En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension
Abriès (Haut-Guil)

Abriès (Haut-Guil)


Abriès
Photo CC by-sa Ascaron
Description rapide :
Abriès est un village situé au cœur du parc naturel régional du Queyras, dans le département des Hautes-Alpes. L'hiver, on y pratique le ski alpin ou de fond, et, en toutes saisons, la randonnée.

L'offre de ski alpin d'Abriès évolue sur le domaine du Haut-Guil. Les 20 kilomètres de pistes proposées s'étendent de 1550 à 2467 mètres d'altitude et sont desservies par cinq remontées mécaniques, dont un télésiège débrayable six places. A ne pas manquer : la piste de Valpréveyre, une longue rouge qui évolue dans un environnement sauvage préservé, depuis le sommet du domaine en direction du hameau de Valpréveyre, puis par la vallée de Bouchet jusqu'au Roux, avec un retour station par navette.

Le forfait donne en outre accès à l'ensemble des domaines des stations gérées par la Régie Syndicale des Domaines Alpins du Queyras, à savoir : Molines-en-Queyras et Saint-Véran (domaine de Beauregard), Ceillac (domaine du Cristillan), Abriès (domaine du Haut-Gui) et Arvieux (domaine de l'izoard).




    Afficher les appareils : |


    Liste des reportages de cette station :


    Auteur de la description de la station : collonges74
    Section écrite le 28/06/2020 et mise à jour le 02/11/2020
    (Mise en cache le 02/11/2020)

    Image




    Bienvenue dans le Queyras !


    Emplacement du Queyras en France :
    Image


    Le massif du Queyras se trouve en France, dans le département des Hautes-Alpes (05), en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Le Queyras est composé de plusieurs petits massifs montagneux, organisés autour d'une longue vallée d'une quarantaine de kilomètres : la vallée du Guil, qui suit grossièrement un axe est-ouest. De cette vallée partent une multitude d'autres vallées vers le nord ou vers le sud. Les montagnes y sont plutôt élevées : le plus haut sommet est le Pic de la Font Sancte (3385 mètres), mais on peut aussi noter le Pic de Rochebrune (3320 mètres), le Pain de Sucre (3208 mètres), le Grand Queyras (3114 mètres), le Bric Froid (3302 mètres)... Le massif est par ailleurs traversé par plusieurs sentiers de randonnée bien connus, parmi lesquels le GR5 (qui traverse les Alpes de Thonon à Menton), le GR58 (Tour du Queyras), etc.

    C'est un massif encore très préservé du tourisme hivernal de masse que l'on peut trouver dans de nombreux autres massifs alpins. En effet : on y trouve pas moins de sept stations, mais toutes sont de taille modeste et dépendent de petits villages traditionnels dans lesquels il est très agréable de séjourner. Ici, point de barres d'immeubles défigurant le paysage, place au bois et à la pierre !
    Ces stations sont les suivantes :

    • Arvieux (domaine skiable étalé entre 1690 et 2105 mètres d'altitude, composé de cinq remontées mécaniques)
    • Ceillac (domaine skiable étalé entre 1690 et 2450 mètres d'altitude, composé de cinq remontées mécaniques)
    • Aiguilles (domaine skiable étalé entre 1450 et 1480 mètres d'altitude, composé d'une remontée mécanique)
    • Abriès (domaine skiable étalé entre 1550 et 2400 mètres d'altitude, composé de cinq remontées mécaniques)
    • Ristolas (domaine skiable étalé entre 1600 et 1630 mètres d'altitude, composé d'une remontée mécanique)
    • Molines et Saint Véran, deux stations séparées partageant le même domaine skiable, étalé entre 1740 et 2800 mètres, composé de treize remontées mécaniques.

    L'ensemble des station du Queyras est exploité par la Régie des Stations du Queyras. On compte au total une trentaine de remontées mécaniques, réparties entre 1450 et 2800 mètres.
    On notera par ailleurs que l'on skie dans le Queyras depuis les années 1930, puisqu'un téléski débrayable (toujours debout aujourd'hui mais plus exploité) fut implanté au-dessus d'Aiguilles dès 1938. Son reportage peut être consulté ici : https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tkd-du-chabataron-alta-dandelot-4833.html.

    Les six stations du Queyras :
    Image



    Abriès : le ski au milieu des mélèzes


    Abriès-Ristolas est une commune des Hautes-Alpes, située dans la vallée du Guil. Elle est issue de la fusion, le 1er janvier 2019, entre les communes d'Abriès et de Ristolas , et compte aujourd'hui environ 400 âmes. Elle est assez isolée puisque très enfoncée dans le massif du Queyras, et se trouve à environ 1h15 de Briançon, 40 minutes de Guillestre, 1h30 de Gap et 3h15 de Marseille.


    Si le ski à Abriès commence dès les années 1930 avec la construction d'un téléski artisanal dès 1931, il faut attendre 1960 pour que soit lancé le premier plan d'aménagement du flanc ouest de la montagne de Gilly, qui surplombe la village.
    A cette occasion, un petit téléski à perches fixes, baptisé "Tempanel", voit le jour à côté du village. Une importante extension du domaine fut ensuite réalisée en 1962, grâce à la construction du télésiège de Gilly. Celui-ci, un des premiers du genre en France et livré par Pomagalski, était équipé de sièges biplaces, et partait du village pour atteindre l'altitude d'environ 2150 mètres.
    Peu après, le domaine fut encore étendu vers le sommet de Gilly, avec la construction d'un téléski baptisé "Colette", et situé dans le prolongement du télésiège. Ce dernier permettait d'atteindre l'altitude de 2350 mètres, après un tracé plutôt pentu et doté d'un virage à gauche.

    Disposition des remontées d'Abriès dans les années 1960 :
    Image


    Le départ du télésiège de Gilly (D.R.) :
    Image

    On aperçoit au premier plan, en bas, le premier téléski du Tempanel, parfois appelé téléski de la Garcine (D.R.) :
    Image

    La ligne du télésiège peu de temps avant l'arrivée :
    Image

    Le départ du téléski du Tempanel dans les années 1960 (D.R.) :
    Image

    Le départ du téléski de la Colette (D.R.) :
    Image


    Dès le tout début des années 1970, sans doute en 1971 au vu des photos aériennes de l'époque, le téléski de la Colette fut remplacé par un autre appareil du même type mais plus moderne sur un tracé différent, sans virage.

    Le domaine après le remplacement du téléski de la Colette :
    Image


    Dans le même temps, une dizaine d'années après sa construction, le télésiège de Gilly fut d'ailleurs équipé d'une gare intermédiaire, à un peu plus de 2000 mètres d'altitude. Celle-ci avait comme fonction de faciliter l'accès au nouveau téléski du Ruibon, construit en 1972. C'est aussi pendant cette période que le téléski de Tempanel fut remplacé par un téléski débrayable plus moderne et confortable.

    Le domaine d'Abriès entre 1972 et 1984 :
    Image

    Le téléski de Ruibon, toujours en service aujourd'hui :
    Image

    Le téléski de Tempanel :
    Image


    D'importantes modifications intervinrent encore sur le domaine d'Abriès en 1984. Cette année-là, c'est tout le haut du domaine qui fut remodelé : le télésiège de Gilly fut quelque peu modernisé, mais surtout raccourci par l'amont avec une arrivée ramenée au niveau de son ancienne gare intermédiaire. Dans la foulée, le téléski de la Colette, déjà modifié au début des années 1970, fut rallongé de plusieurs centaines de mètres vers l'aval, pour partir des environs de la nouvelle arrivée du télésiège de Gilly. Sa gare aval fut par ailleurs remplacée par une gare aval de plus grande capacité. Enfin, en 1986, un nouveau téléski vit le jour au sud du domaine, grâce à la réutilisation de certains éléments du téléski de la Colette avant qu'il ne soit raccourci. Ce nouvel appareil fut baptisé téléski de l'Aiguiller et ouvrit des pistes plus douces que celles que comptait le domaine d'Abriès jusqu'à présent, pour le plus grand bonheur des skieurs les moins téméraires.

    Le domaine fut agencé comme cela entre 1986 et 2006 :
    Image

    Le téléski de l'Aiguiller, toujours en service aujourd'hui :
    Image

    Le téléski de la Colette, dans sa version 1984 :
    Image


    Après une vingtaine d'années sans investissements, le domaine d'Abriès connut un coup de jeune considérable au milieu des années 2000. En effet : le Syndicat Mixte des Stations du Queyras avait décidé au début des années 2000 de procéder à d'importants travaux dans les stations du Queyras, grâce à l'aide du département des Hautes-Alpes notamment. En conséquence, après un premier télésiège débrayable construit à Ceillac en 2005, ce fut au tour d'Abriès de se voir équipée de son premier appareil de ce type en 2006, en remplacement du très vieillissant télésiège biplace de Gilly. C'est au constructeur isérois Poma que fut confiée la construction de l'appareil, qui prit exactement le même tracé que son antique prédécesseur.

    Le télésiège débrayable de Gilly :
    Image



    En 2020, le domaine d'Abriès compte donc cinq remontées : quatre téléskis et un télésiège six places débrayable.

    Ce domaine peut dès lors être divisé en trois parties principales :
    • Le bas, desservi par le téléski du Tempanel et le télésiège de Gilly, composé principalement de pistes vertes et bleues, destinées aux skieurs novices à moyens. Toutes sont par ailleurs enneigées artificiellement, à l'exception de la seule piste rouge du secteur, la Rousse.
    • Le haut, desservi par trois téléskis (Ruibon, Colette et Aiguiller), qui s'adressent aux skieurs plus expérimentés, puisque le secteur est composé essentiellement de pistes rouges.
    • Le vallon de Valpréveyre, situé de l'autre côté du sommet de Gilly qui surplombe Abriès. On n'y trouve que deux pistes, une rouge et une noire, accessibles respectivement par les téléskis de la Colette et du Ruibon. Ces deux pistes sont particulièrement agréables car très longues, situées dans un cadre très préservées et vierge de toute habitation ou toute installation.


    Le plan des pistes 2019/2020 d'Abriès :
    Image



    Le domaine d'Abriès en images

    Vue générale du front de neige :
    Image

    Sur la piste Roger Miegge :
    Image

    Vue sur le début de la ligne du télésiège de Gilly depuis le front de neige :
    Image

    La ligne du téléski du Tempanel est longée par l'une des deux pistes vertes de la station, qui porte le même nom que l'appareil :
    Image

    La deuxième piste verte se trouve de l'autre côté du téléski, et se nomme Tempanel 2 :
    Image

    Nous sommes à présent sur le haut du domaine. A la sortie du télésiège de Gilly, on tombe immédiatement sur la gare aval du téléski de la Colette :
    Image

    Sur la Viso, la seule piste bleue du haut du domaine :
    Image

    Un peu plus bas sur cette même piste. On aperçoit en bas l'arrivée du télésiège de Gilly :
    Image

    La ligne le long de la piste de la Colette, avec la crête de la Lauze en arrière-plan sur la gauche (2910 mètres) :
    Image

    On se trouve ici au sommet du téléski de la Colette. On aperçoit en toile de fond le Pic du Béal Traversier (2910 mètres, de l'autre côté de Guillestre), le Pic de l'Agrenier (2793 mètres), le Pic de Rochebrune (3321 mètres) et le Petit Rochebrune (3078 mètres) :
    Image

    Les pistes les plus engagées de la station sont desservies par le téléski du Ruibon :
    Image

    Sur le bas de la piste du Ruibon :
    Image

    Comme ici sur la piste de la Draye, la majorité des pistes d'Abriès évoluent au cœur de belles forêts de mélèzes :
    Image





    Remonter en haut de la page.
    Retourner à l'index de "Au Coeur des remontées mécaniques.