En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 25Bannière 2Bannière 33Bannière 23

 TKE des Jonquilles

Prabouré

GMM

T3 ES
Description rapide :
Voici, en exclusivité sur remontees-mecaniques.net, la toute nouvelle gamme à enrouleurs de GMM présentée au travers de ce reportage complet sur le tout nouveau téléski des Jonquilles.
Ce premier exemplaire implanté à Prabouré constitue une petite révolution pour cette petite station des monts du Forez : il est le plus gros investissement réalisé depuis plus de 30 ans.


Mise en service en : 2010

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : lolo42
Section écrite le 05/03/2011 et mise à jour le 22/05/2012
(Mise en cache le 27/03/2016)

Téléski à enrouleurs GMM des Jonquilles à Saint-Anthème Prabouré
Image


Au cœur des monts du Forez

En bordure Est du Massif central, les monts du Forez forment une barrière naturelle entre Auvergne et Rhône-Alpes. L'ensemble domine la plaine du Forez (située à l'est) et la vallée de la Dore (située à l'ouest).
Leurs crêtes adoucies par l'érosion et le travail des glaciers jadis présents constituent de vastes espaces classés de landes qui prennent le nom de Hautes Chaumes. Celles-ci sont entretenues par une activité pastorale constituée autour de jasseries, fermes saisonnières d'alpages, où les troupeaux viennent transhumer l'été venu. En dessous de 1 400 mètres, les vallons demeurent, au contraire, densément peuplés de milliers d'hectares de conifères. La région est très rurale : longtemps, le travail du bois et l'élevage ont constitué l'unique source de revenus.

C'est au cœur de ces montagnes, sur le territoire de la petite commune de Saint-Anthème, que se situe la station de Prabouré. Ce petit centre de ski est implanté au creux d'une vaste clairière bucolique dominant la vallée de l'Ance, entre jasseries et sapins. Son domaine alpin propose sept pistes qui évoluent entre 1 248 et 1 377 mètres d'altitude et dispose de trois téléskis, ainsi que d'un petit fil-neige pour les débutants. L'endroit s'est développé dans les années 1960, à l'âge d'or du ski dans les monts du Forez. Saint-Anthème disposait même à l'époque d'un second centre de ski : la station de la Haute Vallée des Supeyres. Un site concurrent distant de moins d'un kilomètre, qu'il fut même question de mettre en liaison, mais qui fut finalement abandonné en 1981.

Prabouré est aujourd'hui géré par la Communauté de Communes de la Vallée de l'Ance. La station attire principalement les familles et les classes de neige, venues, pour une journée, goûter aux joies de la glisse dans le cadre agréable du Parc naturel régional Livradois-Forez. La clientèle, essentiellement locale, vient du Puy-de-Dôme, du bassin d'agglomération d'Ambert en particulier, mais également de la Loire : Saint-Étienne et Montbrison sont toutes proches.


Image
Prabouré, petite station des monts du Forez.



Prabouré fait sa révolution

Cette saison 2010-2011 sonne comme celle des grands changements pour Prabouré, qui n'avait pas connue de travaux importants depuis plus de 30 ans.

Avec l'arrivée de François Philibert, jeune responsable de la station, c'est tout un projet de restructuration globale qui s'est mis en place. L'investissement, de 450 000 € HT, a été impulsé par la Communauté de Communes de la Vallée de l'Ance, avec la participation financière du Conseil régional d'Auvergne (à hauteur de 45 %), de l'État (25 %), et du Conseil général du Puy-de-Dôme (10 %). Il a permis l'inspection à 30 ans des téléskis à perches débrayables Montaz-Mautino du Grand Schuss et du Slalom, avec remplacement du moteur thermique de ce dernier par un moteur électrique, ainsi que la réalisation de nouvelles infrastructures (garage à dameuse, poste de secours, toilettes sèches). Le dynamisme de François Philibert a également permis l'implantation à demeure d'une école de ski et la réalisation de deux nouvelles pistes. Mais, le pan principal du projet reste certainement la restructuration de l'espace débutants des Jonquilles, au bas du domaine, avec le remodelage de la piste et le remplacement de son antique remontée mécanique.

Jusqu'à la saison 2009-2010, c'était un téléski Montaz-Mautino D.8 débrayable installé depuis 1965, qui avait en charge la desserte des pistes vertes (voir le reportage de Thibaut ici). Pour l'histoire, cet appareil avait d'abord été implanté, durant ses premières années d'exploitation, approximativement au même niveau que le nouveau téléski avec une arrivée plus en aval, située à hauteur du chalet Le Pastoral. L'appareil, équipé de pieds tripodes facilement déplaçables, avait ensuite trouvé son emplacement définitif en 1967, au bas du vallon, sur un tracé plus au nord.

Durant 45 années, le téléski des Jonquilles a ainsi remonté plusieurs générations de skieurs foreziens débutants. Encore mu, jusqu'en 2009, par son moteur thermique Bernard 11 ch d'origine, l'appareil n'était plus vraiment adapté aux exigences actuelles de sécurité et de confort d'exploitation.

Image
L'ancien téléski Montaz Mautino D.8 D des Jonquilles sur le tracé sur lequel il fut installé de 1967 à 2010 (photo Thibaut).


En 2010, la Communauté de Communes a donc lancé un appel d'offres, sous la maîtrise d'œuvre du cabinet TIM Ingénierie, pour remplacement de cet appareil par un téléski à enrouleurs neuf. C'est Gimar-Montaz-Mautino qui a remporté le marché, pour un montant de 250 000 €. Les travaux de dépose et de terrassement ont été réalisés durant l'été tandis que le nouvel équipement a été monté par Joly & Philippe en octobre et novembre (Voir le sujet relatif à la construction du téléski sur le forum remontees-mecaniques.net).



L'Isérois, historiquement spécialisé dans la réalisation de téléskis à perches (à quelques rares appareils spécifiques), signe là le tout premier appareil de sa toute récente gamme E à enrouleurs.

En comparaison avec l'ancien téléski, cette nouvelle remontée est située sur un tracé plus au sud et rallongé, qui dessert de façon plus pratique les deux téléskis conduisant au sommet du domaine. Cette implantation (au plus proche du chalet Le Pastoral et de la bande de végétaux) permet désormais de préserver au mieux l'écosystème de la petite tourbière présente au fond du vallon, dans le respect des préconisations du Parc régional du Livradois-Forez.

Image
Evolution du secteur des Jonquilles, depuis sa création jusqu'à l'implantation du nouveau téléski GMM ;
les remontées qui n'existent plus sont représentées en pointillés (fond IGN).

Image
Le plan des pistes 2010-2011 avec le nouveau téléski des Jonquilles et les deux pistes créées (La Forestière et la Désirée).

Image
Le nouveau téléski en enrouleurs des Jonquilles, construit par GMM en 2010.


Caractéristiques de l'appareil


  • Nom de l'installation : Jonquilles
  • Type : RAE - remonte-pente à enrouleurs
  • Constructeur : Gimar-Montaz-Mautino (GMM)
  • Modèle : Gamme E
  • Maître d'oeuvre : TIM Ingénierie
  • Année de construction : 2010
  • Exploitant : Communauté de Communes de la Vallée de l'Ance
  • Saison d'exploitation : Hiver


  • Vitesse d'exploitation maximale : 2,5 m/s
  • Débit maximal : 850 personnes/heure
  • Temps de trajet 1 min 34 s


  • Altitude aval : 1 250 mètres
  • Altitude amont : 1 294 mètres
  • Dénivelée : 44 mètres
  • Longueur suivant la pente : 265 mètres
  • Longueur de la piste suivant la pente : 245 mètres
  • Pente moyenne: 18 %
  • Pente maximale: 24 %


  • Sens de la montée : droit
  • Nombre de pylônes : 3
  • Diamètre du câble : 12 mm


  • Type de station aval : motrice-tension .45 MT
  • Moteur : moteur-frein électrique AC MGM Motori Elettrici de 30 kW
  • Tension : hydraulique par autovérin (102 bar) à 1750 daN


  • Véhicule : agrès à enrouleur magnétique avec sellette monoplace
  • Constructeur des véhicules : Loipolder
  • Modèle : LST200
  • Nombre de véhicules : 47


La nouvelle station GMM

GMM a développé pour son nouveau produit, une gare motrice-tension qui reprend l'architecture habituelle d'un téléski à enrouleurs moderne. Le modèle implanté à Prabouré est une E45MT, destiné à équiper des lignes courtes à moyennes (une déclinaison de conception plus lourde doit être développée courant 2011).

La construction est compacte, de faible emprise au sol (conception monopied) et intègre, pour le confort du personnel d'exploitation, une grande plateforme de maintenance. La station dispose d'une structure classique en T longitudinal, avec une poutrelle horizontale transversale faisant office de lorry, maintenue en tension sur l'avant par le biais d'un vérin hydraulique, et supportant, en partie arrière, l'entraînement du câble.

Image
La station motrice-tension GMM E45 MT

Image
Architecture compacte en T longitudinal : la station GMM reprend les standards habituels d'un TKE moderne.

Image

Image

Image



La poulie motrice est à la largeur de voie (soit 2,5 mètres) pour permettre le décablage dans l'axe du brin. Elle dispose d'un roulement étanche à cartouche dit à annulaire qui assure une durée de vie supérieure et un entretien réduit en comparaison d'un roulement classique.

La poulie est animée par un entraînement fixé en son centre, à l'aplomb composé :
- d'un moteur frein électrique compact MGM Motori Elettrici asynchrone développant 30 kW à 1500 t/min ;
- et, directement sous la poulie, d'un réducteur planétaire compact Reggiana Riduttori.

Le moteur MGM intègre en son bas le freinage magnétique à disque du téléski. La construction de l'ensemble est de type fermé, protégée des intempéries, rendant inutile tout capotage supplémentaire.

Image
La poulie est à largeur de voie : 2,5 mètres.

Image
Elle est animée par un moteur frein électrique MGM Motori Elettrici de 30 kW fixé à l'aplomb.

Image
Gros plan sur le moteur frein électrique MGM.

Image
Schéma de principe de l'entrainement du téléski des Jonquilles (fond plaquette commerciale MGM).


Le vérin de tension dispose pour sa part d'une course de 1,5 mètre. Il reprend les standards habituels de chez GMM, qui replace ici, une évolution de son autovérin, solution tout-en-un, qui intègre, directement sur le vérin, la centrale hydraulique, ici en version manuelle.

Image
La tension est assurée par un autovérin avec une centrale hydraulique manuelle.


Dans le chalet de commande du conducteur, on trouve une armoire de commande électrique Christian Électricité, qui reprend les habituelles commandes de marche-arrêt, ainsi que des renvois d'alertes de dysfonctionnement au niveau de la gare, comme les défauts de freins, de variateur ou de pression hydraulique. Un variateur de fréquences permet de régler la vitesse d'exploitation par le biais d'un sélecteur à 3 positions : 1,5, 2 ou 2,5 m/s. Enfin, pour la gestion de toutes les alertes de ligne, l'armoire intègre un coffret de sécurité EGVA Optima Dual avec afficheur à 40 caractères.

Image
L'armoire de commande électrique, fournie par Christian Électricité.

Image
Les commandes et alertes disposées en façade.

Image
Le coffre de sécurité EGVA Optima Dual.


Simplicité et confort d'exploitation

Plutôt que de se lancer dans de coûteux développements, GMM a choisi, pour son nouveau produit téléski, de faire appel au petit constructeur allemand Loipolder Seilbahn Technik (LST) pour la fourniture des enrouleurs. L'entreprise, basée a Lenggries, en Bavière, a commencé son activité de production de téléskis en 1989, en développant ses propres enrouleurs. Elle a fourni pour Jonquilles 47 exemplaires de son modèle LST 200, un enrouleur qui présente la particularité d'être à freinage à plaques magnétiques.

Deux plaques aimantées sont placées en vis à vis (l’une côté nord et l’autre côté sud) et créent ainsi un champs magnétique. Le mouvement de l’enrouleur dans ce champ va créer une tension électrique qui provoque un courant (courant de Foucault) avec une force (force de Laplace) opposée à celle du déroulement. L'absence de frottement inhérente à cette technologie limite l'usure et permet des entretiens réduits et facilités. Autre conception simplifiant la maintenance : le remplacement du cordage de traction peut s’opérer sans ouverture.

Le modèle dispose d'une capacité de déroulement allant jusqu'à 8 mètres et d'un agrès long de 1,5 mètre (gabarit total avec enrouleur et suspente de 2,5 mètres) qui facilite sa saisie, et permet au carter d'être situé au dessus d'une hauteur d'homme pour parer à tout risque de choc à la tête en gare. En fonctionnement, outre l'habituelle douceur au démarrage, on remarque également le silence total : contrairement à certains modèles, l'enrouleur ne produit ici aucun bruit mécanique au passage des balanciers.

On trouve sur Jonquilles, un agrès tous les 10,6 mètres. Cela permet, avec une vitesse d'exploitation de 2,5 m/s, d’obtenir un débit maximal théorique de 850 personnes par heure.

Image
Détail de l'enrouleur magnétique LST 200 (visuel gauche : fond plaquette commerciale Loipolder).

Image
Enrouleurs LST 200 en ligne.


Les éléments de ligne ont été conçus suivant la même logique de praticité d'entretien que les enrouleurs magnétiques. Ainsi, on retrouve sur les pylônes, comme sur les stations terminales, des plateformes et passerelles de dimension conséquente qui permettent un travail dans de bonnes conditions.
GMM a également équipé le téléski de ses nouveaux balanciers sans soudures. Toutes les pièces se montent ou se démontent rapidement, à l'image d'un mécano. De la même façon, les barrettes de sécurité EGVA, destinées à détecter un déraillement du câble (par contact du câble ou rotation du moyeu central du balancier), sont éjectables et facilement réarmables.

Image
Plateformes de maintenance d'un pylône.

Image

Image
Détail d'un balancier support GMM « sans soudures », avec galet classique à gauche et galet lourd à droite (adjonction d'une couronne)
pour assurer le déclenchement de la barrette de sécurité (qui se laisse entrevoir sur le haut) par rotation du moyeu central.

Image
Détail d'un balancier compression GMM « sans soudures », et sa barrette EGVA éjectable.

Image
Passage de la pince d'un enrouleur sur un balancier support.


La ligne du téléski des Jonquilles

Le téléski dispose d'un tracé de 265 mètres avec un départ implanté à 1 250 mètres d'altitude, au point bas de la station, accessible depuis le front de neige via la piste verte de l'Écureuil. La ligne longe tout d'abord un bosquet de résineux puis le chalet Le Pastoral côté gauche, et la piste verte des Jonquilles (directement desservie par l'appareil) côté droit. Elle dispose de 44 mètres de dénivelée et est soutenue par 3 pylônes de type support d'une hauteur standard de 6m21, fixés sur une embase métallique enfouie dans le sol (sans coulage de fondations).

Image
Arrivée sur la zone de départ du téléski par la piste de l'Écureuil

Image
La zone de départ est située au point bas du domaine, on y accède par la piste de l'Écureuil (droite) ou des Jonquilles (gauche).

Image
Le bas de la ligne entre G1 et le P1. L'appareil longe la piste des Jonquilles sur l'intégralité du tracé.

Image
Le P1.

Image
Vue arrière sur le P1.

Image
Entre le P1 et le P2, avec la petite piste réservée aux luges sur la gauche.

Image
Le P2, à proximité du chalet d'hébergement Le Pastoral.

Image
Vue arrière sur la portée P2 - P3.


Le lâcher de l'agrès s'effectue juste après le pylône 3, au terme d'un parcours de 255 mètres. A cet effet, l'ouvrage de ligne a été installé sur une butte réalisée lors de la construction, qui assure la contre-pente destinée au dégagement des skieurs. La station retour est, quant à elle, installée quelques mètres plus loin à 1294 mètres d'altitude. Il s'agit d'un modèle GMM E60, équipé d'une poulie de retour fixe, qui est, comme celle de la station aval, à largeur de voie.
Lors du lâcher, le skieur a plusieurs possibilités :
- côté gauche, la piste de l'Écureuil, avec le retour au front de neige et l'accès au téléski du Grand Schuss,
- côté droit, la piste des Jonquilles, et l'accès au téléski du Slalom.

Image
Le P3, implanté au sommet de la petite bute, où le skieur lâche l'agrès.

Image
Outre la desserte des pistes vertes, l'arrivée de l'appareil donne accès de façon directe au téléski du Slalom (à droite)
et permet le retour au front de neige ou l'accès au téléski du Grand Schuss (à gauche).

Image
Le skieur peut se diriger sur la gauche ou la droite.

Image
Cordage de sécurité et bouton d'arrêt d'urgence et la station retour, 30 mètres plus loin.

Image
La station retour GMM E60.

Image
Comme celle de la G1, la poulie de la G2 est à largeur de voie.

Image


Un pari sur l'avenir

Le téléski à enrouleurs des Jonquilles est sans conteste une réussite. L'appareil dispose d'un tracé bien pensé, il est compact, silencieux et enfin, confortable pour l'exploitant comme pour le client. À l’usage, les enrouleurs se révèlent effectivement très adaptés à la vocation « débutants » de la remontée : ils permettent un démarrage en douceur sans secousse traumatisante et diminuent grandement les risques de chutes. D'ailleurs, au vu des données relatives aux téléskis neufs installés ces dernières années sur l'hexagone, la typologie à enrouleurs a maintenant la préférence des exploitants.

Un créneau désormais plus porteur, que GMM s'est donc, en toute logique, décidé à investir. Avec des enrouleurs magnétiques bien étudiés et une conception qui fait la part belle à la simplicité de maintenance, le modèle clef en main proposé au catalogue de l'Isérois a des d'atouts. Le succès sera-t-il au rendez-vous ? Une chose est certaine, le produit intéresse, puisque certains exploitants ont déjà fait le déplacement des Alpes aux monts du Forez, pour voir fonctionner ce prototype.

Quant à la station de Prabouré, elle se dote avec ce nouvel appareil et, plus largement, avec l'ensemble des améliorations qualitatives apportées sur le domaine, d'une base solide pour aborder l'avenir, en attendant, beaucoup l'espèrent, une éventuelle fiabilisation de son exploitation par l'installation d'un petit réseau d'enneigement de culture, qui permettrait de tirer parti, au mieux, de tout le potentiel de ces récents investissements.

Au final, pour GMM comme pour Prabouré, ce nouveau téléski constitue un vrai pari sur l'avenir.

Laurent Berne

Addendum : depuis la rédaction du reportage, Prabouré s'est équipée d'un réseau d'enneigeurs TechnoAlpin sur les pistes des Jonquilles, de l’Écureuil et également sur le Jardin de Théo. Un enneigeur mobile T40 complète le tout.

Image

Image


Compléments

Discussion
Liens internet :


Remerciements à François Philibert, responsable de la station, pour son accueil et la visite guidée.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.11617 secondes. 32 requete(s).
87 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés