskis Bühler.

Image
Le télésiège du Lac 2 devant la station d’arrivée de la nouvelle télécabine des Attelas 2
à la Tête des Vaux où arrivera le troisième télésiège.
(Téléverbier)

Le chantier démarre à l’été 1966, parallèlement à celui de la future télécabine de Médran 2. Le choix du constructeur se porte cette fois sur la société Giovanola, constructeur attitré de Verbier qui met en service un télésiège acheminant 720 skieurs à l’heure du Lac à la Tête des Vaux.

Giovanola remplace aussi la station motrice du télésiège Lac I afin de permettre d’en augmenter le débit ultérieurement. La société montheysanne ajoute quelques sièges en plastique entre les sièges originaux à lattes en bois. Aussi au niveau des pylônes, des interrupteurs Sulzberger montés sur chaque batterie remplacent les galets compression de déraillement système Müller.

Image
Démarrage du chantier de la future station de départ du Lac 3.
(Téléverbier)

Image
Les premières neiges sont tombées et la gare du futur télésiège prend forme.
(Téléverbier)

Le nouveau télésiège, sobrement nommé Lac des Vaux 3, est opérationnel pour le début de la saison d’hiver 1966-1967. L’installation se démarque par ses pylônes à treillis fins et élancés et par ses sièges à lattes rouges en plastique. Tout comme ses deux frères, la station motrice se trouve en amont afin de profiter de la ligne électrique de la télécabine. Techniquement, elle est composée d’un large massif en béton soutenant le moteur. L’ensemble est entouré de guides évitant aux sièges toute collision.

Image
Le Lac 1 après la rénovation par Giovanola. On observe des interrupteurs Sulzberger en lieu et place des précédents galets compression. Le télésiège de l’Arpille,
au Col de la Forclaz, en est également équipé la même année. Ici, en arrière-plan se situe l’arrivée de la télécabine et du télésiège à la Tête des Vaux.
(Collection François Luisier)

Image
Le télésiège du Lac des Vaux 3 depuis le Col de Chassoure. Une terrasse est désormais aménagée en dessous de la station de la télécabine.
(Droits réservés)

Image
Le Col des Vaux et la Crête des Attelas et leur multiples télésièges face au Mont Blanc.
(Téléverbier)

Le télésiège original Müller du Lac 1 disparaît définitivement en 1971 avec le remplacement des derniers éléments de 1959. La ligne est intégralement refaite, les sièges originaux remplacés et la mécanique en station aval est mise à neuf. Le bâtiment est cependant conservé et vient loger un nouveau lorry. Ce dernier, tenu au plafond, reprend la fosse du contrepoids de la précédente installation. Cette transformation permet d’élever le débit à 720 skieurs à l’heure.

Image
La nouvelle ligne du Lac 1 et ses sièges à lattes rouges reconnaissables dans le paysage.
(Collections privées)

Image
La station amont motrice est reconstruite en 1966 par Giovanola et un modeste bâtiment tout en béton carré remplace le chalet en bois du Müller.
L’émetteur de télévision, déjà présent dans le télésiège, de 1959 a été réimplanté dans la nouvelle gare.
(Téléverbier)

Image
Vue opposée avec l’accès à gauche aux éléments techniques de l’émetteur.
(Téléverbier)

Image
Départs et arrivées aux Attelas devant un superbe paysage sur le Grand Combin et le glacier de la Corbassière.
(Téléverbier)

Image
Arrivées aux Attelas devant la coupante arrête de Chassoure.
(Téléverbier)

Les années 1970 amènent les premières saturations des installations d'origine avec la concrétisation de l’ensemble des 4 Vallées. Le Lac des Vaux devient un passage obligatoire pour se rendre de Verbier aux autres domaines et inversement. Dès 1975, Rodolphe Tissières met en place un plan d’urgence avec l’installation de plusieurs télésièges au niveau de Médran. La télécabine de Tortin devrait être doublée par deux télésièges et un télésiège Lac des Vaux IV arriverait sur l'arrête de Chassoure.

Giovanola ayant cessé ses activités dans les remontées mécaniques au début des années 1970, Städeli possédant une licence Giovanola, reprendra le rôle de principal constructeur du domaine. Cette société installera quatre nouveaux télésièges dans le domaine de Verbier. Dans l’espoir d’une ouverture prochaine des téléphériques du Mont Fort ou peut-être pour des raisons politiques, le doublement du secteur de Tortin est abandonné.

Image
Situation générale des installations de la région des Attelas à la fin des années 1970. Les trois télésièges du Lac des Vaux se reconnaissent avec le départ commun.
(Swisstopo)

Image
Départ des trois télésièges du Lac des Vaux avec les deux télésièges Giovanola à droite et le télésiège Müller du Lac 2 à gauche.
(Droits réservés)

Image
Même décor depuis le télésiège du Lac 3. Observons les queues de chaque installation.
(blasdale.com)

Image
Arrivée à la Tête des Vaux. La station de la télécabine des Attelas 2 s’observe à gauche.
(blasdale.com)

Image
La tête des Vaux avec les arrivées à droite du télésiège des Attelas 3 construit en 1977 par Städeli, la télécabine des Attelas 2 au centre et le télésiège du Lac 3 à droite.
(Droits réservés)

Image
La gare motrice du Lac 3. Dans l’obscurité de la gare se démarque le massif soutenant la motrice. Un guide visible à l’avant protège les sièges de toute collision.
(Droits réservés)

Image
L'arrivée de la télécabine aux Attelas et la gare du télésiège de la Tête des Vaux qui se reconnaît derrière l'arrivée des cabines. En second plan se présente
le téléphérique du Mont Gelé et sa cabine rouge avec à sa droite l'arrivée du télésiège Giovanola du Lac 1, le tout en fond des Dents du Midi.
(Collections privées)

1988-1999 : Les télésièges actuels

L’ouverture des téléphériques des Gentianes dans les années 1980 avec leur débit cumulé de 2500 passagers à l’heure permet de doubler le débit de passage entre les domaines et offre un nouvel accès aux 4 Vallées. Une forte augmentation du débit n’est dès lors plus nécessaire aux Attelas. Le télésiège original Müller du Lac 2 est remplacé en en 1988 par un télésiège à 3 places Städeli, alors que ce dernier mettait déjà en service des installations à 4 sièges. En somme, l’accès aux Attelas depuis le Lac des Vaux aura eu bien plus d’investissements que l’accès au Chassoure depuis ce même lac.

Image
Le Lac des Vaux après 1988. À droite se situe le nouveau télésiège Städeli qui, pour la première fois, équipe le Lac des Vaux
d’une gare motrice. Cette installation moderne et légère ne récupère pas les anciens bâtiments.
(Téléverbier)

Le remplacement du téléphérique des Attelas par un massif funitel en 1994 promet d'amener toujours plus de skieurs au Lac des Vaux. Dans une optique de rationalisation des installations, les télésièges du Lac 1 et 3 sont remplacés en 1999 par une unique installation débrayable au débit de 2400 skieurs à l’heure. Ce télésiège Leitner inaugurera pour la première fois à Verbier un téléporté de marque étrangère. Son arrivée sera proche du funitel pour permettre un ski d’octobre jusqu’à mai. Quant au télésiège du Lac 1, il sera démonté en 2001 après deux saisons de non-exploitation.

Image
Le Lac des Vaux en 2000 avec le nouveau télésiège débrayable au centre et l’ancien télésiège Giovanola du Lac 1 à gauche.
(believesteve.org)

Image
Plan rapproché sur les trois départs. La sortie du télésiège du Lac 1, inutilisé, n’a pas été déblayée.
(believesteve.org)

Image
Même lieu en 2014. Les précédentes gares de béton ont été condamnées.
(bergbahnen.org)


Caractéristiques

Caractéristiques administratives :

Télésiège fixe Lac des Vaux 2
Type : télésiège fixe triplace
Exploitant : Téléverbier SA
Constructeur : WSO Städeli
Année de construction : 1988

Caractéristiques d’exploitation :

Saison d'exploitation : Hiver
Débit théorique : 1200 p/h
Sens de montée : Gauche
Utilisé à la descente : Non
Durée minimale du trajet : 4min 45sec
Vitesse maximale : 2,8 m/s

Caractéristiques géométriques :

Altitude aval : 2553 m
Altitude amont : 2749 m
Dénivelé : 196 m
Longueur développée : 747 m

Caractéristiques techniques :

Emplacement tension : aval
Type de tension : contrepoids
Emplacement motrice : aval
Nombre de pylônes : 13
Type d’embarquement : axe de la ligne
Type de débarquement : axe de la ligne
Aide à l’embarquement : Tapis roulant

Situation sur les pistes

Image
Situation du TSF3 (en orange) sur la carte nationale.
(Swisstopo)


Image
Situation du TSF3 sur le plan des pistes (en orange).

Image
Idem avec zoom sur le secteur.

La situation sur le plan des pistes met en évidence la centralité de cette ligne, depuis la station supérieure de ce télésiège il y a deux possibilités, descendre au lac de Vaux par la piste rouge, ou descendre à l'alpage de Tortin en empruntant l'itinéraire non damé du col de Chassoure. Il est bien évidemment également possible de descendre à Tortin aussi en prenant la télécabine du même nom, dont la station supérieure se trouve juste au nord de l'arrivée du TSF3.

Infrastructures du télésiège du Lac des Vaux II

Le secteur des Lacs des Vaux permet de skier tôt dans la saison, grâce à son faible ensoleillement, son bon enneigement et son altitude élevée. Le secteur, accessible depuis Verbier via la ligne des Attelas et depuis Siviez via celle de Chassoure, est composé de deux télésièges. Il s'agit du TSD4 Lac des Vaux I, et du TSF3 Lac des Vaux II, objet du présent reportage. Le TSD4 dessert une piste noire ainsi qu'une piste bleue (enneigée artificiellement) et le TSF3 dessert une piste rouge. Le TSF3 donne également accès au secteur de Siviez/Nendaz, via un itinéraire jaune ou en empruntant la télécabine de Chassoure.

Construit en 1988, le télésiège se voulait à la fois efficace, moderne et relativement bon marché. C'est donc un télésiège fixe triplace relativement classique du constructeur WSO qui a été choisi. En effet, ce dernier offrait de nombreux avantages : bon débit (trois places), discret, relativement bon marché (modèle fixe et classique).

Aujourd'hui, l'installation peut paraître désuète face à son voisin le TSD4, mais assure encore bien son rôle. Le fait que la remontée soit fixe ne pose pas de grand problème, la ligne étant assez courte.
Il est probable qu'un projet de remplacement à court ou moyen terme existe, afin de proposer une remontée alliant vitesse, débit et confort.


La remontée en images

Gare aval : Lac des Vaux

La gare aval, située dans la plaine des Lacs des Vaux, est motrice et tension de l'installation.

Image
La gare aval vue de côté.

Image
Idem de plus proche.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Avec le système de tension et, en arrière-plan, le début de la ligne.

Image
Vue de l'autre côté.

Image
Idem de plus proche.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Avec la file d'attente.

Image
A droite, on voit où se trouve le contrepoids.

Image
Vue de près.

Image
Le système de tension.

Image
Idem, avec le moteur.

Image
L'intérieur de la gare avec le tapis d'embarquement.

Image
La poulie motrice.

Image
La gare vue de la ligne, avec le TSD Lac des Vaux 1 en arrière plan.


Ligne

La ligne, relativement courte, évolue dans un environnement alpin et rocheux. La pente va en s'accentuant jusqu'à franchir une barre rocheuse avant l'arrivée.

Image
La ligne.

Image
Le premier pylône.

Image
Le P2.

Image
Le P3.

Image
Le P4.

Image
Le P5.

Image
Le P6.

Image
Le P7.

Image
Le P8.

Image
Portée jusqu'au P9, on amorce la montée raide.

Image
P9.

Image
Portée jusqu'au dixième pylône.

Image
P10.

Image
Barre rocheuse sous le P11.

Image
P11.

Image
P12.

Image
P13, dernier pylône.


Gare amont : Col de Chassoure

La gare d'arrivée, simple poulie retour fixe, est située sur un col non loin de la télécabine en provenance de Tortin.

Image
La gare amont vue depuis la ligne.

Image
Vue de devant.

Image
Avec les P12 et 13.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue de côté.


Sièges et pinces

Cette installation est équipée de sièges Städeli triplaces à pinces fixes. Les sièges sont munis des traditionnelles lattes bleues et recouverts d'un coussin pour plus de confort.

Image
Un siège en ligne.

Image
La pince fixe Städeli.


Vues diverses

Image
Les trois derniers pylônes.

Image
Le P11.

Image
La ligne avec, à droite, le Lac des Vaux.

Image
La piste avec les bâtiments des Attelas en arrière-plan.

Image
La piste et le lac.



Conclusion

Voilà pour ce beau et vieux télésiège Städeli, malheureusement voué à disparaître. Il assure encore très bien son rôle, bien que les clients seraient désireux de plus de débit et d'un temps de montée réduit.

Crédits

Textes : Nico05 et Jubiproduction
Bannière : Artsinol
Photos actuelles : J'ib
Relecture : Jubiproduction et benbel

Liens utiles

Reportage de 2008 (pistenbully) : archive
Verbier : verbier.ch
Vidéo de l'installation (Gondelbahn Monde) : vidéo

Merci pour votre lecture !



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :