En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF4 de la Toura

Les Deux Alpes

Poma

T2 HS
Description rapide :
Télésiège avec tapis d'embarquement et débarquement sous pylône

Options techniques :
  • Tapis d'embarquement ou de positionnement
Année de construction : 2003
Fin de service en : 2018

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 15/09/2018 et mise à jour le 22/09/2018
(Mise en cache le 22/09/2018)

Image



Au sommaire du reportage :

  • Découvrez Les Deux Alpes
  • Historique : l'aménagement du secteur de la Toura
  • Le télésiège de la Toura
  • Ligne et infrastructures du télésiège de la Toura
  • Conclusion


Découvrez Les Deux Alpes

Les Deux Alpes est un domaine skiable situé dans l'Oisans en Isère. Il est implanté sur les alpages de deux villages : Venosc, coté vallée du Vénéon et Mont-de-Lans, coté vallée de la Romanche.

L'aménagement des Deux Alpes débute dès 1938 à l'Alpe de Mont-de-Lans avec la construction d'un premier téléski. En 1946, la commune voisine de Venosc réalise à l'Alpe éponyme, un téléski. La création des Deux Alpes, résulte de l'unification des domaines aménagés par les deux communes dans les années 1950. C'est d'ailleurs durant ces années que le domaine skiable connaît ses premières extensions. Pendant celles-ci, l'exploitant a d'abord aménagé les pentes situées en aval du plateau des Crêtes, puis dans les années 1970, le glacier de Mont-de-Lans est atteint puis équipé avec dans un premier temps, les téléskis de Puy-Salié. À plus de 3100 mètres d'altitude, ces aménagements marquent le début de l'exploitation du ski d'été. C'est notamment grâce à ce glacier que le domaine des Deux Alpes connaît une importante renommée. On notera en 1985, la construction des célèbres DMC du Jandri Express 1 et 2 qui ont permis d'assurer un meilleur accès au secteur d'altitude. Depuis les années 1990, le domaine skiable se modernise avec le remplacement d'installations vieillissantes comme la télécabine du Diable en 2012 par un télésiège débrayable.

De nos jours, le domaine skiable des Deux Alpes s’étend entre 1280 et 3515 mètres d'altitude, du village de Mont-de-Lans au sommet de la crête de Puy Salié, sous le dôme de la Lauze, en bordure du glacier de la Girose. Ce domaine se compose de 89 pistes qui totalisent environ 140 km. Cet espace est desservi par un important parc de remontées mécaniques.
Les Deux Alpes propose également lors de la saison estivale de nombreuses activités telles que du VTT de descente sur des pistes aménagées, de la randonnée ainsi qu'un important domaine de ski d'été sur le glacier de Mont-de-Lans (ou de Mantel).

Image

^^ Cliquez sur le logo pour accéder à une présentation des Deux Alpes plus détaillée. ^^



Historique : l'aménagement du secteur de la Toura

Après avoir commencé à aménager le versant du Jandri dans les années 1950, la station des Deux Alpes se projette une fois de plus, au milieu des années 1960, dans l'extension de ce secteur afin d'agrandir le domaine skiable. C'est ainsi qu’apparaît le projet ambitieux d'équiper les pentes situées en amont du plateau des Crêtes afin de rallier le glacier de Mont-de-Lans à plus de 3100 mètres d'altitude. Dès lors, elle prévoit également d'aménager le secteur de la Toura, implanté entre 2600 et 2800 mètres d'altitude.

Image
La situation de ce projet par rapport à l'ensemble du programme d'aménagement du Jandri sur le plan des pistes des Deux Alpes de 1964/1965.


En 1970, la concrétisation de ce projet ambitieux débute avec la réalisation du téléphérique automoteur du Lac Noir par Neyrpic. Seule la voie sud de cette remontée mécanique est alors mise en service, avec deux cabines. Ce moyen de transport, original et novateur a permis de relier le plateau des Crêtes implanté à 2200 mètres d'altitude au secteur de la Toura situé 500 mètres en amont.

Image
Vue générale de la gare aval de ce téléporté.

En 1971, le télésiège fixe deux places de la Toura est construit par Montaz-Mautino afin de desservir le premier secteur de ski propre d'altitude. Il était alors accessible via le téléphérique du Lac Noir.

Image
Vue sur la quasi-intégralité de la ligne du télésiège de la Toura avec le massif des Grandes Rousses à l'arrière-plan.

Image
Vue en plongée sur la gare amont de cet appareil avec la roche de la Muzelle culminant à 3465 mètres d'altitude en toile de fond.

En 1972, le téléphérique automoteur du Lac Noir connaît un important accident, causant l'arrêt de la mise en place de la seconde voie de l'appareil et la fermeture définitive du téléporté. La même année, le secteur de la Toura devient une véritable plaque tournante du domaine skiable des Deux Alpes. En effet, avec l’installation de la télécabine débrayable quatre places du Jandri 3 par Poma, ce secteur devient un passage obligé pour les skieurs souhaitant gagner le glacier de Mont-de-Lans. Le télésiège fixe deux places du Grand Nord, construit la même année par Montaz-Mautino, reste le seul téléporté permettant d'atteindre à la Toura durant l'hiver 1972/1973. Sa gare aval était située sur l'actuel emplacement du départ du télésiège des Bellecombes.

Pour remplacer l'appareil automoteur, un téléphérique classique à va-et-vient est réalisée en 1973 par Ceretti Tanfani, le Jandri 2. Il reprend le même tracé que l'ancienne remontée mécanique et réutilise certains éléments comme les pylônes. Cette année-là, le secteur de la Toura est agrandi avec l'installation par Montaz-Mautino des téléskis débrayables de l'Envers et de Serre Palas. Ils desservaient respectivement une courte piste bleue ainsi qu'un mur particulièrement pentu sur l'actuelle piste du Glacier 8.

Image
Vue sur la gare aval et le début de la ligne du télésiège du Grand Nord ainsi que le milieu de la ligne du téléphérique du Jandri 2 en 1977. (Cliquez sur l'image pour accéder au reportage du téléphérique)

Afin d'améliorer l’accès au carrefour des remontées mécaniques de 2600, le téléski débrayable du Retour est construit en 1975. Ce nouvel appareil partait au niveau de la gare aval du télésiège de la Toura et arrivait aux environs de la station amont du télésiège du Grand Nord. Grâce à cette installation, il ne devient alors plus nécessaire de pousser sur les bâtons pour rejoindre la télécabine du Jandri 3 depuis les pistes parvenant de la Toura et du glacier de Mont-de-Lans. Ainsi, les rotations sur ces secteurs d'altitudes sont facilitées.

Le télésiège de la Toura devenant de plus en plus fréquenté, l'exploitant décide en 1983 de seconder cet appareil par un autre téléporté, partant du même endroit mais arrivant quelques mètres plus à gauche et en amont. Le télésiège fixe trois places du Lac Noir est alors construit puis en service par Montaz Mautino. Il s'agit par ailleurs d'une année où la station investit de manière importante dans son domaine skiable puisque les secteurs du Thuit et des Belles-Combes sont aménagés avec la construction des télésièges fixes éponymes.

Image
Vue générale sur la gare aval et le début de la ligne du télésiège du Lac Noir de nos jours (cliquez sur l'image pour accéder au reportage).

Deux ans plus tard, c'est au tour de la colonne vertébrale du domaine skiable des Deux Alpes, comprenant les télécabines du Jandri 1 et 3 ainsi que le téléphérique du Jandri 2, d'être doublée. L'exploitant investit alors 120 millions de francs dans les DMC du Jandri Express 1 et 2 afin de relier le bas de la station au glacier de Mont-de-Lans, à 3100 mètres d'altitude. Le premier tronçon de ce gros porteur a permis d'améliorer l’accès au secteur de la Toura en apportant un débit plus important et un temps de parcours plus faible par rapport aux anciennes installations. La même année, le télésiège fixe quatre places du Retour vient remplacer le téléski éponyme sur un tracé similaire.

Image
Vue générale sur le secteur de la Toura en 1990. Au premier plan, on peut voir les télésièges de la Toura et du Lac Noir, respectivement à gauche et à droite. A l'arrière-plan, on aperçoit sur la gauche, le téléski de l'Envers ainsi que les télésièges du Retour et du Grand Nord. Sur la droite, on remarque le second tronçon du DMC du Jandri express, la télécabine du Jandri 3 et le téléski de Serre Palas.

Au cours de l'été 2000, un incendie se déclare dans la gare amont de la télécabine du Jandri 3. La station des Deux Alpes décide alors de démonter l'installation qui ne peut être réparée ni remplacée pour la saison hivernale. Elle en profite pour totalement réorganiser la zone intermédiaire de la Toura dans le but de mieux répartir les flux de skieurs. Un passage est alors aménagé entre la fin des pistes provenant du glacier de Mont-de-Lans et les gares du DMC du Jandri Express ainsi que du téléphérique du Jandri 2. L'exploitant ayant déjà réfléchi au successeur de la télécabine, ces terrassements vont permettre de rendre accessible la gare aval du futur télésiège débrayable huit places des Glaciers 1 et 2 depuis l'arrivée de ces pistes. Un tunnel est également creusé sous ce passage afin d'éviter les croisements entre les skieurs. Les personnes arrivant de la Toura ou du glacier et souhaitant regagner des secteurs de plus basse altitude comme ceux des Bellecombes ou de la Fée passent dans ce tunnel contrairement à celles désirant enchaîner les rotations sur le haut du domaine skiable. Il ne devient alors plus nécessaire de pousser sur les bâtons ou d'emprunter une remontée mécanique pour traverser la plate-forme intermédiaire de la Toura. Devenu inutile, le télésiège du Retour est démonte puis remplacé sur un tracé bien plus court par un télécorde. Ce dernier relie les abords de la gare aval du télésiège de la Toura à la gare intermédiaire du DMC du Jandri Express. Enfin, le téléski de Serre Palas est démonté.

L'année suivante, le télésiège des Glaciers 1 et 2 est construit. Ce nouvel appareil prend son départ quelques mètres en aval de la gare amont du téléphérique du Jandri 2 et arrive à proximité de la gare amont du DMC du Jandri Express 2.

Image
Vue générale sur la zone intermédiaire de la Toura depuis la piste bleue du Sautet. On aperçoit de l'avant à l'arrière : le télésiège débrayable des Glaciers 1, la gare intermédiaire des DMC Jandri Express 1 & 2 et les lignes des télésièges de la Toura (à droite) et du Lac Noir (à gauche).

En 2003, le télésiège de la Toura, plus ancienne installation du secteur d'altitude du domaine skiable des Deux Alpes, est démonté. En effet, il ne correspondait plus aux attentes des skieurs en termes de confort et de débit. Ce téléporté est alors remplacé par un nouveau télésiège fixe quatre places Poma, disposant d'un tapis d'embarquement.


Le télésiège de la Toura

Le télésiège de la Toura permettait d'atteindre les hauteurs du secteur d'altitude de la Toura, à plus de 2800 mètres d'altitude. Son principal rôle était de desservir le snowpark des Deux Alpes, prenant part à la renommé de la station. Il secondait ainsi le télésiège de la Lac Noir mais restait néanmoins l'installation majeure du secteur car plus confortable et plus rapide que ce dernier. Il donnait également accès au téléski de l'Envers permettant d'effectuer des rotations sur les modules expert du snowpark.

Ce téléporté dessert principalement une pistes ainsi que des espaces ludiques qui permettent d'effectuer du ski propre sur le secteur de la Toura :

  • Le 2 Alpes Freestyle Land, le snowpark hivernale du domaine skiable. Il comprend de nombreux modules et parcours variés, accessibles à des personnes de différents niveaux ainsi qu'un boardercross. Il constitue un véritable atout pour la station, soucieuse d'attirer les familles et les jeunes sur son domaine skiable.
  • Le Lac Noir 1, une piste bleue permettant à tout un chacun ne souhaitant pas skier sur le snowpark de tout de même profiter de ce secteur d'altitude. Elle permet également de revenir par gravité sur le secteur des Bellecombes et des Crêtes en continuant via les pistes Jandri 4 et 3.
  • Le Lac Noir 4, une piste rouge évoluant directement sous la ligne du télésiège du Lac Noir.


Image
La situation de cet appareil par rapport à l'ensemble du domaine skiable (plan Kaliblue).

Image
Zoom sur cette installation ainsi que les pistes et le snowpark qu'elle dessert (plan Kaliblue).

Image
La situation de ce téléporté par rapport au secteur de la Toura. Plus à gauche, le télésiège du Lac Noir est bien visibles. On remarque également sur la droite le téléski de l'Envers.

Image
Quelques bosses du snowpark.

Image
Une partie du snowpark vue depuis le téléski des Envers.


Les caractéristiques techniques du télésiège de la Toura :

Caractéristiques administratives :

TSF – Télésiège à pinces fixes : Toura
Exploitant : DAL (Deux Alpes Loisirs)
Constructeur : Poma
Année de construction : 2003

Caractéristiques d’exploitation :

Saison d’exploitation : Hiver
Vitesse : 2,5 m/s
Débit : 2400 p/h
Temps de montée : 7 minutes 18 secondes
Capacité : 4 personnes

Caractéristiques géométriques :

Altitude gare aval : 2568 m
Altitude gare amont : 2805 m
Dénivelé : 237 m
Longueur : 1096 m
Portée maximale : 135 m
Survol maximal : 35 m
Pente moyenne : 22,3 %
Pente maximale : 58 %

Caractéristiques des gares :

Type de gare aval : Unifix
Station tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérins : 2
Pression nominale : 164 bars
Station motrice : Aval
Type de motorisation : Continu
Puissance développée : 192 kW

Caractéristiques de la ligne :

Nombre de pylônes : 14
Sens de montée : Droite
Type de véhicules : Sièges Doudouk4
Nombre de sièges : 147
Espacement : 15 m
Dispositif d'accouplement : Pince fixe AR2100

Caractéristiques du câble :

Fabriquant : TREFILEUROPE
Type de câble : Lang
Diamètre du câble : 40,50 mm
Composition : 6×26 fils


Ligne et infrastructures du télésiège de la Toura


La gare aval

La gare aval du télésiège de la Toura était implantée à 2568 mètres d'altitude au niveau de la zone intermédiaire de la Toura, à proximité de la station aval du télésiège du Lac Noir. Elle était ainsi directement accessible depuis les gares amont du téléphérique du Jandri 2 et du DMC du Jandri Express 1. Il était également possible de l'atteindre via les pistes de l’Accès Toura 2600 et du Jandri 4, respectivement depuis le secteur des Bellecombes et le glacier de Mont-de-Lans.
Il s'agissait d'une station de type Unifix, elle était donc à la fois motrice et tension de l’installation. Le câble était entraîné à l'aide d'un moteur électrique développant une puissance de 192 kW. La tension quant à elle, s’effectuait grâce à deux vérins hydrauliques montés sur le massif de la gare. Afin de faciliter l’embarquement ainsi que d’accroître la vitesse de l’appareil et donc son débit, le téléporté disposait d'un tapis d'embarquement.

Image
Vue en plongée depuis la bretelle de la piste Accès Toura 2600 donnant accès au secteur de la Toura.

Image
Vue zoomée.

Image
En arrivant sur la gare aval du télésiège de la Toura, on aperçoit également celle du télésiège du Lac Noir sur la droite.

Image
Vue de trois quarts en arrivant au télésiège de la Toura.

Image
Vue large avec le pylône 1.

Image
La gare aval avec la quasi-totalité du tapis d'embarquement.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois quarts en arrivant depuis la piste Lac Noir 1.

Image
Vue de côté depuis la file d'accès au télésiège du Lac Noir.

Image
En approche de la gare aval avec la ligne du télésiège du Lac Noir sur la gauche.

Image
Portique annonçant le télésiège et les pistes desservies.

Image
La gare aval vue depuis la file d'attente.

Image
Embarquement sur tapis.

Image
C'est parti !


Approfondissement technique

La gare Unifix est une gare de télésiège fixe compacte de Poma issue du développement précédent des gares Colibri et des « mini-télésièges » à motorisations hydrauliques. Un moteur entraîne un arbre rapide relié à un réducteur situé au-dessus de la poulie motrice, qui entraîne un arbre lent creux qui joue le rôle d'arbre lent et met en mouvement la poulie motrice.
En cas d'avarie, un groupe électrogène prend le relai et alimente un moteur électrique engrenant la poulie motrice via l'intérieur d'une couronne dentée qui l'équipe.

L'ensemble de la chaîne cinématique est montée sur un chariot qui coulisse sur le massif en béton. Un vérin de tension assure le déplacement de la structure, ce qui permet de tendre le câble de l'installation.

Image
Zoom sur la chaîne cinématique de la gare aval.

Image
Schéma du fonctionnement technique de la gare aval.


La ligne

La ligne du télésiège fixe de la Toura est composée de 14 pylônes tubulaires dont 9 supports, 1 compression et 3 support/compression. Ce téléporté parcourt 1096 mètres de longueur pour 237 mètres de dénivelé afin de rallier les hauteurs du secteur de la Toura, à plus de 2800 mètres d'altitude.

La ligne est d'abord peu pentue de la gare aval au pylône 4. A partir de cet ouvrage et jusqu'au sixième, la montée est régulière et moyennement raide. Ensuite, la pente de la ligne s'adoucit et devient faible jusqu'au pylône 8 qui imprime une montée plus importante au télésiège. Par la suite, les pylône 10 et 11 adoucissent la déclivité de la ligne qui devient ensuite très peu raide et ce jusqu'à l'entrée en gare amont. Durant la montée, la ligne s'éloigne peu à peu du télésiège du Lac Noir.

Les caractéristiques de la ligne :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 8S/8S
  • P3 : 4SC/4SC
  • P4 : 4SC/4SC
  • P5 : 8S/6S
  • P6 : 8S/6S
  • P7 : 8S/4S
  • P8 : 4SC/4SC
  • P9 : 8S/6S
  • P10 : 8S/6S
  • P11 : 8S/8S
  • P12 : 8S/6S
  • P13 : 8S/6S
  • P14 : 4S/4S


Image
Vue de la ligne depuis la gare aval.

Image
P1.

Image
Demi-tour sur le pylône 1.

Image
P2.

Image
Portée vers le pylône 3.

Image
P3.

Image
Portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
Portée vers le pylône 5.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
P7.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 9.

Image
P9.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
P10.

Image
P11.

Image
P12.

Image
P13.

Image
P14.

Image
L'aire de débarquement après le pylône 14.

Image
Vue élargie de la zone de débarquement.


La gare amont

La gare amont du télésiège de la Toura était implantée à 2805 mètres d'altitude, quelques mètres en contrebas de la station amont du téléporté du Lac Noir. Elle était ainsi située à proximité du sommet ayant donnée son nom au télésiège : la tête de la Toura, culminant à 2914 mètres d'altitude.
Il s'agissait d'une simple poulie retour. À noter que le débarquement s'effectuait non pas au niveau de la poulie mais quelques mètres auparavant, sous le dernier pylône de la ligne. Ainsi, le skieur avait plus de temps pour débarquer alors même que le télésiège était exploité à une vitesse plus rapide que la normale des télésièges sans tapis d'embarquement.

Image
La fin de la ligne et la gare amont vus au moment de débarquer du siège.

Image
Vue de trois quarts de la gare amont.

Image
Vue de côté.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue du débarquement et de la gare amont depuis le début de la piste Lac Noir 1.


Panorama au sommet du télésiège

La gare amont du télésiège de la Toura était située à proximité directe de la brèche du Grand Creux d'où l'on a un point de vue à 180° sur le massif des Écrins.

Image

Image
En regardant plus vers la gauche.



Véhicules et pinces

Le télésiège de la Toura était équipé de 147 sièges de type Doudouk d'une capacité de quatre places. Les véhicules étaient reliés au câble par l’intermédiaire d'une pince fixe AR 2100.

Image
Siège Doudouk 4 places.

Image
L'assise.

Image
Pince AR 2100 vue de dessous.


Le télésiège vu depuis les pistes

Image
Vue en contre-plongée du pylône 14 et du chalet de vigie du débarquement depuis le début de la piste Lac Noir 1.

Image
Vue de la fin de la ligne depuis l'entrée du snowpark.

Image
Les pylônes 13 et 14 vus depuis la piste Lac Noir 1.

Image
La fin de la ligne vue en continuant vers la piste Lac Noir 1.

Image
La fin de la ligne vue depuis le début du snowpark.

Image
Enchaînement des pylônes 10 à 12.

Image
Vue en amont du pylône 9.

Image
Vue en aval du pylône 8.

Image
Vue en amont du pylône 7.

Image
Vue en amont du pylône 6.

Image
Entre les pylônes 5 et 8.

Image
Vue de la ligne en aval du pylône 6.

Image
Vue de la ligne en amont du pylône 4 face au massif des Grandes Rousses.

Image
Le début de la ligne vu depuis la fin de la piste rouge Lac Noir 4.

Image
La ligne depuis la bretelle de la piste Accès Toura 2600 donnant accès au secteur de la Toura.

Image
Vue de la ligne en aval du pylône 4.

Image
Vue en plongée du début de la ligne depuis la bretelle de la piste Accès Toura 2600 donnant accès au secteur de la Toura.

Image
Vue de la ligne au niveau du pylône 3.

Image
Le début de la ligne avec les pylônes 1 et 2.

Image
Le début de la ligne vu depuis la file d'attente du télésiège du Lac Noir.


Conclusion

Le télésiège de la Toura permettait de desservir le snowpark des Deux Alpes implanté sur le secteur de la Toura entre 2600 et 2900 mètres d'altitude. Il était donc situé sur un espace dynamique du domaine skiable attractif et souvent bien enneigé. Il était la principale installation du secteur puisque plus récent et disposant d'un meilleur confort ainsi que d'un débit plus important que son voisin, le télésiège du Lac Noir. Il possédait aussi un tapis d'embarquement et des sièges d'une capacité de quatre places. Avec ces deux remontées mécaniques, le secteur de la Toura n'était quasiment jamais saturé.

À l'été 2018, l'exploitant a remplacé ce télésiège ainsi que le télésiège du Lac Noir par un unique télésiège débrayable 8 places issu de la récupération du second tronçon du télésiège débrayable des Glaciers. Le télésiège fixe de la Toura devrait être réimplanté en 2019 à la place du télésiège Super Venosc sur un tracé plus court afin de donner accès au télésiège de la Vallée Blanche, à Mont-de-Lans et au secteur principal via le télésiège fixe de la Petite Aiguille.

Image
Toura, un télésiège récent remplacé par un appareil unique plus rapide pour une meilleure desserte du secteur d'altitude de la Toura.

Je tiens à remercier piedmoutet pour sa mise à disposition de ses anciennes photographies du secteur de la Toura.


Photographies : Bovinant, remontees, piedmoutet et Christine Delahousse
Date des prises de vues (hors clichés historiques) : 12, 19 avril 2015, 10 avril 2016 et 17 avril 2018
Graphisme et bannière : Bovinant
Texte : Bovinant et remontees



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :