En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 30Bannière 22Bannière 44Bannière 34

 TSF3 de Hount-Estrete

Luchon - Superbagnères

Skirail

T2 ES
Mise en service en : 1985



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : raoul31
Section écrite le 18/08/2006 et mise à jour le 03/01/2013
(Mise en cache le 22/08/2013)

Image

LA STATION :

Superbagnères est une station de ski (hiver) et VTT (été) de taille moyenne située dans le massif des Pyrénées dans le département de la Haute-Garonne (31), surplombant d'un dénivelé d'environ 1200m la ville de Bagnères-De-Luchon, la "Reine des Pyrénées".

La station se décompose en trois secteurs :
-Secteur Téchous orienté débutants s'étalant environ de 1500 à 1850 mètres d'altitude;
-Secteur du Lac orienté niveau moyen-bon s'étalant environ de 1450 à 1800 mètres d'altitude;
-Secteur du Céciré orienté bon niveau s'étalant environ de 1450 à 2260 mètres d'altitude.

La station compte aujourd'hui 14 remontées mécaniques en service, dont :
-7 téléskis à perches découplables;
-1 téléski à perches fixes;
-1 téléski à enrouleurs;
-4 télésièges fixes;
-1 télécabine débrayable.
Le domaine comprend 26 pistes totalisant 32km, dont :
-4 vertes;
-9 bleues;
-7 rouges;
-6 noires.

Concernant l'histoire : L'idée de développer une station de ski comme attraction supplémentaire à Luchon se manifeste après l'arrivée du chemin de fer dans la commune dans l'esprit d'un grand luchonnais, Ludovic Dardenne, vers la fin du XIXeme siècle.
Un premier pas dans la montagne est franchi par la construction d'un petit Hôtel-Restaurant de luxe surplombant Luchon d'un dénivelé d'environ 150m et relié à la commune par un petit funiculaire hydraulique. Mais le but suprême de Ludovic Dardenne est évidemment le plateau de Superbagnères, alors vierge, surplombant la commune de 1200m. Des études et projets sont alors lancées, tramways mixtes, prolongement du funiculaire de la Chaumière, pour relier mécaniquement le plateau. C'est finalement un projet de chemin de fer électrique à Crémailllère suivant un tracé en Z dans la montagne qui est retenu.
Les travaux, commencés en 1911, se terminent en 1912. Le plateau de Superbagnères comporte alors la "gare" amont de la Crémaillère, qui n'est alors qu'une petite cabane. Mais très vite, la construction d'une vrai gare, d'un petit chalet et surtout du superbe Grand Hôtel débute.
Interrompus par la guerre de 14-18, les travaux ne seront achevés qu'en 1922. Les pionniers du ski peuvent alors chausser leurs skis de bois sur le plateau de Superbagnères, logeant au Grand Hôtel pour les plus fortunés, ou empruntant la Crémaillère depuis Luchon, qui effectue le trajet en 45min. à raison d'une vitesse de 8km/h.
Après la seconde guerre mondiale, le domaine se développe et s'étend en se dotant progressivement de ses premiers téléskis, de deux télébennes dont un reliant le Céciré, puis de nouveaux appareils font leur apparition, dont quelques téléskis supplémentaires et deux télésièges Poma.
En 1966, la Crémaillère disparaît dans la montagne de Superbagnères, laissant la place à la route qui porte le coup de grâce à la rentabilité du chemin de fer.
L'année 1986 marque un tournant dans l'histoire de la station par le fait que le domaine skiable subit de profonds changements : certains télésièges ou télébennes sont remplacés ou supprimés, d'autres sont construits, des téléskis sont remplacés ou modifiés, et l'on trace de nouvelles pistes. C'est à peu de choses près ce nouveau domaine que l'on retrouve aujourd'hui.
En 1993 un progrès important est apporté par la remise en place d'un moyen mécanique de transport entre Luchon et Superbagnères, constitué par une télécabine débrayable 4 places Poma.
Pour le futur, plusieurs projets sont en cours, notemment installation d'un télésiège débrayable pour le Céciré, remplacement de certains télésièges qui commencent à se faire vieux... Mais des négociations sont toujours en cours.


LA REMONTEE : TSF3 DE HOUNT-ESTRETE

Télésiège 3 places dont le trajet est assez long mais qui est la seule remontée à parvenir au Céciré. La gare aval est motrice-tension du type Skirail tripode et la gare amont retour fixe.
Ce télésiège possède plusieurs éléments caractéristiques :
-Le fait qu'il ne soit que 3 places crée une queue énorme en cas d'affluence de skieurs venant du télésiège du Lac qui est un 4 places.
-Certains pylônes sont support/compression avec le même type de balanciers que le télésiège du Lac .
-Les capteurs de déraillement de certains pylônes sont du même type que ceux des téléskis, c'est-à-dire avec la petite roulette noire sur le câble.
-À un moment donné, à cause du relief, le brin des sièges vides fait un écart vertical pour passer bien plus haut que le brin des sièges pleins.
-Le P6 est un 12C soutenu par deux poutres au lieu d'une.
Quand j'ai fait les photos estivales, les sièges étaient malheureusement hors du câble pour la révision.

À noter : les armoires électriques ont été changées pour la saison 2006/2007, vous verrez donc les deux générations d'armoires dans ce reportage.

Cet appareil a été construit neuf en 1985 dans le plan de réaménagement de Superbagnères. Avant son implantation, le Céciré était desservi par un télébenne 2 places datant probablement du début des années 60, et dont il reste aujourd'hui quelques vestiges (voir ici ).

Un brin d'histoire supplémentaire sur le secteur du Céciré : en 1985 furent construits les télésièges du Lac et de Hount-Estrete. Deux télésièges. Le problème, c'est que le plan d'investissements pour 1985 prévoyait trois télésièges : en effet, afin de "mieux" remplacer le télébenne du Céciré, une autre appareil Skirail était prévu, sa ligne serait partie au niveau de l'ancienne piste du Mur des Allemands (voir le reportage "remontées abandonnées et disparues") pour arriver au sommet du Céciré, elle aurait ainsi remplacé le second tronçon de l'ancien télébenne du Céciré. Mais voilà que, l'hiver 85/86, Superbagnères s'est retrouvée, selon les mots de l'actuel directeur des remontées, "avec deux télésièges et en ayant payé trois !". A ce qu'il paraît, le directeur de Skirail se serait barré avec la caisse entre-temps...

La situation de l'appareil sur le plan des pistes :
Image

Une vue globale du secteur Céciré :
Image

La même balisée (on ne voit que les débuts des pistes des Marmottes, de Lafforgue et de Gouron, et on ne voit ni la gare aval ni la gare amont du télésiège de Hount-Estrete.) :
Image

Et une autre qui rend plus hommage aux pistes des Marmottes et de Lafforgue, et où on voit la gare amont du télésiège de Hount-Estrete :
Image

La même balisée :
Image

Les caractéristiques d'après le FIRM :

TSF-Télésiège à attache fixe : HOUNT ESTRETE
Constructeur : SKIRAIL
Année de construction : 1985
Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 3 personne(s)
Dénivelée : 573 m
Longueur développée : 1496 m
Pente moyenne : 42%
Pente Maxi : 69%
Débit : 1450 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 2,5 m/s

Quelques infos glanées en plus :

Gare aval : motrice-tension type Skirail tripode
Gare amont : retour fixe type Skirail monopode
Embarquement : à gauche, sans dispositif d'aide
Puissance et type du moteur électrique principal : 308 kW, à courant continu
Type de tension : 1 contrepoids situé dans le pillier arrière de la gare aval et relié par chaînes, et 1 dispositif de rattrapage de tension à blocage en gare amont
Masse du contrepoids de tension : 13,7 tonnes
Freinage de service : 1 frein d'arbre moteur hydraulique
Freinage d'urgence : 2 freins de poulie hydrauliques
Nombre de pylônes : 21
Nombre de sièges : 171
Écart entre les sièges : 17,4 m, soit 7 secondes à la vitesse d'exploitation nominale


PHOTOS ESTIVALES

Ces photos ont été prises en Août 2006, à l'exception de la photo des bennes de services chargées et du capteur de déraillement dans la partie "détails", prises en Août 2007.

GARE AVAL

La gare :
Image

Image

Les portillons :
Image

Les armoires électriques ancienne génération :
Image

La tension par contrepoids :
Image

Les freins de poulie :
Image

Le moteur électrique avec le réducteur :
Image

Le moteur thermique :
Image

Les freins de poulie avec le groupe hydraulique de freinage :
Image

Les sièges stockés:
Image

LIGNE

La ligne vue de la gare aval :
Image

Le P6 (l'emploi de deux poutres est dû au fait que le pylône est placé pile sur un petit couloir d'avalanches, c'est donc pour renforcer sa solidité. D'autre part, on peut remarquer deux galets de support et la petite roulette du capteur de déraillement) :
Image

La première partie de la ligne :
Image

Le P10 (4S/C sur le brin montant, 2S/C sur le brin descendant) :
Image

La déviation verticale du câble :
Image

Image

Le P14 en détail :
Image

Le P15 en détail (remarquez la pièce rouillée accrochée au pylône : probablement un vieux tire-câble) :
Image

La ligne vue de l'amont (on remarque en haut à droite la gare aval du télésiège du Lac) :
Image

L'arrivée en gare amont :
Image

GARE AMONT

La gare :
Image

Image

Image

Image

DETAILS

Le double constructeur Yan-Skirail (voir le débat correspondant ici ) moulé sur un galet :
Image

Les bennes de service :
Image

Les mêmes mais en ligne et chargées de galets de remplacement :
Image

La pince :
Image

Image

Le capteur de déraillement du pylône de gare :
Image

ANNEXE

Une vue sur le plateau de Superbagnères et le secteur du lac depuis le Céciré :
Image


PHOTOS HIVERNALES

Ces photos ont été prises à Pâques 2007 en compagnie de Pierre31, et en Février et Mars 2008.

GARE AVAL

La gare :
Image

Image

La gare et le P2 :
Image

Poulie motrice et portillons :
Image

La machinerie vue de loin :
Image

Les repères du déplacement de la gare pour la tension :
Image

COMMANDES EN GARE AVAL

Ces armoires sont celles de nouvelle génération.

Vue générale :
Image

L'armoire des sécurités :
Image

Un petit boitier à part dédié à la vitesse et l'arrêt :
Image

La télécommande :
Image

Le TGBT :
Image

LIGNE

La ligne dans sa totalité :
Image

P2 :
Image

P3 : 4SC sur le brin montant, 2SC sur le brin descendant :
Image

Fin de ligne :
Image

Image

Image

Image

Image

Arrivée :
Image

Image

Image

LIGNE EMBARQUEE

Photos de la ligne depuis le siège, dans le sens de la montée :

Jusqu'au P9, la ligne côtoie la fin de la piste Hount-Estrete :
Image

P4 :
Image

P5 :
Image

P6 :
Image

Image

P9 :
Image

Image

1er survol de la piste Hount-Estrete :
Image

On franchit la première petite crête :
Image

Image

On s'approche de la déviation verticale en passant une 2eme fois au-dessus de la piste Hount-Estrete :
Image

Image

La déviation du câble :
Image

Image

P14 :
Image

Image

P15 :
Image

Image

Image

P16 :
Image

Rattrapage de la déviation :
Image

P17 :
Image

Dernière montée franche pour gagner la plate-forme d'arrivée, et 3eme survol de la piste Hount-Estrete :
Image

P18 :
Image

P20 : ça s'arrondit et s'applatit de plus en plus :
Image

P21 :
Image

Arrivée :
Image

Image

GARE AMONT

La gare :
Image

Sur la gauche de la gare s'élancent les pistes Marmottes (bleue, qui vient vers l'objectif), Hount-Estrete et Bois des Coqs (respectivement rouge et noire, accessibles par un chemin que l'on prend derrière les filets, à côté de la fin de la ligne du TSF3), et sur la droite de la gare s'élance la piste Gouron (noire, dont le début est strictement réservé aux très bons skieurs) :
Image

La vigie et, au premier plan, la cabane de secours :
Image

Le débarquement :
Image

COMMANDES EN GARE AMONT

Panneau principal :
Image

Boîtier déporté dédié à la vitesse et l'arrêt :
Image

DETAILS

Une pince en ligne :
Image

Et au passage d'un pylône support (P13) :
Image

Une vue rapprochée du P6 avec le passage d'une pince en compression :
Image


VIDEOS

Voici 4 petites vidéos de cette installation :

Tout d'abord l'embarquement en gare aval

Puis le débarquement en gare amont

Fin de ligne et arrivée vues depuis la plate-forme de la gare amont de l'ancien télébenne.

L'arrivée vue depuis le départ du chemin menant aux pistes Hount-Estrete et Bois des Coqs. À un moment je filme mes pieds car ce jour-là avait été précédé d'une jolie tempête pendant la nuit, qui avait recouvert d'une grosse et fraîche couche de poudreuse tout le domaine, autant dire un vrai petit miracle au coeur de cette saison plus que moyenne du point de vue de l'enneigement.


ANNEXE

Pour seule annexe, une démonstration humouristique, soit de la part des pisteurs de Superbagnères, soit de la part d'un fabricant de panneaux de signalisation, trouvée en bordure de la piste Hount-Estrete, puis de la piste Marmottes, à des endroits où celles-ci sont délimitées par des ravins :
Image



Voilà donc pour le Hount-Estrete.

Aux dernières nouvelles, un nouvel appareil débrayable est en projet pour l'été 2009, ce serait un TSD6 qui partirait du Lac et arriverait à la place de l'ancienne gare amont du télébenne. Mais cet appareil ne remplacerait apparemment pas le TSF3 de Hount-Estrete, qui continuera ainsi à fonctionner.

Nous remercions, Pierre31 et moi-même, l'exploitant et le pisteur qui nous ont permis de photographier les commandes et nous ont donné des informations sur l'appareil.





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09683 secondes. 31 requete(s).
118 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés