Forums Remontées Mécaniques: Le câble : aspects techniques - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

  • 4 Pages +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Le câble : aspects techniques Description et fonctionnement

#1 L'utilisateur est hors-ligne   pap's 

  • DMC du Pontillas
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 077
  • Inscrit(e) : 03-janvier 05

Posté 21 mai 2006 - 13:15

Le cable:

Le cable principal est un porteur-tracteur et constitue une boucle fermée par une épissure.
Il est multitorons à ame textile ou plastique (ame compacte).

Son diamètre sur épissure ne doit pas excéder 1,15 fois le diamètre nominal du cable (fermeture des attaches),
ou 1,10 si l'installation n'est pas équipée d'un dispositif interdisant le couplage dans la zone d'épissure.

Le cable tracteur est généralement constitué par des torons qui sont :
-formés d'un fil central et d'une ou plusieurs couches de fils,
-cablés en hélice en une ou plusieurs couches autour de l'ame.

Les torons:

-Les torons sont composés de fils parallèles.

-Fils parallèles veut dire que toutes les couches de fils sont toronnées au meme pas,
autour du fil central du toron, pour que les contacts entre les fils et entre les couches
soient linéaires : ceci évite ainsi les indentations qui affaiblissent les cables.
D'autre part, les fils d'une couche supérieure sont placés dans les creux existant
entre les fils de la couche inférieure, ce qui permet un remplissage maximum.

-Torons de 1+8+8 fils:
Image IPB

Torons de 1+6+6+12 fils : pour que les 12 fils extérieurs reposent dans des creux,
6 fils de remplissage sont placés entre la première couche de 6 fils et la couche extérieur:
Image IPB

Ame centrale du cable:

-L'ame est le support autour duquel sont enroulés les torons.

-Ame textile : elle est constituée de fibres tressées et forme en quelque sorte une
corde axiale.

-Ame compacte : c'est une ame plastique formée à chaud sous une tension
parfaitement calibrée.
Le cable bénéficie ainsi d'une stabilité quasi-définitive, en diamètre et en longueur.
Les torons sont parfaitement soutenus par l'ame qui porte leur empreinte.

Cablage:

Cablage ordinaire et cablage parallèle:

Les cables de construction ordinaire sont composés de fils de meme diamètre.
Ils sont cablés de sorte que tous les fils de toutes les couches aient à peu près la
meme longueur. De cette manière, tous les fils du cable travaillant à la traction sont
soumis à une charge presque uniformément répartie.

Dans les torons à cablage "ordinaire", les fils de deux couches forment entre eux un angle:
Image IPB

Dans les torons de fils cablés parallèlement, les fils d'une couche supérieure viennent
se placer dans les gorges formées par les fils de la couche inférieure:
Image IPB

Sens et genre de cablage:

1) Sens du cablage. On distingue des torons cablés à droite et à gauche, selon
le sens de cablage des fils. Le sens du cablage est défini de la meme de la meme façon
que celui du filetage des vis.

2) Genre de cablage. Dans les cables à torons, on différencie les cables à cablage
croisé et ceux à cablage parallèle. Pour les cables à cablage croisé, les fils dans les
torons et les torons dans le cable sont cablés en sens inverse. Pour les cables à
cablage parallèle, les fils dans les torons ont le meme sens que les torons dans le cable:
Image IPB

Les cables à cablage croisé ont moins facilement tendance à se boucler que ceux à
cablage parallèle. Dans bien des cas, on préfère cependant le cablage parallèle par
suite de sa plus grande flexibilité et sa plus grande longévité.

VRILLAGE : c'est un phénomène qui se caractérise par une rotation du cable sur
lui-meme lors de son passage sur les poulies et galets.

Exemples de cablage:

-Cablage Lang : Le toronnage des fils et le cablage des torons sont exécutés dans le
meme sens. Cela permet au cable de présenter des fils extérieurs avec une surface
de contact plus grande que dans le cablage croisé et ainsi d'augmenter sa résistance
à la flexion.

-Cablage préformé : Les fils et les torons sont mis par avance à la forme qu'ils
occupent dans le cable, lors de la fabrication. Cette technique permet de réaliser un
cable inerte sans tension, afin d'en faciliter la pose et l'épissure.


Réalisation d'une épissure:

a) mesurer le diamètre du cable et calculer la longueur de l'épissure.
:GMM: Préparer les deux extrémités:
-mesurer à partir de l'extremité de chaque cable une longueur égale à la moitié
de la longueur de l'épissure et liguaturer en A et B qui seront les points de mariage:
Image IPB

c) préparation du mariage:
Image IPB

d) réalisation du mariage et raboutement des ames sous le mariage:
Image IPB

e) répartition des torons:
Image IPB

f) positionnement des noeuds:
Image IPB

Image IPB

g) Préparation des torons:
-les redresser:
Image IPB

-les habiller pour que leur diamètre soit égal au diamètre de l'ame
Image IPB

-les couper à la bonne longueur:
Image IPB

h) Rentrée les torons en commencant par celui allant dans le sens de défilement
du cable,on commencera par les noeuds proches du mariage
Image IPB
Image IPB

i) Mise en position du 2ème épissoire qui permettra de rentrer le toron D1
Image IPB

(source:recueil des conducteurs de téléporté monocables à attaches découplables du sntf,
et lycée de saint michel de maurienne/valmeinier)

Règlementation:

reportez vous sur le fascicule1 du strmtg ici
de la page 62 à 71
et sur le 2ème ici
de la page 37 à 44.
voila, j'éspere vous avoir aidés pour comprendre l'épissure,je ferais une mis à jour
prochainement pour expliqué le racourcissement de cable ;)
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   fufu 

  • FUN des Marmottes III
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 595
  • Inscrit(e) : 21-septembre 05

Posté 21 mai 2006 - 16:35

Merci merci beaucoup Pap, pour ce très beau dossier :GMM:
Un gros travail de ta part ;)
Cela faisait longtemp que je voulais en savoir (beaucoup) plus sur les épissures, je suis maintenant rassié !
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Geofrider 

  • 3S Peak 2 Peak
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 8 260
  • Inscrit(e) : 01-août 05

Posté 21 mai 2006 - 16:59

Merci Pap pour ce dossier très interessant sur cette opération délicate qu'est l'épissurage du cable ;) :GMM:
Vive la neige et la montagne
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   un montagnard 

  • TSF3 de Massebœuf
  • Groupe : Membres
  • Messages : 146
  • Inscrit(e) : 25-mai 05

Posté 21 mai 2006 - 18:26

Merci pap pour ce dossier sur le câble et son épissure.
Dossier très intéressant et simple à comprendre: Bravo !
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   91@g 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Reporters
  • Messages : 1 288
  • Inscrit(e) : 13-mai 06

  Posté 21 mai 2006 - 18:38

Moi qui m'interrogeait : "Mais les épissures, ça se fait comment ?".
Ben là, j'ai la réponse !

Un grand bravo à ton dossier qui m'a appris plein de choses ! ;) :GMM:
91@g
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Satellit 

  • DMC du Pontillas
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 181
  • Inscrit(e) : 30-avril 05

Posté 22 mai 2006 - 19:58

Bravo et merci beaucoup pour ce très beau travail Pap ! ;)

C'est très interessant cette opération et il est incroyable de se dire que le câble est (quasiment) aussi resistant au niveau de l'épissure qu'ailleurs !

Donc bravo aux épissureurs ! :GMM:
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   jacky carlingue 

  • TCD12 du Prorel
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 739
  • Inscrit(e) : 30-avril 06

Posté 27 mai 2006 - 21:35

Bavo Pap pour ce dossier!

Bien que je n'ai jamais pu assister à l'épissurage d'un câble (à mon grand regret...)

J'avais demandé à un exploitant comment était évité l'embrayage d'une pince sur la zone d'épissure.

La reponse de ce "vieux baroudeur" des RM me laissa pantois: une "pastille radioactive" (à faible activité bien sur!) était inséré dans la "zone interdite" et était détectée à l'entrée de la gare.

La vitesse du câble étant connue, le développement de la poulie aussi etc etc, une fois la longueur de l'epissure passée, l'embrayage pouvait reprendre!!!

Quelqu'un as t'il des infos sur un système analogue?

A+

JC

Ce message a été modifié par jacky carlingue - 27 mai 2006 - 21:36 .

0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   fufu 

  • FUN des Marmottes III
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 595
  • Inscrit(e) : 21-septembre 05

Posté 27 mai 2006 - 22:45

En effet -_-

les pastilles radio-actives sont régulièrement utilisées afin de reperer un point particulier du cable, en particulier, cmme tu l'évoques, les épissures.

Que l'on se rassure, il n'est pas question de couler dans le cable un morceau de Tchernobyl, mais bien d'avoir un point détéctable par sa (Faible, très faible) radioactivité. Dites vous bien que tous les gadgets fluoresents, qui brillent légèrement dans le noir, que l'on peut avoir sont radio-actifs, et c'est pour cela qu'ils emettent de la lumière.

Qu'entends-tu par "l'embrage peut reprendre" ? Il est quand même pas stoppé tout net si al pastille se pointe ! Ce que j'avais en tète était que la présence de la pastille agissait sur le cadenceur, pour retarder le siège...
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   91@g 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Reporters
  • Messages : 1 288
  • Inscrit(e) : 13-mai 06

  Posté 28 mai 2006 - 15:55

Citation

Qu'entends-tu par "l'embrage peut reprendre" ? Il est quand même pas stoppé tout net si al pastille se pointe ! Ce que j'avais en tète était que la présence de la pastille agissait sur le cadenceur, pour retarder le siège...

A mon avis ça se passe effectivement sur le cadenceur.
Il doit y avoir un capteur, qui signale au cadenceur qu'il y a l'épissure qui arrive, et voilà.
Ca doit être un truc comme ça.

Mais si ça se trouve, on se trompe complètement... -_-
91@g
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   scorp1350 

  • TSD4B des Jasseries
  • Groupe : Membres
  • Messages : 271
  • Inscrit(e) : 13-avril 05

Posté 28 mai 2006 - 18:51

Ca me choc un peu ce que vous dites pas la pastille mais le fais qu'il y ait un calcul pour recandancer le siege personnellement je penses pas que cela ce face d'ailleur cet hiver sur le tsd 6 bachat boulout de chamrousse le siège sur le quel je me trouvait était embrayer sur une partie de l'épissure voir la photo prise du siège.

Image IPB
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   jacky carlingue 

  • TCD12 du Prorel
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 739
  • Inscrit(e) : 30-avril 06

Posté 28 mai 2006 - 20:24

fufu, le 27 05 2006, 21:45, dit :

Qu'entends-tu par "l'embrage peut reprendre" ?

Bonsoir,

Vous aurez tous corrigé de vous même ma faute de frappe, excusez moi!

Sans doute me suis-je fais mal comprendre mais effectivement, je voulais bien dire que le capteur passait l'info au cadenceur afin qu'aucun véhicule ne soit embrayé sur l'épissure...

JC
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Satellit 

  • DMC du Pontillas
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 181
  • Inscrit(e) : 30-avril 05

Posté 28 mai 2006 - 20:58

Ce système est original ! :Leitner:
Mais je croyais que l'épissure ne posait aucun problème particulier et que le câble était aussi résistant à cet endroit qu'ailleurs ? -_-
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   pap's 

  • DMC du Pontillas
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 077
  • Inscrit(e) : 03-janvier 05

Posté 28 mai 2006 - 23:58

l'epissure ne gene nullement l'embrayage dessus,je vous comprend pas du tout la...
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   dj_jean_jean 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 5 331
  • Inscrit(e) : 29-janvier 06

Posté 29 mai 2006 - 00:02

surtout que retrouver une épissure sur un câble est casiment mission impossible (appart lors des controles magnétographique, mais bon le câble ne tourne pas à 5m/s à se moment là)
reportages prévus :
- Valloire : TKD Chateau ripaille, TKD Sea, TKD Verneys, TC8 Crêt de la Brive (Refonte)
- Courchevel : TKD Pyramide 1 & 2
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   fufu 

  • FUN des Marmottes III
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 595
  • Inscrit(e) : 21-septembre 05

Posté 29 mai 2006 - 12:44

1/ L'embrayage sur l'épissure ne pose, en effet, aucun problème. La pince est dimensionnée pour que son action soit aussi efficace à ce niveau. La grande majorité des instalations se contre-fichent de savoir si le siège embraye sur l'épissure ou pas
2/ En revanche, j'ai régulièrement lu et entendu qu'il était quand même raisonnable d'eviter une telle situation (Des conséquences, si faibles soient-elles sur le long terme, peut-être ?). D'ou des dispositions particulières qui auraient été prises sur les instalations recentes
2/ L'hypothèse d'un leger recadencement du siège est à verifier, rien ni personne ne nous l'a confirmé

-_-
0

#16 L'utilisateur est hors-ligne   Tams 

  • TSD4B des Jasseries
  • Groupe : Membres
  • Messages : 271
  • Inscrit(e) : 21-septembre 05

Posté 29 mai 2006 - 13:24

fufu, le 27 05 2006, 21:45, dit :

En effet :Leitner:

les pastilles radio-actives sont régulièrement utilisées afin de reperer un point particulier du cable, en particulier, cmme tu l'évoques, les épissures.

Que l'on se rassure, il n'est pas question de couler dans le cable un morceau de Tchernobyl, mais bien d'avoir un point détéctable par sa (Faible, très faible) radioactivité. Dites vous bien que tous les gadgets fluoresents, qui brillent légèrement dans le noir, que l'on peut avoir sont radio-actifs, et c'est pour cela qu'ils emettent de la lumière.

Qu'entends-tu par "l'embrage peut reprendre" ? Il est quand même pas stoppé tout net si al pastille se pointe ! Ce que j'avais en tète était que la présence de la pastille agissait sur le cadenceur, pour retarder le siège...

Astucieux, le principe de mettre une pastille radioactive pour repérer l'épissure...
Je pense plus que ce soit utile pour faire un éventuel raccourcissement de cable afin de trouver l'endroit où une épissure avait déja été faite et donc raccourcir le cable à cet endroit..., plutot que pour éviter qu'un siège embraye dessus...
Je vous raconte pas le bordel sinon....
Je doute que cette pastille serve a éviter d'embrayer sur la zone d'épissurage...
5m/s c'est si rapide, que au moment ou la pastille sera repérée en gare, elle sera aussitot en ligne....
Je m'explique :
admettons que la pastille soit sur la compressions d'entrée en gare aval, et que un siège soit sur le point de s'élancer dans le lanceur (le siège ayant déjà passé le cadenceur)
et bien à 5m/s, lorsque la pastille va rentrer en gare aval , elle va etre détectée mais le siège sera dans le lanceur, et donc il embrayera sur l'épissure.....


et juste une parenthèse pour fufu -_- je ne suis pas sur que la fluorescence soit due à la radioactivité...
0

#17 L'utilisateur est hors-ligne   Thomas 

  • -.-
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 8 213
  • Inscrit(e) : 05-décembre 04

Posté 29 mai 2006 - 13:31

Comme le dis Tams, je ne pense pas que vu ou est placé le cadenceur, on puisse décadencer un siège une fois l'épissure détectée en entrée de gare, ça va trop vite ...

Sinon, on a pas besoin de ces pastilels radioactives pour détecter l'épissure je pense.. on la voit à l'oeil nu en général ...

sinon, en effet, les pinces sont conçues pour un embrayage sur un diamètre plus faible que le diamètre nominal, mais également plus élevé ..
Working together keeps our ropeways in motion
0

#18 L'utilisateur est hors-ligne   Gabs 

  • TK de Chariande
  • Groupe : Membres
  • Messages : 13
  • Inscrit(e) : 03-mars 05

Posté 08 octobre 2006 - 22:56

La seul gène (si s'en est une) lorsque la pince embraye sur l'épissure (ou à proximité) est le fait que lors du passage sur un compression, S-C ou même support les à-coups seront plus important qu'à l'accoutumer.
Mais cela n'à pas plus de risque qu'autres choses, forte heureusement, de tte façon ça ce saurait.
In RM's we trust
0

#19 L'utilisateur est hors-ligne   pubs.doudou 

  • TSF2 du Glacier des Bossons
  • Groupe : Membres
  • Messages : 133
  • Inscrit(e) : 12-novembre 05

Posté 09 octobre 2006 - 23:52

Tout d'abord un grand merci à pap's pour ce dossier qui est très complet.

En ce qui concerne l'embrayage d'une pince sur l'épissure cela n'est plus un problème depuis l'apparition d'un pinces "T" chez ;) (je ne peux pas parler des autres constructeurs car je ne connais pas depuis quand ils acceptent qu'une pince embraye sur l'épissure).

Cela nous ramène donc en 1982/1983. De puis la mise en service des pinces "T", les mors sont capables de serrer le câble de la même manière à 1.10 qu'à 1.00 fois le diamètre nominal (du câble).

Avant ce type de pince, les débrayables étaient équipés de pinces "S", et dans ce cas l'embrayage d'une pince sur l'épissure était réglementairement interdit (je pense que cela vient de la constitution de la pince). Les cabliers ont donc eu l'idée d'insérer 2 pastilles radioactives, l'une avant le 1er noeud, l'autre après le dernier noeud. La détection s'opérait grace à un capteur situé dans un tube d'environ 1m de long traversé par le câble.

Dans les premiers systèmes de ce genre (télécabines des années 60/70 principalement - il y avait très peu de TSD), un klaxon retentissait le temps du passage de l'épissure dans le tube, et le conducteur tirait une poignée qui reliée à une câblette faisait tomber un patin qui obstruait le rail en sortie de contour (pour rappel le cheminement dans les contours était pûrement gravitaire - il n'y avait ni chaine, ni pneus, ni même encore de dispositif de cadencement). Une fois l'opération terminée il relevait le dispositif et la cabine bloquée partait toujours pas gravité dans le lanceur.
Un peu plus tard (milieu des années 70), ou lors de modifications à l'initiative de certains exploitants, fut rajouté un pneu en sortie de contour. Ce pneu était entrainé par un petit motoréducteur alimenté en permanence, et coupé le temps du passage de l'épissure (il fonctionnait de la même manière que ceux que nous connaissons aujourd'hui, c'est à dire par contact avec la pince à la différence près qu'il n'y avait pas de traverse d'entrainement - la zone d'appui était le corps de pince à l'emplacement des empruntes d'accrochage du câble à olives).

Peut-être que quelqu'un à des photos de ce dispositif ?

Pour répondre à un autre post, les pastilles radioactives ne servent pas à repérer l'épissure (lors d'une opération de raccourcissement). Malgrè le plus grand soin apporté par les épisseurs, elle se voit obligatoirement. D'ailleurs c'est bien utile car c'est une portion du câble qui doit être contrôlée visuellement en marche lors d'une visite hebdomadaire, et les noeuds sont mesurés à l'occasion de chaque magnéto du câble afin de s'assurer qu'il n'y a pas de diminution significative du diamètre du câble à cet endroit.
0

#20 L'utilisateur est hors-ligne   fufu 

  • FUN des Marmottes III
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 595
  • Inscrit(e) : 21-septembre 05

Posté 10 octobre 2006 - 18:00

Merci à toi pour ces renseignements très interessants ! ;)

Particulièrement le dispositif pour retarder la cabine, c'était certes sioux mais ingenieux, il fallait être un poil attentif...
0

  • 4 Pages +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)