Localisation(s)
Photo

 TSF4 de la Toura

Les Deux Alpes

Poma

T2 HS
Description rapide :
Découvrez le télésiège de la Tourra qui permettait de desservir le snowpark de la station des Deux Alpes avant qu'il soit remplacé par un appareil débrayable.

Options techniques :
  • Tapis d'embarquement ou de positionnement
Année de construction : 2003
Fin de service en : 2018
PDF Ce reportage possède 1 document PDF

Remplacé par l'appareil suivant :
    Suivre la discussion sur le forum



     
    Auteur de cette partie : Tony le savoyard
    Section écrite le 31/08/2021 et mise à jour le 05/09/2021
    (Mise en cache le 07/09/2021)

    Image


    Histoire de l'aménagement du secteur d’altitude de la Toura

    Au milieu des années 1960, suite à l’aménagement du bas du versant du Jandri dans les années 1950 et en pleine fièvre de l’or blanc, la station des Deux Alpes eut en ligne de mire le glacier de Mont-de-Lans à plus de 3100 mètres d'altitude dans le but de proposer du ski tout au long de l’année.
    Dès lors l’ambitieux projet d'équiper ses pentes situées très au-delà du plateau des Crêtes pour dans la foulée équiper les pentes douces à l’enneigement garanti et ensoleillées de La Toura, passage obligé vers le secteur de haute altitude du glacier depuis le plateau des Crêtes, se fit jour.

      Le projet d’équipement du secteur de la Toura, partie intégrante du programme d'aménagement du Jandri sur le plan des pistes des Deux Alpes de 1964/1965 :
      Image


    Après quelques années de latence, ce projet ambitieux débuta par la réalisation du téléphérique automoteur du « Lac Noir » par Neyrpic (ex Neyret-Beylier) dont seule la voie sud fut alors mise en service mais avec deux cabines : ce téléphérique, très novateur, permit de relier d’une seule traite le plateau des Crêtes au secteur de la Toura.
      La gare aval de ce téléporté alors inachevée, on voit derrière l’arrivée du redoutable téléski de la Belle Etoile :
      Image


    Le télésiège fixe biplace de la Toura, premier du nom (génération I), fut construit par Montaz-Mautino pour desservir le secteur de ski propre d'altitude éponyme à la suite du téléphérique du Lac Noir.

      La ligne du télésiège de la Toura I avec la gare amont du téléphérique du Lac Noir et à l’arrière le massif des Grandes Rousses :
      Image

      La zone de débarquement en gare amont de cet appareil, sur fond de Muzelle culminant à 3465 mètres d'altitude :
      Image


    En 1972, le téléphérique automoteur du Lac Noir connut hélas un accident mortel, provoquant le gel de l’installation de sa seconde voie ainsi que sa fermeture définitive.
    Cette même année, le secteur de la Toura gagna en popularité avec l’installation de la télécabine débrayable quatre places du Jandri 3 par Poma en direction du glacier de Mont-de-Lans tandis que télésiège fixe biplace du Grand Nord tout juste installé devint de fait le seul appareil à pouvoir atteindre la Toura, sa gare aval étant située sur l'actuel emplacement du départ du télésiège de Bellecombe.
    Un classique téléphérique à va-et-vient réalisé par le téléphériste italien Ceretti & Tanfani vint en 1973 remplacer le Lac Noir sur le même tracé et fut pour des raisons évidentes rebaptisé « Jandri 2 » bien qu’il en réutilise certains éléments comme les pylônes : il arriva juste à temps pour relayer les toutes nouvelles télécabines du « Jandri 1 » et du « Diable » II.
    Le secteur de la Toura connut alors en parallèle un second développement avec l'installation par Montaz-Mautino des téléskis débrayables de l'Envers et de Serre Palas, desservant respectivement une courte piste bleue et un mur particulièrement raide, de nos jours intégré à l’actuelle piste du « Glacier 8 ».

      L’aval du télésiège du Grand Nord ainsi que le milieu de la ligne du téléphérique du Jandri 2 en 1977 :
      Image


    Partant au niveau de la gare aval du télésiège de la Toura pour arriver aux environs de la station amont du télésiège du Grand Nord, le téléski débrayable du Retour fut construit en 1975 pour améliorer l’accès au carrefour des remontées mécaniques de 2600: il ne fut dès lors plus nécessaire de pousser sur les bâtons pour rejoindre la télécabine du Jandri 3 depuis les pistes descendant de la Toura et du glacier de Mont-de-Lans, facilitant ainsi les rotations sur ces secteurs d'altitude alors qu’en parallèle le glacier vit arriver ses premiers équipements, occasionnant plus de passage sur le secteur.
    La situation empira avec l’accroissement des équipements, notamment en 1977 avec construction du télésiège du Super Diable qui offrit au secteur son troisième accès.
    Le télésiège de la Toura arrivant de ce fait de plus en plus souvent à saturation, l'exploitant décida en 1983 de le doubler par un télésiège triplace fixe partant du même endroit mais arrivant quelques mètres à gauche plus en amont, le Lac Noir.
    En parallèle, les secteurs du Thuit et de Bellecombe furent aménagés avec la construction des télésièges triplaces fixes éponymes, tous issus de la même gamme de Montaz Mautino.

      La gare aval et le début de la ligne du télésiège du Lac Noir, alors en fin de carrière, à l’arrière duquel on voit le TSF4 Toura II, objet de ce reportage :
      Image


    En 1985, le domaine skiable des Deux Alpes se dota pour une enveloppe de 120 millions de francs des DMC du Jandri Express 1 et 2, formant un véritable axe structurant doublant tout à la fois les télécabines du Jandri 1 et 3 ainsi que le téléphérique du Jandri 2 afin de relier plus directement le bas de la station au glacier de Mont-de-Lans.
    Le premier tronçon du DMC améliora l’accès au secteur de la Toura par un débit plus important et un temps de parcours plus faible, alors que le télésiège fixe quatre places du Retour vient remplacer le téléski éponyme sur un tracé similaire, pour gagner plus facilement la station intermédiaire des Jandri Express depuis le front de neige de la Toura situé en contrebas.

      Le secteur en 1990 avec au premier plan les télésièges de la Toura rénové et du Lac Noir, le téléski de l'Envers ainsi que les télésièges du Retour et du Grand Nord à l'arrière-plan avec sur la droite le second tronçon du DMC du Jandri express, la télécabine du Jandri 3 et le téléski de Serre Palas :
      Image


    Un incendie se déclara à l'été 2000 en gare amont de la télécabine du Jandri 3, l’occasion pour la station des Deux Alpes de démonter cette installation qui ne pouvait guère être réparée avant la saison hivernale.
    La zone intermédiaire de la Toura fut alors réorganisée dans le but de mieux répartir les flux de skieurs, un passage étant aménagé entre la fin des pistes provenant du glacier de Mont-de-Lans pour ramener directement les usagers à la station intermédiaire du Jandri Express où arrive aussi le téléphérique du Jandri 2, tandis que commencèrent les travaux des télésièges débrayables huit places des Glaciers 1 et 2 destinés à remplacer la télécabine du Jandri 3.
    Ce passage en pont comprend aussi un tunnel, destiné à séparer les flux des personnes arrivant de la Toura ou du glacier souhaitant regagner des secteurs de plus basse altitude et celles désirant enchaîner les rotations sur le haut du domaine.
    Il ne devint dès lors plus nécessaire de pousser sur les bâtons ou d'emprunter une remontée mécanique pour rejoindre la station intermédiaire du Jandri Express, le télésiège du Retour fut donc démonté puis remplacé sur un tracé plus court par un télécorde reliant les abords de la gare aval des télésièges Toura/Lac Noir à la station intermédiaire.
    Enfin, étant directement impacté par la création de ces nouveaux axes de circulation, le téléski de Serre Palas fut démonté…
    Les télésièges des Glaciers 1 et 2 furent achevés en 2001 : Glaciers 1 partait quelques mètres en aval de la gare amont du téléphérique du Jandri 2 et Glaciers 2, sur lequel les sièges étaient transférés, arrivait à proximité de la gare amont du DMC du Jandri Express 2 au abords du glacier.

    Le télésiège de la Toura I, la plus ancienne installation du secteur d'altitude des Deux Alpes, fut enfin démantelé en 2003 car il ne correspondait plus depuis bien longtemps aux attentes des skieurs en termes de confort et de débit : il fut remplacé par la Toura II, un télésiège fixe quadriplace Poma disposant d'un tapis d'embarquement et objet du présent reportage.

    Le télésiège quadriplace de la Toura

    Il offrait accès à la crête sommitale du secteur d'altitude éponyme à plus de 2800 mètres d'altitude, desservant un snowpark d’hiver si réputé qu’il a progressivement remplacé toutes les pistes historiques de La Toura tout en captant l’essentiel de leur clientèle, le ski de piste étant dans le même temps relégué sur les pistes du Lac Noir: plus confortable et plus rapide que le télésiège éponyme Toura, qui donne également accès au TKD des Envers donc aux modules expert du snowpark, redevint dès lors l’appareil principal du secteur.

    Il desservait deux pistes principales ainsi que des espaces ludiques permettant d'effectuer du ski propre sur le secteur de la Toura :
    • le 2 Alpes Freestyle Land, le snowpark hivernal du domaine skiable incluant de nombreux modules et parcours variés accessibles à des personnes de différents niveaux ainsi qu'un boardercross constituant une vraie attraction pour la station
    • le Lac Noir 1, agréable piste bleue d’altitude, permettant de revenir par gravité sur le secteur de Bellecombe ou des Crêtes via les pistes du Jandri 4 > 3 > 2
    • le Lac Noir 4, une piste plus technique évoluant directement sous la ligne du télésiège du Lac Noir
      Situation du TSF4 de la Toura II par rapport à l'ensemble du domaine skiable (plan Kaliblue) :
      Image

      On comprend sur ce plan que cette installation « sans » pistes était plus dédiée à la desserte snowpark, le TSF3 du Lac Noir ayant quant à lui récupéré sur le papier la desserte des pistes traditionnelles (plan Kaliblue):
      Image

      Le téléporté dans le contexte du secteur de la Toura, le télésiège du Lac Noir est bien visible à gauche alors qu’on aperçoit à droite le téléski de l'Envers :
      Image

      Quelques tremplins du snowpark :
      Image

      Le snowpark avec le téléski des Envers au premier plan :
      Image


    Caractéristiques administratives :

    TSF – Télésiège à pinces fixes : Toura
    Exploitant : DAL (Deux Alpes Loisirs)
    Constructeur : Poma
    Année de construction : 2003
    Année de démontage : 2018

    Caractéristiques d’exploitation :

    Saison d’exploitation : hiver
    Vitesse : 2,5 m/s
    Débit : 2400 p/h
    Temps de montée : 7 minutes 18 secondes
    Capacité : 4 personnes

    Caractéristiques géométriques :

    Altitude gare aval : 2568 m
    Altitude gare amont : 2805 m
    Dénivelé : 237 m
    Longueur : 1096 m
    Portée maximale : 135 m
    Survol maximal : 35 m
    Pente moyenne : 22,3 %
    Pente maximale : 58 %

    Caractéristiques des gares :

    Type de gare aval : Unifix
    Station tension : aval
    Type de tension : hydraulique
    Nombre de vérins : 2
    Pression nominale : 164 bars
    Station motrice : aval
    Type de motorisation : continu
    Puissance développée : 192 kW

    Caractéristiques de la ligne :

    Nombre de pylônes : 14
    Sens de montée : à droite
    Type de véhicules : sièges Doudouk 4
    Nombre de sièges : 147
    Espacement : 15 m
    Dispositif d'accouplement : pince fixe AR2100

    Caractéristiques du câble :

    Fabriquant : TREFILEUROPE
    Type de câble : Lang
    Diamètre du câble : 40,50 mm
    Composition : 6×26 fils

    Ligne et infrastructures du télésiège de la Toura

    La gare aval :

    Implantée à 2568 mètres d'altitude au niveau du front de neige d’altitude historique de la Toura, à proximité de la station aval du télésiège du Lac Noir, elle était gravitairement accessible depuis les gares amont du téléphérique du Jandri 2 et du DMC du Jandri Express 1. On pouvait aussi l'atteindre via les pistes « Accès Toura 2600 » et « Jandri 4 » respectivement depuis le haut du secteur de Bellecombe et le bas du secteur du glacier de Mont-de-Lans.
    S’agissant d'une gare de type Unifix elle était donc motrice, le câble étant entraîné par moteur électrique développant une puissance de 192 kW, mais elle assurait aussi la tension grâce à deux vérins hydrauliques montés sur son massif.
    Le télésiège disposait d'un tapis facilitant l’embarquement, autorisant ainsi à accroître la vitesse de l’appareil donc son débit.
    Ce modèle est une gare de télésiège fixe compacte de Poma qui s’inscrit pleinement dans le développement successif des gares monofût « mini-télésièges » puis « Colibri » alors à motorisations hydrauliques, avant que la gare « Colibri Electrique » apparaisse puis évolue très vite vers cette gare Unifix, s’imposant progressivement dans les années 2000 comme le nouveau standard du télésiège fixe Poma.
    Un moteur compact situé sous la poulie motrice entraîne un arbre rapide central qui en traverse l’axe pour parvenir à un réducteur situé au-dessus de celle-ci, lequel meut un arbre lent creux entrainant cette poulie et au travers duquel tourne nécessairement l’arbre rapide : c’est ce montage si particulier qui permet à la gare Unifix de développer une grande puissance tout en ayant un encombrement aussi réduit, précisément les raisons qui firent son succès.
    En cas d'avarie, un groupe électrogène vient alimenter un moteur électrique de secours s’engrenant via l'intérieur d'une couronne dentée solidaire de la poulie motrice.
    Toute cette chaîne cinématique est montée sur un chariot coulissant sur une structure métallique solidaire du massif en béton, deux vérins de tension étant attachés d’un côté à la structure fixe et de l’autre au chariot pour assurer le déplacement de ce dernier donc celui du treuil afin de tendre le câble porteur/tracteur de l'installation.

      Schéma technique de la gare aval
      Image

      Les gares aval des télésièges de la Tourra et le Lac Noir
      Image

      Vue en plongée depuis la piste de l'Accès Toura 2600:
      Image

      Même vue plus zoomée:
      Image

      Vues de trois quarts des deux télésièges avec en arrière-plan, le second tronçon du DMC de Jandri et le téléporté des Glaciers 1:
      Image

      Image

      La gare aval du télésiège de la Tourra vue de profil:
      Image

      Image

      Vue de trois quarts arrière:
      Image

      Gros plan sur la gare Unifix motrice - tension:
      Image

      L'accès à l'installation:
      Image

      Les portillons de cadencement:
      Image

      Zoom sur la poulie motrice reliée au bloc moteur:
      Image

      Le tapis d'embarquement:
      Image



    La ligne :

    Elle était composée de 14 pylônes tubulaires dont 9 supports, 1 compression et 3 support/compression dont voici les formules :

    • P1 : 12C/12C
    • P2 : 8S/8S
    • P3 : 4SC/4SC
    • P4 : 4SC/4SC
    • P5 : 8S/6S
    • P6 : 8S/6S
    • P7 : 8S/4S
    • P8 : 4SC/4SC
    • P9 : 8S/6S
    • P10 : 8S/6S
    • P11 : 8S/8S
    • P12 : 8S/6S
    • P13 : 8S/6S
    • P14 : 4S/4S

    Presque horizontale entre la gare aval et le pylône n°4 (P4), la montée devient régulière et moyennement raide jusqu’au P6, avant que la pente ne s'adoucisse à nouveau jusqu'au pylône n°8 qui inaugure une montée plus importante du télésiège.
    Les pylône n°10 et n°11 amoindrissent alors la déclivité de la ligne jusqu'à l'entrée en gare amont.
    Durant cette montée, la ligne divergeait très progressivement de celle du télésiège du Lac Noir.

      La ligne en intégralité depuis l'aval:
      Image

      Les deux premiers pylônes de la ligne depuis l'accès au télésiège du Lac Noir:
      Image

      Vue arrière sur le P1:
      Image

      P2:
      Image

      Portée P2 - P3:
      Image

      P3:
      Image

      Zoom sur les balanciers support - compression:
      Image

      Portée P3 - P4:
      Image

      P4:
      Image

      Portée P4 - P5:
      Image

      P5:
      Image

      Portée P5 - P6:
      Image

      P6:
      Image

      Portée P6 - P7:
      Image

      P7:
      Image

      Portée P7 - P8:
      Image

      P8:
      Image

      Portée P8 - P9:
      Image

      P9:
      Image

      Portée P9 - P10:
      Image

      P10:
      Image

      P11:
      Image

      P12:
      Image

      Portée P12 - P13:
      Image

      P13:
      Image

      Zoom sur la potence:
      Image

      Portée P13 - P14:
      Image

      P14 au niveau de la zone d'arrivée:
      Image


    La gare amont :

    Elle était implantée à 2805 mètres d'altitude, à proximité de la tête de la Toura culminant à 2914 mètres d'altitude, qui donna son nom aux trois télésièges s’étant succédé auprès d’elle.
    Il s'agissait d'une poulie de renvoi de type Unifix, donc montée sur un haut et étroit massif en béton armé.
    À noter qu’à l’instar de celui de son prédécesseur le télésiège de La Toura I, le débarquement de Toura II était dit « long », s'effectuant non pas sous la poulie mais sous le dernier pylône de la ligne soit quelques mètres auparavant.
    Cette encombrante configuration présentait l’avantage de donner plus de temps aux usagers pour débarquer notamment en snowboard, ce qui n’était pas un luxe puisque Toura II s’adressant à une clientèle experte capable d’évoluer sur ce snowpark exigeant, il était exploité à une vitesse plus grande que celle de la plupart des autres télésièges pourvus de tapis d'embarquement.

      L'arrivée s'effectuait au niveau du dernier ouvrage de la ligne:
      Image

      La plateforme de débarquement:
      Image

      La gare retour fixe se trouvait à quelques mètres en amont de l'arrivée:
      Image

      La gare retour fixe vue de profil:
      Image

      Même vue, de trois quarts:
      Image

      L'arrivée vue de profil:
      Image


    Véhicules et pinces

    Le télésiège de la Toura était pourvu de 147 sièges quadriplaces de type Doudouk, chaque véhicule étant relié au câble au moyen d’une pince fixe AR 2100, par l’intermédiaire d'une suspente articulée.

      Gros plan sur un siège quadriplace Doudouk en ligne:
      Image

      L'assise en simili cuir:
      Image

      La pince fixe vue de dessous:
      Image


    Le télésiège de la Toura vu depuis les pistes

      L'arrivée du télésiège:
      Image

      Les P10 au P12:
      Image

      Les P5 au P9 en amont:
      Image

      Même vue en dessous de la ligne:
      Image

      Les P5 au P8:
      Image

      Les P5 au P7:
      Image

      Les P5 & P6 en amont:
      Image

      Les P1 au P4:
      Image

      Les télésièges de la Toura à gauche et du Lac Noir à droite:
      Image


    Conclusion et remerciements

    Permettant de desservir le snowpark des Deux Alpes implanté sur le secteur de la Toura entre 2600 et 2900 mètres d'altitude, le télésiège éponyme était implanté au sein d’un espace du domaine skiable souvent bien enneigé donc attractif par ailleurs dynamisé par ce voisinage.
    Presque dédié à la desserte de ce snowpark à ce point fréquenté qu’il finit par annexer les pistes historiques du secteur, il redevint la principale installation du secteur puisqu’il disposait d’un un tapis d'embarquement donc était plus confortable et offrait un meilleur débit que son voisin le Lac Noir, désormais réorienté vers la desserte de ses pistes de ski qui restent tout public.
    Avec ces deux télésièges aux rôles bien redéfinis, le secteur de la Toura n'était quasiment jamais saturé.
    Mais dès l’époque de son installation en 2003 le choix de ce type d’appareils ne manqua pas d’étonner la clientèle d’habitués à l’heure où les télésièges débrayables envahissaient les grands domaines skiables, alors que dans le même temps les TSD8 des Glaciers voisins dépourvus de bulles peinèrent des années durant à trouver leur clientèle du fait de leur relatif manque de confort largement aggravé par les conditions souvent ventées et l’altitude du secteur, les usagers pouvant désormais gravitairement parvenir au départ du DMC Jandri Express 2…
    A l'été 2018 l'exploitant décida ainsi d’optimiser son parc par le remplacement des télésièges Toura et Lac Noir par un unique télésiège débrayable 8 places Toura III, issu de la récupération du télésiège débrayable des Glaciers 2, l’ascenseur secondaire vers le glacier étant destiné l’année d’après à être remplacé par une unique télécabine implantée sur un tracé différent.
    Le télésiège fixe quadriplace de la Toura II n’étant pas en fin de vie, il fut soigneusement démonté en attendant une réimplantation ultérieure qui à ce jour n’est toujours pas effective.

      Toura II, un télésiège récent venu doubler un télésiège vieillissant avant que les deux ne soient remplacés par un appareil plus performant et plus rapide, pour une desserte optimisée du secteur d'altitude de la Toura:
      Image


    Je tiens à remercier piedmoutet pour sa mise à disposition de ses anciennes photographies du secteur de la Toura.

    Photographies : Bovinant, piedmoutet et Christine Delahousse
    Date des prises de vues (hors clichés historiques) : 12, 19 avril 2015, 10 avril 2016 et 17 avril 2018
    Graphisme et bannière : Bovinant
    Texte & mise en page : Guigui74 et Tony le savoyard



    Suivre la discussion sur le forum


    Appareils en relation :