En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension
Arolla (Espace Dent Blanche)

Arolla (Espace Dent Blanche)


Arolla
kilano18
Description rapide :
La station d'Arolla est perchée à 2'000 mètres d'altitude, au coeur des Alpes Valaisannes, dans le haut du val d'Hérens.
Ce petit village de montagne est accessible par une route sinueuse traversant hameaux, mayens, prairies et forêts.
Arolla est particulièrement fréquenté en période estivale, car la région est réputée pour ses paysages merveilleux, ses montagnes culminant à près de 4'000 mètres, ainsi que ses possibilités de randonnées et d'excursions illimitées.
L'environnement fait déjà penser à la haute montagne, notamment grâce aux glaciers qui surplombent la station, bien que ces derniers reculent à une vitesse ahurissante, réchauffement climatique oblige.

En hiver, Arolla est particulièrement réputé pour ses possibilités de ski de randonnée et de freeride. En effet, c'est tous les deux ans que la station accueille la célèbre Patrouille des Glaciers (Zermatt-Arolla-Verbier), ainsi que la Patrouille des Aiguilles Rouges (Arolla-Evolène).
Du côté des remontées mécaniques, le domaine skiable, bien que peu développé, offre tout de même une trentaine de kilomètres de pistes desservies par cinq téléskis évoluant entre 2'000 et 2'900 mètres d'altitude. Ce domaine fait partie du regroupement Espace Dent-Blanche (Arolla-Evolène-La Forclaz), ainsi que de l'abonnement de ski "Magic Pass".
On peut également pratiquer le ski de fond sur une piste longue de 18 kilomètres traversant un environnent naturel et majestueux.
Les amateurs de raquettes à neige sauront aussi être ravis. (Nico05)







    Afficher les appareils : |


    Liste des reportages de cette station :


    Liste des appareils sans reportage :


    • La base de données contient 1 appareil sans reportage pour cette station
      Appareil : Constructeur : Mise en service : Fin de service :
      TPH V Arolla - Les Follisses Autres constructeurs 1959
    Auteur de la description de la station : Nico05
    Section écrite le 27/08/2020 et mise à jour le 18/09/2020
    (Mise en cache le 18/09/2020)

    Partez à la découverte de la station d'Arolla (Espace Dent-Blanche) !

    Image



    Sommaire :

    1. Bienvenue à Arolla !
    2. Le domaine skiable
    3. Situation géographique et plan des pistes
    4. Historique de la sation
    5. Les remontées mécaniques par ordre chronologique
    6. Les montagnes environnantes
    7. Conclusion


    1. Bienvenue à Arolla !

    L'été :

    La station d'Arolla est perchée à 2'000 mètres d'altitude, au coeur des Alpes Valaisannes, dans le haut val d'Hérens.
    Ce petit village de montagne est accessible par une route sinueuse traversant hameaux, mayens, prairies et forêts.
    Arolla est particulièrement fréquenté en période estivale, car la région est réputée pour ses paysages merveilleux, ses montagnes culminant à près de 4'000 mètres, ainsi que ses possibilités de randonnées et d'excursions illimitées.
    L'environnement fait déjà penser à la haute montagne, notamment grâce aux glaciers qui surplombent la station, bien que ces derniers reculent à une vitesse ahurissante, réchauffement climatique oblige.

    Image
    La station d'Arolla


    Image
    le Pigne d'Arolla

    Image
    Le Mont-Collon

    Image
    Alpage de Pra-Gra

    Image
    Cabane des Aiguilles Rouges 2814 m

    Image
    Vue depuis la cabane des Aiguilles Rouges

    Image
    Les lacs des Aiguilles Rouges

    Image
    Les Aiguilles Rouges d'Arolla

    Image
    Cabane de La Tsa 2606 m

    Image
    Vue depuis la cabane de La Tsa sur l'Aiguille de La Tsa

    Image
    idem

    Image
    On aperçoit le sommet de la Dent-Blanche

    Image
    Vue sur le vallon d'Arolla

    Image
    Les Mont-Collon et le Bas Glacier d'Arolla

    Image
    Le Mont-Collon et son glacier

    Image
    Vue depuis Plan Bertol

    Image
    Vue sur le Pigne et le Mont-Blanc de Cheilon depuis le Roc-Vieux

    Image
    Les vallons de Ferpècle et d'Arolla depuis la Pointe du Tsaté

    Image
    Et enfin le célèbre Lac Bleu !


    Et l'hiver :

    En hiver, Arolla est particulièrement réputé pour ses possibilités de ski de randonnée et de freeride. En effet, c'est tous les deux ans que la station accueille la célèbre Patrouille des Glaciers (Zermatt-Arolla-Verbier), ainsi que la Patrouille des Aiguilles Rouges (Arolla-Evolène).
    Le décor du vallon en hiver est simplement somptueux, les chalets et les arbres sont recouverts d'un épais manteau neigeux, le calme, la nature et la montagne règnent.
    Du côté des remontées mécaniques, le domaine skiable, bien que peu développé, offre tout de même une trentaine de kilomètres de pistes desservies par cinq téléskis évoluant entre 2'000 et 2'900 mètres d'altitude.
    On peut également pratiquer le ski de fond sur une piste longue de 18 kilomètres traversant un environnent naturel et majestueux.
    Les amateurs de raquettes à neige sauront aussi être ravis.

    Image
    Le village d'Arolla

    Image
    Le glacier de Tsijiore-Nouve et le Pigne d'Arolla

    Image
    Vue depuis la piste du Col

    Image
    Autre vue depuis la piste du Col

    Image
    Le Mont-Collon depuis la piste de ski de fond

    Image
    Le Pigne depuis la piste de ski de fond

    Image
    Cabane des Vignettes 3152 m

    Image
    Vue depuis la cabane des Vignettes sur le Mont-Collon

    Image
    Vue depuis la cabane des Vignettes sur le Col de Charmotane


    2. Le domaine skiable :

    Aujourd'hui, le domaine skiable d'Arolla, exploité depuis toujours par les Remontées Mécaniques des Fontanesses SA, compte une trentaine de kilomètres de pistes variées. Il fait partie de l'association "Espace Dent-Blanche", qui regroupe les domaines d'Arolla, Evolène et La Forclaz. L'Espace Dent-Blanche, qui compte environ 80 kilomètres de pistes, est inclut dans l'abonnement "Magic Pass".
    Le domaine skiable d'Arolla compte donc cinq téléskis débrayables Poma ainsi qu'un baby-lift. On y trouve des pistes pour tous les niveaux, bien que la plupart soient relativement faciles.
    Globalement, deux secteur nous sont offerts : le secteur des Fontanesses, offrant une longue et belle piste bleue ainsi que quelques autres pistes (La Remointze, la piste à René, etc.) C'est le secteur classique qui est ouvert tout au long de la saison, et où l'on trouve les pistes les plus faciles (qui n'en sont pas moins splendides).
    Le deuxième secteur est celui du Col de La Forclette où une piste noire et une longue piste rouge s'offrent à nous. A l'époque, une troisième piste (Pra-Gra), était damée. Malheureusement, elle est aujourd'hui fermée, mais les freeriders se feront un plaisir de dévaler ses pentes immaculées.
    Les deux pistes encore existantes (dont l'une, la rouge, n'ouvre que très rarement) évoluent dans un paysage vierge, pittoresque, à l'écart de toute civilisation. C'est sans aucun doute le meilleur secteur du domaine, bien que ce dernier ne soit malheureusement pas très développé ni valorisé...
    Côté gastronomie, le domaine propose une buvette avec une vue panoramique au sommet des pistes, à près de 2'900 mètres d'altitude.
    Il y a une seconde buvette, "La Chotte", ainsi qu'un bar "La Yourte" au fond des pistes.
    Pour ceux qui voudraient profiter d'un repas plus élaboré dans un carde chaleureux et typique, le restaurant de l'hôtel Kurhaus saura les enchanter. On y accède par une petite piste-route dans la splendide forêt d'arolles.

    Photos du domaine skiable :

    Image
    Panorama depuis le sommet du téléski de La Remointze

    Image
    Le Mont-Dolin depuis le téléski de La Remointze

    Image
    Téléski Fontanesses 3

    Image
    Arrivée du Fontanesses 3

    Image
    Col de La Forclette (2870 m)

    Image
    Les pistes du Col (à gauche la rouge et à droite le départ de la noire)


    3. Situation géographique et plan des pistes :


    Image
    ^^Situation d'Arolla dans la Suisse Source : Swisstopo, www.map.geo.admin.ch

    Image
    ^^Situation d'Arolla dans le Valais Source : Swisstopo, www.map.geo.admin.ch

    Image
    ^^Plan des pistes d'Arolla (cliquez sur l'image pour une meilleure résolution)

    Image
    ^^Plan hivernal (cliquez sur l'image pour une meilleure résolution)

    Image
    ^^Plan estival (cliquez sur l'image pour une meilleure résolution)



    4. Historique de la station :

    De l'alpage à la destination alpine :

    Arolla, qui tire son nom du conifère présent dans la région, était avant tout un alpage. Les paysans du village des Haudères (1'450 m), mettaient d'abord leur bétail dans les différents mayens en-dessous d'Arolla (La Gouille, Satarma, Pramousse, la Monta, etc.), puis, au mois de juin, ils faisaient l'inalpe et amenaient leurs bovins à l'alpage d'Arolla, où ils passaient tout l'été.
    Dès la fin du XVIIème siècle, les alpinistes commencèrent à connaître Arolla. Ce mouvement s'accentua durant le XVIIIème siècle. Les agriculteurs de la région s'improvisèrent peu à peu guides de montagne.

    De la première auberge aux grands hôtels :

    Ce fut déjà en 1862 que Jean Anzévui édifia la première auberge du Mont-Collon ! Le grand hôtel du Mont-Collon, lui, fut érigé en 1872, puis agrandi en 1890 et 1927.
    Puis, en 1897, le second hôtel de la station fut construit par Honorine Spahr-Gaspoz : Le Grand Hôtel & Kurhaus.
    En 1895, un chalet d'alpage fut agrandit et donna naissance à l'hôtel de La Poste.
    Suivant le mouvement, Henri et Jean Métrailler bâtirent l'hôtel du Pigne entre 1895 et 1902. Cet hébergement sera agrandi bien des années plus tard, travaux auxquels s'ajoutera la construction d'un bazar.
    À La Monta, l'hôtel Victoria ouvrit ses portes en 1905, puis fut rebaptisé "Hôtel de La Tza".
    Et il y eu également l'hôtel du Glacier, qui fut pendant un certain temps une dépendance de l'hôtel du Pigne.

    Les remontées mécaniques, du projet à la réalité :

    La construction du barrage hydroélectrique de la Grande Dixence accéléra les choses. En effet, des routes de montagnes furent construites un peu partout afin de permettre la réalisation des galeries et des prises d'eau. Les stations de montagnes sautèrent sur l'occasion pour se développer, en particulier en matière de sports d'hiver. Arolla n'échappa pas à la règle et vit sa nouvelle route en 1964.
    Aussi, c'est en 1962 que le premier projet de domaine skiable apparut. Il s'agissait d'un téléphérique en deux sections reliant Arolla (1'950 m) à Vuibé (3'005 m), puis Vuibé au Pigne d'Arolla (3'780 m). La longueur totale de l'installation aurait été de 4'680 mètres, et aurait avalé 1'840 mètres de dénivelé ! Les cabines auraient pu porter jusqu'à 35 personnes, et le débit aurait été de 280 personnes par heure.
    Finalement, le projet fut refusé en 1969.

    C'est en 1967 que la première installation d'Arolla ouvrit, suite à un effort solidaire des hôteliers : le téléski des Fontanesses.
    S'en suivit un an plus tard la réalisation de deux autres téléskis : "La Tza-Mayens d'Arolla" et "Arolla-Guitza".

    En 1976, la Société Anonyme des Remontées Mécaniques des Fontanesses proposa un projet. Ce dernier comportait deux télésièges : "Arolla-Plan Tsardon" (TSF2, 450-660 p/h, 1531 mètres de long, 546 mètres de dénivelé) et "Plan Tsardon-La Forcla" (TSF2, 900 p/h, 1363 mètres de long, 416 mètres de dénivelé).
    Finalement, le projet sera remplacé par la construction du TKD "Fontanesses 3", qui arrive au même endroit (par un autre tracé), et dont le prix était bien moins élevé.

    Documents d'archives par ordre chronologique :

    Les images ci-dessous sont tirées des archives du Nouvelliste-Feuille d'Avis du Valais, tout droits réservés (https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=cl&cl=CL1&e=-------fr-20--1--img-txIN--------0----&sp=NVE)

    Image
    Image
    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 25 octobre 1962

    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 13 novembre 1962

    Image
    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 26 février 1968

    Image
    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 26 février 1968

    Image
    ^^Archives, 1er octobre 1968

    Image
    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 18 janvier 1969

    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 20 novembre 1969

    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 6 novembre 1981

    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 18 novembre 1981

    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 29 mars 1982

    Image
    ^^Archives du Nouvelliste, 20 février 1987


    5. Les remontées mécaniques par ordre chronologique :

    1967 :
    TKD1 "Les Fontanesses" Poma (renommé plus tard "Fontanesses 1")

    Image
    ^^ Cliquez sur la bannière pour accéder au reportage

    1968 : TKD1 "La Tza-Mayens d'Arolla" Poma (déplacé et renommé "Fontanesses 2" dans les années 70)

    Image
    ^^ Cliquez sur la bannière pour accéder au reportage

    1968 : TKD1 "Arolla-Guitza" Poma (mis à l'arrêt en 2004)

    Image
    ^^ Cliquez sur la bannière pour accéder au reportage

    1982 : TKD1 "Fontanesses 3" Poma (Aussi appelé "Mont-Dolin")

    Image
    ^^ Cliquez sur la bannière pour accéder au reportage

    1985 : TKD1 "Le Torrent" Poma

    Image
    ^^ Cliquez sur la bannière pour accéder au reportage

    2000 : TKD1 "La Remointze" Poma

    Image
    ^^ Cliquez sur la bannière pour accéder au reportage


    6. Les montagnes environnantes :

    Sources : https://arolla.org/sommets/map.php
    https://arolla.org/glaciers/index.php

    La région d'Arolla est connue pour ses montagnes et ses glaciers. Mais les connaît-on vraiment ?

    Les sommets :


    Dans le vallon d'Arolla, il y a une multitude de roches différentes, et le vallon est au confluent de plusieurs plaques tectoniques (Nappe du Tsaté, de la Dent-Blanche ou encore du Mont-Fort) et chacune a sa particularité physique.

    Petite Dent de Veisivi 3184 m
    Première ascension : inconnue, mais certainement avant 1868
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : "Veijuvi" se rapporte à l'alpage situé au flanc de la montagne. Cela signifie un pâturage pour le bétail qui ne porte pas, pour les génisses.

    Grande Dent de Veisivi 3418 m
    Première ascension : J.S. Philpott avec Martin Pralong et Jean Vuignier, 2 septembre 1875
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : "Veijuvi" se rapporte à l'alpage situé au flanc de la montagne. Cela signifie un pâturage pour le bétail qui ne porte pas, pour les génisses.

    Blanche de Perroc 3651 m

    Première ascension : Walter Leaf, Nettleship, G.W. Prothero avec Aloys Kalbermatten et Clemens Zurbriggen, 28 juillet 1890
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : C'est l'image typique du Val d'Hérens lorsque sa face nord-ouest est enneigée. Elle s'élève au-dessus du Glacier de Tsarmine (ou ce qu'il en reste)

    Dent de Perroc 3676 m

    Première ascension : A.B. Hamilton, W.R. Rickman avec Jean Anzévui et Jean Vuignier, 31 août 1871
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : "Perroc" est un nom fréquent désignant un lieu pierreux. Il correspond à l'alpage située entre Ferpècle et Bricola (en face de la montagne). Autrefois, la Dent de Perroc s'appelait la "Lex blava" qui signifie en patois la paroi grisâtre.

    Pointe des Genevois 3677 m
    Première ascension : William Kündig, Adolphe Tschumi, avec Jos. Quinodoz, 22 juillet 1885
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Ce sont les alpinistes genevois cités ci-dessus qui la nommèrent ainsi lors de leur ascension

    Pointe de Tsalion 3512 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Sommet entre le vallon d'Arolla et celui de Ferpècle, sur la continuité des Dents de Perroc et Veisivis.

    Dent de Tsalion 3589 m

    Première ascension : Arthur Cust avec Franz Biner, 11 août 1875
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : "Tsalion" serait un diminutif de "Tsa". Ce nom vient d'un petit alpage situé au-dessus de La Monta.

    Aiguille de la Tsa 3668 m

    Première ascension : Les guides Pierre Beytrison, Gaspard Gaspoz, Pierre Quinodoz, Pierre Vuignier et Jean Vuignier, 21 juillet 1868
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Beau pic rocheux, élancé et qui mérite bien son nom d'aiguille. Son nom vient de la "Chaux", un alpage élevé, à l'herbe rare, qui se trouve au-dessus d'Arolla, à l'est.

    Pointes des Douves Blanches 3664 m
    Première ascension : A.H. Cawood, J.B. Colgrove, Arthur Cust, 17 juillet 1874
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : On appelle Douves Blanches l'arête au nord du Glacier de Bertol. Le nom pourrait se rapporter aux couloirs longtemps enneigés qui descendent de l'arête.

    La Maya (d'Arolla) 3040 m

    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : "Maya" signifie une meule de foin. Il s'agit d'une métaphore car la montagne a l'aspect d'une meule de foin. Ce nom qui veut dire la colonne désigne, dans cette partie des Alpes, des sommets de forme conique. Le Val d'hérens en compte trois : la Maya de Bricola, la Maya du Tsan (Saint-Martin) et la Maya d'Arolla.

    Pointe de Bertol 3499 m

    Première ascension :
    Echallaz, Fred. Corbett, Meares, Townley avec Pierre Gaspoz et Martin Vuignier, 18 août 1890. Cette ascension ne fut pas la première car les ascensionnistes trouvèrent un petit cairn au sommet
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Arête rocheuse entre le Col de Bertol et le Col de la Tsa

    Clocher de Bertol 3343 m
    Première ascension :
    Charles Fontannaz, seul, 3 août 1894
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : La Cabane de Bertol est bâtie sur son épaule.

    Pointe de la Crête du Plan 3374 m
    Première ascension : Fred. Corbett, Echallaz, C.E. Groves, Meares, Townley avec Martin Vuignier, 16 août 1890
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Il est séparé de la Cabane de Bertol et du Clocher de Bertol par le Col de Bertol.

    Dents de Bertol 3524 et 3547 m
    Première ascension : Alfred Barran, Fred. Corbett et J. Gordon Addenbrock avec Jos. Quinodoz, le 13 août 1886
    Roche : Gabbro et Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Sommets entre Les Bouquetins et le Col de Betol. Un glacier descend de ces dents.

    La chaîne des Bouquetins 3838 m
    Première ascension : A.B. Hamilton avec J. Anzévui et Jos. Vuignier, 6 septembre 1871
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Paroi rocheuse s'étendant sur 3km entre le Haut Glacier d'Arolla, le Haut Glacier de Tsa de Tsan et le Glacier du Mont Miné. Les derniers bouquetins y auraient été tués par une avalanche descendue en 1827 sur le Haut Glacier d'Arolla.

    Pointe de la Grande Arête 3351 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Métasédiments de la Valpeline
    Descriptif : C'est une tête arrondie mi-rocheuse mi-neigeuse, située au nord du Col du Mont Brûlé.

    Pointe de Tsa de Tsan 3292 m

    Première ascension : Inconnue
    Roche : Métasédiments de la Valpeline
    Descriptif : C'est une petite montagne faisant partie de l'arête rocheuse qui relie le Col du Mont Brûlé au Col de Tsa de Tsan.

    Mont Brûlé ou Braoulè 3585 m
    Première ascension : Arthur Cust avec un porteur, 7 août 1876
    Roche : Métasédiments de la Valpeline
    Descriptif : Le Mont Brûlé est un dôme fermant le Haut Glacier d'Arolla au sud.Le nom provient de l'alpage de Braoulè situé à 2355m sur le versant Italien. C'est la forme valdôtaine de Breuil signifiant un pré marécageux. Le nom n'a donc pas de rapport avec "Brûlé" qui est une mauvaise traduction.

    La Vierge 3232 m

    Première ascension : Arthur Cust, J.-B. Parish avec Jean Maître, 26 août 1881
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : C'est une référence à La Vierge, car le sommet s'élève tel un piton rocheux.

    L'Evêque 3716,3 m
    Première ascension : A. Baltzer, C. Schroeder, 5 août 1867
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Sommet rocheux au sud et principalement neigeux au nord. Ce nom semble avoir été donné par les bergers de l'alpage de Pra Gra, au-dessus d'Arolla. C'est une allusion à l'évêque de Sion qui fut jusqu'en 1875 le propriétaire des alpages d'Arolla.

    Mitre de l'Evêque 3654 m

    Première ascension : Arthur Cust avec Pierre Beytrison et Jean Martin, 22 septembre 1879
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Double pointe rocheuse proche de "l'Evêque", d'où la "Mitre de l'Evêque"

    Le Chancelier 3626 m

    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gabbro
    Descriptif : Pointe rocheuse en forme de gendarme, séparé de la calotte neigeuse du Mont Collon par une brèche.

    Mont Collon 3637 m
    Première ascension : G. E. Foster avec Hans Baumann et Johann Kronig, 31 juillet 1867
    Roche : Gabbro
    Descriptif : L'un des sommets emblématiques d'Arolla, majestueux et dominant le vallon d'Arolla. Cependant, il n'est pas aussi superbe vu depuis le sud.

    La Pointe d'Oren 3525 m

    Première ascension : 27 août 1897 : Ettore Canzio, Felice Mondini avec Giacomo Noro
    Roche : Aucune (entièrement neigeuse)
    Descriptif : Elle ne ressemble en rien à une pointe, mais est plutôt un coupole neigeuse servant de frontière avec l'Italie.

    Petit Mont Collon 3556 m
    Première ascension : Probablement J. Vuignier et J. A. en 1872
    Roche : Gabbro
    Descriptif : Le Petit Mont Collon comporte deux sommets principaux réunis par une crête, ainsi qu'un sommet intermédiaire moins caractéristique. Toute la montagne est constituée de gabbro partiellement transformé en schistes. L'arête qui s'étend du Col du Petit Mont Collon au Col de Chermotane a créé dans l'imagination de certains bergers de Chermotane une légende qui ne fut démentie qu'en 1861 et d'après laquelle toute la partie supérieure du Glacier d'Otemma était barrée par une immense crête infranchissable nommée la Crête à Collon.

    Pointe des Vignettes 3170 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Simple pointe rocheuse dominant la Cabane des Vignettes.

    Serre de Vuibé 3087 m
    Première ascension : J-P Osier, A. Sloman avec Pierre Georges, 28 juillet 1911
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : "Serra" en patois Evolènard aussi bien que Valdotain signifie toujours une crête rocheuse. "Vuibé" serait le nom d'un homme.

    Pigne d'Arolla 3790 m

    Première ascension : A.W. Moore, Horace Walker avec Jakob Anderegg, 9 juillet 1865
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Le Pigne est la deuxième montagne emblématique d'Arolla. Bien qu'il ne soit pas aussi superbe que le Mont-Collon vu du village, il est époustouflant depuis l'alpe de Pra-Gra.
    Son nom viendrait du mot "peigne", bien que son sommet ne le justifie pas spécialement (c'est un crête neigeuse qui n'a pas particulièrement l'allure d'un peigne).

    Louettes Econdouè 3052 m
    Première ascension : A. Barran, août 1886
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : C'est le grand éperon rocheux projeté par le Pigne d'Arolla. Les maigres gazons qui poussaient sur ces rochers formaient un îlot verdoyant entouré par les glaciers de Tsijiore Nouve et de Pièce. Les moutons y passaient l'été sans berger.
    "Echondoua" en patois correspondrait au participe passé féminin du verbe "escondre", qui signifie "cacher, disparaître du regard". Ce nom désignerait des fonds de vallée, des endroits retirés, hors de vue.

    Pointes du Tsena Réfien 3500 m

    Première ascension : Walter Larden, septembre 1883
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Longue crête rocheuse longeant du Col de Tsijiore Nouve au Col de Tsena Réfien et limitant les Glaciers de Cheilon et de Tsena Réfien. Le versant Est présente de nombreux couloirs d'où son nom qui voudrait dire "plein de couloirs" en patois.

    Pointe du Pas de Chèvre 2991 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Sommet plutôt insignifiant mais dont le rocher se prête bien à l'escalade.

    Petit Mont Rouge 2928 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Métasédiments de la Valpeline
    Descriptif : Petit sommet assez négligé, bien qu'à proximité du chemin pour la Cabane des Dix.

    Monts Rouges 3314 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Arête rocheuse entre la Cassorte et le Col de Riedmatten.

    La Cassorte 3301 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Beau sommet muni d'arêtes et de pointes effilées.

    La Roussette 3262 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Belvédère entre la Cassorte et le Mont Guitsa

    Mont Guitsa 3114 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Gneiss d'Arolla
    Descriptif : Sommet caractérisé par une ceinture rocheuse au-dessus du Col de La Forcletta.
    Le Mont "Guitsa" est un mot voulant dire en français "le baquet où la crème se forme à la surface du lait".

    Mont Dolin 2974 m
    Première descente à skis : Christopher Bottfield, Jean-François Jacot, Patrick Vuilleumier, 3 janvier 1984
    Roche : Métasédiments de la Valpeline
    Descriptif : Belvédère rocheux et gazonné au sud. S'élève entre les téléskis de La Remointze et du Fontanesses 3.

    Aiguilles Rouges d'Arolla 3644 m
    Première ascension : J. H. Isler avec Jos. Gillioz, 23 juin 1870
    Roche : Métagabbros
    Descriptif : Malgré leur nom, ces aiguilles ne sont pas spécialement rouges. Selon d'où nous les contemplons, elles changent d'aspect. Elles sont visibles de très loin.

    Tête du Tronc 2549 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Métabasaltes
    Descriptif : Simple promontoire au bord du sentier pour la Cabane des Aiguilles Rouges.

    Roc de Satarma ~2040 m

    Première ascension : Reginald Hughes avec Franz Andermatten, été 1881
    Roche : Métabasaltes
    Descriptif : Curieux pic rocheux (vestige d'une masse de roche écroulée) jaillissant du pâturage au sud-est du Lac Bleu.

    Pointe de Darbonneire 3422 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Serpentinite
    Descriptif : On appelle ainsi la tête rocheuse arrondie entre le Col Nord de Darbonneire et le Col Sud du même nom.

    Pointe de Vouasson 3490 m

    Première ascension : A. de Torrenté, F.O. Wolf et X. Wuilloud avec P. Vuignier et M. Mabillard, le 18 juin 1868
    Roche : Schistes lustrés
    Descriptif : Sommet principalement visité des skieurs. Son nom vient de "voussâ", signifiant un lieu humide, marécageux, en lien avec l'eau et les torrents.

    Mont de l'Etoile 3370 m
    Première ascension : Douglas W. Freshfield avec Pierre Vignet en août 1863
    Roche : Schistes lustrés
    Descriptif : On distingue deux sommets : Le sommet Nord-Est porte un grand cairn, l'autre présente l'allure d'une bosse rocheuse. Il se situe au-dessus de l'alpage du même nom.

    Mont des Ritses 2916 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Métabasaltes
    Descriptif : Simple sommet proche de celui de l'Etoile.

    Palanche de la Cretta 2927 m
    Première ascension : Inconnue
    Roche : Schistes lustrés
    Descriptif : Belvédère très prisés des skieurs. "Palanche" est la poutre qui faisait bouger les pressoirs de l'époque. Dans le cas présent, elle signifie une longue crête étroite.

    Les glaciers :


    Les glaciers, en reculant ou avançant, ont modelé les paysages de montagne.
    Il y a des milliers d'années, toute la Suisse était recouverte d'un glacier qui a par la suite beaucoup fondu. Cependant, au XIXème siècle, il y eut ce que l'on appelle le Petit Age Glaciaire. Les glaciers ont à nouveau avancé mais de manière bien moins spectaculaire qu'au Premier Age Glaciaire.
    Puis le réchauffement climatique a peu à peu fait ressentir ses effet, et les glaciers ont commencé à fondre.
    On observe trois types de glaciers : langues glaciaires (longs glaciers de fond de vallées), glaciers suspendus (séracs perchés sur les côtés d'une vallée), ainsi que les glaciers rocheux (glaciers enterrés sous des rochers et éboulis).
    La région d'Arolla regroupe toutes ces sortes de glaciers.
    On retrouve en effet le Haut Glacier d'Arolla ainsi que le Bas Glacier d'Arolla (ou ce qui reste de lui) ou encore celui de Tsijiore-Nouve qui sont des glaciers de fond de vallée.
    Mais il y a également le Glacier du Mont-Collon et celui des Aiguilles Rouges qui sont des glaciers suspendus.
    Puis il y a le glacier de Tsarmine et celui de La Tsa qui sont des glaciers rocheux.

    7. Conclusion :

    La station d'Arolla a su rester à taille humaine tout en s'affirmant parmi les stations valaisannes.
    Néanmoins, cela n'a pas forcément été un choix que de ne pas se développer autant que d'autres station l'ont fait. En effet, les enjeux économiques et politiques de la région ont joué et jouent un rôle - parfois négatif - dans le développement de la station.
    Mais si le domaine skiable d'Arolla n'est pas à la pointe de la modernité, il n'en demeure pas moins un domaine d’exception, sans oublier les possibilités de freeride et de randonnées incroyables.
    L'avenir d'Arolla est pour le moins incertain, mais espérons qu'un nouvel élan lui soit donné et que la station continuera d'aller de l'avant, tout en restant en harmonie avec la montagne et la nature.

    Pour aller plus loin :

    Le site officiel de la station : www.arolla.com
    Le site officiel de la région : www.evolene-region.ch
    Le site officiel de l'Espace Dent-Blanche : www.espacedentblanche.ch
    Le site de l'épicier d'Arolla (toutes les news sur la vallée, plan des pistes interactif, informations et historique détaillés, galerie d'image,...) : www.arolla.org





    Remonter en haut de la page.
    Retourner à l'index de "Au Coeur des remontées mécaniques.