Forums Remontées Mécaniques: TKE1/2 de la Cierne - Les Paccots (Fribourg) - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

TKE1/2 de la Cierne - Les Paccots (Fribourg) Oehler - 1966

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Fael 

  • TSF4 du Col de Balme
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 168
  • Inscrit(e) : 01-septembre 15

Posté 17 février 2017 - 18:43

Image IPB

Les Paccots

La station des Paccots, située dans les Préalpes fribourgeoises, propose des pistes de différents niveaux desservies par neuf téléskis et un fil neige. Elle compte une majorité de pistes bleues ainsi qu'une piste rouge et une piste noire, qui s'étendent entre 1064 et 1487 mètres d'altitude. Cette station familiale située au-dessus de Châtel-St-Denis est à la fois proche de la Riviera vaudoise et de Fribourg. Malgré le fait que la plupart des pistes ne sont que peu ensoleillées, la station est pénalisée par sa basse altitude lors d'hivers peu enneigés. Elle est composée de trois secteurs, chacun desservi à l'origine par un seul appareil.

Le téléski de la Cierne

Histoire du secteur de Corbetta

Le secteur de Corbetta a été le premier des Paccots à être équipé d'une remontée mécanique. Il s'agissait d'un téléski à ceintures, construit en 1937 par Oehler selon un brevet de Beda Hefti. Il se trouvait sur le tracé de l'actuel téléski de Corbetta. C'était un appareil très simple, équipé de pylônes en bois. Il a permis l'ouverture de deux pistes : la piste A rejoignant les Paccots par la Cierne, sur le versant ouest de Corbetta et la piste B passant par les Vérollys, sur le versant opposé. Cette installation a été remplacée en 1962 par un téléski à enrouleurs, à nouveau de construction Oehler, équipé cette fois de pylônes métalliques.

En 1966, un téléski a été installé pour desservir les pentes de la Cierne (la piste A), sur le versant ouest de Corbetta. En effet, des deux itinéraires accessibles par l'appareil existant, c'était celui qui demandait le plus de marche, avant et après la descente à ski. Ce téléski a à nouveau été construit par Oehler et a marqué la dernière apparition de ce constructeur aux Paccots. Il a été inauguré le 28 janvier 1967. Tout comme Corbetta, il était à l'origine équipé d'arbalètes en bois. Cette nouvelle installation a facilité l'accès à ce versant. En effet, bien que le bas de la piste de la Cierne soit relié au village des Paccots, la dénivellation est presque nulle. Afin de renforcer l'intérêt de cet itinéraire, un service de bus à même été mis en place pendant quelques temps entre le bas de la piste et le village des Paccots. Peu après, la station s'est décidée à construire un téléski pour résoudre ce problème. Néanmoins, il restait 350 mètres à parcourir à pied entre les gares amont de ce dernier et de Corbetta. Cet aspect sera amélioré en 1977 avec la construction du téléski de la Saira.

En 1972, le propriétaire du restaurant du lac des Joncs a fait construire un court téléski entre les parkings des Joncs et son établissement, dans le but d'en améliorer l'accès. La piste qu'il dessert est idéale pour les débutants. Cet investissement était une amélioration pour la station, car pendant les trente-cinq premières années de son histoire, seules des pistes plutôt difficiles et longues avaient été équipées de remontées mécaniques.

La piste de Corbetta, dont la plus belle partie se trouve entre le sommet et les Vérollys, avait pour inconvénient d'obliger les skieurs à traverser deux fois la route pour rejoindre le village des Paccots. Une fois au village, il fallait encore marcher le long de la route pour regagner le départ de l'installation. Pour pallier cet inconvénient, un téléski reliant les Vérollys au sommet de Corbetta a été construit en 1979.

En 1982, un téléski à enrouleurs doublant ce nouvel appareil sur le bas de son tracé a été installé. Depuis cet investissement, le dernier de la station, le téléski des Joncs est moins utilisé par les débutants car plus difficile. Par la suite, le tracé du bas de la piste de Corbetta a été modifié afin de minimiser la distance à parcourir à pied. Depuis l'introduction de ce nouvel itinéraire, il n'y a plus besoin de traverser la route pour atteindre le village des Paccots.


Image IPB
Le secteur de Corbetta vu depuis le sommet de la Cagne. Les gares aval des téléskis de Corbetta et de la Cierne ne sont pas visibles.


Le téléski de la Cierne aujourd'hui

Cette installation située sur le versant ouest de Corbetta assure la desserte de la piste rouge de la Cierne, la seule des Paccots. Ce champ de ski est complètement séparé du reste du domaine qui se trouve sur le versant opposé de la montagne. Les deux parties sont reliées entre elles par le téléski de la Saira. Il est également possible de s'y rendre en voiture. Un parking accessible depuis les Paccots se trouve à côté de la gare aval. Lors de périodes très enneigées, il est possible de descendre à ski jusqu'à Châtel-St-Denis, au bas de la montagne. Il faut alors regagner les Paccots en bus.

Cet appareil est un des plus bas de la station, la gare aval se trouvant seulement un mètre au dessus du point le plus bas qui est le départ du téléski de Corbetta. De plus, la piste est relativement exposée. Par conséquent, elle est assez peu ouverte. Dès que les conditions deviennent moins bonnes, elle est fermée. Un départ intermédiaire est parfois aménagé au niveau du troisième pylône, afin de pouvoir ouvrir plus souvent l'installation. Ceci permet d'éviter la dernière grande descente, particulièrement sujette au manque de neige. Néanmoins, cet aménagement n'est plus vraiment utilisé actuellement et lorsque le bas de la piste n'est pas praticable, l'installation est généralement fermée.

Tout comme le téléski de Corbetta, celui-ci a été équipé d'assiettes à la place des arbalètes, mais contrairement à ce dernier, seule une partie des véhicules ont été remplacés. Cette installation est donc équipée à la fois d'arbalètes et d'assiettes. Une montée utilise 3 cases de l'abonnement à points.

Image IPB
Situation de l'installation sur le plan des pistes.


Caractéristiques techniques

Caractéristiques administratives

TKE-Téléski à enrouleurs : LA CIERNE
Exploitant : Monte-Pente de Corbetta SA
Constructeur : Oehler
Année de construction : 1966

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : hiver
Capacité : 1 ou 2 personnes
Débit : ~650 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 1.2 - 3.5 m/sec
Temps de trajet : 5 - 15 minutes

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1065 m
Altitude amont : 1392 m
Dénivelé : 328 m
Longueur développée : 1035 m
Longueur horizontale : 992 m
Pente maximale: ~50 %
Pente moyenne: 33 %

Caractéristiques techniques

Emplacement tension : aval
Dispositif de tension : contrepoids
Emplacement motrice : aval
Sens de montée : droite
Nombre de pylônes : 12
Dispositif d’accouplement : pince fixe

La gare aval

Le départ se situe à proximité du lieu-dit les Ciernes. La gare, qui est motrice-tension, est abritée dans un bâtiment assez grand. La piste arrive du côté droit de la ligne alors que le parking se trouve sur la gauche. On accède à cet endroit en voiture ou par la piste de la Cierne. Le poste de vigie est intégré dans le bâtiment. Un petit local séparé de la gare était utilisé pour le contrôle des forfaits. Depuis l'installation de bornes automatiques, il ne sert plus. Pour faciliter la gestion de l'embarquement, les clients sont séparés en deux files d'attentes distinctes selon qu'ils souhaitent une assiette ou une arbalète. L'embarquement est généralement assisté. Ceci est rendu nécessaire par l'orientation assez aléatoire des arbalètes qui sont parfois difficiles à attraper.


Image IPB
La gare vue depuis la piste de la Cierne. On voit à l'arrière le Niremont (1914 m, à gauche) et le Moléson (2002 m, à droite).

Image IPB
La gare. On voit au premier plan le local qui était utilisé pour le contrôle des forfaits.

Image IPB
L'accès à la zone d'embarquement. On remarque les files séparées pour les clients souhaitant un archet et ceux désirant une assiette.

Image IPB
La plaque du constructeur, sur la façade du bâtiment.

Image IPB
L'intérieur de la gare. On remarque la poulie motrice-tension et le système de tension. Le contrepoids se trouve dans l'angle droit du local.


La ligne

Elle est la deuxième plus longue de la station après celle du téléski du Pralet. Le tracé se trouve presque entièrement dans la forêt. Il y entre après le pylône 1 et en sort après le pylône 10. L'embarquement peut se faire au niveau du pylône 3 si le bas de la ligne est impraticable. À cet effet, un balancier supplémentaire permettant d'abaisser le câble sur le brin montant peut être installé. Lorsqu'il n'est pas utilisé, il est replié le long du pylône. On accède à cette gare intermédiaire à l'aide d'un court chemin. La suite de la montée est assez peu pentue. Dès le pylône 7, l'inclinaison augmente. Après un court replat, la ligne se termine par une longue portée assez escarpée durant laquelle elle quitte la forêt.


Image IPB
Profil en long de la ligne.


Ce téléski est relativement difficile, mais contrairement à ce qui se passe ailleurs dans la station, ce n'est pas un grand problème. En effet, il est assez peu utilisé comme accès au domaine. De plus, pour l'atteindre, il faut emprunter soit le téléski des Vérollys, soit le téléski de Corbetta qui sont tous deux difficiles. Par conséquent, les débutants n'arrivent généralement pas jusque là.


Image IPB
Vue sur le début de la ligne.

Image IPB
Vue arrière sur la gare aval. On remarque le parking sur la droite.

Image IPB
Pylône 1, la ligne entre dans la forêt.

Image IPB
Pylône 2.

Image IPB
Pylône 3, la station intermédiaire. On remarque sous la tôle de protection le train de galets supplémentaire qui permet d'abaisser le câble si l'embarquement est utilisé. Pour cette raison, le pylône est équipé d'une potence de décâblage sur le brin montant. Les galets du brin descendant et ceux qui servent à abaisser le câble sur le brin montant ont été remplacés par des éléments Städeli.

Image IPB
Vue sur la station intermédiaire depuis le chemin d'accès. On remarque le poste de vigie sur la droite.

Image IPB
La suite de la ligne.

Image IPB
Pylône 4.

Image IPB
Pylône 5.

Image IPB
Vue au loin.

Image IPB
Pylône 6.

Image IPB
Pylône 7, la pente augmente à nouveau.

Image IPB
Pylône 8, la forêt devient plus éparse.

Image IPB
Vue arrière.

Image IPB
Sur la droite, la vue sur la plaine se dégage.

Image IPB
Pylône 9.

Image IPB
Pylône 10, début de la pente finale.

Image IPB
Vue sur la portée vers le pylône 11.

Image IPB
Pylône 11 au niveau duquel la pente diminue fortement. On remarque la signalisation au sujet du lâcher.

Image IPB
Pylône 12. On aperçoit à l'arrière la poulie retour. Une protection en bois est installée à l'amont du pylône pour prévenir tout incident au cas où un enrouleur ne serait pas totalement revenu dans sa position normale à cet endroit. Ceci est nécessaire à cause la vitesse d'exploitation parfois élevée et en raison de la faible distance séparant le pylône 11 de la poulie retour.


La gare amont

Elle se trouve tout près du sommet géographique de Corbetta, à la lisière de la forêt. C'est le point le plus élevé du secteur. Le lâcher s'effectue juste avant la poulie retour. Un poste de vigie se trouve sur la gauche de la ligne, à côté du dernier pylône. Il permet également de surveiller le lâcher du téléski de la Saira. Depuis cet endroit, on peut soit redescendre vers la gare aval ou vers Châtel-St-Denis, soit regagner le reste du domaine en longeant la ligne du téléski de la Saira.


Image IPB
Vue sur les deux derniers pylônes et la zone de lâcher. On remarque sur la droite la poulie flottante du téléski de la Saira.

Image IPB
La poulie retour fixe. Les enrouleurs sont encore en partie déroulés lorsqu'ils atteignent cet endroit. Pour cette raison le bas du pylône est protégé et la neige est façonnée de manière à favoriser un cheminement correct des véhicules.

Image IPB
La fin de la ligne.

Image IPB
La poulie retour. On remarque les deux câbles de guidage qui relient la gare amont au dernier pylône. Les galets d'origine ont été remplacés par des éléments de fabrication Städeli.

Image IPB
Vue d'ensemble de l'arrivée depuis le début de la piste.

Image IPB
Les pylônes 11 et 12 du téléski de la Cierne et la poulie retour du téléski de la Saira vus depuis la piste.


La vue depuis le sommet


Image IPB
Vue vers le sud. On devine à l'arrière la Cape au Moine (1941 m).

Image IPB
Vue vers l'ouest. On aperçoit au fond le Mont Pèlerin (1080 m) et sa tour de télécommunication.

Image IPB
Vue vers le nord-ouest. On remarque la ville de Châtel-St-Denis au bas de la montagne.


Les véhicules

Cette installation est équipée d'assiettes et d'arbalètes. Les assiettes qui sont légèrement minoritaires et qui sont de plusieurs modèles différents ont été ajoutées il y a quelques années afin d'offrir un meilleur confort aux snowboardeurs et aux personnes seules. Ceci est particulièrement apprécié vu la longueur de la ligne car le temps de trajet peut atteindre 15 minutes si la vitesse d'exploitation est minimale. Certains des enrouleurs d'origine, de type Oehler BEAP, ont été remplacés par des éléments Städeli qui ont été adaptés sur les suspentes Oehler d'époque.


Image IPB
Une arbalète équipée d'un enrouleur Oehler.

Image IPB
Une assiette équipée d'un enrouleur Städeli.

Image IPB

Image IPB


Conclusion

Cet appareil donne accès à une piste intéressante qui améliore l'offre des Paccots. Son côté excentré, bien que pénalisant, permet de skier plus au calme que dans le reste de la station. Pour les amateurs de technique, cette installation a la particularité d'avoir subi peu de modifications durant son existence. La plupart des autres téléskis Oehler ne sont pas aussi proches de leur état d'origine que celui-ci. Comme ailleurs, il arrive que l'affluence soit importante les week-ends et durant les vacances scolaires, mais aucun remplacement n'est envisagé. De plus, les hivers de moins en moins enneigés n'incitent pas la station à investir.

Les photos ont été prises principalement le 18 janvier 2017. Texte et photos : Fael.

Site internet de l'exploitant

Ce message a été modifié par Fael - 27 février 2017 - 23:17 .

9

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Fael 

  • TSF4 du Col de Balme
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 168
  • Inscrit(e) : 01-septembre 15

Posté 17 février 2017 - 18:47

Voilà pour cet appareil, qui est un témoin important des installations Oehler de cette époque. Merci de me faire part de vos remarques, suggestions d’améliorations, corrections et questions par MP ou directement dans ce sujet. Je m'excuse pour la faible luminosité de la plupart des images, mais la ligne est exposée de telle façon qu'il n'y a généralement pas de soleil.

Ce reportage clôt cette série sur les Paccots, j'espère qu'elle vous aura plu. Pour les amateurs de remontées mécaniques, cette station permet de skier en empruntant uniquement des anciens téléskis, raides et difficiles, ce qui est devenu assez rare. Entre la pente vertigineuse du téléski du Pralet, les lignes sinueuses des téléskis des Vérollys et des Joncs et les deux téléskis Oehler, dont un équipé d'une station intermédiaire, d'assiettes et d'arbalètes, la station des Paccots possède des témoins de ce que l'on pouvait faire avec des téléskis à l'époque.

Ce message a été modifié par Fael - 17 février 2017 - 19:01 .

1

#3 L'utilisateur est en ligne   Chamois78 

  • TCD4 de la Daille
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 535
  • Inscrit(e) : 03-février 14

Posté 17 février 2017 - 19:43

Merci beaucoup pour ce reportage ! ;)

C'est cool qu'il y ait encore des TKE comme celui-ci quasiment dans leur état d'origine. :rolleyes:

J'irai peut-être le filmer un de ces prochains hivers. Dommage qu'il ne soit pas souvent ouvert ...

Sinon je trouve spécial le fait d'abaisser le câble pour embarquer à l'intermédiaire, ce doit être une opération délicate.
Vidéos de remontées-mécaniques sur ma chaîne YouTube : --> "Remonte-pente"
1

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Fael 

  • TSF4 du Col de Balme
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 168
  • Inscrit(e) : 01-septembre 15

Posté 18 février 2017 - 16:33

Merci pour ta réaction. Effectivement, ce téléski est très proche de son état d’origine. La seule chose qui a été remplacée sont les arbalètes et les assiettes. Contrairement au téléski de Corbetta, la plupart des enrouleurs semblent être d’origine. À part ça, il y a les passerelles de maintenance qui ont été ajoutées.

Pour la station intermédiaire, il est indispensable d’abaisser le câble pour pouvoir atteindre les véhicules et c’est certainement une opération délicate. Il faut également installer le balancier supplémentaire et faire quelques modifications électriques (raccordement des bons détecteurs de déraillement). Mais comme je l’ai dit dans le reportage, je ne pense pas que ce soit encore utilisé aujourd’hui. Cette station intermédiaire est située après environ un tiers du dénivelé total si bien que la différence d’enneigement est en général faible (à moins d’avoir eu une semaine de pluie au dessous de 1100 m). Comme ce n’est pas un changement qui se fait en 5 minutes, ils préfèrent certainement fermer plutôt que d’utiliser cette possibilité. Je n’ai jamais vu l’embarquement se faire à cet endroit, mais je n'ai vu ce téléski fonctionner que deux fois...

Pour ce qui est de l’ouverture, il est principalement utilisé le week-end et durant les vacances. Cet hiver fait exception car c’est plutôt les téléskis de Corbetta et surtout du Pralet qui ont été beaucoup fermés car ils ont connu des problèmes techniques. En plus, la piste du Pralet qui est vraiment très exposée supporte mal les journées chaudes. Ils la ferment donc souvent la semaine. C’est peut être grâce à ces problèmes que la Cierne a été plus souvent ouverte qu’habituellement. De toute manière, si tu veux aller la filmer, il faut vérifier si c’est ouvert, et y aller dès que c'est le cas. Ce n'est pas un téléski qui peut se visiter en fixant une date plusieurs mois à l’avance.

Ce message a été modifié par Fael - 18 février 2017 - 16:34 .

1

#5 L'utilisateur est en ligne   Chamois78 

  • TCD4 de la Daille
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 535
  • Inscrit(e) : 03-février 14

Posté 18 février 2017 - 19:50

Voir le messageFael, le 18 février 2017 - 16:33 , dit :

Merci pour ta réaction. Effectivement, ce téléski est très proche de son état d’origine. La seule chose qui a été remplacée sont les arbalètes et les assiettes. Contrairement au téléski de Corbetta, la plupart des enrouleurs semblent être d’origine. À part ça, il y a les passerelles de maintenance qui ont été ajoutées.

Pour la station intermédiaire, il est indispensable d’abaisser le câble pour pouvoir atteindre les véhicules et c’est certainement une opération délicate. Il faut également installer le balancier supplémentaire et faire quelques modifications électriques (raccordement des bons détecteurs de déraillement). Mais comme je l’ai dit dans le reportage, je ne pense pas que ce soit encore utilisé aujourd’hui. Cette station intermédiaire est située après environ un tiers du dénivelé total si bien que la différence d’enneigement est en général faible (à moins d’avoir eu une semaine de pluie au dessous de 1100 m). Comme ce n’est pas un changement qui se fait en 5 minutes, ils préfèrent certainement fermer plutôt que d’utiliser cette possibilité. Je n’ai jamais vu l’embarquement se faire à cet endroit, mais je n'ai vu ce téléski fonctionner que deux fois...

Pour ce qui est de l’ouverture, il est principalement utilisé le week-end et durant les vacances. Cet hiver fait exception car c’est plutôt les téléskis de Corbetta et surtout du Pralet qui ont été beaucoup fermés car ils ont connu des problèmes techniques. En plus, la piste du Pralet qui est vraiment très exposée supporte mal les journées chaudes. Ils la ferment donc souvent la semaine. C’est peut être grâce à ces problèmes que la Cierne a été plus souvent ouverte qu’habituellement. De toute manière, si tu veux aller la filmer, il faut vérifier si c’est ouvert, et y aller dès que c'est le cas. Ce n'est pas un téléski qui peut se visiter en fixant une date plusieurs mois à l’avance.


D'accord, merci pour ta réponse.

Oui, il faudra que je me renseigne le jour d'avant si je vais le filmer une fois. En espérant que l'hiver prochain soit plus enneigé que l'actuel ... :ph34r:
Vidéos de remontées-mécaniques sur ma chaîne YouTube : --> "Remonte-pente"
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Lolo42 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 578
  • Inscrit(e) : 19-septembre 07

Posté 20 février 2017 - 22:27

Merci pour ce beau reportage !

Voir le messageFael, le 17 février 2017 - 18:43 , dit :

Image IPB
Une arbalète équipée d'un enrouleur Oehler.


C'est rare de voir un appareil avec ses enrouleurs Oehler d'origine !

Pour info, ces enrouleurs, conçus en interne, étaient appelés Oehler BEAP (BEAP pour Beschleunigungsapparat, pouvant se traduire approximativement par "appareil d'accélération" -mon allemand n'est pas très bon, merci Google traduction).

Des docs sur ces enrouleurs BEAP sont dispos sur l'excellent site http://www.jacomet.c...album=89&pos=10
- Laurent -

www.remontees-mecaniques.net
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)