En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSF4 du Vallonnet

Bonneval-sur-Arc (Haute Maurienne Vanoise)

Poma

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège du Vallonnet permet de relier le village de Bonneval au plateau du Criou, et constitue le premier des trois télésièges quatre places du domaine skiable . Il est l'appareil principal du domaine, et a remplacé un télésiège biplace datant des origines de la station.

Année de construction : 1988

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : valcelouis
Section écrite le 31/12/2018 et mise à jour le 21/02/2019
(Mise en cache le 21/02/2019)

TSF4 du Vallonnet – Bonneval-sur-Arc
Poma – 1988


Image


Au sommaire de ce reportage :

1 → Bienvenue à Bonneval-sur-Arc !
2 → Historique : les débuts du ski alpin à Bonneval
3 → Le télésiège du Vallonnet : l’accès au domaine skiable depuis Tralenta
4 → Infrastructures et ligne du télésiège du Vallonnet
5 → Vallonnet, le bon appareil au bon endroit...


1 → Bienvenue à Bonneval-sur-Arc !

Bonneval-sur-Arc est une commune de Savoie située au fin fond de la vallée de la Haute-Maurienne, dans le parc naturel de la Vanoise. Ce village, logé au pied d’un ensemble glaciaire et de hauts sommets, a su préserver son authenticité et est classé parmi les plus beaux villages de France.
Grâce à son altitude (1850 mètres au pied des pistes), l’enneigement y demeure conséquent durant toute la saison hivernale. On peut donc pratiquer le ski alpin sur le domaine skiable jusque début mai, et en ski de randonnée jusqu’en juin. Les 25 pistes s’étendent jusqu’à 3005 mètres d'altitude, et sont desservies par une dizaine de remontées mécaniques.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^

2 → Historique : les débuts du ski alpin à Bonneval

Les débuts du ski alpin à Bonneval-sur-Arc remontent à 1968. Cet été-là, la station de Bonneval-sur-Arc fait construire le télésiège biplace du Vallonnet et le téléski du Chalençon, tous les deux issus du constructeur français Poma. Le télésiège du Vallonnet partait au bord de la route d’accès menant au hameau de l’Ecot, pour rejoindre le plateau du Criou, tandis que le téléski du Chalençon permettait quant à lui de desservir un espace débutant sur le plateau du Criou, à l’arrivée du télésiège du Vallonnet.

Image
Le départ du télésiège du Vallonnet de l'autre côté de l'Arc à la fin des années 60 (D.R.).

En 1969, avec le développement du village de Tralenta à l’écart du vieux village initial, la station entreprend la construction d’un petit téléski à pinces fixes, le Pré du Vas, sur le pré du même nom se retrouvant alors exactement entre les deux villages. Cela en fait alors un terrain d’apprentissage privilégié accessible facilement depuis les deux villages. La piste facile desservie mesure alors moins d’une centaine de mètres et permet aux débutants de découvrir les joies de la glisse à une époque où le ski se retrouve en plein développement. Par la suite, les skieurs en apprentissage pouvaient ensuite rejoindre le télésiège du Vallonnet pour accéder à la pente encore facile desservie par le téléski du Chalençon, sur le plateau du Criou.

Avec la sortie de terre de nombreux logements vers 1970 dans le nouveau village de Tralenta, la station décide de prolonger le télésiège biplace du Vallonnet par l’aval : ainsi, la gare de départ est déplacée au pied du village de Tralenta de manière à ce qu’elle soit accessible de tous. Dorénavant, le télésiège prend son départ de l’autre côté de l’Arc, ce qui impose ainsi le survol du torrent.

Image
Vue sur le départ du télésiège biplace du Vallonnet alors prolongé côté village (D.R.).

Les années 1972 et 1973 verront le développement du secteur du plateau du Criou, situé à l’arrivée du télésiège du Vallonnet et où se trouve déjà le petit téléski du Chalençon. Deux téléskis nouveaux sont alors installés à ses côtés : le téléski de la Barme et le téléski du Moulinet. Tandis que le premier dessert sensiblement la même zone mais avec un tracé plus que doublé, le second, lui, ouvre un nouveau secteur au ski de piste en desservant des pistes plus techniques et difficiles dans une majestueuse combe en aval du glacier du Mulinet.
En 1974, c’est un quatrième téléski qui ouvre sur le secteur : le téléski d’Andagne. Plus long et plus pentu que ses voisins, il prend son départ à l’écart des autres téléskis du plateau du Criou et dessert de longues pistes assez difficiles et pentues pour les skieurs aguerris. Il est installé et permet ensuite l’extension du domaine skiable plus en altitude.

Image
Le plateau du Criou en 1978 (D.R.).

Aussi au cours des années 70, un petit téléski facile est installé sur la gauche du tracé du télésiège du Vallonnet pour desservir sur un nouvel espace débutant la fin de la piste desservie par le télésiège du Vallonnet et venant du plateau du Criou. Dénommé Pierre Fendue, ce téléski prend son départ quasiment au même endroit que l’ancienne gare aval du télésiège biplace du Vallonnet avant que celui-ci ne soit rallongé vers le village.

Image
Vue sur le télésiège biplace du Vallonnet et sur le téléski de la Pierre Fendue dans les années 80 (D.R.).

La fin de l’extension du domaine skiable prendra effet en 1979, avec la construction de deux téléskis. Le premier, nommé Lac, prend la suite du téléski d’Andagne construit cinq ans plus tôt. Le second, nommé 3000 en référence à l’altitude correspondant au lieu de son arrivée, est encore la suite du téléski du Lac. Cette extension, une des plus grandes que le domaine skiable a vécu, permet alors de créer environ cinq nouvelles pistes techniques et agréables, évoluant dans un décor somptueux. Les années suivantes verront le développement de ce secteur avec la création de nombreuses autres pistes.

3 → Le télésiège du Vallonnet : l’accès au domaine skiable depuis Tralenta

Après de nombreuses années d’exploitation, le télésiège du Vallonnet est remplacé par un nouvel appareil fixe mais quadriplace en 1988. En effet, le télésiège ne pouvait plus répondre aux besoins de confort et de sécurité pour les clients, sachant notamment que cet axe constitue un lieu de passage obligé pour les skieurs désirant monter dans le domaine skiable d’altitude, et surtout pour les débutants rejoignant les pistes faciles du plateau du Criou.
Ainsi, le rôle primordial de cet axe oblige son remplacement à cette époque, et l’installation d’un restaurant d’altitude au plateau du Criou confortera la décision d’avoir un appareil performant et pratique pour monter et descendre les piétons souhaitant avoir accès au restaurant.
En outre, lors de la construction du nouveau télésiège, la station a entrepris par la même occasion la reconstruction du téléski de Pierre Fendue avec des éléments récupérés de l’ancien télésiège biplace du Vallonnet. Se situant auparavant à gauche de la ligne du télésiège du Vallonnet, le téléski se retrouvera par la suite à droite de la nouvelle ligne du télésiège du Vallonnet.
Aujourd’hui, le télésiège du Vallonnet constitue l’unique moyen d’accéder au domaine skiable d’altitude, c’est pourquoi il est assez fréquenté lors des périodes de forte affluence en station et notamment le matin et en début d’après-midi. Malgré une desserte de deux pistes de niveaux différents, il est généralement utilisé en tant qu’ascenseur permettant de s’extraire du village pour gagner de l’altitude, et sa desserte en ski propre utilisée pour rallier le village quand les clients finissent leur session de ski.
Le télésiège du Vallonnet dessert :
- la piste verte « Alouette » qui permet de redescendre au pied du télésiège sur une pente très douce dans un environnement particulier et très reposant. En outre, une antenne de cette piste permet l’accès au haut du village de Tralenta pour regagner les habitations de manière gravitaire.
- la piste bleue « Polo Boniface », piste très connue de la station, qui permet de redescendre au pied du télésiège sur une pente assez technique et pentue, très appréciée des compétitions et écoles de ski.
En outre, l’accès au télésiège d’Andagne est réalisé en empruntant le tout début de la piste Polo Boniface.
Et voici la représentation du plan des pistes :

Image
Plan Kaliblue.

4 → Infrastructures et ligne du télésiège du Vallonnet

Construit en 1988 et constituant le premier télésiège fixe quadriplace de la station, la régie des remontées mécaniques de Bonneval-sur-Arc a choisi Poma pour la construction du nouveau télésiège du Vallonnet. Le constructeur français a livré un appareil de sa gamme phare à l’époque : un Alpha. Bien que ces télésièges soient faits pour devenir débrayable à l’avenir, le télésiège du Vallonnet n’a jamais eu vocation à devenir débrayable, et n’a jamais été dimensionné pour cela.
Poma a livré un appareil finalement classique, avec des composants standards de son catalogue. On notera seulement comme innovation pour l’époque la sortie cette année-là des nouveaux galets pleins et démontables, permettant une maintenance aisée, et remplaçant les galets ajourés. Cependant, les galets de compression sont encore ajourés cette année-là.
La configuration de l’appareil est réalisée comme ceci : la gare aval est retour-fixe permettant de limiter les nuisances sonores au sein du village comme avec l’ancien télésiège biplace, et la gare amont est motrice-tension mais relativement discrète puisqu’éloignée de toute habitation.
Voici les principales caractéristiques techniques du télésiège du Vallonnet :

Caractéristiques administratives

TSF - Télésiège à pinces fixes : VALLONNET
Maître d’œuvre : CETARM 73
Maître d’ouvrage : Régie des remontées mécaniques de Bonneval-sur-Arc
Exploitant : Régie des remontées mécaniques de Bonneval-sur-Arc
Installation électrique : Jacquard Electromécanique
Constructeur : Poma
Année de construction : 1988
Mise en service : 23 décembre 1988

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et Été
Capacité : 4 personnes
Débit à la montée : 1000 personnes/heure (1350 personnes/heure à terme)
Débit à la descente : 500 personnes/heure (675 personnes/heure à terme)
Vitesse d'exploitation : 2,3 m/s
Tapis de positionnement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1800 m
Altitude gare amont : 2044 m
Dénivelé : 244 m
Longueur développée : 914 m
Longueur horizontale : 881 m
Pente maximale : 61 %
Temps de trajet : 6 min 37 sec

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Retour fixe
Diamètre de poulie retour : 4200 mm

Type de gare amont : Alpha
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation : Électrique
Puissance développée : 164 kW
Emplacement gare de tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérins : 2
Tension nominale : 25 000 daN
Pression nominale : 108 bars
Diamètre de poulie motrice-tension : 4000 mm

Sens de montée : Gauche
Type d'embarquement : Axe de la ligne
Nombre de pylônes : 10
Type de véhicules : Sièges Arceau 4
Dispositifs d'accouplement : Pinces fixes UNIGRIP
Nombre de véhicules : 56

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : Bridon Ropes Limited
Date de pose : 1988
Diamètre du câble : 32 mm
Type de câblage : Lang
Composition : 6×17 fils
Résistance à la rupture : 76 190 daN

La gare aval

La gare aval est située en contrebas du village de Tralenta, au bord de l’Arc. Elle est ainsi accessible par gravité depuis la route principale du village. Le chemin d’accès permet de descendre vers la gare aval même à ski depuis le village en hiver, et est desservi par la navette interne à Bonneval-sur-Arc. A proximité de la gare aval se trouvent aussi les caisses permettant d’acheter son forfait, ainsi que d’autres services. A noter également que la gare aval est accessible depuis le domaine skiable via un petit pont au-dessus de l’Arc.
L’accès à la gare aval se fait derrière le local d’exploitation, après avoir passé les bornes de contrôle des forfaits. La file d’attente forme un coude permettant d’effectuer un demi-tour avant d’atteindre les portillons de cadencement puis la zone d’embarquement.
La gare aval est techniquement constituée d’une simple poulie de retour fixe permettant de limiter les nuisances sonores qui deviennent ainsi quasi-inexistantes.

Image
Accès au télésiège et aux caisses depuis la rue principale du village de Tralenta.

Image
Le point de départ vers le domaine skiable.

Image
Accès au télésiège du Vallonnet.

Image
La gare aval vue de profil.

Image
La gare aval vue dans son ensemble.

Image
La gare aval vue depuis le pont au-dessus de l'Arc.

Image
Les bornes de contrôle des forfaits.

Image
La gare aval et la zone d'embarquement.

Image
Les portillons de cadencement.

Image
La zone d'embarquement.

La ligne

La ligne de l’appareil évolue dans un environnement légèrement boisé sur les deux tiers du parcours, puis dans un environnement sans arbre sur la dernière partie. Un premier pylône en portique permet d’élever rapidement la ligne afin de survoler l’Arc et se dégager du décaissement dans lequel est situé le tout début de la ligne. La montée est ensuite moins prononcée à proximité du téléski de Pierre Fendue, avant de se raidir de nouveau où la ligne atteint sa pente maximale. Deux pylônes consécutifs ramènent ensuite la ligne sur une pente quasi-plate en passant à proximité de la gare aval du télésiège d’Andagne et en survolant le début de la piste Polo Boniface sur sa première partie.
Aucune particularité technique n’est à souligner pour les pylônes qui sont classiques pour Poma des années 90.

Poma a équipé la ligne de 10 pylônes dont 8 supports, 1 compression et 1 support/compression comme ceci :
P1 : Compression
P2 : Support
P3 : Support
P4 : Support/Compression
P5 : Support
P6 : Support
P7 : Support
P8 : Support
P9 : Support
P10 : Support

Image
Le début de la ligne vu depuis la gare aval.

Image
P1 : Compression.

Image
Portée P1-P2.

Image
La gare aval vue de derrière.

Image
P2 : Support.

Image
Portée P2-P3.

Image
P3 : Support.

Image
Portée P3-P4.

Image
P4 : Support / Compression.

Image
Tête du P4.

Image
Portée P4-P5.

Image
P5 : Support.

Image
Tête du P5.

Image
Portée P5-P6.

Image
Vue de derrière.

Image
P6 : Support.

Image
Portée P6-P7.

Image
P7 : Support.

Image
P8 : Support.

Image
Portée P8-P9.

Image
P9 : Support.

Image
Portée P9-P10.

Image
P10 : Support.

Image
Avant la gare amont.

Image
Arrivée en gare amont.

La gare amont

La gare amont est située sur le plateau du Criou, à proximité immédiate des téléskis de la Barme et du Chalençon. Ces téléskis sont d’ailleurs accessibles directement par gravité à la sortie du télésiège du Vallonnet, tout comme pour le téléski du Moulinet et le télésiège d’Andagne. Le débarquement s’effectue classiquement dans l’axe de la ligne et la sortie se fait en tournant à gauche. L’embarquement pour la descente s’effectue aussi dans l’axe de la ligne en se présentant devant la gare.
Techniquement, il s’agit d’une gare Alpha de Poma dans sa version la plus petite puisque le treuil de puissance limitée est de petite taille. La gare assure la mise en mouvement du câble grâce à une chaîne cinématique standard comportant un moteur électrique principal, un réducteur, et un moteur thermique de secours. La gare assure aussi la tension du câble grâce à deux vérins pilotés par une centrale de tension et situés sur les deux pieds de la gare ; ils agissent ainsi sur le lorry que constitue la partie centrale.

Image
La gare amont vue dans son ensemble.

Image
Vue globale de la zone d'implantation de la gare amont.

Image
La gare amont et la zone de débarquement.

Image
Vue sur la chaîne cinématique.

Image
La gare amont vue de profil.

Image
La poulie motrice.

Image
La gare amont vue du téléski du Chalençon.

Les véhicules et pinces

Les sièges équipant le télésiège sont peu nombreux : 56. Ils sont néanmoins suffisants pour le débit du télésiège. Il s’agit de sièges Arceau 4 construit par Poma à l’époque, et donc certaines assises et dossiers ont été remplacés avec le temps suite à leur usure.
Les pinces sont de type UNIGRIP, pince standard de Poma pour les télésièges fixes.

Image
Un siège sur le brin descendant vu en ligne.

Image
Une pince vue de dessous.

Image
Une pince sur le brin descendant vue en ligne.

Exploitation estivale

Le télésiège est ouvert en été tant pour les piétons que pour les VTT.
De nombreux chemins de randonnées et des pistes de VTT sont accessibles en haut du télésiège du Vallonnet.

Image
La gare aval vue en été.

Image
La ligne vue en été.

Image
La gare amont vue en été.

5 → Vallonnet, le bon appareil au bon endroit...

Pour terminer, le bilan du télésiège du Vallonnet est largement positif. Faisant rapidement oublier son prédécesseur biplace, l’actuel télésiège du Vallonnet a permis le développement du reste du domaine skiable notamment par la construction quelques années après son installation du télésiège d’Andagne et du télésiège du 3000 sans oublier le doublement du téléski du Lac. Véritable moteur de développement de la station, le télésiège du Vallonnet est l’unique accès au domaine skiable depuis le village, et se doit ainsi de rester ouvert tout au long de la saison. Sa fiabilité se doit d’être irréprochable à la vue du rôle qu’il doit jouer au sein du domaine skiable.
Après plus de 30 ans à transporter les skieurs vers le plateau du Criou, le télésiège du Vallonnet, malgré qu’il ne montre pas de signe de faiblesse ni de surcharge, doit faire face aux visites coûteuses mais réglementaires d’inspection tous les cinq ans. L’avenir de Bonneval-sur-Arc va sans doute passer par un nouvel appareil, une troisième version du télésiège du Vallonnet, sans doute dans quelques années.

Image
Vallonnet, un ascenseur unique entre le village et le domaine skiable.

Je tiens à remercier Monts-Jura pour la mise à disposition de ses clichés ainsi que le personnel d’exploitation du téléski pour son accueil et sa gentillesse.

Photos : valcelouis et Monts-Jura
Texte et mise en page : valcelouis
Date des photos : 6 août 2010 et 27 février 2018

© valcelouis – Tous droits réservés



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :