En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension
Aussois (Haute Maurienne Vanoise)

Aussois (Haute Maurienne Vanoise)


Aussois
Photo © valcelouis
Description rapide :
Située en Savoie (région Auvergne-Rhône-Alpes), la station d’Aussois est gérée par une régie communale qui s’occupe de 55 pistes balisées entre 1530 et 2675 mètres d'altitude et de 10 remontées mécaniques.

La station, exposée au sud, souffre parfois d'un manque d'enneigement, qui est néanmoins compensé par un bon équipement en neige de culture et la possibilité de skier à partir de la station intermédiaire, située à un peu plus de 2150 mètres d'altitude.

En 1970 est construite la route D215 à partir de Modane, menant ainsi directement au village et évitant ainsi l'ancienne route en corniche des forts de l'Esseillon, désormais fermée l'hiver.
En 2005, la station a réorganisé une partie importante de son domaine d'altitude par le remplacement d'un des plus longs téléskis de France (550 mètres de dénivelé et plus de 2 kilomètres de long) par un télésiège débrayable 6 places. Le tracé étant différent, l'altitude maximale de la station a été réduite d’une vingtaine de mètres. Le sommet actuel de la station se trouve au sommet du télésiège de la Fournache à 2675 mètres d'altitude.

La station profite d'une évolution économique très positive par la construction de plusieurs ensembles résidentiels de tourisme de standing, à proximité immédiate des pistes.




    Afficher les appareils : |


    Liste des reportages de cette station :


    Auteur de la description de la station : valcelouis
    Section écrite le 03/05/2020 et mise à jour le 08/05/2020
    (Mise en cache le 08/05/2020)

    Aussois – Haute Maurienne Vanoise
    Savoie (73) – France


    Image


    Au sommaire de cette présentation :

    1 → Bienvenue à Aussois !
    2 → Situation géographique
    3 → Historique des remontées mécaniques
    4 → Le domaine skiable et ses différents secteurs
    5 → Conclusion


    1 → Bienvenue à Aussois !

    La destination famille !
    Aussois propose l’hiver un domaine skiable alpin de 55 kilomètres, varié et ensoleillé situé entre 1500m et 2750m d’altitude et adapté à tous les niveaux.
    Le domaine nordique du Monolithe offre 30 kilomètres de pistes balisées et entretenues, tracées en skating et alternatif entre Aussois et Val Cenis Sardières.
    Pour que chacun profite pleinement des joies de la neige, Aussois multiplie les services et activités : écoles de ski alpin et nordique, jardin d’enfants, maison des enfants, luge, parapente, chiens de traîneaux, boardercross, snowtubing, snakegliss, sentiers raquettes, ski de randonnée, alpinisme, … mais également pour le bien-être : l’espace aqualudique, les spas et soins esthétiques, …

    Authentique et nature !
    Depuis une soixantaine d’années, le village s’est tourné vers le tourisme tout en préservant un juste équilibre entre qualité de vie, traditions et accueil touristique. Partager la montagne est une seconde nature !
    Aussois est aujourd’hui un village station qui accueille et propose des sites à couper le souffle entre forêt, lacs de barrages, forts de l’Esseillon sans oublier le Parc national de la Vanoise. La mission : faire découvrir et aimer la montagne et ses nombreuses activités, notamment aux enfants avec des activités encadrées par des professionnels de la montagne.
    Fou d’aventures sportives ou passionné d’histoire, il existe une multitude d’options, y compris celle de flâner !
    Village aux relations vraies… il donne envie d’y venir et d’y revenir !

    2 → Situation géographique

    La station d’Aussois est située dans la vallée de la Haute Maurienne, au sud du massif de la Vanoise, dans le département de la Savoie (73). Elle se situe à 8 kilomètres au nord-est de Modane sur un plateau à 1 489 m d'altitude.
    La commune est limitrophe au nord avec celle de Pralognan-la-Vanoise située dans la vallée de la Tarentaise, mais seul un sentier passant par le col d’Aussois permet de relier les deux communes.
    Aussois est accessible par la route depuis Modane grâce à la D215, mais rejoint aussi la commune de Val Cenis et plus précisément le village de Sollières près de Termignon-la-Vanoise par la D83 passant par le village de Sardières. Les villages de Bramans, de Termignon, et de Sollières sont également accessibles par des sentiers pédestres traversant le parc national de la Vanoise par le col de Labby.

    Image
    Plan Géoportail.

    Image
    Plan Géoportail.

    Image
    Plan Géoportail.

    3 → Historique des remontées mécaniques

    Liste chronologique

    Voici la liste chronologique des remontées mécaniques, de la plus ancienne à la plus récente, des remontées mécaniques construites à Aussois depuis les débuts du ski alpin. Le symbole † signifie que la remontée mécanique concernée n’est aujourd’hui plus en fonctionnement, et dans la plupart des cas démontée.

    1959 : TKD de la Dotta (†)

    Vers 1960 : TKD de la Pyramide (†)

    1969 : TSF2 des Côtes (†)

    1970 : TSF2 des Sétives (†)

    1971 : TKD du Plan Sec

    1972 : TKD de la Charrière (†)

    1977 : TKF de la Mulinière / TKF de Juin (†)

    1979 : TSF2 de la Fournache

    1981 : TKD de Bellecôte (†) / TKD de Genevray (†)

    1982 : TSF2 du Gran Jeu (†)

    1985 : TSF3 de l’Eterlou / TKF du Ski Acrobatique (†)

    1989 : TSD4 du Gran Jeu (†)

    1990 : TKF de la Combe

    1995 : TKF de Praz Carraz

    2005 : TSD6 de l’Armoise

    2007 : TKE de la Charrière / TKE de la Mulinière

    2015 : TSD6 du Grand Jeu

    Historique détaillé

    Le ski en Haute Maurienne commença à se développer en 1950 au village de Lanslebourg avec la construction d'un très long téléski de 1650 mètres. Du nom de Ramasse, il montait dans la forêt en direction du col du Mont-Cenis. Ce fut en 1953 que la première remontée mécanique naquit à Aussois. Il s’agissait d'un petit téléski pouvant remonter jusqu'à 4 skieurs à la fois, et qui était situé aux envers sous la face nord du fort Marie-Christine.
    En 1959, la première remontée mécanique moderne fut construite par Marcel Arnaud pour le compte de Louis Couvert : le téléski de la Dotta. Cette installation était située en plein cœur du village, en contrebas de l’église et desservait une courte piste dédiée aux débutants.
    Au début des années 1960, Poma installa le téléski de la Pyramide sur le front de neige actuel de la station. Il desservait un champ de neige d'une centaine de mètres de dénivelé.

    Image
    La gare aval de l’ancien téléski de la Pyramide (D.R.).

    Image
    La ligne de l'ancien téléski de la Pyramide (D.R.).

    En 1969, afin de s’occuper de l’exploitation et de la maintenance du domaine skiable alors en développement, une régie municipale fût constituée : la Régie des Remontées Mécaniques d’Aussois nait. Cette même année, le télésiège fixe des Côtes fut construit par Weber sur un tracé totalement nouveau dans l'optique de créer un domaine skiable en altitude. Il proposait dès lors de véritables pistes en forêt, sur plus de 400 mètres de dénivelé.

    Image
    La gare aval de l'ancien télésiège des Côtes (D.R.).

    Image
    La ligne de l'ancien télésiège des Côtes (D.R.).

    L’année suivante, en 1970, un nouveau télésiège, du nom des Sétives, est construit en continuité de celui des Côtes afin d’atteindre le plateau du Jeu et desservir un nouvel espace de ski sur de larges pentes herbeuses depuis l'altitude de 2250 mètres. Le télésiège des Sétives est construit de manière identique que celui des Côtes par le constructeur Weber.

    Image
    La gare aval de l'ancien télésiège des Sétives (D.R.).

    Image
    La gare amont de l'ancien télésiège des Sétives (© rider aussois).

    Alors en plein développement, le domaine skiable continue de s’étendre en 1971 dans l’optique de créer des pistes sur l’ensemble du plateau du Jeu. Le téléski du Plan Sec est alors construit par Poma cette année-là afin d'étendre le domaine skiable jusqu'à 2664 mètres d'altitude depuis l'arrivée du télésiège des Sétives. Comportant un virage en ligne et une pente forte, il est alors réservé aux très bons skieurs.

    Image
    La gare aval du téléski du Plan Sec.

    Image
    La ligne du téléski du Plan Sec.

    En 1972, le téléski de la Pyramide est démonté et remplacé sur un tracé différent. En effet, ce dernier était situé en plein centre du front de neige et sa gare aval empiétait sur le terrain de construction de la future route menant aux barrages d’Aussois. Un peu plus à l’écart du télésiège des Côtes, le téléski de la Charrière a ainsi été construit en 1972 par Poma afin de créer une aire d’apprentissage du ski sur des pistes isolées et donc plus adaptées.

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski de la Charrière (D.R.).

    Fort du succès engendré par le téléski de la Charrière, ce dernier fut complété en 1977 par le téléski de la Mulinière qui est alors installé sur la même zone d’apprentissage en desservant quelques pistes faciles supplémentaires. Construit par Poma, il s’agissait d’un téléski à perches fixes, appareil pleinement adapté pour les débutants.
    Le domaine skiable étant exposé sud, la neige pouvait rapidement faire défaut sur le front de neige. C’est pourquoi la même année a été installé un téléski du modèle similaire à la Mulinière sur le bas du plateau d’altitude du Jeu. Du nom de Juin, il permettait de desservir quelques pistes faciles sous la partie finale du télésiège des Sétives.

    En 1979, le domaine skiable s’est agrandi pour la dernière fois avec la construction du télésiège de la Fournache. Il a permis d’ouvrir un nouveau secteur de ski dans le vallon de la Fournache avec plusieurs pistes difficiles. L’exposition de ce secteur est différente : il est orienté vers l’ouest, permettant ainsi de garantir une ouverture plus longue des pistes pendant les saisons. Il aura été le premier télésiège de la station à être construit par Poma, ce dernier ayant installé un télésiège biplace avec sa fameuse gare motrice Delta au design si connu.

    Image
    La gare aval du télésiège de la Fournache.

    Image
    La gare amont du télésiège de la Fournache.

    En 1981, deux remontées mécaniques supplémentaires furent de nouveau installées sans toutefois agrandir significativement le domaine skiable. Parmi elles le mythique téléski de Bellecôte, construit sur le bord du plateau du Jeu en réponse à la saturation du téléski du Plan Sec. En effet, ce dernier était le seul à pouvoir donner accès au télésiège de la Fournache et, en même temps, à desservir le plateau du Jeu sur toute sa surface. La problématique est résolue par l’installation de ce nouveau téléski Poma tout aussi difficile que le Plan Sec en longeant le côté opposé du plateau du Jeu et en atteignant après avoir parcouru plus de 500 mètres de dénivelé le sommet du domaine skiable. Sa gare amont fut implantée quelques mètres au-dessus de celle de la Fournache, permettant de desservir toutes les pistes du plateau du Jeu et du vallon de la Fournache.

    Image
    La gare amont de l'ancien télésiège du Gran Jeu et la gare aval de l'ancien téléski de Bellecôte (D.R.).

    L’autre remontée mécanique qui fut installée en 1981 a constitué une extension du front de neige près du village, avec l’installation d’un troisième téléski pour débutants : le Genevray. Ce dernier était situé à l’ouest du front de neige principal d’Aussois. Il était accessible par gravité depuis le front de neige via les téléskis de la Charrière et de la Mulinière. Il desservait une extension de l’espace débutants du front de neige en complément des autres téléskis.
    Néanmoins, Genevray souffrait d'une situation assez éloignée et excentrée du front de neige en plus du manque de neige qui rendait l'exploitation aléatoire, ce qui le rendait moins fréquenté et attractif.

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski de Genevray (© rider aussois).

    Image
    La ligne de l'ancien téléski de Genevray (© rider aussois).

    En 1982, le télésiège fixe du Gran Jeu fut installé par Poma depuis le front de neige de la station jusqu'au plateau du Jeu dans le but de doubler à la fois les télésièges des Côtes et des Sétives. Ainsi, le temps de montée vers le cœur du domaine skiable fut beaucoup réduit en passant de plus de 20 minutes avec la chaîne Côtes + Sétives à moins de 15 minutes avec le seul télésiège du Gran Jeu. Il fut dès lors le principal axe de la station pour atteindre directement et rapidement le plateau du Jeu. De plus, le télésiège du Gran Jeu permettait de rejoindre en une seule montée le téléski de Bellecôte pour rallier le sommet du domaine skiable.
    Ce télésiège fixe biplace était prévu pour évoluer en télécabine débrayable : tous les composants de l'installation, à l'exception des gares, étaient ainsi conçus pour une exploitation en télécabine (largeur de la voie, treuil, etc.).

    Image
    La gare aval de l'ancien télésiège du Gran Jeu (1) (D.R.).

    Image
    La gare amont de l'ancien télésiège du Gran Jeu (1) (D.R.).

    En 1985, avec l’arrivée du télésiège du Gran Jeu sur le plateau du Jeu, l’exploitant du domaine skiable a procédé à l’amélioration de la liaison entre le sommet du télésiège du Gran Jeu et le départ du téléski du Plan Sec. En effet, il était nécessaire d’utiliser le petit téléski de Juin construit en 1977 dans une optique débutante pour relier les deux remontées mécaniques structurantes. Le téléski de Juin fut alors démonté et remplacé sur un tracé identique, mais partant plus bas, par le télésiège de l’Eterlou. Ce dernier n’est autre qu’un télésiège triplace d’occasion venant de la station de Méribel-Mottaret dont l’année de fabrication remonte à 1978. Le téléski de Juin, encore assez récent à cette époque, fut déplacé sur le front de neige au pied de la station afin de desservir les activités de ski acrobatique organisées ces années-là.

    Image
    La gare aval du télésiège de l'Eterlou.

    Image
    La ligne du télésiège de l'Eterlou.

    En 1989, il fut décidé de faire évoluer le télésiège fixe du Gran Jeu en télésiège débrayable 4 places afin d'améliorer le débit, le confort, et de réduire le temps de montée. Ce projet d'évolution était bien différent du premier étudié en 1982 lors de la construction du télésiège fixe. En effet, en raison de soucis sur des télécabines 6 places de la même époque, une transformation en ce type de téléporté aurait entrainé l'obligation de remplacer l'ensemble des pylônes. N'ayant pas les moyens d'investir dans une nouvelle ligne, la Régie des Equipements Touristiques d'Aussois décida de faire évoluer le Gran Jeu en télésiège débrayable 4 places en ne remplaçant que la gare aval et en ajoutant des lanceurs en gare amont.

    Image
    La gare aval de l'ancien télésiège du Gran Jeu (2) (© Rodo_af).

    Image
    La gare amont de l'ancien télésiège du Gran Jeu (2) (© Rodo_af).

    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 1989 et où nous pouvons retrouver le TKF du Ski Acrobatique, le TKD du Genevray, le TKF de la Mulinière, le TKD de la Charrière, le TSD4 du Gran Jeu, le TSF2 des Côtes, le TSF2 des Sétives, le TSF3 de l’Eterlou, le TKD de Bellecôte, le TKD du Plan Sec, et le TSF2 de la Fournache :

    Image
    Plan des pistes édité en 1989 (© Pierre Novat).

    En 1990, face à l’arrêt de l’animation du ski acrobatique sur le front de neige, le téléski desservant cette activité fût démonté. Déjà déplacé par le passé en 1985 lors de la construction du télésiège de l’Eterlou, ce petit téléski a été réimplanté non-loin de son lieu de construction initial sur le plateau du Jeu. Désormais plus petit qu’initialement, il dessert depuis 1990 deux pistes vertes et faciles sous le télésiège de l’Eterlou, constituant une zone débutante d’altitude desservant occasionnellement les activités de ski acrobatique cette fois-ci organisées en altitude. Depuis cette deuxième réimplantation, il est appelé téléski de la Combe.

    Image
    La gare aval du téléski de la Combe.

    Image
    La gare amont du téléski de la Combe.

    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 1997 et où nous pouvons retrouver le TKD du Genevray, le TKF de la Mulinière, le TKD de la Charrière, le TSD4 du Gran Jeu, le TSF2 des Côtes, le TSF2 des Sétives, le TSF3 de l’Eterlou, le TKF de la Combe, le TKD de Bellecôte, le TKD du Plan Sec, et le TSF2 de la Fournache :

    Image
    Plan des pistes édité en 1997 (© Pierre Novat).

    Les années 1990 se suivent sans construction de nouvelles remontées mécaniques, notamment en raison des hivers sans neige qui vont limiter les capacités d’investissement. Seul l’ESF (Ecole du Ski Français) va, à l’occasion de l’ouverture de son jardin d’enfant sur le front de neige, faire construite un très court téléski fixe afin de desservir ce dernier. Ce téléski, initialement appelé Souris Verte, est alors construit avec la récupération d'un ancien téléski fixe situé sur la station de l'Audibergue dans les Alpes-Maritimes. Depuis son installation à Aussois, il fait partie intégrante de l’espace des premières glisses réservé aux écoles de ski de la station (ESF et ESI) et a depuis pris le nom de Praz Carraz. Cet espace d’initiation est desservi par deux autres installations que sont le télécorde de Pra Carraz et le tapis roulant de Praz Carraz, tous exploités et entretenus par les écoles de ski.

    Image
    La gare aval du téléski de Praz Carraz.

    Image
    La gare amont du téléski de Praz Carraz.

    Pour assister au retour de la construction de nouvelles remontées mécaniques, il faudra attendre 2005. En effet, l’augmentation du nombre de lits dans la station va venir augmenter le nombre de skieurs dans le domaine skiable, et les points sensibles où les débits peuvent manquer sur les remontées mécaniques sont de plus en plus flagrants. Malgré un contexte financier difficile, la Régie des Equipements Touristiques d’Aussois remplace cette année-là le téléski de Bellecôte par un télésiège débrayable 6 places sur un tracé proche sans monter au-dessus du télésiège de la Fournache. Le téléski du Plan Sec est quant à lui raccourci par l’amont afin de supprimer sa partie difficile et cantonner son rôle à la desserte du plateau du Jeu.
    Construit par Doppelmayr, le télésiège débrayable 6 places de l’Armoise est la troisième installation de ce type en Haute Maurienne, après ceux du Solert et de la Ramasse à Val Cenis.

    Image
    La gare aval du télésiège de l'Armoise.

    Image
    La gare amont du télésiège de l'Armoise.

    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 2005 et où nous pouvons retrouver le TKD du Genevray, le TKF de la Mulinière, le TKD de la Charrière, le TSD4 du Gran Jeu, le TSF2 des Côtes, le TSF2 des Sétives, le TSF3 de l’Eterlou, le TKF de la Combe, le TSD6 de l’Armoise, le TKD du Plan Sec, et le TSF2 de la Fournache :

    Image
    Plan des pistes édité en 2005 (© Pierre Novat).

    Deux ans plus tard, en 2007, c’est l’ensemble du front de neige au pied de la station qui est modernisé. La restructuration comprend la construction de deux nouveaux téléskis à enrouleurs, le démontage des trois téléskis existants, d’une zone piétonne pour un accès facile au jardin d'enfants, ainsi que la modification et l’extension du réseau de neige de culture pour l’ensemble des pistes basses du domaine. Les téléskis de la Charrière et de la Mulinière sont alors démontés et remplacés sur des tracés décalés par deux nouveaux téléskis reprenant leurs noms. Le téléski du Genevray, installé en 1981 à l’écart du front de neige, est laissé inexploité pendant deux ans puis est démonté en 2009, le tout sans être remplacé.

    Image
    Les gares aval des téléskis de la Mulinière et de la Charrière.

    Image
    Les lignes des téléskis de la Mulinière et de la Charrière.

    Le dernier investissement en date sur le domaine skiable va concerner l’axe principal de la station permettant de relier le front de neige au plateau du Jeu. Bien que débrayable et bien plus rapide que l’enchaînement des télésièges des Côtes et des Sétives, le télésiège du Gran Jeu accuse son âge et montre ses limites notamment lors des périodes de forte affluence. Ne pouvant se passer de cet appareil, son remplacement est réalisé en 2015 par un télésiège débrayable 6 places, similaire à celui construit 10 ans plus tôt à l’Armoise, et reprenant le même nom que son prédécesseur à l’exception du mot Gran qui devient alors Grand. Disposant d’un confort amélioré et d’une sécurité renforcée, il remplace par la même occasion le télésiège des Côtes qui sera démonté cette même année. Le télésiège des Sétives suivra l’année suivante, laissant au Grand Jeu seul le rôle d’ascenseur entre le village et le plateau du Jeu.

    Image
    La gare aval du télésiège du Grand Jeu.

    Image
    La gare amont du télésiège du Grand Jeu.

    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 2018 et où nous pouvons retrouver le TKE de la Mulinière, le TKE de la Charrière, le TSD6 du Grand Jeu, le TSF3 de l’Eterlou, le TKF de la Combe, le TSD6 de l’Armoise, le TKD du Plan Sec, et le TSF2 de la Fournache :

    Image
    Plan des pistes édité en 2018 (© Pierre Novat).

    4 → Le domaine skiable et ses différents secteurs

    Le front de neige

    Aussois dispose d’un front de neige particulièrement grand et agencé de manière efficace afin de ne pas mélanger les flux de skieurs. De la droite vers la gauche nous retrouvons
    - l’arrivée de pistes de retour à la station venant du domaine skiable d’altitude.
    - le départ du télésiège du Grand Jeu.
    - la zone débutante et les deux téléskis associés, celui de la Charrière et celui de la Mulinière.
    - le jardin d’enfant, clôt et sécurisé, exploité par les écoles de ski, et équipé d’un petit téléski ainsi que d’un tapis et d’un télécorde.
    Disposé en longueur, le front de neige a l’avantage de permettre aux clients à la journée de rejoindre le départ du télésiège du Grand Jeu depuis le parking par gravité et skis aux pieds. Il en est de même pour lier les pistes de retour à la station et le parking.
    La Maison d’Aussois, lieu d’information et de vente des forfaits, est située au pied du front de neige. Une salle hors-sac ainsi que des toilettes sont présents.

    Image
    Le départ du télésiège du Grand Jeu.

    Image
    La piste de la Mulinière vue depuis la gare amont du téléski de la Mulinière.

    Image
    Le début de la piste de la Charrière.

    Image
    Les gares aval des téléskis de la Charrière et de la Mulinière vues depuis la piste de la Charrière.

    Le plateau du Jeu

    Le plateau du Jeu est le secteur d’altitude concentrant la plupart des pistes du domaine skiable. Il s’agit d’un secteur exposé au sud et accessible depuis le front de neige avec le télésiège du Grand Jeu.
    Au sommet du télésiège du Grand Jeu, plusieurs possibilités de trajets peuvent être choisies par les skieurs :
    - utiliser le télésiège de l’Armoise qui permet la desserte de l’ensemble des pistes et donne l’accès au vallon de la Fournache.
    - utiliser le télésiège de l’Eterlou puis le téléski du Plan Sec qui permet la desserte d’une bonne partie des pistes.
    Une zone plus tranquille et plus facile est présente au pied du plateau du Jeu et est desservie par le télésiège de l’Eterlou. Le petit téléski de la Combe complète cette desserte lors des vacances scolaires.
    Le Boardercross, situé au bord de la piste de Bellecôte, est desservi par le télésiège de l’Armoise. Le stade de slalom, situé au bord de la piste du Plan Sec, est desservi par le téléski du même nom. Une piste ludique et amusante est située au bord de la piste de l’Eterlou et est accessible par le télésiège éponyme.
    En ce qui concerne les restaurants d’altitude, il en existe deux sur le domaine skiable :
    - un à l’arrivée du télésiège du Grand Jeu, notamment accessible pour les piétons
    - un au niveau du croisement des pistes du Chamois et de la Roche, accessible par le télésiège de l’Armoise et le téléski du Plan Sec.

    Image
    La partie inférieure du plateau du Jeu vue depuis la ligne du télésiège du Grand Jeu.

    Image
    L'accès au télésiège de l'Eterlou sur le bas du plateau du Jeu.

    Image
    Le début des pistes de retour à la station.

    Image
    Une partie de la ligne du télésiège du Grand Jeu vue depuis les pistes de retour à la station.

    Image
    La partie inférieure du plateau du Jeu vue depuis la piste de l’Eterlou.

    Image
    La partie supérieure du plateau du Jeu vue depuis la gare amont du télésiège de l'Eterlou.

    Image
    La retenue d'eau d'altitude du plateau du Jeu.

    Image
    La partie supérieure du plateau du Jeu vue depuis la piste de l’Armoise.

    Le vallon de la Fournache

    Le vallon de la Fournache est un vallon orienté à l’ouest, ce qui permet une meilleure tenue de la neige dans le temps. Ouvert en 1978 grâce à la construction du télésiège de la Fournache, il est rendu accessible du reste du domaine skiable par le télésiège de l’Armoise. Ce vallon est tracé par plusieurs pistes de niveaux rouge et noir, ce qui en fait un espace de ski réservé aux bons skieurs.
    Le télésiège de la Fournache est l’unique remontée mécanique permettant la desserte des pistes du secteur, dont notamment la majestueuse piste Stella évoluant dans un cadre préservé, et la longue piste difficile des Balmes permettant un retour à la station direct et à l’écart du reste du domaine skiable, notamment en évitant le plateau du Jeu.

    Image
    Le vallon de la Fournache vu depuis la piste Stella.

    Image
    Le vallon de la Fournache vu depuis la gare aval du télésiège de la Fournache.

    Image
    Le vallon de la Fournache vu depuis la ligne du télésiège de la Fournache.

    Image
    La fin de la ligne du télésiège de la Fournache.

    5 → Conclusion

    La station d’Aussois est aujourd’hui une des rares stations de la vallée de la Maurienne à avoir un domaine skiable exposé principalement côté sud. Cela lui confère une exposition au soleil garantie pendant toute la durée de chaque saison de ski, mais a le désavantage de limiter la tenue de la neige avec le temps. Grâce à un réseau de neige de culture fortement développé, les pistes sont pour autant de grande qualité, ce qui confère de bonnes journées de ski, parfois meilleures que dans les autres stations exposées nord où le soleil peut arriver à manquer pendant les mois de décembre et de janvier. Grâce à une gestion mesurée et habile du domaine skiable, les remontées mécaniques sont d’un niveau tout à fait acceptable pour une station de cette taille, notamment depuis la modernisation des axes importants par des télésièges débrayables et la rénovation du front de neige doté de téléskis à enrouleurs. Les équipements les plus anciens demeurent quant à eux bien entretenus et sont régulièrement remis à niveaux et améliorés. L’avenir n’est pas en reste et la station envisage le remplacement à court terme du télésiège biplace de la Fournache par un nouvel appareil sur un tracé légèrement différent. A suivre !

    Image
    Aussois, le village station des familles.

    Je tiens à remercier l’ensemble du personnel de la station pour son accueil et sa gentillesse.

    Photos : valcelouis et Rodo_af
    Texte et mise en page : valcelouis

    © valcelouis – Tous droits réservés





    Remonter en haut de la page.
    Retourner à l'index de "Au Coeur des remontées mécaniques.