Localisation(s)
Photo

 TSF4 du Tremplin

Montgenèvre (Vialattea)

Poma

T3 ES
Description rapide :
Appareil stratégique, le télésiège du Tremplin assure principalement un rôle de liaison. Il permet l'accès au secteur de l'Aigle pour les skieurs venant des secteurs des Monts de la Lune et du Chalvet ainsi que du parking à la journée. Il s'agit d'un des rares appareils français dotés d'une gare motrice du modèle Orion.

Options techniques :
  • Tapis d'embarquement ou de positionnement
Année de construction : 2003
PDF Ce reportage possède 2 documents PDF

Suivre la discussion sur le forum



 
Introduction
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 24/10/2022 et mise à jour le 04/11/2022
(Mise en cache le 05/11/2022)

Image


  • 1. Le domaine skiable de Montgenèvre
  • 2. Historique et situation du télésiège du Tremplin
  • Le rapprochement de la France vers l’Italie
    Le télésiège d’accès au secteur de l’Aigle
  • 3. Infrastructures du télésiège du Tremplin
  • Les caractéristiques
    La gare aval
    La ligne
    La gare amont
    Les véhicules et attaches
  • 4. Le télésiège du Tremplin, un accès performant et presque efficace

 
Le domaine skiable
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 24/10/2022 et mise à jour le 05/11/2022
(Mise en cache le 05/11/2022)

1. Le domaine skiable de Montgenèvre

La station de Montgenèvre est située dans le département des Hautes-Alpes (05), entre la vallée de la Clarée et le val de Suse au nord du Queyras. Intégrée au domaine franco-italien de la Voie Lactée regroupant les autres stations de Sestrière, Sansicario, Sauze d’Oulx, Clavière et Cesana, la station de Montgenèvre est la doyenne des stations françaises dont le ski y fit son apparition en 1907. Alors que le domaine skiable de la Voie Lactée, quatrième domaine skiable du monde, comporte environ 410 kilomètres de pistes pour 70 remontées mécaniques, la station de Montgenèvre propose 83 kilomètres de pistes pour 24 remontées mécaniques.
Exploité et entretenu par la RARM (Régie Autonome des Remontées Mécaniques) Montgenèvre, le domaine skiable se réparti sur deux principaux versants pour trois secteurs :
- en face sud avec le secteur du Chalvet qui propose une mixité de pistes faciles comme techniques.
- en face nord avec les secteurs de l’Aigle et des Gondrans qui proposent des pistes de tous niveaux et de différentes variétés ainsi que la liaison avec le reste du domaine skiable international.
En outre, la station de Montgenèvre dispose de la plus longue luge sur rail de France : la Monty Express. Construite en 2010, elle est exploitée tant en hiver qu’en été et permet des descentes d’environ 1400 mètres de long. La station de Montgenèvre a également diversifié ses offres d’après ski et propose de nombreuses activités ; la commune dispose notamment d'un centre balnéo-ludique avec piscine et spas nommé Durancia, mais aussi d’un cinéma.

Image

 
Historique et situation
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 24/10/2022 et mise à jour le 04/11/2022
(Mise en cache le 05/11/2022)

2. Historique et situation du télésiège du Tremplin

Le rapprochement de la France vers l’Italie

A la fin des années 60, alors que le ski alpin se pratique déjà depuis de nombreuses années sur les pentes de Montgenèvre, l’extension du domaine skiable implique un développement du village et des points de départs vers les pistes. C’est le cas de la sortie de Montgenèvre en direction de l’Italie qui devient une zone de parking et de départ. En 1970, un téléski, dénommé Tremplin en raison de sa proximité avec le tremplin de saut à ski aujourd’hui désaffecté, est construit afin d’extraire les skieurs de ce parking et leur permettre d’accéder au téléski du Brousset, remplacé en 1996 par un télésiège. Le téléski du Tremplin est alors un appareil assez difficile montant jusqu’au croisement actuel des pistes de la Doire et du Tremplin. Ainsi, ce dernier ne permettait pas l’accès au village de Montgenèvre directement.
Vient ensuite l’époque des Jeux Olympiques de 2006 organisés à Turin. Le domaine skiable de la Vialattea est alors le théâtre de nombreuses épreuves dans toutes les stations italiennes. En prévision de l’évènement et pour faire face à l’augmentation de trafic sur les remontées mécaniques, beaucoup d’installations italiennes sont remplacées. Bien que Montgenèvre ne soit concerné par aucune épreuve, le remplacement du téléski du Tremplin est réalisé en 2003, ce dernier recevant en plus depuis 1999 les flux venant du télésiège du Col Bœuf assurant la liaison entre l’Italie et la France. Les files d’attente très importantes sont ainsi absorbés depuis par le nouveau télésiège, de type fixe à quatre places, installé en 2003.

Image

La régie des remontées mécaniques porte, pour l’installation de cette nouvelle remontée mécanique, une attention particulière à l’intégration de la ligne pour que cette dernière ne soit pas visible du village ainsi qu’au confort des clients avec l’installation d’un tapis d’embarquement. Cette nouvelle installation est d’abord mise en service avec un débit et une vitesse d’exploitation provisoire à 2,3 m/s. En 2008, la construction du téléporté mixte de Serre-Thibaud et le prolongement de la piste du Pharo connecte le lieu au secteur du Chalvet skis aux pieds. Le télésiège prend ainsi encore plus d’importance et son débit est amélioré en 2009 en l’exploitant jusqu’à la vitesse nominale de 2,5 m/s. Des caisses modernes et plus nombreuses sont également aménagées au pied de l’appareil, notamment via le remplacement de la cabane d’exploitation.

Le télésiège d’accès au secteur de l’Aigle

Au fur et à mesure de l’évolution du domaine skiable, l’axe du Tremplin prend de plus en plus d’importance au fil des années. Simplement construit au début dans le but de desservir le parking à la journée, le Tremplin est aujourd’hui un axe multi-rôles notamment dans la connexion entre le domaine des Monts de la Lune et celui de Montgenèvre et la connexion entre les secteurs du Chalvet et de l’Aigle. Dans ce dernier rôle, la liaison skis aux pieds implique un passage obligatoire par le télésiège du Tremplin, et les skieurs ont ensuite le choix d’accéder au télésiège du Brousset ou au téléporté mixte des Chalmettes pour monter plus en altitude.
Dans le détail, les pistes desservies sont :
- la piste verte du Bois, piste assez plate sur sa première partie et qui rejoint la piste verte du Lac qui descend sur le front de neige et donne accès à l’ensemble des remontées mécaniques de ce dernier. A la fin de la partie assez plate, un accès est donné à la piste bleue du Vallon pour l’accès au télésiège du Brousset, et il est possible d’éviter la partie plate en empruntant la piste rouge de la Jauffret.
- la piste rouge de la Mandarine , piste qui permet de descendre vers le front de neige sans passer par le stade de compétition souvent fermé au public. La piste donne accès à une autre piste rouge, celle des Envers, qui mène au même endroit par un passage plus rapproché de la piste verte du Lac.
- la piste rouge du Chauvet, piste qui n’est autre que le stade de compétition de Montgenèvre. Souvent fermé au public, il est possible d’utiliser la piste rouge de l’Office se détachant avant la zone réservée aux compétitions et menant au même endroit. Une autre piste rouge, la Doire, se détache également et permet de créer du ski propre sous le télésiège du Tremplin, puisque cette dernière de dirige vers le départ du télésiège du Brousset.
- la piste noire du Chauvet, qui constitue la première partie du stade de compétition. Également souvent réservée, il s’agit d’un mur donnant accès à la piste rouge du même nom.

Image

Image

 
Infrastructures
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 24/10/2022 et mise à jour le 05/11/2022
(Mise en cache le 05/11/2022)

3. Infrastructures du télésiège du Tremplin

Les caractéristiques

Caractéristiques administratives

Type d’installation : Télésiège à pinces fixes
Nom de l’installation : Tremplin
Maître d’œuvre : CNA
Maître d’ouvrage : Inconnu
Génie civil et montage : Inconnu
Exploitant : RARM Montgenèvre
Constructeur : Poma
Année de construction : 2003
Montant d’investissement : Inconnu

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité des véhicules : 4 personnes
Débit à la montée : 1956 personnes/heure (dimensionné pour 2282 personnes/heure)
Débit à la descente : 0 personne/heure (dimensionné pour 0 personne/heure)
Vitesse nominale : 2,5 m/s
Type d'embarquement : Axe de la ligne
Type de débarquement : Axe de la ligne
Dispositif d’aide à l’embarquement : Tapis d’embarquement
Dispositif d’aide au débarquement : Aucun
Temps de trajet : 6 min 46 sec

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1780 m
Altitude gare amont : 2029 m
Dénivelé : 249 m
Longueur développée : 1015 m
Pente moyenne : 25,30 %
Pente maximale : 51,00 %

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Unifix
Type de gare amont : Orion
Emplacement gare de tension : Aval
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation principale : Electrique (continu)
Type de motorisation de secours : Thermique
Puissance développée : 199 kW
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérins : 2
Tension nominale : 28000 daN
Pression nominale : 153 bars
Type de frein de service : 1 pince électro-magnétique sur arbre rapide
Type de frein de sécurité : 2 pinces hydrauliques sur poulie motrice
Diamètre de poulie retour : 4900 mm
Diamètre de poulie motrice : 4900 mm

Type de véhicules : Sièges Doudouk 4
Type d’attaches : Pinces fixes AR 2800
Nombre de véhicules : 82 sièges

Caractéristiques électriques

Fournisseur des armoires de puissance : SEMER (2003)
Fournisseur des armoires de commande : SEMER (2003)
Type d’automate de sécurité : Siemens S5-95F
Type de groupe de ligne de sécurité : SEMER Safeline 3.1
Type de simulateur de charge : SEIREL Automatismes Selest (2017)
Télécommande radio gare aval : SEMER Freeman
Télécommande radio gare amont : Aucune
Télécommande radio maintenance : SEMER Protec

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : Trefileurope
Année de pose : 2003
Diamètre du câble : 40,50 mm
Type de câblage : Lang
Composition : 6×17 fils
Ame : Compacte
Revêtement : Clair
Résistance à la rupture : 116930 daN

Caractéristiques de la ligne

Nombre de pylônes : 10
Implantation du câble multipaire : Aérien
Sens de montée : Droite
Composition de la ligne :


  • G1 : 8C | 8C
  • P1 : 8S | 8S
  • P2 : 4SC | 4SC
  • P3 : 6S | 8S
  • P4 : 6S | 8S
  • P5 : 6S | 6S
  • P6 : 8S | 8S
  • P7 : 8S | 8S
  • P8 : 4S | 6S
  • P9 : 6S | 6S
  • P10 : 6S | 6S

La gare aval

Implantée en contrebas du village de Montgenèvre en direction de l’Italie, la gare aval est placée en plein milieu d’un espace dégagé d’arbres, espace qui n’est autre qu’un point de rassemblement de plusieurs pistes et d’extraction dans plusieurs directions. En effet, des pistes venant du secteur du Chalvet, du secteur de l’Aigle et du secteur des Monts de la Lune convergent à cet endroit, et deux appareils permettent d’en sortir : le téléporté mixte de Serre-Thibaud en direction du Chalvet et le télésiège du Tremplin en direction de l’Aigle.
L’entrée vers le télésiège est réalisée à proximité des caisses de vente de forfaits. Les skieurs doivent passer un portique équipé de bornes de contrôle des forfaits. Ils arrivent ensuite à l’aire d’embarquement où ils sont pris en charge, après avoir passé les portillons de cadencement qui empêchent de forcer tout passage, par un tapis d’embarquement permettant de diminuer l’écart de vitesse entre le skieur et le siège au moment de l’accostage. Ce tapis, fourni par la société italienne Emmegi, matérialise les couloirs d’embarquement par les couleurs des maillons formant la bande.
Deux petits bâtiments sont présents : celui en face de l’embarquement sert au personnel d’exploitation du télésiège ainsi qu’au personnel de vente des forfaits, l’autre servant à du stockage de matériel et à la vente de forfaits via des bornes automatiques. A noter que ces chalets remplacent le petit installé initialement.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le portique a été rénové en 2019 par Essor BVD :

Image

Quatre bornes sont présentes : elles sont du modèle AX 500 NG Turnstile de chez TeamAxess :

Image

Image

Fournis avec l’ensemble du tapis, les portillons de cadencement des skieurs résistent aux poussées intempestives et sont du modèle Utility :

Image

Le tapis Emmegi de type Confort est monté sur une fosse peu profonde dotée de drains et de gravier :

Image

Image

La gare assure ici la fonction de tendre le câble. Pour cela, Poma a installé une gare avec une structure de la gamme Unifix assurant la tension via deux vérins hydrauliques et une centrale. Cette centrale est ici placée contre le massif béton supportant la structure, dans un caisson métallique fermé. La gestion électrique de la tension est réalisée dans la structure et en liaison permanente avec l’armoire présente dans la cabane. Cette armoire dispose d’un automate Siemens de la gamme S5 assurant tout l’automatisme de commande en lien avec l’embarquement et la tension. Le tapis d’embarquement est mis en mouvement par un motoréducteur agissant sur les barbotins côté ligne, tandis que la bande est tendue par des ressorts agissant sur les barbotons côté portillons. Le tapis, dont la vitesse est asservie par un variateur de fréquence, fonctionne toujours de manière proportionnelle au câble et est surveillé notamment grâce aux dynamo-tachymétriques du câble et du tapis et d’un boîtier de mesure des écarts.
A noter que diverses télécommandes équipent la station aval : une filaire pour l’exploitation depuis l’extérieur, une filaire pour l’entretien du tapis en marche dégradée, et une radio pour l’exploitation à tout endroit.

Image

Image

Un des deux galets permettant l’acquisition de la vitesse du câble :

Image

Les vérins de tension hydraulique :

Image

Le moteur et le réducteur du tapis :

Image

La tension de la bande et la dynamo-tachymétrique :

Image

La ligne

La ligne mesure un peu moins d’un kilomètre et ne présente pas de particularité géographique notable. Bien qu’évoluant dans un environnement boisé, les pylônes ne dépassent quasiment pas la hauteur des arbres et rendent ainsi la ligne très discrète dans son environnement.
Le P0, intégré à la gare, permet l’élévation rapide du câble. Le P1, situé quelques mètres après, réduit cette pente et amorce une longue portée. Le P2 est implanté au pied du chemin estival reliant Montgenèvre à Claviere. Le P3 et le P4 réduisent légèrement la pente du câble et amorcent, jusqu’au P7 et au P8, une inclinaison constante. Le P9 et le P10 remettent l’inclinaison du câble à l’horizontale avant la gare amont.
Les équipements de ligne sont standards de cette génération et sont issus du développement commercialisé à partir de 2001. La ligne de sécurité est globale et unique pour l’ensemble des pylônes. A noter que le balancier de descente du P1 est doté du capteur de détection des sièges pour l’ouverture des portillons de cadencement des skieurs au bon moment.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

La gare amont

La gare amont est située au sommet du stade de compétitions de Montgenèvre, à côté de l’arrivée du télésiège du Prarial. Cachée entre la cabane d’exploitation et la forêt environnante, sa présence est très discrète et n’est pas visible de la vallée.
Il s’agit d’une gare du modèle Orion, modèle alors tout récemment commercialisé par Poma. Le débarquement s’effectue en ligne droite en face de la cabane et sur une pente suffisante pour exploiter l’installation à sa vitesse nominale. Un portillon de non-débarquement réglementaire est présent sur le massif côté descente et vérifie que les sièges descendent bien à vide et garde-corps relevé, l’installation n’étant pas dimensionnée pour une exploitation à la descente.
La cabane d’exploitation a été installée d’occasion. Elle dispose de deux pièces : une face au débarquement pour le conducteur avec l’armoire de commande, et une orientée vers le départ du stade avec les armoires de puissance et des auxiliaires. Elle dispose également d’une mezzanine pour stocker du matériel ainsi qu’une petite terrasse extérieure.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le modèle Orion, à la différence de la classique gare Alpha, se caractérise par l’orientation de la chaîne cinématique dans l’axe de la ligne sur une structure fixe. Les équipements sont tous agréés de la conformité européenne, à l’instar de la gamme Unifix lancée à la même période.
Le treuil est équipé d’un moteur électrique à courant continu de marque Thrige Electric et d’un réducteur Kissling relié entre eux par un arbre rapide doté d’un volant d’inertie et d’un disque de freinage. Le réducteur, à renvoi d’angle, donne son mouvement à la poulie motrice via un arbre lent canelé. La poulie motrice, entièrement protégée des intempéries grâce à un capotage complet, est dotée d’une piste de frein sur ses joues. Un moteur thermique est présent pour évacuer la ligne notamment en cas d’absence du réseau électrique ou en cas de défaillance du moteur principal. Le cardan à sa sortie rentre dans le réducteur via une boîte auxiliaire de vitesse. Un coupleur est présent en sortie du moteur thermique pour assurer la mise en mouvement de la ligne lorsque ce dernier est accouplé.
Le freinage est assuré par un frein électromagnétique de type PP 2200 sur l’arbre rapide, et par deux freins hydrauliques de type FE 100 sur la poulie motrice.
Les armoires électriques, fournies par la société SEMER, font appel à du matériel Siemens pour la partie automatisme et interface. L’installation fait partie des toutes dernières à être équipée d’automates S5, alors que la gamme S7 est déjà sortie à cette époque. Deux coffrets en gare, un pour la marche de secours et un regroupant toutes les données des capteurs en gare, sont en liens avec l’armoire de commande. La marche de secours est pilotée directement depuis l’armoire de commande de la cabane.

Image

Des passerelles permettent un accès très pratique à la poulie, aux pinces du frein de sécurité, et aux galets équipés de dynamo-tachymétriques :

Image

Image

Une des deux pinces du frein de sécurité, de type FE 100 :

Image

Deux signaux d’acquisition de la vitesse du câble sont pris sur les mono-galets d’entrée et de sortie de poulie :

Image

L’armoire de commande :

Image

Image

Image

L’armoire de puissance et des auxiliaires :

Image

Image

Le moteur électrique principal :

Image

La dynamo-tachymétrique moteur :

Image

Image

La pince du frein de service, de type PP 2200 :

Image

Image

Le réducteur :

Image

La pompe de circulation forcée de l’huile :

Image

Image

La boîte auxiliaire pour accoupler le moteur thermique au réducteur :

Image

Image

Le coffret du treuil :

Image

La centrale hydraulique du frein de sécurité :

Image

Le cardan liant le coupleur au réducteur :

Image

Image

Le coffret du moteur thermique :

Image

Le moteur thermique :

Image

Image

Image

Image

Image

Les véhicules et attaches

Les véhicules équipant l’installation sont issus de la gamme Doudouk, gamme lancée à la fin des années 90 sous le nom Confort et qui a au fil des années évoluée de par son appellation mais aussi de par sa conception. Ces sièges se caractérisent par un arceau plan supportant à la fois les supports des assises et des dossiers et se prolongeant de chaque côté par des accoudoirs. Les garde-corps sont équipés d’un contrepoids à l’arrière pour faciliter leur ouverture sans système annexe. Ces derniers ont par ailleurs été équipés de dispositifs contre le sous-marinage de la société Partech à toutes les places au cours de l’année 2018.
Les pinces sont de type AR 2800. Elles assurent de manière traditionnelle un serrage direct sur le câble grâce à un empilement de rondelles Belleville contenues dans un bol métallique.

Image

Image

Image

Image

Image

 
Conclusion
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 24/10/2022 et mise à jour le 04/11/2022
(Mise en cache le 05/11/2022)

4. Le télésiège du Tremplin, un accès performant et presque efficace

Le Tremplin version 2003 est un appareil qui répond à une augmentation grandissante de la fréquentation sur cet axe. De la desserte d’un simple parking pour clients à la journée, le Tremplin est devenu aujourd’hui un lien vital pour la bonne organisation du domaine skiable, du changement de secteur au changement de pays, sans oublier le ski propre. Lors de sa construction, la régie des remontées mécaniques a su anticiper un axe de plus en plus important, notamment avec l’arrivée en 2008 du téléporté mixte de Serre-Thibaud à proximité, en installant un télésiège confortable, discret et efficace. En misant sur la gare motrice Orion et sur un tapis d’embarquement fiable, Poma a su proposer un appareil a la hauteur de l’importance de l’axe.
Maintenant, en regardant l’avenir, il s’avère qu’une bonne partie des utilisateurs du télésiège empruntent ensuite soit le télésiège du Brousset soit le téléporté mixte des Chalmettes. Avec l’âge grandissant du télésiège du Brousset et son axe quasiment parallèle à celui du Tremplin, la RARM Montgenèvre réfléchit à un remplacement des deux appareils par un unique téléporté débrayable, ralliant le départ du Tremplin directement au sommet du Brousset. Un projet à suivre dans la prochaine décennie ?

Image

Image

Un remerciement particulier est adressé aux équipes de la RARM Montgenèvre pour la visite de l’installation.

Auteur des photos : valcelouis
Auteur des textes et de la mise en page : valcelouis
Date des prises de vue : 26 septembre 2020 & 26 janvier 2022

© valcelouis – Tous droits réservés



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :