En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension
Bramans (Haute Maurienne Vanoise)

Bramans (Haute Maurienne Vanoise)


Bramans
Photo © valcelouis
Description rapide :
Situé en Savoie (région Auvergne-Rhône-Alpes), Bramans est un village de la Haute Maurienne, en bordure de la frontière italienne, situé sur l’antique voie romaine qui franchissait le Petit Mont-Cenis et le col Clappier. Sa situation, face au parc de la Vanoise et dans le massif du Mont-Cenis offre de magnifiques paysages et panoramas d’un village montagnard, qui a su garder son authenticité et son côté chaleureux sans se développer en grande station de ski.

L’hiver, les hautes vallées de la commune et le massif et le parc de la Vanoise voisins offrent tous les charmes de la montagne : ski de fond, randonnées à ski, raquettes, etc. ; le ski alpin ayant été supprimé depuis 2014. Ainsi, les vastes étendues de la commune avec ses forêts constituent un domaine exceptionnel de ski de randonnée et offre de grands espaces pour faire apprécier et apprendre le ski de fond, la raquette et les promenades familiales.

Le village de Bramans est composé de deux hameaux : l’un nommé « Le Verney » sur la voie actuelle (RD1006) vers le col du Mont-Cenis et l’Italie, et l’autre, le « Chef-Lieu » sur l’antique voie romaine qui franchissait le Petit Mont-Cenis et le col Clappier. En suivant cette voie, on trouve le Planay (à 7 kilomètres de Bramans), carrefour de hautes vallées de la commune : Ambin, Etache et Savine.
Le village est dominé par la dent Parrachée, l’un des plus hauts sommets de Savoie (3687 mètres d’altitude) et par de nombreux sommets de plus de 3000 mètres d’altitude.




    Afficher les appareils : |


    Liste des reportages de cette station :


    • La base de données contient 1 reportage pour cette station
       
       
       
      Appareil :
      Mise en service :
      Fin de service :
       
       
       
      Vues :
      Constructeur :
       
      1977
      2014
      Pas de photos
      pas de video
      PDF
      vu 3709 fois

    Liste des appareils sans reportage :


    • La base de données contient 1 appareil sans reportage pour cette station
      Appareil : Constructeur : Mise en service : Fin de service :
      TKE du Saint Bernard Doppelmayr 2016 2017
    Auteur de la description de la station : valcelouis
    Section écrite le 10/05/2020 et mise à jour le 14/05/2020
    (Mise en cache le 15/05/2020)

    Bramans – Haute Maurienne Vanoise
    Savoie (73) – France


    Image


    Au sommaire de cette présentation :

    1 → Bienvenue à Bramans !
    2 → Situation géographique
    3 → Historique des remontées mécaniques
    4 → Le domaine skiable et ses différents secteurs
    5 → Conclusion


    1 → Bienvenue à Bramans !

    La station aux mille visages !
    Bramans est un petit village de Haute Maurienne en bordure de la frontière italienne offrant tous les charmes de la montagne.
    Depuis le 1er janvier 2017, Bramans a été intégré à la commune de Val Cenis qui regroupe désormais les anciens villages que sont Bramans, Sollières-Sardières, Termignon-la-Vanoise, Lanslebourg Mont-Cenis et Lanslevillard. Val Cenis est alors, en superficie, la deuxième plus grande commune de France métropolitaine derrière la commune d’Arles.
    Une histoire riche en rebondissements qui vaut à Val Cenis de proposer aujourd’hui en plus de son domaine alpin, deux domaines nordiques que sont le domaine nordique du Val d’Ambin (village de Bramans) et le domaine nordique du Monolithe (village de Sardières).
    Val Cenis, c’est bien sûr une station de ski mais aussi un riche patrimoine historique (chapelle Saint-Sébastien, télégraphe Chappe, musée d’archéologie, etc.) et des sites d’exception comme le plateau du Mont-Cenis, à la frontière italienne, ou Bellecombe, au cœur du Parc national de la Vanoise.

    Des lieux à découvrir !
    - Les refuges de Lo Tsamou et d’Ambin, lieux de départs de grandes randonnées.
    - Le Parc national de la Vanoise et ses neiges éternelles, ses hauts sommets, ses vallons secrets, ses chalets et nombreux refuges de montagne propices au retour à la nature et au dépaysement complet. De nombreux sentiers raquettes et d’itinéraires en ski de randonnée vous y emmènent.
    - Le Monolithe, véritable curiosité géologique, est accessible en ski de fond ou raquettes depuis le domaine nordique du Monolithe.
    - La carte postale Saint-Pierre d’Extravache, la plus ancienne église de Maurienne, et la Dent Parrachée, le plus haut sommet surplombant la haute vallée est accessible en ski de fond ou raquettes, depuis le domaine nordique du Val d’Ambin.

    2 → Situation géographique

    La station de Bramans est située dans la vallée de la Haute Maurienne, au sud du massif de la Vanoise, dans le département de la Savoie (73). Elle se situe à 10 kilomètres au nord-est de Modane sur un plateau à 1 250 m d'altitude.
    Le village est limitrophe avec les communes d’Avrieux et d’Aussois, mais aussi avec celle de Bardonnèche en Italie. C’est d’ailleurs sur l’antique route menant en Italie qu’est situé le hameau du Planay, carrefour de hautes vallées de la commune (Savine, Ambin et Etache).
    Bramans est accessible par la route depuis Modane grâce à la D1006 qui traverse les deux quartiers du village : le Chef-Lieu et le Verney. Ces deux quartiers sont distants d’un peu plus d’une centaine de mètres et sont séparés par l’ensemble paroissial situé au centre. La D215, reliant Modane à Sollières via Aussois, est située de l’autre côté de la vallée et ne passe pas à Bramans.

    Image
    Plan Géoportail.

    Image
    Plan Géoportail.

    Image
    Plan Géoportail.

    3 → Historique des remontées mécaniques

    Liste chronologique

    Voici la liste chronologique des remontées mécaniques, de la plus ancienne à la plus récente, des remontées mécaniques construites à Bramans depuis les débuts du ski alpin. Le symbole † signifie que la remontée mécanique concernée n’est aujourd’hui plus en fonctionnement, et dans la plupart des cas démontée.

    Vers 1970 : TKD des Hauts du Verney (†)

    1977 : TKF du Saint-Bernard (†)

    2016 : TKE du Saint-Bernard (†)

    Historique détaillé

    En 1963, Le premier domaine de ski alpin formé sur la commune de Bramans est ouvert sous l'impulsion de l’italien Edoardo Allemand résidant à Bardonecchia. Ce petit domaine skiable accessible uniquement depuis l’Italie est installé au col du Sommelier à 3000 mètres d'altitude, et est accessible uniquement par une route en terre. Les travaux de cette route ont débuté en 1962 et ont été menés par une équipe disposant d'une pelle mécanique pour tracer un chemin d’un peu moins de 20 kilomètres pour grimper 1600 mètres de dénivelé depuis le village de Rochemolles en Italie. Trois téléskis sont installés pour desservir les quelques pistes directement tracées sur le glacier du Sommelier. Un refuge est également construit au bout de la route d'accès au centre de ski.
    Cette aventure italienne au col du Sommelier se termine à la fin des années 1970 à cause de la fonte trop prononcée du glacier. La société d'exploitation du centre de ski est quant à elle liquidée en 1989, mais les installations et le refuge restent en place et sont définitivement abandonnées.

    → Article sur l’ancien centre de ski du col du Sommelier sur un site : The Dying Glacier

    Pendant les aventures italiennes au col du Sommelier, le premier téléski accessible depuis la France est installé dans les années 1970 au pied du quartier du Verney. Construit par Montaz-Mautino et mesurant une longueur d’un peu plus de 300 mètres, ce téléski débrayable du nom des Hauts du Verney desservait ainsi une piste tout de même assez pentue à destination des vacanciers.

    Image
    La gare de l'ancien téléski des Hauts du Verney (D.R.).

    Alors que le quartier du Verney est équipé de son téléski, c’est au tour du Chef-Lieu de construire le sien en 1977. De type téléski fixe, cet appareil construit par Duport est installé sur les hauteurs du village au bord de la route menant au Planay. Permettant de desservir un champ de neige où sont tracées deux pistes faciles, il permet alors d’occuper les enfants découvrant les joies du ski alpin. Le nom de cet appareil, Saint-Bernard, est issu de la chapelle située à son arrivée.

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski du Saint-Bernard (1).

    Image
    La gare amont de l'ancien téléski du Saint-Bernard (1).

    Voici une vue aérienne où nous pouvons retrouver le TKD des Hauts du Verney (en haut) et le TKF du Saint-Bernard (en bas) :

    Image
    Vue aérienne (© Géoportail).

    En raison de la forte croissance et du développement géographique du hameau du Verney mais aussi de la difficulté d’exploiter les pistes de montée et de descente, le téléski des Hauts du Verney est démonté plusieurs années plus tard. Le téléski du Saint-Bernard continue quant à lui son exploitation régulière tous les hivers en fonction des conditions nivologiques.
    Voici le plan des pistes tel qu’il a été édité en 2013 et où nous pouvons retrouver le TKF du Saint-Bernard :

    Image
    Plan des pistes édité en 2013 (©).

    Après plusieurs remises à niveau techniques, le téléski du Saint-Bernard est arrêté définitivement en 2014 en raison de son obsolescence. En 2015, le projet d’un nouveau téléski sort de terre afin de maintenir une petite offre de ski alpin débutant au sein du village, notamment à destination des enfants. Le projet prend alors forme en 2016 où un nouveau téléski à enrouleurs est construit en remplacement de l’ancien appareil qui ne pouvait plus être rénové. Le tracé est identique mais, faute d’accord, le téléski prêt à être exploité n’ouvrira jamais.

    Image
    La gare aval de l'ancien téléski du Saint-Bernard (2) (© Dauphiné Libéré).

    En effet, la construction du téléski est intervenue peu avant la fusion des villages pour former la nouvelle commune de Val Cenis, contexte où aucun investissement important n’était prévu ni autorisé. Ce téléski a ainsi été construit avant la fusion sans consultation des autres villages. Après une saison hivernale sans avoir transporté un seul skieur, son statut est définitivement scellé par la nouvelle commune de Val Cenis qui proposa trois options : le faire fonctionner uniquement grâce à l’enneigement naturel de plus en plus absent à cette altitude, mettre en place de couteux enneigeurs pour pouvoir l’ouvrir des vacances de Noël aux vacances d’Hiver, ou le démonter et abandonner le ski alpin à Bramans. Après réflexions mais pétitions contre son démontage, il est finalement revendu à son constructeur, Doppelmayr, à l’état quasi-neuf.
    Aujourd’hui, la station de Bramans ne propose plus de ski alpin et concentre ses efforts sur le domaine nordique.

    4 → Le domaine skiable et ses différents secteurs

    Les Hauts du Verney

    Le secteur des Hauts du Verney était desservi uniquement lors de la présence du téléski du même nom. Ouvert dans les années 1970, il a été abandonné dès la disparition du téléski. Permettant de s’entraîner sur une piste de ski assez pentue mais suffisamment longue, une partie de son tracé se trouvait dans la forêt. Au service des vacanciers logeant à proximité, ce secteur souffrait des conditions d’enneigement variables et de sa promiscuité.

    Le Chef-Lieu

    Le secteur du Chef-Lieu, resté plus longtemps exploité que celui des Hauts du Verney, a été exploité de 1977 à 2014. Dans la même logique que ce dernier, le secteur du Chef-Lieu permettait d’amuser les enfants à quelques mètres des habitations, mais aussi de découvrir les joies du ski alpin dans cette station principalement orientée vers le ski de fond. Deux pistes faciles tracées dans un champ étaient desservies et entretenues par les services du domaine nordique. Comme tout domaine à cette altitude, les conditions d’enneigement étaient variables en fonction des saisons et ne garantissait pas une ouverture systématique, le développement d’un réseau de neige de culture aurait été trop coûteux par-rapport à la fréquentation du site.

    Image
    L'arrivée du téléski du Saint-Bernard.

    Image
    Le début de la piste de la Moutta.

    Image
    La partie centrale du secteur vue depuis la piste de la Moutta.

    Image
    La fin de la piste de la Moutta.

    Image
    La partie basse du secteur du Chef-Lieu.

    5 → Conclusion

    Avec le temps, Bramans est une station qui a su adapter le ski en fonction de la demande. Dans les années 1970, face au développement du ski alpin en masse dans les stations française et aux différents plans en faveur des vacances à la neige, la station alors très authentique et orientée vers le ski de fond a su s’ouvrir en proposant deux petits secteurs, un à chaque quartier, afin de faire découvrir aux enfants les joies du ski alpin. Ouverts dès que possible en fonction de la praticabilité des pistes, la rentabilité du ski alpin à Bramans aura eu raison des deux téléskis qui ont été exploités au maximum mais dont la fermeture est intervenue lorsqu’ils sont devenus trop obsolètes. Avec une tentative avortée de remplacement du téléski au Chef-Lieu, la station a désormais abandonné le ski alpin, voué à des difficultés d’exploitation sans investissement en neige de culture à cette altitude, pour mieux se concentrer sur le ski nordique pratiqué depuis longtemps sur les pentes de Bramans.

    Image
    Bramans, une station désormais orientée vers le ski nordique.

    Je tiens à remercier l’ensemble du personnel de la station pour son accueil et sa gentillesse.

    Photos : valcelouis
    Texte et mise en page : valcelouis

    © valcelouis – Tous droits réservés





    Remonter en haut de la page.
    Retourner à l'index de "Au Coeur des remontées mécaniques.