En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 22Bannière 15Bannière 40Bannière 5

 TSD6 du Christomet

Megève - Le Jaillet (Portes du Mont Blanc)

Poma

T1 ES
Description rapide :
Télésiège permettant la liaison avec la Giettaz ou encore la desserte d'un vaste espace de ski propre sur des pistes de niveaux variés.

Mise en service en : 2004
PDF Ce reportage possède 2 documents PDF

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 24/10/2016 et mise à jour le 12/11/2016
(Mise en cache le 12/11/2016)

Télésiège du Christomet
Megève - Le Jaillet (74)


Image


Bienvenue à Megève

La station de ski de Megève est située entre 1100 et 2014 mètres d'altitude, dans le département de la Haute-Savoie, dans le Val-d'Arly. Megève est habituellement ouvert de début décembre à fin Avril et fait partie du domaine skiable « Evasion Mont-Blanc » regroupant huit stations de ski entre deux départements : Megève, Combloux, La Giettaz, Cordon, Saint-Gervais-les-Bains, Saint-Nicolas-de-Véroce, Les Contamines-Monjoie et Hauteluce. L'ensemble regroupe environ 450 kilomètres de pistes non reliés.

Le massif du Jaillet, exploité par la SEM du Jaillet, est relié au domaine des Portes du Mont-Blanc qui regroupe les stations de Combloux, Cordon et La Giettaz. Cet ensemble regroupe 100 kilomètres de pistes et 34 remontées mécaniques (1 télécabine, 3 télésièges débrayables, 4 télésièges fixes, 24 téléskis et 2 tapis roulants) entre Savoie et Haute-Savoie.
A noter que ce secteur est aussi ouvert en été pour le VTT de descente. C'est 5 remontées mécaniques qui ouvrent durant cette saison : la télécabine du Jaillet ainsi que les télésièges du Pertuis, des Près, de la Grande-Rare et de la Tête du Torraz.

    Vue sur le front de neige du Jaillet
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder à la page de la station dans la BDD)


L'aménagement du massif du Jaillet et le premier téléski du Christomet

Après la construction du téléphérique de Rochebrune en 1933 sous la demande de Charles Viard et celle du téléphérique du Mont-d'Arbois en 1934 impulsée par la baronne Noémie de Rotschild, Megève fait construire la première télécabine de France en 1952 par Applevage sur les pentes du Jaillet et commence à exploiter un nouveau massif de ski. Deux ans plus tard en 1954, ce petit secteur s'agrandit grâce à la mise en service de deux téléskis à enrouleurs sur le Christomet et la Croix des Salles, ouvrant de nouvelles pistes sur des pentes variées. Ces deux derniers étaient plus ou moins identiques. Construits par Constam, les pylônes étaient en treillis et les archets en bois. La ligne du Christomet passait dans la combe menant au sommet avec une arrivée placée plus à l'Ouest qu'aujourd'hui sur le début de l'épaule de la piste bleue actuelle de la Chevreuil. Au sommet celui-ci donnait accès à trois pistes sur le même versant et rejoignant toutes le même point : le départ de ce téléski.

    Les deux derniers pylônes du premier téléski du Christomet
    Image

    Détail sur un archet du premier téléski du Christomet
    Image


A la fin de cette décennie, un nouveau petit téléski débrayable vient compléter ce domaine skiable en plein essor au départ de la télécabine du Jaillet, ce sera celui du Prellet. Puis, 1962 est marqué par la mise en service du premier télésiège des Prés, placé entre le départ du téléski du Christomet et l'arrivée de la télécabine du Jaillet et permettant par conséquent le retour skis aux pieds des skieurs sur les autres appareils du domaine skiable ou bien de retourner sur Megève.

    Situation des installations du massif du Jaillet au début des années 1970 (1 : Télécabine du Jaillet, 2 : Téléski du Prellet, 3 : Téléski de la Croix des Salles, 4 : Télésiège des Prés, 5 : Téléski du Christomet)
    Image


Durant une grosse dizaine d'années le massif du Jaillet est resté tel quel jusqu'en 1977 où le télésiège des Essertons a fait son apparition. Ce dernier, long d'environ 1400 mètres et construit par Montaz-Mautino, permettait d'accéder au sommet de la Croix des Salles depuis le contrebas de l'arrivée de la télécabine du Jaillet tout en desservant de longues pistes de tous niveaux. En 1978, la première télécabine de France, celle du Jaillet, est remplacée par une nouvelle six places plus performante signée Poma sur un tracé identique. Un an plus tard, Montaz-Mautino améliore le télésiège des Prés, supprime le téléski du Christomet et le succède par un nouveau télésiège fixe deux places sur le même emplacement. 1980 est marqué par le démantèlement d'un des premiers téléskis du massif, celui de la Croix des Salles, remplacé par un téléski débrayable quelque peu déplacé et renommé « les Salles ». Cette année là est aussi profitable à l'installation de celui des 7 Nains, localisé à proximité de ce dernier et servant principalement aux débutants. En 1981, les téléskis fixes des Pattes viennent compléter le front de neige et en 1985 le téléski du Prellet est démonté pour laisser place à un téléporté fixe trois places de manufacture Poma. Ce dernier ne répondait plus aux exigences de l'exploitant et se faisait de plus en plus vieillissant. Une luge d'été constituée de deux pistes y fut également installée en 1990. Durant les années 1986 et 1987 sont respectivement mis en service par Montagner le téléski du Covagnet, à proximité du télésiège du Christomet, le long de la piste noire du « Moineau », et celui des Combes, placé en contrebas de la dernière partie de la télécabine du Jaillet, desservant le haut de la piste rouge de « l’Étoile ». Cet aménagement a persisté jusqu'en 2004, date à laquelle le domaine skiable fut en grande partie réaménagé. En effet, le massif du Jaillet et de Combloux ont été reliés à la petite station savoyarde de la Giettaz grâce à une piste bleue longue de quasiment cinq kilomètres. Deux téléskis à enrouleurs ont été nécessaires à cette liaison, celui des Charmots et celui du Bonjournal. Par ailleurs, le télésiège fixe du Christomet a été remplacé par un débrayable six places, et celui des Prés par un télésiège fixe quatre places sur un tracé totalement différent et rejoignant le sommet de la Croix des Salles en liaison directe avec Combloux. Également, les téléskis du Covagnet et des Combes ont été supprimés car ils étaient devenus presque inutiles et étaient sous-fréquentés. Deux ans plus tard en 2006 est supprimé le télésiège des Essertons pour les mêmes raisons, et enfin en 2011 est supprimé le téléski des Salles et remplacé par un télésiège fixe quatre places sur une nouvelle ligne, proche de celle des Essertons et la rappelant étroitement. Le télésiège du Prellet fut quant à lui détruit en 2015 afin de laisser place à une luge quatre saisons.

De 1979 à 2004, du télésiège biplace du Christomet à la refonte totale du secteur en passant par le téléski du Covagnet

Après le démantèlement du téléski du Christomet l'exploitant du massif du Jaillet construit en 1979 le télésiège deux places du Christomet par Montaz-Mautino et rénove également celui des Prés afin de rendre équivalent les flux de skieurs sur ces deux axes proches l'un de l'autre. Le nouveau Christomet a donc pris un tracé différent de son prédécesseur, légèrement plus à l'Est afin de pouvoir mieux desservir l'intégralité des pistes de ce secteur sur un plus grand dénivelé. Ainsi les télésièges des Prés et du Christomet se situaient dans la cuvette placée entre le sommet éponyme et celui de la télécabine du Jaillet. On accédait à celle-ci via une piste, nommée « Les Prés », et le retour s'effectuait directement grâce au télésiège de même nom, refait intégralement la même année avec des sièges oranges. A l'inverse, le télésiège du Christomet arborait des couleurs vertes, autant sur ses gares, que sur ses sièges ou encore que sur ses pylônes. La gare aval était la station motrice – tension de l'appareil et était une Bi-Alp classique de chez Montaz-Mautino. Comme d'habitude sur les appareils de cette époque, l'embarquement était très dérangeant du fait de la présence de lattes en bois sur l'assise, ce qui le rendait très désagréable. Les sièges parcouraient une distance d'environ 1600 mètres à une vitesse d'environ 2,5 mètres par seconde, offrant un débit de plus ou moins 900 skieurs à l'heure. En gare amont on retrouvait une classique poulie retour fixe verte posée sur deux fûts.

    La gare amont et les deux derniers pylônes du télésiège fixe du Christomet dans leurs environnements (© - « Les plus belles pistes de Megève » par Adrien Duvillard)
    Image


En 1986 le secteur du Jaillet est quelque peu agrandit avec l'apparition du téléski du Covagnet grâce au fabriquant français de téléskis Montagner. Ce dernier de classe « difficile » disposait d'une forte pente sur toute sa longueur, ce qui faisait qu'il n'était emprunté que par des skieurs ayant une certaine expérience en ski.
La gare aval était la station motrice de l'installation. Elle était de type 6L et était placée au pied du mur final de la piste noire des Moineaux. Ainsi la ligne attaquait directement dans de la forte pente et longeait en quasi intégralité la piste citée dernièrement. On retrouvait un virage installée aux trois-quarts de la ligne qui permettait de donner la direction de l'intersection des pistes du Chevreuil et des Moineaux. En amont c'était un classique Lâcher Sous Poulie Montagner qui s'occupait de la tension dynamique du câble.
Cette installation permettait ainsi la desserte de la piste noire des Moineaux durant ses dernières années d'exploitation, celle-ci n'étant pas directement accessible depuis le sommet du Christomet, ce téléski le permettait donc en plus de la piste bleue de la Chevreuil. Il a également permis d'attirer un peu plus de monde sur ce secteur un peu excentré des autres installations du massif telles que la télécabine du Jaillet, le téléski des Salles ou encore les appareils de Combloux.

    Situation du téléski du Covagnet par rapport au télésiège du Christomet
    Image


Cependant, les années passant les installations du massif du Jaillet se faisaient de plus en plus vieillissantes. En effet d'une première part le télésiège du Christomet était long, lent, peu confortable et peu débitant, et le téléski du Covagnet était lui difficile et presque inutile, ce qui faisait que ces deux appareils étaient de moins en moins empruntés au profit des autres secteurs.

En 2004, la SEM du Jaillet a réussi à concrétiser un vieux projet qui était de relier le massif éponyme à la petite station de ski savoyarde de la Giettaz, placée au pied du massif des Aravis, de l'autre côté de la Clusaz. Ce petit domaine skiable, autrefois composé d'un long télésiège et de cinq téléskis le tout sur la Tête du Torraz culminant à environ 1930 mètres d'altitude, était financièrement au bord du gouffre du fait de l'éloignement de ses pistes de ski par rapport à son village. Par conséquent d'énormes travaux ont été effectués afin que ces deux domaines puissent être reliés skis aux pieds, ce qui a également profiter au massif du Jaillet pour s'agrandir et s'appeler au fil des années « Les Portes du Mont-Blanc » en offrant plus de 100 kilomètres de pistes sur deux départements et quatre stations différentes. Pour ce faire deux pistes bleues ont dû être crées pour la liaison : celle de la Tréffléannaise, partant du sommet du Christomet et arrivant sur le front de neige de la Giettaz, le tout sur une longueur de cinq kilomètres, et celle de la Controverse suivant la ligne de crête de la Tête du Torraz jusqu'aux contreforts du Christomet. Afin de pallier aux différentes pentes ascendantes de la crête, deux téléskis à enrouleurs ont dû y être installés : les Charmots et le Bonjournal. Enfin le plus gros des investissements a été fait sur les anciennes installations du Christomet. Il était impossible de créer une liaison et de ne pas rénover les télésièges du Christomet et des Prés, étant donné leurs faibles performances au vu de leurs utilités. Ainsi ils furent respectivement remplacés par un télésiège débrayable six places sur un tracé identique et par un télésiège fixe quatre places menant directement au sommet de Combloux afin de rallier plus facilement ce secteur. Le téléski du Covagnet, devenu inutile et obsolète, ne fût donc pas gardé et définitivement supprimé du plan des pistes pour être expatrié dans une station polonaise.
En plus de tous ces aménagements de liaison ont été crées de nouvelles pistes relatives au ski propre comme la piste rouge Boënet quelques étés suivants cette restructuration ou encore celle de la Couvée, placée le long du téléski du Bonjournal. Une ancienne ferme a également été rénovée afin d'y accueillir un restaurant, de même nom que le dernier téléski cité, à la jonction des pistes Controverse et Tréffléannaise.

Ainsi depuis la création de la liaison avec la Giettaz, le domaine des Portes du Mont-Blanc s'est agrandit de 17 pistes. Tous les chantiers ont été réalisés en mêmes temps, mais le plus plus gros du travail a tout de même concerné les télésièges du Christomet et des Prés sur Megève. Pour que ces remontées mécaniques soient pleinement opérationnelles dès l'ouverture de la saison, la préparation des travaux a démarré au printemps 2004 avec le démontage des anciennes installations qui s'est déroulé en juin. Les terrassements, les travaux de génie civil et les tranchées électriques ont été réalisés durant l'été. Le levage des deux lignes de pylônes a été programmé à l'automne. Le 1er octobre, 70 charges ont été héliportées à l'aide d'un Super Puma qui pouvait soulever une charge extérieure affleurant les quatre tonnes. Les câbles ont ensuite été déroulés, tendus et épissurées courant octobre, ce qui a permis de réaliser les premiers essais mi novembre. Durant l'automne, les conditions climatiques ont compliqué la tache des bâtisseurs à cause d'un terrain extrêmement boueux rendant très difficile les déplacements et mouvements d'engin.

Christomet : Un axe stratégique

Le télésiège du Christomet est situé dans le secteur éponyme dans une cuvette placée entre ce sommet et la Croix des Salles. Construit en 2004 par Poma, cet appareil fut le premier télésiège débrayable six places de tout le domaine skiable de Megève, Rochebrune, Mont-d'Arbois et Jaillet confondus.
Cette installation, directement accessible depuis le sommet de la télécabine du Jaillet via la piste bleue des Prés, ou depuis la Croix des Salles via la piste bleue de la Bel Ava, possède un rôle majeur au sein du domaine skiable. En effet elle est le seul moyen de pouvoir accéder à la station de ski de la Giettaz depuis les secteurs du Jaillet et de Combloux. Par ailleurs l'accès à ce télésiège a été amélioré après la construction de celui-ci avec l'installation d'un réseau d'enneigement artificiel sur la Bel Ava, orientée Sud, afin de permettre une ouverture du secteur du Christomet jusque tard dans la saison de ski. En plus de tout cela, ce téléporté permet également en grande partie la desserte d'un grand espace de ski propre sur de nombreuses pistes de niveaux variés et sur un grand dénivelé (environ 400 mètres).
On peut donc rejoindre au sommet sur le versant de cette remontée le télésiège des Prés, permettant de revenir sur Combloux ou Megève, ou bien le téléski du Bonjournal sur le versant opposé et le front de neige de la Giettaz cinq kilomètres plus loin en Savoie avec le télésiège de la Grande-Rare ou encore le téléski du Covagnet.

Côté ski, le télésiège du Christomet dessert quatre pistes sur son versant :

  • La piste noire de l'Aigle, située sous le télésiège du Christomet, celle-ci est rarement damée et a été ré-ouverte après la mise en service de ce téléporté car elle était beaucoup utilisée en tant qu'hors piste par les skieurs autrefois.
  • La piste noire des Moineaux qui est est un long mur en ligne droite qui part de l'arrivée de l'ancien téléski du Covagnet, au niveau du premier quart de la piste bleue de la Chevreuil.
  • La piste rouge du Coq : très jolie piste vallonnée qui est souvent peu enneigée à cause de son orientation plein soleil et de la sur-fréquentation de celle-ci.
  • La piste bleue de la Chevreuil : une autre piste très vallonnée se divisant ensuite en deux parties.
A noter qu'à la jonction de toutes ses pistes, soit au niveau des gares aval des télésièges des Prés et du Christomet, a été installé un canon mobile TF10 de chez Techno Alpin sur pylône afin d'enneiger les arrivées de ces pistes souvent insuffisant.

Par la même occasion, ce téléporté débrayable dessert deux pistes sur le versant opposé :

  • La piste rouge de la Couvée, longeant le téléski du Bonjournal.
  • La piste bleue de la Tréffléannaise est la plus longue piste du domaine skiable des Portes du Mont-Blanc et permet de rejoindre le front de neige de la Giettaz. Depuis quelques années un projet d'équipement en enneigement artificiel est à l'étude afin de pouvoir garantir la liaison entre les deux stations tout au long de la saison, ce qui n'est pas tout le temps le cas.


Voici sa situation sur le plan des pistes des Portes du Mont-Blanc :

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques Administratives

TSD-Télésiège à attache débrayable : CHRISTOMET
Maître d'Ouvrage : SEM de Megève
Exploitant : SEM des Portes du Mont-Blanc
Constructeur : Poma
Année de construction : 2004

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité à la montée : 6 personnes
Capacité à la descente : 2 personnes
Débit à la montée : 2400 (1800*) p/h
Débit à la descente : 600 (450*) p/h
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Temps de trajet : 5 min 22 sec

Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1416 mètres
Altitude amont : 1847 mètres
Dénivelée : 431 mètres
Longueur développée : 1608 mètres
Longueur horizontale : 1530 mètres
Pente maximale : 59 %
Pente moyenne : 28 %

Caractéristiques Techniques

Gare motrice : Aval
Gare tension : Aval
Gare retour : Amont
Nombre de pylônes : 15
Nombre de sièges : 75 (56*)
Sens de montée : Droite
Type de gares : Satellit
Puissance du moteur électrique : 516 kW
Type de motorisation : Courant continu
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 17 500 daN
Type d'embarquement : Dans le contour (90°)
Type de sièges : Doudouk6
Type de pinces : Omega TL
Diamètre de la poulie motrice : 4400 mm
Diamètre de la poulie retour : 4900 mm
Espacement des véhicules : 12 secondes

Caractéristiques du Câble

Fabriquant du câble : TREFILEUROPE
Date de pose : 2004
Type de câblage : Lang
Sens de câblage : Droite
Diamètre du câble : 42,5 mm
Composition du câble : 6×26 Fils
Âme : Compacte
Résistance à la rupture : 132 550 daN
Pas de câblage : 296 mm
Pas de toronage : 118 mm
Section du câble : 730 mm²
Section du toron : 122 mm²

* Chiffres en débit réduit

Ligne et infrastructures du télésiège du Christomet

Gare aval :

La gare aval est la station motrice – tension de l'installation. Elle est située à 1416 mètres d'altitude au bout de la route du Jaillet juste à côté de la station inférieure du télésiège des Prés.
On retrouve une infrastructure de type Satellit avec une couverture en tôle couleur marron-taupe s'intégrant très bien dans l'environnement. Un moteur électrique à courant continu de 516 kW s'occupe de mettre en mouvement le câble et un vérin hydraulique s'occupe quant à lui de la tension dynamique du câble. L'embarquement, par faute de place, s'effectue dans le contour.

    Vue globale du front de neige du Christomet depuis la piste bleue de la Bel Ava avec le télésiège des Prés juste devant
    Image

    Zoom depuis ce même endroit sur la gare aval du télésiège du Christomet
    Image

    La gare aval vue depuis la fin de la piste rouge du Coq
    Image

    La gare aval avec en face le télésiège des Prés et l'arrivée des pistes bleues Bel Ava et Prés
    Image

    La gare aval et les deux premiers pylônes
    Image

    La gare aval avec le début de la ligne du télésiège des Prés derrière
    Image

    La gare aval vue de profil avec l'accès à l'embarquement à droite
    Image

    La gare aval vue de trois-quarts
    Image

    La gare aval vue de profil de l'autre côté avec le poste de vigie
    Image

    L'accès à l'embarquement tangentiel avec les portillons de candencement
    Image

    C'est parti !
    Image


La ligne :

La ligne est longue de 1608 mètres et se compose de 15 pylônes. La plus longue portée mesure 197 mètres tandis que la hauteur de survol atteint 21 mètres au maximum.
Le relief de la ligne est plutôt irrégulier. Avec un début quelque peu pentu afin de faire prendre de la hauteur au télésiège, celle-ci est plus ou moins plate à partir du quatrième ouvrage jusqu'au septième en longeant la fin de la piste noire de l'Aigle au dessus d'une pente en dévers. A partir du pylône 8, de type support/compression, la ligne prend un peu de hauteur afin de survoler des petites falaises qui se termineront à l'ouvrage suivant, marquant une nouvelle déclinaison du câble jusqu'au treizième ouvrage. Ce dernier permet l'entame de la montée finale jusqu'aux pylônes doubles 14 et 15 mettant le câble à l'horizontale pour l'entrée en gare.

Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 8C/8C
  • P3 : 8S/8S
  • P4 : 8S/8S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 4SC/4SC
  • P8 : 4SC/4SC
  • P9 : 12S/12S
  • P10 : 6S/6S
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 6S/6S
  • P13 : 8C/8C
  • P14 : 8S/8S
  • P15 : 12S/12S

    La ligne vue depuis l'aval avec l'arrivée de la piste rouge du Coq
    Image

    P1 et P2 en sortie de gare
    Image

    P3 et passage au dessus de la piste rouge du Coq
    Image

    P4 avec à droite la fin de la piste noire de l'Aigle
    Image

    Portée P4 - P5
    Image

    P5
    Image

    Portée P5 - P6
    Image

    P6
    Image

    Portée P6 - P7
    Image

    P7, on passe au dessus de la piste noire de l'Aigle
    Image

    Détail de la tête de pylône de type support/compression
    Image

    P8
    Image

    Détail de la tête de pylône de type support/compression
    Image

    Portée P8 - P9
    Image

    P9
    Image

    P10
    Image

    P11
    Image

    Portée P11 - P12 avec sur la crête à gauche la piste bleue du Chevreuil qui part et à droite celle du Coq
    Image

    P12
    Image

    Portée P12 - P13
    Image

    P13
    Image

    Détail de la tête de pylône de type compression
    Image

    Portée P13 - P14
    Image

    P14 et P15
    Image


Gare amont :

La gare amont est la station retour de l'installation. Elle est située à 1847 mètres d'altitude au sommet du Christomet à proximité de la station supérieure du téléski du Bonjournal.
Comme en aval, on retrouve une infrastructure de type Satellit avec une couverture marron-taupe en tôle. A l'intérieur de la gare se retrouvent simplement une banale poulie retour ainsi que tous les mécanismes propres au ralentissement, déplacement, et lancement de la totalité des sièges de la ligne.

    Arrivée en gare avec le massif des Aravis en arrière plan
    Image

    Image

    La gare amont vue de face avec l'aire de débarquement
    Image

    La gare amont vue de trois-quarts
    Image

    Image

    La gare amont vue en partant sur la piste bleue de la Chevreuil
    Image

    La gare amont vue de profil depuis la piste bleue de la Chevreuil avec le Petit et le Grand Croise Baulet (2009 et 2236 mètres d'altitude)
    Image

    La gare amont vue en partant sur la piste rouge du Coq
    Image

    Image

    La gare amont vue depuis la piste noire de l'Aigle
    Image

    Image


Sièges et pinces

Le télésiège du Christomet est équipé de 75 sièges de type Doudouk6 pouvant accueillir jusqu'à six personnes. En 2006 une augmentation de débit a été effectuée grâce à l'ajout de 19 sièges (passage de 56 à 75 véhicules) permettant de faire passer le débit à la montée de 1800 à 2400 skieurs à l'heure et à la descente de 450 à 600 personnes. L'assise et le dossier sont faits d'une sorte de cuir rajouté sur de la mousse, rendant le tout plutôt confortable.

    Image


Les sièges sont reliés au câble par des pinces de type Omega TL. Ces dernières sont considérées comme auto-dégivrantes puisque le simple fait de comprimer les ressorts suffit à casser le givre. Par ailleurs l'embrayage et le débrayage s'effectuent grâce à deux ressorts s'actionnant en entrée et sortie de gare au passage d'une came.

    Image

    Image


Le télésiège du Christomet vu depuis les pistes

    La ligne vue depuis l'amont avec en arrière plan la chaîne des Fiz, les Aiguilles Rouges et plus à droite l'Aiguille du Tour (3540 mètres d'altitude), du Chardonnet (3824 m), la Verte (4122 m), suivies des Aiguilles de Chamonix (Grand Charmoz, Grépon, Blaitière, Plan, Midi) et du Mont-Blanc du Tacul (4248 m)
    Image

    Les deux derniers pylônes sous un soleil de plomb avec en fond de comble l'Aiguille Croche (2489 m) et le Mont-Tondu (3196 m)
    Image

    La dernière portée de la ligne
    Image

    La portée entre les pylônes 12 et 13 avec en arrière plan le massif du Mont-Blanc
    Image

    Les Aiguilles de Warens et le télésiège du Christomet au dessus d'une mer de nuages surplombant la Vallée de l'Arve
    Image

    Retour en arrière du pylône 13 à la gare amont avec le premier mur de la piste noire de l'Aigle
    Image

    Le pylône 10
    Image

    L'endroit le plus pente de la ligne entre les pylônes 8 et 9
    Image

    Le télésiège du Christomet juste devant les Aiguilles de Chamonix (3842 m au plus haut), le Mont-Blanc du Tacul (4248 m), le Mont-Blanc (4808 m), le Dôme (4304 m) et l'Aiguille (3863 m) du Goûter et le dôme sommital des Dômes de Miage (3673 m)
    Image


Un investissement de taille

Le télésiège du Christomet permet donc la liaison avec la station de ski de la Giettaz depuis le massif du Jaillet sur Megève ou encore depuis Combloux. En plus de cela il permet la desserte d'un large espace de ski propre sur des pistes de tous niveaux. On retrouve donc ici un appareil très important au sein du domaine skiable qui reste très fréquenté tout au long de la journée, le tout prouvé par l'augmentation de débit effectué en 2006, soit deux ans après sa mise en service sur le domaine skiable.
A noter qu'un temps soit-il la SEM des remontées mécaniques des Portes du Mont-Blanc, alors exploitant du domaine, avait lancé un appel d'offre afin de pouvoir l'exploiter en période estivale en complément de son voisin le télésiège des Prés, déjà en fonctionnement. Ceci permettrait une meilleure desserte des nombreux chemins de vélo ou encore pédestres (en direction de Praz sur Arly, la Tête du Torraz ou encore les Croise Baulet) et bien évidemment de mettre en valeur la vue imprenable que l'on dispose au sommet sur tout le massif du Mont-Blanc ainsi que sur la vallée de l'Arve. Cependant ce projet est toujours à l'étude et n'a toujours pas donné de fin … L'avenir nous le dira !

    Le télésiège du Christomet : entre ski propre, liaison et panorama exceptionnel sur le massif du Mont-Blanc et ses environs …
    Image


J'ib, novembre 2016

Photos : J'ib
Texte, bannière et mise en page : J'ib
Date des photos : 26 et 28 décembre 2011, 30 décembre 2013, 29 décembre 2014 & 21 février 2016



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09495 secondes. 33 requete(s).
72 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés