En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension
Bonneval-sur-Arc (Haute Maurienne Vanoise)

Bonneval-sur-Arc (Haute Maurienne Vanoise)


Bonneval-sur-Arc
Photo © valcelouis
Description rapide :
Située en Savoie (région Auvergne-Rhône-Alpes), au pied du col de l’Iseran (2764 mètres d’altitude), la station de Bonneval-sur-Arc attire les skieurs avides de grands espaces ainsi que les vacanciers en quête de ressourcement.

Classé parmi les « Plus Beaux Villages de France », Bonneval-sur-Arc est paré de chalets traditionnels bâtis de pierres de taille et coiffés de toits en lauzes. Porte d’entrée du Parc National de la Vanoise, perché à 1800 mètres d’altitude au cœur d’une montagne authentique et préservée, Bonneval-sur-Arc propose de se détendre au rythme de cette nature intacte.

Le domaine skiable de Bonneval-sur-Arc, étagé entre 1800 et 3000 mètres d’altitude sous la Pointe d’Andagne (3217 mètres), fait partie de ces spots de glisse à taille humaine (20 kilomètres de pistes), réservant un terrain de jeu varié, engagé par endroits, sur un dénivelé important et intégré à un paysage saisissant de haute montagne. Plus que le nombre de kilomètres de pistes, c’est donc la qualité de son domaine qui fait de Bonneval-sur-Arc un spot de glisse d’exception !




    Afficher les appareils : |


    Liste des reportages de cette station :


    Auteur de la description de la station : valcelouis
    Section écrite le 19/04/2020 et mise à jour le 02/05/2020
    (Mise en cache le 02/05/2020)

    Bonneval-sur-Arc – Haute Maurienne Vanoise
    Savoie (73) – France


    Image


    Au sommaire de cette présentation :

    1 → Bienvenue à Bonneval-sur-Arc !
    2 → Situation géographique
    3 → Historique des remontées mécaniques
    4 → Le domaine skiable et ses différents secteurs
    5 → Conclusion


    1 → Bienvenue à Bonneval-sur-Arc !

    La station-village pépite !
    Au pied du col de l’Iseran, la station-village de Bonneval-sur-Arc attire les skieurs avides de grands espaces ainsi que les vacanciers en quête de ressourcement.
    Classé parmi les « Plus Beaux Villages de France », Bonneval-sur-Arc est paré de chalets traditionnels bâtis de pierres de taille et coiffés de toits en lauzes.
    Entre le Parc national de la Vanoise, les glaciers (Evettes, Grand Méan, Sources de l’Arc, etc.), ou le hameau de l’Ecot, Bonneval-sur-Arc est tout simplement la station-village pépite de Haute Maurienne Vanoise.
    Son hameau incontournable : l’Ecot. A Bonneval-sur-Arc, on ne peut pas séjourner une semaine sans aller jusqu’au hameau de l’Ecot. A pieds, en skis de fond, en raquettes, en skis de randonnée, peu importe, il faut s’y rendre !
    Haut lieu coupé du temps : monter boire un café à l’Ecot est une très bonne excuse pour profiter du magnifique panorama !

    Dépaysement assuré !
    - Des murs de neiges le long de la route dépassant parfois les 6 mètres de haut.
    - Des ponts de neige entre les toits du vieux village.
    - Un vieux village 100% piéton, où vivre avec la neige est tout un art.
    - Des traditions de vie conservées par les habitants à l’année.
    - Sa station de ski est une pure merveille avec la dernière remontée mécanique emmenant jusqu’à 3000 mètres d’altitude.

    2 → Situation géographique

    La station de Bonneval-sur-Arc est située dans la vallée de la Haute Maurienne, au sud du massif de la Vanoise, dans le département de la Savoie (73). Elle se situe à 42 kilomètres au nord-est de Modane sur un plateau à 1 759 m d'altitude.
    La commune est limitrophe au nord avec celle de Val d’Isère située dans la vallée de la Haute Tarentaise, dont l’accès est possible en saison estivale uniquement via D902 et le mythique col de l’Iseran.
    Bonneval-sur-Arc est accessible par la route depuis Modane grâce à la D1006 puis la D902, mais rejoint aussi le petit hameau de l’Ecot, hameau non-occupé en hiver, via un chemin praticable pour les voitures. Les villages de Bessans, Lanslevillard, Lanslebourg, Termignon, Sollières et Bramans sont également accessibles par des sentiers pédestres dont le sentier du Petit Bonheur traversant la vallée de la Haute Maurienne.

    Image
    Plan Géoportail.

    Image
    Plan Géoportail.

    Image
    Plan Géoportail.

    3 → Historique des remontées mécaniques

    Liste chronologique

    Voici la liste chronologique des remontées mécaniques, de la plus ancienne à la plus récente, des remontées mécaniques construites à Bonneval-sur-Arc depuis les débuts du ski alpin. Le symbole † signifie que la remontée mécanique concernée n’est aujourd’hui plus en fonctionnement, et dans la plupart des cas démontée.

    1968 : TSF2 du Vallonnet (†) / TKD du Chalençon (†)

    1969 : TKF du Pré du Vas (†)

    1972 : TKD de la Barme

    1973 : TKD du Moulinet

    1974 : TKD d’Andagne (†)

    1977 : TKD de Péchaillet (†) / TKD de la Pierre Fendue (†)

    1979 : TKD du Lac 1 / TKE du 3000 (†)

    1988 : TSF4 du Vallonnet / TKD de la Pierre Fendue (†)

    1995 : TSF4 d’Andagne

    1996 : TSF4 du 3000

    2002 : TKD du Lac 2

    2011 : TKE du Chalençon

    2017 : TKE du Pré du Vas / TKE de la Pierre Fendue

    Historique détaillé

    Le ski en Haute Maurienne commença à se développer en 1950 au village de Lanslebourg avec la construction d'un très long téléski de 1650 mètres. Du nom de Ramasse, il montait dans la forêt en direction du col du Mont-Cenis. Ce fut en 1968 que les premières remontées mécaniques naquirent à Bonneval-sur-Arc. On y trouvait alors deux appareils : le télésiège du Vallonnet et le téléski du Chalençon tous deux fournis par Poma. Le Vallonnet partait de la station, sur la rive gauche de l'Arc, et rejoignait le plateau du Criou pour desservir deux pistes au-dessus du village de Tralenta alors en début de développement. Le téléski du Chalençon permettait quant à lui de desservir un espace débutant sur le plateau du Criou, à l’arrivée du télésiège du Vallonnet.

    Image
    La gare aval de l'ancien télésiège du Vallonnet (1) (D.R.).

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski du Chalençon.

    Image
    La gare amont de l'ancien téléski du Chalençon.

    Un an plus tard, en 1969, face au développement de village de Tralenta, un court téléski fixe est construit sur le pré situé entre le vieux village de Bonneval et le nouveau village nommé Tralenta. Du nom de Pré du Vas, ce court téléski à vocation débutante est construit par Poma afin d’offrir la possibilité aux vacanciers de ski en vallée sans à avoir à monter au plateau du Criou via le télésiège du Vallonnet. Un deuxième espace d’initiation au ski est alors né.

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski du Pré du Vas.

    Image
    La gare amont de l'ancien téléski du Pré du Vas.

    En 1970, pas de nouvelles remontées mécaniques pour le domaine skiable mais un prolongement, celui du télésiège du Vallonnet. En effet, ce dernier avait son départ sur la rive gauche de l’Arc, nécessitant pour accéder à son départ de passer à pieds le pont traversant le torrent. C’est ainsi que deux ans après sa construction, le télésiège du Vallonnet est rallongé de 150 mètres environ vers l’aval afin qu’il prenne son départ sur la rive droite de l’Arc, et qu’il soit accessible directement par gravité depuis le village de Tralenta. A cette occasion, la gare de départ est installée dans un chalet construit pour l’occasion.

    Image
    La gare aval de l'ancien télésiège du Vallonnet (2) (D.R.).

    La station de Bonneval poursuit ses investissements pour le domaine skiable notamment lors de l’important essor du ski en France. En 1972 est construit sur le plateau du Criou le téléski de la Barme. Prenant son départ juste à côté de celui du Chalençon et ayant une ligne strictement parallèle à ce dernier mais bien plus longue que son voisin, ce téléski donne aux skieurs en apprentissage la possibilité de continuer leur initiation à proximité de l'arrivée du télésiège du Vallonnet. Tout comme l’ensemble des installations construites depuis les débuts du ski alpin à Bonneval, c’est Poma qui fournit ce nouveau téléski.

    Image
    La gare aval du téléski de la Barme.

    Image
    La gare amont du téléski de la Barme.

    Toujours dans une optique de développement du domaine skiable d’altitude, un troisième téléski est construit sur le plateau du Criou, mais ce dernier n’est cette fois-ci pas destiné aux débutants. C’est en 1973 qu’est construit le téléski du Moulinet : cet appareil est situé tout à gauche du plateau du Criou, à côté du restaurant d'altitude de la station. Il dessert un secteur de ski moyen ainsi accessible depuis la station via le télésiège du Vallonnet et depuis le haut du téléski de la Barme. Avec son faible débit, ce téléski emmène les skieurs dans un secteur assez sauvage et peu fréquenté, à la limite du domaine skiable qui est dominé par des glaciers, dont celui du Vallonnet.

    Image
    La gare aval du téléski du Moulinet.

    Image
    La gare amont du téléski du Moulinet.

    L’année 1974 va venir achever l’équipement complet du plateau du Criou avec la construction d’un quatrième téléski : celui d’Andagne. Ce téléski supplémentaire est construit pour agrandir l’espace skiable d’altitude. En effet, celui-ci ouvre l'accès à de nouvelles pistes difficiles destinées aux skieurs confirmés. Il partait en contrebas de l'arrivée du télésiège du Vallonnet pour arriver au niveau de deux lacs en altitude. C'était un téléski difficile, avec une pente maximale supérieure à 60 %.

    Image
    L'ancien téléski du Chalençon, le téléski de la Barme, la gare amont de l'ancien télésiège du Vallonnet et l’ancien téléski d'Andagne (D.R.).

    Alors que le petit domaine de Bonneval est de plus en plus fréquenté grâce à la construction et au développement du village de Tralenta, le téléski du Chalençon et le téléski du Pré du Vas sont les deux seuls appareils débutants et n’arrivent plus à absorber le nombre de skieurs en apprentissage. C’est ainsi que, sur la prairie centrale entre le vieux village et le village de Tralenta, est construit un nouveau téléski cette fois-ci débrayable pour ouvrir une deuxième piste légèrement plus difficile que la première. Du nom de Péchaillet, il est situé plus près du vieux village que son voisin le téléski du Pré du Vas, permettant aux débutants de s’entrainer tout en restant proche des habitations.

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski de Péchaillet (D.R.).

    Image
    La gare amont de l'ancien téléski de Péchaillet.

    Cette même année, l’offre débutante est aussi complétée non-loin du départ du télésiège du Vallonnet avec l’installation d’un court téléski débrayable près du village de Tralenta. Nommé Pierre Fendue, ce téléski permettait de desservir la partie finale de la piste principale venant du plateau du Criou. Ayant son départ sur la rive gauche de l’Arc, il était accessible à pieds en traversant le pont au-dessus du torrent, on en empruntant le télésiège du Vallonnet puis en descendant les pistes de retour à la station.

    Image
    L'ancien téléski de la Pierre Fendue (1) (D.R.).

    L’année 1979 marquera le grand développement du domaine skiable en altitude. Le téléski du Lac est construit par Transcâble à l’arrivée du téléski d’Andagne afin de rejoindre la cote 2580 et desservir de nouvelles pistes assez courtes mais très bien enneigées du fait de l’altitude. La même année, le domaine skiable de Bonneval connaît son dernier agrandissement avec l’installation du téléski à enrouleurs du 3000 par Montaz-Mautino. Celui-ci permit la création de nouvelles pistes difficiles dans un secteur peu fréquenté rasant l’altitude symbolique des 3000 mètres.

    Image
    La ligne de l'ancien téléski du 3000.

    Quelques années vont ensuite passer et le télésiège du Vallonnet, faisant partie des toutes premières remontées mécaniques construites à Bonneval, connaît une fréquentation qu’il n’arrive pas à transporter dû à son débit trop faible. C’est ainsi qu’en 1988 est opéré le remplacement complet du télésiège historique et biplace par un nouveau télésiège 4 places plus moderne issu du constructeur Poma. Reprenant le même tracé décalé de quelques mètres vers la gauche, le nouvel appareil est doté d’une motrice à son arrivée pour limiter les nuisances sonores au sein du village. Le nouveau télésiège reprend ainsi à partir de cette année-là l’ensemble des fonctions de l’ancien appareil.

    Image
    La gare aval du télésiège du Vallonnet.

    Image
    La gare amont du télésiège du Vallonnet.

    La construction du nouveau télésiège va entraîner le démontage immédiat du téléski débutant de la Pierre Fendue situé non-loin du village de Tralenta et construit 11 ans plus tôt, et ce en raison de l’implantation de la ligne du nouveau télésiège sur le tracé du téléski. Cependant, le téléski de la Pierre Fendue a été reconstruit au niveau du tracé de l’ancien télésiège grâce au déplacement des gares mais aussi à la récupération des fûts non-démontés de deux pylônes de l’ancien télésiège. Le téléski de la Pierre Fendue n’a ainsi jamais été absent du front de neige et a gardé son rôle à l’identique.

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski de la Pierre Fendue (2).

    Image
    La gare amont de l'ancien téléski de la Pierre Fendue (2).

    Après une vingtaine d’années d’exploitation, le téléski d’Andagne reliant le plateau du Criou au secteur des Lacs et du 3000 est démonté et remplacé par un télésiège 4 places de Montaval, le deuxième de la station. Le tracé employé est alors différent afin de rendre la montée plus confortable et plus accessible pour une plus grande partie de la clientèle de la station. En effet, la montée sur le téléski d'Andagne n'était pas aisée pour les skieurs moyens, son débit restait un peu faible pour assurer son rôle primordial de liaison vers les pistes de haute altitude, et sa piste de montée était difficile à entretenir. Le télésiège est construit par Montaval, filiale de la STVI qui est la société d’exploitation du domaine skiable de Val d’Isère.

    Image
    La gare aval du télésiège d’Andagne.

    Image
    La gare amont du télésiège d’Andagne.

    L’année suivante, en 1996, c’est au tour du téléski du 3000 de se voir remplacé par un télésiège 4 places. En effet, ce dernier, peu adapté à sa tâche, est lui aussi remplacé par un télésiège fourni par Montaval. Ce nouvel appareil est un peu plus long que son prédécesseur grâce à un tracé différent : il a ainsi été prolongé d’une centaine de mètres par l’aval pour faciliter son accès depuis l’ensemble des pistes du secteur. Le constructeur Montaval intervient une seconde fois pour la construction du télésiège.

    Image
    La gare aval du télésiège du 3000.

    Image
    La gare amont du télésiège du 3000.

    La construction des deux télésièges 4 places d’altitude signe la remise à niveau complète du domaine skiable afin qu’il puisse être abordé dans son ensemble par la clientèle familiale que connaît la station. Cependant, un point noir lors des périodes de forte fréquentation apparaît au niveau du téléski des Lacs alors situé entre deux télésièges 4 places qui débitent plus que lui. En 2002, la station profite du démontage des téléskis de la Vagère 1 & 2 du constructeur Transcâble sur le domaine skiable des Arcs pour récupérer du matériel et monter un téléski doublon nommé Lacs 2 au téléski en place qui devient Lacs 1. C’est la société Mécalift qui intervient pour la construction du deuxième téléski de récupération.

    Image
    Les gares aval des téléskis des Lacs 1 & 2.

    Image
    Les gares amont des téléskis des Lacs 1 & 2.

    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 2010 et où nous pouvons retrouver le TKD de Péchaillet, le TKF du Pré du Vas, le TKD de la Pierre Fendue, le TSF4 du Vallonnet, le TKD de la Barme, le TKD du Chalençon, le TKD du Moulinet, le TSF4 d’Andagne, le TKD des Lacs 1 & 2, et le TSF4 du 3000 :

    Image
    Plan des pistes édité en 2010 (©).

    S’en suivent plusieurs années sans investissement où la station est économiquement fragile. Les saisons passent et le téléski débutant du Chalençon, alors plus vieille installation du domaine skiable, devient de plus en plus inadapté à son rôle débutant. Alors que son débit n’est pas assez suffisant pour absorber les skieurs lors des congés scolaires, la station entreprend le remplacement de cet appareil très prisé par un téléski à enrouleurs neuf. Installé sur le même tracé, il est construit par GMM en reprenant les mêmes fonctions que son prédécesseur.

    Image
    La gare aval du téléski du Chalençon.

    Image
    La gare amont du téléski du Chalençon.

    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 2014 et où nous pouvons retrouver le TKD de Péchaillet, le TKF du Pré du Vas, le TKD de la Pierre Fendue, le TSF4 du Vallonnet, le TKD de la Barme, le TKE du Chalençon, le TKD du Moulinet, le TSF4 d’Andagne, le TKD des Lacs 1 & 2, et le TSF4 du 3000 :

    Image
    Plan des pistes édité en 2014 (© Kaliblue).

    Le dernier investissement en date sur le domaine skiable va concerner les deux zones débutantes proches des villages. Dans un souci de proposer des installations modernes aux skieurs débutants très nombreux à Bonneval, la station va procéder en 2017 au remplacement de toutes ses installations d’apprentissage mais va aussi en profiter pour rationaliser le nombre d’appareils. Sur la prairie centrale entre le vieux village et le village de Tralenta, le téléski fixe du Pré du Vas et le téléski débrayable de Péchaillet sont remplacés par une unique installation neuve de type téléski à enrouleurs reprenant quasiment le tracé du Pré du Vas, d’où il récupère le nom. Sur le front de neige de Tralenta, non-loin du départ du télésiège du Vallonnet, c’est le téléski de la Pierre Fendue qui est démonté et remplacé par un nouveau téléski à enrouleurs sur un tracé différent permettant de séparer les flux de retour à la station et d’apprentissage. De nouvelles pistes sont créées afin de réaliser une vraie zone débutante. Les deux installations neuves sont construites par Poma.

    Image
    La gare aval du téléski du Pré du Vas.

    Image
    La gare amont du téléski du Pré du Vas.

    Image
    La gare aval du téléski de la Pierre Fendue.

    Image
    La gare amont du téléski de la Pierre Fendue.

    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 2017 et où nous pouvons retrouver le TKE du Pré du Vas, le TKE de la Pierre Fendue, le TSF4 du Vallonnet, le TKD de la Barme, le TKE du Chalençon, le TKD du Moulinet, le TSF4 d’Andagne, le TKD des Lacs 1 & 2, et le TSF4 du 3000 :

    Image
    Plan des pistes édité en 2017 (© Kaliblue).

    Voici une rétrospective réalisée en 2018 à l’occasion des 50 ans du domaine skiable et où nous pouvons retrouver le TSF2 du Vallonnet (en haut à gauche), le TSF4 du Vallonet (en haut au centre), et le TKE du 3000 (en bas au centre) :

    Image
    Rétrospective éditée en 2018.

    4 → Le domaine skiable et ses différents secteurs

    La prairie centrale et le front de neige

    Bonneval-sur-Arc dispose des deux zones de ski à proximité des deux villages. La première zone est située sur la prairie séparant le vieux village du village de Tralenta : le pré du Vas. Cet espace large et idéal pour débuter le ski est particulièrement accessible depuis l’ensemble de la station et est situé à proximité immédiate des caisses de vente des forfaits et des cours de ski. Certains niveaux d’écoles de ski se déroulent d’ailleurs sur cet espace. Le pré du Vas est coupé en deux utilisations :
    - le côté Tralenta est réservé à une utilisation pour le ski de piste grâce au téléski du Pré du Vas desservant deux pistes situées de part et d’autre de la ligne.
    - le côté vieux village est dédié à une utilisation plus ludique avec les familles, et notamment aux descentes en luge.
    La deuxième zone constitue le véritable front de neige du domaine skiable situé sur un espace en pente et laissant passer le torrent de l’Arc. A proximité du village de Tralenta, il regroupe le départ du télésiège du Vallonnet donnant accès au domaine skiable d’altitude, l’arrivée des pistes de retour à la station, et une petite zone débutante constituée du téléski de la Pierre Fendue desservant deux pistes. Ce téléski est accessible à pied depuis le village de Tralenta après avoir traversé le pont sur l’Arc.

    Image
    La prairie centrale et sa piste de luge.

    Image
    Les pistes débutantes de la prairie centrale.

    Image
    Le départ du télésiège du Vallonnet.

    Image
    L'accès au téléski de la Pierre Fendue sur le front de neige de Tralenta.

    Image
    Les pistes débutantes du front de neige de Tralenta.

    Le plateau du Criou

    Le plateau du Criou est le secteur d’altitude le plus fréquenté par la clientèle familiale de Bonneval et est directement accessible par le télésiège du Vallonnet venant du village de Tralenta. Il est principalement composé de trois téléskis aux niveaux différents permettant d’évoluer dans un cadre en dehors de la forêt :
    - le téléski du Chalençon, qui est assez court et qui ne présente aucune difficulté, qui permet la desserte d’une piste d’entraînement et qui constitue une zone débutante d’altitude très agréable.
    - le téléski de la Barme, plus long, qui dessert des pistes plus techniques ainsi que le snowpark de la station.
    - le téléski du Moulinet, difficile avec une pente très soutenue, et qui dessert de manière plus écartée des autres téléskis deux pistes de niveaux moyens mais très abordables.
    A proximité des départs des téléskis du Chalençon et de la Barme se trouve le restaurant d’altitude du domaine skiable. Il est ainsi accessible aux piétons par le télésiège du Vallonnet.
    Les pistes de retour à la station partent toutes du plateau du Criou, sous la partie finale de la ligne du télésiège du Vallonnet. Il en est de même pour l’accès au secteur des Lacs et du 3000 par le télésiège d’Andagne.

    Image
    La piste de l'Alouette de retour à la station.

    Image
    La piste Polo Boniface de retour à la station.

    Image
    L'arrivée du télésiège du Vallonnet.

    Image
    La partie basse du plateau du Criou vue depuis la gare aval du téléski du Moulinet.

    Image
    La piste de la Perdrix.

    Image
    Le début de la piste de la Bergeronnette.

    Image
    Le milieu de la piste de la Bergeronnette.

    Image
    La partie centrale du plateau du Criou vue depuis la piste du Chardonneret.

    Image
    La partie basse du plateau du Criou vue depuis la ligne du téléski du Moulinet.

    Le secteur des Lacs et du 3000

    Le secteur des Lacs et du 3000 est un secteur situé à l’arrivée du télésiège d’Andagne, ce dernier prenant son départ à proximité du plateau du Criou. Il est moins fréquenté que le plateau du Criou car il dessert des pistes plus techniques et plus difficiles. Les pistes sont desservies par trois remontées mécaniques dont deux sur le même axe : les téléskis des Lacs 1 & 2 pour la partie gauche et le télésiège du 3000 pour la partie droite.
    L’accès au télésiège du 3000 se fait obligatoirement après avoir emprunter l’un des téléskis des Lacs 1 & 2. Ces derniers sont ouverts en fonction de la fréquentation, les deux appareils étant en fonctionnement lors des périodes de forte fréquentation et de beau temps. Un boardercross est situé le long des téléskis des Lacs 1 & 2.

    Image
    La piste du Coq.

    Image
    Le départ des téléskis des Lacs 1 & 2.

    Image
    Le point de vue sur la vallée de la Haute Maurienne au sommet du télésiège du 3000.

    Image
    Le début de la piste de l'Aiglon.

    Image
    La fin de la piste de l'Aiglon.

    Image
    La partie centrale du secteur du 3000.

    5 → Conclusion

    Avec sa clientèle très familiale, avide de grands paysages et en quête de ressourcement, la station de Bonneval-sur-Arc est vraiment une station différente des autres, grâce notamment à son village atypique mais aussi à son domaine skiable simple mais à couper le souffle. Grâce à son altitude allant de 1800 à 3000 mètres, le domaine bénéficie d’un enneigement naturel toujours abondant permettant de proposer des pistes de grande qualité. La taille humaine des villages permet aussi la bonne fluidité des pistes et l’absence quasi-totale d’attente aux remontées mécaniques. Grâce à une bonne gestion des investissements, les remontées mécaniques proposées sont tout à fait correctes et les derniers efforts portés sur les installations à destination des débutants renforcent le côté familial du domaine. Le prochain investissement important concerne le remplacement du télésiège quadriplace du Vallonnet par un appareil similaire neuf afin de réduire les couts de maintenance et proposer une installation plus moderne et fiable. Cet investissement, prévu à moyen terme, est conditionné aux recettes de la station. A suivre !

    Image
    Bonneval-sur-Arc, la station-village pépite.

    Je tiens à remercier l’ensemble du personnel de la station pour son accueil et sa gentillesse.

    Photos : valcelouis et Monts-Jura
    Texte et mise en page : valcelouis

    © valcelouis – Tous droits réservés





    Remonter en haut de la page.
    Retourner à l'index de "Au Coeur des remontées mécaniques.