Forums Remontées Mécaniques: La télécabine automatique Poma SP4 - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

  • 2 Pages +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

La télécabine automatique Poma SP4

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Lolo42 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 754
  • Inscrit(e) : 19-septembre 07

Posté 12 avril 2012 - 10:57

Image IPB



Dans l'euphorie des olympiades hivernales de Grenoble à venir, la décennie 1960 voit, en France, le développement du tourisme de neige de masse. C'est l'époque des « plans neige », où de nouveaux domaines skiables émergent chaque année et où la production de remontées mécaniques atteint un rythme industriel... Des constructeurs voient le jour, de nouveaux produits également… En particulier la famille des télécabines (et autres télévoitures ou télégondoles) qui, depuis le premier exemplaire mis en place en 1949 à Alagna en Italie, par Carlevaro & Savio, se développe désormais un peu partout. En France, un premier exemplaire installé par la société Câbles et Monorails de Pierre Mancini, a vu le jour à Villard-de-Lans dès 1951, et depuis, d'autres constructeurs français comme Applevage, Neyret-Beylier ou la SACMI proposent également leur propre gamme de télécabine.

Jean Pomagalski, qui conçoit depuis 1936 des téléskis et qui a créé en 1947 sa propre société de construction de remontées mécaniques, est pleinement conscient du potentiel commercial de ces nouveaux produits débrayables. Son entreprise dispose de nouveaux locaux qui occupent 20 000 m² à Fontaine, dans la banlieue grenobloise, mais ne produit, pour l'heure, que des téléskis à perches et des télésièges à pince fixe. Grâce à un partenariat réalisé avec la société Sigma Plastique, Poma équipe depuis déjà quelques temps certains de ses télésièges de bulles de protection légères avec jupe en fibres de verre et cockpit en plexiglas. De la capote de protection pour siège à la cabine intégrale, il n'y a pour cet ingénieur inventif qu'un pas...

Image IPB
Un logo de l'entreprise Poma célèbre l'arrivée prochaine des Jeux olympiques à Grenoble. (Coll. Laurent Berne)


Image IPB
M. Bischoff, modeleur à Fontaine, qui a réalisé les premier modèles de capote pour moulage par Sigma,
pose sur un siège équipé d'une jupe en verre et polyester et d'un cockpit en plexiglas. (F. Tauzin, coll. Laurent Berne)


La décision de réaliser un « produit télécabine » est prise début 1965 à l'occasion d'une réunion dans le bureau de Jean Pomagalski en présence de Roger Laurent (ingénieur des ponts et chaussées et dirigeant de la SACMI) titulaire de brevets de pinces débrayables, Paul Genin (fondateur de Sigma Plastique) et Francis Tauzin (ingénieur, directeur Sigma Plastique). Plutôt que de copier la concurrence et leurs lourdes cabines métalliques, Jean Pomagalski va ingénieusement chercher à s'inspirer des capotes en matériaux composites déjà fournies pour ses télésièges par Sigma. Il souhaite une cabine pouvant accueillir quatre personnes, originale, aérodynamique, légère mais robuste, et surtout, à petit prix.

Roger Laurent, ingénieur des Ponts et Chaussées, a mis au point dès 1954 une première pince débrayable pour téléportés : la RYL. En association avec Applevage, il a déjà installé plusieurs télécabines dans les Alpes et les Pyrénées, dispose de toutes les compétences nécessaires à la réalisation d'attaches débrayables.

Une nouvelle pince dite S est élaborée en août 1965 pour Poma par Roger Laurent et la SEMEM, créée par des ingénieurs Applevage sous la direction de M. Barachet, dont l'équipe a intégré la SACMI et qui deviendra le responsable "débrayables" chez Poma. La pince S s'articule autour d'une biellette permettant l'ouverture du mors au passage d'une came ; ce dit mors étant maintenu fermement serré au câble en ligne grâce à l'action de deux ressorts emprisonnés dans un carter. Chaque cabine disposera d'un chariot équipé de deux pinces S.

Image IPB
Chariot équipé de deux pinces « S ». (Coll. Laurent Berne)


Image IPB
Plan du brevet de la Pince S déposé en 1965.


Francis Tauzin est, pour sa part, chargé de concevoir les plans de la cabine. L'ingénieur de Sigma livre ses premiers dessins d'une cabine dite « SP3 » au printemps 1965.

La cabine repose sur un corps central fixe en métal (supportant le plancher et deux assises de deux places se faisant face) directement solidaire de la suspente. L'ensemble est emprisonné par deux demi-coques réalisées en composite moulé ; fini l'usage de carrosseries en duraluminium, et place aux matériaux légers et rapides à assembler. La technique de fabrication est le "moulage au contact" sur des demi-moules eux même en composite polyester/fibres de verre. Après application d'un démoulant sur le moule on l'enduit de gel-coat coloré (de la résine polyester qui constituera l'aspect extérieur) puis en alternance on dépose des renforts en fibre de verre (toiles tissées prédécoupées) et de la résine polyester.

Les coques sont équipées de quatre larges vitrages en plexiglas au travers desquels les passagers ont tout loisir d'admirer le paysage durant la montée. Elles peuvent recevoir diverses couleurs au choix. Sur l'arrière, un tube en Y remontant le long de l'habitable fait office de pare-chocs lorsque les cabines se rapprochent en gare.

Sous le plancher, est prévu un système à ressort de traction qui assure l'ouverture : en gare, les coques s'entrebaillent ainsi de façon automatique au passage d'une came, et dégagent un accès latéral permettant l'embarquement et le débarquement. La fermeture est prévue manuellement, avec un verrouillage situé également sous le plancher que le personnel doit actionner une fois les clients installés.


Image IPB
Schéma de principe d'une cabine dessiné par Francis Tauzin.


Une cabine verte prototype est finalisée par Francis Tauzin et trois autres compagnons de Sigma en juin 1965. L'ensemble pèse seulement 125 kg ; une prouesse en comparaison des lourdes cabines métalliques produites jusqu'alors par la concurrence, et qui autorise le remplacement des véhicules biplaces d'installations existantes par ces véhicules quadriplace. Ce prototype est monté en va-et-vient avec deux pinces fixes de télésiège sur un câble de service qui est tendu en direction de la falaise qui domine les ateliers Poma. Le brevet est déposé au nom de Tauzin, conjointement par Sigma et Poma et la commercialisation du produit est lancée.

Image IPB
Première cabine prototype en juin 1965 installée en va-et-vient à l'entreprise Poma. (F. Tauzin, coll. Laurent Berne)


Image IPB
Les hôtesses de l'entreprise Pomagalski testent la cabine prototype. (F. Tauzin, coll. Laurent Berne)


Image IPB
Premières cabines dans les ateliers Sigma Plastique. (F. Tauzin, coll. Laurent Berne)


Image IPB
Des publicités paraissent dans la presse spécialisée pour le lancement du produit. (DR, coll. Laurent Berne)


La première commande est passée pour la Daille à Val-d'Isère. Durant 1966, la SACMI réalise la mécanique de débrayage ainsi que les pylônes en treillis en croix, identiques à ceux qui équipaient ses télécabines, mais avec des balanciers et des potences de décablage revus. En parallèles, les premières cabines sortent des ateliers Sigma. L'engin prototype de la Daille est livré et testé en exploitation publique durant la saison 1966-1967. Très vite des défauts apparaissent cependant : les cabines vibrent énormément, manquent d'aération, et surtout, en fin de journée, le personnel d'exploitation en a plein les bras de fermer et verrouiller par le bas les deux coques de chaque cabine en sortie de gare.

Image IPB
La télécabine "semi-automatique" prototype de la Daille à Val-d'Isère. (coll. Laurent Berne)


Franciz Tauzin et Jean Pomagalski réfléchissent donc à un mécanisme de fermeture automatique. Le principe d'un levier vertical qui agit sur un jeu de biellettes à genouillères est finalement retenu après plusieurs semaines de discussion. Toutes les cabines de la Daille sont alors rapatriées pour être modifiées. On les équipes du système et on en profite pour modifier la chape de suspension. Des petites trappes d'aérations manuelles sont également rajoutées en plafond. Ce nouveau modèle de cabine, plus évolué, reçoit le nom définitif de « SP4 ».
L'appareil, cette fois réellement « automatique », rouvre modifié pour la saison 1967-1968, rejoint par les télécabines de Queenstown en Nouvelle Zélande (qui reste, elle, à fermeture manuelle), de Pierre-sur-Haute à Chalmazel (Loire) et de la Masse aux Menuires (Savoie) qui intègrent d'origine ces modifications sur les cabines.

Image IPB
Schéma de principe du système d'ouverture automatique inventé par Francis Tauzin avec poignée d'ouverture intérieure
en cas d'évacuation (dispositif supprimé par la suite).


Image IPB
Modification de la jonction suspente-cabine pour minimiser les vibrations.


Image IPB
Cabine à fermeture automatique et suspente antivibrations à Chalmazel. (DR, coll. Laurent Berne)


Image IPB
La télécabine de Pierre-sur-Haute à Chalmazel : premier appareil SP4 automatique avec la Masse aux Menuires. (CG42, coll. Laurent Berne)


Rapidement, le succès est au rendez-vous. Les commandes affluent dans les Alpes, les Pyrénées, mais également en Iran, ou le centre de ski de Dizin commande un premier appareil. En trois ans pas moins de 18 exemplaires sont livrés par Poma !

Image IPB
Listes des télécabines Poma SP4 construites dans les années 1960.


Image IPB
Cabines SP4 avant expédition dans les ateliers Sigma Plastique. (F. Tauzin, coll. Laurent Berne)


Image IPB
Cabines SP4 sur camion, prêtes à être livrées. (F. Tauzin, coll. Laurent Berne)


Image IPB
Cabines démontées pour expédition par conteneurs à Dizin en Iran. (F. Tauzin, coll. Laurent Berne)


Image IPB
Poma imagine le futur. (coll. Laurent Berne)


A partir de 1976, les SP4 sont remplacées sur les nouveaux appareils par des cabines SP76 offrant un espace intérieur légèrement supérieur ; elles sont reconnaissables à leurs deux vitrages panoramiques venant en remplacement des quatre vitrages originels. Avec le temps, ces célèbres « œufs » SP4 et dans une moindre mesure, SP76, ont acquis le statut de véritables objets iconiques. Elles font aujourd'hui partie du parfait cliché de l'équipement touristique de montagne et s'arrachent à prix d'or chez certains brocanteurs.

Image IPB
Cabines SP76 installée en remplacement des SP4 sur la télécabine du Pierre-sur-Haute. (Laurent Berne)


Mes remerciements à Francis Tauzin, père des cabines SP4, pour ses explications, ses photos et ses schémas.

Quelques authentiques télécabines SP4 présentes dans la BDD :
- (†) L'Aup de Véran - Flaine (FR) : http://www.remontees...ortage-191.html
- (†) Chavannes - Les Gets (FR) : http://www.remontees...ortage-365.html
- Chalet Gondolla n°1 - Dizin (IR) : http://www.remontees...rtage-1123.html
- Chalet Gondolla n°2 - Dizin (IR) : http://www.remontees...ortage-897.html
- Darreh Gondolla - Dizin (IR) : http://www.remontees...rtage-1124.html
- (†) Pierre-sur-Haute - Chalmazel (FR) : http://www.remontees...rtage-1578.html
- Les Saix - Samoëns (FR) : http://www.remontees...rtage-2068.html
- La Forêt - Courchevel (FR) : http://www.remontees...rtage-3409.html

Un curieux prototype Tatrapoma :
Brhliska - Jasna (SK) : http://www.remontees...rtage-2870.html
- Laurent -

www.remontees-mecaniques.net
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Persil 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 596
  • Inscrit(e) : 26-mai 08

Posté 12 avril 2012 - 11:32

Génial, merci pour ce récit et ces belles pièces d'archives : c'est passionnant !!

PS : "La fermeture est prévue manuellement, avec un verrouillage situé également sous le planché que le personnel doit actionner une fois les clients installés".
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   vincen 

  • TCD4 de la Daille
  • Groupe : Membres
  • Messages : 532
  • Inscrit(e) : 27-décembre 05

Posté 12 avril 2012 - 12:05

Merci pour cet historique sur ces cabines que l'on voyait partout quand j'étais plus jeune :rolleyes:
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Cucumelle 

  • TPH de l'Aiguille du Midi
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 734
  • Inscrit(e) : 30-juillet 10

Posté 12 avril 2012 - 12:39

Merci Laurent. Très sympa ce dossier.

Petit HS, qui ne mérite pas que j'ouvre un sujet pour ça : quel était le tracé de la TC à Barèges?

@vincent : si tu es nostalgique, va faire un tour sur Serre Che, celle du grand alpe sera bientôt remplacée, par contre les 2 autres (l'aravet et frejus) sont encore là pour quelques temps je pense.
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Persil 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 596
  • Inscrit(e) : 26-mai 08

Posté 12 avril 2012 - 12:45

@Lolo42 : par la même occasion, aurait tu des dates ou renseignements sur la génération de cabines 4 places/2 vitres Sigma ayant succedé à ce modèle ? ( par exemple sur la TC Grangettes à Courchevel 1550 au milieu des années 1970)
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   daphnis 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 347
  • Inscrit(e) : 28-octobre 07

Posté 12 avril 2012 - 12:48

Merci pour cet historique. Le nom officiel de ces cabines est également SP4 ?

A propos, j'avais également une question concernant les cabines oeuf 6p. La 2e génération s'appelle SP77 mais qu'en est-il de la première génération ? SP73 ? (si le chiffre correspond à la première mise en service ?)
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Lolo42 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 754
  • Inscrit(e) : 19-septembre 07

Posté 12 avril 2012 - 12:55

Ces cabines 4 places s'appellent bien des SP4. Les premières cabines 6 places s'appellent les SP6, mais on ne peut pas vraiment parler d'"oeuf"... Les secondes générations de cabines 6 places Sigma s'appellent effectivement les SP77.

J'en profite pour vous mettre deux photos de la fabrication de SP77 :

Image IPB
(Tauzin)

Image IPB
(Tauzin)

Ce message a été modifié par lolo42 - 15 avril 2012 - 10:12 .

- Laurent -

www.remontees-mecaniques.net
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   titi88 

  • TCD8 du Lys
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 633
  • Inscrit(e) : 27-avril 10

Posté 12 avril 2012 - 13:13

bravo pour ce beau documentaire sur ses mithique oeuf qui on été est sont toujours un des symboles de la montagne
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Guiz 

  • TSD4B des Jasseries
  • Groupe : Membres
  • Messages : 284
  • Inscrit(e) : 30-septembre 09

Posté 12 avril 2012 - 14:54

:) Celui là de Villard de Lans vers début années 60 est donc un Mancini pas un Poma SP4 ?
Doit on bien considérer que c'est le 1er TC débrayable d'Europe s'il date de 1951 ?
Image IPB

Image IPB

Ce message a été modifié par Guiz - 12 avril 2012 - 15:04 .

0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Lolo42 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 754
  • Inscrit(e) : 19-septembre 07

Posté 12 avril 2012 - 16:18

Voir le messagePersil, le 12 avril 2012 - 12:45 , dit :

@Lolo42 : par la même occasion, aurait tu des dates ou renseignements sur la génération de cabines 4 places/2 vitres Sigma ayant succedé à ce modèle ? ( par exemple sur la TC Grangettes à Courchevel 1550 au milieu des années 1970)

La conception des cabines à 2 vitrages date de 1976 : elles offrent plus d'espace aux épaules et disposent d'un amortissement par silent-bloc.

Citation

Celui là de Villard de Lans vers début années 60 est donc un Mancini pas un Poma SP4 ?
Doit on bien considérer que c'est le 1er TC débrayable d'Europe s'il date de 1951 ?

Oui la première télécabine de la Cote 2000 à Villard-de-Lans a été construite par Câbles et Monorails (entreprise de Pierre Mancini) et non Pomagalski. Comme je l'écris, la première télécabine (monocâble) débrayable d'Europe (et du monde) a été construite en 1949 à Alagna en Italie, par Carlevaro & Savio. La télécabine de Villard est d'ailleurs une copie sous licence de ce premier appareil.
- Laurent -

www.remontees-mecaniques.net
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Guiz 

  • TSD4B des Jasseries
  • Groupe : Membres
  • Messages : 284
  • Inscrit(e) : 30-septembre 09

Posté 12 avril 2012 - 16:37

Voir le messagelolo42, le 12 avril 2012 - 16:18 , dit :

Voir le messagePersil, le 12 avril 2012 - 12:45 , dit :

@Lolo42 : par la même occasion, aurait tu des dates ou renseignements sur la génération de cabines 4 places/2 vitres Sigma ayant succedé à ce modèle ? ( par exemple sur la TC Grangettes à Courchevel 1550 au milieu des années 1970)

La conception des cabines à 2 vitrages date de 1976 : elles offrent plus d'espace aux épaules et disposent d'un amortissement par silent-bloc.

Citation

Celui là de Villard de Lans vers début années 60 est donc un Mancini pas un Poma SP4 ?
Doit on bien considérer que c'est le 1er TC débrayable d'Europe s'il date de 1951 ?

Oui la première télécabine de la Cote 2000 à Villard-de-Lans a été construite par Câbles et Monorails (entreprise de Pierre Mancini) et non Pomagalski. Comme je l'écris, la première télécabine débrayable d'Europe (et du monde) a été construite en 1949 à Alagna en Italie, par Carlevaro & Savio. La télécabine de Villard est d'ailleurs une copie sous licence de ce premier appareil.


Merci pour ces précisions. On fait en effet souvent l'amalgame sur Villard avec une 1ère européenne sur ce TC. On en est pas loin mais c'est bien de corriger.
Donc 1ère française !

Ce message a été modifié par Guiz - 12 avril 2012 - 16:38 .

0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   François05 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 694
  • Inscrit(e) : 22-juin 11

Posté 12 avril 2012 - 17:17

Merci pour cette historique.
Je me rappel que sur la TCD du Drouvet surement sur les autres aussi il était possible de mettre un loquet à la verticale pour permettre une petite ouverture de 5-7cm bien pratique quant il faisait chaud.
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   jacky carlingue 

  • TCD12 du Prorel
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 733
  • Inscrit(e) : 30-avril 06

Posté 12 avril 2012 - 19:05

Salut à tous,

Merci Lolo 42 pour ce reportage très documenté.
Un vrai régal...
Bien cordialement.
JC
0

#14 L'utilisateur est hors-ligne   LaPenteBlanche 

  • TCD8 du Lys
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 625
  • Inscrit(e) : 06-février 11

Posté 12 avril 2012 - 19:36

Merci Lolo42 pour ce super documentaire, c'est très intéressent.

C'était un sacré travail pour les gars qui fabriquait les cabines (scier, poncer, peindre...tout à la main.

Ce message a été modifié par LaPenteBlanche - 12 avril 2012 - 19:37 .

Mon site web : https://la-pente-blanche.jimdo.com/
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   juliomanizales 

  • TSD6 de l'Eau d'Olle
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 334
  • Inscrit(e) : 14-juin 10

Posté 12 avril 2012 - 23:23

No necesito estudiar en una universidad con este tipo de Reportes técnicos Image IPB
*Una serie de infos con imágenes e historias...
Que espero sigan así por mucho tiempo.
de parte de toda Latino América y en especial Colombia

GRACIAS Lolo42
0

#16 L'utilisateur est hors-ligne   jackfromvallouise 

  • TK du Torret
  • Groupe : Membres
  • Messages : 72
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 13 avril 2012 - 09:09

Merci pour ce superbe reportage !
0

#17 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • FUN de la Grande Rochette
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 817
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 13 avril 2012 - 23:01

Merci pour cet historique très intéressant :)
Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#18 L'utilisateur est hors-ligne   Boy 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 295
  • Inscrit(e) : 26-avril 05

Posté 14 avril 2012 - 07:51

Pour faire très original, je me joins aux autres pour te remercier pour cet article très bien documenté (et illustré!), comme toujours! B)

Juste une question concernant les cabines à "deux vitres panoramiques". Elles datent selon toi de 1976. Sais-tu pourquoi la TC Praz (Courchevel), de 1982, n'en a pas été équipée?
Merci!
Guillaume

La Montagne, ça Nous gagne ! =)
0

#19 L'utilisateur est hors-ligne   Persil 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 596
  • Inscrit(e) : 26-mai 08

Posté 14 avril 2012 - 09:37

J'avais avancé une explication dans le topic dedié à la TC Grangettes : c'est surement dû au fait qu'elle était exploitée par la société privée d'un monsieur qui s'appellait Aimé Obert (dit "Mémé") jusqu'à la fin des années 90. A la construction de la TC Praz en 1982, le SPTV a sans doute préféré continuer avec les SP4 équipant déjà Verdons, Chenus, Vizelle ou Pas du Lac, par souci d'homogénéité pour le remplacement de pièces etc...


Au cours d'une balade dans la vallée de Bozel, stockée au fond d'un jardin : une cabine de Grangettes
Image IPB


Image IPB
Derrière, sous la bache, une deuxième cabine de même modèle, couleur verte.


A l'intérieur :
Image IPB

Ce message a été modifié par Persil - 14 avril 2012 - 09:48 .

0

#20 L'utilisateur est hors-ligne   Aurel01 

  • TK du Torret
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 59
  • Inscrit(e) : 15-novembre 10

Posté 16 avril 2012 - 22:28

Bonjour,

Super reportage :)

Reste t'il encore des Poma SP4 utilisées à ce jour ?
0

  • 2 Pages +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)