Forums Remontées Mécaniques: Motorisation des RM : Electrique ou diesel ? - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

  • 3 Pages +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Motorisation des RM : Electrique ou diesel ?

#41 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • FUN de la Grande Rochette
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 820
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 06 mai 2015 - 21:55

Euh Image IPB, moins fiable un entrainement secours tout électrique qu'un entrainement secours avec de l'hydraulique??

Pour ma part, j'ai 'quelques' doutes eu égard à la nature des composants mis en œuvre sur de tels entrainements. Bon, il faudrait faire une AMDEC complète (donc, en incluant obligatoirement le retour d'expérience terrain) mais j'ai franchement des doutes.



Pour le reste, il est clair que mon choix se porterait aussi vers une conception toute mécanique.Mais ce n'est plus vraiment dans l'air du temps d'avoir ce genre de conception.

Ce message a été modifié par jfd_ - 06 mai 2015 - 21:56 .

Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#42 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 275
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 06 mai 2015 - 23:05

Faut se méfier des chiffres issus des AMDEC et Cie. :)/>
S'ils peuvent parfois donner des indications comparatives utiles, leurs valeurs quantitatives sont souvent sujettes à caution.

Me basant sur ma propre expérience industrielle dans différents domaines je reste fermement d'avis que les systèmes hydrauliques, à fonctions équivalentes, et en particulier en cas de condtions d'utilisation difficiles, sont généralement plus fiables que les système purement électriques.
A condition expresse toutefois que l'hydraulique soit bien conçue, réalisée correctement avec des composants de qualité et, surtout, bien maintenue (en particulier pour ce qui est de la propreté du fluide et donc notamment le soin apporté aux remplacements des filtres et autres interventions représentant un risque de contamination du fluide). Et là je fais référence à des systèmes servo-hydrauliques relativement complexes équipant des machines à pluiseurs dizaines de millions d'euros.

Au niveau électrique on a notamment toujours le problème des bobinages dont l'isolation peut soudainement lâcher (malgré toutes sortes de tests possibles) ou encore, point faible, l'électronique de puissance qui peut elle aussi lâcher sans prévenir.

Un moteur hydraulique est incontestablement plus fiable qu'un moteur électrique, du moins si les conditions mentionnées ci-dessus sont remplies.

Evidemment que l'hydraulique moderne est presque toujours gérée électroniquement mais cela ne requiert pas d'électronique de puissance et en mode de secours dégradé on peut actionner manuellement des vannes si elles sont conçues pour.

"L'air du temps" je m'en fiche pas mal, ce qui compte c'est la logique d'un point de vue technique (en tenant compte des contraintes économiques évidemment) mais mettre de l'électronique là où c'est inutile n'a pas de sens.

Ca me fait penser à certaines stations de pompage où des pompes sur variateur de fréquence sont parfois exploitées à un point de fonctionnement tellement défavorable que l'on finit perdant du point de vue énergétique (au lieu de prévoir plusieurs pompes différentes et de n'en exploiter à vitesse variable uniquement dans des configuration d'exploitation qui permettent d'y gagner du point de vue de la consommation d'énergie).

Pour en revenir aux entraînements de récupération, l'exemple-type de la mauvaise idée est la configuration de Vanoise Express. L'entraînement de récupération avec moteur électrique dédié est pour moi tout bonnement une erreur de conception (il y a également un système hydrostatique en plus).

Ce message a été modifié par Velro - 06 mai 2015 - 23:08 .

0

#43 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • FUN de la Grande Rochette
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 820
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 06 mai 2015 - 23:41

Pour l'AMDEC, c'est bien pour cela (prise de recul nécessaire face au résultat) que je parlais de la faire avec prise en compte obligatoire du retour du terrain. Et je rajouterais avec un coefficient de pondération au niveau du global de l'analyse qui ne soit pas faible car si ce coefficient est de 5% par exemple, c'est complètement "idiot" (déjà vu Image IPB)

OK pour l'entrainement hydraulique. Mais ce que tu écris en terme de précaution de condition d'entretien, si cela parait 100% logique et normal, fait qu'en pratique, le critère au moment du choix est de plus en plus pris en compte de manière conséquente (on vise les économies à court terme sur l'enveloppe financière de la maintenance). C'est pour cela que l'électrique, au niveau d'installations de la taille de celles type remontées mécanique, a pas mal de parts de marché. Pour les usages industriels plus importants, je ne sais pas car je ne connais pas chose.
Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#44 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 275
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 07 mai 2015 - 01:01

Pour la plupart des applications industrielles les solutions hydrauliques et électriques ne sont pas en concurrence car les avantages de l'une ou de l'autre de ces options l'emporte assez clairement. De façon générale, dans certaines applications, notamment de grande puissance et haut couple on a passé des entraînements hydrostatiques aux entraînements électriques mais l'inverse est assez rare. Idem pour certaines applications servo.

Cela étant, l'hydraulique ne disparaîtra pas car pour nombres d'applications il n'existe pas d'alternative valable, notamment pour les mouvements linéaires à grande force ou lorsque la densité de puissance doit être élevée. Côté dynamique on reste limité par les lois physiques (servovalves et en particulier la réponse en fréquence des étages finals).

L'évaluation doit être effectuée en connaissance de cause mais il arrive que le client impose des solutions en contradiction avec la bonne pratique industrielle, notamment au niveau des collectivités publiques où les décisions sont assez férquemment prises par des personnes qui n'ont ni les connaisances requises ni la volonté de se faire conseiller par les spécialistes compétents et objectifs. J'ai vu nombre d'appels d'offres avec des incohérences techniques flagrantes.

Pour les RM l'entraînement principal est quasiment toujours conventionnel (en général moteur(s) électrique(s) + réducteur(s)), par contre l'entraînement d'évacuation est lui souvent hydrostatique car les exigences sont différentes.
0

  • 3 Pages +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)