Forums Remontées Mécaniques: Mesure d'isolement moteur continu et asynchrone - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Mesure d'isolement moteur continu et asynchrone

#1 L'utilisateur est hors-ligne   dudu 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 152
  • Inscrit(e) : 28-août 10

Posté 26 juin 2013 - 19:55

bonjour à tous, alors je souhaiterai avoir quelques renseignement,

notre électricien a changé de station, pour l'instant pas d'embauche de prévue, nous reprenons donc ses taches d'entretien au niveau des gares, mais ma question est la suivante: comment faite vous vos mesure d'isolement sur des moteurs continu, c'est à dire avec ou sans charbon, avec câble branché ou débranché??

allez j'en profite pour une seconde question, je fais une mesure d'isolement sur des moteurs de portillons (en 380 v asynchrone), et je trouve un isolement pourri de 0,2 MGohm, alors je débranche le câble des 2 côtés afin de mesurer l'isolement du moteur et du câble séparément, et là je trouve l’infini, et quand je rebranche le câble côté moteur et pas dans l'armoire ça retombe tout de suite à 0,2, alors là je bûche un peu, j'ai entendu parler de l'impédance des câble mais je sais pas si ça peu jouer sur une mesure d'isolement surtout qu'il fait seulement 20 m de long, avez vous une idée???


merci d'avance.
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • FUN de la Grande Rochette
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 820
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 26 juin 2013 - 22:04

Pour ce qui concerne le principe et la réalisation de mesures de ce type sur les moteurs asynchrones triphasés, ce document te fournit les infos et procédures à suivre. Il est issu du service de maintenance industrielle d'un groupe industriel.

Je n'ai malheureusement pour toi pas l'équivalent pour les moteurs DC Image IPB
Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   dudu 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 152
  • Inscrit(e) : 28-août 10

Posté 27 juin 2013 - 18:24

c'est gentil, j'ai déjà lu des documents similaire de chez leroy somer, ou autre mais ça ne répond pas à mon problème.

le problème est que je sais faire sur un asynchrone car je bossais dans un bureau de contrôle, mais je n'explique pas le résultat sur le moteur de portillon et voudrait avoir un avis d'une personne qui aurai déjà eu ce cas.

par contre pour le moteur continu je n'ai jamais fait ça pendant mes contrôles en industrie, le faire c'est pas le plus dur, mais avec quel méthode et avec des résultat logique.

Ce message a été modifié par dudu - 27 juin 2013 - 18:24 .

0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   elvis.torx 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 20
  • Inscrit(e) : 08-juillet 11

Posté 28 juin 2013 - 10:34

Bonjour,
pour la mesure d'isolement sur un moteur cc, je peux te conseiller la méthode suivante:
En premier, débrancher les câbles d'induit, l'excitation, et tous les câbles reliés aux sondes ou contrôle d'usure balais. Tu peux alors faire ta mesure d'isolement sur l'induit puis sur l'excitation. (Isolement minimum 1000ohms/volt)
Si l'isolement n'est pas bon, tu peux enlever tes balais pour pas qu'ils touchent le collecteur et refaire une mesure sur le bornier, puis sur le collecteur, ce qui va te permettre de savoir si ta baisse d'isolement vient de tes portes balais qui sont sales ou de l'intérieur de ton moteur. Cela permet de savoir ou insister pour le nettoyage.
Pour ton problème d'isolement sur un moteur de portillon, est ce que quand tu branche ton moteur, il n'y a pas un fil du câble qui serait abîmer et qui toucherait la carcasse?

Bon courage
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   dudu 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 152
  • Inscrit(e) : 28-août 10

Posté 28 juin 2013 - 13:29

merci Elvis.torx pour ces infos sur le moteur continu, pour le moteur du portillon j'ai pas fait attention à ça, mais je vais y regarder mais vu le boulot ça ne m'étonnerai pas, encore merci
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 276
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 04 juillet 2013 - 15:21

Mesuré à 500 ou 1000 V? Ou simplement avec le mutlimètre?

Avant d'appliquer une tension d'essai supérieure à la tension nominale il faut s'assurer que ce genre d'essai est admissible car certains matériels, en particuliers électroniques, peuvent être endommagés.
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   dudu 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 152
  • Inscrit(e) : 28-août 10

Posté 04 juillet 2013 - 18:46

 Velro, le 04 juillet 2013 - 15:21 , dit :

Mesuré à 500 ou 1000 V? Ou simplement avec le mutlimètre?

Avant d'appliquer une tension d'essai supérieure à la tension nominale il faut s'assurer que ce genre d'essai est admissible car certains matériels, en particuliers électroniques, peuvent être endommagés.

pour ma part c'est un mesureur d'isolement en 500V, et je le fait débracncher, j'ai appris ça lorsque je travaillais dans un bureau de contrôle et que j'ai cramer une carte électronique sur une porte automatique de magasin, merci à mon formateur d'avoir négliger cette précision, lol
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 276
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 05 juillet 2013 - 00:28

C'est toujours moins dramatique que ce fameux contrôleur de l'ASE qui avait fait d'un coup fait passer de vie à trépas plusieurs vaches d'une étable en raison d'une erreur commise lors d'un contrôle d'installation officiel.

Mais depuis la libéralisation des contrôles des installations électriques en Suisse c'est devenu en partie du très grand n'importe quoi. J'ai assisté à des contrôles en environnement industriel effectués par des contrôleurs qui n'avaient absolument pas le niveau de connaissance requis côté industrie (et encore moins pour ce qui est des ATEX).
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   dudu 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 152
  • Inscrit(e) : 28-août 10

Posté 05 juillet 2013 - 13:21

le problème est que les bureau de contrôle recrute et te font faire les formation de base dans un ou plusieurs métier, pour mon cursus il y avait 6 formation a la suite BT, HT, ERP (établissement recevant du public), gaz, incendie et levage, au final tu ressort de deux mois de formation avec un bourrage de crâne, en suite tu vas sur le terrain avec un collègues qui peaufine la formation et qui relie tes rapports, quand on te juge compétent(au niveau de base) on te laisse produire seul car faut pas oublier que tu as un chiffre à réaliser dans ton année, puis au file du temps et des commandes il faut des formation supplémentaire, alors hop c'est reparti pour le même système, au final tu apprend plein de choses mais tu en maîtrise que très peu sauf ton chiffre à réaliser.

puis le matériel, si il y a beaucoup de commande tu as ton matos réglementaire sinon tu partage avec les autres agences, en passant par une réservation, en espérant que le rdv ne change pas sinon re-galère.


c'est un boulot sympa, mais faut s'investir beaucoup et on ne peu pas non plus faire tout et rien, ou alors il faut se spécialiser que dans un domaine.

je ne jette pas la pierre sur ces bureau de contrôle ou ces métier, mais il y a de du bon et du mauvais, un peu comme partout à mon avis
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 276
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 08 juillet 2013 - 15:50

Avant en Suisse le contrôle était du ressort de l'ASE (Association suisse des électriciens) et de l'Inspectorat fédéral des installations à courant fort. S'agissant alors d'entités sans but commercial et économiquement parlant neutres. De plus elles constituaient des instances de référence unique, ce qui garantissait une bien meilleure cohérence pour ce qui est de la pratique des contrôles et de l'interprétation des textes réglementaires et normatifs.


La libéralisation des contrôles a de surcroît entraîné une conflit d'intérêt, les contrôles étant désormais effectués par des entités à but lucratif. Exemple: Une grande usine fait pression sur le contrôleur pour fermer les yeux sur certains détails car sinon il perd le marché ("le pochain contrôle sera fait par un concurrent" :) ).

La compétence est encore un autre problème.
Je reste d'avis que les contrôles sont absolument justifiés et utiles pour les installations habituelles (logements, artisanat, etc.).
Pour les installations industrielles complexes, surtout s'il y a p.ex. des groupes autoproducteurs, de l'électronique de haute puissance (plusieurs MW) ou en moyenne tension, je ne suis pas convaincu que les personnes effectuant les contrôles aient les connaissances requises car on rentre alors dans des domaines tellement spécifiques que parfois même les normes ne couvrent pas de façon satisfaisante.
Même dans le domaine ATEX pourtant assez courant et coonu dans certaines industries, la plupart des contrôleurs n'ont pas les connaissance suffisantes.

Il y a tellement de domaines différents qu'un contrôleur devrait se spécialiser car il est impossible de tout maîtriser. Après il faut aussi aimer la paperasse car pour chaque non-conformité il faut rechercher la référence normative.
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   dudu 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 152
  • Inscrit(e) : 28-août 10

Posté 22 novembre 2013 - 20:36

salut à tous, je reviens sur le sujet, nous avons eu l'entreprise qui nous installe les armoires élec et qui gère la programmation et mise en route des appareils,j'en ai donc profiter pour lui demander la méthode à suivre, sachant que la personne est un ancien électricien d'une grande station, je peux lui faire confiance, il en a vu plus que moi.

-débrancher dans l'armoire les câble sur les bornes + et -, en faisant attention car dans certaine armoire les bornes d'alimentation de celle ci se trouve à côté, donc dans ce cas couper l'alim au TGBT
-ouvrir la plaque à borne du moteur, et procéder à la mesure d'isolement entre la terre et les bornes A1, puis B2, puis l’excitation
-si l'on descend au dessous de 2 MOhm, il faut envoyer le moteur en révision, mais avant on peu essayer un gros nettoyage pour récupérer un peu d'isolement


pour la tension de mesure d'isolement, nous avons un moteur continu de 500V, donc on peut faire l'isolement en 500V ou en 1000V ce qui rendra encore plus fin le résultat. si le moteur à une tension d'utilisation inférieur, il faut donc faire la mesure uniquement en 500V

pour le nettoyage, il faut ouvrir tout les trappes, enlever les filtres et prendre un gros compresseur style de chantier, afin de bien souffler les petit recoin ou vienne se nicher tout le graphite, il existe aussi un produit de nettoyage projeter sous pression et qui s'évapore asse vite, il ne reste plus qu' a finie de nettoyer dans le bas du moteur avec un chiffon.

j'espère avoir été clair dans mes explications et que cela puisse en aider d'autres aussi.

ps: maintenant j'ai une nouvelle question sur le rodage des balais moteur et leur remplacement, c'est à dire un part un ou ligne par ligne, si quelle qu'un aurai cette info, merci d'avance.

Ce message a été modifié par dudu - 22 novembre 2013 - 20:44 .

0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 276
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 25 novembre 2013 - 00:10

On peut aussi mesurer l'index de polarisation. Voir p.ex. ici:
http://www.electrica...arisation-index

La révision d'un moteur asynchrone standard ou transnormalisé à ventilation extérieure (c.à.d. sans échange d'air entre l'intérieur et l'extérieur du moteur), soit la vaste majorité de tous les moteurs triphasés en service dans le monde, est triviale, elle se résume à remplacer les roulements et éventuellement faire un nettoyage si nécessaire.

Si les conditions de place le permettent, on peut remplacer les roulements de grands moteurs sur site, il faut l'outillage pour extraire les roulements et de préférence un dispositif de chauffage inductif mobile car le montage des roulements se fait à chaud (sauf pour les très petits moteurs pour lesquels on peut dans certains cas les monter à la presse). Le démontage est très simple, on dévisse les deux flasques terminales et, selon le montage des roulements, on retire soit les deux flasques en laissant le rotor reposer dans le stator, soit on retire le rotor avec une flasque encore sur l'arbre (en utilisant des tubes et des dispositifs de levage afin que le rotor ne frotte pas dans le stator lorsqu'on le retire).
Il faut faire attention à la façon dont sont maintenus les roulements et le ventilateur, le cas échéant il faut démonter des dispositifs annexes genre codeur, ventilation forcée, frein, etc. mais le remplacement de roulements peut être fait en interne si on a des gens un tant soit peu compétents ainsi que l'outillage requis.

Dans le cas de contaminations importantes on peut nettoyer le rotor et le stator au moyen de produits appropriés qui ne laissent pas de résidus et qui n'attaquent pas l'isolation, le cas échéant dans une machine à laver industrielle (suivi d'un séchage au four).


Les moteurs à courant continu sont plus délicats côté maintenance car d'une part ils se salissent beaucoup plus en raison de la ventilation à circuit ouvert (sauf en cas d'échangeur de chaleur mais dans ce cas il reste quand même la poussière des charbons et du collecteur) et d'autre part il a le collecteur et les charbons.

A mon avis les indications de tension d'essai ne sont pas correctes. On peut commencer par une tension plus faible que celle exigée pour voir mais l'essai déterminant doit se faire à une tension d'au moins 1000 V (typiquement env. 1050 V réels) et en aucun cas seulement à 500 V pour un moteur alimenté en 400 V ou plus.

La mesure devrait se faire à froid et en aucun cas à chaud à la sortie du four de séchage (non seulement la mesure est faussée mais ce n'est pas bon pour les isolants malgré la cicatrisation).

Les charbons se remplacent, il faut les roder pour leur donner la forme arrondie. Ne pas dérégler le porte-charbons, sauf si les charbons crachent des étincelles excessives (suivre la procédude réglage, je ne l'ai plus en tête dans les détails).

Le collecteur est à tourner seulement si nécessaire car cela diminue son diamètre. S'il est encore en ordre, ne pas enlever la patine. Après le tournage du collecteur, refaire les encoche à la meule au diamant puis ébavurer proprement. Là également il faut roder (il y a notamment des craies prévues pour).


En Suisse les grands moteurs courant continu deviennent de plus en plus rares, justement en raison de la maintenance. On en trouve encore beaucoup dans les RM construites le millénaire passé, dans l'industries il y a en encore mais de moins en moins. Les nouvelles installations sont très rares mais existent (p.ex. bancs d'essai).

Dans la gamme des basses puissances jusqu'à env. 200 kW (voire plus, p.ex. si refroidissement à eau) on peut recourir à des servomoteurs AC lorsque les moteurs asychrones habituels ne sont pas assez dynamiques et pour les puissance supérieures les applications servo sont rares. Dans des cas très particuliers, dont les RM ne font pas partie, le courant reste une option valable.
Pour une RM neuve, depuis env. 2000-2002 cela n'avait plus de sens d'installer un entraînement courant continu.

Ce message a été modifié par Velro - 25 novembre 2013 - 00:16 .

0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   elvis.torx 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 20
  • Inscrit(e) : 08-juillet 11

Posté 29 novembre 2013 - 11:12

Pour remplacer des balais sur un moteur CC, il vaut mieux changer un balais par rangée, car en règle général, ils sont livrés bruts sans la forme du collecteur. (bien que si on donne le diamètre du collecteur, certains fabriquants peuvent livrer des balais pré formés)
Il est préférable de le faire hors saison, car il faut un moment avant qu'ils soient rodés.

Les moteurs CC des RM fonctionnent dans un milieu particulier ou les conditions atmosphériques jouent sur la durée de vie des balais. Ils se peut qu'une usure rapide des balais soit dut à une nuance de balais mal adaptée a ces conditions. (qui peuvent varier d'une RM a l'autre même dans la même station.

Une autre cause d'usure prématurée des balais peut être le nombre de balais qui n'est pas adapté par rapport au courant consommé par le moteur. Il faut calculer le nombre de balais nécéssaire par rapport au courant max mesuré pendant les essais en charge. On trouve cette formule de calcul dans les notices des constructeurs moteurs ou RM (Poma dans une de ces notice sur les moteurs CC donne aussi cette formule par constructeur moteur)

Soit dit en passant, si le moteur présente une belle patine et une usure normal des balais, surtout ne rien changer!

Pour compléter par rapport a ce qu'a dit Velro par rapport a la disparition progressive des moteurs CC au profit des moteurs asynchrones, il faut dire qu'en France, EDF a sortie une directive qui visent a diminuer la pollution des réseaux et contraint les industriels a limiter cette pollution. Les moteurs CC étant des gros "pollueurs" en matière d'harmoniques, les constructeurs de RM se sont donc tournés vers les moteurs asynchrones.
On arrive aujourd'hui vers une troisième génération d'entrainement, avec les moteurs lents entrainant directement la poulie (sans réducteur).
A priori déja bien utilsé sur les RM en Suisse et Autriche, le premier appareil de ce type se fait en France cette année. Je crois que c'est un télécabine a Morzine mais a confirmer...
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   johnnyclegg 

  • TSD4 du Plan du Four
  • Groupe : Membres
  • Messages : 214
  • Inscrit(e) : 26-septembre 12

Posté 29 novembre 2013 - 13:33

Bonjour,

Oui, effectivement la nouvelle TCD10 du PLENEY à MORZINE est pourvue du "direct drive".....

Est-ce une première en France??????

Peut-être????

;)
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   dudu 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 152
  • Inscrit(e) : 28-août 10

Posté 30 novembre 2013 - 12:49

merci à vous pour ces réponse, même si j'ai pas tout compris,j'ai pu prendre quelques info importante quand même, lol.
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)