En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF4 des Motalles

Les Pléiades

Poma

T2 ES
Description rapide :
Ce télésiège remplace depuis 2004 un téléski très raide qui se trouvait sur le même tracé. Il assure la desserte du point culminant de la station et sert à la fois d'accès aux deux pistes des Motalles et de liaison entre les deux versants du domaine skiable.

Année de construction : 2004

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : Fael
Section écrite le 10/03/2019 et mise à jour le 12/03/2019
(Mise en cache le 13/03/2019)

Image


Les Pléiades

La station des Pléiades se trouve sur les hauteurs de Vevey, une ville située sur la rive nord du Léman, dans le canton de Vaud. Il n'y a pas de village associé à ce domaine skiable, la clientèle provient uniquement des villes et villages de plaine situés dans les environs. On peut bien sûr y accéder en voiture, mais il existe également une ligne de chemin de fer qui relie la gare de Vevey directement aux pistes et qui, du point de vue historique, a été le premier accès à cet endroit. C’est une station familiale qui est très utilisée par les écoliers et les jeunes de la région. Elle possède trois téléskis et un télésiège, qui desservent deux pistes bleues et quatre pistes rouges. Malgré la basse altitude, la station n'est pas équipée de canons à neige. Cet endroit est également connu pour ses très nombreuses possibilités de ski de fond. Le sommet des Pléiades est un belvédère et un lieu de promenade apprécié, tant en hiver qu'en été.

Le télésiège des Motalles

Histoire

Les pentes des Pléiades ont été accessibles au plus grand nombre dès 1911 avec l'ouverture de la ligne de train Blonay - les Pléiades. Néanmoins, l'histoire de la station commence vraiment en 1955 lorsque la société anonyme du remonte-pente des Pléiades fait construire un téléski sur le versant nord de la montagne. Il part du lieu-dit Prés Bettex à 960 mètres d'altitude et conduit au lieu-dit la Châ, 400 mètres plus haut après plus de 1600 mètres de ligne. Il dessert par conséquent une belle et longue piste, relativement bien enneigée vu l'exposition nord. Malheureusement, elle n'est pas directement atteignable depuis la gare ferroviaire puisqu'il est nécessaire de monter jusqu'au sommet de Bondenonces pour y accéder, ce qui représente environ 15 minutes de marche à ski. Au retour, il est également nécessaire de marcher puisque le téléski arrive environ 30 mètres au-dessous du sommet.

L'année suivante, un nouveau téléski est construit par les Chemins de fer Electriques Veveysans (CEV). Il est implanté au lieu-dit Lally et son arrivée est située à côté d'un arrêt de la ligne de train. Il n'est pas directement accessible depuis celui-ci et n'est pas du tout relié au remonte-pente des Pléiades-Nord, comme on l'appelle alors, puisqu'il faut reprendre le train puis marcher pour passer de l'un à l'autre.

En 1967, un télécorde démontable est installé dans la combe située en contrebas du terminus du train, c'est le téléski de la Cuvette. Il offre pour la première fois une installation pour débutants directement accessible depuis la gare et il est inauguré en janvier 1968.

Au début des années 1970, les CEV envisagent de construire un téléski atteignant le sommet de Bondenoces depuis les Motalles. Il permettrait de relier les deux domaines, c'est-à-dire le téléski de la Cuvette au sud et celui de la Châ (Pléiades-Nord) au nord. Il donnerait également aux automobilistes un accès au domaine. Malgré quelques oppositions d'organismes de protection de l'environnement en raison de la proximité avec la tourbière des Tenasses, une zone protégée, le nouvel appareil est construit en 1974. Il s'agit d'un téléski débrayable Poma, long d'environ 500 mètres. Sa construction, qui a lieu au mois de novembre, est gênée par la neige qui rend nécessaire l'intervention d'un hélicoptère pour le montage des pylônes. Une fois le montage achevé, la neige a disparu et le téléski n'ouvrira pour la première fois qu'à la fin mars 1975. Ce téléski est le premier de ce type aux Pléiades et c'est également la première apparition du constructeur Poma sur le domaine. L'année suivante, le téléski de la Châ est remplacé sur un tracé modifié. La saison 1975 - 1976 voit également apparaître des abonnements combinés train et téléskis, au départ de Vevey ou de Blonay.


Image
Le départ du téléski des Motalles (archives de la Presse Riviera/Chablais - https://scriptorium.bcu-lausanne.ch" title="Lien">https://scriptorium.bcu-lausanne.ch, photo Dominique Muller).


En 1982, le téléski de Lally, toujours isolé des autres, est remplacé. Les modernisations se poursuivent avec en 1987 celle du téléski de la Cuvette. C'est à nouveau Poma qui s'en charge et qui installe un téléski à perches fixes, avec pylônes cette fois contrairement à son prédécesseur. Ceux-ci sont prévus pour être démontables, ce qui permet de libérer le pâturage durant l'été, comme du temps du télécorde. Néanmoins, cette possibilité n'est plus utilisée actuellement et la ligne reste en place toute l'année.

En 1989, la station organise une compétition sur sa piste des Motalles. Malheureusement, la neige n'est pas vraiment au rendez-vous et même si la piste serait praticable, la montée du téléski ne l'est pas. Les organisateurs prennent donc la décision de faire enneiger la montée du téléski avec de la neige apportée par hélicoptère. Ce téléski des Motalles a d'ailleurs mauvaise réputation en raison de sa très forte pente (pas loin de 90 %), inadaptée à son rôle central dans cette station fréquentée par de nombreux débutants. En plus, en cas de chute, la piste de descente ne se trouve pas à proximité. Pour améliorer cet aspect et pour respecter la nouvelle réglementation sur la pente des téléskis, des travaux sont effectués en 1991 pour diminuer la pente jusqu'à « seulement » 70 %.

Dès 1995, le remplacement du téléski des Motalles, toujours jugé trop difficile, est envisagé. La seule façon d'éviter cette forte pente est d'installer un télésiège, un téléski sur un autre tracé n'étant pas possible. L'installation d'un second télésiège sur la pente située à proximité de l'alpage de Prantin, sur le versant est de la montagne, est également envisagée. Cependant, ces travaux devisés à 3,2 millions de francs ne sont pas faciles à financer dans une station qui fait presque chaque année près de 200'000 francs de déficit, qui sont pris en charge par les communes de la région.

Au début des années 2000, le financement du grand projet de 1995 se concrétise avec l'accord successif des huit communes soutenant le domaine. Cependant, quelques modifications ont dû être apportées au projet. Le télésiège prévu à Prantin est abandonné et c'est finalement un téléski qui est envisagé à cet endroit. Suite à la disparition de la société Von Roll à la fin des années 1990, l'exploitant doit se tourner vers un autre constructeur pour son nouveau télésiège.

Les travaux ont lieu en été 2004. C'est la société Poma qui construit les deux installations : un téléski débrayable à Prantin et un télésiège quatre places à pinces fixes aux Motalles. Cette année voit également la disparition du téléski de Lally qui souffrait de son isolement et était par conséquent très peu fréquenté. Lors de ces travaux, les téléskis de la Cuvette et de la Châ sont les seuls à rester inchangés. Même si le télésiège quatre places installé n’est pas beaucoup plus cher que le deux places initialement prévu, le changement de catégorie a d’autres conséquences inattendues. Il demande en particulier de plus grands travaux pour l’installation de l’alimentation électrique. C’est en partie à cause de cela que les travaux coûteront 750’000 francs de plus que prévu.

Le télésiège des Motalles est le premier téléporté à être construit aux Pléiades. C'est d'ailleurs un des seuls télésièges de la région puisqu’aucune des stations voisines (les Rochers de Naye, les Paccots, Rathvel, le Moléson) n'en possèdent. Il faut aller jusqu'à Leysin ou encore du côté de Rougemont pour en trouver d'autres. Il y a assez peu de télésièges à pinces fixes quatre place en Suisse et seulement six d'entre eux sont de fabrication Poma.

Image
Vue d'ensemble du domaine des Pléiades depuis le sommet du téléski du Pralet, point culminant de la station des Paccots.


Le télésiège des Motalles aujourd'hui

Cet appareil relie le plateau des Tenasses au sommet du domaine skiable. Il sert d'accès aux pistes pour les clients venant aux Pléiades en voiture mais aussi de liaison en permettant aux skieurs venant de la gare des Pléiades ou de la Cuvette d'accéder aux descentes de Prantin et de la Châ, sur l'autre versant de la montagne. Il dessert également deux pistes, une de chaque côté de la ligne, qui en sont toutes les deux assez éloignées. Depuis la gare amont, la première part sur la gauche, commence par une courte montée, atteint le sommet des Pléiades puis redescend sur le versant sud. Une variante passe par la gare ferroviaire et la piste de la Cuvette. Du sommet, l'autre piste part sur la droite, longe la fin de la ligne du téléski de la Châ puis descend la première moitié de la piste de Prantin avant de croiser le téléski du même nom et de rejoindre les Tenasses.

Il s'agit du seul télésiège des Pléiades. Vu le grand nombre de débutants, souvent en groupes dans le cadre de l'école de ski (en semaine, les groupes d'élèves venant des écoles de la région représentent une grande majorité de la clientèle), l'embarquement peut être difficile et le nombre d'arrêts et de ralentissements devient élevé. Le temps de trajet peut donc devenir assez important comparé au temps de descente. Néanmoins, le confort en ligne est bien meilleur qu'avec l'ancien téléski et les pentes faciles de Prantin sont maintenant accessibles au plus grand nombre. Cependant, pour les groupes, la difficulté de la montée en téléski a été remplacée par les problèmes à l'embarquement sur le télésiège.


Image
Situation de l'installation sur le plan des pistes.


Caractéristiques techniques

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : LES MOTALLES
Exploitant : Coopérative des Pléiades
Constructeur : Poma, représenté par Baco AG
Année de construction : 2004
Montant de l’investissement : 2'312'000 CHF

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : hiver
Capacité : 4 personnes
Débit : ~750 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : ~1,8 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : non

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1209 m
Altitude gare amont : 1395 m
Dénivelé : 186 m
Longueur développée : 543 m
Longueur horizontale : 500 m
Pente maximale: ~65 %
Pente moyenne: 37,2 %
Temps de trajet : 4 minutes 40 secondes

Caractéristiques techniques

Emplacement tension : amont
Dispositif de tension : vérin hydraulique
Emplacement motrice : amont
Type de motorisation : électrique
Sens de montée : droite
Nombre de pylônes : 6
Dispositif d’accouplement : pince fixe Poma
Nombre de véhicules : 33
Type de sièges : S4/96

La gare aval

Elle se trouve en bordure de la tourbière des Tenasses, en bordure de la piste de ski de fond. C'est là que les skieurs venus en voiture rejoignent les pistes. Les usagers n'ayant pas un billet combiné avec le train achètent généralement leur forfait ici. Les skieurs ayant déjà commencé leur journée peuvent accéder à cet endroit depuis le sommet de toutes les autres remontées mécaniques. La piste qui rejoint la gare depuis la gauche est utilisée par les usagers venant de la Cuvette ou de la gare ferroviaire, tandis que celle venant de la droite est utilisée par ceux venant de Prantin ou de la Châ. Un poste de vigie, qui abrite également la caisse et les commandes, se trouve sur la droite de la gare.


Image
À la fin de la piste des Motalles, la gare aval du télésiège apparaît. On voit sur la droite la plaine des Tenasses où on trouve des pistes de ski de fond. Du point de vue nature, une tourbière se trouve à cet endroit.

Image
Vue de plus près de la gare et du premier pylône.

Image
Vue dans l'axe de la ligne avec les portillons d'accès à droite.

Image
La poulie retour fixe.


La ligne

Elle est relativement courte et se trouve entièrement dans la forêt. La pente augmente dès le premier pylône, avant de diminuer progressivement. Après avoir franchi une zone moins raide, qui se démarque par une hauteur de survol plus grande, la déclivité augmente à nouveau pour atteindre sa valeur maximale peu avant le pylône 5. À la fin de la ligne, elle diminue à nouveau alors que la forêt devient plus clairsemée.


Image
Profil en long de la ligne.

Image
Vue au loin sur une grande partie de la ligne depuis la gare aval.

Image
La zone d'embarquement et le pylône 1.

Image
Durant la première portée, la ligne entre dans la forêt. Elle ne la quittera que juste avant l'arrivée.

Image
Vue arrière vers la plaine des Tenasses et la gare aval.

Image
Pylône 2.

Image
Vue dans la portée qui suit. C'est là que se trouve la hauteur de survol la plus importante.

Image
Au niveau du pylône 3, la pente diminue encore. Néanmoins, la plus forte montée de la ligne est en vue.

Image
On remarque une construction isolée sur la droite.

Image
Au niveau du pylône 4, la pente augmente fortement.

Image
Dans la portée vers le pylône 5, le secteur le plus raide de la ligne. C'est cette pente qui faisait toute la difficulté du téléski des Motalles et qui a motivé son remplacement par ce télésiège.

Image
Pylône 5, la pente diminue à nouveau.

Image
Pylône 6, l'arrivée est en vue.

Image
Arrivée en gare amont. On remarque le poste de vigie à droite et la sommet de Bondenoces vers la gauche.


La gare amont

Elle se trouve légèrement en contrebas du sommet de Bondenoces, point culminant du massif des Pléiades. Cette gare est donc le point le plus haut atteint par une remontée-mécanique sur le domaine. C'est la station motrice de l'installation, le moteur se trouve sous la poulie. Cette gare assure également la tension du câble grâce à deux vérins hydrauliques. Un poste de vigie et de commande se trouve sur la droite. De là, on peut accéder en quelques instants aux pistes de Prantin et de la Châ en partant à droite. Il est également possible de regagner la gare ferroviaire et la piste de la Cuvette en partant sur la gauche et en marchant sur quelques mètres.


Image
Vue de la gare depuis la ligne. On remarque au centre les deux vérins assurant la tension du câble.

Image
Vue depuis la zone de débarquement. On remarque le compartiment contenant le moteur (en bleu), le pignon de l'entraînement de secours (sur la gauche) et sa couronne dentée, solidaire de la poulie motrice.

Image
Vue dans l'axe de la ligne de la gare et du poste de vigie.

Image
La gare, le poste de vigie et la fin de la ligne. On remarque à l'arrière-plan le Vanil des Artses (1991 m), le Molard (1751 m) et le Folly (1730 m).

Image
La gare amont vue depuis la piste descendant vers Prantin et la Châ.

Image
La station amont avec à l'arrière de gauche à droite le Moléson (2202 m), Teysachaux (1909 m), le Pralet (1568 m), le Vanil Blanc (1828 m) et la Dent de Lys (2013 m).


La vue depuis le sommet


Image
Depuis les abords immédiats du télésiège, la vue vers le sud est limitée par la forêt couvrant le sommet de Bondenoces. On devine tout de même le massif du Chablais, de l’autre côté du Léman couvert de brouillard.

Image
Mais en suivant la piste sur quelques mètres, on atteint le haut de la descente vers la Cuvette. De là, la vue est bien plus belle.

Image
Vue en direction de l’est depuis la piste se dirigeant vers Prantin et la Châ.


Les véhicules

Cette installation est équipée de 33 sièges quatre places. Le débit proposé n'est pas très grand mais il reste largement suffisant. Les sièges sont de type S4/96, un modèle que l'on rencontre habituellement sur les installations Leitner.

Image
Un siège en ligne.

Image
La pince fixe.

Image


Conclusion

La construction du télésiège des Motalles a été un événement important pour le domaine des Pléiades. Il a en effet permis un accès au versant nord de la montagne pour les skieurs de tous niveaux. La dure montée en téléski, raide et éloignée des pistes, est révolue. Néanmoins, l'exploitation d'un télésiège dans une station familiale n'est pas de tout repos. Il est regrettable qu'il n'ait pas été possible de déplacer légèrement la station amont vers le sud pour qu'il ne soit plus nécessaire de marcher pour regagner la gare des Pléiades. Aucun projet de remplacement n'est étudié, l'installation actuelle étant récente et amplement suffisante pour remplir son rôle.

Les photos ont été prises le 9 février 2018. Texte et photos : Fael.

Site internet de l'exploitant



Suivre la discussion sur le forum


Appareil en relation :