En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF4 des Inversens

La Plagne (Paradiski)

Poma

T2 HS
Année de construction : 1987
Fin de service en : 2018

Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 19/12/2017 et mise à jour le 03/05/2018
(Mise en cache le 03/05/2018)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. La Plagne : toute la montagne en onze stations !
  2. Historique : l'accès à la Roche de Mio
  3. Inversens, accès à la Roche de Mio et ski propre
  4. Ligne et infrastructures du télésiège des Inversens
  5. Inversens, un télésiège beaucoup trop long



La Plagne : toute la montagne en onze stations !

La Plagne est l'une des plus grandes stations de la Savoie, située à cheval sur les communes de Bellentre, Aime en vallée de la Tarentaise et Champagny-en-Vanoise en vallée de Bozel. Reliée aux Arcs/Peisey-Vallandry par le téléphérique Vanoise-Express, elle propose un immense domaine skiable composé de 130 pistes et 115 remontées mécaniques entre 1230 m et 3120 m en haut du télésiège du Glacier sous le sommet de Bellecôte.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


Historique : l'accès à la Roche de Mio

La station de la Plagne a ouvert officiellement le 22 décembre 1961. On y trouvait alors deux téléskis autour de la zone qui est actuellement le front de neige de Plagne Centre. Le téléski de la Lovatière desservait le front de neige et la zone débutante, et celui du Biolley permettait de skier sur des pentes plus importantes, aujourd'hui desservies par le télésiège débrayable du Bécoin. C'est l'entreprise phare de l'époque, Montaz-Mautino, qui a construit ces premières remontées mécaniques plagnardes.
Montaz-Mautino construit deux nouveaux téléskis l'année suivante : le Télé-École et le Z, tandis que le téléski de la Lovatière est supprimé. Le téléski du Z monte alors au-dessus du départ de l'actuel télésiège des Verdons Nord afin de desservir une large aire ensoleillée de ski propre facile. C'est notamment en 1962 que la piste de la Marie-Chantal est créée.
Le téléski du Cabri est venu doubler en 1964 le téléski du Z afin de créer une zone débutante à Plagne Centre.

C'est alors que la station de la Plagne, encore assez petite, parie sur l'ouverture d'un grand axe reliant Plagne Centre au sommet de la Grande Rochette, perché au-dessus d'immenses falaises. Pour y accéder, la SAP décide donc d'investir 8 millions d'anciens Francs pour installer un 2S, téléphérique débrayable très innovant et moderne pour l'époque.

Avec l'ouverture du téléski des Aollets en 1963, il était déjà possible de basculer vers le vallon de l'Ours par une piste bleue. Ainsi, en 1971, la SAP décide de construire le téléski des Colosses pour permettre le retour depuis la future Plagne Bellecôte vers Plagne Centre : il n'est plus obligatoire de descendre jusqu'aux téléskis des Bouclets 1 & 2 lorsque l'on emprunte la piste bleue du vallon de l'Ours. En 1973, c'est au tour du télésiège fixe 2 places de l'Arpette d'être construit afin de desservir de magnifiques pentes douces propices à la création de pistes bleues, mais aussi afin de pouvoir basculer vers le domaine de Montchavin-les Coches.
Dans le même temps, les pentes de la crête des Bourtes et de la Roche de Mio restent immaculées, alors que la SAP commence à réfléchir à son aménagement.

Une photo d'époque avant aménagement du massif :

Image
Vue aérienne de la Roche de Mio avec la crête des Bourtes au premier plan en 1965 (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Dans la foulée, Plagne Bellecôte est construite dès 1974 avec la réalisation d'un immense bâtiment de dix étages, très moderne. En effet, le site est conçu de manière à devenir la deuxième plaque tournante du domaine skiable de la Grande Plagne. La même année, le téléski du Col de Forcle 1 est donc installé afin de permettre l'accès au domaine skiable de Champagny-en-Vanoise. De même, la construction de la télécabine de la Roche de Mio est entamée mais arrêtée dès septembre 1974 par de fortes chutes de neige.


En parallèle de la construction de la télécabine de la Roche de Mio, la SAP s'est également attelée à proposer une offre de ski cohérente et de grande qualité. Elles ont ainsi été tracées par deux bulldozers TD 25 et un bulldozer Fiat AD 14 de l'entreprise BOTTO, pour 850 heures de travail, et 5000 mètres linéaires de pistes réalisées. Le tunnel des Inversens, par lequel passe aujourd'hui la piste bleue du tunnel, a été construit par l'entreprise Truchtet Tanzini au cours des étés 1974 et 1976. Il mesure 110 mètres de long, et fait entre 3,6 et 5,5 m de large, permettant ainsi le passage de dameuses. Au-delà de l'offre ski que permet ce tunnel, c'est aussi le moyen pour la SAP de permettre le retour vers Plagne Bellecôte quelles que soient les conditions météorologiques.

Image
Le plan d'aménagement du secteur de la Roche de Mio.

Légende des remontées mécaniques :

  • A : Télécabine de la Roche de Mio
  • B : Téléskis des Quillis
  • C : Téléski des Bourtes
  • D : Tunnel des Inversens
  • E : Téléski des Verdons
  • F : Télésiège des Colosses
  • G : Téléski du Leitchoum
  • H : 2S de la Grande Rochette
  • I : Télésiège de l'Arpette
  • J : Téléski de la Salla
  • K : Téléski du Dos Rond
  • L : Téléski des Pierres Blanches
  • M : Téléski des Aollets
  • N : Téléski des Borseliers
  • O : Téléski de la Rossa


Légende des pistes :

  • 1 : Piste de la Carella
  • 2 : Piste des Inversens
  • 3 : Piste des Bourtes
  • 4 : Piste des Ours
  • 5 : Piste du Leitchoum
  • 6 : Piste de la Belotte
  • 7 : Piste de Mercédès
  • 8 : Itinéraire de Montchavin

Il faudra attendre 1987 pour que le télésiège fixe des Inversens soit construit. Ce délai s'explique par le fait que cet appareil n'était pas prévu dans le plan d'aménagement originel de la Roche de Mio. Il a été programmé pour permettre l'accès à ce sommet important de la station depuis le secteur grandissant de Montchavin-Les Coches via le télésiège des Crozats. C'est l'une des raisons qui explique pourquoi le télésiège des Inversens n'est que peu prisé pour le ski propre et est surtout utilisé pour rallier le sommet de la Roche de Mio, outre son temps de trajet.

Image
La gare amont du télésiège des Inversens lors des premières années d'exploitation. On aperçoit une cabine SP6 de la télécabine de la Roche de Mio (les cabines ont été remplacées depuis).

On notera que les pylônes 11 et 12 ont été remplacés pendant l'été 2004 en raison d'un affaissement, et ce malgré la mise en place d'un enrochement.

Image
Décâblage au niveau de la zone de renouvellement des deux pylônes incriminés (cliché http://www.perso-laplagne.fr).


Inversens, accès à la Roche de Mio et ski propre

Le télésiège des Inversens était un axe structurant majeur pour le secteur de la Roche de Mio ainsi que Montchavin-les Coches. Historiquement, les aménagements de la combe des Inversens et du Nant des Inversens ont été effectués dès la construction de la télécabine de la Roche de Mio en 1975 avec la mise en place de l'itinéraire dit de « Montchavin » (actuelles pistes Inversens et Crozats). La piste des Crozats apparaît sous sa couleur rouge entre 1984 et 1985, devenant ainsi la deuxième plus longue piste du domaine skiable après celle du Mont de la Guerre sur le versant de Champagny-en-Vanoise. Elle est coupée en 1995, la partie haute devenant la piste du Clapet (renommée Inversens), et la partie basse restant la piste rouge des Crozats. Cette dernière est passée noire de 1998 à 2003 avant de redevenir rouge puis noire depuis 2005.

En arrivant de Montchavin-les Coches par les télésièges Bijolin, Dos Rond ou même par le téléski de Plan Leschaux, Crozats, le télésiège des Inversens permettait de rallier le sommet de la Roche de Mio, d'où l'on pouvait ensuite accéder au secteur du Glacier, à Champagny-en-Vanoise par la piste bleue du Levasset ou à Belle Plagne et Plagne Bellecôte par la piste bleue du Tunnel ou le télésiège fixe des Quillis. Lorsque le télésiège des Blanchets et la télécabine de Belle Plagne étaient saturés, il restait possible de monter à la Roche de Mio en enchaînant les télésièges Arpette, Crozats et Inversens.
Dans le sens inverse, lorsque l'enneigement était suffisant, il était possible de descendre aux Bauches puis de rejoindre le domaine skiable soit par le télésiège fixe éponyme, soit par la piste bleue de la route des Bauches après avoir emprunté depuis la Roche de Mio les pistes Inversens (rouge) et Crozats (noire).

Image
Le début de la piste noire des Crozats, sous la gare aval du télésiège des Inversens.

Enfin, le télésiège des Inversens avait vocation à desservir du ski propre dans une combe peu fréquentée en raison de la lenteur du télésiège qui la desservait. On pouvait emprunter la piste rouge principale, qui suit les mouvements de terrain et est ainsi très agréable, ou bien évoluer en hors-pistes le long de la crête et sous la ligne du télésiège. Pour éviter d'avoir à ré-emprunter le télésiège des Inversens, il était possible de continuer par la piste noire des Crozats pour emprunter le télésiège des Bauches. Cet enchaînement, peu souvent ouvert en totalité, est l'une des plus longues descentes du domaine skiable de la Plagne.

Le télésiège des Inversens desservait donc cinq pistes dont deux bleues, deux rouges et une noire :

  • La piste bleue du Levasset, descendant en bas du télésiège débrayable de la Carella, d'où il est possible d'accéder à Champagny-en-Vanoise en continuant par la piste bleue du Levasset, ou même basculer vers Plagne Centre en remontant ensuite par le télésiège des Verdons Sud. Sinon, en s'arrêtant au télésiège fixe des Quillis, il est possible de continuer la descente par la piste bleue des Ours vers Belle Plagne ou la Roche de Mio… avant de recommencer une nouvelle descente !
  • La piste bleue du Tunnel, avant tout destinée aux familles car très facile d'accès. Avec la scénarisation du tunnel des Inversens en collaboration avec les équipes du parc du Puy du Fou (Vendée), c'est donc une descente scénarisée très appréciée. À la sortie du tunnel, il est possible de se diriger directement à Belle Plagne par la raide piste rouge de la Lognan. Lorsqu'elle est fermée, la fin de la piste bleue des Laines permet d'arriver au même point.
  • La piste rouge des Sources, longue descente de plus de trois kilomètres à l'écart de toute remontée mécanique. Elle offre un mur très pentu au moment de basculer sur le versant de Belle Plagne, et se termine au-dessus de son espace ludique.
  • La piste rouge des Inversens, magnifique descente le long du télésiège éponyme, qui peut se continuer par la piste noire des Crozats jusqu'au hameau des Bauches, d'où l'on peut revenir sur le domaine de Montchavin-les Coches par le télésiège éponyme ou la piste bleue de la route des Bauches.
  • La piste noire de la Mio, accessible après avoir monté sur la gauche de la gare amont du télésiège de Carella. C'est un mur assez raide et bosselé le long de la montée finale du télésiège et permet de rejoindre la piste bleue du Levasset en évitant sa partie sur-fréquentée le long du télésiège des Inversens.


Image
Situation du télésiège des Inversens sur le plan des pistes de la Plagne.

Le télésiège des Inversens était l'un des plus longs télésièges de France. Afin de mettre en mouvement le câble sur cette importante distance, en plus du dénivelé conséquent, on retrouvait une gare Alpha en amont et un retour-fixe en aval. Cette configuration se justifiait aussi par la plate-forme exiguë où était installé le départ du télésiège.
Notons que les armoires électriques avaient été rénovées par SEMER en 2002.

Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : INVERSENS
Exploitant : SAP (Société d'Aménagement de la Plagne)
Maître d'œuvre : CETARM73
Maître d'ouvrage : SAP (Société d'Aménagement de la Plagne)
Installation électrique : SEMER
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction : 1987
Année de démontage : 2018

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Débit à la montée : 1700 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 2,3 m/s
Équipement d’aide à l’embarquement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2210 m
Altitude amont : 2720 m
Dénivelée : 510 m
Longueur développée : 2042 m
Longueur horizontale : 1977 m
Largeur de voie : 4,60 m
Portée la plus longue : 170 m
Hauteur de survol maximale : 18 m
Pente maximale : 64,1 %
Pente moyenne : 25,80 %
Temps de trajet : 14 minutes 48 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare : Alpha 350
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation principale : BBC GN 315 S 31 (courant continu)
Puissance développée : 424 kW
Moteur de secours : Moteur thermique Deutz
Puissance développée par le moteur de secours : 200 kW
Emplacement tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Pression nominale : 141 bars
Tension nominale : 42 400 daN
Nombre de pylônes : 28
Nombre de véhicules : 210
Espacement : 8,47 s
Type de véhicules : Arceau 4 places et Arceau V3 4 places
Type de pinces : Pince fixe Mono2100

Caractéristiques du câble (2001)

Fabricant du câble : ARCELOR MITTAL
Diamètre du câble : 42,5 mm
Âme : Compacte
Type de câblage : Lang à droite
Composition : 6×32 fils
Section du câble : 726 mm²
Section du toron : 121 mm²
Pas de câblage : 296,1 mm
Pas de toronage : 123,7 mm



Ligne et infrastructures du télésiège des Inversens


La gare aval

La gare aval du télésiège des Inversens était située à 2210 mètres d'altitude, sur une plate-forme assez exiguë dans la combe du Nant des Inversens, au pied de la montagne du Carroley et de la crête des Inversens. Elle se situait à la croisée des pistes Inversens (en provenance de la Roche de Mio), Marmottes (en provenance du télésiège des Crozats et du secteur de Montchavin-les Coches) et le long du début de la piste noire des Crozats (en direction du vallon des Bauches).
On retrouvait ainsi une station retour fixe très discrète qui maximisait l'espace d'attente pour les skieurs tout en évitant les nuisances sonores dans ce secteur très calme.

Image
Vue en plongée de la gare aval depuis la piste rouge des Marmottes.

Image
Vue de trois quarts en plongée depuis la piste rouge des Marmottes.

Image
Vue de trois quarts depuis la piste rouge des Inversens, face au Mont Blanc.

Image
Vue de côté avec les deux premiers pylônes.

Image
Vue de profil depuis la fin de la piste rouge des Inversens.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue arrière depuis le début de la piste noire des Crozats.

Image
Vue de trois quarts depuis le début de la piste noire des Crozats.

Image
Vue zoomée de côté de la gare aval depuis la piste noire des Crozats.

Image
Vue d'ensemble de la gare aval avec les deux premiers pylônes depuis la piste noire des Crozats.

Image
L'embarquement sur tapis synthétique.


La ligne

La ligne du télésiège des Inversens était particulièremet longue. Dès la sortie de gare, la pente augmentait fortement à l'aide des deux premiers pylônes de type compression en portique. Les pylônes 3 et 4 adoucissaient cette première montée qui se fait le long de la piste rouge des Inversens. S'ensuivait une portion assez plate où l'on survole des champs de neige hors-pistes. Les pylônes 8 et 9 amorçaient une seconde importante montée très régulière et assez longue. Il fallait attendre le pylône 14 pour que la pente faiblisse enfin de manière significative. On commençait alors à longer la crête des Inversens. La vue pouvait se dégager par moments jusqu'au massif de Bellecôte, où l'on pouvait apercevoir la télécabine éponyme ainsi que les télésièges Traversée et Glacier. La montée reprenait une troisième fois au niveau du pylône 17 qui amorçait une assez courte montée afin de franchir une bosse à l'aide des pylônes 20 à 23. S'ensuivait une portion en légère descente au-dessus de la piste bleue du Levasset, aidée par le très haut pylône 24. Enfin, du pylône 25 à la gare amont, la ligne était une nouvelle fois bien inclinée afin d'assurer la montée finale jusqu'à la Roche de Mio, au-dessus de la piste bleue du Levasset.

Notons que la structure des têtes des pylônes 24 et 25 laisse à penser qu'ils avaient été modernisés et/ou changés plusieurs années après la mise en service du télésiège.

Pomagalski avait ainsi équipé la ligne de vingt-huit pylônes dont 2 supports-compressions et 4 compressions et 22 supports :

  • P1 : 16C/16C
  • P2 : 16C/16C
  • P3 : 6S/6S
  • P4 : 8S/6S
  • P5 : 8S/6S
  • P6 : 8S/6S
  • P7 : 4S/4S
  • P8 : 16C/16C
  • P9 : 2C+4S+2C/2C+4S+2C
  • P10 : 6S/6S
  • P11 : 4S/4S
  • P12 : 6S/6S
  • P13 : 6S/4S
  • P14 : 6S/4S
  • P15 : 8S/6S
  • P16 : 6S/6S
  • P17 : 8S/8S
  • P18 : 6S/4S
  • P19 : 6S/4S
  • P20 : 6S/6S
  • P21 : 8S/6S
  • P22 : 8S/6S
  • P23 : 8S/8S
  • P24 : 4SC/4SC
  • P25 : 8C/8C
  • P26 : 8S/4S
  • P27 : 8S/8S
  • P28 : 6S/6S


Image
La ligne depuis la gare aval.

Image
Vue de côté des pylônes 1 et 2 depuis la fin de la piste rouge des Inversens.

Image
Vue de dos de la gare aval et des deux premiers pylônes, on aperçoit la file d'attente du télésiège et le début de la piste noire des Crozats derrière.

Image
P3.

Image
P4.

Image
P5.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
P7.

Image
P8.

Image
P9.

Image
P10.

Image
Portée vers le pylône 11.

Image
P11.

Image
Portée vers le pylône 12.

Image
P12.

Image
Portée vers le pylône 13.

Image
P13.

Image
P14.

Image
P15.

Image
Début de la longue portée vers le pylône 16.

Image
Fin de la portée vers le pylône 16.

Image
P16.

Image
P17.

Image
P18.

Image
P19.

Image
Portée vers le pylône 20.

Image
P20.

Image
À partir du pylône 21, on commence à voir la Roche de Mio avec la fin de la télécabine éponyme et du télésiège de Carella.

Image
P22.

Image
P23.

Image
Portée descendante en dévers vers le pylône 24.

Image
Passage du pylône 24, très haut, afin de survoler la piste bleue du Levasset.

Image
Partie supérieure du pylône 24.

Image
Vue opposée depuis la piste bleue du Levasset.

Image
Portée vers le pylône 25 au-dessus de la piste bleue du Levasset.

Image
P25.

Image
P26.

Image
P27.

Image
P28.

Image
Portée vers la gare amont.



La gare amont

La gare amont était située à 2720 mètres d'altitude sur la plate-forme sommitale de la Roche de Mio, au niveau des pylônes 35 et 36 de la télécabine éponyme. Cette situation permettait de rejoindre facilement la piste bleue du Levasset. Néanmoins, pour accéder à la piste noire de la Mio, il fallait pousser sur les bâtons voire marcher une cinquantaine de mètres, tout comme pour rejoindre l'entrée de la télécabine de Bellecôte et le restaurant d'altitude.
Au niveau technique, on retrouvait une gare Alpha 350 jouant les rôles de mise en mouvement et tension dynamique du câble à l'aide de deux vérins hydrauliques. Depuis sa mise en service, la gare amont du télésiège des Inversens avait subi quelques modernisations. En 1998, l'exploitant avait procédé à l'encagement de la poulie motrice, et en 2002, la centrale du frein 2 avait été remplacée avec la mise en place conjointe d'un volant d'inertie.

Image
Gare amont vue depuis la ligne.

Image
Vue zoomée de la gare amont en arrivant depuis le télésiège de Carella.

Image
Vue d'ensemble de l'arrivée en venant depuis le télésiège de Carella.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue en contre-plongée depuis le début de la piste bleue du Levasset.

Image
Vue opposée de trois quarts.

Image
Vue de côté en contre-plongée.

Image
Vue en contre-plongée sous le soleil depuis le début de la piste bleue du Levasset.



Véhicules et pinces

Le télésiège fixe des Inversens était équipé de sièges Arceau "standards" et Arceau V3 pouvant accueillir 4 personnes. Ils étaient reliés au câble par des pinces fixes Mono2100.

Image
Un siège Arceau 4 places.

Image
Siège Arceau V3 de rénovation.

Image
Le véhicule de service, entreposé à côté de la gare amont.

Image
Suspente avec la pince.

Image
Vue de dessous d'une pince fixe Mono2100.


Depuis les pistes…

Image
La fin de la ligne vue depuis le début de la piste bleue du Levasset.

Image
Vue opposée face à la vallée de la Tarentaise et au massif du Mont-Blanc.

Image
Vue de la ligne entre les pylônes 26 et 30 depuis la piste bleue du Levasset.

Image
Le survol de la piste bleue du Levasset et le pylône 25 face au Mont Blanc.

Image
La fin de la portée vers le pylône 25 vue depuis la piste bleue du Levasset.

Image
L'impressionnante portée au-dessus de la piste bleue du Levasset.

Image
Vue en contre-plongée de la montée vers le pylône 23 depuis la piste rouge des Inversens.

Image
Vue des portées entre les pylônes 16 et 18 face au Mont Blanc depuis la piste rouge des Inversens.

Image
Vue des pylônes 10 à 13 depuis la piste rouge des Inversens. On peut voir qu'il y avait de très nombreux hors-pistes faciles d'accès sous le télésiège.

Image
Plus de deux tiers de la ligne étaient visibles depuis la fin du schuss de la piste bleue du Tunnel, juste avant d'y entrer pour basculer au-dessus de Belle Plagne et Plagne Bellecôte. Notons que depuis l'endroit où a été prise la photo, on pouvait revenir très rapidement au télésiège des Inversens en hors-pistes.

Image
Vue en contrebas du pylône 5 depuis la piste rouge des Inversens.

Image
Vue au niveau du pylône 4 depuis la piste rouge des Inversens, face au Mont Blanc. À gauche de la photo, on aperçoit le chemin de la piste rouge des Marmottes, reliant le télésiège des Crozats au télésiège des Inversens.



Inversens, un télésiège beaucoup trop long

Inversens était un télésiège essentiel sur le domaine skiable de la Plagne et plus généralement dans Paradiski. Avec Crozats, il constituait l'axe le plus rapide pour accéder à la Roche de Mio et au secteur du Glacier en arrivant des Arcs par le Vanoise-Express et plus généralement de Montchavin-les Coches. Il n'en était pas moins très lent, ce qui décourageait un grand nombre de skieurs de venir l'emprunter et même de skier sur la piste rouge des Inversens, pourtant l'une des plus belles pistes de ski propre du massif. Malgré son rôle important, Inversens n'était accessible qu'aux bons skieurs pouvant emprunter des pistes rouges, ce qui entravait son rôle de liaison.
Le télésiège des Inversens a été remplacé par un télésiège débrayable 6 places Poma au cours de l'été 2018. Une idée d'un télésiège de retour entre le départ d'Inversens et l'arrivée de Crozats avait également été évoquée il y a quelques années pour faciliter les retours vers Montchavin-les Coches et les Arcs depuis la Roche de Mio. Reste à voir si ce projet sera réalisé.

Image
Inversens, un moyen pratique mais trop long de monter à la Roche de Mio.


Je tiens à remercier le webmaster du site http://www.perso-laplagne.fr pour la mise à disposition du cliché du chantier de 2004 ainsi que monchu pour sa photo historique.

Bannière : Bovinant
Photos : remontees
Texte et mise en page : remontees
Date des photos : 25 avril 2012, 3 et 7 mars 2013, 16 et 17 février 2015.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :