Forums Remontées Mécaniques: Tapis roulants de plus en plus longs - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Tapis roulants de plus en plus longs

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Tex avery 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 16
  • Inscrit(e) : 07-septembre 14

Posté 30 novembre 2015 - 17:08

Je recherche des retours d'expérience sur l'exploitation de tapis roulants couverts.
Ils deviennent de plus en plus long, cauterets à inauguré le tapis le plus long d'Europe l'an dernier (360m), le Grand Tourmalet en projette un de 350 mètres. La sécurité est elle toujours assurée ? L'exploitation est elle efficace et plus optimum qu'un TK ( public débutant, plus de personnels, normes électriques SRMTG,...) ?
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   pistenbully fan 

  • TCD12 du Prorel
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 727
  • Inscrit(e) : 03-novembre 13

Posté 30 novembre 2015 - 21:47

C'est clair que c'est plus simple du point de vue de l'exploitation, il y a pas besoin d'avoir forcément un employé en bas de l'installation. Et c'est surtout plus simple (je pense) pour les débutants. Je pense aussi que la sécurité est toujours assurée car je vois pas de risque immédiat en utilisant ce genre de remontées.

Après je peux pas t'aider au niveau des normes.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Tex avery 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 16
  • Inscrit(e) : 07-septembre 14

Posté 30 novembre 2015 - 23:25

Voir le messagepistenbully fan, le 30 novembre 2015 - 21:47 , dit :

C'est clair que c'est plus simple du point de vue de l'exploitation, il y a pas besoin d'avoir forcément un employé en bas de l'installation. Et c'est surtout plus simple (je pense) pour les débutants. Je pense aussi que la sécurité est toujours assurée car je vois pas de risque immédiat en utilisant ce genre de remontées.

Après je peux pas t'aider au niveau des normes.

Je connaîs les normes du SRMTG concernant ce type d'installation. Elles ont été misent à jour après l'accident mortel de 2004 à Vars et les nombreux autres accidents graves.

Je voulais connaître les problèmes qu'il y a eu sur des modèles couverts de grandes longueurs (+ 300 m ) avec une capacité de 1000 personnes/ heure.

- Pannes électriques:
Ces tapis sont équipés de capteurs à l'embarquement ét au débarquement; des poussoirs d'arrêts d'urgences sont tout les 25 mètres; les issues de secours sont équipées de contacteurs et doivent restées fermer. Le moindre arrêt oblige le technicien de vérifier chaque système avant de le remettre en route !!!

- équipement pour débutants:
Ces tapis sont interdit aux enfants de moins 5 ans non accompagnés, ce qui oblige une personne pour la surveillance de l'embarquement. La vitesse faible du tapis (0,7 metre / seconde), fait que les personnes vont restés près de 10 minutes dans un tunnel pour à peine 1 minute de descente !! 175 personnes sans expérience bloqués dans un tunnel risque de créer de la panique en cas de crise de claustrophobie !!

- intégration dans le paysage
Bien qu'ils existe des modèles démontables en fin de saison, je ne pense pas qu'un exploitant veuille augmenter ses coûts d'exploitations !! Un linéaire ( une barrière ) en été n'est pas du meilleur effet pour valoriser des activités de " nature " de la montagne !!

Ce message a été modifié par Tex avery - 30 novembre 2015 - 23:26 .

0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 357
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 01 décembre 2015 - 09:34

Pour la sécurité il faudrait vérifier l'état exact des normes actuelles mais à ma connaissance le niveau de sécurité minimal exigé est insuffisant. Au vu de l'analyse de risque il faudrait exiger SIL 3 (ou PL e) en bi-canal pour la totalité des fonctionnalités de sécurité prioritaires, soit notamment tous les arrêts d'urgence, surveillances des trappes, détections anti-coincement, etc.

Pour des "tunnels" (couvertures) je suppose qu'il y a des normes pour des portes d'évacuation obligatoires.

De façon plus générale, il faut rappeler que les normes spécifiques ne sont pas toujours suffisantes pour garantir une sécurité correcte (voir p.ex. l'accident de Kaprun).

Par rapport aux RM proprement dites dont les commandes sont très sévèrement réglementées, je considère que pour les tapis roulants, y.c. les tapis d'embarquement, les exigences devraient être plus contraignantes. Pour moi, SIL 2 est clairement insuffisant pour les fonctions de sécurité les plus critiques pour des tapis transportant des personnes (idem pour les escalators). Je n'aborde pas la question des freins et anti-dévireurs pour les installatione en pente. Pour les tapis roulants les pentes ne sont pas forcément suffisantes pour permettre une accélération dangereuse en cas de défaillance.
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Tex avery 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 16
  • Inscrit(e) : 07-septembre 14

Posté 29 février 2016 - 18:00

Accident mortel d'un technicien de maintenance sur un tapis !
http://france3-regio..._medium=twitter
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   59yx 

  • TSF2 du Glacier des Bossons
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 138
  • Inscrit(e) : 26-février 16

Posté 29 février 2016 - 19:16

Voir le messageTex avery, le 29 février 2016 - 18:00 , dit :

Accident mortel d'un technicien de maintenance sur un tapis !
http://france3-regio..._medium=twitter


Mais comment il est mort?

Je n'ai jamais emprunté de tapis, mais je pense que c'est comme un tapis de course, à l'envers. Mais je ne voit pas ce qui est dangereux, appart l'arrivée où le tapis passe en dessous.

Ce message a été modifié par 59yx - 29 février 2016 - 19:40 .

Faut me motiver pour faire des reportages!
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Tex avery 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 16
  • Inscrit(e) : 07-septembre 14

Posté 29 février 2016 - 20:04

Voir le messageTex avery, le 29 février 2016 - 18:00 , dit :

Accident mortel d'un technicien de maintenance sur un tapis !
http://france3-regio..._medium=twitter

Plus d'info
http://www.sudouest....287425-4344.php
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 357
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 29 février 2016 - 20:25

Pour rappel, plusieurs accidents mortels se sont déjà produits avec pour victimes des usagers. Ce genre de tapis n'a rien à voir avec un tapis de course, les mécanismes d'entraînements développent des couples et donc des force de coincement élevées, même pour des tapis courts et avec des moteurs relativement peu puissants de quelques kW (1 kW à 0.5 m/s correspond à 2000 N, soit une force correspond au poids d'une masse d'env. 200 kg).


Faute d'informations suffisantes il est impossible de se prononcer sur cet accident précis, en général ce genre d'accident se produit soit à cause d'une défectuosité technique (p.ex. associée à un défaut de conception du dispositif d'arrêt d'urgence ou de condamnation, voir ma remarque plus haut, une installation peut être conforme aux normes EN tout en ne remplissant pas forcément les critères de sécurité objectivement souhaitables) soit en raison d'une erreur humaine, p.ex. intervention sur un système en marche, ou, erreur très fréquente à l'origine de nombreux accidents mortels dans tous les domaines industriels, un non-respect des procédures de déclenchement et de condamnation ("lockout/tagout" en anglais)). Cela concerne tout particulièrement les installations dangereuses et notamment celles dans lesquelles on peut entrer, comme p.ex. des chaudières, concasseurs, shredders, moulins, hâchoirs industriels, pulpers, grands ventilateurs, etc.

Pour les RM il faut être particulièrement vigilant car contrairement aux installations industrielles conventionnelles, les arrêts d'urgence en station de renvoi (et station intermédiaire) sont pontables en station motrice. En pareil cas il faut condamner en station motrice et prendre les mesures organisationnelles adéquates.


Le but ce message n'est pas de discuter du cas particulier cité car aucune information utile et fiable n'est connue mais plutôt de souligner encore une fois l'importance de la sécurité au travail, surtout que les RM sont des installations qui présentent certains dangers qui leur sont assez spécifiques. Je pense surtout aux dépannages, aux évacuations (exercices ou non), à la maintenances et autres situations particulières.

Ce message a été modifié par Velro - 29 février 2016 - 20:31 .

0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 357
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 02 mars 2016 - 15:36

L'accident est survenu en milieu de matinée, au niveau du tapis roulant des Maynats, dont l'agent de 27 ans assurait la maintenance. "Une enquête est en cours, dirigée par la gendarmerie de Cauterets, mais il semble que, suite à la mise en route du tapis, son bras se soit pris accidentellement dans le mécanisme, a expliqué le vice-procureur de la République de Tarbes, François Jardin. Puis il a été happé par un rouleau."

Source: http://www.ladepeche...is-roulant.html

Comme mentionné, il manque les détails pour se faire une idée plus précise du déroulement de cet accident ainsi que des causes. En général dans ce genre d'accident il y a une combinaison de diverses causes qui, prises individuellement, n'ont généralement pas de conséquences dramatiques.


Quelques infos sur la consignation (par rapport au message précédent):
http://www.remontees...showtopic=25068

Il faut se méfier des tapis roulants, je me souviens d'un accident au cours duquel la main puis le bras d'une personne avaient été entraînés entre deux tapis roulants formant un dispositif de compression en continu. Je n'étais pas employé de la société mais j'avais aidé au démontage du tapis supérieur pour ressortir le membre coincé (jamais l'équipe de maintenance n'avait été aussi rapide, tout en agissant en restant calme alors que cela criait dans tous les sens). Comme la vitesse était lente la machine avait pu être arrêtée à temps et il n'y avait finalement pas eu de blessures graves, par contre si l'arrêt n'avait pas fonctionné l'accident aurait pu être mortel.

Ce message a été modifié par Velro - 02 mars 2016 - 15:40 .

0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Tex avery 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 16
  • Inscrit(e) : 07-septembre 14

Posté 02 mars 2016 - 17:42

Voir le messageVelro, le 02 mars 2016 - 15:36 , dit :

L'accident est survenu en milieu de matinée, au niveau du tapis roulant des Maynats, dont l'agent de 27 ans assurait la maintenance. "Une enquête est en cours, dirigée par la gendarmerie de Cauterets, mais il semble que, suite à la mise en route du tapis, son bras se soit pris accidentellement dans le mécanisme, a expliqué le vice-procureur de la République de Tarbes, François Jardin. Puis il a été happé par un rouleau."

Source: http://www.ladepeche...is-roulant.html

Comme mentionné, il manque les détails pour se faire une idée plus précise du déroulement de cet accident ainsi que des causes. En général dans ce genre d'accident il y a une combinaison de diverses causes qui, prises individuellement, n'ont généralement pas de conséquences dramatiques.


Quelques infos sur la consignation (par rapport au message précédent):
http://www.remontees...showtopic=25068

Il faut se méfier des tapis roulants, je me souviens d'un accident au cours duquel la main puis le bras d'une personne avaient été entraînés entre deux tapis roulants formant un dispositif de compression en continu. Je n'étais pas employé de la société mais j'avais aidé au démontage du tapis supérieur pour ressortir le membre coincé (jamais l'équipe de maintenance n'avait été aussi rapide, tout en agissant en restant calme alors que cela criait dans tous les sens). Comme la vitesse était lente la machine avait pu être arrêtée à temps et il n'y avait finalement pas eu de blessures graves, par contre si l'arrêt n'avait pas fonctionné l'accident aurait pu être mortel.

Comment se passe le retour d'expériences après un accident ( mortel ou pas ?) sur ce type de matériel. Le dimensionnement du tapis ( 360 mètres) peut il être une cause aggravante de l'accident ? ( agent seul, certaines sécurité non activées,...)

A ma connaissance, c'est la premières fois qu'un accident mortel impliquant la maintenance a eu lieu sur ce type de matériel en exploitation.
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 357
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 02 mars 2016 - 20:12

Voir le messageTex avery, le 02 mars 2016 - 17:42 , dit :

Comment se passe le retour d'expériences après un accident ( mortel ou pas ?) sur ce type de matériel. Le dimensionnement du tapis ( 360 mètres) peut il être une cause aggravante de l'accident ? ( agent seul, certaines sécurité non activées,...)

A ma connaissance, c'est la premières fois qu'un accident mortel impliquant la maintenance a eu lieu sur ce type de matériel en exploitation.

Comme mentionné, faute d'informations, impossible de s'exprimer sur des détails.

Pour ce qui est de la condamnation des équipements, certains dépannages et essais ne peuvent se faire qu'avec des installations en service. Ces situations potentiellement particulièrement dangereuses sont inévitables en pratique et seules des règles de comportement très strictes permettent alors d'éviter des accidents. Après il faut bien sûr voir de cas en cas.

Si on rereprend l'exemple d'un tapis roulant, il convient de différencieer entre une mise en route volontaire, c.à.d. un enclenchement dont la victime avait connaissance et devait donc s'attendre à une mise en marche de l'entraînement du tapis et une mise en mouvement intempestive de l'installation (sans compter du cas de l'installation déjà en marche auquel cas il s'agirait alors probablement d'une erreur de comportement).

La condamnation d'un tapis roulant doit être effectuée côté entraînement; en tout cas déclencher l'interrupteur de sécurité principal et idéalement le cadenasser avec son propre cadenas personnel, et, suivant la configuration de la commande, retirer les fusibles.
Accessoirement on peut enfoncer un ou plusieurs champignons d'arrêt d'urgence, cela ne constitue toutefois pas une mise en sécurité.

Pour l'enquête, un facteur important consistera à déterminer qui a remis en marche l'installation, cela peut être la victime, une tierce personne ou une remise en marche fortuite suite à un dysfonctionnement très grave de la commande (exemple: de l'eau sale accumulée dans un boîtier d'interrupteur, ce tyoe d'incident a causé des accidents mortels par le passé).

Sauf en cas de conception spécifique (Safe Torque Off certifié pour le niveau de sécurité requis et géré correctement côté commande), un variateur de fréquence conventionnel ne permet pas de garantir la mise en sécurité pour un mouvement dangereux s'il n'y a pas de coupure galvanique côté alimentation ou sortie. Une mise en sécurité électrique nécessite dans tous les cas un sectionnement galvanique. Après il y a encore des détails à vérifier, comme p.ex. les entraînements régénératifs, les moteur à aimants permanents, etc. En résumé, cela peut devenir assez compliqué selon la configuration d'une installation et trouver des experts compétents pour assister les enquêteurs n'est pas toujours si facile (pas dans l'exemple discuté qui est doit être assez trivial côté technique).
Pour avoir lu par curiosité quelques rapports d'expertises techniques utilisés devant des tribunaux je ne peux que confitmer que la compétence des experts mandatés par une cour, ou une ou des parties, peut très fortement varier mais les juristes eux n'y voient évidemment que du feu et tendent typiquement à discuter de quelques aspects non déterminants mais dont ils croient (souvent à tort) avoir une certaine compréhension tout en ne comprenant pas les facteurs déterminants.
Je précise que je n'ai jamais réalisé d'expertises destinées aux juristes et je ne le ferai jamais.


La pratique relative aux retours d'expérience varie fortement selon les usages locaux/nationaux et selon le type et la gravité d'un incident. P.ex. en Suisse la Suva (assurance-accidents professionnels obligatoire pour l'industrie) se penche sur tous les accidents de travail industriels graves car les enjeux financiers sont importants. Selon les cas, des recommandations peuvent alors être émises.
Comme partout, cela donne lieu à d'interminables querelles devant divers tribunaux (assurances, civil, pénal) car le plus important est de trouver un fautif à qui faire porter le chapeau (c.à.d. déterminer chez qui récupérer le fric).

Dans des domaines particuliers d'autres instances peuvent être appelées à se pencher sur un cas et si nécessaire se prononcer p.ex. en interprétant de façon plus sévère certaines prescriptions ou normes ou simplement en émettant là également des recommandations.
Des exemples typiques sont les accidents électriques ainsi que dans le domaine du transport aérien, ferroviaire et RM. Côté routier uniquement pour des incidents graves ou particuliers.

Ce message a été modifié par Velro - 02 mars 2016 - 20:23 .

0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   pistenbully fan 

  • TCD12 du Prorel
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 727
  • Inscrit(e) : 03-novembre 13

Posté 02 mars 2016 - 20:25

Si tu veux qu'une mise en mouvement soit pas possible, tu peux faire la règle des 5 doigts. Mais bon personnellement je l'ai jamais faite.
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   Martiiin 

  • TSD6 de l'Eau d'Olle
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 348
  • Inscrit(e) : 27-avril 13

Posté 02 mars 2016 - 21:30

Voir le messageTex avery, le 02 mars 2016 - 17:42 , dit :

Le dimensionnement du tapis ( 360 mètres) peut il être une cause aggravante de l'accident ?

Ce n'est pas sur le tapis de 360m que l'accident est arrivé, mais sur un tapis bien plus petit. :(
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 357
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 02 mars 2016 - 21:34

Les règles c'est une chose mais il faut aussi connaître les risques et être en mesure des les évaluer.

Exemple 1:
S'il y a un point de sectionnement principal galvanique visible et qu'une tension en retour (générateur, condos, moteur à excitation permanente, etc.) est physiquement impossible il n'est pas forcément ultra-vital de vérifier l'absence de tension.

Exemple 2:
Si on vérifie l'absence de tension il faut être sûr du bon fonctionnement de l'appareil de mesure et de son utilisation correcte (p.ex. gamme AC ou DC, batterie chargée, etc.). Idéalement il faudrait mesurer une tension un circuit encore en service juste avant et après la mesure. Et également utiliser un appaeil approprié. P.ex. à la sortie d'un variateur alimenté en 690 V c'est plus délicat que sur une phase du réseau habituel.

Je veux dire par là que les règles c'est bien mais que rien ne remplace de bonnes connaissances.

Pour ce qui est des accidents liés à des machines industrielles, on arrive quasiement toujours à déterminer la cause pour autant que l'on dispose de suffisamment de temps et de moyens et que les conditions de travail d'enquête ne soient pas influencées négativement (modifications ou dissimulation d'éléments de preuve, remise en service pour des impératifs de délais,...). Cela s'applique de façon similaire aux pannes et autres incidents moins dramatiques. Il y a presque toujours une explication rationelle mais elle n'est pas forcément communiquée par ceux qui savent en interne (respectivement ceux qui ont fini par découvrir en interne), surtout si elle est due à une erreur humaine.
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)