En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF4 du Lièvre Blanc

L'Alpe d'Huez (Alpe d'Huez Grand Domaine Ski)

GMM

T2 ES
Description rapide :
Premier télésiège GMM avec gare 7+.

Année de construction : 1998

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/12/2018 et mise à jour le 22/12/2018
(Mise en cache le 22/12/2018)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. L'Alpe d'Huez
  2. Historique : l'accès au clocher de Mâcle
  3. Lièvre Blanc : desserte d'une partie du domaine d'altitude
  4. Ligne et infrastructures du télésiège du Lièvre Blanc
  5. Lièvre Blanc, un télésiège long pour une offre de ski de qualité



L'Alpe d'Huez

L’Alpe d’Huez est une station iséroise située dans le massif de l’Oisans. Accessible par la vallée de la Romanche au bout d’une montée de 22 virages, la station est implantée sur un plateau agréablement exposé au sud dans le massif des Grandes Rousses.
L’Alpe d’Huez est très connue pour son domaine skiable qui s’étale sur 5 stations pour former l’Alpe d’Huez Grand Domaine Ski qui regroupe : l’Alpe d’Huez, Auris en Oisans, Villard Reculas, Oz en Oisans et Vaujany. Les deux dernières stations sont situées dans la vallée de l’Eau d’Olle qui mène au col du Glandon et à la Maurienne. Le domaine de l’Alpe d’Huez, c’est 250 kilomètres de pistes situées entre 3330 mètres d’altitude (arrivée téléphérique du Pic Blanc) et 1135 mètres à l’Enversin d’Oz sur Vaujany. Alternant paysages en forêt sur Oz en Oisans et grands espaces vierges sur le glacier de Sarenne, le domaine skiable est très diversifié : entre pistes techniques du Clocher de Mâcle, de Fontfroide ou du Dôme des Petites Rousses et larges prairies douces des Jeux et du Rif Nel, on retrouve un large panel de pistes pour tous les skieurs. L’Alpe d’Huez comporte 2 pistes très connues, l’une pour ses splendides paysages et sa grande longueur (la piste noire Sarenne) et l’autre pour faire le cauchemar des skieurs, même des très bons, par son début très abrupt (la piste noire Tunnel).

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


Historique : l'accès au clocher de Mâcle


Le projet d'extension de la station de l'Alpe d'Huez remonte aux années 1940. Ce projet, poussé par les socioprofessionnels de la station, avait pour but d'accroître fortement la surface skiable. La solution envisagée est alors de construire une chaîne de téléphériques entre la station et le massif des Grandes Rousses.
C'est finalement un entrepreneur de Toulon qui assurera le financement des téléphériques au montant bien supérieur à ce que la station pouvait alors assumer. Après deux années de chantier, les téléphériques des Grandes Rousses 1 & 2 ouvrent en 1954.
L'entrepreneur de Toulon, traversant de graves problèmes financiers, cesse l'exploitation en 1958. Cela conduit à la création de la SATA qui s'occupe alors de la remise en service des téléphériques.

La chaîne est terminée en 1962 avec l'ouverture du téléphérique du Pic Blanc, construit par Neyrpic sous la supervision de Pierre Goirand. Équipé de deux cabines de 35 places, il était exploité à une vitesse maximale de 10 m/s. Après un incident de poulie, la mise en service a été repoussée au mois de mars 1963.

Deux ans plus tard, il est décidé de construire un long télésiège, nommé Lièvre Blanc, au départ de la gare intermédiaire du téléphérique des Grandes Rousses pour desservir de nouvelles pistes plus techniques en altitude. Ce nouveau télésiège fixe 2 places Poma, assez long, permet de desservir quatre nouvelles pistes rouges : une revenant à la gare aval du télésiège assez directement, une donnant accès au futur Plat des Marmottes et deux dans des vallons plus éloignés des pistes principales (Canyon et Balme).
En 1967, encore deux ans plus tard, la station construit un deuxième télésiège fixe Poma, long de 950 mètres, afin de relier le sommet du télésiège du Lièvre Blanc au Clocher de Mâcle, à plus de 2700 mètres d'altitude. Ce télésiège a pour but de proposer uniquement une offre de ski technique composée de trois pistes noires dont la mythique Combe Charbonnière. Ce télésiège du Clocher de Mâcle était également accessible depuis le sommet du Pic Blanc en empruntant la piste du Tunnel puis celle de la Brèche.

→ Revenons sur les caractéristiques de l'ex-télésiège du Lièvre Blanc :

TSF-Télésiège à pinces fixes : LIEVRE BLANC
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction : 1965
Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 2 personnes
Altitude inférieure : 2106 m
Dénivelée : 465 m
Longueur développée : 1626 m
Vitesse : 2,5 m/s
Débit : 720 personnes/heure

Image
Situation du domaine skiable avec la chaîne des télésièges fixes du Lièvre Blanc et du Clocher de Mâcle.

Image
La ligne du télésiège du Lièvre Blanc vue sous la gare amont (D.R.).

Cette situation a duré pendant plus de 30 ans. Le télésiège du Lièvre Blanc a été remplacé par un télésiège fixe 4 places GMM moderne dès 1998. Par contre, le télésiège du Clocher de Mâcle a été purement et simplement démonté en 2000 au profit d'une nouvelle télécabine 6 places, « Marmottes 2 », construite comme le deuxième tronçon de la télécabine des Marmottes, afin de relier le Plat des Marmottes au Clocher de Mâcle. Ce nouveau tracé a permis de faciliter l'accès à ce sommet tout en évitant de devoir emprunter le long télésiège du Lièvre Blanc ou la difficile piste noire de la Brèche. Avec la construction du funitel à va-et-vient des Marmottes 3 en 2004, cela a permis d'ouvrir une nouvelle ligne de remontées mécaniques pour accéder au secteur du Glacier sans avoir à passer par le Pic Blanc et ses raides pistes noires.

Le télésiège du Lièvre Blanc est devenu nettement moins essentiel à l'exploitation du domaine skiable depuis que la télécabine des Marmottes 2 dessert ses pistes et donne accès au Clocher de Mâcle directement depuis le Plat des Marmottes.

Image
Situation du domaine après la construction de la télécabine des Marmottes 2 et le démontage du télésiège du Clocher de Mâcle.

L'ouverture en 2008 de la piste rouge du Promontoire a permis de rendre encore plus accessible les pistes du sommet du télésiège du Lièvre Blanc pour des skieurs moins aguerris depuis le sommet de la télécabine des Marmottes 2.


Lièvre Blanc : desserte d'une partie du domaine d'altitude

Le télésiège du Lièvre Blanc relie les pistes situées autour de deux grands axes principaux : partant du pied de la gare intermédiaire du DMC des Grandes Rousses, il rejoint un promontoire à proximité de la ligne de la télécabine des Marmottes 2. Il permet ainsi de rejoindre l'axe des Marmottes, et ses belles pistes variées, sans avoir à emprunter le télésiège débrayable des Marmottes 1, souvent saturé. Néanmoins, il dessert aussi la piste rouge du Lièvre Blanc et la fin de la piste bleue du Couloir, itinéraires assez fréquentés et agréables de l'axe « Grandes Rousses ».
Ce télésiège, souvent délaissé, a donc une situation à part, à cheval entre les deux grands axes structurants de la station, et dessert de belles pistes d'un bon niveau (il n'y a que des pistes rouges à son sommet), souvent bien enneigées en raison de l'altitude.

Le télésiège du Lièvre Blanc dessert les pistes suivantes :

  • La piste rouge du Lièvre Blanc, offrant un premier mur assez engagé. Elle rejoint assez rapidement la piste bleue du Couloir, revenant au pied du télésiège du Lièvre Blanc et à la gare intermédiaire du DMC des Grandes Rousses. Il est sinon possible d'emprunter la piste bleue du Boulevard des Marmottes pour rejoindre le Plat des Marmottes, d'où l'on peut ensuite remonter au Clocher de Mâcle par la télécabine des Marmottes 2, redescendre au front de neige des Bergers par la piste bleue éponyme ou la piste rouge de l'Olympique, ou revenir au télésiège du Lièvre Blanc par la piste bleue des Ancolies ou les pistes rouges Dahut et Poutat.
  • La partie basse de la piste rouge du Déversoir, chemin pouvant être un peu plus raide sur sa portion finale et permettant de rejoindre le Plat des Marmottes, d'où l'on peut ensuite enrichir sa descente d'une nouvelle piste rouge ou monter au Clocher de Mâcle par la télécabine des Marmottes 2.
  • La piste noire de la Balme, accessible par la piste rouge du Déversoir et évoluant dans un vallon à l'écart du domaine skiable avant de rejoindre la piste verte du Loup Blanc au-dessus de l'Altiport. On rejoint ensuite par gravité le front de neige des Bergers.


Image
Situation du télésiège du Lièvre Blanc sur le plan des pistes de l'Alpe d'Huez.

Le télésiège du Lièvre Blanc est le premier télésiège fixe 4 places équipé d'une gare motrice-tension 7+ livrée par le constructeur Gimar Montaz Mautino.

Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : LIÈVRE BLANC
Maître d'œuvre : DCSA
Exploitant : SATA (Société d'Aménagement Touristique Alpe d'Huez et des Grandes Rousses)
Constructeur : GIMAR MONTAZ MAUTINO
Année de construction : 1998

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Débit à la montée : 1800 personnes/heure (100 %)
Débit à la descente : 0 personne/heure (0 %)
Vitesse d'exploitation maximale : 2,3 m/s
Sens de la montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2096 m
Altitude amont : 2543 m
Dénivelée : 447 m
Longueur développée : 1520 m
Longueur horizontale : 1420 m
Portée la plus longue : 162 m
Hauteur de survol maximale : 25 m
Pente maximale : 55 %
Pente moyenne : 31,48 %
Temps de trajet : 11 minutes 1 seconde

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : 7+
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 33 800 daN
Pression nominale : 112 bars
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Courant continu
Puissance développée : 355 kW
Nombre de pylônes : 15
Largeur de voie : 4,7 m
Nombre de véhicules : 164
Type de pinces : AR 2,3
Espacement : 8 secondes

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : TRÉFILEUROPE
Diamètre : 42 mm
Composition : 6×26 fils
Âme : Compacte
Résistance à la rupture : 126 000 daN
Pas de câblage : 296,5 mm
Pas de toronage : 117 mm


Ligne et infrastructures du télésiège du Lièvre Blanc

La gare aval

La gare aval du télésiège du Lièvre Blanc est située à 2096 mètres d'altitude en contrebas du complexe accueillant la gare intermédiaire du DMC des Grandes Rousses et la gare amont de la télécabine de Poutran. Elle est ainsi facilement accessible par gravité depuis les pistes.
On retrouve une gare retour-tension de type 7+ aux couleurs de la station. Elle possède également un rail de maintenance à la perpendiculaire du brin descendant.

Image
Vue rapprochée de la gare aval en arrivant depuis la piste bleue des Ancolies.

Image
Vue de côté de la gare aval.

Image
En arrivant vers la gare aval depuis le complexe de la gare intermédiaire du DMC des Grandes Rousses et de la gare amont de la télécabine de Poutran.

Image
Vue de trois quarts de la gare aval depuis la file d'attente, encadrée à l'arrière-plan par les gares amont des télésièges des Romains (à droite) et des Marmottes 1 (à gauche).

Image
Vue de trois quarts de la gare aval en arrivant depuis la piste verte « Chez Roger » avec la fin du premier tronçon du DMC des Grandes Rousses derrière.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue arrière.

Image
Vue arrière de la gare aval depuis l'accès à l'embarquement.

Image
La poulie motrice.

Image
L'embarquement.

Image
Demi-tour sur la gare aval depuis le début de la ligne.



La ligne

La ligne du télésiège du Lièvre Blanc est assez longue avec plus d'1,5 km développés sur près de 450 m de dénivelée. En sortie de gare, la pente est assez faible alors que l'on survole la fin de la piste bleue de l'Ancolie. Le pylône 3 amorce alors une première montée conséquente au-dessus d'une falaise jusqu'au pylône 4. S'ensuit une courte portion assez tranquille avant le pylône 5 qui amorce une montée régulière plus longue jusqu'au pylône 8. La ligne survole alors une retenue d'eau artificielle puis reprend sur une nouvelle forte montée après avoir survolé la piste bleue du Boulevard des Marmottes. La pente faiblit ensuite un peu et reste globalement constante jusqu'au pylône 13 qui relance une dernière montée jusqu'à la gare amont.

GMM a donc équipé la ligne de 15 pylônes dont 2 compressions, 3 supports-compressions et 10 supports :

  • P1 : 6S/4S
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 2C+4S+2C/2C+4S+2C
  • P4 : 8S/8S
  • P5 : 2C+4S+2C/2C+4S+2C
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 8S/8S
  • P8 : 8S/8S
  • P9 : 8C/10C
  • P10 : 8C/10C
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 8S/8S
  • P13 : 2C+4S+2C/2C+4S+2C
  • P14 : 8S/8S
  • P15 : 8S/8S


Image
Vue de la ligne depuis la gare aval.

Image
Portée vers le pylône 1.

Image
P1.

Image
Début de la longue portée vers le pylône 2 au-dessus de la piste bleue des Ancolies.

Image
Fin de la portée vers le pylône 2.

Image
P2.

Image
Portée vers le pylône 3.

Image
P3.

Image
Tête du pylône 3.

Image
Début d'une nouvelle longue portée vers le pylône 4.

Image
Survol d'une petite falaise.

Image
P4.

Image
Portée vers le pylône 5.

Image
P5.

Image
Tête du pylône 5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Début de la portée vers le pylône 7.

Image
Fin de la portée vers le pylône 7.

Image
P7.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 9.

Image
P9.

Image
P10.

Image
Début de cette forte montée.

Image
Fin de la portée vers le pylône 11.

Image
P11.

Image
Portée vers le pylône 12.

Image
P12. On aperçoit un massif en béton à gauche du pylône qui pourrait être celui d'un ouvrage de ligne de l'ancien télésiège fixe 2 places.

Image
Début de la portée vers le pylône 13.

Image
Fin de la portée vers le pylône 13.

Image
P13.

Image
Tête du pylône 13.

Image
Portée vers le pylône 14.

Image
P14.

Image
P15.



La gare amont

La gare amont est située à 2543 mètres d'altitude, sur un promontoire qui permet d'accéder facilement à la piste rouge du Déversoir en direction du Plat des Marmottes ou à la piste rouge du Lièvre Blanc pour revenir au pied du télésiège. Sa situation lui permet de donner accès à des pistes très fréquentées tout en ayant une aire de débarquement calme, à l'écart des pistes.
On retrouve une gare retour fixe GMM classique équipée de balanciers 2S en entrée et sortie de gare.

Image
La gare amont vue depuis la ligne.

Image
Vue large de l'arrivée du télésiège face au massif de Belledonne depuis la piste noire du Clocher de Mâcle. On peut voir au premier plan le début de la piste rouge du Déversoir qui ramène au départ de la télécabine des Marmottes 2.

Image
Vue en plongée de la gare amont depuis la piste noire du Clocher de Mâcle.

Image
Vue depuis l'aire d'arrivée du télésiège.

Image
Vue de face.

Image
Vue de trois quarts depuis la zone de débarquement.

Image
Zoom depuis le début de la piste rouge du Lièvre Blanc.

Image
Vue en contre-plongée avec les deux derniers pylônes depuis le premier mur de la piste rouge du Lièvre Blanc.



Véhicules et pinces

Le télésiège du Lièvre Blanc est équipé de sièges 4 places GMM reliés au câble par des pinces fixes AR 2,3 assurant un serrage direct par ressort ou rondelles élastiques.

Image
Un siège en ligne.

Image
Vue de dos d'un siège.

Image
Une pince fixe vue de dessous.



Vues depuis les pistes…

Image
Les deux derniers pylônes vus depuis le départ de la piste rouge du Lièvre Blanc.

Image
La montée finale vue depuis la piste rouge du Lièvre Blanc.

Image
Vue vers l'aval depuis la même piste.

Image
Portée entre les pylônes 12 et 13 vue depuis la piste rouge du Lièvre Blanc.

Image
La montée finale vue depuis la piste rouge du Lièvre Blanc.

Image
Portée entre les pylônes 8 et 9 vue depuis la piste bleue du Boulevard des Marmottes.

Image
Portée vers le pylône 7 vue depuis le bas de la piste rouge du Dahut.

Image
Vue en aval du pylône 6 depuis la piste bleue du Couloir.

Image
Vue de la ligne en amont du pylône 5, à la jonction entre la piste rouge du Dahut et la piste bleue du Couloir.

Image
En avançant…

Image
Vue en aval du pylône 5 depuis la piste bleue du Couloir.

Image
Vue en amont du pylône 4 depuis la piste bleue du Couloir.

Image
Vue de la ligne en amont du pylône 3 en arrivant depuis la piste bleue des Ancolies.

Image
Vue de la ligne en aval du pylône 3 depuis la piste bleue des Ancolies.

Image
Vue de la ligne en aval du pylône 2 depuis le bord de la piste bleue des Ancolies.

Image
Le début de la ligne vu depuis la fin de la piste bleue des Ancolies.



Lièvre Blanc, un télésiège long pour une offre de ski de qualité

Le télésiège du Lièvre Blanc est un télésiège appréciable pour le ski d'altitude à l'écart de la foule. Facilement accessible par gravité depuis les fronts de neige de l'Alpe d'Huez (via les télésièges Marmottes 1, Romains, le téléporté mixte des Jeux ou le DMC des Grandes Rousses 1), depuis Oz-en-Oisans (via la télécabine de Poutran) ou Vaujany (via les téléphériques du Dôme des Rousses), il dessert deux pistes rouges de qualité sans avoir à utiliser les « Marmottes 1 & 2 » où il faut souvent subir de longues queues. Il constitue en outre un itinéraire bis vers le Plat des Marmottes afin d'éviter le télésiège débrayable à bulles des Marmottes 1, souvent saturé.
Lièvre Blanc subit par contre son manque de confort et son temps de montée très long. C'est pourquoi il est souvent peu fréquenté en-dehors des jours de beau temps.
Secondaire et ouvrant de manière irrégulière suivant les saisons, il n'est pour le moment pas prévu de remplacer ce télésiège. Le dernier projet sur cet axe, à savoir un télésiège débrayable entre la gare intermédiaire du DMC des Grandes Rousses et le Clocher de Mâcle, a été abandonné il y a plusieurs années.

Image
Lièvre Blanc, un télésiège long et lent qui pénalise l'exploitation du domaine d'altitude de l'Alpe d'Huez.


Bannière : Bovinant
Texte et mise en page : remontees
Photos : remontees
Date des photos : 28 janvier 2018, 21 février 2018 et 1er avril 2018.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :