En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 39Bannière 33Bannière 18Bannière 7

 TSF1 Treceira

Sauze d'Oulx (Via Lattea)

Marchisio

T2 HS
Description rapide :
Remontée constuite par Marchisio

Mise en service en : 1987
Fin de service en : 2009



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : fufu
Section écrite le 10/02/2007 et mise à jour le 23/09/2007
(Mise en cache le 22/08/2013)

Image


Le TSF Treceira est un appareil que l'on ne rencontre plus que très rarement : C'est en effet un télésiège monoplace !
Pourtant, il n'en est pas moins essentiel sur le magnifique domaine de la Via Lattea (Voie Lactée), et il mérite que l'on s'y attarde quelques instants, malgré sa vétusté.

Histoire de l'appareil

Ce TSF1 a un passé pour le moins chargé :

> Les premières années

Avant d'être installé sur son tracé actuel, ce TSF1 a commencé sa carrière en 1974 sur le front de neige de Sauze d'Oulx, remplacant alors un autre TSF1 moins puissant sur la liaison entre la station et Clotes.
Une particularité tout à fait remarquable était que les skieurs devaient déchausser leurs skis et les tenir sous le bras pendant toute la durée du trajet. En effet, la zone d'embarquement de la gare aval, entièrement couverte, n'était pas enneigée.

Voici une vieille carte postale ou l'on voit le TSF sur son ancien site (La photo n'étant pas de moi, je ne l'affiche pas sur le forum, mais en met le lien) :

Ici

> Le déplacement

En 1987, le télésiège de Treceira est démonté de son site d'origine pour être installé sur son tracé qui restera le sien jusqu'à aujourd'hui. Il laisse alors sa place à un TSF2, et s'en va assurer une nouvelle liaison entre les pistes d'altitude de Sauze d'Oulx et la TC6 Col Basset qui vient d'être construite, permettant la liaison avec Sestriere.

> La fermeture

Lors de la saison 2002-03, Treceira subit une révision générale : Tout est démonté, déposé, controllé, magnetographié et tout ce qu'il s'en suit. Mais depuis cette grande visite, l'appareil n'ouvrira plus. Les sièges ne seront jamais remontés, et pendant de longues années, il est maintenu en état, mais n'est pas exploité.

Pourtant, fin décembre 2005, c'est la surprise : Les habitués de la station découvrent avec stupeur que les sièges sont en cours de remontage, et finalement, Treceira rouvre de la même manière qu'il avait fermé, sans que personne ne sache pourquoi il avait été si longtemps à l'arrêt ni pourquoi, subitement, il se remette à tourner. D'aucun pensent que le manque de neige ou les jeux olympiques sont à l'origine de cette décision.

> L'accident

Cette ouverture sera malheureusement en courte durée. Le 5 janvier 2006, c'est l'accident : Le cable déraille, sans faire directement de victimes. Néanmoins, affolé, un touriste russe saute de son siège et se blesse. Pendant que le service des pistes lui portent secours, le personnel des remontées mécaniques évacuent les deux cotés de la ligne en un temps record et sans aucun autre incident.

Encore une fois, l'exploitant est contraint de fermer de nouveau ce télésiège pour une durée, encore une fois, indeterminée. On ignore quand il a été de nouveau ouvert, toujours est-il que depuis le début de cette saison 2006-07, il fonctionne normalement et n'est pas délaissé par les touristes...

Stratégie de l'appareil sur le domaine

Voici sa situation sur le plan des pistes :

Image

Treceira a été installé sur son tracé actuel en 1987, lors de la construction de la TC6 Col Basset qui monte directement de Sestrière.

L'utilité de ce télésiège est d'assurer la liaison entre Sauze d'Oulx et Sestrière quand l'enneigement est insufisant pour exploiter les deux TKE Rio Nero Sauze (n°157 sur plan) et le TSF4 Basset (n°158) qui sont les appareils privilégiés pour assurer la liaison. Son tracé juste en dessous de la ligne de crête permet donc de basculer directement du secteur Triplex desservi par le TSD4 (n°139) du même nom à Sestrière. Il ne dessert aucune piste à lui tout seul.

En temps normal, cet appareil n'est exploité que pendant les vacances scolaires et les week-ends.

Si vous avez le logiciel Google Earth, il est possible de visualiser en 3D la ligne de cet appareil ici (Service fourni par www.funivie.org) :

Ligne en 3D sur Google Earth

Sur la page qui s'affiche, cliquer sur le lien "Download Sauze d.Oulx - SG1 Treceira (603B)". Google Earth s'ouvrira automatiquement et se positionnera directement sur la ligne.

Caractéristiques principales

Type : TSF
Capacité par véhicules : 1 personne
Constructeur : Marchisio
Année d'instalation : 1987
Altitude de départ : 2412 m
Altitude d'arrivée : 2470 m
Dénivelée : 58 m
Longueur : 987 m
Vitesse : 2 m/s
Nombre de véhicules : 192
Débit horaire : 720 pers./h
Capacité montée : 100%
Capacité descente : 100%
Exploitation à la descente : Oui
Sens de montée : Droite
Position motrice : Aval
Position tension : Aval
Type de tension : Contre-poids
Type de pinces : Fixes, à tenaille

Les gares

La motrice est située en aval, coté Sauze d'Oulx. Réduite à sa plus simple expression, elle laisse largement transparaitre de sa vétusté. Elle est composée d'un chassis de six pieds, surmontés de deux rails latéraux sur lequels roule le treuil.

Image

Image

La tension étant réalisée en aval au moyen de contre-poids, il est retenu par quatre câbles qui rentrent dans la cabane des contre-poids pour y être déviés vers les lests. La structure portante de l'ensemble est réalisée en acier.

Image

Les panneaux latéraux de la gare ainsi que la toiture sont bardés de tôles. Enfin, le plancher de circulation du treuil est composé d'épaisses lattes de bois. L'accès à la mécanique est possible grace à une echelle solidaire du treuil.

La poulie motrice est retenue en dessous et au dessus par une structure permettant de soulager le réducteur de l'action du câble. De fait, la liaison entre la poulie et l'arbre lent ne subit que le couple moteur transmis par le reducteur. C'est un principe plus rudimentaire du principe du fourreau de dissociation couple/tension que l'on retrouve sur les appareils actuels.

On notera sur la poulie la présence de détecteurs centrifuges de survitesse. Couplés à des capteurs, des masses montés sur pivot sont disposées au nombre de 4 autour de la poulie. En cas de survitesse, ils sont calibrés pour que, par l'action de la force centrifuge, il s'écartent peu à peu de leurs position verticale, jusqu'à ce que, arrivés à un certain angle, ils déclenchent un capteur qui coupe alors automatiquement l'alimentation et provoque l'arrêt par le frein de poulie. Cette disposition est courante sur la plupart des téleportés italiens jusqu'à une dizaine d'années.

Un unique frein de poulie du type hydraulique est prévu sur cet appareil.

Image

L'embarquement ne se fait pas sous la poulie mais largement après. Le passager, dont l'accès n'est régi ni par des portillons automatiques, ni par des feux de signalisation, arrive par le coté du câble et s'aligne ensuite.

Le débarquement, lui, s'effectue sous le premier portique compression, ce qui est suffisement rare pour être souligné : Le passager se lève alors que le cable est encore en pente, ce qui procure un grand confort de débarquement.

Image

La gare retour est réduite à sa plus simple expression, étant retour fixe.

Image

Pinces et véhicules

Les sièges, au nombre de 192, sont de conception très simple : L'assise est soudée sur un tube qui est relié directement à la pince. Le garde-corp est une simple barre que l'on rabat latéralement. Il est à noter qu'environ un siège sur dix est de conception différente : Ils sont pourvus sur le coté de l'assise d'une seconde assise plus petite prévue pour accueillir les enfants en bas âge. De nombreuses photos des sièges sont visibles dans la suite du reportage.
La pince est du type tenaille. Sa conception est différente de la plupart des pinces fixes équipant les appareils français nottament. Le principe est cependant simple : Elle est assimilable aux pinces T de Poma (Poma s'est en fait largement inspiré des pinces fixes tenaille pour concevoir la pince T). L'effort de serrage n'est pas développé par des ressorts ou des rondelles horizontaux, mais par un ressort vertical.

Image

La ligne

Le dénivellé de cet appareil est quasiement négligeable, du haut de ses 52m. On l'a dit, sa fonction n'est pas d'élever les skieurs, mais c'est un pur appareil de liaison entre deux points non reliés par des pistes.

Immédiatement après l'embarquement, la ligne passe un gros rocher qui précède une très longue portion legèrement vallonée pour arriver un peu plus haut à la gare amont et à la TC6 Col Basset.

Voici des photos de la ligne :

En faisant le trajet depuis la TC6 Col Basset vers l'aval, le secteur Triplex :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Enfin, une vue générale de la ligne, cette fois ci depuis le Triplex, vers Col Basset. Au fond, la télécabine.

Image

Voilà pour cet appareil atypique !





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09286 secondes. 30 requete(s).
130 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés