L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension
Aiguilles (Queyras)

Aiguilles (Queyras)


Aiguilles
Photo François05
Description rapide :
Aiguilles est une commune du département des Hautes-Alpes. Située à 1475 mètres dʼaltitude dans la haute vallée du Guil elle est au cœur du parc naturel régional du Queyras. Victime de nombreux incendies et inondations en 1746 et 1829, le village fut dévasté. Bon nombre dʼAiguillons migrèrent alors en Amérique du Sud et Latine. Ayant fait fortune dans le commerce, certains revinrent au pays pour y construire dʼimportantes bâtisses bourgeoises, encore aujourdʼhui présentes dans le patrimoine dʼAiguilles. Autres curiosités du village : la maison Eiffel du célèbre Gustave Eiffel présente au cœur du bourg, mais également un téléski débrayable Dandelot système Poma de 1937, en très bon état de conservation, malgré son absence de fonctionnement depuis 1969.

En 2006, dans le cadre d'une réorganisation des domaines skiables du Queyras autour de 4 stations dont ne fait pas partie Aiguilles, il est décidé de fermer la partie supérieure du domaine. Le ski à Aiguilles se limite alors à 5 pistes desservies par 3 téléskis, auxquelles s'ajoute en 2012 un espace ludique.
Pour information : un plan des pistes permettant de visualiser l'ancienne partie supérieure du domaine et la partie exploitée entre 2007 et 2013..

Mais en 2013, le domaine se réduit encore et est dorénavant limité à l'exploitation de l'espace ludique (avec un seul téléski et des tapis).





    Afficher les appareils : |


    Liste des reportages de cette station :


    Auteur de la description de la station : collonges74
    Section écrite le 01/11/2020 et mise à jour le 17/12/2020
    (Mise en cache le 17/12/2020)

    Image




    Bienvenue dans le Queyras !


    Emplacement du Queyras en France :
    Image


    Le massif du Queyras se trouve en France, dans le département des Hautes-Alpes (05), en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Le Queyras est composé de plusieurs petits massifs montagneux, organisés autour d'une longue vallée d'une quarantaine de kilomètres : la vallée du Guil, qui suit grossièrement un axe est-ouest. De cette vallée partent une multitude d'autres vallées vers le nord ou vers le sud. Les montagnes y sont plutôt élevées : le plus haut sommet est le Pic de la Font Sancte (3385 mètres), mais on peut aussi noter le Pic de Rochebrune (3320 mètres), le Pain de Sucre (3208 mètres), le Grand Queyras (3114 mètres), le Bric Froid (3302 mètres)... Le massif est par ailleurs traversé par plusieurs sentiers de randonnée bien connus, parmi lesquels le GR5 (qui traverse les Alpes de Thonon à Menton), le GR58 (Tour du Queyras), etc.

    C'est un massif encore très préservé du tourisme hivernal de masse que l'on peut trouver dans de nombreux autres massifs alpins. En effet : on y trouve pas moins de sept stations, mais toutes sont de taille modeste et dépendent de petits villages traditionnels dans lesquels il est très agréable de séjourner. Ici, point de barres d'immeubles défigurant le paysage, place au bois et à la pierre !
    Ces stations sont les suivantes :

    • Arvieux (domaine skiable étalé entre 1690 et 2105 mètres d'altitude, composé de cinq remontées mécaniques)
    • Ceillac (domaine skiable étalé entre 1690 et 2450 mètres d'altitude, composé de cinq remontées mécaniques)
    • Aiguilles (domaine skiable étalé entre 1450 et 1480 mètres d'altitude, composé d'une remontée mécanique)
    • Abriès (domaine skiable étalé entre 1550 et 2400 mètres d'altitude, composé de cinq remontées mécaniques)
    • Ristolas (domaine skiable étalé entre 1600 et 1630 mètres d'altitude, composé d'une remontée mécanique)
    • Molines et Saint Véran, deux stations séparées partageant le même domaine skiable, étalé entre 1740 et 2800 mètres, composé de treize remontées mécaniques.

    L'ensemble des station du Queyras est exploité par la Régie des Stations du Queyras. On compte au total une trentaine de remontées mécaniques, réparties entre 1450 et 2800 mètres.
    On notera par ailleurs que l'on skie dans le Queyras depuis les années 1930, puisqu'un téléski débrayable (toujours debout aujourd'hui mais plus exploité) fut implanté au-dessus d'Aiguilles dès 1938. Son reportage peut être consulté ici : https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tkd-du-chabataron-alta-dandelot-4833.html.

    Les six stations du Queyras :
    Image



    Aiguilles : une station à l'histoire chargée


    Aiguilles est une petite commune située au cœur du Queyras, entre Château-Ville-Vieille et Abriès. De près d'un millier d'habitants au cours du XIXème siècle, sa population est tombée à un peu plus de 400 habitants aujourd'hui, notamment en raison des migrations de bon nombre d'habitants vers l'Amérique du Nord. Le village fut en effet frappé par plusieurs incendies très violents, particulièrement en 1746, 1829, 1886 et 1889, forçant une partie de la population à quitter la commune.

    Tout comme dans bon nombre de villages du Queyras, l'histoire du ski y est très ancienne et remonte aux années 1930. Aiguilles s'est en effet équipée de son premier téléski dès 1938, grâce à l'impulsion donnée par plusieurs habitants du village et la Société du Grand Hôtel. Construit sous licence Poma par le manufacturier Dandelot, il s'agissait à l'époque d'un des plus longs téléskis d'Europe, puisqu'il gravissait un peu moins de 300 mètres de dénivelé. Fait remarquable, il est encore debout de nos jours, et son reportage peut être consulté en cliquant ici.

    Après avoir connu quelques modifications dans les années 1940, il sera secondé, sur le bas de sa ligne, par un petit téléski à perches fixes, construit dans les années 1960. Celui-ci, vraisemblablement construit par Montaz-Mautino, permettait aux skieurs débutants d'apprendre à skier sans avoir à affronter les pentes parfois bien raides du téléski du Chabataron.

    Le téléski du Chabataron, sans doute dans les années 1950 (cliquez sur l'image pour consulter le reportage dédié à cette installation) :
    Image

    Sur certaines images de cette multivues, on distingue le petit téléski débutant installé aux côtés du téléski du Chabataron :
    Image

    Idem ici :
    Image



    Devant le succès rencontré par le téléski du Chabataron et son petit voisin, la station réfléchit rapidement à une extension du domaine skiable. Or, Aiguilles se trouve au pied du sommet de la Lauze, qui culmine à 2910 mètres. En contrebas de celui-ci s'étendent de vastes alpages en pente assez douce, très bien ensoleillés grâce à leur exposition sud-est et bien enneigés du fait de leur altitude élevée. Ce sont donc ces espaces que la station d'Aiguilles décidera d'équiper, à la fin des années 1960.

    Ce nouveau domaine ouvrira en 1969, avec trois nouvelles remontées mécaniques : le télésiège de Peynin et les téléskis de la Lauze Supérieure et de la Lauze Inférieure, tous trois construits par Montaz-Mautino.
    Le télésiège de Peynin est devenu la colonne vertébrale de la station avec un départ à quelques centaines de mètres du village d'Aiguilles et une arrivée à plus de 2000 mètres. En effet : non seulement il est le seul moyen de rejoindre les deux téléskis du haut du domaine skiable, mais en plus il remplace le téléski du Chabataron, jusqu'alors appareil phare d'Aiguilles, puisque les pistes que ce dernier desservait sont accessibles depuis le sommet du télésiège. Quant aux téléskis de la Lauze Inférieure et Supérieure, ils desservent des pistes bleues, rouges et noires très appréciées pour leur ensoleillement.

    Le télésiège de Peynin montait tout droit dans les mélèzes :
    Image

    La gare aval était abritée dans un bâtiment dont le haut était bardé de bois :
    Image

    Coup d'oeil à l'intérieur de la gare aval :
    Image

    Deux sièges en ligne :
    Image

    Le téléski de la Lauze Inférieure permettait de remonter au niveau de l'arrivée du télésiège de Peynin (cliquez sur l'image pour consulter le reportage dédié à cette installation) :
    Image

    Quant au difficile téléski de la Lauze Supérieure, il desservait de longues descentes ensoleillées (cliquez sur l'image pour consulter le reportage dédié à cette installation) :
    Image



    Un reproche est toutefois rapidement adressé au nouveau domaine skiable d'Aiguilles : depuis la fermeture des téléskis du Chabataron, aucun appareil n'est en effet dédié aux débutants, si ce n'est les téléskis du haut du domaine, qui desservent des pistes bleues relativement faciles. Mais ces deux appareils ont des tracés parfois difficiles à négocier et une vitesse élevée. C'est ainsi, dans cette optique de créer une offre de ski pour les débutants, qu'est construit le téléski du Cougne en 1975, au pied du télésiège de Peynin.
    Le front de neige est par la suite étendu vers l'amont grâce à la construction du téléski du Clos du Lapin en 1983, au-dessus du téléski du Cougne. Celui-ci est majoritairement composé d'éléments de récupération, puisque sa gare aval est l'ancienne gare aval du téléski de la Lauze Inférieure (rénovée en 1983) et certains de ces pylônes proviennent du bas de la ligne du téléski de Catinat à Arvieux, raccourci cette même année.


    Le téléski du Clos du Lapin, venu compléter l'offre de ski propre sur le front de neige :
    Image



    A la fin des années 1980, le domaine d'Aiguilles poursuit son développement. L'offre pour les débutants est renforcée puisque le téléski du Cougne est doublé par un autre téléski, baptisé "Pignée". L'investissement majeur de cette année n'est toutefois pas celui-ci, mais l'extension du domaine skiable au-dessus du téléski de la Lauze Supérieure, grâce à la construction du téléski du Col de la Lauze. Cet appareil, long de près d'un kilomètre et doté d'un virage (une première à Aiguilles !), hisse les skieurs à plus de 2500 mètres d'altitude, d'où ils peuvent enchaîner plus de 1000 mètres de dénivelé de descente jusqu'au village d'Aiguilles, et d'où ils peuvent admirer un panorama somptueux sur le Queyras.


    Le téléski du Col de la Lauze, construit par Poma, a hissé de plusieurs centaines de mètres le sommet du domaine skiable :
    Image

    Quant au téléski de la Pignée (à gauche), il est venu seconder le téléski du Cougne (à droite) déjà en place depuis 1975 :

    Image



    Le domaine skiable d'Aiguilles restera par la suite tel quel pendant une vingtaine d'années. Il a compté à son apogée une grosse quinzaine de pistes, dont certaines, notamment en bas du domaine, ont été équipées d'enneigeurs.


    Plan des pistes du domaine d'Aiguilles tel qu'il était entre 1987 et 2006 (le téléski du Chabataron n'était plus exploité mais il figure tout de même sur ce plan pour apprécier son emplacement) :
    Image



    Mais hélas, cet âge d'or d'Aiguilles ne fit pas long feu. La situation financière du Queyras, fragile depuis le début du ski dans les massifs, aura au milieu des années 2000 raison de ce sympathique domaine skiable. La régie intercommunale chargée de l'exploitation des domaines skiables du Queyras décida à cette période de moderniser certains télésièges vieillissants du domaine. C'est sur Abriès et Ceillac que se portèrent ces choix, et ces deux stations virent chacune leur télésiège principal remplacé par un télésiège débrayable six places. Mais cette dépense très importante poussa, en contrepartie, cette régie à suspendre l'exploitation du domaine d'Aiguilles, jugé le moins rentable de tous. Cette décision entraîna tout d'abord l'abandon des trois téléskis du haut du domaine ainsi que du télésiège de Peynin en 2006. Puis, l'année suivante, le télésiège de Peynin fut démonté, condamnant définitivement le haut du domaine.

    Le front de neige connut quant à lui un bref sursis, puisque les trois téléskis qui s'y trouvaient restèrent en exploitation quelques années, pour desservir un "espace ludique", destiné aux skieurs débutants souhaitant s'initier à la pratique du ski à l'écart de l'affluence des autres stations du Queyras. Mais il n'eut hélas pas le succès escompté, et fut considérablement réduit dès 2013, avec l'arrêt de l'exploitation des téléskis du Clos du Lapin et du Cougne, suivi du démontage de ce dernier quelques années plus tard.


    Le domaine d'Aiguilles en images


    Le domaine d'Aiguilles est aujourd'hui considérablement plus réduit par rapport à ce qu'il était à son apogée de 1987 à 2006. Il est désormais composé d'un espace ludique, desservi par le téléski de la Pignée et deux tapis roulants, construits en 2011.

    A l'entrée du domaine, un plan présente l'espace ludique... Mais il n'est plus à jour, puisqu'il date d'avant l'immobilisation des téléskis du Cougne et du Clos du Lapin :
    Image

    Coup d'œil vers l'espace ludique, de l'autre côté du Guil par rapport à Aiguilles :
    Image

    Le téléski de la Pignée se trouve ensuite à droite à la sortie de la passerelle :
    Image

    A droite, un des deux tapis, et à gauche, le téléski de la Pignée :
    Image

    Les tapis desservent des pentes douces pour les débutants :
    Image

    Le téléski de la Pignée dessert aussi des pistes pour les débutants :
    Image

    On se trouve ici sur la piste desservie par le téléski de la Pignée :
    Image

    Le bas de la piste :
    Image





    Remonter en haut de la page.
    Retourner à l'index de "Au Coeur des remontées mécaniques.