Forums Remontées Mécaniques: TSD6 du Grand Jeu - Aussois (Haute Maurienne Vanoise) - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

TSD6 du Grand Jeu - Aussois (Haute Maurienne Vanoise) Doppelmayr - 2015

#1 L'utilisateur est hors-ligne   valcelouis 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 1 538
  • Inscrit(e) : 23-juin 13

Posté 23 juin 2019 - 15:08

TSD6 du Grand Jeu – Aussois
Doppelmayr – 2015


Image IPB


Au sommaire de ce reportage :

1 → Bienvenue à Aussois !
2 → Historique : les évolutions de l’accès au domaine skiable d’altitude
3 → Le télésiège du Grand Jeu : un ascenseur vital pour le domaine skiable
4 → Infrastructures et ligne du télésiège du Grand Jeu
5 → Grand Jeu, une colonne vertébrale performante au service de tous...


1 → Bienvenue à Aussois !

Situé en Savoie (région Auvergne-Rhône-Alpes), le domaine skiable d’Aussois est géré par la société Parrachée-Vanoise qui s’occupe des 55 pistes balisées entre 1530 et 2675 mètres d'altitude et des 10 remontées mécaniques.
La station, exposée au sud, souffre parfois d'un manque d'enneigement, qui est néanmoins compensé par un bon équipement en neige de culture et la possibilité de skier à partir de la station intermédiaire, située à un peu plus de 2150 mètres d'altitude.
La station profite d'une évolution économique très positive par la construction de plusieurs ensembles résidentiels de tourisme de standing, à proximité immédiate des pistes.
Initiés en 2005, d’importants investissements ont été menés notamment pour remettre aux standards actuels les remontées mécaniques du domaine skiable via une nouvelle organisation des flux de skieurs, mais aussi équiper une partie du domaine skiable en neige de culture par des enneigeurs.

Image IPB
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^

2 → Historique : les évolutions de l’accès au domaine skiable d’altitude

Alors que les débuts du ski en Haute-Maurienne apparaissent en 1950 sur les pentes du Mont-Cenis à Lanslebourg, la première remontée mécanique apparaît en 1953 sur les pentes d’Aussois. Construit pour tracter 4 personnes sur un même agrès, le premier petit téléski était situé sous la face nord du fort Marie-Christine. En 1959, il est rejoint par un téléski plus grand de la Dotta, construit par Marcel Arnaud pour le compte de Louis Couvert. Situé en plein cœur du village, il desservait une courte piste dédiée aux skieurs débutants en contrebas de l’église.
Ce n’est véritablement qu’en 1960 que la première grande remontée mécanique apparaît : Poma construit alors le téléski de la Pyramide sur le front de neige actuel tel que nous le connaissons aujourd’hui, pour desservir un champ d’une centaine de mètres de dénivelé environ.

Image IPB
Le téléski de la Pyramide peu après sa construction (D.R.).

En 1969, alors que la pratique du ski commence à se démocratiser, la régie des remontées mécaniques d’Aussois est créée. C’est alors à cette occasion que le télésiège fixe des Côtes est construit par Weber dans l’optique future d’ouvrir un domaine skiable d’altitude. Bien plus long que les téléskis construits auparavant, le télésiège des Côtes a ouvert de nouvelles pistes longues et plus pentues dans la forêt.

Image IPB
Embarquement du télésiège des Côtes (D.R.).

Image IPB
Survol du front de neige de l'époque par le télésiège des Côtes (D.R.).

Le projet global d’ouvrir un domaine skiable d’altitude est poursuivi l’année suivante, en 1970, par la construction du télésiège des Sétives constituant la suite du télésiège des Côtes. Installé par Weber, il permet alors d’atteindre le plateau du Jeu en ouvrant un nouvel espace de ski sur de larges pentes bénéficiant d’un enneigement plus constant puisque situées vers 2250 mètres d’altitude.
Durant cette période, le front de neige est équipé à l’occasion d’un nouveau téléski débutant plus moderne du nom de Charrière. Il permet alors aux skieurs débutants de s’entraîner à l’écart des pistes difficiles avant d’emprunter le télésiège des Côtes.

Image IPB
Le départ du télésiège des Sétives à l'époque (D.R.).

Image IPB
Le début de la ligne vers le plateau du Jeu (D.R.).

Chaque année apporte alors son lot de nouveautés et, en 1971, le téléski du Plan Sec est construit afin d'étendre le domaine skiable jusqu'à 2664 mètres d'altitude depuis l'arrivée du télésiège des Sétives. Donnant ensuite accès au télésiège de la Fournache construit en 1979 pour atteindre le sommet du domaine skiable, il est alors rapidement saturé ce que va obliger la régie des remontées mécaniques d'Aussois à améliorer l'accès au domaine d'altitude en 1981 en construisant le téléski débrayable de Bellecôte.
Dans une optique de fluidifier l’accès au domaine skiable d’altitude depuis le village, le télésiège fixe du Gran Jeu est installé en 1982 par Poma depuis le front de neige de la station jusqu'au plateau du Jeu. IL permet alors de doubler à la fois les télésièges des Côtes et des Sétives en proposant un tracé direct. Ainsi, le temps de montée vers le cœur du domaine skiable est alors réduit grâce à la suppression du changement d’appareil, mais aussi grâce à la diminution de l’attente en bas. C’est alors que cet appareil devient l’axe principal de la station pour atteindre directement et rapidement le plateau du Jeu.
Plus techniquement, ce télésiège fixe biplace était prévu pour évoluer en télécabine débrayable : tous les composants de l'installation, à l'exception de la gare aval, étaient ainsi conçus pour évoluer en télécabine.

Image IPB
La gare aval du télésiège du Gran Jeu n'est autre qu'une gare Delta non motrice (D.R.).

Image IPB
L'arrivée du télésiège du Gran Jeu conçue pour évoluer en télécabine (D.R.).

Image IPB
Vue globale du domaine skiable vers 1985 (D.R.).

En 1989, la régie des équipements touristiques d’Aussois décide de faire évoluer comme prévu le télésiège fixe biplace du Gran Jeu. Mais la transformation en télécabine va être compromise : en effet, en raison de soucis sur des télécabines 6 places construites à la même époque, la modification du télésiège biplace du Gran Jeu en télécabine aurait entrainé l'obligation de remplacer l'ensemble des pylônes. Ne pouvant investir dans le renouvellement complet de la ligne, la régie des équipements touristiques d'Aussois décide alors de faire évoluer le Gran Jeu en télésiège débrayable 4 places en ne remplaçant que la gare aval et en ajoutant des lanceurs en gare amont. Deux pylônes compressions sont par ailleurs rajoutés et certains pylônes modifiés en utilisant le matériel existant.
Cette modification majeure permet alors d’améliorer grandement le débit de l’installation, mais aussi le temps de montée et plus globalement le confort.

Image IPB
L'arrivée transformée du télésiège du Gran Jeu (D.R.).

3 → Le télésiège du Grand Jeu : un ascenseur vital pour le domaine skiable

Alors qu’en 2005 la régie des équipements touristiques d’Aussois lance un plan d’investissement visant à rajeunir les remontées mécaniques du domaine skiable, les priorités se portent assez logiquement au secteur de Bellecôte et son téléski saturé et devenu inadapté.
Mais le remplacement du télésiège du Gran Jeu datant en partie de 1982 va être rapidement abordé puisque ce dernier va connaître des avaries techniques le limitant dans son exploitation. Bien que secondé par les télésièges des Côtes et des Sétives, Aussois ne peut se passer de l’axe direct entre le village et le plateau du Jeu à notre époque. En outre, le télésiège du Gran Jeu donne alors une vision assez ancienne sur le front de neige par un appareil au design peu agréable, et une pollution sonore assez importante. Tous ces facteurs vont amener la régie des équipements touristiques d’Aussois à réfléchir assez rapidement à son remplacement. Voici les caractéristiques de cet appareil défunt depuis 2015 :

TSD4 du GRAN JEU
Type d'installation : Télésiège débrayable 4 places
Constructeur : Poma
Année de construction : 1982 (transformé en 1989)
Débit : 1560 p/h
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Dénivelé : 649 m
Longueur développée : 1970 m

Voici quelques clichés de cette ancienne installation :

Image IPB
La gare aval de l’ancien télésiège du Gran Jeu.

Image IPB
La gare amont de l’ancien télésiège du Gran Jeu.

→ Reportage du télésiège du Gran Jeu sur le site : TSD4 du Gran Jeu – Aussois

Exactement dix ans après la construction du télésiège de l’Armoise en 2005 installé pour remplacer le téléski de Bellecôte, la régie des équipements touristiques d’Aussois entreprend le remplacement du télésiège du Gran Jeu par un nouvel appareil. Le projet prévoyait initialement le démontage des télésièges du Grand Jeu, des Côtes et des Sétives, et de construire un nouveau télésiège débrayable 6 places en remplacement du Gran Jeu, et un télésiège fixe 4 places d’occasion en remplacement des Côtes, les Sétives étant purement supprimé. Alors que le télésiège fixe 4 places du Peyron issu du domaine skiable d’Orelle construit par GMM en 2001 était pressenti pour les Côtes, le conseil municipal a tranché au dernier moment que le télésiège des Côtes ne serait pas remplacé. L’été 2015 a ainsi vu le remplacement du télésiège du Gran Jeu, et le démontage pur et simple du télésiège des Côtes. Le télésiège des Sétives a, quant à lui, bénéficié d’un sursis d’un an et a été démonté pendant l’été 2016. Ainsi, le télésiège des Côtes a été démonté en même temps que le télésiège du Gran Jeu. Voici les caractéristiques de cet appareil défunt depuis 2015 :

TSF2 des CÔTES
Type d'installation : Télésiège fixe 2 places
Constructeur : Weber
Année de construction : 1969
Débit : 720 p/h
Vitesse d'exploitation : 2,3 m/s
Dénivelé : 410 m
Longueur développée : 1250 m

Voici un cliché de cette ancienne installation :

Image IPB
La gare aval de l'ancien télésiège des Côtes.

→ Reportage du télésiège des Côtes sur le site : TSF2 des Côtes – Aussois

Pendant l’été 2015, l’ancien télésiège du Gran Jeu a été exploité quelques jours pendant le mois de juillet, le temps d’obtenir le permis de construire pour la nouvelle installation. Le chantier de démontage puis de montage du nouvel appareil s’est ainsi déroulé de juillet à décembre 2015.
→ Revue en entier du chantier sur le forum : Construction TSD6 Grand Jeu (2015).

Le télésiège du Grand Jeu possède un rôle très important au sein du domaine skiable : emmener les skieurs au cœur du domaine sur le plateau du Jeu, mais aussi garantir le retour sur la station que ce soit pour les débutants venus s’entraîner en altitude mais aussi lorsque les pistes des Côtes, de l’Ortet et de la Choullière sont fermées en cas de manque de neige.
Le sommet du télésiège du Grand Jeu donne accès directement au départ du télésiège de l’Armoise visible et accessible très facilement et qui permet de desservir toute la zone centrale du domaine skiable et donne accès au télésiège de la Fournache. Par ailleurs le téléski du Plan Sec est accessible via l’utilisation du télésiège de l’Armoise ou du télésiège de l’Eterlou.
Les débutants utilisent d’ailleurs le télésiège du Grand Jeu pour rejoindre la zone débutante desservie par le télésiège de l’Eterlou, constituée de pistes faciles et adaptées.
Démonté un an après la construction du télésiège du Grand Jeu, le télésiège des Sétives a ainsi été accessible directement par gravité pour desservir les pistes placées en dessous du plateau du Jeu sans pour autant descendre sur le front de neige. Aujourd’hui ce rôle est pleinement repris par le télésiège du Grand Jeu mais impose de redescendre jusqu’au front de neige.
Le télésiège du Grand Jeu dessert des pistes majoritairement situées dans la forêt :
- la piste verte « Côtes » qui redescend sur le front de neige.
- la piste bleue « Paerot » dans sa partie finale qui donne accès à la piste de l’Ortet.
- la piste bleue « Ortet » qui redescend sur le front de neige.
- la piste bleue « Toutoune » qui est une petite variante à la piste de l’Ortet sur quelques mètres.
- la piste rouge « Chouillère » qui redescend sur le front de neige.
Et voici la représentation du plan des pistes :

Image IPB
Plan Atelier Pierre Novat.

4 → Infrastructures et ligne du télésiège du Grand Jeu

La construction du télésiège du Grand Jeu a été donnée au constructeur local Doppelmayr France installé à quelques kilomètres à peine de la station d’Aussois : à Modane. C’est ainsi 10 ans après la construction du télésiège de l’Armoise par Doppelmayr qu’Aussois renouvelle sa confiance au constructeur autrichien via sa filiale française.
Dans une optique d’homogénéité, le télésiège du Grand Jeu n’est autre que le même modèle que le télésiège de l’Armoise, tout en profitant des avancées technologiques apparues pendant les 10 ans qui ont séparé les deux appareils.
Si l’installation d’une télécabine aurait pu être envisagée, c’est le télésiège débrayable 6 places, connu et reconnu dans beaucoup de stations, qui a été choisi pour ses avantages économiques et de confort sur tous les plans : débit, vitesse, etc.
Le télésiège du Grand Jeu est issu de la gamme UNI-G doté de gares issues de la filiale française avec leurs façades en bois.
Etant donné l’importance de l’appareil au sein du domaine skiable et sa forte utilisation par les débutants tant à la montée qu’à la descente, la station d’Aussois a opté pour l’installation de garde-corps qui se verrouillent pendant les trajets, et de repose-skis qui se placent entre les jambes pour éviter tout sous-marinage en ligne.
Le reste de l’installation est assez standard. La gare aval est la station de tension de l’installation, alors que la gare amont s’occupe de la mise en mouvement du câble par un treuil classique.
Il est à noter que le télésiège du Grand Jeu est l’un des derniers appareils équipés des gares bardées de bois avec la technologie UNI-G, la technologie D-LINE étant apparue 3 ans plus tard en 2018.
Voici les principales caractéristiques techniques du télésiège du Grand Jeu :

Caractéristiques administratives

TSD - Télésiège à pinces débrayables : GRAND JEU
Maître d’œuvre : ERIC
Maître d’ouvrage : Régie des Equipements Touristiques d’Aussois
Génie civil : SOMERM
Montage : SOMERM
Exploitant : SPL Parrachée-Vanoise
Installation électrique : SEIREL Automatismes
Constructeur : Doppelmayr
Année de construction : 2015
Mise en service : 22 décembre 2015
Montant de l'investissement : 7 200 000 €

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et Été
Capacité : 6 personnes
Débit à la montée : 2400 personnes/heure
Débit à la descente : 2400 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5,25 m/s
Tapis de positionnement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1537 m
Altitude gare amont : 2190 m
Dénivelé : 653 m
Longueur développée : 1931 m
Longueur horizontale : 1805 m
Pente moyenne : 36,18 %
Pente maximale : 70,46 %
Temps de trajet : 6 min 8 sec

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : UNI-G M Bois
Emplacement gare de tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérins : 2
Tension nominale : 16 200 daN
Pression nominale : 134 bars
Diamètre de poulie retour-tension : 6100 mm

Type de gare amont : UNI-G S Bois
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation : Électrique
Puissance développée : 530 kW
Diamètre de poulie motrice : 6100 mm

Sens de montée : Droite
Type d'embarquement : Axe de la ligne
Nombre de pylônes : 15
Type de véhicules : Sièges 6E98 FMV
Dispositifs d'accouplement : Pinces débrayables A-108C
Nombre de véhicules : 87

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : Arcelor Mittal
Date de pose : 2015
Diamètre du câble : 47 mm
Type de câblage : Lang
Composition : 6×31 fils
Résistance à la rupture : 179 030 daN

La gare aval

La gare aval est située en plein sur le front de neige de la station. Lors de sa construction en 2015, d’importants travaux de terrassements ont permis de créer un encaissement dans lequel est située la gare, permettant de la rendre plus accessible de tous mais aussi de la rendre plus visible. En outre, la gare est installée à proximité immédiate des appareils débutants de la Charrière et de la Mulinière, mais aussi de la maison d’Aussois. Toutes les pistes venant du domaine skiable y convergent.
La gare en elle-même est d’un design agréable et soigné, avec des façades en bois et une sérigraphie mentionnant le nom et type de l’appareil, mais aussi la station et son logo. Un chalet permettant d’abriter du matériel, le personnel en vigie, et les armoires électriques de commande a été construit à proximité immédiate de la zone d’embarquement.
L’accès à la zone d’embarquement se fait après avoir passé les bornes de contrôle des forfaits placées sous un portique de présentation de l’appareil. L’embarquement se fait de manière traditionnelle dans l’axe de la ligne.
Une zone de débarquement est présente afin de débarquer les personnes ayant emprunté l’appareil à la descente, même skis aux pieds. L’aire de débarquement est conçue pour pouvoir débarquer sans avoir à baisser la vitesse d’exploitation.
Techniquement, la gare aval assure le retour du câble et assure la tension de ce dernier grâce à deux vérins hydrauliques pilotés par une centrale de tension, ce système permettant de faire bouger le lorry sur lequel est monté la poulie de renvoi du câble.
A noter qu’un court rail placé dans l’axe du ralentisseur permet d’isoler un véhicule en cas de besoin hors exploitation.

Image IPB
Situation de la gare aval sur le front de neige d'Aussois.

Image IPB
Vue globale de la zone d'implantation de la gare aval.

Image IPB
La gare aval vue dans son ensemble.

Image IPB
La gare aval vue de l'arrivée de la piste de l'Ortet.

Image IPB
La gare aval dans son encaissement.

Image IPB
La gare aval vue de l'arrivée de la piste des Côtes.

Image IPB
La gare aval et la zone de débarquement.

Image IPB
La gare aval et la zone d'embarquement.

Image IPB
Le chalet d'exploitation et de rangement du matériel.

Image IPB
Un petit rail de service est présent derrière la gare.

Image IPB
Le portique de présentation de l'appareil et les bornes de contrôle des forfaits.

Image IPB
Vue arrière du portique de présentation de l'appareil.

Image IPB
Les portillons de cadencement.

Image IPB
Vue globale du contour.

Image IPB
La zone d'embarquement.

Image IPB
Le tableau des commandes.

La ligne

Les pylônes de la ligne sont de classiques pylônes sans particularités notables, excepté que tous les pylônes aux numéros pairs sont équipés de haut-parleurs afin de pouvoir informer les usagers en cas d’arrêts prolongés.
La ligne de l’installation débute par le premier et unique pylône compression permettant de sortir de l’encaissement dans lequel est installée la gare aval. Le survol du front de neige est ensuite réalisé sur une pente faible jusqu’au premier pylône support/compression qui va imprimer à la ligne une pente plus soutenue dans une forêt peu dense. A plusieurs endroits la ligne survole les pistes descendant au front de neige, dont la piste des Côtes qui n’est autre en été que la route qui mène aux barrages. Par la suite, la ligne va petit-à-petit revenir sur une pente plus faible tout en sortant de la forêt. La ligne va longer sur sa partie finale les pistes descendant au front de neige. Juste avant la gare amont, un unique pylône support permet le rétablissement à l’horizontale de la ligne.

Doppelmayr a équipé la ligne de 15 pylônes, dont 11 supports, 1 compression et 3 supports/compressions comme ceci :
P1 : Compression
P2 : Support
P3 : Support
P4 : Support/Compression
P5 : Support
P6 : Support
P7 : Support/Compression
P8 : Support
P9 : Support
P10 : Support
P11 : Support
P12 : Support
P13 : Support/Compression
P14 : Support
P15 : Support

Image IPB
La première moitié de la ligne vue depuis la gare aval.

Image IPB
Sortie de l’encaissement de la gare aval.

Image IPB
Sortie de gare.

Image IPB
P1 : Compression.

Image IPB
P2 : Support.

Image IPB
Portée P2-P3.

Image IPB
P3 : Support.

Image IPB
Portée P3-P4.

Image IPB
P4 : Support / Compression.

Image IPB
Tête du P4.

Image IPB
Portée P4-P5.

Image IPB
P5 : Support.

Image IPB
Vue de derrière après le P5.

Image IPB
Portée P5-P6.

Image IPB
P6 : Support.

Image IPB
P7 : Support / Compression.

Image IPB
Portée P7-P8.

Image IPB
P8 : Support.

Image IPB
Portée P8-P9.

Image IPB
P9 : Support.

Image IPB
Tête du P9.

Image IPB
Portée P9-P10.

Image IPB
P10 : Support.

Image IPB
Portée P10-P11.

Image IPB
P11 : Support.

Image IPB
Portée P11-P12.

Image IPB
P12 : Support.

Image IPB
Portée P12-P13.

Image IPB
P13 : Support / Compression.

Image IPB
Portée P13-P14.

Image IPB
P14 : Support.

Image IPB
Portée P14-P15.

Image IPB
P15 : Support.

Image IPB
Avant la gare amont.

Image IPB
Arrivée en gare amont.

Image IPB
Débarquement.

Image IPB
La fin de la ligne vue depuis la gare amont.

La gare amont

La gare amont est située au même endroit que celle de son prédécesseur. Elle est installée à quelques mètres de la gare aval du télésiège de l’Armoise, directement accessible par gravité. Esthétiquement, la gare reprend le même bois et la même sérigraphie qu’en gare aval. En 2015, l’exploitant en a profité pour modifier la couverture de la gare aval du télésiège de l’Armoise afin de l’harmoniser avec celle de la gare amont du télésiège du Grand Jeu.
Le débarquement est réalisé dans l’axe de la ligne tout comme l’embarquement pour la descente, à l’image de la gare aval. Des portillons de cadencement ont été installés pour la descente afin que les usagers puissent embarquer dans les mêmes conditions qu’à la montée, sans nécessiter obligatoirement la présence de personnel.
A l’intérieur de la gare amont, nous retrouvons le treuil nécessaire à la mise en mouvement du câble, composé de 2 moteurs de 530 kW chacun montés l’un devant l’autre, et animant un arbre rapide entrant dans le réducteur relié à la poulie motrice. Une motorisation de secours, nécessitant un moteur thermique, est aussi présente et mise en fonctionnement pour évacuer la ligne en cas de besoin.
Un rail extérieur placé dans l’axe du contour permet l’immobilisation de quelques véhicules si besoin, dont notamment la nacelle de maintenance lors de sa période de non-utilisation.

Image IPB
La zone de débarquement.

Image IPB
La zone d'embarquement.

Image IPB
Vue générale de l'aire arrière de la gare.

Image IPB
La gare amont et les zones d'embarquement et de débarquement.

Image IPB
La gare amont vue dans son ensemble.

Image IPB
La gare amont vue de profil.

Image IPB
Le rail de service permettant de remiser le véhicule de maintenance.

Image IPB
La gare amont vue de derrière.

Image IPB
Vue globale de la zone d'implantation de la gare amont.

Image IPB
La gare amont vue de la piste menant au télésiège de l'Armoise.

Image IPB
La gare amont vue de dessous.

Image IPB
La gare amont vue en contre-plongée.

Image IPB
Le bar-restaurant jouxtant la gare amont.

Image IPB
Le tableau des commandes.

Les véhicules et pinces

Aussois a profité du renouvellement du télésiège en 2015 pour revoir les conditions de sécurité pendant le transport des usagers. Comme pour la plupart des appareils de ce type livrés par Doppelmayr ces années-là, le constructeur a proposé son siège 6E98 FMV à dossiers rembourrés pour plus de confort, équipé de séparateurs de places en plastique noir permettant de bien dissocier chaque place, d’assises et dossiers bicolores noir et rouge, de repose-skis se plaçant entre les jambes lors de la fermeture du garde-corps pour éviter aux enfants de passer sous la barre de sécurité, et d’un verrouillage du garde-corps en ligne pour éviter toute levée de celui-ci au mauvais moment.
Un levier placé sur la suspente de chaque siège est manœuvré dans chaque gare afin de verrouiller et déverrouiller les garde-corps au bon moment : en position haute, le garde-corps est déverrouillé et permet à l’utilisateur de le lever ; en position basse, le garde-corps se verrouille quand il est abaissé par l’utilisateur. En cas de besoin et notamment pendant une évacuation en ligne, une manette située derrière chaque dossier permet le déverrouillage du garde-corps.
Les pinces sont de type A-108C, pinces considérées comme auto-dégivrantes puisque le simple fait de comprimer les ressorts suffit à casser le givre.

Image IPB
Un siège sur le brin descendant vu en ligne.

Image IPB
Une assise.

Image IPB
Une pince sur le brin descendant vue en ligne.

Image IPB
Une pince vue de dessous.

Image IPB
Levier présent sur la suspente et actionné par les cames en gare pour verrouiller et déverrouiller le garde-corps de chaque siège.

Image IPB
La came permettant de positionner le levier en position de déverrouillage.

Image IPB
La came permettant de positionner le levier en position de verrouillage.

Exploitation estivale

Le télésiège est ouvert en été tant pour les piétons que pour les VTT.
De nombreux chemins de randonnées et des pistes de VTT sont accessibles à l’arrivée.

Image IPB
La gare aval vue en été.

Image IPB
La ligne vue en été.

Image IPB
La gare amont vue en été.

Vues depuis les abords du télésiège…

Quelques photos de ce télésiège vu depuis les pistes qu’il dessert.

Image IPB
La fin de la ligne vue depuis la piste de l'Eterlou.

Image IPB
La fin de la ligne vue depuis la piste des Sétives.

Image IPB
Le P13 vu de profil.

Image IPB
L'arrivée de la ligne sur le plateau du Jeu.

Image IPB
La ligne en sortie de forêt vue depuis la piste de l'Ortet.

Image IPB
Passage sous la ligne de la piste des Côtes.

Image IPB
La première moitié de la ligne vue depuis la piste des Côtes.

5 → Grand Jeu, une colonne vertébrale performante au service de tous...

Renouvelé totalement en 2015, Aussois se devait de retrouver un axe fiable et à toute épreuve permettant l’accès à son domaine skiable. Permettant le transport de tous les types de clients, le télésiège du Grand Jeu se montre totalement adapté au rôle d’ascenseur qui lui est confié, permettant le transport des skieurs tant à la montée qu’à la descente sans réduire les caractéristiques nominales de l’installation.
Si le démontage pur et simple du télésiège des Côtes peut paraître comme un manque d’appareil pour les débutants sur le front de neige, le télésiège du Grand Jeu absorbe facilement ce flux supplémentaire sans créer de file d’attente rédhibitoire à n’importe quel moment de la journée.
Adoptant résolument un design moderne et soigné pour la petite station d’Aussois, le constructeur autrichien via sa filiale française à Modane a installé ici un appareil qui se montre parfaitement adapté aux besoins, signe d’une longue vie sur les pentes d’Aussois !

Image IPB
Grand Jeu, l’ascenseur d’Aussois.

Je tiens à remercier le personnel d’exploitation du télésiège pour son accueil et sa gentillesse.

Photos : valcelouis
Texte et mise en page : valcelouis
Date des photos : 4 janvier 2019 et 9 février 2019

© valcelouis – Tous droits réservés

Ce message a été modifié par valcelouis - 26 juin 2019 - 21:56 .

Bonneval-sur-Arc | Bessans | Val Cenis (Lanslevillard / Lanslebourg / Termignon-la-Vanoise / Bramans) | La Norma | Aussois | Valfréjus
5

#2 L'utilisateur est hors-ligne   valcelouis 

  • FUN des Marmottes III
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres+
  • Messages : 1 538
  • Inscrit(e) : 23-juin 13

Posté 23 juin 2019 - 15:09

Voilà pour le reportage de l'appareil principal d'Aussois, unique portée d'entrée au domaine skiable d'altitude.

:)

Vous voyez une faute ou coquille ? N'hésitez-pas à me le signaler par MP !

© valcelouis - Tous droits réservés

Ce message a été modifié par valcelouis - 02 juillet 2019 - 09:55 .

Bonneval-sur-Arc | Bessans | Val Cenis (Lanslevillard / Lanslebourg / Termignon-la-Vanoise / Bramans) | La Norma | Aussois | Valfréjus
2

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)