En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF4 du Lachat

Crest-Voland (Espace Diamant)

GMM

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège du Lachat est un appareil sous-utilisé n'ayant pas su convaincre, malgré l'intérêt certain des pistes desservies. A remplacé le premier téléski de la station.

Options techniques :
  • Tapis d'embarquement ou de positionnement
Année de construction : 1999

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : 91@g
Section écrite le 29/12/2018 et mise à jour le 13/01/2019
(Mise en cache le 13/01/2019)

Bonjour, voici un reportage sur le...
Image


Au sommaire de ce reportage

  1. Du téléski au télésiège du Lachat
  2. Le télésiège du Lachat : un souffle nouveau, en demi-teinte
  3. Caractéristiques du télésiège du Lachat
  4. A la découverte du télésiège du Lachat
  5. Remerciements



Du téléski au télésiège du Lachat

Crest-Voland est une station de sports d’hiver et d’été située dans le Val d’Arly en Savoie. Elle fait partie depuis 2005 du domaine skiable de l’Espace Diamant comprenant également les stations de Cohennoz, Flumet, Hauteluce, Les Saisies, Notre-Dame de Bellecombe et Praz sur Arly.
Apparu dans les années 20 à travers notamment des randonnées sur les pentes du Mont Bisanne, le ski à Crest-Voland démarre véritablement durant la saison d’hiver 1950/1951 par l’installation du tout premier téléski du Lachat, qui, en partant du chef-lieu du village, achemine les skieurs en un peu moins de 10 minutes aux abords de la montagne du Lachat. Ce téléski était particulier, car doté d’une des premières versions des gares treillis de type T à départ progressif, développées par Pomagalski.

La gare aval du téléski du Lachat (D.R) :
Image

La gare amont (D.R) :
Image


Ce premier appareil est vite rejoint par le petit téléski des Tovats, construit quelques centaines de mètres sur la droite de son aîné, et dédié aux débutants car évoluant sur des pentes beaucoup plus douces.
Il faudra ensuite attendre les années 60 pour voir apparaitre de nouveaux appareils sur le domaine, tels que le téléski des Reys en 1963, ou bien les téléskis des Moliettes et des Combettes en 1968. En plus d’agrandir le petit domaine skiable de Crest-Voland, ces trois installations sont également les premières remontées mécaniques standardisées de la station, apportant une fiabilité d’exploitation supérieure au téléski du Lachat, sa mécanique, et notamment son système de départ progressif, étant en effet victime de pannes récurrentes. Cela incite d’ailleurs Crest-Voland à modifier la gare aval de ce téléski en l’équipant d’éléments standards des années 60, probablement en même temps que la construction du téléski des Reys.
Puis, le Lachat subira une seconde modernisation en 1970, par le changement d’une grande partie des fûts de ses pylônes. Il sera aussi renommé « Lachat 2 », à l’occasion de son doublement par un téléski neuf cette même année. Les divers changements de 1970 ont par conséquent renforcé le rôle principal de cet axe de la station pour l’accès au sommet du domaine crest-volantin.

Cependant, Crest-Voland envisage déjà de futures extensions de son domaine skiable, la première étant la conquête de la partie sud-ouest de la montagne du Lachat, située sur la commune de Cohennoz, dotée alors uniquement d’un petit téléski débutant. Ainsi apparaissent dès le milieu des années 70 plusieurs remontées mécaniques comme le télésiège de la Logère puis les téléskis des Darbelots et de la Tour du Pin, ces deux derniers ouvrant le tout nouveau secteur désiré au niveau du Cernix. En parallèle, Crest-Voland pense également aux alpages enneigés du Col des Saisies, sur lesquels des téléskis sont installés depuis les années 60 : une liaison sera ainsi créée dès le début des années 80 entre les 2 stations, avec la construction de 4 téléskis et d’un télésiège.
La décennie se déroulera ensuite avec un certain nombre d’investissements en vue de compenser l’afflux croissant de skieurs, comme le remplacement du télésiège de la Logère par un débrayable, la construction du télésiège fixe du Cernix ou bien la refonte du secteur débutants des Tovats.
Ces différentes nouveautés ont, au fur et à mesure des années, relégué les téléskis du Lachat au rang d’appareils servant principalement à la desserte de ski propre, bien que constituant également une des principales portes d’entrée du domaine pour tous les résidents des quartiers nord de Crest-Voland. Ainsi, au début des années 90, ces téléskis semblent suffisants pour assumer leur rôle.
Néanmoins, à l’aube des années 2000, de l’Espace Diamant et à l’heure où la demande de la clientèle par rapport aux remontées mécaniques évolue fortement, il n’est pas certain que ces téléskis trentenaire pour l’un et cinquantenaire pour l’autre soient les mieux à même d’assurer un tel rôle.

La rénovation de cet axe historique est donc envisagée et réalisée à l’été 1999, voyant la construction d’un télésiège 4 places sur un tracé inédit, dont le nom reprend celui de la montagne sur laquelle il arrive. En effet, si le nouvel appareil part du même endroit que ses prédécesseurs, il atteint un des petits sommets de la cuvette du Lachat, non loin de l’arrivée du téléski des Reys. En plus de décharger le télésiège de la Logère et ses pistes, cette implantation a clairement été choisie afin de créer une desserte intéressante des pistes du nord du Lachat, accessibles jusqu’alors uniquement par des tire-fesses.
Concernant les installations remplacées, le téléski du Lachat 2 est purement et simplement démonté, tandis que le Lachat 1, renommé Stade pour l’occasion, est raccourci d’environ 400 mètres par l’aval et voit sa gare amont changée en lâcher sous poulie – les pylônes ont par ailleurs été probablement en partie déplacés. Le maintien de ce téléski s’explique d’une part par la nécessité pour la station d’être dotée d’un moyen efficace de rotation sur son stade de slalom, très utilisé par les clubs de ski locaux, le nouveau Lachat et le télésiège de la Logère ne le permettant pas. En outre, cela sert d’autre part à conserver l’axe historique d’accès au domaine, via le téléski des Combettes, malgré son passage au second plan. Sans parler tout simplement de la desserte du niveau intermédiaire de la montagne du Lachat, pour une remontée rapide sans attente.

Voici le visage du secteur, avant et après la rénovation de 1999 :
Avant :
Image

Après :
Image


Sur cette dernière image, on distingue bien le tracé décalé de la nouvelle installation, se rapprochant ainsi des secteurs des Reys et de Crestera.


Le télésiège du Lachat : un souffle nouveau, en demi-teinte

Le télésiège à pinces fixes 4 places du Lachat a donc été réalisé en 1999 par l’entreprise Gimar Montaz-Mautino, qui signe là le second appareil de la gamme 7+, le premier étant le Lièvre Blanc à l'Alpe d'Huez. La relative compacité des gares de cette gamme accentue la modernité apportée par ce nouvel appareil, véritable renaissance de ce secteur aux téléskis vieillissants. On pourrait d’ailleurs se permettre un parallèle en soulignant que ce modèle symbolise également le retour sur le marché de l’entreprise Montaz-Mautino depuis sa fusion avec Gimar à la fin des années 80 et les difficultés financières traversées.
Mis à part l’accès au domaine skiable pour les quartiers nord de la station, cet appareil possède avant tout un rôle de desserte de ski propre. Associé aux télésièges débrayables de la Logère et du Cernix, le nouveau tracé du TSF4 du Lachat, appuyé de son tapis d’embarquement, contribue à quadriller la quasi-totalité des domaines crest-volantin et cohenneran, assurant de fait une desserte efficace de ceux-ci pour toute personne n’étant pas à l’aise sur un téléski, d'autant que la clientèle de la station est essentiellement familiale et débutante.

On retrouve ainsi au sommet de ce télésiège :
Desserte directe :

  • La bleue de la Varoche : belle piste évoluant d’abord en forêt puis au milieu des alpages du Lachat, tout en offrant un beau panorama sur la chaine des Aravis. Elle retourne à l’aval de l’appareil via la piste Petit Pont ;
  • La rouge des Chardons : il s’agit de loin de la piste la plus intéressante du secteur. Peu souvent damée, c’est le paradis des amateurs de champs de bosses, pas trop compliqués au début, se corsant sévèrement sur le dernier mur. Le tout dans la forêt ! Le retour au télésiège se fait par une petite piste verte démarrant après le croisement avec le Retour Station ;
  • La rouge Petit Pont est la suite de la bleue de la Varoche : piste très peu visible et de ce fait très peu empruntée, qui consiste en un mur moyennement pentu et court dans la forêt, remontant sur sa fin. Elle débouche directement en aval de l’appareil ;
  • Piste non damée : située dans le layon créé pour le passage de la partie amont du télésiège du Lachat, elle a été ouverte dans le cadre de la redynamisation de cet appareil (on y revient plus bas). Elle n'a pas été renouvelée pour la saison d'hiver 2018/2019


Desserte indirecte :

  • La verte Retour Station : elle permet d’accéder à l’ensemble des secteurs nord et est de la station, et notamment, sur sa partie haute, au téléski du Grand Bois reliant le sommet du Lachat, et par conséquent les pistes du Cernix sur Cohennoz et la liaison avec Les Saisies via Les Bâches. Cette piste retourne au front de neige principal de la Logère ;
  • La bleue de la Criée : accessible depuis le télésiège du Lachat uniquement en poussant sur les bâtons, c’est le boulevard principal du secteur de la Logère ;
  • La rouge du Stade, que l’on atteint également à l’aide des bâtons, est le stade de slalom de Crest-Voland/Cohennoz.


Comme on peut le constater, le télésiège du Lachat assure donc l’accès à un certain nombre de pistes de tout niveau, faisant de cet appareil l’un des axes privilégiés pour parcourir les pentes crest-volantines. Du moins, c’est ce que la logique voudrait. En effet, inversement à ce que l’on pourrait penser, ce télésiège, au contraire de constituer un des piliers du domaine skiable de Crest-Voland/Cohennoz, est une installation on ne peut plus sous-utilisée. Là où la Logère et le Cernix totalisent la grande majorité des passages skieurs de la station, le Lachat en dénombre presque autant que les téléskis secondaires du domaine. Et cela se ressent, même en pleines vacances scolaires : il n’y a pour ainsi dire pratiquement jamais d’attente en aval de ce télésiège, qui peut même se retrouver à tourner à vide certains jours de janvier ou de mars.

Cette situation résulte de plusieurs causes, qui gravitent toutes plus ou moins autour de l’aménagement des pistes de la station.
La principale raison réside en la piste verte Retour Station, qui en partant du haut du Lachat, coupe la totalité des itinéraires de descente du nord et de l’ouest du domaine, avant d’aboutir au pied des pistes de la Logère, et par conséquent du télésiège homonyme : il est ainsi possible de l’emprunter depuis n’importe quelle remontée mécanique arrivant en haut ou aux abords de la cuvette de la montagne crest-volantine, tout en ayant la certitude qu’elle nous emmènera sur une installation nous rapatriant rapidement au sommet.
Il se trouve que l’implantation de la gare aval du télésiège du Lachat au fond d’un trou, résultat de la topographie des lieux, la rend invisible depuis ce boulevard de retour, mais également depuis les alentours. Ajouté au fait que les pistes de la Varoche et des Chardons décrites plus haut débouchent toutes les deux sur le Retour Station, tout skieur passant par-là ne se dirigera pas naturellement vers ce télésiège, même s’il en vient, tout simplement parce qu’il ne saura pas comment s’y rendre. Car la seconde cause de sa sous-utilisation, malgré sa position centrale sur le plan des pistes papier de Crest-Voland/Cohennoz, est le manque de panneaux de direction clairs, indiquant l’accès à cet appareil. Et ce n’est pas la piste du Petit Pont, elle-même sous-indiquée, qui aidera à remédier à cela.
L’effet « bout de pistes » n’effectuant pas le trajet complet amont – aval de l’appareil, au passage phénomène récurrent de la station savoyarde, doit également jouer sur le délaissement du télésiège du Lachat.

L’exploitant du domaine skiable de Crest-Voland/Cohennoz, Val d’Arly Labellemontagne, conscient de ce problème, a réalisé depuis quelques années des projets concrets pour tenter d’augmenter la fréquentation de ce télésiège, qu’il se voit contraint de fermer partiellement hors vacances scolaires.
On peut ainsi noter l’apparition sur le plan des pistes de l’hiver 2014/2015 de la mention « piste non damée » au niveau de la partie amont du télésiège du Lachat. La volonté ici est d’attirer et de reporter sur ce secteur les skieurs de bon niveau, surtout depuis la suppression de la seule piste noire du domaine en 2013 survenue avec la construction du télésiège des Bâches / Nant Rouge. Néanmoins, cette piste n’a entraîné aucune installation de signalétique sur le terrain, ni de balisage sur la piste concernée, d’autant plus que cet itinéraire était en réalité déjà emprunté par les pratiquants du hors-piste, ce qui peut expliquer son abandon pour la saison 2018/2019.
Par ailleurs, une autre tentative de redynamisation de cet appareil est l’élargissement de la piste du Petit Pont, ainsi qu’une amélioration de la signalétique générale du secteur, sans grand résultat pour le moment.

Malgré la modernisation que le télésiège du Lachat a apportée au secteur, par son tracé inédit offrant de nouvelles possibilités intéressantes de desserte des pistes du nord de la station, cet appareil n’a pas su convaincre et se retrouve ainsi sous-utilisé, à jouer un rôle secondaire sur le domaine crest-volantin, au même titre que le téléski du Stade, qu’il est pourtant censé avoir remplacé. Cette situation peut cependant s’avérer très utile en pleine semaine de vacances scolaires pour pouvoir effectuer des rotations rapides via ces deux engins au pied desquels il n’y a que très rarement de la queue, et ainsi profiter pleinement des champs de neige des pentes nord du Lachat !


Voici la situation du télésiège du Lachat sur le plan des pistes de l'Espace Diamant :
Image

Et plus précisément sur celui de la station de Crest-Voland/Cohennoz :
Image



Caractéristiques du télésiège du Lachat

Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : LACHAT
Maître d’œuvre : MTC INDUSTRIE
Exploitant : SA CREST-VOLAND/COHENNOZ LABELLEMONTAGNE
Constructeur : GMM (Gimar Montaz-Mautino)
Année de construction : 1999

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Débit à la montée : 1956 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 2,5 m/s
Sens de la montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1220 m
Altitude amont : 1575 m
Dénivelée : 355 m
Longueur développée : 1361 m
Longueur horizontale : 1295 m
Portée la plus longue : 166 m
Hauteur de survol maximale : 20 m
Pente moyenne : 27,41 %
Pente maximale : 62 %
Temps de trajet : 9 minutes 5 secondes

Caractéristiques techniques

Diamètre des poulies motrice et retour : 4700 mm
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Courant continu
Puissance développée : 289 kW
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 28 000 daN
Pression nominale : 93 bar
Nombre de pylônes : 13

Caractéristiques des véhicules

Nombre de véhicules : 149
Type de véhicules : Arceau central 4 places
Masse à vide : 145 kg
Espacement : 7,36 secondes
Dispositif d'accouplement : MONO 4

Caractéristiques du câble

Fabricant : TREFILEUROPE
Diamètre du câble : 40,50 mm
Type de câblage : Lang à droite
Type d'âme : Compacte
Composition : 6x26 fils
Pas de câblage : 284 mm
Pas de toronage : 112 mm
Section du câble : 659 mm²
Section du toron : 109 mm²
Résistance à la rupture : 118 345 daN


A la découverte du télésiège du Lachat

Les photos ont été prises le 18 février 2015.

La gare aval

La gare aval du télésiège du Lachat est située à 1220 mètres d'altitude sur une plateforme spécialement aménagée, au-dessus de la route départementale D71a.
Elle est accessible depuis la rouge du Petit Pont ou la piste verte partant du Retour Station, constituant le prolongement de la piste rouge des Chardons. Il est également possible de s'y rendre via un chemin de liaison venant du sommet du télésiège des Tovats et passant par la gare aval du téléski du Stade.
Techniquement, cette gare de la gamme 7+ du constructeur Gimar Montaz Mautino assure la motorisation et la tension de l'appareil. Elle dispose en outre de l'unique tapis d'embarquement de l'Espace Diamant, autorisant une vitesse d'exploitation légèrement plus élevée à la ligne.

La gare aval surplombant le village de Crest-Voland, vue depuis l'arrivée des pistes, avec en toile de fond le Mont Charvin entre autres :
Image

Vue rapprochée :
Image

Vue arrière, et accès à l'embarquement :
Image

Le tapis d'embarquement :
Image



La ligne

Le télésiège du Lachat présente une ligne au profil assez irrégulier. Si elle s'élève rapidement dès la sortie de gare aval pour s'extraire du trou dans lequel celle-ci est implantée, elle se redresse dès le pylône n°2 au-dessus des alpages du bas du Mont Lachat. Après avoir survolé le retour station et longé la gare aval du téléski du Stade, elle rentre en forêt sur des pourcentages augmentant progressivement. L'inclinaison de la ligne commencera ensuite à décroitre au croisement avec la rouge des Chardons, avant de continuer dans la forêt jusqu'au pylône n°10 compression, marquant le début de la montée finale. La pente diminue alors de nouveau petit à petit afin de trouver l'horizontale pour l'arrivée en gare amont.

Le P1, 1er compression de la ligne... :
Image

...imprime la première montée :
Image

Le P2, début du survol des alpages du bas du Lachat :
Image

Portée P2 - P3 :
Image

P3, on aperçoit le téléski du Stade sur la droite et un pylône du télésiège de la Logère plus au fond :
Image

Portée P3 - P4 :
Image

P4, passage au-dessus du retour station :
Image

Portée P4 - P5 :
Image

P5, avec à gauche la fin du passage délicat de la piste rouge des Chardons :
Image

Tête du P5 :
Image

Entrée dans la forêt avant le P6 :
Image

P6 :
Image

En approche de P7 :
Image

Le P7, au pied de la piste des Chardons, qui pour une fois était damée. A droite on distingue le téléski du Stade et le télésiège de la Logère :
Image

P8, entamant une seconde section dans la forêt qui correspond à la piste non damée abandonnée en 2018/2019 :
Image

Portée plus longue jusqu'au P9 :
Image

P9 :
Image

Portée vers P10, et vue sur la montée finale :
Image

P10, second et dernier compression du télésiège du Lachat :
Image

Gros plan sur la tête de ce pylône :
Image

Dans la montée :
Image

La pente se redresse ensuite grâce au P11...
Image

...et au P12, avant passage au-dessus d'un chemin d'accès à la piste de la Varoche. Le sommet du Chard du Beurre est visible à l'arrière-plan :
Image

Portée vers P13, la ligne est désormais à l'horizontale. :
Image

P13, dernier ouvrage de la ligne :
Image



La gare amont

La gare amont du télésiège du Lachat est implantée à 1575 mètres d'altitude, au bord de la cuvette du Lachat, à quelques centaines de mètres du sommet géographique de cette montagne.
Il s'agit d'une gare retour fixe classique de GMM.

Arrivée en gare amont, à quelques pas du restaurant La Belle Métairie. On peut noter au fond le sommet géographique du Lachat, sur lequel arrive le téléski du Grand Bois à gauche. A droite, le télésiège du Cernix et le LSP du téléski de la Tour du Pin :
Image

Une fois débarqués :
Image

En partant vers la piste rouge des Chardons :
Image



Véhicules et pinces :

Le télésiège du Lachat est doté de 149 véhicules d'une capacité de 4 places chacun, d'une gamme tout à fait classique pour un appareil GMM. Les assises de constitution plastique offrent un confort correct.

Un siège en ligne :
Image

L'assise :
Image

Vue sur une pince fixe :
Image



Remerciements

Ainsi se termine ce reportage !

Je tiens à remercier les membres ayant participé à ce reportage, et sans lesquels celui-ci n'existerait pas, dans l'ordre alphabétique :

  • alspace pour son travail de retouche des photos et l'établissement des caractéristiques du télésiège ;
  • Rodo_Af pour ses photos.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :