Forums Remontées Mécaniques: Consignation mécanique ? - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Consignation mécanique ?

#1 L'utilisateur est hors-ligne   vincen 

  • TCD4 de la Daille
  • Groupe : Membres
  • Messages : 558
  • Inscrit(e) : 27-décembre 05

Posté 06 janvier 2016 - 16:15

Bonjour

En voyant l'entretien du téléphérique de la Bastille en cours ce matin (Grenoble), je me demandais s'il y avait une consignation mécanique en plus de l'électrique qui est faite lors de maintenances ? En effet, les freins classiques ne peuvent pas être considérés comme une consignation !

S'il y en a une comment est-elle faite ? Car je n'ai jamais rien remarqué permettant de le faire !

Merci
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 275
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 07 janvier 2016 - 08:08

Pourquoi? Avec le frein de sécurité et le frein de service tous deux fermés le câble tracteur ou porteur-tracteur d'une RM ne bougera plus. Donc à moins de faire des travaux ou des essais freins ouverts ou câble(s) tracteur/lest détaché(s) des suspentes je ne vois pas où serait le problème.

Avec la consignation électrique, si elle est faite correctement (notamment tenir compte des possibilités de pontage via FUA des arrêts d'urgence de la station de renvoi), les freins ne peuvent pas s'ouvrir. Après on peut p.ex. encore couper l'alimentation force du variateur de vitesse et, dans certains cas, actionner une vanne de décharge manuelle au niveau du groupe hydraulique ou déclencher la vanne protection de survitesse centrifuge s'il y en a une.

Pour les TPH à va-et-vient, si présents, les freins de chariot peuvent en principe être actionnés sans danger à l'arrêt (surtout si le desserage peut facilement se faire électriquement au moyen de la pompe hydraulique embarquée), ces freins maintiennent en place une cabine de façon très sûre même si on ouvre le frein de service et le frein de sécurité.

Hormis pour les essais des freins, les véhicules sont en général vides lors des travaux de révision.

La condamnation mécanique de poulies serait une fausse bonne idée, en gros le meilleur moyen de causer des dégâts en oubliant un truc genre poutrelle posé à travers. Là je vois déjà pointer un autre brevet cresseilien avec un bras oscillant ou un axe de verrouillage enficahble qui entrave la rotation d'une poulie motrice. :)
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   vincen 

  • TCD4 de la Daille
  • Groupe : Membres
  • Messages : 558
  • Inscrit(e) : 27-décembre 05

Posté 12 janvier 2016 - 10:58

Voir le messageVelro, le 07 janvier 2016 - 08:08 , dit :

Pourquoi? Avec le frein de sécurité et le frein de service tous deux fermés le câble tracteur ou porteur-tracteur d'une RM ne bougera plus. Donc à moins de faire des travaux ou des essais freins ouverts ou câble(s) tracteur/lest détaché(s) des suspentes je ne vois pas où serait le problème.
Avec la consignation électrique, si elle est faite correctement (notamment tenir compte des possibilités de pontage via FUA des arrêts d'urgence de la station de renvoi), les freins ne peuvent pas s'ouvrir. Après on peut p.ex. encore couper l'alimentation force du variateur de vitesse et, dans certains cas, actionner une vanne de décharge manuelle au niveau du groupe hydraulique ou déclencher la vanne protection de survitesse centrifuge s'il y en a une.
pour les TPH à va-et-vient, si présents, les freins de chariot peuvent en principe être actionnés sans danger à l'arrêt (surtout si le desserage peut facilement se faire électriquement au moyen de la pompe hydraulique embarquée), ces freins maintiennent en place une cabine de façon très sûre même si on ouvre le frein de service et le frein de sécurité.
Hormis pour les essais des freins, les véhicules sont en général vides lors des travaux de révision.
La condamnation mécanique de poulies serait une fausse bonne idée, en gros le meilleur moyen de causer des dégâts en oubliant un truc genre poutrelle posé à travers. Là je vois déjà pointer un autre brevet cresseilien avec un bras oscillant ou un axe de verrouillage enficahble qui entrave la rotation d'une poulie motrice. Image IPB

Merci pour ces précisions et il est vrai qu'une fois tous les freins serrés il est impossible que cela bouge !
Pour la condamnation mécanique il est vrai que cela pourrait provoquer de graves détériorations en cas d'oubli .....
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Fredo 

  • TSD4 du Plan du Four
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 248
  • Inscrit(e) : 18-septembre 10

Posté 12 janvier 2016 - 12:10

Pour faire une consignation, il suffit juste de lever une sécurité dans la gare : ok, c'est simpliste mais au moins, on est sûr que personne ne peut remettre l'appareil en route. C'est ce que l'on pratique couramment et c'est très efficace.
"Never loose your edge !"
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Velro 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 275
  • Inscrit(e) : 23-décembre 06

Posté 12 janvier 2016 - 12:19

Pour autant que ce soit en station motrice.


A mon avis il est nécessaire et suffisant de prévenir toute ouverture intempestive des freins ET de couper l'alimentation force de l'entraînement principal.

S'il y a un interrupteur séparé pour la force et la commande il n'est pas forcément nécessaire de couper la commande pour autant que l'on n'intervienne pas côté électrique car p.ex. le chauffage à l'arrêt du moteur électrique, du moteur Diesel, du réducteur, etc. peuvent rester en service. On peut aussi retirer les fusibles de certains variateurs de vitesse principaux mais les grands fusibles sont souvent vissés (les très grands toujours) alors pas vraiment nécessaire (veiller à ne pas mélanger des HPC différents par inadvertance!).

Se rappeler qu'une partie de la commande de RM reste sous tension en raison de diverses batteries, c'est à l'électro d'assurer la mise en sécurité de l'installation côté électrique.

Faire attention aux possibilités de pontage, contrairement aux machines et installations industrielles habituelles, certaines fonctions de sécurité, p.ex. les interrupteurs d'arrêt d'urgence ou de révision gérés via la télétransmission (appelée aussi télésurveillance) peuvent être pontés en station motrice. Là c'est alors une question d'organisation.

Les groupes hydrauliques des freins ont souvent des connecteurs, il suffit de déconnecter la commande et, là où possible, la ou les pompes (si nécessaire, toujours bien repérer les connecteurs pour ne pas se tromper en les reconnectant, souvent il n'y a pas de codage à l'enfichage pour des raisons d'exploitation). S'il y a des accumulateurs hydrauliques, le cas échéant les décharger manuellement. Dans les versions hydrauliques, aussi bien le frein de sécurité que le frein de service ont AU MOINS chacun une électrovanne à courant de repos, ce qui signifie qu'en l'absence d'alimentation électrique on ne peut ouvrir un frein qu'en pompant manuellement ou, selon les cas, au moyen du moteur Diesel. De plus il y a généralement des possibilités de décharger manuellement les circuits des freins.

Pour des interventions ponctuelles de courte durée, comme le mentionne Fredo, il y a des moyens simples moins formels mais néanmoins sûrs.
Il est important que la personne qui intervient soit seule autorisée à libérer la machine, où alors elle doit transférer l'autorisation (p.ex. en cas de changement d'équipe). Si possible la condamnation doit se faire près du lieu d'intervention (p.ex. pour éviter qu'une autre personne ne réenclenche depuis le local de commande).

La documentation du constructeur de la RM doit en principe comprendre les instructions de sécurité détaillées pour le personnel.

Dernier détail: se méfier des interrupteurs avec la poignée accouplée montée sur la porte car on peut dans certains cas ouvrir la porte et enclencher l'interrupteur même lorsque la poignée est cadenassée. En outre bien vérifier l'état de commutation de certains interrupteurs principaux car les indications ne sont pas toujours évidentes, notamment pour certaines interrupteurs Klöckner Moeller (Eaton).

Ce message a été modifié par Velro - 12 janvier 2016 - 12:25 .

0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)