Forums Remontées Mécaniques: Compléter et restaurer une cabine CWA Nova 4 places (Verbier): questions et conseils utiles - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Compléter et restaurer une cabine CWA Nova 4 places (Verbier): questions et conseils utiles Sa restauration et partage de conseils utiles pour projets similaires

#1 L'utilisateur est hors-ligne   David Winter 

  • TSF4 du Col de Balme
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 172
  • Inscrit(e) : 18-novembre 18

Posté 25 septembre 2019 - 22:57

Bonjour,

Ce sujet en fusionne 6 afin de ne plus encombrer le forum, et de mieux centraliser les réponses et conseils qui seront tôt ou tard utiles à d'autres personnes ayant un projet identique ou similaire.
Je remercie Guigui74 qui est à l'origine de cette idée, et Benbel pour son accord et ses conseils sur ces changements.

L'été dernier, j'ai récupéré une ancienne cabine 4 places CWA de la série Nova, provenant de la ligne Châble/Verbier/Ruinettes/Attelas 2 (Verbier 4 vallées).
Cette cabine porte le numéro 12, tout comme celle peinte par Lucy Dunnett, dont on peut d'ailleurs acheter des posters sur son site web.
Elle se différencie des cabines de Savoleyres par au moins trois particularités: la suspente noire (grise à Savoleyres), la présence d'une languette orange au milieu de la vitre avant (dans le sens de circulation) et l'absence de la petite trappe d'aération au toit (présente à Savoleyres).
L'intérêt est aussi de poser diverses questions comme la conservation en milieu extérieur, l'entretien et la réparation de certaines parties, etc.
Avant tout, la photo du poster de Lucy Dunnett et de ma cabine 12:

Image IPB Image IPB


La conservation en milieu extérieur (reprise et edit du sujet créé le 22 juillet 2019):

La cabine est actuellement posée au sol sous balcon à 1500m d'altitude.
Est-ce que la neige et les intempéries peuvent l'endommager, et si oui, à quelle vitesse ?
Je pensais la surélever légèrement (maximum 50cm) afin de limiter les effets de la neige en hiver.
J'imaginais aussi la recouvrir d'une bâche, mais cela ne risque-t-il pas d'augmenter l'humidité ?
Quelles sont vos recommandations pour éviter au mieux sa dégradation ?

Voir le messageRothorn, le 22 juillet 2019 - 21:41 , dit :

Quelle chance !

S'agit-il de l'ancienne Mont-Fort, exposée à Sembrancher ?? :rolleyes:


Voir le messageDavid Winter, le 22 juillet 2019 - 21:45 , dit :

Si j'avais la place... !!!
Ceci dit j'ai emmené mes enfants au Mont-Fort hier, je leur ai parlé des deux anciennes cabines, ils ont adoré !

Mais ce n'est pas une de ces gigantesques bennes, c'est une belle ancienne de Savoleyres (j'ignore encore si c'est la première version à ouverture manuelle ou celle d'après, la surprise dira... :)


Voir le messagejacky carlingue, le 24 juillet 2019 - 10:46 , dit :

Salut,

IL y a peut t'être une idée a prendre ici...
Je ne suis pas sur que le support courbé soit très adapté mais en le remplaçant par un châssis droit, cela devrait pouvoir le faire...
Cordialement.
JC


Voir le messageDavid Winter, le 24 juillet 2019 - 16:38 , dit :

Merci pour ce lien intéressant.
Visiblement il ont refait l'intérieur: j'aurais bien racheté les bancs qui manquent dans la mienne, mais ceux en bois sont très sympas !
En tout cas l'idée du châssis balançoire est originale.



Recherche des lattes rouge des bancs (reprise et edit du sujet du 22 septembre 2019), réparation du châssis des bancs:

Peut-on encore trouver de nos jours les mêmes lattes rouges que celles utilisées dans les cabines CWA 4 places (quitte à les couper sur mesure si ça se vend au mètre) ?
Le designer Embru Bigla en a utilisé pour ses chaises et bancs de jardin, mais j'ignore s'il s'agit des mêmes.
Le but est de compléter les bancs de ma cabine dont il manque la plupart des lattes. Elles sont fixées sur un châssis constitué de tubes latéraux (encore présents) et de trois barres de soutien épousant la forme des bancs. Celles-ci ont été sciées et devront être rajoutées, à défaut de pouvoir remplacer l'intégralité du châssis barres+soutiens+lattes (ce qui nécessite non seulement de retirer les rivets placés près des vitres, mais aussi de retirer des vis/écrous en partie cachés par la carrosserie). Il est même possible que le châssis dont je parle soit plus complexe, n'étant pas sur place pour vérifier.
Les deux photos suivantes montrent triste état de ma cabine, et l'intérieur d'une autre que j'aimerai reconstituer:

Image IPB Image IPB
Photo de droite: Verbier Mountain Climbers (projets artistiques de relooking de télécabines Savoleyres)


Voir le messagejacky carlingue, le 23 septembre 2019 - 09:23 , dit :

Salut,

Des lattes de sommiers ne feraient t'elles pas l'affaire une fois peinte?
Cordialement.
JC


Voir le messageGuigui74, le 23 septembre 2019 - 12:27 , dit :

Ou encore des champlats, suffisamment épais et peints en rouge?



Joints des vitres manquants, traitement des vitres:

Une autre partie délicate de la restauration de cette cabine est de retrouver les joints fixant les vitres à la carrosserie, et les façons de donner un nouvel éclat aux vitres d'origine.
Concernant les joints: on m'a conseillé de les commander neufs auprès de la STA qui peut encore les fabriquer sur mesure, bien que le tarif soit très élevé (je n'en connais pas le tarif). L'utilisation de joints de récupération ne me semble pas la meilleure solution sauf s'ils ont été installés il n'y pas trop longtemps.
Concernant les vitres: celles-si sont en relativement bon état mais pourraient être nettoyées, car elles présentent une fine couche de crasse résistante, probablement due au stockage extérieur durant des années (ce qui au passage fait remonter la question des méthodes de stockage extérieur). La question est alors de savoir quels produits utiliser. Un polish m'a été déconseillé car cela les rendraient cassantes. Ces vitres sont très difficiles à remplacer si on les veut bleues comme à l'origine: la STA ne les fabrique qu'en gris, et le prix est lui aussi assez élevé pour un particulier, même si ça a le mérite d'être disponible.

Je n'en sais pas d'avantage et laisse place aux idées et commentaires sur ces deux questions.


Déblocage des portes qui ouvrent partiellement:

Image IPB

La photo ci-dessus montre l'actuel système d'ouverture des portes, qui sont normalement verrouillées par un système de sécurité à crans (mieux vaut ne pas se trouver seul dedans sans les maintenir ouvertes !).
On accède à cette partie en retirant la partie du sol maintenue par six vis à tête hexagonale à l'aide d'une clé de 10.
Les portes s'ouvrent de façon automatique en gare (la came d'ouverture des portes actionne un levier à galet auquel est relié un flexible qui transmet le mouvement au système d'ouverture sous plancher), ou via une tirette orange en T localisée sous le porte-skis de droite.
Ici, la tirette ne permet d'ouvrir les portes que partiellement (environ de moitié): même en débloquant manuellement les deux crans de sécurité placés sous les deux barres actionnant les portes, celles-ci ne s'ouvrent pas d'avantage. Le problème est en fait du au flexible complètement grippé, qui empêche le mouvement du charriot (noirci de graisse).
La seule façon d'ouvrir les portes dans un premier temps est de retirer leurs deux écrous situés à leur base à l'aide d'une clé de 13: l'ouverture est alors libre, sans fermeture automatique, et permet d'ouvrir le sol pour accéder au système d'ouverture/fermeture et verrouillage.
Cependant, il n'est pas rare que le flexible se grippe et empêche d'ouvrir complètement les portes. Il faut alors le détacher.

Image IPB
Image IPB Image IPB

La photo ci-dessus montre le raccord entre le piston fixé au bout du flexible, et la tringle (de section carrée) qui actionne le charriot. Ces deux parties sont rattachées ensemble par une goupille transversante à clip. Pour détacher le flexible, il y a deux étapes nécessitant l'accès au dessous de la cabine:
- Retirer la goupille: on la déclipse, puis on la retire. Il faut aussi dévisser l'étrier au bout du piston, à travers lequel la goupille passait. Pour cela, on desserre le contre-écrou, et l'étrier se dévisse normalement sans difficulté.
- Desserrer les deux écrous fixant le flexible à la cabine (visibles plus haut, à droite des deux longs ressorts reliés au charriot noirci). Après retrait de ces écrous et rondelles, on peut tirer le flexible et libérer le mouvement du charriot: les portes fonctionnent à nouveau en mode semi-automatique (ouverture manuelle via la tirette de droite, fermeture automatique).
A noter que le retrait total du flexible sous-entend que la partie filetée en soit dissociée, sans quoi les trous de passage seront trop étroits.
On peut aussi éviter ces étapes en retirant les crans de sécurité, ce qui permettra aux portes de s'ouvrir sans actionner la tirette.
Enfin, la serrure à clé "triangle" (localisée à droite sous le banc et près de l'arrivée du flexible bleu) sert à déverrouiller les portes de l'intérieur.


Autres pièces, questions diverses:

- Il manque le porte-skis de droite
- Il manque les deux poignées caoutchouc de traction (visibles sur la photo en haut)
- Quelle peinture orange était utilisée au niveau du toit ?
- Quel adhésif orange était utilisé pour la fabrication des numéros ?

Voilà pour le moment. Un intéressant projet débute: j'aurai plaisir à partager les informations reçues.


Amicalement à tous,

David

Ce message a été modifié par David Winter - 26 décembre 2019 - 21:41 .

Verbier: des vacances inoubliables depuis 4 générations (et depuis 1975 pour ma part).
*** WANTED *** : télécabine 2 places de l'ancien TCD2 Médran 1 (1950-1984).
1

#2 L'utilisateur est hors-ligne   David Winter 

  • TSF4 du Col de Balme
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 172
  • Inscrit(e) : 18-novembre 18

Posté 26 décembre 2019 - 19:05

Petite mise à jour des 25 et 26 décembre 2019 (je n'ai pas mis une couleur spécifique aux portions de texte modifiées):
- Correction concernant le blocage des portes (et aussi les chiffres externes),
- Ouverture des portes par retrait des écrous à leur base,
- Méthode pour retirer le flexible qui empêche l'ouverture complète des portes.
Verbier: des vacances inoubliables depuis 4 générations (et depuis 1975 pour ma part).
*** WANTED *** : télécabine 2 places de l'ancien TCD2 Médran 1 (1950-1984).
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   lapassiondesrm84 

  • TSF6 de la Salla
  • Groupe : Membres
  • Messages : 191
  • Inscrit(e) : 21-février 10

Posté 30 décembre 2019 - 19:17

Salut !

Magnifique cabine !
Bon courage a toi, j'ai également fait l'aquisition d'un siège goutte d'eau, d'une cabine poma 4p Diamond de 2001 que j'ai laissé tel quel ainsi qu'une cabine 6p Poma SP66 que je suis en train de renover. Le plus long est la rénovation de la "carrosserie" pour ma part. la fibre de verre c'est le plus compliqué
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)