Forums Remontées Mécaniques: TCD10 des Mémises - Thollon-les-Mémises - Forums Remontées Mécaniques

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

TCD10 des Mémises - Thollon-les-Mémises Poma - 2013

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Lolo42 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 938
  • Inscrit(e) : 19-septembre 07

Posté 04 octobre 2017 - 13:40

*
MESSAGE POPULAIRE !

Je vous propose un reportage en version estivale sur la télécabine des Mémises, à la fois ascenseur hivernal et remontée mécanique de belvédère de la petite station de Thollon :

Image IPB
Cliquer sur l'image pour accéder au reportage.

Vous pouvez déposer vos remarques, questions et commentaires relatifs à cet appareil dans ce fil de discussion.
(vous voyez une faute ? N'hésitez-pas à me contacter par MP)

- Laurent -

www.remontees-mecaniques.net
16

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Valmo* 

  • TPH Vanoise Express
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 464
  • Inscrit(e) : 26-juin 06

Posté 04 octobre 2017 - 14:00

merci ! combien de cabines en ligne le jour de ta visite ?
Valmorel , plus belle station des alpes...
___________________________________________
www.skigranddomaine.net
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Lolo42 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 938
  • Inscrit(e) : 19-septembre 07

Posté 04 octobre 2017 - 15:34

Voir le messageValmo*, le 04 octobre 2017 - 14:00 , dit :

merci ! combien de cabines en ligne le jour de ta visite ?

Je dirais moins d'une moitié sur les 28... Sans doute autour d'une dizaine.
La fréquentation est moindre mais s’étale de façon régulière sur la journée. En mode hivernal, l'appareil est au contraire très sollicité le matin et le soir, et moins utilisé dans la journée.
- Laurent -

www.remontees-mecaniques.net
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Anton aus Tyrol 

  • TSD8 des Tommeuses
  • Groupe : Membres
  • Messages : 449
  • Inscrit(e) : 20-avril 10

Posté 04 octobre 2017 - 18:39

Un grand merci pour ce reportage, où j'ai passé mes vacances d'enfance avec les fameux Oeufs Poma 4 places.

Je n'y suis plus retourné et attendais impatiemment ce reportage. Content de voir que Thollon a investi. Reste à remplacer le TSF2 de la Frasse, qui doit commencer à bien vieillir.
1

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Seb_Thln 

  • TK de la Boule de Gomme
  • Groupe : Membres
  • Messages : 2
  • Inscrit(e) : 04-octobre 17

Posté 04 octobre 2017 - 22:09

Voir le messageValmo*, le 04 octobre 2017 - 14:00 , dit :

merci ! combien de cabines en ligne le jour de ta visite ?

Bonjour,

durant l'été seulement 9 cabines sont en ligne.
1

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Lavar_Ball 

  • TK de la Boule de Gomme
  • Groupe : Membres
  • Messages : 1
  • Inscrit(e) : 04-octobre 17

Posté 04 octobre 2017 - 22:22

Merci pour ce super reportage très complet !
2

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Lolo42 

  • 2S Ngong Ping 360
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 938
  • Inscrit(e) : 19-septembre 07

Posté 25 août 2018 - 14:46

Partie historique du reportage complétée avec quelques éléments nouveaux :

Le projet de téléphérique de 1934

Il apparaît au regard de la presse d'époque que le projet arrêté fin 1934 était très ambitieux. Il prévoyait la construction d'une ligne de téléphériques en trois tronçons qui devaient démarrer directement du lac Léman pour aboutir à la Dent d'Oche !

Une première section devait depuis Meillerie, en bord de lac (10 kilomètres d'Évian et facilement accessible par la route, le train ou le bâteau), conduire à Lucel, commune de Thollon. De là, un second équipement devait rejoindre les falaises des Mémises, à 1.648 mètres, d'où une section terminale aurait conduit à la Dent d'Oche, à 2.221 mètres, où l'œil embrasse le Léman et les sommets des Alpes suisses et françaises. On annonçait une mise en service possible pour 1938.

Image IPB


Le mystérieux télésiège abandonné de 1949

Il existe à la médiathèque de Martigny une photo qui montre le dernier pylône du TSD2 Breco-Stime / Giovanola lors des premiers tests de fonctionnement. Ce visuel montre en second plan un empilement de rails, sièges, pinces de l'ancien télésiège dont la gare d'arrivée avait été démontée pour être reconstruite plus en retrait.
Ce visuel c'est celui-ci : http://photo.memovs....020phC01593.jpg
La médiathèque me l'a fait parvenir en HD ; je n'ai cependant pas les droits pour le diffuser. Mais, à partir du fichier HD j'ai pu reconstituer en dessin la pince débrayable (de façon sommaire) et le type siège qui équipait cet appareil prototype par rapport à ce qui est présent dans les débris de l'arrière plan.


Petit rappel historique : l'équipement, dont la construction fut menée en 1949, inaugurait un partenariat entre Breco-Stime et les ateliers helvétiques Giovanola qui testaient ici une nouvelle pince « à auto-serrage » pour laquelle la chaudronnerie suisse avait acquis une licence dans le but d'investir le marché des remontées mécaniques.

Cette réalisation se heurta cependant à la problématique de la pente prononcée de la ligne qui dépassait les 110 % dans la partie supérieure. En effet, durant les essais, un accident se produisit (probablement un glissement de siège(s) dans la pente maximale). Malgré plusieurs tentatives d'amélioration de la pince jusqu'en juin 1950, le télésiège n'ouvrit jamais au public sous cette forme. La société Giovanola se mit à la recherche d'une autre technologie qui allait aboutir à la création de la pince gravitaire Dumur-Giovanola.



Voici la pince en question représentée d'après ce que j'ai pu voir sur le visuel HD :

Image IPB

- On remarque évidement le chariot qui n'est pas sans rappeler la pince VR101 et qui servira sans doute de base pour le développement de la pince gravitaire Dumur-Giovanola l'année suivante.

- On remarque également un bras qui se termine par un galet. Un levier qui, semble-t-il, devait fonctionner à l'horizontale, et qui venait fermer un mors ou bloquer la pince en position fermée (?)

Cette pince, sans doute développée en 1948, constitue si je ne m'abuse la 3e pince débrayable au monde pour appareil monocâble pour voyageurs après la VR101 et la pince Oehler (TSD1 Hörnli à Arosa). Même si elle s'est avérée non fiable et a été abandonnée, il est étonnant (et frustrant!) de n'en trouver trace nulle-part dans la presse de l'époque (y compris technique).


Une autre chose étonnante : les véhicules qui équipaient cette première installation : des sièges biplaces latéraux capotés carrément inspirés des sièges Von Roll !

Voici la représentation que j'ai pu en faire, grace au visuel en HD :
Image IPB

Était-ce une conception directe de Giovanola, une licence (comme la pince) d'une société inconnue ? Le mystère demeure. Il est, là-encore, étonnant, de ne retrouver aucune trace dans les revues d'époque du lancement d'un tel produit en 1948.
- Laurent -

www.remontees-mecaniques.net
8

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Jubiproduction 

  • TSD6 de l'Eau d'Olle
  • Voir la galerie
  • Groupe : Reporters
  • Messages : 306
  • Inscrit(e) : 01-mars 14

Posté 30 septembre 2018 - 17:28

Hier encore, cette mystérieuse pince à auto-serrage restait une énigme à nos yeux. La découverte récente de son brevet nous as permis de faire un grand bon en avant sur nos connaissances techniques et historiques de cet ancêtre de la pince Giovanola.

Cette pince a été inventée par la Société des Brevets Français d'Equipement Touristique qui fit une demande de brevet le 5 octobre 1948 (ce qui fera exactement 70 ans dans 5 jours!). Nous observons que la société manifesta une certaine prétention du fait de caractériser son brevet comme un "perfectionnement aux téléphériques monocâbles", sous-entendant une rectification de la pince Von Roll 101 développée 4 ans auparavent. Elle s'est donc inspirée de Von Roll en proposant une """""amélioration""""".


Technique et fonctionnement de la pince

En effet, si il y a bien un mot qui caractérise cette pince, c'est bien celui de l'inspiration. Le chariot reprenait la configuration d'un chassis tenu sur 4 galets de roulements comme Von Roll et sa VR101. Néanmoins, la particularité de cette pince était la disposition de la fixation de la suspente qui se situait entre les deux pairs de galets.

Image IPBLa pince vue de profile. À gauche: pince ouverte en gare à l'aide de rails latéraux, à droite: passage sous un pylône support ou compression.
La pince utilise un système dit d'auto-serrage fonctionnant par frottement ou adhérence, lié à l'accélération gravitationnelle .



La suite des explications se réfère au schéma ci-dessous:

Le levier 7 fixé au chariot sur l'axe 8 est solidaire d'une came 10 de manière que le levier vienne serrer par pression le câble entre la came 10 et la butée 11.
Le sens du mouvement du câble est celui de la flèche F (en direction de la gauche sur le dessin). À la montée, la chariot à tendance à glisser sur le câble dans le sens opposé à droite (puisque la gravité "tire" le chariot en direction du bas). Mais le "frottement" (la déformation) du câble par l'appui de la came 10 entraîne cette came avec ce même câble en direction de la montée (gauche). La came va exercer une rotation dans le sens des aiguilles d'une montre autour de l'axe 8 et va serrer ainsi davantage le câble contre la butée 11. Cela fonctionne comme un levier de serrage.

Donc plus la pente est forte, plus le serrage est intense puisque que la came va plus s'enfoncer dans le câble et donc le serrer . Un faible ressort (jaune) permet à la came de toujours s'appuyer contre le câble même si elle ne le serre pas. Le ressort n'a aucun rôle dans la force exercée par la came. C'est donc une pince où le câble est serré par "lui-même "(combiné à la pente de la ligne et à la masse du véhicule), donnant ainsi son nom de pince à auto-serrage.

Image IPBÀ le montée (le câble se dirige à gauche), c'est le levier 7 et la came 10 qui permettent de serrer le câble. En descente, c'est le levier 15 et la came 13 qui viennent serrer le câble.

Lors du débrayage, deux rails 12 et 12' viennent appuyer les leviers 7 et 15. Les leviers passent de la position fermée (bleu clair) à la position ouverte (bleu foncé). Les cames 10 et 13 exercent une rotation autour de l'axe 8 et 16 et desserrent ainsi le câble.
Pour l'embrayage, le chariot accélère sur une pente inclinée et rejoint le câble. Les rails 12 et 12' s'éloignent pour permettre à la pince de se "serrer" par elle-même (!!!)


Giovanola et son premier tsd2

Les Ateliers de Constructions GIOVANOLA Frères Sa Monthey en acquirent rapidement une licence en vue de se lancer prochainement dans les marchés des remontées mécaniques débrayables, marché en plein boum qui a démarré en 1945 avec l'ouverture du tsd2 de Flims.

Fin 1948, la société du Télé-siège Évian-Thollon fut intéressée par ce projet de tsd2 (probablement car son coût en tant que prototype était moins cher que les modèles fabriqués par Von Roll). L'équipement, dont la construction fut entamée en 1949, inaugura un partenariat entre la British Ropeway Engineering Company (Breco) (via son représentant français : la STIME) et Giovanola qui testa ainsi ici la nouvelle pince à auto-serrage.

La conception douteuse de la pince (le serrage se faisait généralement après la sortie de gare dès l'inclinaison du câble et n'était pas garanti), l'absence de système de protection pour empêcher l'ouverture du mord en ligne ainsi que la faible résistance aux aléas (secousse, arrêt brutal,...) provoqua lors des tests un accident. Sans étonnement, un siège glissa sur le long de la ligne et révéla donc la déficience totale de la pince.

Malgré plusieurs modifications (notamment le déplacement du lieu de fixation de la suspente non plus entre les galets mais au dessous du levier d'ouverure), le système d'auto-serrage n'était pas viable. Giovanola, ayant appris de ses erreurs, créa la célèbre pince Giovanola. Mais ça, c'est une autre histoire Image IPB

Ce message a été modifié par Jubiproduction - 08 octobre 2018 - 11:06 .

Télésiège du Weissenstein
7

#9 L'utilisateur est hors-ligne   10sami52 

  • TPH du Sancy
  • Voir la galerie
  • Groupe : Reporters
  • Messages : 2 003
  • Inscrit(e) : 29-décembre 11

Posté 30 septembre 2018 - 17:37

Wow. Merci Jubiproduction pour cette très belle trouvaille et les explications du fonctionnement de cette pince à auto-serrage! La "première" pince utilisée par Giovanola. :rolleyes:

Ce message a été modifié par 10sami52 - 30 septembre 2018 - 17:40 .

Un fan de Giovanola et de la TCD4 Männlichenbahn
3

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Guigui74 

  • 3S Peak 2 Peak
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateurs Globaux
  • Messages : 8 025
  • Inscrit(e) : 27-juillet 06

Posté 30 septembre 2018 - 17:43

Puisqu'il est ici question des ancêtres:
Image IPB
In Ropeways I Trust
6

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)