En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 32Bannière 38Bannière 8Bannière 11Bannière 2Bannière 16Bannière 19Bannière 36Bannière 18Bannière 42Bannière 30Bannière 24Bannière 25Bannière 14Bannière 10Bannière 27Bannière 21Bannière 9Bannière 34Bannière 3Bannière 6Bannière 20Bannière 33Bannière 22Bannière 39Bannière 35Bannière 1Bannière 26Bannière 28Bannière 12Bannière 7Bannière 41Bannière 29Bannière 40Bannière 17Bannière 31Bannière 43Bannière 15Bannière 37Bannière 4Bannière 44Bannière 23Bannière 5

Remontées-Mécaniques.net

A l'actualité sur le site


Sélection de reportages


TSD6 de l'Aiguille du Fruit (Courchevel - FR)
Poma - 2014
Découvrez le nouveau télésiège de l'Aiguille du Fruit, l'un des deux six places débrayables installés à Courchevel cette Saison. L'appareil est un maillon essentiel permettant d'assurer le retour vers Courchevel 1850 depuis Moriond.

Reportage commenté de Bouctou.
(17/02/2015)
TSCD Chondola (Telluride - USA)
Garaventa/CTEC - 1995
A Telluride, au cœur du Colorado, a été construit, en 1995, le premier appareil de type télésiège mixte de l’époque moderne aux USA avec des gares de plain-pied d’aspect léger.
Ce concept qui mélange l’utilisation de sièges et de cabines sur la même ligne, permet d’accueillir des skieurs et des piétons avec des véhicules dédiés à chaque clientèle.
Ce type d’appareil s’est depuis largement répandu et est au catalogue des principaux constructeurs.

Reportage photos de Rodo_Af.
(28/02/2015)
TSD6 du Bécoin (La Plagne - FR)
Leitner - 2012
Le télésiège débrayable du Bécoin a permis une réorganisation complète du front de neige de Plagne Centre. Il permet de capter plus facilement les flux vers un secteur ensoleillé offrant une importante offre de ski propre et de liaison.

Reportage technique de Remontees.
(01/03/2015)


Dernières nouveautés/actualités remontées mécaniques


Les panneaux solaires : un auxiliaire utile pour les remontées mécaniques

Le 28/02/2015 - 22:17 par monchu
TSD6 de Bellasta - Les Saisies (Espace Diamant)
Doubles panneaux solaires équipant la télécabine Panoramabahn, qui vient d'être inaugurée à Schruns (monchu)

Il n'est pas encore question de faire tourner une remontée uniquement à l'énergie solaire. Mais certaines constructions récentes montrent que l'usage de panneaux photovoltaïques s'accroît, pour répondre à deux types de besoins :

- produire de l'électricité et l'injecter dans le réseau. Les constructeurs profitent des surfaces utiles sur les gares ou le long de la ligne pour installer des batteries de panneaux solaires, comme sur les stations du télésiège Hüttenkopf à Golm (Autriche), sur les pistes de Neukirchen am Wildkogel (Autriche), entre les pylônes du téléski de Tenna (Suisse) ou sur les plexiglas couvrant un tapis roulant à Gerlos (Autriche). La facture énergétique annuelle est certes allégée, jusqu'à un tiers à Golm, mais l'électricité est majoritairement produite durant les longues journées ensoleillées d'été et non pas quand les appareils sont en service.

- remplacer certains réseaux filaires ou offrir un service supplémentaire aux clients. Le groupement Silvretta Montafon a ainsi équipé les télécabines Grasjoch et Panorama de doubles panneaux solaires alimentant l'équipement radio qui diffuse les consignes en cas d'arrêt de l'installation. L'exploitant a ainsi pu renoncer aux traditionnels hauts-parleurs montés sur les pylônes, dont les messages étaient parfois difficilement audibles. Ces deux appareils sont aussi équipés d'un éclairage à diodes qui se déclenche en fonction de l'obscurité, lors du passage dans les gares ou pendant les rotations de fin de journée.

Pour aller plus loin :
- reportage sur le TSD6BC Hüttenkopf et ses panneaux intégrés aux gares ;
- reportage sur la TCD6 Wildkogel et sa centrale solaire ;
- article externe sur le TKE2 de Tenna.

 

Embellie des investissements hexagonaux en 2014

Le 16/02/2015 - 18:54 par lolo42
TSD6 de Bellasta - Les Saisies (Espace Diamant)

Après quelques années en demi-teinte à la fin de la décennie 2000, et malgré une légère baisse de fréquentation sur la saison 2013-2014, les domaines skiables de l'hexagone poursuivent leurs investissements : 334,6 millions d'euros pour cette saison, un chiffre de 8 % supérieur à celui de la saison précédente et au dessus de la moyenne des dix dernières années. Deux-tiers de ces investissements se sont concentrés sur les remontées mécaniques. Le secteur connait un beau regain avec 209 millions d'euros investis contre une moyenne de 178 sur dix ans.

Pourtant, moins d'appareils neufs ont été construits (64 contre 78 l'année passée). Même si l'on n'atteint pas encore le niveau d'équipement autrichien, il faut y voir la traduction d'un engagement qualitatif visant à renforcer l'attractivité et la sécurité des domaines : 30 % de la clientèle des stations françaises est internationale.

Désormais, dans un contexte de globalisation à l'échelle européenne, le télésiège débrayable six places s'impose comme la norme des nouveaux appareils avec 14 exemplaires installés contre 7 l'année dernière. A Courchevel, par exemple, deux TSD6 on été réalisés cette année : celui, à bulles, de la Forêt, en remplacement d'une télécabine, et celui de l'Aiguille du Fruit, visant à assurer un retour station. Des stations plus modestes comme la Pierre-Saint-Martin, dans les Pyrénées, avec le TSD6 Family, n'hésitent également plus à franchir le pas. Dans le Cantal, Le Lioran a même inauguré le premier TSD6 du Massif central, bien doté en options.

Pour aller plus loin :
- les chantiers 2014 sur le forum
- notre reportage sur le nouveau TSD6 de l'Aiguille du Fruit à Courchevel
- notre reportage sur le nouveau TSD6A du Buron du Baguet au Lioran
- le chantier du TSD6 Family à la Pierre-Saint-Martin
- L'article "Investissements 2014 en forme d'éclaircie", qui revient de façon détaillée sur cette embellie, dans le numéro 247 de Montagne Leaders (janv/fév 2015)

 

Les téléphériques français commencent à jouer la carte de l'après-ski

Le 09/02/2015 - 12:15 par monchu
TSD6 de Bellasta - Les Saisies (Espace Diamant)
Télécabine du Mont-Chéry, aux Gets (DR)

Alors que la saison d'hiver bat son plein en France, quelques stations vont mettre des remontées prestigieuses à disposition pour des animations ponctuelles en soirée. Le 12 février prochain, la Plagne et les Arcs organiseront à nouveau un dîner gastronomique, servi à 36 clients tirés au sort, dans une cabine du téléphérique Vanoise Express, qui sera placée en stationnaire pendant une heure et demie dans la longue portée reliant les 2 massifs. A l'occasion de la Saint-Valentin, Val d'Isère ouvrira le 3S de Bellevarde en nocturne le 13 février pour 68 clients, tandis que les Gets organiseront 5 rotations de la télécabine du Mont-Chéry le 14 février au soir, et y serviront un apéritif dînatoire. Enfin, le 6 mars, un concours publicitaire permettra à 4 gagnants de passer une nuit dans une cabine du téléphérique de la Saulire, à Courchevel, transformée en chambre d'hôtel pour l'occasion.

Ces initiatives s'inspirent d'expériences qui ont fait leurs preuves à l'étranger. De nombreux domaines ouvrent déjà leurs appareils pour des dîners originaux dans une cabine : le 2S du Kanzelwand dans le Kleinwalsertal (AT), la télécabine de Montjuic à Barcelone (ES), le téléphérique du Rigi à Weggis (CH), le téléphérique de la Pfingstegg à Grindelwald (CH), sans oublier la soirée fondue dans la télécabine de Hannigalp, à Grächen (CH).

D'autres stations proposent des attractions pendant les horaires normaux d'exploitation : des cabines décorées sur des thèmes de contes pour enfants circulent en permanence à Grächen (CH), tandis que les clients de Fiss (AT) peuvent déguster tout l'été dans la télécabine de Schönjoch un menu en 5 plats servis à chacune des 5 rotations.

Enfin, des cabines "VIP" peuvent être cyclées sur demande pendant toute la saison sur certains appareils. Les exploitants rivalisent d'imagination, proposant ainsi une cabine pour fêtards sur la télécabine Smaragd à Bramberg (AT), des cabines un brin kitsch destinées aux jeunes mariés sur le 2S de Cologne (DE) ou sur la télécabine de l'Arber (DE), le luxueux équipement intérieur d'une Diamond à Kaltenbach (AT) reprenant le design d'un constructeur automobile dans le Zillertal, ou encore une véritable cabine sauna à Ylläs (FI).


Pour aller plus loin :
- notre reportage sur la télécabine du Mont Chéry, aux Gets
- notre reportage sur le téléphérique Vanoise Express, à Peisey-Nancroix

 

De gros dégâts dans les Pyrénées après des chutes de neige exceptionnelles

Le 03/02/2015 - 20:52 par monchu
TSD6 de Bellasta - Les Saisies (Espace Diamant)
Téléski du Pain de Sucre, à la Mongie (DR/Stéphane Delpech)

Après avoir connu des chutes de neige exceptionnelles pendant 4 jours, les stations pyrénéennes s'activent pour rouvrir les accès aux domaines skiables et remettre en état les remontées et les pistes avant le début des vacances scolaires. Les gares de départ ou d'arrivée de certains appareils d'altitude sont prisonnières d'un manteau neigeux qui atteint parfois 2 mètres. Les exploitants entreprennent un gros travail pour dégager et rendre accessibles ces installations, comme à la Pierre Saint-Martin.

Les stations découvrent petit à petit les dégâts causés par les avalanches, qui ont endommagé par exemple le téléski du Pain de Sucre, à la Mongie, ou le télésiège du Lita, à Saint-Lary, tandis qu'à Gourette, la gare Delta du télésiège des Fontaines de Cotch a été balayée par une coulée exceptionnelle. L'appareil n'ouvrira plus cette saison.

Pour aller plus loin :
- les dernières actualités pyrénéennes sur le forum
- notre reportage sur le télésiège du Lita
- notre reportage sur le télésiège des Fontaines de Cotch
- les images de la Pierre-Saint-Martin sur un site externe

 

L'envolée du franc suisse pénalise les exploitants helvétiques

Le 31/01/2015 - 09:22 par monchu
TSD6 de Bellasta - Les Saisies (Espace Diamant)
Télésiège du Prodkamm, à Flumserberg (Kilano18)

Après avoir contenu la hausse du franc suisse à la valeur de 1,20 franc pour 1 euro depuis 2011, la Banque Nationale Suisse a créé la surprise en annonçant le 15 janvier dernier qu'elle laisserait flotter sa devise. Le franc suisse s'est apprécié en une journée pour atteindre la parité, soit 1 franc pour 1 euro environ.

Cette décision a porté un coup sévère à l'attractivité des stations suisses. Déjà pénalisées par le faible enneigement du début de saison et la désaffection de la clientèle russe touchée par la chute du rouble, elles sont devenues du jour au lendemain 20% plus chères pour les skieurs de la zone euro. Pour skier une journée à Zermatt, un Allemand déboursait 66 euros : il lui en coûte désormais 79 euros.

Le rapport qualité/prix pèse maintenant fortement en faveur des pays limitrophes, alors que les exploitants helvétiques accusent encore un retard sur les Autrichiens dans la modernisation de leurs infrastructures, la rationalisation des remontées ou la solidité financière des sociétés d'exploitation. Le nombre annuel de journées-skieurs a chuté en 25 ans de 34 à 24 millions, un mouvement qui pourrait s'accentuer cette saison. Les stations de taille moyenne risquent d'être fortement impactées, car leurs tarifs deviennent hors de portée pour la clientèle familiale, déjà touchée par la crise en Europe. Seules les destinations prestigieuses comme Zermatt ou la région de la Jungfrau devraient résister à l'envolée de la devise.

A l'inverse, le franc fort augmente le pouvoir d'achat des skieurs suisses à l'étranger, qui commencent à délaisser les pistes du Valais ou des Grisons pour la Haute-Savoie ou le Vorarlberg. Certains domaines skiables ne peuvent baisser leurs tarifs et en appellent au patriotisme des Suisses. A l'inverse, les stations des Portes du Soleil, contraintes par la double tarification euros/francs, ont été obligées de rogner sur leurs marges et de baisser leur grille tarifaire en francs : le forfait journée passe ainsi de 61 à 52 francs.

 

Poma et la RATP vont coopérer sur des projets de transport urbain par câble

Le 24/01/2015 - 10:14 par monchu
TSD6 de Bellasta - Les Saisies (Espace Diamant)
Funiculaire de Montmartre (Rodo Af)

Poma et la RATP, exploitant du métro et des bus parisiens, ont annoncé la signature le 20 janvier d'un accord de coopération de 3 années dans le domaine du transport urbain par câble. Le partenariat concerne le développement de projets communs, mais surtout la volonté de répondre de manière conjointe à des appels d'offres en France comme à l'étranger.

Poma apporte naturellement son expertise de constructeur et ses références dans les remontées urbaines, comme à Medellin ou New York. La RATP, dont le groupe exploite le funiculaire de Montmartre et le téléphérique du Salève, est reconnue pour ses compétences dans l'exploitation des réseaux urbains ferrés et routiers. Alors que les projets de transport par câble se multiplient dans les grandes métropoles, les collectivités recherchent souvent un délégataire unique pour la construction, l'exploitation, la maintenance et l'interface avec le réseau de transport public existant, ce que ni la RATP ni Poma ne pouvaient proposer séparément.


Pour aller plus loin :
- le reportage sur le funiculaire de Montmartre
- le reportage sur le téléphérique du Salève
- le sujet du forum consacré au transport urbain par câble.

 

Un projet pour faire revivre le téléphérique du Pibeste

Le 18/01/2015 - 11:58 par monchu
TSD6 de Bellasta - Les Saisies (Espace Diamant)
DR

A une encablure de Lourdes, à l'entrée de la vallée d'Argelès, le pic du Pibeste offre un panorama exceptionnel sur la chaîne des Pyrénées. Ce site d'un intérêt touristique majeur a été équipé dès 1935 d'un téléphérique, construit par Heckel, qui se distinguait par l'architecture originale de ses gares, véritables petits manoirs. En particulier, en amont, la machinerie était dissimulée dans la tour d'un petit château-fort. Le public pouvait admirer le tour d'horizon depuis la terrasse située au-dessus de la gare, ou depuis la salle d'attente au niveau des quais.

L'exploitation du téléphérique a définitivement cessé en 1969, la mise aux normes de l'appareil étant devenue trop coûteuse. Les gares n'ont pas été détruites, et pourraient être revalorisées dans le cadre d'un projet de reconstruction du téléphérique, monté à l'initiative de professionnels du tourisme locaux. La proximité de la ville de Lourdes, la complémentarité avec l'offre ski des stations avoisinantes, la bonne desserte routière de la gare aval et surtout le panorama étendu au sommet figurent parmi les atouts majeurs de ce projet.


Pour aller plus loin :
- les projets pyrénéens sur notre forum
- le reportage sur le funiculaire voisin du Pic de Jer
- le sujet de France 3 consacré au projet

 
©2003-2015 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés