Forums Remontées Mécaniques: Crise énergétique en Europe - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

  • 5 Pages +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Crise énergétique en Europe Conséquences pour les domaines skiables

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Argentoratum 

  • TSD4 du Plan du Four
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 206
  • Inscrit(e) : 10-juin 12

Posté 11 juillet 2022 - 09:48

Les nouvelles sur le front énergétiques ne sont pas réjouissantes.

Citation

Le gouvernement prépare les esprits à une "probable" coupure du gaz russe

AFP parue le 10 juill. 2022 - 22h45

Le gouvernement a appelé dimanche à "se mettre rapidement en ordre de bataille" pour faire face à l'éventualité d'une coupure totale des approvisionnements en gaz russe, "option la plus probable" selon le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
"Préparons-nous à la coupure totale du gaz russe, c'est aujourd'hui l'option la plus probable. Ça suppose que nous accélérions notre indépendance énergétique", a plaidé lors des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence le numéro 2 du gouvernement français, qui veut profiter de l'été pour "se mettre en ordre de bataille" avant l'hiver.
"Il faut se mettre dans le scenario du pire, car il existe. À tout moment, la Russie peut interrompre totalement ses livraisons de gaz", a renchéri la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, dans un entretien au Figaro daté de lundi.
En matière d'approvisionnement, "on peut avoir des tensions sur le gaz cet hiver", avait averti dès samedi la Première ministre Elisabeth Borne lors d'une rencontre avec la presse.
"Face à ce risque, nous agissons, en diversifiant nos sources d'approvisionnement en gaz, en augmentant nos capacités avec le projet de terminal méthanier flottant au Havre, et en accélérant le stockage", a expliqué Mme Pannier-Runacher.
Le gouvernement a notamment demandé le remplissage à près de 100%" des capacités de stockage de gaz nationales d'ici au début de l'automne.

"Sur l'électricité, normalement, selon les projections d'EDF, on devrait avoir une production plus forte au fur et à mesure" que les douze réacteurs (sur 56) actuellement à l'arrêt pour corrosion redémarreront, a indiqué samedi Mme Borne.
Mais si l'électricité venait à manquer, le gouvernement prépare pour l'hiver une série de mesures destinées à prioriser les ménages et certaines industries.
"Évidemment on préserve les ménages et (...) on ne coupe pas les usines ou les transports en communs", a détaillé Mme Borne samedi.
"Il faut nous mettre en ordre de bataille maintenant sur l'organisation, le délestage, la sobriété, la réduction de consommation... c'est maintenant que nous devons prendre les décisions", lui a fait écho le ministre de l'Economie.


- "Répartir l'effort -

Ainsi certains sites industriels pourraient se voir demander de "ralentir leur consommation d'énergie, voire d'arrêter leur consommation d'énergie pendant un certain temps", a expliqué M. Le Maire, tout en précisant que "c'est totalement impossible" pour certains sites, afin de ne pas "casser l'outil industriel".
Devant le risque que Vladimir Poutine coupe le robinet du gaz à l'Europe, "une option crédible" a dit Bruno Le Maire dans un entretien à LCI en marge des Rencontres d'Aix, il faut "anticiper les conséquences".
"Il faut répartir l'effort entre administrations, particuliers et entreprises", a expliqué Bruno Le Maire, dans une France qui se dit dans une situation plus "favorable" que ses voisins.
Le gouvernement a lancé trois groupes de travail pour améliorer la sobriété énergétique dans l'administration, les entreprises et les établissements recevant du public. L'objectif est d'établir une feuille de route permettant de réduire de 10% la consommation d'énergie d'ici deux ans par rapport à 2019.
"La sobriété, c'est un changement complet de nos comportements, pour nous chauffer, pour nous déplacer, pour produire. Et c'est la clef pour ne pas être dans la main d'un ennemi géopolitique", a affirmé la ministre de la Transition énergétique.
"C'est une affaire de plusieurs mois, mais (cela) doit nous amener aussi à prendre un certain nombre de décisions d'investissement et faire preuve d'imagination", a soutenu Bruno Le Maire sur LCI.

Le risque de pénuries d'énergie ne s'arrête d'ailleurs pas aux frontières françaises, la présidente de la Commission européenne ayant appelé mercredi les 27 Etats membres de l'Union européenne à se "préparer à de nouvelles perturbations de l'approvisionnement en gaz, voire à une coupure complète de la part de la Russie."
L'Allemagne, autrement plus dépendante au gaz russe que la France, est déjà sur le qui-vive. Le Bundestag a adopté un plan d'économie: plus de chauffage au-dessus de 20 degrés l'hiver et plus d'eau chaude dans les bureaux individuels, par exemple.

Mettons-nous dans le scénario du pire :
- les exploitants de remontées mécaniques seront-ils considérés comme une activité dont il ne faut pas casser l'outil industriel ? On se souvient de la posture du gouvernement lors de la pandémie...
- les coupures ont-elles plus de chance d'arriver en heure de pointe (19h), ce qui permettra de limiter la casse chez les exploitants, ou bien pourront-elles arriver en journée ?
- ces délestages, s'ils surviennent, seront-ils anticipés à l'avance, évitant d'évacuer des milliers d'usagers bloqués sur des remontées ?
- va-t-on demander aux exploitants de diminuer leur consommation énergétique, en ne faisant pas tourner certaines de leurs remontées ?
0

#2 L'utilisateur est en ligne   fredo_chato 

  • TPH du Sancy
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 208
  • Inscrit(e) : 28-juillet 08

  Posté 11 juillet 2022 - 14:18

La retranscription d'une annoncegénérale et globale en application concrète sera longue.
En attendant plus d'info toute information risque d'être hautement spéculative et sans grand intérêt.

Pour l'instant restons calme et attendons de voir venir les décisions qui s'imposeront.
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   arbisman 

  • TPH de l'Aiguille du Midi
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateurs Globaux
  • Messages : 3 834
  • Inscrit(e) : 24-septembre 06

Posté 11 juillet 2022 - 16:06

On en produit aussi de l'électricité avec nos nombreux barrages en montagne...
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Roxdrobe 

  • TCD4 de la Daille
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 552
  • Inscrit(e) : 27-mars 09

Posté 11 juillet 2022 - 19:05

Bonjour tout le monde, pas d'inquiétude, les pointes de consommation hivernales se situent entre 19 et 21h en hiver (j'en sais quelque chose, c'est mon métier depuis maintenant 4 ans), les remontées fermant rarement après 17h au cœur de l'hiver, les stations ont peu de chance d'être touchées. De plus, les délestages envisagés ne dureraient pas plus de quelques heures, personne ne parle de couper l'électricité pendant plusieurs jours à qui que ce soit.
Serre Che !
POMA POMA POMA

TSD6 Clot Gauthier - Serre Chevalier (Hautes Alpes - France) : http://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-117.html
1

#5 L'utilisateur est hors-ligne   shuntage 

  • DMC du Pontillas
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 149
  • Inscrit(e) : 19-février 06

Posté 11 juillet 2022 - 21:10

Je rappel que la France EXPORTE de l 'électricité . On produit plus que la consommation sur une année . Donc concernant l'electricité c'est de l'agitation médiatique ( cela me fait fortement penser à un virus en 2020/2021 . )

Quand au gaz ou aux carburants ... c'est en effet plus sensible .

https://www.rte-fran...ite-par-filiere

le gaz c'est environ 10 % du jus ... ce n'est pas négligeable mais ça reste 10 % . En europe de l'Est ça s'annonce plus compliqué .
3

#6 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • TPH du Sancy
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 303
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 11 juillet 2022 - 22:18

Malheureusement actuellement, tu as tord. Avec plus de la moitié du parc de réacteurs nucléaires à l'arrêt et pour beaucoup de temps encore en regard de la nature des problèmes, la France dépend des centrales électriques des pays voisins. Ceci pour parfois quantité qui est loin d'être négligeable (équivalent de plusieurs réacteurs nucléaires). Même en cette période. On peut voir cela sur des données mises en ligne en temps réel par ENEDIS chaque 1/4 d'heure sur la graphe dont tu mets le lien.


Le graphe est dynamique et affiche les valeurs, filière par filière lorsque tu balades ta souris sur ledit graphe. On peut visualiser un historique du jour courant jusque deux mois en arrière, jour par jour.

L'importation est en gris en bas du graphe. On peut voir aujourd'hui que la France, pour faire face à la consommation de la journée a importé en permanence depuis 7h00 ce matin (et importe encore à 22h00 4700MW). L'importation est montée jusqu'à des valeurs de l'ordre de 6000MW en pointe (+/- l'équivalent de 5 à 6 réacteurs nucléaires selon leur puissance).

On peut aussi voir que de nuit, on a encore un peu de marge pour tirer sur les réacteurs pour remonter de l'eau dans les centrales de pompage/turbinage (comme Grand Maison) durant quelques heure chaque nuit. Ce qui est insuffisant car en temps normal, il faut remonter l'eau toute la nuit. MAis c'est le moyen de passer les deux.trois heures de pointe en début de oisrée sans souci.

La production diesel qui est constante à ~150MW 24/24, c'est la production de la Corse.

Cela, c'est la réalité 2022 actuelle coté production électrique.

Sachant de plus que l'hydraulique est limitée par le manque d'eau dans certaines zones comme dans les Alpes du Sud où quasiment rien ne peut être produit. Ce qui sera aussi un problème pour cet hiver.

Donc, la situation est plus tendue que tu ne le dis. C'est clair.

Mais comme l'indique aussi Roxdrobe, les heures de pointe étant décalées, c'est un point positif.

Ce message a été modifié par jfd_ - 11 juillet 2022 - 22:20 .

Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
1

#7 L'utilisateur est hors-ligne   marie738 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 223
  • Inscrit(e) : 09-juin 20

Posté 12 juillet 2022 - 10:01

Voir le messagejfd_, le 11 juillet 2022 - 22:18 , dit :


On peut aussi voir que de nuit, on a encore un peu de marge pour tirer sur les réacteurs pour remonter de l'eau dans les centrales de pompage/turbinage (comme Grand Maison) durant quelques heure chaque nuit. Ce qui est insuffisant car en temps normal, il faut remonter l'eau toute la nuit. MAis c'est le moyen de passer les deux.trois heures de pointe en début de oisrée sans souci.





Pour Grandmaison, pendant juillet/août, EDF ne remonte pas d'eau du lac du Verney au lac de Grand Maison. En ėté, il n'y a jamais de pompage la nuit (que j'entend de chez moi quand il se met en marche le reste de l'annėe). Le lac du bas est remis à niveau fin juin et ne bouge plus pendant 2 mois car il est utilisable en base nautique et sert aussi pour les épreuves de natation du triathlon de l'Alpe d'Huez fin juillet.

Ce message a été modifié par marie738 - 12 juillet 2022 - 10:15 .

0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • TPH du Sancy
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 303
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 12 juillet 2022 - 11:30

Tu as une meilleure visibilité pour l'exemple Grand-Maison.

Il n'empêche qu'en France, on pompe encore (un peu) toutes les nuits. Peut-être à Montézic ou à La Coche. Ou autre(s) plus petite(s).
La nuit passée, entre 2h45 et 6h00, il a été pompé à hauteur de 1500-1600MW.

Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Guigui74 

  • 3S Peak 2 Peak
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateurs Globaux
  • Messages : 8 650
  • Inscrit(e) : 27-juillet 06

Posté 12 juillet 2022 - 11:36

Au vu des signaux politiques envoyés par la France depuis 2020 et plus ou moins interprétés comme un blanc-seing par toutes les oppositions à l'industrie du ski, je n'ai pour ma part guère de doutes sur le fait qu'on puisse demander aux stations un effort, quand bien même leur territoire produit de l'hydroélectricité puisque si la situation est trop tendue ce sera la logique de priorité/solidarité qui jouera :mellow:
In Ropeways I Trust
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   marie738 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 223
  • Inscrit(e) : 09-juin 20

Posté 12 juillet 2022 - 11:46

Voir le messagejfd_, le 12 juillet 2022 - 11:30 , dit :

Tu as une meilleure visibilité pour l'exemple Grand-Maison.

Il n'empêche qu'en France, on pompe encore (un peu) toutes les nuits. Peut-être à Montézic ou à La Coche. Ou autre(s) plus petite(s).
La nuit passée, entre 2h45 et 6h00, il a été pompé à hauteur de 1500-1600MW.




Il y a une convention qui avait étė signée avec Edf et les communes d'Allemont et Oz ou se situe le lac du Verney pour que Edf s'engage à ne pas pomper pendant la saison estivale pour l'utilisation du lac en base de loisirs. Peut-être qu'à l'avenir, cette convention pourrait être remise en cause si besoin.
1

#11 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • TPH du Sancy
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 303
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 12 juillet 2022 - 15:18

Voir le messageGuigui74, le 12 juillet 2022 - 11:36 , dit :

Au vu des signaux politiques envoyés par la France depuis 2020 et plus ou moins interprétés comme un blanc-seing par toutes les oppositions à l'industrie du ski, je n'ai pour ma part guère de doutes sur le fait qu'on puisse demander aux stations un effort, quand bien même leur territoire produit de l'hydroélectricité puisque si la situation est trop tendue ce sera la logique de priorité/solidarité qui jouera :mellow:

Imagine que tu aies une station de ski proche d'une centrale hydraulique. Allez prenons Les Arcs (pour changer de l'Oisans) qui est proche de la centrale de Malgovert. Cette dernière envoie sur le réseau l'énergie produite en 225kv. Une station comme Les Arcs est alimentée en 20kv (peut-être aussi sur les gros postes de livraison en 63kv mais pas certain). De ce fait, tu n'as pas du tout de garantie que les électrons qui font tourner les RMs aux Arcs viennent bien de Malgovert. Il peuvent venir du CNPE du Bugey à un moment donné de la journée. Puis à un autre moment de la journée, de Génissiat et de quelques champs d'éoliennes et pour finir la journée, du CNPE de Cruas. Et c'est bien pour cela, même si le message est difficile à faire passer, la notion de "je consomme local" est une pure vue de l'esprit en terme de réseau électrique.

Si l'on considère de petites unités de production qui injectent en 20kv (ou même en BT), la donne change dans ce cas précis. Mais au vu de la croissance assez phénoménale des besoins électriques des stations avec du toujours plus (voire uniquement) du débrayable, les petites unités de productions ne sont pas en mesure de prendre en charge ces consommations assez "dingues" des stations de ski version 2022. Même si on remplace 3 ou 4 RM par une seule car les anciennes sont très peu consommatrices en regard de ce qui est absorbé par une RM moderne 2022.

Je précise que mon propos ne se veut pas polémique mais juste un constat des faits.
Une solution d'économie drastique, sans tout couper et mettre à l'arrêt, serait de faire rouler lentement les installations car l'effet de diminution des consommations est très important . C'est un bras de levier très efficace qui permettrait je le pense de passer les soucis de l'hiver prochain.

Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
3

#12 L'utilisateur est hors-ligne   arbisman 

  • TPH de l'Aiguille du Midi
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateurs Globaux
  • Messages : 3 834
  • Inscrit(e) : 24-septembre 06

Posté 12 juillet 2022 - 15:44

Voir le messagejfd_, le 12 juillet 2022 - 15:18 , dit :

Une solution d'économie drastique, sans tout couper et mettre à l'arrêt, serait de faire rouler lentement les installations car l'effet de diminution des consommations est très important . C'est un bras de levier très efficace qui permettrait je le pense de passer les soucis de l'hiver prochain.

Faire rouler des télésièges débrayables à vitesse de télésiège fixe tout en gardant le coût de la maintenance élevé lié à ce type d'appareil, je doute que les stations accepteront.
Déjà qu'on se plaint lorsqu'un télésiège débrayable roule à 3,5 ou 4 m/s en pleine saison parce qu'il n'y pas pas assez de skieurs présents sur le domaine skiable... ou par souci d'économie...
1

#13 L'utilisateur est hors-ligne   Guigui74 

  • 3S Peak 2 Peak
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateurs Globaux
  • Messages : 8 650
  • Inscrit(e) : 27-juillet 06

Posté 12 juillet 2022 - 16:28

Mieux vaudrait peut être alors ne pas faire tourner tout le parc et n'opérer que les TSD structurants, surtout dans la mesure ou la guerre risque d'impacter l'activité dans des proportions à ce jour pas encore connues donc générer une moindre fréquentation: à Annecy, ville de tourisme de masse par excellence au même titre que celles des bords de mer, je perçois déjà une différence assez nette car il y a beaucoup moins de bouchons et moins de véhicules roulant habitables en provenance du BeNeLux et du Royaume Uni, alors que c'est justement là l'essentiel de notre clientèle hivernale...
@jfd_: tout à fait d'accord avec toi, mon propos visait juste à souligner que si les stations devaient encore un troisième hiver faire les frais de la situation alors même que certains des territoires qui les opèrent ont déjà été largement sacrifiés sur l'autel du bien commun par le passé, ça ne passerait pas auprès de tout le monde.
La montée des extrêmes aux dernières élections a, dans nos territoires où elles n'avaient par le passé jamais eu d'audience significative, été révélatrice d'un certain changement qu'il conviendrait de prendre en compte :)
In Ropeways I Trust
1

#14 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • TPH du Sancy
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 303
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 13 juillet 2022 - 13:41

Voir le messagearbisman, le 12 juillet 2022 - 15:44 , dit :

Voir le messagejfd_, le 12 juillet 2022 - 15:18 , dit :

Une solution d'économie drastique, sans tout couper et mettre à l'arrêt, serait de faire rouler lentement les installations car l'effet de diminution des consommations est très important . C'est un bras de levier très efficace qui permettrait je le pense de passer les soucis de l'hiver prochain.

Faire rouler des télésièges débrayables à vitesse de télésiège fixe tout en gardant le coût de la maintenance élevé lié à ce type d'appareil, je doute que les stations accepteront.
Déjà qu'on se plaint lorsqu'un télésiège débrayable roule à 3,5 ou 4 m/s en pleine saison parce qu'il n'y pas pas assez de skieurs présents sur le domaine skiable... ou par souci d'économie...
Il est aujourd'hui très difficile de se projeter sur ce que sera l'hiver prochain en terme de ressource d'électricité pour notre pays. C'est clair.

Il y a juste une chose de certaine : coté production nucléaire, cela ne sera pas bien mieux qu'actuellement compte tenu des défauts structurels trouvés et qui sont génériques aux réacteurs 1300 et 1450MW. Cela prendra bcp de temps pour réparer car on ne répare pas cela avec du scotch quoi.

Ensuite, il faut garder à l'esprit que les arbitrages au niveau des consommations électriques se feront peut-être à un certain niveau politique pour ce qui est des mesures d'anticipation de pénurie. Mais si une situation critique arrive, ce ne sera pas au niveau politique que devront se faire les arbitrages mais au niveau technique de gestion de crise. Et derrière ce propos, il faut aussi savoir ce que cela veut dire. C'est que le réseau électrique en cas de pénurie a des risques d'effondrement en quelques minutes, à l'échelle non pas de la France mais de l'Europe à cause des interconnexions.

Pour mieux montrer ce qu'est une situation de crise en terme de perte d'énergie disponible, il faut savoir qu'il y a eu un gros incident au niveau Européen il y a quelques années qui a fait prendre conscience de ce genre de risque. C'était en novembre 2006 et une synthèse bien faite (i.e. pas trop technique) des causes et de ce qui a été fait pour y remédier avant que tout ne tombe est accessible par ce lien : Y Clic

C'était alors sans pénurie de production, "juste" un déséquilibre réseau comme cause racine de la panne. Si la cause racine est une pénurie de production comme actuellement, il ne peut être pallié au problème comme cela avait été fait et c'est à ce moment là que le réseau ne pourra pas forcément être remonté facilement (i.e. coupure de plusieurs jours). D'où en anticipation, le fait qu'il faille s'attendre à diverses demandes pour arriver à une situation du réseau électrique Européen "par terre". Par diverses demandes, il y en a de nombreuses, plus ou moins drastiques. Il faut se souvenir que cela a déjà eu lieu lors de la canicule de 2003 où EDF avait obtenu du gouvernement de l'époque de demander à toutes les industries qui étaient dotées de moyens de production en propre de les activer et de se sortir du réseau. Là où je bosse, cela avait conduit à faire tourner le boutique 24/24 sur groupe durant 34 jours d'affilée (avec une consommation de l'ordre de 35000 litres de gasoil/jour). En effet, à l'époque, nos centrales nucléaires étaient toutes en surchauffe et une crise de production a du être gérée. Certains se rappelleront peut-être des images de certaines centrales dont les pompiers arrosaient les bâtiments réacteurs avec les lances à incendie pour tenter de faire baisser un peu les températures internes...


Cela peut paraitre pessimiste à beaucoup, c'est vrai. D'autant plus que l'approche moyenne de crédibilité de tels propos, suite au un peu plus de deux ans que l'on vient de passer, est très faible ou est de nier ce qui est indiqué (genre c'est du buzz dans les médias). Malheureusement dans ce domaine, la technique a et aura toujours raison, quels que soient les discours, positions officielles prises ou croyances de tout un chacun.

Voilou.

Ce message a été modifié par jfd_ - 13 juillet 2022 - 13:46 .

Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Argentoratum 

  • TSD4 du Plan du Four
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 206
  • Inscrit(e) : 10-juin 12

Posté 13 juillet 2022 - 14:44

C'est quand même étonnant :
- en février 2020, nous avons assisté médusés à la première vague du Covid en Italie, et nous nous sommes dits : "mais non, il n'y a aucun risque que le virus n'arrive en France".
- en novembre 2020, nous avons vu la deuxième vague monter en France, et nous nous sommes dits : "mais non, il n'y a aucun risque qu'il n'y ait fermeture des stations cet hiver".
- en janvier 2022, nous avons observé l'armée russe s'amasser aux frontières Ukrainiennes, et nous nous sommes dits : "mais non, Poutine ne vas pas envahir l'Ukraine".
- en février 2022, nous avons assisté médusés à l'invasion de l'Ukraine par l'armée Russe, et nous nous sommes dits : "mais non, il n'y a aucun risque que Poutine ne coupe le gaz à l'Europe".

Ces deux dernières années, à chaque fois, nous avons été particulièrement mauvais dans la perception du risque (je m'inclus dans cette mauvaise perception) et nous avons du gérer en catastrophe les évènements.
Nous avons attendu qu'un problème arrive et nous avons agi (ou tenté d'agir) dans l'urgence.

Pour une fois, tous les acteurs ont plusieurs mois pour se préparer au pire et organiser un fonctionnement en mode dégradé...

Ce message a été modifié par Argentoratum - 13 juillet 2022 - 14:45 .

8

#16 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • TPH du Sancy
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 303
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 13 juillet 2022 - 23:37

Je suis convaincu qu'il n'y aura quasiment aucune anticipation de la gestion de crise qu'il y aura à effectuer (ou alors juste à la marge) coté industrie (les stations pour le réseau électrique du pays sont une industrie). Que beaucoup seront mécontents forcément, clients comme professionnels.

Or, techniquement, il est impossible de retrouver une capacité de production sensiblement plus proche de la normale d'ici décembre. Même si quelques réacteurs sont remis en production (il le faut car avec la situation actuelle, là, ....), cela ne changera pas grand chose. En effet, la consommation électrique due au chauffage en hiver est bien plus importante que l'ensemble de la consommation que représentent les climatisations en fonction. Même actuellement en cette période de vague de chaleur.

La France est quelque part prise au piège. Il ne sera pas facile d'arbitrer les choix le moment venu.

Mais pour autant, il ne faut pas verser dans un excès de négatif par anticipation. Il faut juste prendre en compte que cet hiver sera difficile pour des raison d'ordre technique, indépendamment

Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#17 L'utilisateur est hors-ligne   shuntage 

  • DMC du Pontillas
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1 149
  • Inscrit(e) : 19-février 06

Posté 14 juillet 2022 - 10:26

Je ne voyais pas la situation si compliqué sur notre parc nucléaire .

Parfois j’espère que on va avoir des grosse coupure en France : cela servirait un peut de leçon :

- le tout électrique surtout dans le chauffage,"on" veut supprimer les chaudières à fioul, à gaz, les cheminées ...
- les bagnoles électriques ...
- et les écolos de comptoirs antinucléaire , il faudrait même les délestés en priorité :lol:

Plus sérieusement pour les barrages mais je croit bien qu'ils ne servent pas à produire dans le temps et la durée ils sont là pour "écreter " le réseau .

https://www.bfmtv.co...l#xtor=CS9-144-[facebook]-[BFMBusiness]

"Il n'y a pas eu de black-out en France depuis 1978 et même si on est dans une situation très difficile, il y a quand même de très fortes chances que nous passions l'hiver sans délestage", a déclaré Marc Benayoun devant la commission des affaires économiques du Sénat."
1

#18 L'utilisateur est hors-ligne   jfd_ 

  • TPH du Sancy
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2 303
  • Inscrit(e) : 30-août 07

Posté 14 juillet 2022 - 23:41

Effectivement, les barrages de montagne ne sont pas une solution pour faire de la production 24/24h.C'est plutôt les centrales au fil de l'eau qui sont aptes à cela. Comme tous ceux qui équipent le Rhône de Génissiat à Donzères-Mondragon.

Les petites unités de production de montagne qui ne dépendent pas d'un barrage tournent aussi en 24/24h...quand il y a de l'eau (production de ce type très faible dans le Sud des Alpes actuellement).

Ce message a été modifié par jfd_ - 14 juillet 2022 - 23:42 .

Envie d'appréhender l'entrainement cycle? Visitez le site VO2 Cycling ( http://www.vo2cycling.fr )
0

#19 L'utilisateur est hors-ligne   SnowLoup 

  • FUN de Peclet
  • Voir la galerie
  • Groupe : Reporters
  • Messages : 1 251
  • Inscrit(e) : 22-janvier 08

Posté 15 juillet 2022 - 00:17

C’est marant de critiquer le tout électrique en regrettant les chaudières à gaz et mazout alors qu’actuellement ce sont sont ces types d’énergie primaires qui font défaut (en plus de la sécheresse).

Dans tous les cas il faut avoir un mix électrique permettant une production globalement suffisante avec une flexibilité permettant d’assurer les les pics sans tourner à vide durant les creux.

Le nucléaire est une énergie de ruban interessante et très puissante mais à une flexibilité quasiment nul alors qu’au contraire les barrages permettent une réactivité inégalées mais sont incapables de fournir des grandes quantités d’énergies sur le long terme (ce qui ne serait d’ailleurs pas rentable pour ce type de fournisseur).

Les centrales à mazout et surtout gaz ont une flexibilité intermédiaire alors que que les énergies renouvelables (hors hydraulique d’accumulation) ont une productivité généralement aléatoire et non contrôlable.

Partant de cette base, je trouve les politiciens souvent trop simplificateurs et réducteurs quand il ne parle que de volume de production d’énergie sans parler de cohérence entre la production et la consommation, de stockage ou même de consommation intelligente. Pour moi le futur passe par une production renouvelable accrue avec le développement de capacité de stockage et sortant avec le développement de réseau intelligents permettant d’adapter en partie la consommation à la production et non plus seulement l’inverse.

En se qui concerne le pétrole et l’uranium, il faut aussi se rendre compte qu’ils ne sont disponibles en grande quantité que dans des pays peu recommandables. Un scénario à la "gaz russe" reste possible pour ces ressources même si les massacres entre états du Moyenne-Orient ou d’Afrique est bien toléré par la communauté internationale.
3

#20 L'utilisateur est hors-ligne   Bregalad 

  • TSD6B du Diable
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 391
  • Inscrit(e) : 26-janvier 20

Posté 17 juillet 2022 - 12:43

Voir le messagejfd_, le 12 juillet 2022 - 15:18 , dit :

Imagine que tu aies une station de ski proche d'une centrale hydraulique. Allez prenons Les Arcs (pour changer de l'Oisans) qui est proche de la centrale de Malgovert. Cette dernière envoie sur le réseau l'énergie produite en 225kv. Une station comme Les Arcs est alimentée en 20kv (peut-être aussi sur les gros postes de livraison en 63kv mais pas certain). De ce fait, tu n'as pas du tout de garantie que les électrons qui font tourner les RMs aux Arcs viennent bien de Malgovert. Il peuvent venir du CNPE du Bugey à un moment donné de la journée. Puis à un autre moment de la journée, de Génissiat et de quelques champs d'éoliennes et pour finir la journée, du CNPE de Cruas. Et c'est bien pour cela, même si le message est difficile à faire passer, la notion de "je consomme local" est une pure vue de l'esprit en terme de réseau électrique.

Si l'on considère de petites unités de production qui injectent en 20kv (ou même en BT), la donne change dans ce cas précis.

En fait pas vraiment. Ce qui compte pour l'énergie électrique n'est pas d'où provient les électrons, mais bien qui les met en mouvement (et donc crée le courant électrique). Les réseaux de différents niveau de tension sont interconnectés tout comme le sont la majorité les producteurs et consommateurs européens, et même si les électrons ne traversent pas un transformateur l'énergie électrique passe bien d'un côté à l'autre. Seul en se déconnectant totalement du réseau on pourrait prétendre "consommer local" en terme électrique.

Citation

Mais au vu de la croissance assez phénoménale des besoins électriques des stations avec du toujours plus (voire uniquement) du débrayable, les petites unités de productions ne sont pas en mesure de prendre en charge ces consommations assez "dingues" des stations de ski version 2022. Même si on remplace 3 ou 4 RM par une seule car les anciennes sont très peu consommatrices en regard de ce qui est absorbé par une RM moderne 2022.

Donc j'avais bien raison de préférer les anciennes installations, ne serait-ce que sous un point de vue purement énergétique...

Citation

Faire rouler des télésièges débrayables à vitesse de télésiège fixe tout en gardant le coût de la maintenance élevé lié à ce type d'appareil, je doute que les stations accepteront.

Il n'est pas possible de changer l'infrastructure de centaines d'installations en quelques mois (passer de TSD à TSF), et une fois que la pénurie sera là, peu importe que les station "acceptent" ou pas... Baisser la vitesse me semble un compromis acceptable. C'est le même débat que sur la route où la majorité politique préfère garder le droit d'avoir le plaisir de rouler vite alors même que baisser les vitesses serait un moyen très simple, rapide a mettre en œuvre et socialement acceptable de baisser significativement la consommation de pétrole et de baisser les émissions de CO2.

Ce message a été modifié par Bregalad - 17 juillet 2022 - 12:44 .

0

  • 5 Pages +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)