Forums Remontées Mécaniques: Hannes Schneider - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Hannes Schneider Réf.20036

#1 L'utilisateur est hors-ligne   nicobsa 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 3 076
  • Inscrit(e) : 02-juillet 05

Posté 25 mai 2023 - 19:32

Dans les dernières années du XIXe siècle naît à Stuben-am-Arlberg (Autriche) un garçon qui, moins de 20 ans plus tard, va devenir célèbre dans les milieux embryonnaires du ski en inventant une technique qui va devenir le fondement du ski « moderne » et être pratiquée presque exclusivement jusque dans les années 1930.
Hannes va s'installer à St-Anton-am-Arlberg où il va enseigner la pratique du ski, notamment pour le compte de l'hôtel Post et du ski-club de l'Arlberg. Très vite, il comprend que le virage « télémark » jusque là seul à être pratiqué par les skieurs (encore peu nombreux) n'a pas beaucoup d'avenir dans le « ski de descente ». Il étudie avec attention les expériences de Mathias Zdarsky et il élabore une véritable méthodologie de la technique du ski et de son enseignement. Il développe alors la position de « chasse-neige », puis invente sa dérivée, le virage « stemboggen » dans lequel l'ouverture des skis, jointe à un transfert du poids du corps, permet de faire tourner le ski aval.
C'est un progrès mais ce mouvement aboutit aussi à un freinage. Hannes ne s'arrête pas là car il a vu certain de ses compatriotes (notamment de Kitzbûhel) s'essayer à un autre système de virage qui a été surnommé « bauern-christiania ». Hannes va exploiter ces nouvelles données et, avec son sens inné de théoricien génial, il va intégrer ses découvertes précédentes dans une méthode globale très homogène. C'est ainsi que, en 1910, il expérimente, codifie et enseigne un nouveau virage, le « stem-christiania ». Il montre que, au cours du virage stemboggen, le rapprochement du ski intérieur en parallèle à l'autre, simultanément avec un transfert du poids du corps, on déclenche ainsi un de dérapage qui facilite la conclusion du virage. Au surplus, on supprime l'effet de freinage du stemboggen. C'est la première approche du la technique (de descente rapide) « skis parallèles » qui , dans les années 1930, sera largement développée par le français Emile Allais.
Hannes vient donc de peaufiner les bases de sa méthode « la méthode de l'Arlberg » qu'il va écrire, démontrer, médiatiser et diffuser dès les années 1920, non seulement en Europe, mais aussi aux USA. Il a, entre-temps, amélioré encore ses principes pédagogique en déterminant des classes d'élèves sur la base de leurs capacités initiales et il va susciter des créations d'écoles fonctionnant sur ces bases. En 1921, il quitte l'hôtel Post (il s'est disputé avec Walter Schuler, son directeur) et prend contact avec le cinéaste Arnold Frank pour tourner plusieurs films à la gloire de sa méthode et de ses écoles. Il écrit également un copieux ouvrage à la fois pédagogique et médiatique : « les merveilles du ski » abondamment illustré de photos. Il le fait traduire en anglais et en vend 100 000 exemplaires en un an.

Il sera encore célèbre en 1928 quand il organisera avec Arnold Lunn, le premier combiné international « open - Arlberg-Kandahar ». Cette course, d'abord courue à St-Anton, deviendra régulière (Suisse, France, Autriche, Italie) et incontournable pour les «vedettes du ski ».
En 1939, après avoir été arrêté et détenu, il fuit l'Autriche nazie et se réfugie aux USA où son ami Harvey Dow Gibson l'installe comme directeur de l'école de Cranmore, dans le North Conway. C'est là qu'il finira sa carrière et sa vie.

Origine documentation : divers
- Nicolas -

www.remontees-mecaniques.net

Préparez vos visites techniques :
soyez identifiables grâces aux casquettes et aux bonnets aux couleurs de RM.net
1

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)