Forums Remontées Mécaniques: TPH Champéry - Planachaux (†) / Champéry (Les Portes du Soleil) - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

TPH Champéry - Planachaux (†) / Champéry (Les Portes du Soleil) A. Wullschleger 1939 > 1987

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Cookie 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 1 588
  • Inscrit(e) : 07-juillet 08

Posté 01 janvier 2018 - 15:17

*
MESSAGE POPULAIRE !

Image IPB

Sommaire

  • Bienvenue à Champéry
  • Les débuts du ski à Champéry
  • Caractéristiques
  • Gare aval
  • La ligne
  • Gare amont
  • Les cabines
  • Le téléphérique au fil du temps
  • Faits divers
  • Un nouveau téléphérique


Bienvenue à :
Image IPB

Champéry (1050 m), transition entre les stations valaisannes de la plaine et de haute montagne, ambiance d’hospitalité et de gaieté. Située au pied des Dents du Midi, cette pittoresque station au climat doux et salubre offre tous les avantages d’un centre alpestre bien organisé. 2 téléphériques confortables vous transportent en 7 minutes à 1800 mètres d’altitude à l’alpe de Planachaux, face à un panorama unique en Suisse. Nombreuses promenades avec itinéraires jalonnés, excursions, ascensions, cabanes CAS à 2100 mètres, pêche en rivière. Plus de 150 chalets et appartements à louer. Flore alpine renommée – 12 courts de tennis – piscine modèle chauffée – garden golf.

Image IPB

Champéry présente au visiteur tous les avantages d’une station d’hiver : bons hôtels, pensions, instituts et homes d’enfants. Magnifique patinoire avec piste de hockey et de curling. Ce centre de sports d’ancienne renommée, face aux majestueuses Dents du Midi, offre sa vie sportive intense et ses plaisirs de bon aloi. 2 téléphériques vous transportent à Planachaux, où 8 skilifts desservent de vastes champs de ski, 4 restaurants, une cabane et des couchettes attendent les skieurs, piste de descente sur Champéry où se trouvent les terrains pour débutants. (Route rénovée ouverte tout l’hiver à la circulation).

Nombreuses excursions au départ de Planachaux à travers les pâturages émaillés de fleurs : gentianes, anémones, rhododendrons, orchis vanillés, arnica, pensées sauvages, etc. Croix de Culet, 30 min. ; Pointe de Ripailles, 90 min. ; Lac Vert, 90 min. ; Portes du Soleil, 90 min. ; Col de Coux (Frontière française), 2 h 30.

Renseignements donnés gratuitement par son Bureau Officiel de Renseignements – Téléphone (025) 4 41 41


Image IPB

Champéry est situé à 2h45 de l’aéroport intercontinental de Genève et au départ d’Aigle (sur la ligne du Simplon) où s’arrêtent les trains internationaux, par le Chemin de Fer moderne Aigle – Champéry, et en auto, par une belle route alpestre.

Image IPB


Image IPB

Un début prometteur :

Image IPB

Majestueuse chaîne de montagne de la Vallée d’Illiez, les Dents-du-Midi font toute la gloire du petit village montagnard de Champéry.

Ce n’est qu’avec le développement du tourisme que les premières idées de liaison entre Champéry et Planachaux se développèrent. Le premier projet naquit en 1927 dans la tête d’un quatuor composé de MM. Raymond Evéquoz, Laclie, Ignace Chapelay et Denis Berra et fut appelé « téléphérage ».

Image IPB

Dix ans plus tard seulement, en 1937, Messieurs Raymond Evéquoz et Denis Berra se déplacèrent à Berne pour demander la concession à l’Office Fédéral des Transports. Celle-ci fut accordée le 9 mars 1938, sous la dénomination de « funiculaire aérien de Champéry – Planachaux ». L’article 9 de la concession demandait que les 4 courses régulières par jour s’effectuent du 15 mai au 20 septembre et du 15 décembre à fin février. La société du Téléphérique de Champéry – Planachaux SA (TCP SA) est inscrite au registre du commerce le 26 septembre 1938.

Image IPB
Le tourisme hivernal prend de l’importance dès 1932 avec la création de l’École Suisse de Ski

La construction du téléphérique fut adjugée à l’entreprise d’Olten A. Wullschleger et débuta durant l’année 1938. L’acheminement des matériaux, notamment des câbles, se fit à l’aide du chemin de fer de Monthey – Champéry (MCM).
Pour déplacer la grosse bobine de câble arrivée à Champéry par le chemin de fer, des rails furent posés provisoirement, au fur et à mesure de l’avancement du convoi, entre la gare et le départ du téléphérique. Le wagon furent ensuite tiré à l’aide d’un tracteur agricole ainsi que de solides poignets.

Image IPB
Transport du câble le long de la rue du village.

Le nouveau téléphérique fut inauguré le 23 décembre 1939. Bien qu’étant que le troisième téléphérique de Suisse (le premier fut construit en 1929 à Engelberg), il ouvrit la marche pour la Suisse Romande.
Avec ses deux cabines de 18 places et un débit de 100 personnes par heure, les skieurs pouvaient désormais profiter d’une piste de ski depuis les champs de Planachaux jusqu’au village sans craindre une montée difficile à peau de phoque. Aussi le téléphérique transportait de nombreux randonneurs durant la saison estivale, du ravitaillement pour les agriculteurs ainsi que leur production laitière, quand ce n’était pas un veau ou un porc !
Durant la guerre de 39-45, le téléphérique fut mobilisé par les troupes militaires jour et nuit afin d’atteindre les frontières franco-suisse.

Image IPB
Le téléphérique et en arrière-plan la chaîne des Dents du Midi.

Une suite à succès :

Le téléphérique fut une grande réussite. En effet, il transporta la première saison estivale plus de 18’760 passagers en 1870 courses. Le ski prenant de plus en plus d’ampleur, un premier téléski fut construit durant l’été 1946 par Müller : le monte-pente Planachaux – Croix de Culet, d’une longueur de 800 mètres et équipé d’archets biplaces, il permettait de transporter 320 personnes par heure. Il compléta l’offre de ski qui n’était à l’origine dotée que d’une seul piste desservie par le téléphérique.

Image IPB
Téléski de Planachaux – Croix de Culet

Image IPB
Concours « Elle et Lui » à Planachaux, 1956

L’affluence du téléphérique était telle que l’on chercha longuement des solutions pour améliorer son débit. Cependant un terrible ouragan s’abattit sur la région et il fallut construire une route au-dessus du village de Val d’Illiez pour exploiter les bois tombés. C’est ainsi qu’un second accès aux champs de ski de Champéry put être créé avec de nouveaux téléskis donnant de plus grandes perspectives de ski. La station des Crosets vit également le jour au début des années 60.

Image IPB
Plan des pistes de Champéry-Planachaux datant de 1957.


Image IPB

Caractéristiques administratives :
  • Type : Téléphérique à va-et-vient 18 places
  • Exploitant : Téléphérique Champéry – Planachaux SA (TCP SA)
  • Constructeur : A. Wullschleger, Olten
  • Commande électrique : Frey Stans
  • Année de construction : 1938 - 39
  • Mise en service : 23 décembre 1939
  • Fermeture : 20 septembre 1987
  • Année de démantèlement : 1988

Caractéristiques d’exploitation :
  • Saison d’exploitation : Hiver et été
  • Capacité : 18 personnes
  • Débit : 120 à 140 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 4.0 m/s

Caractéristiques géométriques :
  • Altitude aval : 1075 m
  • Altitude amont : 1777 m
  • Dénivelée : 702 m
  • Longueur développée : 1740 m
  • Longueur horizontale : 1520 m
  • Portée maximale : 750 m
  • Pente moyenne : 49.6 %
  • Temps de montée : 7.5 minutes

Caractéristiques techniques :
  • Emplacement tension : Aval
  • Type de tension : Contrepoids
  • Emplacement motrice : Amont
  • Type de motorisation : Moteur électrique de 90 CV
  • Freinage : Freins à pince sur câble avec fermeture rapide
  • Nombre de pylônes : 2
  • Hauteur du pylône 1 : 32 m
  • Hauteur du pylône 2 : 26 m
  • Ligne téléphonique reliant les cabines aux gares

Caractéristiques des véhicules :
  • Nombre de véhicules : 2
  • Capacité : 18 places

Caractéristiques des câbles :
  • Diamètre des 4 câbles porteurs : 38 mm
  • Diamètre des deux câbles tracteurs : 20 mm
  • Diamètre des deux câbles lest : 20 mm


Image IPB

Situation

Située à 1075 mètres d’altitude, la gare aval du téléphérique était positionnée en amont du village de Champéry et au pied de la vaste forêt de Champéry.
D’un point de vue pratique, les touristes et skieurs venant par la route ou le train devaient nécessairement traverser la Rue du Village afin de s’y rendre. En effet, seul un faible nombre de places de stationnement étaient disposées à l’arrière de la gare.

Image IPB
Vue aérienne sur la partie sud du village de Champéry, avec à droite de l’image, le bâtiment de départ du téléphérique, allongé dans le sens de la ligne

Image IPB
Vue rapprochée sur la station de départ couchée au pied de la montagne

Image IPB
Le bâtiment sous un manteau de neige. La toiture est bâtie dans la continuité des câbles

Champéry, 1075 m

Pour les gares, le béton fut massivement employé. La gare aval du téléphérique était séparée en deux parties distinctes : l’avant comprenant le quai d’embarquement ainsi que les caisses, et l’arrière logeant la partie technique de l’installation. Les voyageurs devaient monter un escalier avant d’arriver dans une petite halle d’attente où tickets et abonnements étaient vendus.

Image IPB
Entrée du téléphérique lors de ses dernières années. Notez le panneau annonçant l’arrivée d’un nouveau téléphérique

Image IPB
Façade amont de la gare de départ. On distingue bien les sabots de soutien des câbles porteurs

Image IPB
Gare de départ du téléphérique en amont du village de Champéry

Partie technique

D’un point de vue technique, la gare aval assurait la tension du câble. De multiples poulies étaient disposées de-ci de-là afin de tendre en tout 2 câbles lests, 2 câbles porteurs ainsi qu’un dernier câble de secours. Cela était possible grâce à une large fosse située au sous-sol accueillant les contrepoids.
Ce téléphérique appartenant aux toutes premières installations de ce genre en Suisse, l’Office Fédéral des Transports exigea par sécurité l’utilisation de deux câbles tracteurs. Un câble de sécurité, tiré légèrement au dessus de la ligne, permettait le rapatriement des cabines en cas de forts dégâts sur les câbles tracteurs.

Image IPB
Dessin représentant le cheminement des câbles à travers les multiples poulies

Image IPB
Gros plan sur les poulies de déviation des câbles de tension des câbles porteurs. Au second plan se trouvent quatre poulies de renvoi du câble tracteur. Deux sont inutilisées et ne servent qu’en cas d’exception.


Image IPB

D’une longueur de 1740 mètres et pour un dénivelé de 702 mètres, la ligne était composée de deux larges portées d’environ 650 mètres chacune, supportée grâce à l’aide de deux pylônes d’une hauteur de 32 et de 26 mètres.
Le tracé était caractérisé par le survol de la forêt dans une première partie, puis dès le second pylône franchi, d’un terrain beaucoup plus escarpé formé de barres rocheuses. Au final, la ligne avait une pente relativement régulière avec une moyenne de 49,6 %.
Grâce à une vitesse de 4 m/sec, la gare amont était atteinte après 7 minutes et demi.

Image IPB
L’ensemble de la ligne depuis le village

Image IPB
Vue d’ensemble de la ligne du téléphérique

Image IPB
Profil en long de la ligne

Image IPB
Vue sur la ligne, depuis les escaliers menant aux cabines. Le quai était constitué de marches et une chaîne était utilisée comme garde-corps

Image IPB
La cabine II vient de quitter la gare et survole un champ. Notez qu'au début de l'exploitation, la numérotation des cabines était inversées par rapport à aujourd'hui, la N°2 étant à gauche dans le sens de la montée !

Image IPB
La cabine et sa ligne vues depuis la station de départ

Image IPB
Cadre rapproché sur la cabine 2

Image IPB
Nous nous apprêtons à quitter Champéry pour un court vol de 7 minutes

Image IPB
La gare se désiste au profit du village montagnard en arrière-plan

Image IPB
Vue sur le village et au loin la Vallée d’Illiez

Image IPB
Après assez de recul, le pylône avec ses 32 mètres de hauteur se présente au complet

Image IPB
Pylône 1 et en arrière-plan la Dent de Bonavau et les Dents Blanches

Image IPB
Nous continuons toujours notre voyage et jetons un regard sur le village

Image IPB
Vue sur la cabine montante depuis la seconde benne

Image IPB
Qui se rapproche à grande vitesse

Image IPB
Les deux cabines se croisent proche de la lisière de la forêt

Image IPB
Une fois dépassée, la cabine II s’éloigne rapidement de nous

Image IPB
La cabine II redescendant à la station de départ. Notez l’homme sortant de la trappe du toit de la cabine

Image IPB
Peu de temps après le croisement, nous passons sur le second pylône d’une hauteur de 26 mètres

Image IPB
Pylône 2 à Ayerne en face des Dents du Midi

Image IPB
Une cabine, un pylône et les somptueuses Dents du Midi

Image IPB
Une cabine et le glacier du Ruan à l’arrière

Image IPB
Le second pylône ainsi que le village se fondent bientôt entièrement dans le décor

Image IPB
Dernière partie de la ligne survolant les rochers pour atteindre Planachaux

Image IPB
La cabine survolant la paroi rocheuse abrupte

Image IPB
La fin de la ligne traverse un passage étroit à travers le fossé creusé. La hauteur de survol est également très limitée

Image IPB
La cabine vue depuis le quai de la station d’arrivée

Image IPB
L’arrivée en gare amont


Image IPB

Planachaux, 1777 m

La gare amont du téléphérique était située à 1777 mètres d’altitude au lieu-dit Planachaux et surplombait les rochers.
Une fois la cabine arrivée, il fallait encore monter à pied des marches d’escaliers pour atteindre la sortie du bâtiment. En effet, le quai était construit de la même manière qu’en gare aval, avec une succession de marches. Un restaurant avec terrasse était collé au bâtiment d’arrivée du téléphérique.

Image IPB
Zone d’arrivée de la cabine 2

Image IPB
Chariot en gare amont et vue sur les Dents du Midi

Image IPB
Zone d’arrivée de la cabine 1

Image IPB
Poste de conduite du téléphérique en gare amont. Le technicien règle la vitesse manuellement à l’aide d’une manivelle

Image IPB
Au plafond se situe un repère du cheminement des cabines le long de la ligne

Extérieur

La gare amont, bien que non bâtie au sommet de la Croix-de-Culet, permettait tout de même un magnifique point de vue sur les Dent-du-Midi tout en garantissant en hiver de larges et vastes champs de skis.
D’un point de vue stylistique, la station amont reprenait également le ton moderne et simple dû à une construction purement faite de béton. Cependant, le mélange entre le lieu montagnard et naturel permettait au bâtiment de se fondre relativement bien dans le décors.

Image IPB
Arrivée du téléphérique, avec à proximité le restaurant du Plein Ciel tel qu’on le connait aujourd’hui

Image IPB
Ensemble des bâtiments avec à gauche, l’arrivée du téléphérique et à droite le restaurant. Une terrasse supplémentaire avait été aménagée

Image IPB
À l’arrière dans l’extension se trouvaient les tommes d’ancrages des câbles porteurs. La fenêtre sous le toit en deux pans donnait dans la salle où se trouvait la poulie motrice.

Image IPB
Terrasse du restaurant en été avec les majestueuses Dents-du-Midi. Un spectacle idyllique et idéal pour le repos

Image IPB
À la fin des années 40, la terrasse a été réaménagée et rallongée. La gare amont reçut également ses premières transformations

Image IPB
Vue aérienne sur l’arrivée du téléphérique et le village de Champéry. À la fin des années 50, un second réaménagement global de la terrasse avec la construction d’un nouveau restaurant ainsi que de murs de soutènements.

Image IPB
Le nouveau restaurant de Planachaux et la terrasse fraîchement refaite

Partie technique

La motorisation du téléphérique était réalisée en gare amont à l’aide d’une poulie motrice à 4 gorges et d’une contre-poulie afin d’augmenter l’enroulement et ainsi réduire le risque de patinage.
Les deux poulies étaient situées en partie haute, sous le toit du bâtiment. Quant au moteur électrique de 90 chevaux et au réducteur, ils étaient situés au sous-sol et la mise en mouvement s’effectuait à l’aide de deux roues crantées engrenées sur la poulie motrice.
La motorisation de secours était réalisée par un moteur séparé. La mise en mouvement se faisait à l’aide d’un arbre lent traversant le bâtiment.

Image IPB
Dessin représentant en bleu et en rouge les deux câbles tracteurs

Image IPB
Poulie motrice à 4 gorges

Image IPB
Motorisation au sous-sol avec le moteur principal à gauche et à droite le moteur de secours.


Image IPB

Les deux cabines avaient une capacité de 18 places et étaient portées par un chariot à 8 galets. Deux câbles tracteurs de 20 mm permettaient la mise en mouvement des cabines. Les véhicules et chariots étaient également assemblés à l’aide de rivets.
Les cabines étaient dotées d’une trappe pour accéder au toit et à la suspente. Malgré le peu de place à disposition, les passagers disposaient de quelques places assises réparties sur deux banquettes en bois. Cependant les skis étaient transportés à l’extérieur de la cabine, dans un “porte-skis” sur la face amont de la benne.

Image IPB
Cabine 2 peinte en rouge lors des dernières années d'exploitation. La numérotation des véhicules a été corrigée et la cabine 2 se trouve désormais à droit en montant.

Image IPB
Croisement avec la cabine 1

Image IPB
Cabine 1 devant la gare aval, en période estivale

Image IPB
Cabiniste au téléphone

Image IPB
Chariot vu de dessous avec la fixation des deux câbles tracteurs

Image IPB
Autre vue nous permettant de comprendre le fonctionnement des freins de chariots

Image IPB
Chariot du téléphérique exposé en gare aval du TPH125 Champéry – Croix de Culet

Image IPB
Plaque du constructeur A. Wullschleger

Image IPB
Cabine 1 à Planachaux, non loin de sa gare amont.

Image IPB
Vue de trois-quart avec la porte coulissante et les vitrages arrondis dans les angles

Image IPB
Poste de commande

Image IPB
Actionnement du frein de chariot (rouge) et plaquette indicatrice de la capacité

Image IPB
Commande de l’éclairage, en amont, à l’intérieur de la cabine et en aval

Image IPB
Bouton d’appel et d’arrêt d’urgence

Image IPB
Détail de la banquette en bois

Image IPB
Trappe d’accès au toit de la cabine


Image IPB

Pendant ses 48 années d’exploitations, le téléphérique de Champéry – Planachaux aura connu quelques mésaventures. En décembre 1965, les fortes chutes de neige empêchèrent l’ouverture du téléphérique car plus de 15 mètres de neige soufflée et entassée sur le rocher avant la gare amont bloquaient le passage des cabines. Il aura fallu plusieurs coups d’explosifs pour faire descendre cette masse de neige et ainsi libérer le passage.

Image IPB

Image IPB


Image IPB

Une nouvelle remontée à Champéry

À la fin des années 50, alors que les possibilités de ski s'étendaient d'année en année, le téléphérique présentait ses premiers symptômes d'un dimensionnement insuffisant : avec ses modestes cabines de 18 places et sa faible vitesse, le téléphérique se trouvait trop souvent surchargé par la forte affluence de skieurs. Pour diminuer le temps d'attente qui pouvait atteindre jusqu'à près d'une heure, les employés remplissaient au maximum les cabines. Hélas, il n'était pas rare de voir la cabine sortir de la gare aval en surcharge, de faire une partie du trajet, et de devoir redescendre pour décharger quelques personnes en raison d'un manque de puissance du moteur du téléphérique.
Plusieurs projets furent étudiés tels que le remplacement des cabines par de plus grandes ou le doublement par un second téléphérique. Finalement, l'Office Fédéral des Transports exigea qu'une doublure du téléphérique soit construite. En 1963 un nouveau télécabine en deux tronçons fut construit, avec un départ et une arrivée à proximité du téléphérique.

Image IPB

Dès l'hiver 1963-64, les skieurs avaient donc 2 possibilités pour rejoindre les pistes de Planachaux !

Aujourd’hui

Après plus de 48 ans de bons et loyaux services, le mythique téléphérique de Champéry tira sa révérence en 1987.

Et 30 ans après son arrêt d’exploitation, seule la gare amont du téléphérique est encore visible. La gare aval, elle, a été démolie dans le milieu des années 90. L’aspect extérieur des bâtiment à Planachaux n’a pas beaucoup changé, mais l’intérieur a été transformé en chambres, notamment pour le personnel du restaurant du Plein Ciel. La zone d’arrivée des cabines a été transformée en salle de projection de films et les sabots en bétons ont été conservés. Une des deux cabines n’a jamais quitté Planachaux et est exposée à côté de l’ancienne gare amont, en souvenir du premier téléphérique de Suisse Romande !

Image IPB
Vue d’ensemble des bâtiment d’arrivée du téléphérique, avec à droite, la cabine

Image IPB
Anciens guides d'entrée des cabines en gare amont réalisé en béton. L'espace vide a été rempli à l'aide de briques et de béton

Image IPB
Sabots de déviation des câbles porteurs conservés et repeints

Image IPB
Sabots de la gare amont


Image IPB

Depuis 1985 déjà, des études pour remplacer le téléphérique ainsi que le télécabine sont entreprises. Après de nombreuses péripéties, dont un arrêt immédiat des travaux ordonné par le tribunal fédéral, ainsi que plusieurs oppositions, la réalisation du nouveau téléphérique put aller de l’avant et celui-ci a été mis en service pour Noël 1987. La gare de départ fut construite dans le quartier de Monteilly, à proximité du centre sportif. L’Office Fédéral des Transports ayant conseillé de choisir cet emplacement afin de pouvoir, dans le futur, créer une gare commune avec le train. Pour la gare amont, il fut décidé de la construire à la Croix de Culet, sommet plus haut et mieux adapté pour un téléphérique de plus grande capacité. Le nouveau téléphérique à la particularité de n’avoir aucune marche d’escaliers, tant en gare aval qu’en gare amont où il arrive au niveau des pistes. Contrairement à l’ancien téléphérique, où il fallait obligatoirement gravir des marches d’escaliers tant en gare aval qu’en gare amont.

Image IPB
Panneau annonçant le nouveau téléphérique initialement prévu pour Noël 1986, lors d’un cortège. Le panneau sera ensuite affiché au départ du téléphérique 18 places.

Image IPB
Travaux de construction de la gare aval au lieu-dit Monteilly, en août 1987.

Image IPB
Gare de départ du téléphérique de Champéry – Croix de Culet.

En décembre 1990, le premier train AOMC (Aigle-Ollon-Monthey-Champéry) arrive dans la nouvelle gare de Champéry, construite derrière le départ du téléphérique. Alors que depuis 1908, la gare terminus de Champéry se situait à l’entrée du village, désormais, 800 mètres de rails plus loin, train et téléphérique se partagent le même quai !

En décembre 2019, la station de Champéry fêtera les 80 ans de remontées mécaniques entre Champéry et Planachaux :

Image IPB

Les auteurs : Christophe Berthoud – Julien Beaud

Image IPB

Références :
Télé Champéry – Les Crosets Portes du Soleil SA
Hôtel-Restaurant du Plein Ciel, Planachaux
Remontées-Mécaniques.net
Archives du Nouvelliste, Treize Étoiles, Le Confédéré, EPFZ, Swisstopo
Médiathèque Valais – Martigny

Remerciements :
Membres de remontées-mécaniques.net : Nanouk, Lolo42, Monchu

© 2017 Passion Portes du Soleil – Remontées Mécaniques.net

Image IPB
16

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Cookie 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 1 588
  • Inscrit(e) : 07-juillet 08

Posté 01 janvier 2018 - 15:19

Voici pour ce reportage historique sur le premier téléphérique de Suisse Romande !

Je tiens encore à remercier Jubiproduction sans qui ce reportage n'aurait certainement jamais vu le jour ;)

Merci de m'envoyer par mp vos suggestions et/ou corrections à apporter ;)

Ce message a été modifié par Cookie - 01 janvier 2018 - 15:20 .

1

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Gondelbahn Monde 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Bannis
  • Messages : 3 398
  • Inscrit(e) : 15-juillet 13

Posté 01 janvier 2018 - 17:18

Encore une vraie réussite : félicitations :)

#4 L'utilisateur est hors-ligne   10sami52 

  • DMC des Grandes Platières
  • Voir la galerie
  • Groupe : Reporters
  • Messages : 1 722
  • Inscrit(e) : 29-décembre 11

Posté 01 janvier 2018 - 20:11

Merci beaucoup pour ce beau reportage de qualité sur ce téléphérique historique. ;)

Bravo !

Ce message a été modifié par 10sami52 - 01 janvier 2018 - 20:12 .

Un fan de Giovanola et de la TCD4 Männlichenbahn
1

#5 L'utilisateur est en ligne   ventoux 

  • TCD4 de la Daille
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 522
  • Inscrit(e) : 12-novembre 06

Posté 01 janvier 2018 - 20:32

Merci.
Magnifique reportage.
Gros travail de recherche historique.
1

#6 L'utilisateur est en ligne   Rothorn 

  • DMC des Grandes Platières
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 643
  • Inscrit(e) : 07-avril 15

Posté 02 janvier 2018 - 00:05

De ma part aussi, un TRÈS TRÈS grand merci, pour avoir mis au grand public ces photos historiques, bien d'avant le tout-puissnt Doppelmayr.

Très beau de voir à la fin l'ancienne plaque Garaventa qui témoigne du passé de ce feu constructeur mondial de va-et-vient.

Bonne nouvelle année !!

Techniquement je peux rien suggérer, et encore moins critiquer. :rolleyes:
[color="#FF0000"][b]Rothorn[/b][/color]
1

#7 L'utilisateur est hors-ligne   SnowLoup 

  • DMC du Pontillas
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 140
  • Inscrit(e) : 22-janvier 08

Posté 02 janvier 2018 - 08:39

Merci beaucoup à vous pour ce magnifique reportage.
Arriver à avoir un reportage aussi complet pour une remontée arrêtée depuis 30ans est incroyable. La recherche de documents a été fructueuse.
1

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Cookie 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 1 588
  • Inscrit(e) : 07-juillet 08

Posté 02 janvier 2018 - 15:57

Merci pour tout ces commentaires positifs ;)

ça a pris beaucoup de temps de rechercher toutes ces images, la plupart sont d'anciennes cartes postales qui deviennent de plus en plus rare aujourd'hui.
0

#9 L'utilisateur est en ligne   Rothorn 

  • DMC des Grandes Platières
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 643
  • Inscrit(e) : 07-avril 15

Posté 02 janvier 2018 - 22:56

@ cookie

Citation

Guides des cabines en bétons encore visible à ce jour


Tu as trouvé où cela? en bas de la station amont? j'ai cherché dans les images postées, sans succès !!


---

Impressionnants les beaux vêtements des employés à la commande, et la faible suspente par rapport au colossal chariot !
[color="#FF0000"][b]Rothorn[/b][/color]
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Cookie 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 1 588
  • Inscrit(e) : 07-juillet 08

Posté 03 janvier 2018 - 12:19

@Adrian 59 :

Effectivement, cette photo où l'on voit les anciens guides d'entrée des cabines en gare amont :
Image IPB

Viennent bien du bâtiment qui est encore debout aujourd'hui :
Image IPB

La gare amont a été transformée, le passage des cabines à été bétonné et une dalle à été coulée pour pouvoir utiliser ce bâtiment constitué d'escaliers à l'origine :
Image IPB
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   benbel 

  • TPH de l'Aiguille du Midi
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateurs Globaux
  • Messages : 4 243
  • Inscrit(e) : 28-décembre 13

Posté 03 janvier 2018 - 18:40

Pour information; je viens de valider ce reportage dans la BDD mais je remarque que certaines photos ne passent pas.
J'en devine la raison et je vais voir cela avec Cookie.

EDIT : c'est corrigé.

Ce message a été modifié par benbel - 04 janvier 2018 - 00:26 .
Raison de l'édition : update

1

#12 L'utilisateur est en ligne   Rothorn 

  • DMC des Grandes Platières
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 643
  • Inscrit(e) : 07-avril 15

Posté 03 janvier 2018 - 22:39

Merci @ cookie.

Pourrais-tu changer quelque peu la légende

Citation

Guides d'entrée des cabines en gare amont encore visibles aujourd'hui. L'espace vide a été remplit de briques et de béton et une dalle a été coulée
dans le reportage, précisant que

LES PARE-CHOCS (guide-cabine) sont en béton! vue d'en haut, les espaces d'entreé sont murés, et à la hauteur de la balustrade, une dalle fut bétonnée au sommet des escaliers, qu'on ne voit plus, et la façade est vitrée.


Si non, j'avais de la peine à m'imaginer où serait la dalle, et qu'est-qu'un bâtiment constitué d'escaliers...

Merci bien, une fois de plus, de ce magnifique reportage d'un appareil unique. :) :) :)
[color="#FF0000"][b]Rothorn[/b][/color]
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   Nanouk 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 382
  • Inscrit(e) : 21-avril 08

Posté 17 juillet 2019 - 15:09

Merci bien pour cette ballade "vintage" très réussie :)

J'ai toujours été impressionné par la taille du chariot par rapport à la cabine.

Il y a longtemps de cela, j'ai entendu dire que les employés du téléphérique avaient procédé à des soudures sur la suspente pour la consolider (durant les dernières années d'exploitation). Info ou intox ? :huh:
Nanouk Windemuth, alias DJ Husky

The future is unwritten ... why me ?
1

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Cookie 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 1 588
  • Inscrit(e) : 07-juillet 08

Posté 17 juillet 2019 - 18:12

Voir le messageNanouk, le 17 juillet 2019 - 15:09 , dit :

Merci bien pour cette ballade "vintage" très réussie :)

J'ai toujours été impressionné par la taille du chariot par rapport à la cabine.

Il y a longtemps de cela, j'ai entendu dire que les employés du téléphérique avaient procédé à des soudures sur la suspente pour la consolider (durant les dernières années d'exploitation). Info ou intox ? :huh:


Merci à toi ;)

le chariot était assemblé par des rivets, mais la suspente était plutôt soudée il me semble, en tout cas, la suspente qui est encore existante aujourd'hui est en éléments soudé. Peut être qu'elle a été renforcée.
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   David Winter 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 141
  • Inscrit(e) : 18-novembre 18

Posté 28 juillet 2019 - 21:57

Bonjour,

Trouvé au hasard sur le site de la Médiathèque du Valais: montée et descente en 1946 sur le téléphérique de Champéry (notez la beauté du charriot de l'époque) et en prime une portion avec un TKE2. C'est ici !
Petit détail, le film semble légèrement accéléré.

Image IPB


EDIT benbel : merci de ne pas multiplier le nombre de sujets et de vérifier ce qui existe sur le site avant publication.

Ce message a été modifié par benbel - 28 juillet 2019 - 23:29 .
Raison de l'édition : Fusion de sujets

Verbier: des vacances inoubliables depuis 4 générations (et depuis 1975 pour ma part).
*** WANTED *** : télécabine 2 places de l'ancien TCD2 Médran 1 (1950-1984).
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)